Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 1007 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • ensemble de deux calices
    ensemble de deux calices Vallouise - Ville-Vallouise - en village
    Inscriptions & marques :
    Poinçon de l'orfèvre grenoblois Etienne de Naves ; poinçon de la communauté de Grenoble du milieu poinçon de maître poinçon de communauté
    Historique :
    identique, ont été réalisés par l'orfèvre grenoblois Etienne de Naves au milieu du 17e siècle.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    sur le noeud ; décor ciselé sur le dessus du pied. h = 23,8 ; d = 15,4 ; dimensions maximales de l' un des deux calices. Diamètre de la coupe = 8,7.
    Auteur :
    [orfèvre] Naves Etienne de
    Titre courant :
    ensemble de deux calices
    Origine :
    lieu de provenance Grenoble
    Illustration :
    ) ; poinçon de l'orfèvre grenoblois Etienne de Naves. IVR93_20020500068XE ?) ; poinçon de l'orfèvre grenoblois Etienne de Naves. IVR93_20020500069XE Calice n° 1 de l'ensemble de 2 calices. Vue d'ensemble. Oeuvre de l'orfèvre grenoblois Etienne de Calice n° 2 de l'ensemble de 2 calices. Vue d'ensemble. Oeuvre de l'orfèvre grenoblois Etienne de Naves (vers 1655 ?). IVR93_20020500058XE Calice n° 1 de l'ensemble de 2 calices. Détail : poinçon de la communauté de Grenoble (vers 1655 Naves (vers 1655 ?). IVR93_20020500059XE Calice n° 2 de l'ensemble de 2 calices. Détail : poinçon de la communauté de Grenoble (vers 1655
  • retable de saint Etienne
    retable de saint Etienne Vitrolles-en-Lubéron
    Contributeur :
    Redacteur Teyssier Roseline de
    Représentations :
    Encadrement du retable décoré de motifs végétaux et ailerons ornés de feuilles d'acanthe et surmontés de têtes d'anges ailées.
    Description :
    lapidation de saint Etienne. La toile est en bon état, formée de trois lés verticaux sur un châssis ayant la , flanqué de deux petits ailerons. La peinture est de même forme que le retable. Elle représente la peinture n'a pas fait l'objet de restauration.
    Emplacement dans l'édifice :
    Mur de l'abside, derrière le maître-autel.
    Titre courant :
    retable de saint Etienne
    Appellations :
    saint Etienne
  • église paroissiale Saint-Etienne
    église paroissiale Saint-Etienne Saint-Pierre - en village - Cadastre : 1817 B2 571 2013 C 394
    Contributeur :
    Bertrand Etienne
    Historique :
    L'église Saint-Etienne a été construite sur l'emplacement de la chapelle Saint-Roch, figurée sur le plan cadastral de 1817, avec un plan de masse différent. Cette chapelle était également signalée sur la carte des frontières de 1778-1779. En 1862, la commune de Saint-Pierre envisage de construire une janvier 1864, le sous-préfet informe le préfet que l'adjudication de la reconstruction de l'église de somme de 2881,45 francs. Le préfet estime cependant le projet trop ambitieux pour une si pauvre commune village et se trouve sur un terrain instable en bord de précipice, des études dont celle de l'architecte départemental Lutton, ont montré la nécessité de construire un nouvel édifice. Le projet de construction a reçu . Les archives sont lacunaires sur la suite des événements, la date de la fin des travaux n'est pas
    Référence documentaire :
    1862-1926. Extraits du registre des délibérations du conseil municipal de la commune de St Pierre (Basses-Alpes). Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 431 Lettre du sous-préfet au préfet portant sur le procès-verbal d'adjudication de la reconstruction de l'église de la commune de Saint-Pierre. 2 janvier 1864. Archives départementales des Alpes-de-Haute Lettre au préfet des Basses-Alpes justifiant la construction de la nouvelle église paroissiale de la commune de Saint-Pierre. 1er août 1864. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence
    Représentations :
    Une statue de saint Pierre occupe la niche de la façade en pignon. La clôture de choeur est ornée de rinceaux se terminant en fleur de lys.
