Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 329 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • buste-reliquaire : Saint Honoré
    buste-reliquaire : Saint Honoré Angles - le Moustier - en village
    Représentations :
    saint Honoré : mitre
    Titre courant :
    buste-reliquaire : Saint Honoré
    États conservations :
    Infesté ; entièrement et grossièrement repeint.
  • poterie Gebelin Honoré, puis maison
    poterie Gebelin Honoré, puis maison La Palud-sur-Verdon - - en village - Cadastre : 1835 C1 323 2014 C1 292
    Historique :
    1835, elle est mentionnée comme "bâtiment poterie" appartenant à Gebelin Honoré, potier. Celui-ci possède également deux "maisons" à proximité (1835 C1 331 et 332), une "cour (1835 C1 333) et un "jardin dans l'angle sud-ouest, et qu'elle a été ensuite murée. En outre, l'étage de comble correspond à une
    Référence documentaire :
    sur papier, par Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778 Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778. Echelle 1/14000e
    Description :
    Palud. Mitoyenne sur un côté, elle comporte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et un charretière ouverte dans le mur sud, et éclairée par un jour percé dans ce même mur. Le rez-de-chaussée est réservé au logis. Il est accessible de plain-pied par une porte piétonne ouverte dans le pignon ouest, et moellons équarris. Les élévations reçoivent un enduit à pierres vues avec inclusions de petits cailloux et , et elle est occultée par des contrevents en bois pleins. Le toit à un pan est couvert en tuile creuse , et l'avant-toit est constitué d'un rang de génoise peint en blanc. La souche de la cheminée est
    Typologies :
    A3 : maison avec parties agricoles en parties basses et hautes
    Titre courant :
    poterie Gebelin Honoré, puis maison
    Appellations :
    poterie Gebelin Honoré
  • tableau : saint Antoine abbé entre saint Honoré et sainte Libérate
    tableau : saint Antoine abbé entre saint Honoré et sainte Libérate Gréolières - en village
    Représentations :
    Vêtements richement travaillés. saint Honoré : agenouillé ; saint Antoine abbé : en pied ; sainte
    Titre courant :
    tableau : saint Antoine abbé entre saint Honoré et sainte Libérate
    Illustration :
    Détail : vêtement de saint Honoré. IVR93_19930600625ZA Détail : sandales de sainte Liberate et signature de Garcin. IVR93_19930600626ZA
  • parfumerie Honoré Payan, actuellement immeuble à logements
    parfumerie Honoré Payan, actuellement immeuble à logements Grasse - quartier du Riou-Blanquet - avenue Etienne Carémil - en ville - Cadastre : 2006 AY 152, 153
    Historique :
    historique de Grasse (IA06001624). En 1886, Honoré Payan cède son entreprise à son fils Antoine et à son neveu Edouard Bertrand. La marque Honoré Payan est conservée mais la raison sociale devient Payan et La société de parfumerie Honoré Payan, fondée officiellement en 1854, se trouvait dans le centre Bertrand. Les deux associés, qui avaient commencé à exploiter une nouvelle usine, se séparent et dissolvent (fonds de commerce, locaux et marques de fabrique). En 1907, celui-ci revend à Etienne Carémil (maire de Grasse) la marque de fabrique Honoré Payan. Ce dernier installe son usine de parfumerie dans un immeuble produits finis. L'emplacement du bâtiment, siège de l'entreprise et dont l'édification semble remonter au
    Référence documentaire :
    [Acte de vente du fonds de commerce de parfumerie Honoré Payan]. 04/01/1887. Archives [Acte de formation de la société Payan et Bertrand]. 30/12/1886. Archives départementales des Alpes [Dépôt de pièces : il y est mentionné que Th. Mühlethaler a racheté la société Payan et Bertrand le La parfumerie Honoré Payan. / Carte postale, début 20e siècle. Bibliothèque communale, Grasse : non Publicité de la société Payan et Bertrand portant la mention Maison fondée en 1854. Matières Premières pour la parfumerie et savonnerie. Payan et Bertrand. 1928. Musée International de la Parfumerie Photo indiquant que l'usine Honoré Payan est ouverte aux visites tourisitiques. Honoré Payan . / Carte postale noir et blanc. Bibliothèque communale, Grasse : non coté.
    Description :
    L'immeuble Honoré Payan ne présente pas de réelles spécificités industrielles. Seule la partie quatre niveaux, à toiture à long pans et couverture en tuiles mécaniques. Un dispositif installé sur le toit, formé de quatre murets hors d'oeuvre, et qui singularise le bâtiment, permettait d'accrocher de utilisé par la parfumerie Honoré Payan.
