Logo ={0} - Retour à l'accueil

atelier de fabrication

Dossier IA06001579 réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

Dénominationsatelier de fabrication
Aire d'étude et cantonAlpes-Maritimes - Grasse
AdresseCommune : Grasse
Adresse : 10 avenue
Yves-Emmanuel-Baudoin
Cadastre : 1982 BM 141

Les premiers bâtiments (1 à 5) construits à la Sabrane par l'entreprise Hugues Aîné étaient entièrement affectés à la production. Un projet avait été déposé dès 1901, mais il avait sans doute été rejeté puisqu'il diffère légèrement des premières réalisations. Cinq halles sont construites entre 1902, année de la construction du premier atelier, qui peut être le bâtiment 1, ou plus probablement le bâtiment 2, et 1912, année probable de construction du bâtiment 5. Il s'agit alors d'un des tout premiers ateliers mettant en œuvre l'extraction par hydrocarbures (hexane et benzène) de Grasse et il est probable que ce soit l'emploi de ces matières premières dangereuses qui ait justifié l'implantation d'une nouvelle usine à l'écart des zones habitées. Les bâtiments 3 et 4 existaient déjà lorsque fut entrepris le bâtiment 5. Il fut à l'origine conçu pour être un distilloir, mais son affectation a évolué. Une photographie nous montre qu'on y pratiquait l'enfleurage aux alentours de 1925. Et il fut probablement dévolu à l'extraction par solvants volatils après 1928. Ses machines ont été remplacées vers 1990 par un Extracteur à filtre flottant (étudié IM06001050). Les bâtiments 1-2 et 3 sont restés affectés aux mêmes activités : extraction pour les premiers, distillation par vapeur d'eau pour le second. Le bâtiment 4, aménagé dès avant les années 1920 en atelier d'extraction, se spécialisa à une date indéterminée en atelier d'extraction menthol. Ces 5 halles ont été en activité jusqu'en 2005.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur :

Les cinq halles de cet ensemble sont toutes de plan rectangulaire, mais leur mode de construction diffère sensiblement. Les murs des bâtiments 2 et 3 sont constitués de poteaux, entre lesquels se trouve un remplissage sans fonction structurelle. Les bâtiments 1, 4 et 5 sont eux construits en maçonnerie de moellons enduite. Ils sont en revanche tous dotés d'une couverture en tuile mécaniques supportées par des charpentes en bois. Les bâtiments 3, 4 et 5 sont parallèles, disposés l'un au-dessous des autres et séparés par des couloirs qui avaient été aménagés pour recevoir eux aussi des installations industrielles. Seul les bâtiments 1 et 2, reliés à l'extrémité nord-est du bâtiment 3 par un auvent, présentent une disposition différente : leur façade est orientée plus au sud, leur extrémité est se termine par une abside à trois pans et la partie 1, qui comporte deux niveaux, est un peu plus élevée que la partie 2. A l'intérieur des bâtiments 2, 4 et 5 ont été aménagés des demi-niveaux en mezzanine. Leur sol en voutains de briques s'appuie sur des poteaux en fonte. Elles occupent une surface réduite par rapport à la disposition d'origine, à l'exception de celle du bâtiment 5 qui a été entièrement reconstruite en béton. Ce dernier atelier, avec ses 40 m de longueur, est le plus long de l'usine.

Murscalcaire
enduit
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toittuile mécanique
Étages1 vaisseau
Couverturestoit à longs pans
lanterneau
croupe polygonale
Statut de la propriétépropriété d'une société privée
Éléments remarquablesmachine de production (étudiée dans la base Palissy)

Références documentaires

Documents figurés
  • Le chargement des extracteurs. Voir Fig. 07. / Dans : " Revue des marques de la parfumerie et de la savonnerie", avril 1923.

  • Salle des batteuses et appareils frigorifiques. / Photographie. Dans : " Revue des marques de la parfumerie et de la savonnerie", avril 1923.

  • Un des ateliers d'extraction des parfums par les dissolvants volatils. / Photographie. Dans : " Revue des marques de la parfumerie et de la savonnerie", avril 1923.

  • La distillation. / Photographie. Dans : " La Parfumerie française", avril 1925, p. 319.

  • Le lavage des pommades. / Photographie. Dans : " La Parfumerie française", avril 1925, p. 321.

  • Une des salles d'extraction par solvants volatils. Voir Fig. 18. / Photographie. Dans : " La Parfumerie française", avril 1925, p. 322.

  • Le soutirage des parfums après évaporation du dissolvant. / Photographie. Dans : " La Parfumerie française", avril 1925, p. 324.

  • Projet de construction à la Sabranne à usage de distilloir. MM A Ferrand et Cie. 24 août 1912. / Dessin, 24 août 1912, Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 02 Z 77.

  • Extraction par enfleurage. / Photographie. Dans : " La Parfumerie française", avril 1925, p. 320.

  • Le transfert des fleurs à l'atelier. / Photographie. Dans : " La Parfumerie française", avril 1925, p. 318.

  • Atelier N°1 de l'Usine HUGUES AINE traitant les Fleurs de Jasmin./ Photographie. Dans : "Les parfums de France", ca 1930, p. 3.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Buffa Géraud