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    L'église Saint-Etienne est situé au centre du village, en face de l'ancienne mairie. Elle présente un plan rectangulaire orienté. Elle se compose d'une nef de trois travées voûtées d'arêtes, séparées par un arc doubleau brisé. La nef est prolongée par une abside en cul-de-four. Les murs de l'église sont en moellons à mortier, recouvert partiellement d'un enduit au ciment. Des pierres de taille sont utilisées pour les chaînages d'angle et l'encadrement de la porte. Elle est couverte d'un toit à longs pans en tuiles creuses avec une double rangée de génoise maçonnée. Un toit en appentis garni de tuiles fer forgé. L'intérieur de l'église est éclairé par 6 baies cintrées garnies de verre. L'ensemble de surélevé par rapport à la nef : il accessible par deux marches et fermé par une clôture de choeur en fer forgé. Le sol est pavé en carreaux de terre cuite. La sacristie est éclairée par une ouverture
    Titre courant :
    église paroissiale Saint-Etienne
    Annexe :
    Dépouillement des archives concernant la construction de l'église Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne, 1 O 431 • 2 novembre 1862. Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la commune de St Pierre (Basses-Alpes). Adoption du devis de M. Piathiny pour la dressés par M. Piathiny pour la construction d'une église, à l'exception de son emplacement, et autorise le maire à demander l'autorisation de vendre le moulin à farine. Ce dernier ne fonctionne plus, n'est registre des délibérations du conseil municipal de la commune de Saint Pierre. Adoption d'un devis pour la construction de l'église de St Pierre. Le 4 octobre 1863, le conseil approuve le devis estimatif, la feuille de sous-préfet au préfet portant sur le procès-verbal d'adjudication de la reconstruction de l'église. Le sous-préfet écrit au préfet le 2 janvier 1864. Il rapporte que l'adjudication de la reconstruction de l'église de Saint-Pierre a été accordée au sieur Basson Désiré, maître-maçon à La Rochette, le 20 décembre
    Vocables :
    Saint-Etienne
    Couvrements :
    cul-de-four
  • chapelle Saint-Etienne
    chapelle Saint-Etienne Castellane - Saint-Etienne - isolé - Cadastre : 1835 B 398 ; 1983 212B1 124
    Historique :
    Cette chapelle est l'ancienne chapelle du site castral de Taloire et peut dater du 12e siècle. Elle est mentionnée sur la carte de Cassini (1780-1782) et sur le plan cadastral de 1835. Elle est cadastrée comme ruinée sur le plan cadastral de 1983. Elle était alors en bonne partie comblée et a été restaurée au cours de l'hiver 2005-2006 : les élévations ont été reprises, notamment l'élévation sud dont les claveaux de la porte ont été remontés ; la toiture a été entièrement refaite.
    Murs :
    pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    Saint-Etienne (altitude 1164 mètres), elle est orientée. La nef est de plan rectangulaire ; l'abside est Cette chapelle est située quelques dizaines de mètres en contrebas du sommet de la montagne de séparée de la nef par un épaulement. A l'intérieur : le sol est en pavage grossier de blocs calcaires, les murs portent des vestiges d'enduit lisse au mortier de gypse. Des petits gradins en pierre de taille mur sud est percée d'une porte avec embrasure droite en pierre de taille et linteau monolithe . L'abside est voûtée en cul-de-four ; elle est éclairée par un jour central en arc plein-cintre ; un jour rectangulaire est ouvert du côté nord, avec un encadrement en pierre de taille portant feuillure, il était fermé par un volet sur gond unique. Le couvrement de l'abside est en claveaux de tuf. L'ensemble est construit en moyen appareil de moellons de calcaire rectangulaires, assisés ; les chaînes d'angles sont en pierre de taille calcaire. L'élévation sud est percée d'une porte en arc plein-cintre, dont l'encadrement
    Localisation :
    Castellane - Saint-Etienne - isolé - Cadastre : 1835 B 398 ; 1983 212B1 124
    Précision localisation :
    anciennement commune de Taloire ; commune rattachée à
    Titre courant :
    chapelle Saint-Etienne
    Vocables :
    Saint-Etienne
    Illustration :
    Vue de la colline de Saint-Etienne, prise du sud-est. IVR93_20080400255NUC2A Vue de situation prise du sud. IVR93_20080400505NUC2A Vue de situation prise du nord-est. IVR93_20080400512NUC2A Vue de situation prise de l'est. IVR93_20080400232NUC2A Vue de volume prise de l'ouest. IVR93_20080400237NUC2A Vue de volume prise du sud-est. IVR93_20080400238NUC2A Fonds baptismaux. Angle nord-est de la chapelle. IVR93_20080400239NUC2A
  • chapelle Saint-Etienne
    chapelle Saint-Etienne Poligny - Forêt de Poligny - isolé - Cadastre : non cadastré
    Historique :
    Une chapelle, lieu de pèlerinage, existait depuis le moyen âge sur ce site ; un édifice y est
    Représentations :
    sujet : croix latine, support : en couronnement du clocher mur et de la croupe
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille pierre de taille
    Description :
    Erigée en bordure de la forêt de Poligny. Le clocher mur est en pierre de taille.