    Titre courant :
    parfumerie Honoré Payan, actuellement immeuble à logements
    Appellations :
    parfumerie Honoré Payan
    Illustration :
    La parfumerie Honoré Payan. IVR93_20080600158NUC1A Vue arrière du bâtiment Honoré Payan, prise de l'est. IVR93_20090600159NUC1A
  • ex-voto, tableau : Chute d'un homme tombant d'un arbre, Honoré Martin
    ex-voto, tableau : Chute d'un homme tombant d'un arbre, Honoré Martin La Trinité - Laghet
    Inscriptions & marques :
    Transcription : HONORE MARTIN BLESSE GRIEVEMENT DANS UNE CHUTE A ETE (...) LA PROTECTION DE LA
    Représentations :
    des deux cède faisant tomber l'homme la tête la première. Sous l'arbre, une femme et ses trois enfants haut à gauche, sur la branche qui a rompu. ; Vierge de type troubadour, haute couronne, robe et manteau
    Titre courant :
    ex-voto, tableau : Chute d'un homme tombant d'un arbre, Honoré Martin
    États conservations :
    Etat de dégradation de l'ex-voto : lacunes de la couche picturale ; coulures et projections ; surface craquelée ; support déchiré et troué (trous d'attache).
  • tableau : Vierge, saint Christophe, saint Honoré, saint Jean Baptiste, saint Joseph
    tableau : Vierge, saint Christophe, saint Honoré, saint Jean Baptiste, saint Joseph Castellane - la Palud - en écart
    Inscriptions & marques :
    Signature et date peintes en bas à droite, en rouge : MEGE FT 1841. Inscription concernant l'iconographie : ST JEAN BAPTISTE / ST HONORE / ST CHRISTOPHE / ST JOSEPH.
    Représentations :
    saint Honoré : mitre, crosse
    Titre courant :
    tableau : Vierge, saint Christophe, saint Honoré, saint Jean Baptiste, saint Joseph
  • ex-voto, tableau : Prière d'un soldat de la guerre, Honoré Pascal Fighiera
    ex-voto, tableau : Prière d'un soldat de la guerre, Honoré Pascal Fighiera La Trinité - Laghet
    Représentations :
    nuages en haut à droite. ; Vierge de type intermediaire, vêtements drapés, robe blanche et rouge, manteau
    Titre courant :
    ex-voto, tableau : Prière d'un soldat de la guerre, Honoré Pascal Fighiera
  • Le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption
    Le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption Beauvezer
    Historique :
    Un ostensoir repéré dans la documentation du Conservateur des Antiquités et Objets d'Art n'était
    Auteur :
    [éditeur] Mayoux et Honoré
    Annexe :
    étudié Verrière - ensemble de 24 verrières à personnages, allégoriques et rose (IM04002327) Meubles , cadre (IM04002329) - tableau : Saint Claude, saint Clair et sainte Agathe, cadre (IM04002330) - tableau Linges, garnitures et vêtements liturgiques - nappe d'autel - tour d'autel - pale - drap mortuaire
  • le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul
    le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul Castellane - Taulanne - en écart
    Historique :
    procession qui est mentionnée dans les visites pastorales de 1866, 1870 et 1879 et d'un vase en faïence jaune
    Auteur :
    [éditeur, diffuseur] Mayoux [éditeur, diffuseur] Honoré
    Titre courant :
    le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul
    Annexe :
    siècle - canon d’autel, chromolithographie, éd. Mayoux et Houré, 2e moitié 19e siècle - canon d’autel Liste du mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul de Taulanne (Castellane) Liste Pierre, saint Paul et la Vierge, peinture à l'huile, 19e siècle - cloche d’église, bronze, 1753 , milieu 18e siècle Liste du mobilier non étudié - maître-autel, gradins d’autel (2) et tabernacle, bois Joseph, J. Daniel, plâtre peint, 19e siècle - statue : saint Pierre, Illoine, bois et plâtre, 20e siècle siècle - étui d’ostensoir, cuir et soie, début 20e siècle - chemin de croix, lithographie, Urruty, éd
  • le mobilier de l'église puis église paroissiale Saint-Pons
    le mobilier de l'église puis église paroissiale Saint-Pons Ubraye - le Touyet
    Référence documentaire :
    Dans les travaux sont inclus la réalisation et l'installation de 2 autels et des fonts baptismaux en maçonnerie. Extrait du rapport de réception des travaux de construction de l'église et sacristie Visites pastorales des 21 mai 1890 et 14 octobre 1884. Procès-verbaux de visites pastorales, évêché p. 60. GEAN, Jacky, GIORDANENGO, Jean. A l'ombre du clocher. Histoire d'un pays entre Var et Verdon
