Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 1699 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • château du Rival, dit aussi château du Rivail
    château du Rival, dit aussi château du Rivail Saint-Jean-Saint-Nicolas - le Rival - isolé - Cadastre : 1955 BC 67, 140 à 147
    Historique :
    . Il fut vendu par Charles-Balthazar du Serre à Henry Moncheny-Bonnabel en 1750. La façade sud-ouest a de sainte Marie dès 1597 en présence de Noble-Charles du Serre. Mais la facture de certaines baies reconstruit après son acquisition par la famille du Serre en 1590. La chapelle fut consacrée sous le vocable Le château, initialement édifié au milieu du 14e siècle, a probablement été en grande partie que les travaux se sont échelonnés sur plusieurs décennies, visiblement jusqu'au second quart du 17e principale nouvellement aménagée, a probablement été apposée pour commémorer la construction du château originel. L'une des dépendances agricoles présente encore les vestiges de baies probablement du 16e siècle
    Observation :
    Bien que la rose héraldique comporte 5 pétales et 5 sépales, les armoiries de la famille du Serre
    Référence documentaire :
    P. 124. ABBE RANGUIS. Histoire du mandement de Montorcier. Grenoble, 1905. ROMAN, Joseph. Répertoire archéologique du département des Hautes-Alpes. Paris : Imprimerie
    Représentations :
    Armoiries de la famille du Serre sculptées sur le bas-relief de la hotte d'une cheminée et sur la margelle du bassin de la fontaine : [d'azur] au cerf passant [d'or], au chef [d'argent] chargé de trois de l'escalier. Coquille encadrée de volutes et surmontée d'un fleuron : décor stuqué sculpté du
    Description :
    , et la partie antérieure de sa margelle présente un écu carré avec les armoiries de la famille du Serre. Dans l'aile sud-ouest, un escalier intérieur dans-oeuvre en pierre de taille, tournant à retours en arc-de-cloître juxtaposées. Une petite niche, sur le palier du 1er étage, abrite aujourd'hui une hotte d'une cheminée récente, porte la date 1633 et un écu ovale avec les armoiries de la famille du Serre, entouré d'une inscription en latin : HINC COELVM INDE SOLVM. Une maison récente a été accolée au
    Auteur :
    [commanditaire] Serre Charles-Balthazar du [commanditaire] Serre Noble Charles du
    Titre courant :
    château du Rival, dit aussi château du Rivail
    Appellations :
    château du Rival château du Rivail
    Texte libre :
    messire Charles Balthazar du Serre. Le château a été restauré à plusieurs reprises par la suite. La façade , sous le titre de Sainte Marie. Noble Charles du Serre assistait à la cérémonie.Selon Joseph Roman , monolithe, sans doute en grès, et orné des armes de la famille du Serre. La fontaine d1 origine devait HISTORIQUE Le château du Rival ou Rivail aurait été édifié au milieu du XIVe siècle. Après l'abandon du château-fort, situé non loin de là sur la colline de Frustel, il serait devenu la résidence du seigneur majeur du mandement de Montorcier (Ranguis, p. 124). La date 1359, gravée au XIXe siècle sur la commémorer la construction du château originel. Le château du Rival a été racheté en 1590 par la famille du Serre qui avait d'autres possessions dans le Champsaur, en particulier le château de Saint-Léger. Cette du château du Rival a été consacrée le 13 juillet 1597 par Pierre Paparin de Chaumont, évêque de Gap tours rondes. Il ne précise pas s'il parle de la période médiévale ou de la reconstruction du XVIIe
    Illustration :
    La fontaine actuelle. Sur le bassin en remploi, les armes de la famille du Serre Bas-relief daté de 1633 représentant les armes de la famille du Serre, autrefois placé sur la Vue de situation. Vue aérienne prise du sud. IVR93_19890500678X Vue de situation prise du sud-est. IVR93_19920500120XA Façade sud-ouest. Vue d'ensemble. Sur le linteau de la porte du logis d'allure XIXe est gravée La façade, prise du sud-ouest. IVR93_19920500105ZA Le château. Vue de volume prise du sud. IVR93_19920500115XA Château. L'escalier intérieur. Vue prise du rez-de-chaussée vers le premier étage Château. L'escalier intérieur. Détail du couvrement. IVR93_19920500086X Château. L'escalier intérieur. Fontaine sur le palier du premier étage. IVR93_19920500089X
  • pont de la Serre
    pont de la Serre Val-de-Chalvagne - la Serre - R.D. 10 - isolé - Cadastre : 1817 Bu non cadastré ; 1983 B non cadastré ; domaine public
    Historique :
    Saigne et le Michaud d'Arçon. Il pourrait dater de la fin du 18e siècle.
