Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 417 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • présentation de la commune de Val-de-Chalvagne
    présentation de la commune de Val-de-Chalvagne Val-de-Chalvagne
    Historique :
    Val-de-Chalvagne. Le nom de Calvania (Chalvagne) est mentionné dans un texte vers l'an 1000. Le Cartulaire de l'abbaye Saint-Victor de Marseille mentionne qu'en 1043, Audibert [de Lacoste, de la famille de Castellane -Cassien. Les évêques de Glandèves possédèrent certainement des biens à Castellet-Saint-Cassien, mais la disparition des archives de cet évêché empêche toutes précisions à ce sujet. L'habitat autour de Saint-Cassien se développa au cours des 12e et 13e siècles. La mention de Villevieille et de Montblanc n'apparaît crises qui entraînèrent un très important déclin de la population dans toute la vallée du Var. Aux intempéries de 1337 s’ajoutent d’autres catastrophes naturelles et l’épidémie de peste vers 1350. De plus, en 1388, l'acte de Dédition du Comté de Nice au profit du Comte de Savoie est suivi de troubles militaires et de pillages perpétrés par les bandes de routiers. De nombreuses localités sont alors désertées
    Référence documentaire :
    l'Arrondissement de Grasse, 1983, 52 p., ill. Histoire du Val de Chanan (Chalvagne, La Rochette, Saint-Pierre) et GRAC, Fernande. Les villages du val de Chalvagne. Puget-Théniers : Les Editions du Mercantour, 2005 Villevieille. Croquis, plans et photos. Le site médiéval de Villevieille à Val-de-Chalvagne (Alpes-de-Haute Pages 40, 61, 72, 82, 113. DURBEC Joseph-Antoine. Les villages du Val de Chanan et des terres [Paire de bœufs sur l'aire à battre de la ferme des Travest.] années 1920 [Paire de bœufs sur l'aire à battre de la ferme des Travest.] / Photographie, années 1920. Collection particulière [Vue d'ensemble du village de Villevieille prise de l'ouest.] / Photographie, vers 1955. Collection [Chemin du village au manoir de Villevieille.] / Photographie, 1956. Collection particulière historique, géographique et topographique des villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre
    Description :
    La commune de Val-de-Chalvagne est occupée par de nombreuses fermes isolées disséminées sur le territoire. Cependant, on peut distinguer les villages du Castellet, de Montblanc et de Villevieille, ainsi que le hameau du Champ. Le Castellet-Saint-Cassien est à une altitude de 860 mètres. Les ruines du village de Montblanc sont à 950 mètres. Le village de Villevieille est à 1090 mètres environ et les trois -Cassien est constitué du château, de l'église, d'une ferme nommée le Petit Château et de quelques bâtiments agricoles. Féraud précise que le château a été construit par les barons de Glandèves, il ne semble cimetière. D'après l'abbé Féraud, elle a été détruite vers 1840. L'église actuelle date de cette même époque . Le village de Montblanc est un village perché, dont ne subsistent que quelques ruines ainsi que l'église (IA04001631) et le cimetière. En 1830, on y comptait une demi-douzaine de maisons, dont le du village de Villevieille se trouve au Monestier. Il s'agit d'un site d'oppidum, réutilisé à
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne
    Titre courant :
    présentation de la commune de Val-de-Chalvagne
    Texte libre :
    La commune de Val-de-Chalvagne existe depuis le 1er janvier 1974, à la suite de la fusion des trois trois communes est réalisée et la nouvelle commune prend le nom de Val-de-Chalvagne. Analyse de la habitants sur la commune de Val-de-Chalvagne. Depuis cette date, la population remonte très légèrement, avec 63 habitants en 2006. Localisation et géographie La commune de Val-de-Chalvagne appartient au possédait des colonies à Ruanicis (Rouaine), à Baione (Bay) et à Tanagobia (Val de Chanan). D'après J.-A des implantations de la colonie de Baione. Le nom de Calvania (Chalvagne) est mentionné dans un texte rejoint la Chalvagne ; d'un autre côté, le chemin public qui descend de la même montagne jusqu'à la village et le moulin, d'autres au départ de la Chalvagne. Pour l'ancienne commune de Villevieille, le hameau du Champ), La Vignasse (sous Fontantige), La Vigne (à Montblanc, en rive gauche de La Chalvagne la Pinée et de La Chalvagne) laisse supposer que c'est là que se faisait le rouissage du chanvre. Il
    Illustration :
    La vallée de la Chalvagne, à la jonction des trois anciennes communes. Vue prise depuis l'Hubac [Paire de boeufs sur l'aire à battre de la ferme des Travest.] IVR93_20100401020NUC2A [Vue d'ensemble du village de Villevieille prise de l'ouest.] IVR93_20100401017NUC2A [Chemin du village au manoir de Villevieille.] IVR93_20100401023NUC2A Vue sur la vallée de Montblanc (à gauche) et le site de Villevieille (à droite Falaises de l'Eiguier, vue de situation prise du sud-est. IVR93_20100401248NUC2A Vue du plateau de l'Eiguier et des falaises, prise de l'ouest. IVR93_20100401185NUC2A Chemin de Montblanc à Briançonnet, au départ de Montblanc. IVR93_20100400912NUC2A Chemin de Villevieille à Saint-Nicolas : mur en pierre sèche et haie de buis Portion de l'ancien chemin de Fontantige à Entrevaux. IVR93_20100401091NUC2A
  • moule à tuile creuse n°2
    moule à tuile creuse n°2
    Historique :
    Terrasse (commune de Val-de-Chalvagne). Il servait au façonnage des tuiles creuses, qui étaient ensuite Ce moule date de la seconde moitié du 19e siècle. Il était utilisé à la petite tuilerie de La
    Origine :
    lieu de provenance tuilerie de la Terrasse Val-de-Chalvagne
    Illustration :
    Vue de dessus, de côté. IVR93_20100401261NUC2A Vue de dessus, de trois-quarts. IVR93_20100401262NUC2A
  • ensemble de 6 boulins
    ensemble de 6 boulins
    Historique :
    Ces boulins étaient utilisés dans le pigeonnier de la ferme de La Serre et peuvent dater des 19e et
    Description :
    d'une demi-panse et possèdent une poignée qui permet de les suspendre à un clou scellé au mur.