    Auteur :
    [éditeur] Mayoux et Honoré [lithographe] Engelmann et Graf [éditeur] Mingardon et Cie [imprimeur] Desclée et Cie
    Annexe :
    , Mayoux et Honoré Editeur, rue Michel le Comte, 27 Paris, fin 19e siècle - 3 canons d’autel (N° 2 siècle Objets religieux - garniture d'autel de style néo-gothique composée de 6 chandeliers d'autel et (petite nature, socle-reliquaire), carton-pâte, 19e siècle Sculpture - ensemble d'un buste et d'un buste -reliquaire de saint Pons et de saint Augustin (paire, socle-reliquaire), carton-pâte, 3e quart 19e siècle - statue (petite nature) : Saint Joseph et l'Enfant Jésus, carton-pâte, 2e moitié 19e siècle - statue 4 verrières Nef, chœur, 3 verrières rectangulaires verticales cintrés et 1 oculus, peint polychrome , ornements géométriques et végétaux, mitre, crosse, croix, lys, la couronne d’épines, inscription en bas au Sacristie, fer forgé peint en noir, h = 81 ; la = 55,2, croix repeinte et entreposée dans la sacristie, 17e droite, décor gravé et en relief, h = 212 ; la = 205,5 ; pr = 56, fin 19e siècle - autel secondaire de et argent, 2 cœurs enflammés dans Gloire et demi couronne végétale, galon fil métal doré, revers
    Illustration :
    Vue de la nef et du choeur depuis le sud. IVR93_20090403072NUC2A
  • tableau : sainte Famille avec Sainte Anne et saint Jean Baptiste
    tableau : sainte Famille avec Sainte Anne et saint Jean Baptiste La Tour-d'Aigues
    Inscriptions & marques :
    Date et signature, presque illisibles, en bas à gauche entre l'épaule de la donatrice et le cadre
    Référence documentaire :
    P. 128-129. Boyer, Jean. La peinture et la gravure à Aix-en-Provence aux XVIe, XVIIe et XVIIIe
    Description :
    trois lés avec couture verticale au centre et couture horizontale sous les pans coupés. Le châssis est et lisse recouverte d'un vernis brillant. Le cadre en bois verni de fabrication récente est rapporté.
    Auteur :
    [peintre] Gourret Honoré
    Titre courant :
    tableau : sainte Famille avec Sainte Anne et saint Jean Baptiste
  • chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul
    chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul Ceillac - le Rioufenc - en écart - Cadastre : 1831 C6 3592 1964 C6 2509
    Historique :
    autrefois dédiée à saint Honoré. Elle porte différents graffitis dont les dates 1774 et 1883 et peut dater La chapelle qui est actuellement sous le vocable de Saint-Pierre et Saint-Paul a peut être été
    Référence documentaire :
    possède aud. Ceillac "à la combe de Roufenc, après la chapelle de Saint-Honoré, de la cime du village p. 26-27 CHARDIN, Anita, CHARDIN, Guy. Les chapelles, les oratoires et les croix du lieu de Ceillac p. 109 JACQUES, Louis (chanoine). Chapelles rurales des Hautes-Alpes. 1956. t.1 et t.2. p. 41 VANDENHOVE, Jean. Le Queyras, villages et hameaux. Gap : office d'information et de promotion
    Titre courant :
    chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul
    Vocables :
    Saint-Pierre et Saint-Paul
  • scierie, moulin à ressence et à huile
    scierie, moulin à ressence et à huile Grasse - quartier du Riou blanquet - chemin des Vallonets - en ville - Cadastre : 2006 AY 162 non cadastré 1809 A5 277 à 280
    Copyrights :
    (c) Ville d'art et d'histoire, Grasse
    Historique :
    propriétaire cède l'établissement à ses neveux : Jean Joseph Lions, chaudronnier et Pierre Honoré Pellegrin Ce moulin hydraulique fut construit par Pierre Honoré Lions, fabricant de boîtes. L'ensemble, qui date probablement des années 1740, comprend au départ une ressence et une scie à eau. En 1832, le son associé et reprend le moulin à son compte. En 1870, M. Terrassier rachète l'établissement dont la
    Référence documentaire :
