Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 46 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • maison-ferme de magistrat
    maison-ferme de magistrat Molines-en-Queyras - la Rua - 3e ferme - en écart - Cadastre : 1824 A1 817 1971 A1 575
    Historique :
    occupa les plus hautes fonctions en Dauphiné est une construction du hameau voisin du Serre. Quoiqu'il en siècle ou du début du 16e. En 1824, et sans doute bien auparavant, il servait de caset à une simple ferme
    Référence documentaire :
    Tome 1, p. 162-163. Le Queyras TIVOLLIER, Jean, ISNEL, Pierre. Le Queyras (Hautes-Alpes), 2 vol
    Représentations :
    sujet : lion accroupi, support : ronde-bosse en couronnement de la toiture ; sujet : masques
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Toit :
    pierre en couverture
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - la Rua - 3e ferme - en écart - Cadastre : 1824 A1 817 1971 A1 575
    Déplacement :
    parties déplacées à Molines-en-Queyras
    Texte libre :
    DESCRIPTION complémentaire La porte du rez-de-chaussée donnait dans un petit sas en planches XXe siècle de cuisine. Le plafond est en planches sur poutres apparentes, les murs enduits à la chaux et le sol est un plancher de mélèze. La cuisine commande la seconde pièce, voûtée en berceau, au sol information, les abords de la maison étant extrêmement encombrés par les travaux en cours. Le premier étage est divisé en deux pièces qui ne communiquent pas entre elles et auxquelles on devait accéder par une galerie en façade sud. Le plancher de mélèze était recouvert, dans la pièce est, d'une dalle de chaux qui couvertes d'un plafond« à la française ». La fenêtre de la pièce est a un chambranle en tuf à linteau refend est. Le deuxième étage est entièrement occupé par une seule pièce couverte d'un plafond en mélèze géminée à coussièges. Le chambranle, dont l'arc est monolithe, est en marbre rose de pays ; la colonnette au chapiteau sculpté est blanche (plâtre?, gypse?, marbre?). Le masque en bas relief placé au-dessus
  • Ferme
    Ferme Molines-en-Queyras - Fontgillarde - en écart - Cadastre : 1824 F2 468 1971 F2 1479 A 1481
    Historique :
    grange à l'origine en bois (fuste) a été reconstruite en maçonnerie, peut-être après l'incendie de 1908
    Référence documentaire :
    Fontgillarde en Queyras. Notre vieille maison août 1917. E. Reynier, Dessin à la plume, 1942 Tome 1, p. 171-172. Le Queyras TIVOLLIER, Jean, ISNEL, Pierre. Le Queyras (Hautes-Alpes), 2 vol
    Représentations :
    , support : sculptés sur la fenêtre géminée en remploi
    Escaliers :
    escalier intérieur escalier droit en charpente
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Toit :
    bardeau schiste en couverture
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - Fontgillarde - en écart - Cadastre : 1824 F2 468 1971 F2 1479 A 1481
    Remploi :
    remploi provenant de 05,Molines-en-Queyras,Fontgillarde
    Texte libre :
    solaire peint sur la façade). La fuste qui aurait alors été en bois (information orale) a été reconstruite en maçonnerie, le caset surélevé, et les trois éléments traditionnels fuste, court et caset dont les bâtiment enterré construit en appentis contre la façade (il s'agissait sans doute d'une cave) a été supprimé. Lors de ces transformations, une fenêtre géminée provenant d'une construction voisine en ruines a en logements. DESCRIPTION Situation A l'extrémité est du village, au bord du chemin principal. Façade au sud. Devant le caset s'étend un petit jardin, potager en 1917, d'agrément actuellement . Composition d'ensemble Sur le dessin à la plume représentant la maison en 1917, celle-ci apparaît semblable -chaussée est construit en maçonnerie et est couvert d'un plafond en planches sur poutres et solives mélèze, l'une verticale, l'autre horizontale, réunis par des clous en fer forgé placés aux angles des en planches. ANNEXES Liste des inscriptions relevées sur la maison : OMNES FERIUNT ULTIMA NECAT
    Illustration :
    Fontgillarde en Queyras. Notre vieille maison août 1917. IVR93_19800600008XB
  • Ligne fortifiée
    Ligne fortifiée Molines-en-Queyras - près de Molines-en-Queyras - isolé - Cadastre : non cadastré
    Description :
