Logo ={0} - Retour à l'accueil

chapelle de bénédictins Sainte-Marie-Madeleine

Dossier IA00124854 réalisé en 1993

Fiche

Annexe 1 : inscription gravée sur la menuiserie de la porte ouest :

SANTA MARIA MAGDALENA / ORA PRO NOBIS / 17 WMA OO / AM W / ILB JM WMNJM /

Annexe 2 : inscriptions peintes à l'intérieur de l'édifice :

1818 : Au-dessus de la fenêtre du pignon

MARIA MAGDALENA AUTEMOPTIMAM PARTEM ELEGIT ( ...) : Dans un médaillon, voûte de la nef,première travée

SOLI DEO HONOR ET GLORIA : Sur le premier arc doubleau

DEUS IBI EST UBI CARITAS ET AMOR : Voûte de la nef, deuxième travée

DI RUPISTI VINCULA MEA / TIBI SACRIFICABO HOSTIAM LAUDIS / PS 115 V.7 : Mur est de la nef, au-dessus de l'arc triomphal

(MISE ?) RICORDIAS DOMINI IN AETERNUM CANTABO / (W.BH LAUD) ATE DEO OMNIS TERRA CANTATE EXULTATE ET PSALLITE : Arc triomphal

IHS IN NOMINE JES ( ... ) : Au centre de la voûte du chœur.

Genrede bénédictins
VocablesSainte-Marie-Madeleine
Parties constituantes non étudiéescimetière
Dénominationschapelle
Aire d'étude et cantonAiguilles
AdresseCommune : Arvieux
Lieu-dit : près des Escoyères
Adresse : route des
Escoyères
Cadastre : 1825 F1 299 ; 1971 F1 278

Au 12e siècle, un prieuré était installé en ce lieu ; à partir du 15e siècle il fut rattaché à l'abbaye de Boscodon ; la chapelle fut endommagée par les troupes protestantes en 1574 et reconstruite au 17e siècle ; la date 1700 est gravée sur la menuiserie de la porte ouest ; en 1818, date peinte sur la voûte, elle a été restaurée et ornée d'un décor peint ; est-ce à cette date que les murs pignons ont été surélevés et le clocher mur refait ? ; au début du 20e siècle, la chapelle comportait un porche, constitué par un long auvent en planches ; une inscription romaine, épitaphe d'un préfet d'extraction locale, a été réutilisée comme linteau ; elle provient probablement d'un monument funéraire antique trouvé in situ.

Période(s)Principale : limite 17e siècle 18e siècle
Secondaire : Antiquité
Secondaire : Moyen Age
Secondaire : 1er quart 19e siècle
Dates1700, porte la date
1818, porte la date
Auteur(s)Auteur : maître d'oeuvre inconnu

La chapelle, érigée à l'est du hameau des Escoyères, est entourée de substructions et d'un cimetière probablement médiéval.

Murspierre
enduit
moellon
Toitbardeau
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte en berceau plein-cintre
cul-de-four
Couverturestoit à longs pans
croupe ronde
pignon couvert
Typologieschoeur à l'est ; clocher mur à une baie décentré en façade ; porche
Techniquespeinture
Représentationsfleur rinceau IHS
Précision représentations

sujet : décor peint constitué par des inscriptions bibliques et quelques motifs décoratifs (IHS, fleurs, rinceaux) , support : voûte du choeur et de la nef

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1932/10/04

Références documentaires

Bibliographie
  • ALBERT, Antoine. Histoire géographique, naturelle, ecclésiastique et civile du diocèse d'Embrun. Embrun : Pierre-François Moyse, 1783 [1786], 2 tomes, VI-501 p. Edition 1959.

    T. 2, p. 326.
  • CHABRAND A. Les Escoyères en Queyras.

  • JACQUES, Louis (chanoine). Chapelles rurales des Hautes-Alpes. 1956. t.1 et t.2.

  • DARTEVELLE, Guylaine. Églises médiévales des Hautes-Alpes. Taulignan : Plein Cintre éditions, 1990. 119 p.

    P. 97.
  • ROMAN, Joseph. Répertoire archéologique du département des Hautes-Alpes. Paris : Imprimerie nationale, 1888.

  • TIVOLLIER, Jean, ISNEL, Pierre. Le Queyras (Hautes-Alpes), 2 vol. Marseille : Laffitte Reprints, 1985.

    T. 1, p. 38-41 ; t. 2, p. 351, 352, 360.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mallé Marie-Pascale