    Hydrographies :
    Vallon du Castellet
    Description :
    Le pont de la Serre est un pont courbe. Il se compose d'une arche maçonnée et de deux rampes
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne - la Serre - R.D. 10 - isolé - Cadastre : 1817 Bu non cadastré ; 1983 B non
    Titre courant :
    pont de la Serre
    Appellations :
    pont de la Serre
    Illustration :
    Détail du système d'accroche d'un des tirants. IVR93_20090403129NUC1A
  • beffroi dit Clocher du Son du Serre
    beffroi dit Clocher du Son du Serre Briançon - chemin du Son-du-Serre - en ville - Cadastre : 1841 A4 511 1972 AP 32
    Historique :
    L'ancienne cloche du Son du Serre en haut de la ville fut enlevée et fondue en 1716 pour la fabrication de la grosse cloche de la collégiale. Après la suppression du corps de garde du château en 1735
    Localisation :
    Briançon - chemin du Son-du-Serre - en ville - Cadastre : 1841 A4 511 1972 AP 32
    Titre courant :
    beffroi dit Clocher du Son du Serre
    Appellations :
    Clocher du Son du Serre
    Illustration :
    Vue prise du sud. IVR93_19760500678X
  • tableau : Saint Charles Borromée
    tableau : Saint Charles Borromée Castellane - le Roc
    Historique :
    On sait que Monseigneur Louis Duchaine (1623-1671) fit construire en 1665-1666 la chapelle du François de Sales et sainte Jeanne de Chantal. De plus, la forme du tombeau de l'autel et des chandeliers , représentés dans le tableau, relève plutôt du 18e siècle que du 17e siècle. Ce cadre aurait donc été déplacé du couvent vers la chapelle Notre-Dame-du-Roc à une date inconnue.
    Observation :
    Le tableau pourrait être de la même main que les tableaux du choeur de l'église Saint-Victor. Il
    Référence documentaire :
    Chantal avec de très beaux cadres en bois sculpté et doré à ses armes (aujourd'hui à Notre-Dame-du-Roc
    Représentations :
    saint Charles Borromée couronne d'épines, occupe la partie supérieure droite de la toile. Un ange vole au-dessus du saint. Sur le fronton du cadre figurent les armoiries de Monseigneur Louis Duchaine.
    Description :
    Toile en un seul lé vertical au tissage régulier et serré. La préparation est rouge ; l'épaisseur
    Titre courant :
    tableau : Saint Charles Borromée
    Dimension :
    h = 149 ; la = 125 (dimensions à l'ouverture du cadre) ; h = 265 ; la = 174 (dimensions avec cadre).
  • ouvrage fortifié (observatoire) dit observatoire de Serre la Plate, de l'organisation défensive de l'Ubaye.