    Localisation :
    Poligny - Forêt de Poligny - isolé - Cadastre : non cadastré
    Titre courant :
    chapelle Saint-Etienne
    Vocables :
    Saint-Etienne
    Couvrements :
    cul-de-four
  • buste-reliquaire de saint Etienne
    buste-reliquaire de saint Etienne Vitrolles-en-Lubéron
    Contributeur :
    Redacteur Teyssier Roseline de
    Description :
    Buste-reliquaire en bois plein recouvert d'une assiette de plâtre, peint polychrome. Il est posé quatre pieds en forme de volutes. Ce socle est entièrement doré. Sur la face antérieure, petite cavité
    Titre courant :
    buste-reliquaire de saint Etienne
    Appellations :
    saint Etienne
  • bannière de procession de l'Assomption et de saint Etienne
    bannière de procession de l'Assomption et de saint Etienne Vallouise - Ville-Vallouise - en village
    Inscriptions & marques :
    l'inscription ASSUMPTA EST MARIA. Face de saint Etienne : dans la partie supérieure, l'inscription SANCTE Face de l'Assomption : dans la partie inférieure, la date de 1900 ; dans la partie supérieure
    Historique :
    Le tableau de Murillo est conservé au Musée du Prado à Madrid.
    Matériaux :
    soie violet gros de Tours décor rapporté brodé
    Dénominations :
    bannière de procession
    Représentations :
    La Vierge est debout sur une nuée, le fond est orné d'étoiles à cinq branches. Saint Etienne porte une palme, ornementation de rinceaux avec fleurs, épis de blé et pampres. Assomption, Vierge, nuée , étoile ; saint Etienne diacre : dalmatique, palme ; ornementation (fleur, épi, pampre)
    Statut :
    propriété de la commune
    Stade de création :
    copie interprétée de peinture
    Description :
    Etienne est en gros de Tours violet ; l'inscription et l'ornementation sont en broderie de fil or Deux faces, franges de fil or. La face de l'Assomption est de soie moirée blanche, la date, les étoiles et l'inscription sont rapportées en broderie de fil or ; la figure est en étoffes rapportées (satin bleu, drap d'argent pour la nuée et la robe, mains et visage en carton peint). La face de saint rapportée (grappes en métal doré, fleurs et épis de blé unis et frisés) ; la figure est en diverses pièces d'or orné de broderies filée or et paillettes ; revers de la dalmatique en soie rouge). Hampe en bois
    Titre courant :
    bannière de procession de l'Assomption et de saint Etienne
    Déplacement :
    lieu de déplacement Provence-Alpes-Côte d'Azur,05,Vallouise,presbytère
    Illustration :
    Face représentant saint Etienne. Porte la date de 1900. IVR93_20020500034XE Face représentant l'Assomption. Porte la date de 1900. IVR93_20020500035XE
  • église paroissiale Saint-Etienne
    église paroissiale Saint-Etienne Vallouise - Ville-Vallouise - en village - Cadastre : 1940 B4 853
    Historique :
    Une église sour le titre de Saint-Etienne est mentionnée dans le cartulaire d'Oulx dès le 12e siècle. L'édifice actuel, qui peut être daté de la deuxième moitié du 15e siècle et de la première moitié du 16e siècle, a été consacré en 1532. L'étude du bâtiment permet de proposer des éléments de datation des peintures monumentales qui subsistent établit des jalons : milieu de la deuxième moitié du 15e (en bas, à gauche) ; vers 1500 pour le décor du tympan de la porte abritée par le porche ; deuxième moitié du 16e siècle pour le décor de l'autel latéral situé à l'extrémité du bas-côté droit, auquel est
    Observation :
    Les peintures monumentales (tympan de la porte abritée par un porche, autel latéral, mur est du clocher et chevet) et le décor sculpté (porche et la porte qu'il abrite, culs-de-lampe) sont étudiés dans
    Référence documentaire :
    NOEL, Bernard. Dictionnaire des églises de France. tome II, Centre et Sud-Est, Paris : Robert SENTIS, Gabrielle. Serre Chevalier ou la vallée de la Guisane : La Salle, Villeneuve, Le Bez
    Description :
    droite du choeur, en pendant de la cinquième travée du bas-côté gauche. La nef et les bas-côtés, limités retombent sur des culs-de-lampe ; le choeur est voûté d'ogives également reçues par des culs-de-lampe. Le rez-de-chaussée du clocher est couvert d'une voûte en anse-de-panier, la sacristie d'une voûte en quatrième travée du bas-côté droit est précédée d'un porche voûté d'ogives retombant sur deux culs-de-lampe et deux colonnes. Piles, culs-de-lampe, chapiteaux des piles et de l'arc-triomphal, arcs-doubleaux , voûtes en berceau et en anse-de-panier , porte de la sacristie et portes du clocher (porte donnant sur le , petites fenêtres rectangulaires de la façade sud, partie inférieure du porche , baies cintrées du chevet
    Titre courant :
    église paroissiale Saint-Etienne
    Vocables :
    Saint-Etienne
    Couvrements :
    voûte en berceau en anse-de-panier
    Illustration :
    Vue du clocher prise de Puy-Saint-Vincent. IVR93_19820501792XA Le chevet, vu de face. IVR93_20010500735X Façade sud. Le porche, vu de face. IVR93_20010501275XA Façade sud. Détail de la partie supérieure gauche (à la limite entre les première et deuxième Façade sud. Partie droite, vue de face. IVR93_20010501198X Façade sud. Porte droite. Partie inférieure de l'ébrasement gauche. IVR93_20010501201X Façade sud. Porte droite. Partie supérieure de l'ébrasement gauche : têtes. IVR93_20010501202X Façade sud. Porte droite. Partie supérieure de l'ébrasement droit : têtes. IVR93_20010501203X La nef, vue en direction de l'ouest. IVR93_19890500762V Le collatéral gauche et la nef. Vue prise en direction de l'ouest. IVR93_20010500864X
  • église paroissiale Saint-Etienne
    église paroissiale Saint-Etienne Vitrolles-en-Lubéron - en village - Cadastre : 1933 B 269 1838 B 103
    Historique :
    Brunet, Barthélemi et Etienne Ricard et André Eyriès : destruction partielle de la nef primitive et Eglise paroissiale mentionnée à partir de 1274 ; construite en contrebas du village médiéval , composée d'une nef de 2 travées et d'une abside rectangulaire voûtées en berceau plein-cintre ; abandonnée (actuelle 1ère travée de nef) en 1661 ; agrandissement et remaniement complet en 1683 par les maçons Jean construction de la nef actuelle, du chœur et de la sacristie.