    Titre courant :
    ensemble de 6 boulins
    Origine :
    lieu de provenance ferme de la Serre Val-de-Chalvagne
  • pressoir à vis : pressoir à olives
    pressoir à vis : pressoir à olives
    Historique :
    Ce pressoir à olives était utilisé dans une ferme du hameau du Champ à Val-de-Chalvagne. Il date
    Description :
    Ce pressoir à olives est composé d'un cadre et d'une vis. Le cadre est constitué de quatre éléments sont creusé de rainures permettant de régler en hauteur les plateaux sur lesquels étaient disposés les scourtins. La vis est également monoxyle, elle comprend la tête de vis. La tête de vis est renforcée par renfoncements sont prévus dans les murs de manière à manoeuvrer la vis.
    Origine :
    lieu de provenance ferme Val-de-Chalvagne - le Champ - en écart
    Illustration :
    Vue de la vis et du montant latéral. IVR93_20100401369NUC2A Détail de la vis. IVR93_20100401368NUC2A Détail de la tête de la vis. IVR93_20100401372NUC2A
  • demi-relief : Marianne
    demi-relief : Marianne Val-de-Chalvagne
    Historique :
    , récupéré et ramené à la mairie de Val-de-Chalvagne. Ce buste de Marianne date du début du 20e siècle. Il était exposé dans la grande salle de réception de l'ancienne préfecture de Nice (Alpes-Maritimes), dite Le Grand Hôtel, située avenue Félix-Faure
    Représentations :
    couronne de lauriers, de feuilles de chêne, de roses, de marguerites et de bleuets. Une étoile à cinq
    Description :
    Demi-relief en plâtre moulé avec socle en piedouche à motif de cannelures.
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne
    Origine :
    lieu de provenance Préfecture dite Le Grand Hôtel Nice - avenue Félix-Faure - en ville
    Illustration :
    Vue de face. IVR93_20100400770NUC2A Vue de trois-quarts. IVR93_20100400768NUC2A Détail de la tête. IVR93_20100400769NUC2A
  • le mobilier de la chapelle Saint-Nicolas
    le mobilier de la chapelle Saint-Nicolas Val-de-Chalvagne - Villevieille
    Parties constituantes non étudiées :
    banc de fidèles chemin de croix instruments de la Passion
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne - Villevieille
    Titre courant :
    le mobilier de la chapelle Saint-Nicolas
    Annexe :
    Liste du mobilier de la chapelle Saint-Nicolas de Villevieille (Val-de-Chalvagne) Liste du mobilier , emmarchement, bois peint, 20e siècle - bancs de fidèles (12), bois, 20e siècle - statue (statuette) : Vierge à , paire), céramique, 20e siècle - chemin de croix (14 stations), bois, 2e moitié 20e siècle - lustre d’église, verre, fin 19e siècle - croix, bois, 2e moitié 20e siècle - instruments de la Passion, bois, 2e
    Illustration :
    Plan de situation du mobilier. IVR93_20150400218NUC1A
  • entrepôts agricoles
    entrepôts agricoles Val-de-Chalvagne
    Description :
    couvert en tuile plate mécanique a également été repéré. Les données statistiques sur la commune de Val-de Au vu de la taille de la commune, le nombre d'entrepôts agricoles parait faible. Cela s'explique par le fait que le territoire est occupé par de nombreuses fermes isolées, autour desquelles se sont construits en maçonnerie de moellons calcaires, parfois complétés par des moellons de tuf. La maçonnerie est liée au mortier de chaux et de sable. Un bâtiment construit en moellons calcaires et parpaings pleins artisanaux a été repéré. La présence de remplois de fragments de tuile creuse en calage est note quelques bâtiments qui possèdent une chaîne d'angle en pierre de taille : pierre de taille anciens conservés sont à pierres-vues, à inclusions de petits cailloux ou rustiques. On note également un bruts de maçonnerie, soit en maçonnerie lissée au mortier de gypse et portant feuillure. Les linteaux . Des voûtes en berceau segmentaire, placées en étages de soubassement, ont été repérées dans un quart
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne
    Texte libre :
    Val-de-Chalvagne (canton d'Entrevaux, Pays Asses-Verdon-Vaïre-Var, département des Alpes-de-Haute entrepôts agricoles sur la commune de Val-de-Chalvagne a été effectué au cours des mois de juillet et août des particuliers ont été étudiées : l'une à Braux, l'autre à Val-de-Chalvagne. Des voûtes en berceau , élévation, distribution Les entrepôts agricoles de la commune de Val-de-Chalvagne possèdent de un à quatre la commune de Val-de-Chalvagne, 78% des entrepôts agricoles possèdent un toit à un pan contre 22 Val-de-Chalvagne montrent une certaine homogénéité dans les types d'entrepôts agricoles. La catégorie I. Contexte de l'enquête Le repérage Ce dossier concerne les entrepôts agricoles de la commune de (foin notamment) ou de l'outillage (remise). Souvent, ils comprennent également une partie destinée au dépendances des fermes (voir dossier collectif fermes). Les conditions de l'enquête Le repérage des pour 1983. Le plan cadastral dit "napoléonien", levé en 1817, a servi de point de repère et de
    Illustration :
    Villevieille, avant-toit constitué d'un rang de génoise, 1983 243C3 1257. 1260 Le Villard, passage d'un rang de génoise de l'avant-toit vers la saillie de rive d'un pignon, 1983 Villevieille, étable en étage de soubassement : vue de volume, 1983 243C3 735 Villevieille, vue de volume d'un fenil avec un sol dallé sur une voûte d'étable, 1983 243C3 735 Le Champ, 243C1 335. Escalier de distribution extérieur donnant accès au fenil, avec terrasse Le Champ, 243C1 331. Etable en étage de soubassement, avec assise sur le rocher Les Vignes, 243C1 274. Citerne attenante à un bâtiment isolé dans une zone de vignes et d'oliviers