    ouvrage fortifié (observatoire) dit observatoire de Serre la Plate, de l'organisation défensive de l'Ubaye. Val d'Oronaye - Serre la Plate - isolé - Cadastre : 1975 A 44
    Historique :
    En 1931 sont établis des projets d'observatoire. Seul l'ouvrage de Serre la Plate est construit
    Localisation :
    Val d'Oronaye - Serre la Plate - isolé - Cadastre : 1975 A 44
    Titre courant :
    ouvrage fortifié (observatoire) dit observatoire de Serre la Plate, de l'organisation défensive de
    Appellations :
    observatoire de Serre la Plate
    Texte libre :
    exemplaires sur la frontière du sud-est (Mont-Agel, Mont Gros de Roquebrune, Pic de Garuche et Serre la Plate le cadre du Plan XVII (pas de traces d'édifice antérieur). A l'issue de la longue gestation du fait insuffisant - qui est réservé aux organisations de première urgence de la frontière du sud-est sur les 2,9 milliards accordés par la loi du 14 janvier 1930. Le maréchal Pétain, vice président du classement par ordre d'urgence s'impose : dans une note (n° 434 F.A. du 24 janvier 1930), le général Belhague sous des réserves précises. Ce programme est approuvé par le Ministre, par DM n° 214. 3/11 du 26 catégorie dont trois observatoires (Serre la Plate, la Duyère, etc). Sont classés en deuxième catégorie - et figurent dans le programme d'exécution n° 45/FA du 31 janvier 1931, mais des remaniements interviendront cependant ensuite : des trois observatoires, seul Serre la Plate sera construit aux normes "C.O.R.F.", mais par main d'oeuvre militaire. Un premier avant-projet est élaboré par la Direction du Génie de Briançon
  • tableau : Saint Charles Borromée, cadre
    tableau : Saint Charles Borromée, cadre La Turbie - place de l' Eglise
    Représentations :
    saint Charles Borromée, crâne, table, crucifix, clous, angelot Saint Charles Borromée, debout, la main posée sur un crâne, devant une table couverte d'une nappe bleue à franges dorées identique à celle du tableau représentant sainte Marie-Madeleine (notice
    Description :
    Tableau : toile d'épaisseur moyenne, de texture assez serrée ; préparation beige ; couche picturale
    Titre courant :
    tableau : Saint Charles Borromée, cadre
    Dimension :
    h = 160 ; la = 80 (dimensions totales à l' intérieur du cadre)
  • ouvrage fortifié (fortin, poste) dit fortin de Serre de Laut et poste, de l'organisation défensive de l'Ubaye.
    ouvrage fortifié (fortin, poste) dit fortin de Serre de Laut et poste, de l'organisation défensive de l'Ubaye. La Condamine-Châtelard - Serre de l'Aut - isolé - Cadastre : 1975 J6 1012
    Historique :
    Le terme de fortin, désignation donnée par le petit atlas du Génie, semble bien adapté à un ouvrage complétant le fort de Tournoux, d'observatoire optique et de poste optique du réseau terminal de la vallée
    Description :
    , maçonné en moellons, a un plan en T et est doté d'un avant-corps saillant sur le front de gorge du fortin couvert d'un toit de tôles à quatre pans. A proximité du fortin, mais administrativement sur la commune de
    Localisation :
    La Condamine-Châtelard - Serre de l'Aut - isolé - Cadastre : 1975 J6 1012
    Titre courant :
    ouvrage fortifié (fortin, poste) dit fortin de Serre de Laut et poste, de l'organisation défensive
    Appellations :
    fortin de Serre de Laut et poste
    Texte libre :