    Murs :
    pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Eglise non orientée, composée d'une nef de 3 travées prolongée par un choeur polygonal voûtés
    Auteur :
    [maçon] Ricard Etienne
    Titre courant :
    église paroissiale Saint-Etienne
    Vocables :
    Saint-Etienne
    Texte libre :
    reliquaire de Saint-Etienne. Dans la niche nord-est : statue de Sainte Philomène. Époque : fin XIXe siècle. bordée à l'ouest par une place, d'où part une ruelle qui longe la nef vers le sud ; au nord, une sorte de cour donne accès à l'ancien cimetière qui s'étendait sur tout le côté oriental de l'église. Celle-ci a un aspect assez trapu, de faible hauteur, et sans caractère monumental. Seul son clocher arcade domine la place, flanqué d'un édicule dont le cadran de l'horloge est peu visible. Matériaux et leur mise de blocage. Parti général, plan, coupes et élévations intérieures A. Parti général Église à nef unique orientée au sud-est flanquée de trois chapelles et d'une sacristie. Les chapelles du nord et du sud, en vis-à-vis, ne sont pas perpendiculaires à l'axe de la nef, mais orientés d'ouest en est. Un de deux parties : - deux travées d'arêtes dans le prolongement l'une de l'autre, la seconde étant la prolongée par l'abside de plan trapézoïdal, couverte d'une sorte de voûte en arc de cloître à trois pans
    Illustration :
    Escalier de l'angle nord-est pris du nord-est. IVR93_19708400577V Pavillon de l'horloge pris du sud-ouest montrant les deux cadrans solaires. IVR93_19708400584X Vue d'angle nord-ouest de l'édicule au pied du clocher montrant les deux cadrans solaires Vue d'ensemble de la nef d'est en ouest. IVR93_19708400575V Vue d'ensemble de la chapelle des fonts baptismaux. IVR93_19708400572V Vue du vaisseau transversal pris de l'autel de saint Joseph IVR93_19708400573V Vue du vaisseau transversal pris de l'autel de la Vierge. IVR93_19708400574V Vue d'angle nord-ouest de l'édicule au pied du clocher montrant les deux cadrans solaires
  • bannière de procession du Rosaire et de saint Etienne
    bannière de procession du Rosaire et de saint Etienne Vallouise - Ville-Vallouise - en village
    Inscriptions & marques :
    Ste STEPHANE ORA PRO NOBIS peinte sur une banderolle de soie appliquée dans la partie supérieure de la face représentant saint Etienne.
    Dénominations :
    bannière de procession
    Représentations :
    Rinceaux de feuilles d'acanthe et de fleurs diverses sur le fond. Saint Etienne sur une face ; la Vierge et l'Enfant remettant un rosaire à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne sur l'autre ; Christ et instruments de la Passion (échelle, lance, couronne d'épines, marteau, tenailles) sur la croix du rosaire remis au saint, buste de la Vierge et ostensoir sur la médaille du rosaire remis à la sainte. rinceaux : feuille d'acanthe, fleur ; saint Etienne : pierre, palme ; Vierge : couronne ; Enfant : couronne ; rosaire (croix : Christ, les instruments de la Passion ; médaille : Vierge, ostensoir) ; saint Dominique : chien (chandelle) ; sainte Catherine de Sienne : couronne (épine), lys
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Fond : damas de soie bleue côté saint Etienne, damas de soie crème côté remise du Rosaire paillettes au moyen de fils de soie sur les galons de la dalmatique de saint Etienne et les couronnes de la . Application de satin de soie de diverses couleurs, peint et brodé ; application de drap d'argent pour la nuée : fils de soie polychrome (point de chaînette et point de tige), fils métal argent (points plats disposés en quinconce), doubles fils retenus par des points transversaux en fil de soie. Application de Vierge et de l'Enfant ; papier métallisé rouge et vert en alternance pour imiter des pierreries, sur les couronnes. Deux véritables rosaires : grains en pâte de verre noire, ressort en laiton entre les dizaines ; croix et médaille en laiton. Galon et franges en fil métal or. Support en bois tourné : fourreau de soie
    Titre courant :
    bannière de procession du Rosaire et de saint Etienne
    États conservations :
    partie du chapelet de saint Dominique, des points de broderie (cernes et points de fixation).