  • le mobilier de l'église paroissiale de l'Immaculée Conception
    le mobilier de l'église paroissiale de l'Immaculée Conception Val-de-Chalvagne - Montblanc
    Parties constituantes non étudiées :
    clôture de choeur banc de fidèles brancard de procession dais de procession croix de procession étendard de procession chemin de croix
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Aragon
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne - Montblanc
    Titre courant :
    le mobilier de l'église paroissiale de l'Immaculée Conception
    Annexe :
    Liste du mobilier de l'église paroissiale de l'Immaculée Conception de Montblanc (Val-de-Chalvagne , bois, fin 20e siècle - tabernacle, bois peint, 19e siècle - bénitier, pierre, 19e siècle - clôture de chœur, fer forgé, 19e siècle - tronc, bois et métal, limite 19e siècle 20e siècle - bancs de fidèles (14 Joseph, Sacré Cœur de Jésus, Jeanne d’Arc, saint Antoine de Padoue, plâtre, limite 19e siècle 20e siècle ses moutons, 20e siècle - brancard de procession, bois, 20e siècle - dais de procession, bois, début , bronze, fin 20e siècle - chandeliers d’autel (2, paire), bois, 20e siècle - croix de procession, laiton , bois, fin 19e siècle - étendard de procession, coton, bois, 20e siècle - chemin de croix (14 stations
    Illustration :
    Plan de situation du mobilier. IVR93_20150400216NUC1A
  • maisons
    maisons Val-de-Chalvagne
    Historique :
    regroupées sur Villevieille (le Village, Le Champ), ce qui explique le très faible nombre de maisons recensées. Effectivement, le village perché de Montblanc, presque totalement ruiné aujourd'hui, ne comprenait que cinq maisons en 1817, et quelques bâtiments ruraux. Sur l'ancienne commune de Villevieille , moins d'une dizaine de maisons a été repérée au village et une demi-douzaine au hameau du Champ. Seule une maison de la commune porte une date, 1910, datant un réaménagement. Les maisons de Montblanc ont siècle : toutes figurent sur le cadastre de 1817.
    Description :
    couverte en tuile plate mécanique. Les données statistiques montrent que sur la commune de Val-de-Chalvagne Les maisons ont été repérées au village de Villevieille, au hameau du Champ et au village de en hauteur, presque toujours traversants. Elles sont principalement construites en maçonnerie de moellons calcaires, parfois complétés par des moellons de tufs. Au village de Montblanc, on note un grand emploi de petits moellons de tuf, bien équarris et souvent assisés, sans qu'il soit possible de dire dans quelle mesure se sont des remplois des matériaux de l'ancien château. Les chaînes d'angles sont en de taille calcaire, en pierre de taille de tuf ou en appareil mixte. Les enduits anciens conservés , toujours située en étage de soubassement : voûtes en berceau plein-cintre ou en berceau segmentaire. Ces pierre de taille. Les escaliers intérieurs sont bâtis en maçonnerie légère de chaux et de plâtre sur une structure en bois. Les maisons possèdent de deux à quatre niveaux d'élévation. Plus de la moitié des maisons
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne
    Texte libre :
    conditions de l'enquête Le repérage des maisons sur la commune de Val-de-Chalvagne a été effectué au cours données statistiques montrent que sur la commune de Val-de-Chalvagne, les modes de vie et les modes I. Contexte de l'enquête Le repérage Ce dossier concerne les maisons de la commune de Val-de -Chalvagne (canton d'Entrevaux, Pays Asses-Verdon-Vaïre-Var, département des Alpes-de-Haute-Provence). Le des mois de juillet et août 2009. Le recensement s'est fait à partir du cadastre le plus récent disponible, édition mise à jour pour 1983. Le plan cadastral dit "napoléonien", levé en 1817, a servi de point de repère et de comparaison pour les bâtiments antérieurs à cette date ; l'ensemble des états de section de ce cadastre a été consulté. Toutes les constructions portées sur le cadastre actuel ont été vues, au moins de l'extérieur. Le repérage a été effectué à l'aide d'une grille de description secondaires et leur mise en œuvre, - la forme du toit et la nature de la couverture et de l'avant-toit, - le
    Illustration :
    Montblanc., parcelle 125B2 200. Chaîne d'angle en pierres de taille de tuf. IVR93_20100400904NUC2A Montblanc., parcelle 125B2 200. Porte de logis avec linteau en bois. IVR93_20100400907NUC2A Montblanc., parcelle 125B2 199. Porte de logis en pierre de taille de tuf, en arc segmentaire Le Champ, parcelle 243C1 336. Porte de logis en pierre de taille calcaire avec arc segmentaire Montblanc., parcelle 125B2 199. Fenêtre de logis en pierre de taille de tuf. IVR93_20100400902NUC2A Montblanc., parcelle 125B2 200. Etable en étage de soubassement, voûte en berceau appuyée sur le Montblanc., parcelle 125B2 200. Logis en rez-de-chaussée surélevé, maçonnerie d'un conduit de Montblanc., parcelle 125B2 200. Logis en rez-de-chaussée surélevé, maçonnerie d'un conduit de
  • croix de chemin, oratoires
    croix de chemin, oratoires Val-de-Chalvagne
    Historique :