    I. HISTORIQUE A. Fortin Le terme "fortin", désignation donnée par le petit atlas du Génie, semble qui pourrait recevoir cependant des pièces de montagne sur le terre-plein du front de tête, même si aucune pièce d'artillerie ne figure dans le plan du dossier de mobilisation de 1914. L'ouvrage est sensiblement de niveau sur deux kilomètres jusqu'au sommet de Serre de Laut, son extrémité sud-est, où convergent les contreforts dont celui portant le complexe Tournoux-Les Caurres. Le fortin de Serre de Laut dans presque toutes les directions vallée du Parpaillon, vallée de l'Ubaye à partir du Pas de la - un poste optique également important du réseau terminal de la vallée, avec liaisons établies avec les central flanque le front de gorge. Le tout est orienté face au nord-est. La façade du casernement, et . L'escarpe du front de tête est renforcée d'arcs en décharge, non pour des raisons de stabilité du sous-sol arrêter. Cette disposition structurelle est l'indice d'une bonne culture technique de l'officier chargé du
    Illustration :
    Vue aérienne prise du sud, sur l'arrière. IVR93_19920400373XA Vue aérienne prise du sud-ouest. IVR93_19920400372XA L'ouvrage vu dans l'axe de la crête, au nord-ouest, à hauteur du poste. IVR93_19910400904ZA Vue sur la vallée du Parpaillon. Au centre, massif de la tête de l'Infernet et du Vallon Claus. Au premier plan, avant-corps du casernement. IVR93_19910400890ZA Vue partielle oblique du front de tête. A droite, bastionnet de gauche surmonté, au saillant, du Flanc gauche, vue générale prise du nord. IVR93_19910400908ZA Flanc droit et saillant du bastionnet de droite. Vue extérieure. IVR93_19910400891ZA Courtine du front de tête. Vue extérieure. Remarquer les arcs en décharge. IVR93_19910400334X Saillant arrière gauche. Vue extérieure prise du nord. IVR93_19910400887ZA
  • tableau : Donation du rosaire
    tableau : Donation du rosaire Saint-Julien-du-Verdon
    Historique :
    Monseigneur Soanen écrit, dans sa visite pastorale de 1702, que la chapelle du Rosaire a un tableau de la Donation du rosaire. La visite pastorale de 1745 précise que le tableau était alors en très , probablement du 17e siècle, ait été repris et repeint en 1749 (date portée). Le tableau est donné en bon état
    Référence documentaire :
    00/09/1745 : le tableau de la Donation du Rosaire est en très mauvais état. Procès-verbaux de Senez de 1771 à 1773), Jean-Baptiste Charles Marie de Beauvais (évêque de Senez de 1774 à 1783), Sixte
    Description :
    Toile au tissage régulier et serré constituée d'un seul lé horizontal. La préparation est rouge
    Localisation :
    Saint-Julien-du-Verdon
    Titre courant :
    tableau : Donation du rosaire
    Dimension :
    h = 148 ; la = 119,5 (ouverture du cadre) ; h = 183 ; la = 153,5 (avec cadre).
    États conservations :
    torche, près du manteau de sainte Cathrerine. Zones blanches ponctuelles correspondant sans doute à des
  • présentation du canton d'Orcières
    présentation du canton d'Orcières
    Référence documentaire :
    [Copie textuelle du registre paroissial rédigé par M. Albrand, ancien curé de Serre-Eyraud de 1841 FAURE DU SERRE. L'Orcereïde. Dans Bulletin de la Société d'Etudes des Hautes-Alpes, 1885. à 1844, par Joseph Meizel, inspecteur primaire honoraire, de Serre-Eyraud.] Archives départementales DALLA-NORA, Stéphane. Développement et extension d'un village du Champsaur : Pont-du-Fossé, commune ALBERT, Antoine. Histoire géographique, naturelle, ecclésiastique et civile du diocèse d'Embrun L'aménagement du secteur rural de Saint-Bonnet. Bureau pour le développement de la production ARTAUD, Louis. Mouvement de la population du département des Hautes-Alpes depuis le début du XXe BLANCHARD, Raoul. Les Alpes occidentales. Tome V : Les grandes Alpes françaises du sud. Grenoble et CASTELA, Paul. D'Orcières à Merlette. La mutation du Pays du Drac Noir. Edité pour le compte de l'Office du Tourisme d'Orcières-Merlette. Nice : Imp. Gamba, 1984.