    Appellations :
    bannière de procession du Rosaire et de saint Etienne
    Illustration :
    Face représentant saint Etienne. Vue d'ensemble. IVR93_20020500033XE Face représentant saint Etienne. Détail : le saint, à mi-corps. IVR93_20020500053XE Face représentant saint Etienne. Détail : buste du saint. IVR93_20020500054XE
  • buste-reliquaire : Saint Etienne
    buste-reliquaire : Saint Etienne Saint-Julien-du-Verdon
    Représentations :
    saint Etienne : en buste senestre. Le vêtement du saint est orné de motifs de fleurs, de rameaux et de feuilles. La base est ornée d'étoiles et le pourtour de la cavité à reliques est orné d'une grosse fleur.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    polychrome et peint faux or. La base contenant la cavité à reliques est de plan octogonal avec une élévation
    Titre courant :
    buste-reliquaire : Saint Etienne
    Illustration :
    Vue d'ensemble de face. IVR93_20090403252NUC2A Vue d'ensemble de trois quarts dextre. IVR93_20090403253NUC2A Vue d'ensemble de trois quarts senestre. IVR93_20090403254NUC2A
  • Prieuré de Bénédictins Saint-Etienne-de-Bornas
    Prieuré de Bénédictins Saint-Etienne-de-Bornas Ansouis - Saint-Estève - isolé - Cadastre : 1934 B 223 1836 A 287
    Genre :
    de bénédictins
    Historique :
    Prieuré dépendant de l'abbaye de Psalmody, mentionné à partir de 1099 ; en mauvais état déjà en
    Référence documentaire :
    Procès verbaux de visites pastorales du diocèse d'Aix, 1421-1423. Archives départementales des f° 68, 120 v°. Procès verbaux et sentences de visites pastorales du diocèse d'Aix, 1340-1345 P. 14, 28, 30, 39, 45. CLOUZOT, Etienne. Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun. Diocèse de Senez. Paris : imprimerie nationale, 1923.
    Représentations :
    sujet : entrelac, support : chapiteau de l'arc triomphal
    Description :
    Eglise orientée à nef unique voûtée en berceau brisé et abside semi-circulaire voûtée en cul-de -four ; de l'arc triomphal détruit il reste le chapiteau d'une colonne adossée à l'un des piédroits
    Titre courant :
    Prieuré de Bénédictins Saint-Etienne-de-Bornas
    Vocables :
    Saint-Etienne-de-Bornas
    Texte libre :
    HISTORIQUE De fondation probablement ancienne, son nom parait être d'origine gallo-romaine et sur son site auraient été trouvés des vestiges de sépultures sous tuiles de type antique. Le prieuré figure parmi les dépendances de l'abbaye de Psalmody à partir de 1099. Petit bénéfice de faible revenu , il était en 1343 déjà en mauvais état et la chapelle, pauvrement meublée, avait sa toiture de tuile percée. Abandonné, comme tant d'autres, pendant la crise de la fin du moyen-âge, le prieuré ne fut plus d'une abside en cul-de-four dont l'arc triomphal était encadré de deux colonnes : construction coteau, la chapelle est englobée dans un ensemble de bâtiments d'exploitation qui masquent le côté nord de la nef et son côté sud, en laissant apparents la partie haute de la façade antérieure et le chevet . Matériaux et leur mise en œuvre Les parties apparentes présentent deux techniques de parements : - la façade antérieure : moyen appareil cubique à joints vifs - le chevet : petit appareil de moellons
    Couvrements :
    cul-de-four
    Illustration :
    Chapelle, reste de chapiteau. IVR93_19708401260X
  • église paroissiale Saint-Etienne, chapelle
    église paroissiale Saint-Etienne, chapelle Gréolières - Hautes Gréolières - isolé - Cadastre : 1841 G 26 1985 G 16
    Historique :
    Eglise construite au 13e siècle, probablement dans la seconde moitié de ce siècle ; ni son plan ni son volume n'ont été modifiés depuis ; sa dédicace à Saint-Etienne est attestée au 14e siècle ; elle
    Description :
    L'abside est en moyen appareil, le reste de l'édifice en moellons assises ; la table de l'ancien autel a été réutilisée pour couvrir un caveau dans le sol du chœur, son pied comme marché de l'escalier
    Titre courant :
    église paroissiale Saint-Etienne, chapelle
    Vocables :
    Saint-Etienne
    Couvrements :
    cul-de-four
    Illustration :
    La façade antérieure, la porte principale, détail : pierres de l'encadrement dressées à la gradine constituée du pied de l'ancienne table d'autel, le trou destiné aux reliques est visible à gauche), vues
  • chapelle Saint-Etienne actuellement garage
    chapelle Saint-Etienne actuellement garage Cavaillon - place Joseph-Guis - en ville - Cadastre : 1832 G1 564 1982 CK 946
