Logo ={0} - Retour à l'accueil

auberges

Dossier IA00049893 réalisé en 1986

Fiche

Voir

HISTORIQUE

Il existait des auberges à La Grave et au Villar-d'Arène avant les grands travaux d'agrandissement de la route. L'auberge du Lion d'Or au Villar d'Arène existait déjà au milieu du XVIIIe siècle. Les délibérations communales s'y tenaient souvent.

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, et en particulier sous le Second Empire, les établissements hospitaliers se multiplient pour accueillir l'intense trafic de roulage et de messagerie induit par l'agrandissement de la route du Lautaret. Ce sont des auberges rurales au confort rudimentaire qui servent également de dépôts de marchandises ou de relais de poste : au Villar-d'Arène se construit Le Bec de l'Homme (1862), et à La Grave l'hôtel de la Meije (1857).

Ces auberges nées du roulage restent peu confortables. Les premiers touristes qui ont visité l'Oisans étaient parfois effarés des conditions dans lesquelles ils étaient logés. Les alpinistes anglais en particulier ont laissé des récits peu enthousiastes de leur séjour dans les auberges du canton de La Grave. Ainsi E. Whymper ("Escalades dans les Alpes" ; p.17) : "Les auberges, quand elles existent, sont d'une malpropreté indescriptible ; on parvient rarement à dormir dans leurs lits, et leur cuisine ne fournit pas souvent une nourriture convenable", ou T.G. Bonne:("The high Alps of Dauphiné", p. XV) : "Un autre gros inconvénient lorsqu'on voyage en Dauphiné est la mauvaise adaptation des auberges. Celui qui veut découvrir confortablement les régions les moins fréquentées doit absolument avoir une bonne digestion et une peau résistante aux insectes. Pendant le long trajet de Grenoble à Briançon il y a une légère amélioration à un ou deux endroits, à part cela tout est minable, on ne peut avoir de la viande fraîche que rarement, le pain et le vin sont aigres, les auberges sales et les lits des vivariums entomologiques".

Cependant dès la fin du XIXe siècle La Grave s'est dotée de véritables hôtels de tourisme. A la Grave l'hôtel de la Meije se transforme et peut recueillir dans son livre d'or en 1873 les félicitations de l'alpiniste Coolidge et de sa célèbre tante. En 1906 la publicité de l'hôtel faisait état de 100 chambres, salons, salles à manger, éclairage électrique, téléphone, guides, mulets, voitures, etc. Ce fut à la Belle Epoque un lieu de séJour coté.

La création d'une entreprise de transport de voyageurs entre Briançon et Bourg-d'Oisans, et vers Saint-Michel de Maurienne par le Galibier développa l'hôtellerie sur le col du Lautaret. L'ancien refuge du Lautaret,puis le refuge Napoléon furent transformés en auberge. La compagnie de transport créa en 1894 le premier chalet de l'hôtel des Glaciers agrandi à plusieurs reprises dans les décennies suivantes.

Le bourg du Villar compte actuellement cinq hôtels. A La Grave, les établissements hôteliers ne sont pas concentrés au chef-lieu pourtant bien équipés. Tous les villages permanents sont dotés d'un ou deux hôtels. Le nouveau tourisme qui est plus de villégiature que de passages s'éloigne de la route du Lautaret.

DESCRIPTION

Situation

Au Villar-d'Arène sur la place du village.

A La Grave : au sud du bourg, au bord de la nouvelle route.

Structure

Les écuries des auberges du Second Empire ont souvent de beaux voûtements dont les formes seraient d'origine italienne.

Aires d'étudesGrave (La)
Dénominationsauberge
Adresse

Auberges 3e quart 19e siècle créées ou transformées sous le Second Empire en liaison avec l'évolution du trafic routier.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Toitsmétal en couverture
Mursenduit
moellon sans chaîne en pierre de taille
Décompte des œuvres étudiées 3
repérées 3

Annexes

  • Liste des auberges et hôtels faisant l'objet d'une notice individuelle

    Le Villar d'Arène : Au Lion d'Or

    Le Bec de l'Homme

    Le col du Lautaret : Café de la Ferme (Cf. hospice du Lautaret)

    Voir également l'hôtel des Glaciers et le Chalet du P.L.M. archivés à la commune de Monêtier -les-Bains.

Références documentaires

Documents figurés
  • Le Dauphiné. La Grave. Hôtel des Alpes. Carte postale ancienne. LL.

Bibliographie
  • ALLIX, André. L'Oisans. Etude géographique. Paris, 1929.

    P. 655-676.
  • ALLIX, André. L'Oisans au Moyen-Age. Etude de géographie historique en haute montagne d'après des textes inédits. Paris, 1929.

    P. 131-146.
  • AMOURETTI, Bernard. De Briançon au Bourg d'Oisans. Les hommes et la route au XIXe siècle. Aix-en-Provence : Edisud, 1984.

  • ROUSSET, P.-L. Au pays de la Meije. Grenoble : Didier-Richard, 1977.

  • COOLIDGE, W.A.B. Guide du haut Dauphiné. Grenoble, 1887.

  • JOANNE, Adolphe. Itinéraire descriptif et historique du Dauphiné. Paris : Hachette, 1862-1863. (Collection des guides Joanne)

  • PAILLAS, Honoré. Souvenirs des Alpes. Le Lautaret. Lyon, 1853.

  • ROUSSILLON, J.-H. Guide du voyageur dans l'Oisans. Grenoble : Maisonville, 1854.

  • WHYMPER, Edouard. Escalades dans les Alpes de 1860 à 1869. Paris : Hachette, 1873. Traduit de l'anglais par Adolphe Joanne.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mallé Marie-Pascale