    Titre courant :
    présentation du canton d'Orcières
    Texte libre :
    Présentation géographique : Situé au sud-est du massif de l'Oisans et des Écrins, le canton d'Orcières occupe la terminaison méridionale du sillon alpin. Il est constitué par trois communes : celle de Champoléon correspond à la vallée du Drac Blanc, celle d'Orcières à la vallée du Drac Noir. Ces deux torrents laquelle la commune de Chabottonnes fut réunie en 1964 s'étend en aval sur les deux rives du Drac. Les habitants du pays et leur seigneur et entre communautés paysannes. Au contraire Saint-Jean-Saint-Nicolas appartient déjà au Bas-Champsaur. En aval des Ricous la vallée du Drac, modelée en forme d'auge par l'érosion dénuée de pâturages d'altitude. Le Haut-Champsaur est limitrophe du Valgaudemar au nord, du Haut 2782 mètres pour se rendre dans la commune du même nom ou le col des Tourettes à 2582 mètres vers appartient à la vallée du Champsaur qui correspond à peu près aux limites des actuels cantons d'Orcières et comtes de Forcalquier leur contestent cette possession. En 1260 les nobles du Champsaur se reconnaissent
  • caserne du Faron
    caserne du Faron Toulon - Mont Faron
    Historique :
    Dans le cadre du projet général pour la défense de Toulon du directeur des fortifications de Provence Milet de Monville, en 1763-1766, est prévu un programme de fortification du Mont Faron. La mise en oeuvre des ouvrages du secteur Est de la montagne, en particulier celle du fort Faron, seule redoute travaux du fort ralentissant le chantier, son concepteur, Louis d’'Aguillon, fait édifier en 1765 à '’inachèvement du fort Faron fait de la caserne retranchée l'’unique logement de troupes permanent disponible du secteur est du Mont Faron, notamment pour le service de la batterie de la lunette du fort, et ce jusqu'’à la fin des années 1830. La construction de la tour de la Croix-Faron et l’'achèvement du fort Faron en 1840-1844 mettent fin à cette situation. Le chef du génie d’'alors signale le déficit d'’utilité attaques ennemies par l’'est, est une des justifications initiales du projet de retranchement proposé de « Crémaillère du Faron ».
    Référence documentaire :
    Caserne du Faron. 1775. / Dessin, plume et lavis, 1775. Par Charles François Marie d'Aumale 1677-1875. Archives du Génie de Toulon. Service Historique de la Défense, Vincennes : Série 1 V Caserne retranchée du Faron, plan et profils. / Dessin en couleur par Milet de Monville, 1767
    Description :
    un à deux étages, l’'autre, formant bas-côté au nord, abritant la citerne. Les huit travées du ’'extrados des arcs portait les deux versants du toit, sur des rampants maçonnés tenant lieu de fermes, ceux du nord se prolongeant pour couvrir sous un même versant la citerne, également couverte d'’arcs plus , mais en revanche elle est largement employée pour les chaînes des angles du revêtement de l’enceinte . L'encadrement de la porte de l’enceinte est entièrement en pierre de taille. Les chainages d’angle saillants du ) que même que les grands arcs diaphragmes de la nef du casernement. Ceux de la nef de la citerne sont chaînes d’angle. Les versants du toit du bâtiment de la caserne, long pan couvrant la citerne, versant sud
    Titre courant :
    caserne du Faron
    Texte libre :
    fortifications de Provence Nicolas Milet de Monville en 1763-1764 sous le contrôle du Lieutenant-Général Pierre -Joseph de Bourcet, ingénieur en chef des fortifications du Dauphiné, et à nouveau présenté en 1766, est à l’origine du fort Faron. Dans le projet de janvier 1764, pour le secteur Est de la montagne, une redoute est celle proposée plus bas, à La Gypière. En janvier 1766, le sous-brigadier du génie Louis d’Aguillon , concepteur (sous l’autorité de Milet de Monville) du plan définitif du fort Faron, désormais ouvrage plus casernements. Ce bâtiment au service du fort en devenir est lui-même destiné à être dans un second temps , comportait, adossé à la pente du terrain, le bâtiment de casernement proprement dit, allongé, la citerne qui lui est adossée sur toute sa longueur, encaissée dans le terrain du côté dominant (nord), et, du côté inférieur (sud), vis-à-vis de l’emplacement du fort à construire et dominant un peu le chemin d’accès, une des tourelles bastionnées. Les plans de l’atlas de la place forte établi en 1775, par Charles-François