    Fol. 472 : Pierre Honoré Lions donne à Jean Joseph Lions et Pierre Honoré Pellegrin un moulin à Pellegrin et Honoré Terrassier : un immeuble quartier de Rioublanquet consistant en 1moulin à huile ressence et une scie à eau, terre, pré et tous objets attenants. Donation, acte 229. 08/05/1832. Archives Fol. 364 : M. Clérique cède à M. Lions et Pellegrin le droit de prendre et d'utiliser l'eau provenant du vallon de Rioublanquet à laquelle il a droit et les autorise à construire des canaux sur son M. Lions et Pellegrin mettent fin à la société de fait qui a existée de fait entre-eux pour l'exploitation d'un moulin à huile, ressence, scie à eau, terrain et dépendances : "Le moulin à huile qui s'y , ressence, terrain et dépendances. Transcription hypothécaire n°89. 25/03/1870. Archives départementales des
    Description :
    Ce moulin, aujourd'hui en ruine, se trouve en fond de vallon et borde le cours d'eau. Il est l'ensemble, l'édifice constitué de plusieurs corps de bâtiments accolés et alignés, forme un rectangle parallèle à la pente du terrain et au cours d'eau. Il devait présenter un étage de soubassement et un rez-de -chaussée surélevé, accessible de plain-pied à l'ouest, et actuellement effondré. Le moulin à huile comprenait deux espaces de broyage et de pressurage assez semblables. Chacune de ces deux salles , alimentée par le haut et mesurant environ 6 mètres de diamètre. Les chambres hydrauliques de ces roues (dont , situé entre les deux salles de broyage et de pressage précédemment évoquées. Se trouvent dans cet espace des axes de transmission en métal. Les canaux d'alimentation et de fuite ne sont plus visibles.
    Titre courant :
    scierie, moulin à ressence et à huile
  • vantail, dormant et châssis de tympan
    vantail, dormant et châssis de tympan Tartonne - Notre-Dame
    Historique :
    réparées par le maçon Honoré Giraud, et que l'essence de bois utilisée à cette date est encore le noyer En 1627, un prix-fait est conclu entre l'évêque de Senez, le prieur et la communauté de Tartonne et . L'ouvrage, en bois de noyer, n'est pas décrit en détail mais semble présenter la même structure et le même
    Référence documentaire :
    paroissiale, oratoire Saint-Sébastien, fontaine de la Salaou et moulin communal, passé à Honoré Giraud, maçon Prix-fait pour diverses réparations à Tartonne : mur du cimetière, portes et toit de l'église
    Description :
    des montants et traverses assemblés à barbe butante, délimitant trois panneaux plats sur le battant et tête carrée. Loquet à poucier sur platine découpée et repercée.
    Titre courant :
    vantail, dormant et châssis de tympan
    États conservations :
    Bois usé et fendu.
    Annexe :
    et promesse faitte par François Viret me menuisier de Castellane au révérend père en Dieu messire Loys-Duchaine, seigneur evesque de Senez, messire Anthoine Bonnet prieur de Tartonne et les conseulz et communauté dudit lieu Extrait L'an mil six cent vingt sept et le trante jour dumois d'aoust de matin promis et promet à révérend père en Dieu messire Loys Duchaine, seigneur évesque de Senez, et à messire Anthoine Bonnet, prêtre, prieur des prieurés de Tartonne et de la Pene, et aux conseulz et communauté dudit lieu, absantz lesditz seigneur evesque, conseulz et communauté, presant et stipulant ledit Anthoine Bonnet prieur au nom dudit seigneur evesque et communauté ausquels promet à iceulx le presant acte ratifier dans quinze jours prochains, en fesant ceppendant son faict et cauze propre, de fère la grande porte de l'esglize de ce dit lieu, de noyer, avec les chambranles et moulures tout à l'entour et (...) avec les clous à pointe de diaman de pan en pan au dessus des mollures, avec ses parnes, goufons et
  • ensemble de 20 colonnettes et 20 chapiteaux
    ensemble de 20 colonnettes et 20 chapiteaux Cavaillon - place Voltaire
    Historique :
    Les colonnettes et chapiteaux datent de la reconstruction de la cathédrale dans la 2e moitié du 12e proches de ceux de la nef romane de la cathédrale d'Aix-en-Provence. Les colonnettes et chapiteaux, dans -Trois-Châteaux et de l'église de Saint-Restitut (Drôme). Ils ont été couverts de polychromie en 1860 et 1861 (notice IM84001216). Trois colonnettes et huit chapiteaux ont été restaurés en 1860, par le
    Référence documentaire :
    LABANDE, Léon-Honoré. Cavaillon. Dans : Congrès archéologique de France, Avignon, 1909, tome 1, p