    en rondins recouverts de terre, ...) et de la fortification de campagne renforcée (petits blockhaus en béton armé pour mitrailleuse, observatoires bétonnés, abris alpins pour 12 hommes en éléments
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - près de Molines-en-Queyras - isolé - Cadastre : non cadastré
    Texte libre :
    . On notera qu'aucun ouvrage d'avant-poste du programme Degoutte n'a été construit en Queyras. Tout ce la grande guerre, on avait procédé, sur un plan d'ensemble arrêté par la C.D.F. et mis en œuvre, à -est. On sait qu'en 1893 une route stratégique avait déjà été construite vers le Sommet Bûcher. Compte tenu de son caractère secondaire en tant que zone sensible d'une part, de la modicité des crédits d'autre part, le Queyras n'avait reçu aucun ouvrage permanent. Du même coup, c'est sur les troupes , épaulements, abris en rondins recouverts de terre, etc. - de la fortification de campagne "renforcée " : petits blockhaus en béton armé pour mitrailleuses ou fusils-mitrailleurs, observatoires bétonnés, abris alpins pour 12 hommes, en éléments préfabriqués de tôle cintrée forte, enrobés de béton et de rocaille sur marchés passés par le service du Génie (ciment, armatures) et mis en œuvre par les troupes de Dauphiné dont relevait le Queyras (chefferie du Génie de Briançon). La protection varie du coup isolé de
    Illustration :
    Molines-en-Queyras. Tourelle de mitrailleuse par éléments. Vue de situation prise vers le nord-est Molines-en-Queyras. Tourelle de mitrailleuse par éléments. Vue rapprochée. IVR93_19920501399ZA Molines-en-Queyras. Tourelle de mitrailleuse par éléments. La tourelle. IVR93_19920500768X Molines-en-Queyras. Tourelle de mitrailleuse par éléments. Abri en rondins. IVR93_19920500770X Plan des redouttes a machicoulis proposé à faire a Abriès dans la vallée de Queyras
  • chapelle Saint-Simon
    chapelle Saint-Simon Molines-en-Queyras - près de Molines-en-Queyras - route du Sommet-Bûcher - isolé
    Historique :
    Dès le 16e siècle une chapelle Saint-Simon est attestée en ce lieu isolé ; elle aurait été siècle puis renversée par une avalanche ; l'édifice actuel porte la date 1885 dans l'imposte en ferronnerie de la porte ; le clocher-mur a été reconstruit en 1956 et l'ensemble de l'édifice restauré en 1962.
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    La nef est couverte d'un lambris en berceau, le choeur est en cul-de-four.
    Typologies :
    clocher mur à une baie en façade
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - près de Molines-en-Queyras - route du Sommet-Bûcher - isolé
    Couvrements :
    fausse voûte en berceau
  • Temple
    Temple Molines-en-Queyras - Fontgillarde - en écart - Cadastre : 1971 F2 837
    Historique :
    Le temple protestant construit à Fontgillarde en 1600 fut détruit en 1684 ; un monument commémoratif situé dans l'ancien cimetière protestant en garde la mémoire ; le temple actuel aurait été érigé en 1825 ; en 1972 la toiture était couverte de bardeau de mélèze, elle est actuellement en tôle
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - Fontgillarde - en écart - Cadastre : 1971 F2 837
    Texte libre :
    . Tivollier et P. Isnel (Le Queyras, T. II, p. 415) le temple actuel a été reconstruit en 1824-25. Le cadran HISTORIQUE Le temple protestant bâti en 1680 et détruit à la révocation de l’Édit de Nantes se l'inscription suivante : "Ici fut un temple protestant bâti en 1600, détruit en 1684. Ce lieu fut ensuite Maçonnerie enduite. Cordons et piédroits en tuf (clocher). Structure Le temple comprend - une salle , surmontée d'un étage percé de baies en plein-cintre sur les quatre faces. Elévations Les quatre élévations en plein-cintre, fenêtres ébrasées en arc segmentaire. Au-dessus de la porte, cadran solaire peint rénové en 1984 et portant la maxime : TENEZ VOUS PRETS CAR LE FILS DE L'HOMME / VIENDRA A L'HEURE QUE VOUS NE PENSEZ PAS. / ST LUC CH. XII V. 40. - Le clocher a une porte rectangulaire sous un arc en plein dalles ; le deuxième est percé d'un jour, côté ouest ; le troisième forme une table en creux, percée d'un jour à l'ouest ; le quatrième est percé d'une baie en plein-cintre à clé saillante ; pilastres reposant
    Illustration :
    Elévation antérieure sud. Porte. Poignée en ferronnerie. IVR93_19860500374X