    La plupart des édicules religieux de la commune de Val-de-Chalvagne datent de la seconde moitié du 19e siècle et du 20e siècle. Cependant, sur la Carte de Provence de la fin du 18e siècle, l'oratoire Saint-Laurent (La Serre) est déjà figuré. Les plans cadastraux de 1817 (anciennes communes de Castellet -Saint-Cassien et Villevieille) n'en font pas mention. Celui de 1830 (ancienne commune de Montblanc ) indique uniquement une croix sur la place du village de Montblanc. La croix située en contrebas du Col du Trébuchet date de 1892, celle située en contrebas du hameau du Champ date des années 1970 (suite à un accident de la route) ; les autres édicules ne sont pas datés. A Montblanc, les croix actuelles ne sont pas datées ; celle du village est de la fin du 19e siècle, celle au bord de la route est récente (le Christ ailleurs, la tradition orale a conservé le souvenir de la construction de l'oratoire Saint-Joseph au hameau du Champ (datant des années 1930, il fait suite à la guérison d'un enfant) ou de Saint-Nicolas de
    Dénominations :
    croix de chemin
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille pierre de taille
    Description :
    Les quatre croix de la commune possèdent un socle en pierre de taille calcaire ou en maçonnerie bois (Montblanc). Sur les dix oratoires de la commune, un seul est en pierre de taille calcaire (Saint -Elzéar à Montblanc). Les autres sont en maçonnerie de moellons calcaires, avec parfois emploi de blocs de tufs taillés. Plus de la moitié de ces oratoires en maçonnerie reçoivent un petit décor constitué d'un rang de carreaux de terre cuite saillant. A deux exceptions près (une niche rectangulaire et une plein -cintre), ils possèdent des niches segmentaires et il est intéressant de noter que la moitié d'entre eux communal montre que ces édicules religieux sont placés aux entrées de village ou de hameau (oratoire du Rosaire et Saint-Joseph du Champ, Saint-Elzear de Montblanc, Saint-Cassien à Castellet...), au bord des chemins (Fontantige, Saint-Laurent à La Serre, croix de Montblanc...) ou sur un point topographique remarquable (croix de La Colle). Outre des fonctions de protection religieuse évidente, ces édicules jouent
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne
    Titre courant :
    croix de chemin, oratoires
    Illustration :
    La Colle, vue d'ensemble de la croix. IVR93_20100400752NUC2A La Serre. Vue d'ensemble de l'oratoire du moulin. IVR93_20100400962NUC2A Le Cougnas. Vue d'ensemble de la croix. IVR93_20100401302NUC2A Le Plan. Vue de face de la croix sous Le Champ. IVR93_20100401178NUC2A Le Champ, vue d'ensemble de l'oratoire Saint-Joseph. IVR93_20100401157NUC2A Le Château. Vue d'ensemble de l'oratoire Saint-Cassien. IVR93_20100400793NUC2A Le Château. Détail de la croix de l'oratoire Saint-Cassien. IVR93_20100400794NUC2A La Serre. Vue d'ensemble de l'oratoire Saint-Laurent. IVR93_20100400868NUC2A La Serre. Détail de la croix de l'oratoire Saint-Laurent. IVR93_20100400869NUC2A Sur le Champ. Vue de face de l'oratoire. IVR93_20100401153NUC2A
  • escalier, décor d'architecture
    escalier, décor d'architecture Val-de-Chalvagne
    Historique :
    Le décor de l'escalier, probablement contemporain de la cheminée N°1 (Référence IM04002542) du premier étage nord portant la date de 1659, peut être daté du 3e quart du 17e siècle. Cette datation est confirmée par le style des gypseries qualifiées de "maniéristes" par Jean-Jacques Gloton, et plus édition des Métamorphoses d'Ovide datée de 1619 ; gravures utilisées également pour la réalisation des cheminées N°1 et N°3 (Référence IM04002545). Si le commanditaire de la construction du château sous son aspect actuel est sans doute le seigneur de Castellet-Saint-Cassien Horace de Glandèves, la réalisation des décors de gypseries est plus probablement due à son fils Honnoré II de Glandèves. L'escalier, et plus particulièrement le décor de la voûte, a été très endommagé par la construction maçonnée d'un noyau à mur plein sur échiffre, sans doute par souci de consolidation du limon initialement porteur. Des traces d'arrachement, encore visibles à l'intérieur du noyau actuel et au sommet de l'escalier, semblent
    Référence documentaire :
    pp. 76-77. GRAC, Fernande. Le pays de la Chalvagne autrefois. Paris : Société des gens de lettres p. 46 GUEYRAUD, Marie-Hélène. Les décors de gypseries dans l'architecture civile des Alpes du sud , 16e-17e siècles. DEA, université de Provence, sous la direction de Jean-Jacques Gloton, 1988. p. 294 Adonis aimé de Vénus./ Gravé par Jean Mathieu dans "Les métamorphoses" / Ovide, Paris Française de Rome, 1979, 222 p. de France, 2011, 174 p. p. 210, 294 OVIDE. Les métamorphoses. Paris : Veuve Langelier, 1619. Bibliothèque nationale de
    Représentations :
    Sur la voûte de l'escalier, autour du noyau, se déploie un rinceau de feuilles de vigne et de ainsi que les dessus-de-portes du deuxième étage. Les scènes figurées se trouvent : au rez-de-chaussée au départ de la voûte avec une Vénus sur une sphère ailée puis au premier étage, égalemement au départ de la voûte, avec un Cupidon et enfin au-dessus des portes du premier étage avec Vénus et Adonis
    Description :
    rectangulaire à chaque étage ; il est construit dans une cage d'escalier de plan carré. Le décor d'architecture de l'escalier se développe sur la voûte de l'escalier, près du noyau mais aussi sur chaque palier, au niveau de la voûte d'arête et de ses retombées au-dessus des portes au premier étage notamment. Le décor est un décor de gypserie, il est réalisé en haut relief sur la voûte de l'escalier et au-dessus des
    Auteur :
    [commanditaire] Glandèves Horace de [commanditaire] Glandèves Honoré II de
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne
    Dimension :
    Dimensions : le diamètre de la cage d'escalier est d'environ 4,4 mètres.