    Illustration :
    Caserne retranchée du Faron, plan et profils. 1767. IVR93_20118300240NUC2A Caserne du Faron. 1775. IVR93_20118300241NUC2A Front d'entrée ouest, porte, mur-pignon de la caserne, aile droite crénelée du cornichon Intérieur du casernement, arcs-diaphragmes vus en enfilade depuis l'ouest. IVR93_20118300183NUC2A intérieur du casernement et de la citerne formant bas côté, sous arcs-diaphragmes, vus depuis le Ensemble du casernement et de la citerne, murs-diaphragmes définissant les travées, vus du nord Ensemble vu de l'est/sud-est, aile gauche du cornichon, épi Est et redan nord-est, pignon de la Ensemble du cornichon sud, avec la porte dans l'épi ouest. IVR93_20118300212NUC2A Détail du crénelage de l'aile droite (ouest) du cornichon, vue extérieure. IVR93_20118300182NUC2A vue intérieure du parapet crénelé de l'enceinte tenaillée, face Est de l'épi nord et du grand redan
  • Tableau d'autel : Donation du rosaire
    Tableau d'autel : Donation du rosaire Thorame-Basse - en village
    Historique :
    En 1618, commande d'un retable pour l'autel de la chapelle du Saint-Rosaire dans l'église paroissiale. Le tableau, disparu aujourd'hui, figurait les mystères du saint Rosaire (voir transcription du d'autel, figurant la Donation du rosaire cette fois, signe de l'évolution des dévotions et de leur du rosaire qu'il a sans doute copiée de celle de Gilles Garcin de l'église paroissiale de Colmars
    Référence documentaire :
    Questionnaire sur l'état des paroisses du diocèse de Digne, cantons d'Allos à Colmars, vers 1840
    Description :
    Toile en trois lés horizontaux, au tissage serré et régulier. Préparation blanche assez fine. Cadre
    Emplacement dans l'édifice :
    Chapelle du Rosaire.
    Titre courant :
    Tableau d'autel : Donation du rosaire
    Dimension :
    Dimensions du jour du cadre : h = 290 ; la = 220.
    Annexe :
    Transcription du prix-fait de 1618 pour la réalisation d'un retable peint Prix-fait pour la commande d'un retable pour la chapelle du Rosaire, église paroissiale de Thorame-Basse. Dans minutes de Me messire Anthoine Ysnard prebstre du lieu de Torretes de Venceet les recteurs de la confrairie du Saint -Rosaire du lieu de Thoramène-Basse L’an 1618 et le 14 octobre (...) messire Anthoine Ysnard prebstre du lieu de Torrètes-lès-Vence, lequel de son gré a promis et promet par ses présentes à mes Charles Luce et Jehan Jassaud notaires, messire Anthoine Fanton prebstre et Sperit Amic du lieu de Thoramène-Basse , recteurs de la confrérie du Saint Rosaire establie en l’esglize Sainct-Pierre dud. Thoramène, présentz
  • tableau : Les âmes du purgatoire
    tableau : Les âmes du purgatoire Saint-Julien-du-Verdon
    Historique :
    D'après la visite pastorale de 1752, "l'autel du purgatoire nouvellement érigé n'a qu'un tableau".
    Référence documentaire :
    00/00/1752 : l'autel du purgatoire nouvellement érigé, n'a qu'un tableau. Procès-verbaux de visites Senez de 1771 à 1773), Jean-Baptiste Charles Marie de Beauvais (évêque de Senez de 1774 à 1783), Sixte
    Description :
    Toile au tissage irrégulier moyennement serré, constituée de deux lés horizontaux. La préparation
    Localisation :
    Saint-Julien-du-Verdon
    Titre courant :
    tableau : Les âmes du purgatoire
    Dimension :
    h = 163 ; la = 125,5 (ouverture du cadre) ; h = 190 ; la = 153,5 (avec cadre).