    Couvertures :
    toit en pavillon
  • Ecole
    Ecole Molines-en-Queyras - Pierre Grosse - en écart - Cadastre : 1971 C2 832
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - Pierre Grosse - en écart - Cadastre : 1971 C2 832
  • Borne fontaine
    Borne fontaine Molines-en-Queyras - Fontgillarde - 1ère fontaine - en écart - Cadastre : non cadastré
    Description :
    2 bassins rectangulaires en mélèze, communicant, l'un servant d'abreuvoir, le second de lavoir ; borne disparue remplacée par un tuyau en plastique
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - Fontgillarde - 1ère fontaine - en écart - Cadastre : non cadastré
  • Borne fontaine
    Borne fontaine Molines-en-Queyras - Fontgillarde - 2e fontaine - en écart - Cadastre : non cadastré
    Description :
    Bassin rectangulaire en mélèze, borne de section circulaire en mélèze, canon en fonte
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - Fontgillarde - 2e fontaine - en écart - Cadastre : non cadastré
  • chapelle Sainte-Elisabeth ou de la Visitation-de-Notre-Dame
    chapelle Sainte-Elisabeth ou de la Visitation-de-Notre-Dame Molines-en-Queyras - le Coin - en écart - Cadastre : 1824 D1 685 1974 D1 224
    Historique :
    peut dater du 18e siècle ; elle a été restaurée en 1908 et sans doute une nouvelle fois depuis ; la toiture en bardeau parait récente
    Référence documentaire :
    Tome 2, p. 358. Le Queyras TIVOLLIER, Jean, ISNEL, Pierre. Le Queyras (Hautes-Alpes), 2 vol
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Typologies :
    clocher mur à une baie en façade
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - le Coin - en écart - Cadastre : 1824 D1 685 1974 D1 224
  • Ferme
    Ferme Molines-en-Queyras - Pierre Grosse - 3e ferme - en écart - Cadastre : 1824 C2 940 1971 C2 778
    Escaliers :
    escalier intérieur escalier droit en charpente
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Toit :
    bardeau pierre en couverture tôle ondulée
    Description :
    Le rez-de-chaussée du volume principal abritant l'étable et le logis est en maçonnerie tout comme le caset ; la grange (fuste) est en fûts de mélèze croisés aux angles et assemblés à quart de bois ; la fuste est couverte d'un toit à 2 longs pans autrefois en bardeau, aujourd'hui en tôle ondulée, les galeries de circulation d'un toit en appentis en tôle ondulée, le caset d'un toit à 2 longs pans couvert de lauses ; la fougagne et le peyle sont voûtés d'arêtes, 2 des resserres en berceau, l'étable est plafonnée
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - Pierre Grosse - 3e ferme - en écart - Cadastre : 1824 C2 940 1971 C2 778
    Texte libre :
    DESCRIPTION complémentaire : Rez-de-chaussée du caset : - Fougagne : Actuellement sol en terre battue, mais traces de plancher dans un angle. Cheminée sans piédroits, manteau en bois mouluré, hotte en constitué par l'extrados de la voûte situé en dessous. - Resserre 2 : Plafond constitué par des madriers resserre, pièce noire séparée du fenil par une cloison en planches où se trouvent des râteliers à pain et à battre formée par un solide plancher de mélèze bien jointif, deux coffres à grains sont placés en
    Couvrements :
    voûte en berceau
  • Ferme
    Ferme Molines-en-Queyras - Pierre Grosse - 1ère ferme - en écart - Cadastre : 1824 C2 1026 1971 C2 869
    Escaliers :
    escalier intérieur escalier droit en charpente
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Toit :
    bardeau pierre en couverture tôle ondulée
    Description :
    Le rez-de-chaussée du volume principal abritant l'étable et le logis est en maçonnerie tout comme le caset ; la grange (fuste) est en fûts de mélèze croisés aux angles et assemblés à quart de bois ; la fuste est couverte d'un toit à 2 longs pans en bardeau, les galeries de circulation d'un toit en appentis en bardeau, le caset d'un toit à 2 longs pans autrefois couvert de lauses aujourd'hui en tôle ondulée ; l'étable est voûtée d'arêtes, la cave en berceau ; les galeries de circulation et toutes les corps à balustres en bois tourné ou découpé ; la façade du caset est ordonnancée
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - Pierre Grosse - 1ère ferme - en écart - Cadastre : 1824 C2 1026 1971 C2 869
