Dossier IA06000016 | Réalisé par
Truttmann Philippe
Truttmann Philippe

Lieutenant-colonel du génie, docteur en histoire. Chargé de cours à l'École supérieure du génie de Versailles, Yvelines.

Expert en architecture militaire auprès de l'Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Réalise de 1986 à 1996 l’étude de l’architecture militaire (16e-20e siècles) de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur : départements des Hautes-Alpes, des Alpes-de-Haute-Provence, partie des Alpes-Maritimes, ensemble des îles d’Hyères dans le Var.

Principales publications : La Muraille de France ou la ligne Maginot (1988)

Les derniers châteaux-forts, les prolongements de la fortification médiévale en France, 1634-1914 (1993)

La barrière de fer, l'architecture des forts du général Séré de Rivières, 1872-1914 (2000)

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
batterie des Feuillerins, de la place forte de Nice
Auteur
Roucaute Gérard
Roucaute Gérard

Photographe au service régional de l'Inventaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1968 à 2005.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Alpes-Maritimes - Nice
  • Commune La Trinité
  • Lieu-dit près de l' Eusiéra
  • Dénominations
    batterie
  • Appellations
    batterie des Feuillerins, de la place de Nice
  • Parties constituantes non étudiées
    abri, casemate

Simple batterie annexe, ouverte, construite entre 1882 et 85 à 1, 5 km à l'ouest du fort de la Revère pour étendre la zone d'action de cet ouvrage sur des zones lui échappant, ou mal vues, comme la vallée du Paillon dans la région de Drap.

Indiquée comme n'étant pas armé en 1913, l'ouvrage ne paraît avoir subi aucune transformation entre sa construction et la fin de son existence en tant qu'ouvrage fortifié.

Du type 1874, c'est un ouvrage rectangulaire à gorge ouverte et à capitale orienté au nord-ouest. Le parapet a 6,5 m d'épaisseur environ. La crête comporte, à gauche, un pan coupé orienté vers l'ouest et, à droite, un autre pan coupé et un retour orienté à l'est. Elle s'appuie, à son extrémité gauche, sur une traverse « a », simple abri formant magasin d'artillerie et à munitions. L'ouvrage est coupé en deux, au centre, par une grosse traverse-abri « b » divisant en deux le terre-plein.

Cette traverse renferme une casemate voûtée de 6 x 19 m dans œuvre divisée par des cloisons en chambres pour 1 officier, 2 sous-officiers et 38 soldats, vestibule, deux locaux pour les munitions journalières (gargousses et obus). On trouve en outre (hors œuvre) une cuisine et un magasin aux vivres, une citerne et deux bras de traverse.

Intégré au Parc naturel départemental, l'ouvrage est en excellent état, à l'exception de gradins aménagés pour le transformer en vue de l'accueil au public.

Construction en maçonnerie appareillée en opus incertum.

L'ouvrage est une simple batterie annexe, correspondant au type d'après 1874. Sa mission consiste à étendre la zone d'action du fort de la Revère sur des zones lui échappant. La batterie est construite entre 1882 et 1885.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 19e siècle

La batterie est un ouvrage rectangulaire à gorge ouverte. Le terre-plein de la crête couvre deux traverses-abris, l'une formant magasin d'artillerie et à munitions, l'autre renfermant une casemate voûtée servant au logement de troupes. L'ensemble est construit en moellons montés en opus incertum.

  • Murs
    • pierre moellon
  • Étages
    en rez-de-chaussée
  • Couvrements
    • voûte en berceau
  • Statut de la propriété
    propriété publique

Non visitée. Locaux fermés lors de l'enquête.

Date d'enquête 1996 ; Dernière mise à jour en 1997
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
Truttmann Philippe
Truttmann Philippe

Lieutenant-colonel du génie, docteur en histoire. Chargé de cours à l'École supérieure du génie de Versailles, Yvelines.

Expert en architecture militaire auprès de l'Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Réalise de 1986 à 1996 l’étude de l’architecture militaire (16e-20e siècles) de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur : départements des Hautes-Alpes, des Alpes-de-Haute-Provence, partie des Alpes-Maritimes, ensemble des îles d’Hyères dans le Var.

Principales publications : La Muraille de France ou la ligne Maginot (1988)

Les derniers châteaux-forts, les prolongements de la fortification médiévale en France, 1634-1914 (1993)

La barrière de fer, l'architecture des forts du général Séré de Rivières, 1872-1914 (2000)

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers
Dossier d’ensemble