    Historique :
    renseignements (à confirmer), se dressait à cet emplacement une chapelle Saint-Etienne occupée à partir de 1539 L'implantation d'un édifice religieux à cet endroit, en retrait de la place Joseph-Guis, est signalée par un document de 1788 sur lequel les lieux de culte sont en rouge. D'après certains par les Pénitents Noirs. César de Bus aurait dessiné les plans de restauration de cette église. Un ouvrage évoque la présence au 15e siècle d'un hôpital Sainte-Marthe rue Saint-Etienne (actuellement rue Raspail) placé entre l'église des Pénitents Gris et une école. L'étude des vestiges permet de dater cet
    Référence documentaire :
    BOUGNAS, Antoine. Thomas Hérisson, 1639-1724. 250e anniversaire du testament créant la maison de charité de Cavaillon. Cavaillon : Imprimerie Mistral, 1962, 32 p.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Sur la parcelle, les vestiges de l'édifice n'occupent qu'une petite place à l'extrémité ouest, le restant étant dévolu à un hangar et un atelier. On accède à l'intérieur de la chapelle par une porte au second niveau de la galerie de briques placée au nord d'une cour intérieure. Au rez-de-chaussée, dans par le magasin de la parcelle 540. Les murs et les structures sont en pierre de taille, les vestiges de la chapelle se composant de quatre piliers et d'un arc doubleau, coupés à mi-hauteur par un plancher. Contre le mur du fond, les piliers de section carrée et chapiteaux moulurés reçoivent un arc en murale en très mauvais état dont on distingue seulement l'encadrement de la scène formée par deux pans de chapiteau, sont disposés en retrait des précédents et pourraient être à la retombée de deux arcs perpendiculaires ouvrant un transept ou des chapelles latérales. La pièce du rez-de-chaussée sert actuellement de
    Titre courant :
    chapelle Saint-Etienne actuellement garage
    Vocables :
    Saint-Etienne
    Texte libre :
    emplacement une chapelle Saint Etienne oc­cupée à partir de 1539 par les Pénitents Noirs. César de Bus aurait dessiné les plans de restauration de cette église. On trouve par ailleurs à la bibliothèque Saint Etienne (actuellement rue Raspail) placé entre l'église des Pénitents Gris et une école . DESCRIPTION 1. Situation L'implantation d'un édifice religieux à cet endroit, en re­trait de la place Joseph daté de 1788 sur lequel tous les lieux de culte sont en rouge. 2. Composition d'ensemble Il ne reste de cet édifice que quelques vestiges à l'extré­mité ouest de la parcelle. La partie est actuellement occupée par un hangar et un atelier. On accède à l'intérieur de la chapelle par une porte au second niveau de la galerie de briques placée au nord d'une cour intérieure. Au rez-de-chaussée, dans l'an le nord magasin de la parcelle 540. 3. Matériaux Porte, piliers et arc en pierre de taille calcaire blanche. Mur nord en pierres de taille. 4. Structure Les vestiges de la chapelle se composant de quatre piliers et
  • parfumerie Etienne Robert, puis usine de bougies A. Goby, actuellement maison
    parfumerie Etienne Robert, puis usine de bougies A. Goby, actuellement maison Grasse - quartier de la Roque - 8, 10 impasse Gambetta - en ville - Cadastre : 1809 E 214, 215, 216, 260, 261, 262 2006 AY 182 à 188, 238 à 240, 295
    Copyrights :
    (c) Musée International de la Parfumerie, Grasse
    Historique :
    Un document iconographique de la fin du 19ème siècle présente Etienne Robert (avec d'autres) comme , négociant. Le site, nommé dans l'acte de vente ancienne parfumerie Etienne Robert comprend alors un jardin l'un des fondateurs de la parfumerie grassoise. Si sa société de parfumerie est bien la première à avoir exploité l'usine du quartier de La Roque, la date de mise en service de cet établissement peut bâtiment principal de la fabrique figure sur le plan cadastral de 1809. Les matrices cadastrales, muettes sur les attributions industrielles de cet édifice, mentionnent une mutation de propriété à la fin des années 1820 : Etienne Robert lègue son usine à Nicolas et Jean Claude Robert Frères, très probablement arrosable avec fabrique de parfumerie, distilloir, laboratoire, maison d'habitation, maison de jardinier , réservoir, pavillon et toutes autres dépendances. Le nouveau propriétaire transforme une grande partie de la parfumerie en fabrique de cire et de bougies et loue un atelier aux frères Tombarel qui exploitent l'usine de