  • tableau, ex-voto : Demande de guérison de Charles Brenta
    tableau, ex-voto : Demande de guérison de Charles Brenta Hyères - 2 place Saint-Paul - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscription donnant l'identité du modèle peint sur l'oeuvre (?) Transcription : EX.VOTO CHARLES BRENTA LE 15 MAI 1870 HYERES (partie inférieure de la toile).
    Description :
    Tissage régulier. Toile à texture serrée.
    Titre courant :
    tableau, ex-voto : Demande de guérison de Charles Brenta
  • tableau : Le Triomphe du Saint-Sacrement
    tableau : Le Triomphe du Saint-Sacrement Cavaillon - place Voltaire
    Historique :
    du Saint-Sacrement. Il ressemble fortement au Triomphe de l'Eucharistie, carton peint par Rubens en madrilène. Parrocel a-t-il vu ces oeuvres ou s'est-il inspiré du livre de Richeome "Les tableaux sacrés des figures mystiques du très auguste sacrifice et sacrement de l'Eucharistie" ? Cet ouvrage, publié en 1601 , comporte des gravures de l'artiste anversois Charles de Mallery.
    Référence documentaire :
    f°1225, 29 novembre 1690 [Archives de la confrérie du Saint-Sacrement de la cathédrale de Cavaillon
    Représentations :
    lequel vole la colombe du Saint Esprit ; un ange tient une tiare au-dessus de la tête de la femme. Un
    Description :
    Toile d'épaisseur moyenne et de texture serrée, en deux lés horizontaux. Couche picturale fine
    Auteur :
    [auteur du modèle] Rubens Peter Paul
    Titre courant :
    tableau : Le Triomphe du Saint-Sacrement
    Dimension :
    h = 208 ; la = 156 ; dimensions à l' intérieur du cadre. Lé inférieur : la = 103.
    Texte libre :
    DESCRIPTION Dénomination : tableaux . Appellation : en pendant. Titre : la Cène ; le Triomphe du ; d'épaisseur moyenne, de texture serrée, en deux lés horizontaux ( lé inférieur : H. 103 cm ). Techniques : pas le paiement de deux pistoles par la confrérie du Saint-Sacrement. (A.D. 84, E confréries, n° 76, f °1225), NOTE DE SYNTHÈSE Le Triomphe du Saint-Sacrement ressemble fortement au Triomphe de ou s'est-il lui aussi inspiré du livre de Richeome "les tableaux sacrés des figures mystiques du très auguste sacrifice et sacrement de l'Eucharistie " (1601), auquel collabora le graveur anversois Charles de
  • chapelle Saint-Charles Borromée
    chapelle Saint-Charles Borromée Château-Ville-Vieille - Rouet - en écart - Cadastre : 1827 E2 1424 1976 E2 963
    Historique :
    réédifiée en 1687 ; elle est identique à 3 autres chapelles du canton reconstruites à la même période
    Description :
    L'éloignement de l'église paroissiale expliquerait la présence du cimetière ; l'édifice de plan
    Titre courant :
    chapelle Saint-Charles Borromée
    Vocables :
    Saint-Charles-Borromée
    Illustration :
    Vue d'ensemble prise du nord-ouest. IVR93_19720500420X Vue de volume prise du nord-ouest. IVR93_19940500709X Vue prise du nord-est. IVR93_19920500269ZA Vue prise du sud-ouest. IVR93_19920500268ZA
  • jardin d'agrément du Château Sainte-Ursule, puis Château des Tours
    jardin d'agrément du Château Sainte-Ursule, puis Château des Tours Cannes - quartier Anglais - 10 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AW 17, 26, 27, 173, 202 à 204, 245, 267 à 270
    Historique :
    Le jardin aurait été aménagé en 1856 par l'architecte paysagiste cannois Charles Baron pour Lord jardin, alors sous la responsabilité du jardinier Dughera, puis il cède des parcelles à partir de 1886
    Cadre de l'étude :
    recensement du patrimoine balnéaire
    Observation :
    Beau vestige du jardin qui a accompagné d'abord le château, puis l'hôtel.