    États conservations :
    Les gypserie sont en mauvais état : outre quelques lacunes, elles présentent de larges fissures
    Annexe :
    Le programme iconographique des gypseries du château de Castellet-Saint-Cassien à Val-de-Chalvagne Le programme iconographique des décors de gypseries du château de Castellet-Saint-Cassien se déploie quart du 17e siècle, avec deux dates points de repère : 1659 (date portée sur la cheminée n°1) et après 1666 (cf. blason de la cheminée n°3), sans doute sur une commande d’Honoré II de Glandèves, seigneur du Castellet-Saint-Cassien. Les modèles semblent être issus d’un même recueil de gravures constitué à partir de deux éditions des Métamorphoses d’Ovide, de 1557 et 1619 (majoritairement), dont les graveurs sont développe sur le thème de l'amour profane. Elle comprend à la fois des scènes figurées et une ornementation foisonnante. Au rez-de-chaussée, une figure féminine mêlant les attributs traditionnels de la Fortune et de Vénus, est juchée sur une sphère ailée et tient de ses deux mains, au-dessus de sa tête, un voile gonflé instincts maîtrisés, la luxure tenue en bride. Au premier étage, sur le palier de cet étage noble, à
    Illustration :
    Plan : rez-de-chaussée du château avec emplacement de l'escalier. IVR93_20120400747NUDA Vue du décor, voûte, rez-de-chaussée, 1976. IVR93_19760400268Z Vue du décor, voûte, rez-de-chaussée, 1976. IVR93_19760400267Z Vue du décor, départ de voûte au-dessus de la porte sud, palier du premier étage, 1976 Vue du décor, départ de voûte au-dessus de la porte nord, palier du premier étage, 1976 Vue du décor, voûte de l'escalier, entre deux étages, 1976. IVR93_19760400272Z Vue générale du noyau de l'escalier, rez-de-chaussée. IVR93_20110403853NUC2A Vue de l'intérieur du noyau de l'escalier, rez-de-chaussée. IVR93_20110403851NUC2A Vue du décor, rez-de-chaussée. IVR93_20110403850NUC2A Vue du décor, rez-de-chaussée. IVR93_20110403834NUC2A
  • le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Catherine
    le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Catherine Val-de-Chalvagne - Villevieille
    Historique :
    trouvaient pas dans l'église lors de l'étude.
    Parties constituantes non étudiées :
    clôture de choeur banc de fidèles fauteuil de célébrant meuble de sacristie brancard de procession dais de procession lampe de sanctuaire bannière de procession hampe de procession chemin de croix
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne - Villevieille
    Titre courant :
    le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Catherine
    Annexe :
    Liste du mobilier de l'église paroissiale Sainte-Catherine de Villevieille (Val-de-Chalvagne) Liste Jésus, carton pâte peint et doré, 19e siècle - croix d’autel, cuivre, 18e siècle - croix de procession baptismaux, pierre, 19e siècle - bénitier, marbre, 19e siècle - clôture de chœur, fer forgé, 19e siècle peint, 19e siècle - bancs de fidèles (15), bois, 20e siècle - chaises d’église (2), bois, 20e siècle - fauteuil de célébrant, bois, 20e siècle - tabourets d’église (2, paire), bois, 20e siècle - meuble de Cœur de Jésus ; saint François ; Jeanne d’Arc, plâtre peint, 20e siècle - statue (petite nature , peinture sur bois, Angela Baggi, limite 20e siècle 21e siècle - chromolithographies (3) : Sacré Cœur de la Vierge ; Sacré Cœur de Jésus ; Vierge en majesté et les âmes du Purgatoire, 20e siècle - brancards de procession (2), bois, 19e siècle 20e siècle - dais de procession, bois peint, 19e siècle - lustre d’église siècle - ostensoir, métal doré, verroterie, fin 19e siècle - lampe de sanctuaire, métal, verre, 20e
    Illustration :
    Plan de situation du mobilier. IVR93_20150400217NUC1A
  • cheminée (N° 1) : Mercure tuant Argos
    cheminée (N° 1) : Mercure tuant Argos Val-de-Chalvagne
    Historique :
    La cheminée porte la date de 1659 dans un cartouche sur la jouée droite de la hotte. Elle a été réalisée d'après des gravures d'une édition des Métamorphoses d'Ovide datée de 1619, utilisées également comme référence pour la réalisation des décors de l'escalier (Référence IM04002544) ou de la cheminée n °3 (Référence : IM04002545) . Elle fait donc partie du programme de décoration initial qui a suivi la construction du château par le seigneur de Castellet-Saint-Cassien, sans doute Horace de Glandèves. Le programme de décoration est sans doute une commande du fils de ce dernier Honoré II de Glandèves : les
    Référence documentaire :
    pp. 53, 64-65 GUEYRAUD, Marie-Hélène. Les décors de gypseries dans l'architecture civile des Alpes du sud, 16e-17e siècles. DEA, université de Provence, sous la direction de Jean-Jacques Gloton, 1988. pp. 15-18 Fontana Jean-Loup. Décors de gypserie dans des résidences seigneuriales de Provence orientale. Dans : Chroniques de Haute Provence, 2010, n°365, 130e année. Revue de la Société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence. p. 28 OVIDE. Les métamorphoses. Paris : Veuve Langelier, 1619. Bibliothèque nationale de France
    Représentations :
    endormi en lui coupant la tête de son glaive. Toujours sur la gauche, à l'arrière-plan, Junon assise recueille les yeux de la tête d'Argos et en couvre les plumes de son oiseau (paon). A droite, au second plan , Jupiter assis, tenant dans la main gauche le sceptre du ciel vient de transformer Io en génisse, peut-être sous les yeux de Junon qui se trouvait au sommet de la composition. La composition du trumeau est très proche de celle de la gravure. Le trumeau est placé dans un cadre orné de cuirs, au centre d'un décor très chargé qui orne tout l'espace restant de la face de la hotte. Dans la partie inférieure un mascaron, très proche de ceux représentés sur les voûtes des paliers de l'escalier, est encadré par des trophées guerriers ; sur les montants des chutes de fruits alternent avec les cuirs ; dans la partie supérieure, le blason est accôté de palmes puis d'angelots debout et de rameaux d'olivier. Sur la jouée
    Description :
    Cheminée adossée dont la hotte de plan rectangulaire et d'élévation droite est entièrement ornée d'un abondant décor de gypseries en demi et haut relief.