    Texte libre :
    . Couvrements : Voûtes : blocage. Plafonds : en planches sur poutres et solives apparentes. Divisions : en bois. Structure et distribution intérieure Toutes les pièces du rez-de-chaussée, cuisine, peyle et appelée carotto est voûtée en berceau. Le peyle et la fougagne sont couverts d'un plafond en planches. La partie ouest des premier et deuxième étages est occupée par la grange. Au premier étage se trouvent en outre cinq petites chambres couvertes d'un plafond en bois : la chambre-débarras (1), la chambre des contre les murs nord et sud de la grange. Un seul des balcons comporte une rampe à balustres en bois d'angles. Couverture La grange (fuste) est couverte de bardeaux, le caset (partie d'habitation en maçonnerie) a un toit en appentis couvert de tôle ondulée. La charpente est formée de pannes fixées dans
    Couvrements :
    voûte en berceau
  • Ferme
    Ferme Molines-en-Queyras - la Rua - 2e ferme - en écart - Cadastre : 1824 A1 834 1971 A1 644
    Historique :
    La fenêtre géminée du mur nord du caset comme la porte appareillée en plein-cintre du mur sud
    Référence documentaire :
    Tome 1, p. 162. Le Queyras TIVOLLIER, Jean, ISNEL, Pierre. Le Queyras (Hautes-Alpes), 2 vol
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    Le rez-de-chaussée du volume principal abritant l'étable et le logis est en maçonnerie tout comme le caset ; la grange dite fuste est en fûts de mélèze croisés aux angles et assemblés à quart de bois ; la fuste est couverte d'un toit à 2 longs pans, les galeries de circulation d'un toit en appentis, et
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - la Rua - 2e ferme - en écart - Cadastre : 1824 A1 834 1971 A1 644
    Illustration :
    Mur sud du caset, porte en plein-cintre murée. IVR93_19920501477X
  • église paroissiale Saint-Pierre
    église paroissiale Saint-Pierre Molines-en-Queyras - Fontgillarde - en écart - Cadastre : 1824 F2 378 1971 F2 877
    Historique :
    La paroisse Saint-Pierre de Fontgillarde fut fondée en 1820 ; l'église très endommagée par l'incendie de 1908 fut rebâtie en 1911 et 1912
    Référence documentaire :
    Tome 2, p. 358, 392. Le Queyras TIVOLLIER, Jean, ISNEL, Pierre. Le Queyras (Hautes-Alpes), 2 vol
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    La nef est voûtée en berceau plein-cintre et le choeur de plan carré en berceau ; le clocher porche au nord-est couvert d'un toit en pavillon ; le pignon sud-est découvert
    Typologies :
    clocher tour en façade
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - Fontgillarde - en écart - Cadastre : 1824 F2 378 1971 F2 877
    Texte libre :
    . Tivollier et P. Isnel, II, p.358). Il est possible que la chapelle n'ait été reconstruite qu'en 1685 avec les matériaux provenant de la destruction du temple (J. Tivollieret P. Isnel, II, p. 392). En 1820 la endommagée par l'incendie du 5 avril 1908. Les cloches en tombant avaient fait s'effondrer la voûte. L'église fut réparée en 1911 et 1912 et le clocher reconstruit (chanoine Jacques , II, p. ?.1) DESCRIPTION -ci. Elle est édifiée légèrement en retrait, dégageant ainsi une petite place au centre de laquelle est érigée une grande croix en bois. Composition d'ensemble L'église forme un volume simple, isolé, d . Matériaux Blocage tout venant sans chaînes d'angles pour la nef, avec des chaînes appareillées en tuf pour L'église, orientée au sud, comprend une nef voûtée en berceau en plein-cintre et un chœur rectangulaire , sert de porche ; c'est une tour carrée couronnée d'un étage percé de baies en plein-cintre sur ses quatre faces. Élévations - Le clocher, non enduit, possède sur sa face antérieure nord, une porte en anse
    Couvrements :
    voûte en berceau plein-cintre
    Couvertures :
    toit en pavillon
  • Fournil
    Fournil Molines-en-Queyras - le Serre - en écart - Cadastre : 1824 B1 532 (?) 1971 B1 380
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    Le bâtiment est constitué par 2 fours de taille différente voûtes en coupole et d'une salle
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - le Serre - en écart - Cadastre : 1824 B1 532 (?) 1971 B1 380
  • chapelle Saint-Sébastien