    Titre courant :
    ensemble de 20 colonnettes et 20 chapiteaux
    Texte libre :
    : cannelures rudentées à mi hauteur, surmontées par un feston et des petites feuilles d'eau 2 : polygonale 2 est 3 : cannelures à congé en arcatures et feuilles d'eau 3 : cannelures torsadées à congé en contre-profil 3 ouest 3 : rudentures surmontées par un feston et des petites feuilles d'eau ; par dessus , serpent avalant un fruit 3 : rudentures, feston et feuilles d'eau 3 est 4 : rudentures droites, brises feston et de feuilles d'eau 4 : polygonale : rudentures en bas et écailles en haut 4 est 5 dans les travées 4 et 5 orientales - exception faite de la colonnette 4, 4 sud à décor d'écailles -et décor en feston avec petites feuilles d'eau sur les colonnettes 1, 2 nord et sud, 3, 3 nord et sud et 4 1 : travées 1 à 4 avec piliers 1 à 4 groupe 2 : travées 4 et 6 avec piliers 4 à 6. Il faut éventuellement monter sur une échelle pour vérifier l'authen­ticité des décors sur les colonnettes 2, 2 nord et . sup. : crosses à feuilles superposition : fruits striés 1 2 : b. feuilles de vigne et grappe de
  • maison, puis presbytère, école et mairie
    maison, puis presbytère, école et mairie La Rochette - place de la Mairie - en village - Cadastre : 1818 G 109 1988 G 36
    Historique :
    de l'élévation nord et de la maçonnerie en moyen appareil. Il est probable que la porte de l'ancien construction aujourd'hui disparue. Les élévations sud et est sont très homogènes dans leur construction et nord. Sur le cadastre de 1818, elle est mentionnée comme "maison et cour" et appartient à Authier Jean Joseph Marie. En 1838, la maison est vendue à la commune pour être utilisée comme presbytère, école et , de manière à augmenter la surface vouée au logement des instituteurs et aux services municipaux
    Référence documentaire :
    8 avril 1838. Acte de vente d'une maison de La Rochette destinée à servir d'école, de presbytère et était réservé jusqu'ici) et au logement des instituteurs les pièces de l'ancien presbytère, le seul mettre à la disposition du prètre desservant la paroisse, et ceci gratuitement, le logement de l'étage au dessous ainsi que l'écurie et en cas de résidence dans la commune, les deux pièces situées sous l'école ainsi que les jardins, dans le cas contraire la commune conserve la puissance de ces deux pièces et des
    Description :
    -de-chaussée surélevé et deux étages carrés. Le premier étage de soubassement n'occupe que la moitié de la profondeur de la maison et est directement adossé au rocher, il est occupé par une étable et une chambre, un fenil et une resserre. La partie nord-est montre l'arrachement d'une voûte de construit en maçonnerie de moellons calcaires et de grès. La base de l'élévation est construite en moyen
    Titre courant :
    maison, puis presbytère, école et mairie
    Annexe :
    Maurice Brac, du midi le chemin de St Pierre, du couchant Honoré Lions et François Chabot, et du nord la Entrevaux, Jean Joseph Marie Authier et son épouse Thérèse Louise Giraud vendent à la commune de La Rochette cour au levant et un petit jardin en forme de banquette attenant au mur du midi ; composé de bas appartements, consistant en écuries, caves, bûchers, greniers et celliers ; d'un rez-de-chaussée contenant six chambres, dont trois chambres à coucher, un cabinet, un cellier ou caveau et une pièce dans laquelle se trouvent deux gréniers (sic), ayant deux entrées un sur la rue basse et l'autre sur la place au niveau de coucher et deux petites chambres. Et enfin d'un deuxième étage contenant une chambre de dix huit mètres soixante et quinze centimètres de surface et trois vastes galetas ; confrontant le tout du levant le Sr rue et la place. 2. Et un jardin ici composé de deux planchers en dessous de la dite maison du côté du midi, divisés par une autre planche qui faisait jadis partie du dit jardin et qui appartient
    Illustration :
    Elévation nord, deuxième et troisième niveaux. IVR93_20100400347NUC2A Elévation nord, premier niveau. Porte murée à corbelets et linteau monolithe