    Auteur :
    [commanditaire] Glandèves Horace de [commanditaire] Glandèves Honoré II de
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne
    États conservations :
    Il ne reste de la cheminée d'origine que la hotte, le manteau d'origine a été détruit. Le blason dans la partie supérieure de la hotte a été lissé, il est illisible ; dans la partie supérieure du
    Annexe :
    Le programme iconographique des gypseries du château de Castellet-Saint-Cassien à Val-de-Chalvagne Le programme iconographique des décors de gypseries du château de Castellet-Saint-Cassien se déploie quart du 17e siècle, avec deux dates points de repère : 1659 (date portée sur la cheminée n°1) et après 1666 (cf. blason de la cheminée n°3), sans doute sur une commande d’Honoré II de Glandèves, seigneur du Castellet-Saint-Cassien. Les modèles semblent être issus d’un même recueil de gravures constitué à partir de deux éditions des Métamorphoses d’Ovide, de 1557 et 1619 (majoritairement), dont les graveurs sont développe sur le thème de l'amour profane. Elle comprend à la fois des scènes figurées et une ornementation foisonnante. Au rez-de-chaussée, une figure féminine mêlant les attributs traditionnels de la Fortune et de Vénus, est juchée sur une sphère ailée et tient de ses deux mains, au-dessus de sa tête, un voile gonflé instincts maîtrisés, la luxure tenue en bride. Au premier étage, sur le palier de cet étage noble, à
    Illustration :
    Plan de localisation de la cheminée n°1, premier étage. IVR93_20120400802NUDA Détail : hotte, vue de face. IVR93_20110403791NUC2A Détail : coin inférieur gauche de la hotte. IVR93_20110403793NUC2A Détail : coin supérieur droit de la hotte. IVR93_20110403797NUC2A Détail : coin supérieur droit de la hotte. IVR93_20110403798NUC2A Détail : coin supérieur droit de la hotte. IVR93_20110403796NUC2A Détail : coin inférieur droit de la hotte. IVR93_20110403795NUC2A Détail de la hotte : jouée gauche. IVR93_20110403801NUC2A Détail de la hotte : jouée droite. IVR93_20110403799NUC2A Détail de la hotte : jouée droite. IVR93_20110403471NUC2A
  • cheminée (N° 3)
    cheminée (N° 3) Val-de-Chalvagne
    Inscriptions & marques :
    Blason fascé d'or et de gueules de six pièces, timbré d'un heaume taré de front et grillé.
    Historique :
    La cheminée ne porte pas de date mais elle est contemporaine du programme d'ensemble de réalisation date 1659 (Référence IM04002542). Si le commanditaire de la construction du château sous son aspect actuel est sans doute le seigneur de Castellet-Saint-Cassien, Horace de Glandèves, la réalisation des décors de gypseries, et tout particulièrement de cette cheminée, est le résultat d'une commande de son fils, Honoré II de Glandèves. La hotte porte en effet le blason de la famille de Glandèves mais timbré d'un heaume réservé, notamment, aux grands officiers, or Honoré II de Glandèves est nommé sénéchal de d'une édition des Métamorphoses d'Ovide datée de 1619 ; gravures utilisées également pour la réalisation de la cheminée N°1 (Référence IM04002542) et de l'escalier (Référence IM04002544) ; ainsi que, dans une moindre mesure, d'une autre édition datée de 1557.
    Référence documentaire :
    , Lyon : Jean de Tournes, 1557. : Jean de Tournes, 1557. pp. 19-22 Fontana Jean-Loup. Décors de gypserie dans des résidences seigneuriales de Provence orientale. Dans : Chroniques de Haute Provence, 2010, n°365, 130e année. Revue de la Société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence. pp. 53, 65-66 GUEYRAUD, Marie-Hélène. Les décors de gypseries dans l'architecture civile des Alpes du sud, 16e-17e siècles. DEA, université de Provence, sous la direction de Jean-Jacques Gloton, 1988. Dans le livret 3, étude de la cheminée du château d'Allemagne. Et notamment analyse iconographique avec identification des deux personnages debout Mercure et Minerve ; citations à titre de comparaison p. 2, 177 OVIDE. Les métamorphoses. Lyon : Jean de Tournes, 1557.