    chapelle Saint-Sébastien Molines-en-Queyras - Pierre Grosse - en écart - Cadastre : 1824 C2 990 1971 C2 808
    Historique :
    Une chapelle saint Sébastien est attestée à pierre grosse en 1495 ; détruite pendant les guerres de protestant ; elle a probablement été reconstruite au milieu du 18e siècle et bénie en 1754
    Référence documentaire :
    Tome 2, p. 380, 392. Le Queyras TIVOLLIER, Jean, ISNEL, Pierre. Le Queyras (Hautes-Alpes), 2 vol
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    quartiers d'arêtes rayonnants ; le clocher tour en demi hors-oeuvre formant porche est couronne d'une sorte de bulbe en maçonnerie
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - Pierre Grosse - en écart - Cadastre : 1824 C2 990 1971 C2 808
    Texte libre :
    avait été détruite en 1574 par les troupes protestantes,et sans doute reconstruite dans les années chapelle a été reconstruite en 1685, avec les matériaux provenant du temple protestant . La chapelle a été "bénie" en 1754, peut-être après une reconstruction. DESCRIPTION Situation La chapelle s'élève dans la . L' éclairement se fait par trois fenêtres en arc segmentaire ébrasées. Le clocher est une tourelle carrée couronnée par un étage percé de baies en plein-cintre sur les quatre côtés assise sur la façade et la voûte de la première travée. On ne peut y accéder qu'en plaçant une échelle. Élévations - Façade clocher. Une corniche en cavet règne au-dessus de la porte. Le volume se poursuit tel quel au-dessus , puisse rétrécit à la largeur du clocher. Cordon d'appui et corniche en dalles de schiste sur les quatre . Sur le clocher, pyramide maçonnée sommée d'une croix. Distribution intérieure Tout est peint en blanc
  • Ferme
    Ferme Molines-en-Queyras - la Rua - 1ère ferme - en écart - Cadastre : 1824 A1 800, 801 1971 A1 581, 582
    Escaliers :
    escalier intérieur escalier droit en maçonnerie en charpente
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Toit :
    bardeau pierre en couverture
    Description :
    Le rez-de-chaussée du volume principal abritant l'étable et le logis est en maçonnerie tout comme le caset ; la grange dite fuste est en fûts de mélèze croisés aux angles et assemblés à quart de bois ; la fuste est couverte d'un toit à 2 longs pans en bardeau de mélèze, les galeries de circulation d'un toit en appentis en bardeau, et le caset par un toit à 2 longs pans couvert de lauses ; l'escalier intérieur est en maçonnerie au 1er niveau, en bois dans les étages ; la cave est voûtée en berceau, le reste
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - la Rua - 1ère ferme - en écart - Cadastre : 1824 A1 800, 801 1971 A1 581, 582
    Texte libre :
    DESCRIPTION Situation Au centre du hameau de La Rua, en bordure du chemin principal. Composition : murs en moellons, sol en terre battue plafond en planches sur poutres apparentes supportées par des poteaux de bois placés contre les murs. Premier étage : murs en pan-de-bois rempli de torchis. Cloison en empilage de fûts de mélèze croisés aux angles et plafonds en planches sur solives apparentes planches de sciage brut pour l'establotte d. La court : sol : terre battue galerie : en planches escalier extérieur en pierre du rez-de-chaussée au premier ; en bois du premier au curro. Structure et , par une coursière en bois. Couverture Fuste : toit à deux longs pans. Pannes fixées dans l'empilage de fûts de mélèze. Couverture en bardeaux. Caset : toit à deux longs pans. Fermes triangulées. Couverture en dalles de schiste appelées lauzes. Remise : toit en appentis. Couverture en bardeaux. Court
    Couvrements :
    voûte en berceau
    Illustration :
    Galerie de la fuste. Vue prise de l'intérieur vers la clôture en planches du pignon sud La fuste. Cloison intérieure en empilage. Détail d'assemblage. IVR93_19720500184X
  • Ferme
    Ferme Molines-en-Queyras - Pierre Grosse - 2e ferme - en écart - Cadastre : 1824 C2 987, 988 1971 C2 810
    Escaliers :
    escalier intérieur escalier droit en charpente
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    Le rez-de-chaussée du volume principal abritant l'étable et le logis est en maçonnerie tout comme le caset ; la grange (fuste) est en fûts de mélèze croisés aux angles et assemblés à quart de bois ; la fuste est couverte d'un toit à 2 longs pans, les galeries de circulation et le caset d'un toit en