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de fabrication
    Référence documentaire :
    Fol. 155. Vente de l'ancienne parfumerie Etienne Robert par l'hértière de Nicolas Robert à Auguste [Parfumerie Robert, puis usine Goby] Industrie de Grasse Parfumerie et distillerie Ancien système de fabrication Levé et dessiné d'après nature dans les anciennes usines de la ville de Grasse Fol. 49 Etienne Robert cède à ses fils Nicolas et Jean Claude ses biens immobiliers. [Parfumerie Robert, puis usine Goby] Acte de donation, n° 24. 14/01/1817. Louis Fabre (notaire). Archives Fol. 340. Partage de la succession de Nicolas Robert, parfumeur : le partage comprend son usine de parfumerie. [Usine Goby] Partage de succession, n° 177. 02/08/1853. Perrolle, Pierre Joseph Marcellin Goby qui la transforme en fabrique de cire : l'acte laisse entendre que la parfumerie n'est plus en activité depuis la fin des années 1850. [Usine Goby] Acte de vente n°126. 28/10/1865. Laugier, Antoine Lors du mariage de son fils Xavier, Auguste Goby lui donne les bâtiments de sa fabrique de bougies
    Dénominations :
    usine de bougies
    Description :
    La fabrique se trouve presque en fond de vallon, à proximité d'un cours d'eau. Les deux principaux corps de bâtiment, construits dans le même alignement, bordent au nord un petit chemin très escarpé. Il s'agit de deux maisons placées perpendiculairement à la pente. Le bâtiment ouest, le plus important, est plus élevé et plus profond que le bâtiment est. Ils sont accolés, de forme rectangulaire avec toitures site s'effectue par un passage ménagé dans le rez-de-chaussée du bâtiment est, à la jonction entre les ateliers ont été construits. Il s'agit de deux structures annexes bâties en retour sur les deux corps principaux. L'annexe est présente un plan carré de deux niveaux, un toit à longs pans et fronton pignon , couvert de tuiles creuses. L'annexe ouest est un local clairement industriel. Il s'agit d'une salle en hauteur une grande partie de l'élévation. L'arcade centrale est bouchée. Deux baies en demi cercle jouxtent et signalent cet ancien accès central et interrompent la symétrie de la façade. Des portes en bois
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Grasse - quartier de la Roque - 8, 10 impasse Gambetta - en ville - Cadastre : 1809 E 214, 215, 216
    Titre courant :
    parfumerie Etienne Robert, puis usine de bougies A. Goby, actuellement maison
    Appellations :
    parfumerie Etienne Robert usine de bougies A. Goby
    Illustration :
    Vue de l'usine Etienne Robert prise de l'est. IVR93_20090600158NUC1A Vue de l'usine en bordure du chemin du Rossignol. IVR93_20080600210NUC1A Vue ouest de la fabrique. IVR93_20080600211NUC1A
  • Le mobilier de la chapelle Saint-Etienne
    Le mobilier de la chapelle Saint-Etienne Castellane - Saint-Etienne - isolé
    Historique :
    La chapelle, à l'abandon depuis plus de vingt ans, a été vidée de son mobilier ; demeure seulement
    Localisation :
    Castellane - Saint-Etienne - isolé
    Titre courant :
    Le mobilier de la chapelle Saint-Etienne
    Annexe :
    Liste du mobilier de la chapelle Saint-Etienne de Castellane Liste du mobilier non étudié - autel
  • Le mobilier de la chapelle Saint-Etienne
    Le mobilier de la chapelle Saint-Etienne Poligny - isolé
    Titre courant :
    Le mobilier de la chapelle Saint-Etienne
    Annexe :
    Liste du mobilier non étudié de la chapelle Saint-Etienne L'édifice désaffecté est vide. Selon le les enfants Jourdan de Saint-Etienne ( .... )Vial. 1845. - Le martyre de saint Etienne.(110 x 80). tombeau à deux gradins. Maçonnerie. Peint faux marbre. CLÔTURE DE CHŒUR : en fer forgé. STATUES : Saint Étienne (en diacre). Bois doré. H 100. "Moderne" (sic). TABLEAUX : - Crucifixion. Inscription : Donné par
    Illustration :
    Chapelle Saint-Etienne, vue prise du sud-ouest. IVR93_19890500374X
  • le mobilier de l'église paroissiale Saint-Etienne
    le mobilier de l'église paroissiale Saint-Etienne Saint-Pierre
    Contributeur :
    Bertrand Etienne
    Historique :
    Tout le mobilier de l'église antérieur au 19e siècle provient selon toute vraissemblance de l'ancienne église paroissiale de la commune, la prieurale Saint-Pierre, qui se trouvait au lieu dit actuel le
    Parties constituantes non étudiées :
    clôture de choeur meuble de sacristie lampe de sanctuaire croix de procession lanterne de procession chemin de croix couronne de statue pavillon de ciboire voile de calice bourse de corporal