    Représentations :
    Les jambages sont constitués de deux personnages représentés nus, debout, les mains sur les hanches arrondi sous le poids du linteau. Sur la face du linteau, la scène d'Orphée charmant les animaux avec, de restes humains. Dans la partie supérieure de la hotte, le trumeau est composé d'un médaillon central , aujourd'hui vide, surmonté d'un blason sommé d'un heaume de face empanaché de plumes et entouré de figures décoratives. Sur les montants de la hotte sont figurés sur fond de trophées d'armes : à gauche, peut-être Mercure et à droite une figure féminine souvent associée à Mercure, Minerve. Sur la jouée gauche de la hotte, un personnage assis sur un canon souffle dans une trompette, toujours sur fond de trophée d'armes
    Description :
    Cheminée adossée dont la hotte de plan rectangulaire et d'élévation droite est entièrement ornée d'un abondant décor de gypseries en demi et haut relief, les jambages portent un décor en ronde bosse.
    Auteur :
    [commanditaire] Glandèves Horace de [commanditaire] Glandèves Honoré II de
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne
    États conservations :
    Oeuvre en assez bon état de conservation même si les sculptures sont érodées et encrassées.
    Annexe :
    Le programme iconographique des gypseries du château de Castellet-Saint-Cassien à Val-de-Chalvagne Le programme iconographique des décors de gypseries du château de Castellet-Saint-Cassien se déploie quart du 17e siècle, avec deux dates points de repère : 1659 (date portée sur la cheminée n°1) et après 1666 (cf. blason de la cheminée n°3), sans doute sur une commande d’Honoré II de Glandèves, seigneur du Castellet-Saint-Cassien. Les modèles semblent être issus d’un même recueil de gravures constitué à partir de deux éditions des Métamorphoses d’Ovide, de 1557 et 1619 (majoritairement), dont les graveurs sont développe sur le thème de l'amour profane. Elle comprend à la fois des scènes figurées et une ornementation foisonnante. Au rez-de-chaussée, une figure féminine mêlant les attributs traditionnels de la Fortune et de Vénus, est juchée sur une sphère ailée et tient de ses deux mains, au-dessus de sa tête, un voile gonflé instincts maîtrisés, la luxure tenue en bride. Au premier étage, sur le palier de cet étage noble, à
    Illustration :
    Plan de localisation de la cheminée n°3, premier étage. IVR93_20120400804NUDA Détail de la hotte, 1976 IVR93_19760400286Z Détail de la hotte, 1976 IVR93_19760400263Z Détail de la hotte, jouée droite, 1976. IVR93_19760400265Z Vue générale de la hotte. IVR93_20110403818NUC2A Vue générale de la hotte. IVR93_20110403819NUC2A Vue générale de la hotte. IVR93_20110403812NUC2A Vue de la partie centrale du linteau. IVR93_20110403817NUC2A Détail du montant gauche de la hotte. IVR93_20110403821NUC2A Détail du montant droit de la hotte. IVR93_20110403820NUC2A
  • cheminée (N° 2) : Adieux d'Enée à Didon (?)
    cheminée (N° 2) : Adieux d'Enée à Didon (?) Val-de-Chalvagne
    Inscriptions & marques :
    Le trumeau présente de nombreux graffitis, gravé dans la partie basse notamment, il s'agit essentiellement de noms et d'une date, 1777.
    Historique :
    La cheminée ne porte pas de date mais elle semble contemporaine du programme d'ensemble de date 1659 (Référence IM04002542). Si le commanditaire de la construction du château sous son aspect actuel est sans doute le seigneur de Castellet-Saint-Cassien Horace de Glandèves, la réalisation des décors de gypseries est plus probablement due à son fils Honnoré II de Glandèves. Cette cheminée est très lacunaire puisqu'il n'en subsiste que le trumeau. Elle porte de nombreux graffitis, dont certains du 18e siècle (porte la date de 1777).
    Référence documentaire :
    pp. 53, 66 GUEYRAUD, Marie-Hélène. Les décors de gypseries dans l'architecture civile des Alpes du sud, 16e-17e siècles. DEA, université de Provence, sous la direction de Jean-Jacques Gloton, 1988. pp. 18-19 Fontana Jean-Loup. Décors de gypserie dans des résidences seigneuriales de Provence orientale. Dans : Chroniques de Haute Provence, 2010, n°365, 130e année. Revue de la Société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence. nationale de France, Paris : RES G- YC- 431.
    Représentations :
    Le thème iconographique est sans doute tiré des Métamorphoses d'Ovide comme l'ensemble du décor de gypseries du château. L'identification de la scène est incertaine : il pourrait s'agir des adieux d'Enée à tiennent debout et enlacés désignant chacun de l'index ou de la main un endroit opposé. Il se trouve au l'embarquement d'Enée. Derrière eux une procession de quatre personnages (une femme et trois soldats) portant des colonnes corinthiennes. Dans le fond est figurée une ville avec enceinte crénelée et toits de diverses
    Description :
    Le trumeau est un bloc de gypserie au décor à réserve par endroit gravé.