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - Pierre Grosse - 2e ferme - en écart - Cadastre : 1824 C2 987, 988 1971 C2 810
  • mine de cuivre des Closis : exploitation souterraine
    mine de cuivre des Closis : exploitation souterraine Saint-Véran - près de Saint-Véran - isolé
    Description :
    marques d'abattage : maillet en pierre, bois de cervidé. Les remplissages renferment de vieux étais en bois, des baguettes de résineux (torches) et des fragments de maillets en gabbros. Les travaux du 20e
    Annexe :
    tentative lors d'une seconde mission en 1849. Cette année-là il reconnaît dans le Queyras 6 massifs ophiolitique et sa couverture sédimentaire métamorphisée. Elle consiste essentiellement en bornite et cuivre en surface sont effacées. Les ouvrages anciens encore accessibles consistent en des chantiers larges de 1 à 3 m en grande partie remblayés par des éboulements ou un remplissage fin riche en débris de (racloir ?). En 1995, dans le cadre du programme INTERREG "Valorisation du Patrimoine Minier", l'équipe de Closis à St Véran. Cette intervention a porté sur les points suivants : recherche en archives sur scientifiques amenés à fréquenter le réseau souterrain, une mission de mise en sécurité légère a été confiée à le TB 5 au TB 2bis ont été équipées en cordes fixes et mains courantes. Environ 400 m de cordes ont l'exploitation qu'avec un équipement adéquat (baudrier, etc ... ) et d'utiliser les cordes en place pour franchir les passages dangereux. En 1996 l'entrée du TB 2 a été mis en sécurité grâce à la réalisation d'un
    Texte libre :
    sur la commune de Molines-en-Queyras. Les résultats sont décevants et les travaux sont interrompus en HISTORIQUE des compagnies de la mine de St Véran Période MAZUE 1901-1913 En 1900 le Commandant MAZUE, en villégiature à St Véran, et deux de ses amis, MM. LESUEUR et ANDRIEU, s'intéressent au gîte fonds de la Société sont en très grande partie fournis par des gens du pays qui ont confiance dans leur ." La direction des travaux est confiée à RIVIERE de la SOUCHERE. En mars 1902 la société étend son territoire de recherche potentiel en obtenant la permission de 73 propriétaires privés. Le 24 mars 1903 la porté à 400 000 fr. répartis en 4000 actions. Au conseil d'administration figure toujours "l'honorable " MAZUE, commandant en retraite, et aussi M. ARNAUD, notaire à Barcelonnette. Le 14 décembre 1903 est début d'année 1907 : la société est dissoute. La mine reste en sommeil durant 5 ans. A l'initiative des Jean MARROU. 6 tonnes de minerai à 30-40% sont extrait durant l'été. En 1913 on extrait encore 16
    Illustration :
    Relevé en 3D de la mine. IVR93_20190500005NUC1A Les installations en bordure de la route. Etat en 1991. IVR93_19920500400XA
  • église paroissiale Saint-Barthélémy
    église paroissiale Saint-Barthélémy La Motte-en-Champsaur - Molines - en écart - Cadastre : 1937 C1 53
    Historique :
    Une chapelle Saint-Barthélémy est signalée à Molines en 1612, 1686, 1708, 1789 ; elle ne fut érigée en paroisse qu'au 19e siècle pour redevenir simple chapelle en 1907 ; l'édifice actuel semble dater du 19e siècle, il est postérieur au cadastre de 1837 ; le clocher-mur à été restauré en 1978 par
    Toit :
    tuile en écaille tôle ondulée
    Description :
    La nef est constituée de 5 travées étroites voûtées en berceau fractionné à lunettes, le choeur de plan demi circulaire est couvert d'une voûte d'arêtes à 5 quartiers ; le clocher mur est en pierre de
    Typologies :
    clocher mur à une baie en façade
    Localisation :
    La Motte-en-Champsaur - Molines - en écart - Cadastre : 1937 C1 53
    Aires d'études :
    Saint-Bonnet-en-Champsaur
    Couvrements :
    voûte en berceau
  • Borne fontaine
    Borne fontaine Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - en village - Cadastre : non cadastré
    Description :
    Borne de section carrée alimentant un bassin demi circulaire en pierre de taille servant d'abreuvoir et un bassin rectangulaire servant de lavoir ; le tout est abrité par un auvent en tôle ondulée
    Localisation :
    Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - en village - Cadastre : non cadastré
1 2 3 Suivant