    Titre courant :
    le mobilier de l'église paroissiale Saint-Etienne
    Annexe :
    chandeliers de choeur calice bras-reliquaire 3 statues-reliquaires (demi-nature) : Sainte, Saint Etienne Etienne statue (demi-nature) : Vierge à l'Enfant 2 cloches 2 - Mobilier non étudié - porte de l’église Liste du mobilier de l'église paroissiale de Saint-Pierre 1 - Mobilier étudié retable paire de , Vierge 2 bustes-reliquaires : Saint Pancrace, Saint Fortunat paire de statues chandeliers d'autel : anges porte-flambeau 3 paires de chandeliers tableau : Adoration des bergers avec saint Pierre et saint - clôture de chœur, fer forgé peint et doré, 19e siècle - tronc, bois peint, 19e siècle - chaises d’église (60), bois, métal, 20e siècle - prie-Dieu, bois et velours, 20e siècle - meuble de sacristie, bois - statues (statuettes, 4) : Notre-Dame de Lourdes ; Sacré Cœur de Jésus ; saint Joseph ; Jeanne d’Arc , plâtre peint, début 20e siècle - statue (statuette) : Sacré Cœur de Jésus, bois peint et doré, 3e quart , limite 19e siècle 20e siècle - patène, métal doré, 20e siècle - lampe de sanctuaire, laiton, 19e siècle
    Illustration :
    Plan de situation du mobilier. IVR93_20150400213NUC1A Vue intérieure en direction de l'entrée. IVR93_20110400093NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Etienne
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Etienne Vallouise - Ville-Vallouise - en village
    Parties constituantes non étudiées :
    tambour de porte lambris de revêtement clôture de choeur meuble de sacristie bras de lumière service de baptême chemin de croix croix de procession voile de calice garniture de dais de procession
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Etienne
    Annexe :
    Liste du mobilier non étudié de l'église paroissiale Saint-Etienne TAMBOUR DE PORTE Porte droite (est) de la façade sud. Planches de mélèze assemblées par embrèvement. Planches horizontales aux bords mobiles : deux vantaux ; à l'intérieur, barre de fermeture horizontale pivotante, bloquée au moyen d'un découpées en fer de lance sur chacun des vantaux ; verrou en fer forgé. Panneau nord : un petit vantail compris dans le vantail gauche. Corniche moulurée clouée. 18e siècle -19c siècle. VANTAIL Porte gauche de la façade sud. Mélèze ; clous décoratifs. Verrou non d'origine, en remploi. LAMBRIS DE REVÊTEMENT ET STALLES Réalisés à partir d'éléments remployés lors de l'aménagement du rez-de-chaussée du clocher et de avant de la clôture de chœur. Eléments en remploi, parmi lesquels ceux d'un prie-Dieu du 16e siècle , vraisemblablement celui signalé par Joseph Roman : travées limitées par un pilastre ; deux panneaux ornés de supérieure non d'origine. Eléments de bancs de pénitents à haut dossier comportant des patères, du 19esiècle
    Illustration :
    Vue d'ensemble du mobilier du choeur : clôture de choeur, stalles, lambris, verrière, cloche de Verrière n° 2. Vue d'ensemble. Collatéral gauche, mur oriental, au-dessus de l'autel du Rosaire Autel de saint Joseph : autel, gradin d'autel, tabernacle. Vue générale. Collatéral droit Autel de saint Vincent Ferrier : autel, gradin d'autel, tabernacle, tour d'autel, statue. Vue Ensemble de 2 chandeliers d'autel. Vue d'ensemble. IVR93_20010500827X Ensemble de 3 clochettes d'autel. Vue d'ensemble. IVR93_20010500824X Calice n° 2. Poinçon de maître non identifié : initiales M [R] de part et d'autre d'une cruche Calice n° 3. Détail : poinçon de maître et poinçon garantie. IVR93_20020500010X Patène n° 1. Oeuvre de l'orfèvre lyonnais Henry Nesme (1924-1964). Vue d'ensemble Patène n° 2. Oeuvre de l'orfèvre parisien Jacques-Victor Masson entre 1809 et 1819. Vue d'ensemble
  • statue-reliquaire : Saint Etienne (N° 1)
    statue-reliquaire : Saint Etienne (N° 1) Vallouise - Ville-Vallouise - en village
    Représentations :
    Main gauche levée (qui devait tenir une pierre). saint Etienne
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Revers sculpté, à l'exception de la dalmatique. Cavité à reliques de plan circulaire ouverte au revers. Dentelle peinte et collée rapportée sur les manches et au bas de l'aube. h = 50 ; hauteur totale
    Emplacement dans l'édifice :
    trésor de l'église
    Titre courant :
    statue-reliquaire : Saint Etienne (N° 1)
    États conservations :
    Doigts de la main gauche, pans du manipule et attribut disparus ; assemblage disjoint ; attribut
1 2 3 4 51 Suivant