    Auteur :
    [commanditaire] Glandèves Horace de [commanditaire] Glandèves Honoré II de
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne
    Annexe :
    Le programme iconographique des gypseries du château de Castellet-Saint-Cassien à Val-de-Chalvagne Le programme iconographique des décors de gypseries du château de Castellet-Saint-Cassien se déploie quart du 17e siècle, avec deux dates points de repère : 1659 (date portée sur la cheminée n°1) et après 1666 (cf. blason de la cheminée n°3), sans doute sur une commande d’Honoré II de Glandèves, seigneur du Castellet-Saint-Cassien. Les modèles semblent être issus d’un même recueil de gravures constitué à partir de deux éditions des Métamorphoses d’Ovide, de 1557 et 1619 (majoritairement), dont les graveurs sont développe sur le thème de l'amour profane. Elle comprend à la fois des scènes figurées et une ornementation foisonnante. Au rez-de-chaussée, une figure féminine mêlant les attributs traditionnels de la Fortune et de Vénus, est juchée sur une sphère ailée et tient de ses deux mains, au-dessus de sa tête, un voile gonflé instincts maîtrisés, la luxure tenue en bride. Au premier étage, sur le palier de cet étage noble, à
    Illustration :
    Plan de localisation de la cheminée n°2, premier étage. IVR93_20120400803NUDA
  • fermes
    fermes Val-de-Chalvagne
    Historique :
    Certains bâtiments semblent trouver leurs origines au 16e siècle, dans un contexte de re connu des ré-aménagements, parfois importants, aux 18e, 19e et 20e siècles. Toutes les fermes de la commune sont mentionnées sur la Carte de Provence des Ingénieurs Géographe militaires (1764-1765) au 1/14
    Description :
    Le territoire communal est caractérisé par une grande dispersion du bâti et dans la vallée de Montblanc, les fermes isolées se succèdent tous les 500 mètres environ. Elles possèdent de trois à cinq niveaux d'élévation et, du fait du relief, sont majoritairement implantées perpendiculairement au sens de la pente. Cela se traduit par la présence systématique d'un, deux, voire trois étages de soubassement . Elles sont souvent composées de bâtiments accolés, avec parfois des dépendances disjointes. Elles calcaires, de grès, de tuf ou en appareil mixte, montés au mortier de chaux et sable. Les chaînes d'angles sont en gros moellons équarris, ou en pierre de taille (calcaire ou tuf) pour un quart des fermes. Les enduits sont à pierres vues, rustiques, lisses ou à inclusions de petits cailloux. Les encadrements des ouvertures sont façonnée au mortier, avec un linteau en bois. Certaines fermes possèdent une porte de logis avec un encadrement en pierre de taille. Les voûtes sont très présentes : en berceau segmentaire, en
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne
    Texte libre :
    de l'enquête Le repérage des fermes sur la commune de Val-de-Chalvagne a été effectué au cours des changements de propriétaires. Certaines fermes de la commune de Val-de-Chalvagne semblent trouver leurs ... Décor 81,5% des fermes de la commune de Val-de-Chalvagne ne possèdent pas de décors de façade. Des disjoints Interprétation de la classification Sur la commune de Val-de-Chalvagne, 93% des fermes sont de I. Contexte de l'enquête Le repérage Ce dossier concerne les fermes de la commune de Val-de -Chalvagne (canton d'Entrevaux, Pays Asses-Verdon-Vaïre-Var, département des Alpes-de-Haute-Provence). Le Les trois-quarts des fermes sont dispersées et isolées sur le territoire de la commune de Val-de -Chalvagne. Les autres fermes se trouvent regroupées autour du village de Villevieille et dans les trois , celui-ci est construit en grès. Structure, élévation, distribution Les fermes de la commune de Val-de -Chalvagne possèdent de trois à cinq niveaux d'élévation : trois niveaux (53,5% du corpus), quatre niveaux
    Illustration :
    La Serre, parcelle B 187, 188. Ferme de type F3. IVR93_20100400963NUC2A Le Coulet, vue d'ensemble de la ferme seigneuriale du 18e siècle, 1983 B 44. IVR93_20100400832NUC2A Les Bions, parcelle A 140, B 67. Vue d'ensemble de la ferme. IVR93_20100400840NUC2A Mézerane, vue d'ensemble de la ferme, 1983 152A2 185. IVR93_20100401004NUC2A Les Audiberts, vue d'ensemble de la ferme, 1983 A 10. IVR93_20100400848NUC2A La Bastide, parcelle A 120. Vue d'ensemble de la ferme. IVR93_20100400777NUC2A La Colle, chaîne d'angle en pierre de taille calcaire avec ancre de tirant, 1983 A 88 Le Château, chaîne d'angle en pierre de taille calcaire, 1983 B 78,204. 207. 213. 218 Le Château, chaîne d'angle en pierre de taille de tuf et collage de maçonnerie, 1983 B 78. 199. 204 Champ d'Ameille, parcelle 125A2 215. Chaîne d'angle en pierre de taille de tuf
  • statue (statuette) : Enfant Jésus
    statue (statuette) : Enfant Jésus Val-de-Chalvagne - Villevieille
    Représentations :
    L'Enfant Jésus est représenté debout, de face.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Les yeux sont incrustés de verre. Chairs et cheveux : polychromes. Vêtements dorés. Le socle
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne - Villevieille
    États conservations :
    Quelques manques de dorure. Usures des mains.
    Illustration :
    Vue générale de face. IVR93_20110404100NUC2A
  • cloche
    cloche Val-de-Chalvagne - Villevieille
    Inscriptions & marques :
    marque de fondeur en relief sur l'oeuvre Inscription : ST NICOLAT PRIEZ POUR NOUS / STE CATHERINE ORATE PRO NOBIS / B.P ; marque de fondeur
    Observation :
    Il n'a pas été possible de monter dans le clocher ; la date et l'inscription n'ont pas pu être
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Cloche suspendue, de volée.
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Reynaud G.
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne - Villevieille
    Catégories :
    fonderie de cloches
  • tableau : Vierge à l'Enfant avec des saints
    tableau : Vierge à l'Enfant avec des saints Val-de-Chalvagne - Villevieille
    Historique :
    tableau (Référence IM04001972) de l'église paroissiale Sainte-Catherine de Villevieille.
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne - Villevieille
  • buste-reliquaire : Saint Nicolas
    buste-reliquaire : Saint Nicolas Val-de-Chalvagne - Villevieille
    Représentations :
    Saint Nicolas, coiffé de la mitre, tient sa crosse de la main gauche et bénit de la dextre.
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne - Villevieille
    Illustration :
    Vue générale de face. IVR93_20110404102NUC2A
1 2 3 4 21 Suivant