    Parties constituantes non étudiées :
    serre
    Précisions sur la protection :
    le parc (cad. AW 202) : inscription par arrêté du 10 juin 1993.
    Description :
    Sur près de 3 ha, le jardin possède une partie en pente douce au sud du château, plus escarpé au aux abords du château, cascade. Seule une partie régulière en terrasses forme une perspective centrée variés, et forme, avec ses sous-bois, de belles scènes, tantôt fleuries, tantôt verdoyantes. Au sud du l'ouest n'ont pas modifié profondément le caractère du jardin.
    Auteur :
    [paysagiste] Baron Charles
    Localisation :
    Cannes - quartier Anglais - 10 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AW 17
    Titre courant :
    jardin d'agrément du Château Sainte-Ursule, puis Château des Tours
    Appellations :
    jardin du Château Sainte-Ursule, puis Château des Tours
  • tableau, ex-voto : Accident dû à la foudre (N° 4)
    tableau, ex-voto : Accident dû à la foudre (N° 4) Hyères - 2 place Saint-Paul - en ville
    Description :
    Tissage régulier. Toile à texture serrée.
    Titre courant :
    tableau, ex-voto : Accident à la foudre (N° 4)
    Dimension :
    25 h ; 34 la (dimensions à l'intérieur du cadre).
    Texte libre :
    . Liste des ex-voto attribués à ce peintre : [IM83001611] tableau, ex-voto : Accident à la foudre (N° 4 dans une chambre à coucher, 1926 [IM83001623] tableau, ex-voto : Accident de Charles Ghio, 1926
  • retable du Rosaire, cadre
    retable du Rosaire, cadre Val-des-Prés - le Serre - en écart
    Historique :
    Le retable est certainement contemporain du tableau du Rosaire, qui porte la date de 1643.
    Représentations :
    soleil à visage humain. Deux larges chutes de fruits constituent le cadre du tableau. feuille d'acanthe
    Description :
    niveaux d'ailerons en volute. Le cadre du tableau est en haut relief.
    Localisation :
    Val-des-Prés - le Serre - en écart
    Titre courant :
    retable du Rosaire, cadre
    Dimension :
    h = 540 ; la = 347 ; pr = 50 (dimensions générales du retable)
    Appellations :
    du Rosaire
  • tableau : Saint Charles Borromée et la vision du mariage mystique de sainte Catherine
    tableau : Saint Charles Borromée et la vision du mariage mystique de sainte Catherine Villefranche-sur-Mer - place de l' Eglise
    Représentations :
    saint Charles Borromée, agenouillé : prière, Vierge à l'Enfant, sainte Catherine, ange, lys Vision du mariage mystique de sainte Catherine dans la partie droite du tableau.
    Titre courant :
    tableau : Saint Charles Borromée et la vision du mariage mystique de sainte Catherine
    Dimension :
    h = 210 ; la = 150 (dimensions à l' ouverture du cadre)
  • ferme du Cognas
    ferme du Cognas Demandolx - Serre Buisson - isolé - Cadastre : 1983 D 147
    Description :
    Grande ferme établie dans un vallon très isolé du versant nord du Teillon, non visible depuis le
    Localisation :
    Demandolx - Serre Buisson - isolé - Cadastre : 1983 D 147
    Titre courant :
    ferme du Cognas
    Appellations :
    ferme du Cognas
    Illustration :
    Cour sud et pilier du hangar. IVR93_20060400084NUCA Etable. Elévation sud. Angle est, avec la grille d'envol du pigeonnier. IVR93_20060400086NUCA Etable. Mur sud. Vestiges du pigeonnier. IVR93_20060400087NUCA Cabane sud-ouest. Vue de volume prise du nord au sud. IVR93_20060400091NUCA
1 2 3 4 85 Suivant