  • bastide, blanchisserie et séchoir à figue, puis moulins à huile et à ressence, actuellement logement
    bastide, blanchisserie et séchoir à figue, puis moulins à huile et à ressence, actuellement logement Grasse - Basses-Ribes - route de la Vallée Verte - Cadastre : 1809 D2 133 à 174 2006 HN 85 à 99, 242, 325
    Copyrights :
    (c) Ville d'art et d'histoire, Grasse
    Historique :
    Un moulin à huile et une ressence hydrauliques furent implantés sur ce site vers 1780. Il blanchissage est signalée sur la propriété en 1714 et côtoie des cultures traditionnelles (vigne, oliviers Charrier, le cède par étapes à Jean Joseph Lions et à son fils. Cette mutation de propriété augmente la cesser au milieu du 19e siècle et la propriété n'est plus désignée que comme le siège d'un moulin à huile et à farine. En 1901, les Lions vendent cette propriété rurale à la famille Ollivier. Le moulin est
    Référence documentaire :
    les écuries, grenier à foin, magasins ou jarreries. Acte de vente entre Honoré Joseph Charrier et , Honoré François Charrier et Jean-François Lion. Acte de vente n°159. Dans minute de Me Chauvin, notaire à Achat par Joseph Lions et Henry Cresp à Honoré joseph et Pierre Joseph Charrier : la 1/2 compétente d'une usine que le dit Charrier possède. Acte de vente entre Honoré Joseph et Pierre Joseph Charrier et Joseph Lions. Acte de vente entre Honoré Joseph et Pierre Joseph Charrier et Joseph Lions. Dans minutes , jardin, pré, terre, vigne, oliviers et arbres fruitiers et blanchisserie aux Basses Ribes. Cadastre de la , réservoir, pré, terre arrosable et non arrosable, vigne, oliviers, figuiers, arbres fruitiers et noyers aux , réservoir, pré, terre arrosable et non arrosable, vigne, oliviers, figuiers, arbres fruitiers et noyers aux et arbres fruitiers aux basse ribes. Cadastre de l’année 1750, commune de Grasse [2]. Archives Folio 446 : Compte de Jean Honoré Charrier : Fabrique de blanchissage, bastide, four, patec
    Description :
    Cette propriété de plus d'un hectare et demi se répartit de part et d'autre du vallon des Ribes . Trois prés longent le vallon et occupent la plus grande partie du terrain. La rive est comprend les deux plus grands prés et les quatre constructions historiques du site (auxquelles s'ajoute une dépendance blanchisserie et le bâtiment de la ressence. Une route intérieure, doublée d'un canal d'amenée, donne accès à bâtiments attenants, l'un de deux étages et l'autre de trois. Ensemble, ils forment un rectangle avec toit à longs pans et tuiles creuses en couverture et abritent l'ancien moulin à huile dont subsistent dans l'étage de soubassement la chambre hydraulique d'une roue horizontale et une seconde chambre hydraulique situe dans un bâtiment homogène architecturalement et indépendant des autres constructions. Le toit est à pan unique couvert de tuiles creuses et soutenu par une charpente en bois apparente. L'ancienne meule surélevé. Lui sont accolés des bassins de décantation et un chaudron. Deux presses en chapelle
    Titre courant :
    bastide, blanchisserie et séchoir à figue, puis moulins à huile et à ressence, actuellement
    Illustration :
    Logement pour roue et renvoi d'angle sous les meules du moulin à farine. IVR93_20120600215NUC2A
  • moulin à huile et à farine, actuellement immeuble à logements et atelier
    moulin à huile et à farine, actuellement immeuble à logements et atelier Grasse - 1 rue Poissonnerie 4 impasse Poissonnerie - en ville - Cadastre : 1809 E 60 2006 BH 121, 123
    Copyrights :
    (c) Ville d'art et d'histoire, Grasse
    Historique :
    Au 18e siècle, ce site appartient à deux propriétaires différents et se compose d'un moulin à huile , d'un moulin à farine, d'une maison et d'une écurie. En 1722, l'un des deux propriétaires (Jacques Charrier, gantier parfumeur) cède sa part à Mme Daumas, veuve de M. Aubin, marchand de soie et passementier . L'autre moitié est cédée en 1744 par la famille Doussan, serruriers, à Honoré Perrolle, marchand. La occupées par un atelier d'artiste et par d'anciens locaux artisanaux, aujourd'hui désaffectés.
    Référence documentaire :
    fol. 2057 : cote d'Honoré Perrolle 1/2 de moulin à blé et à huile et 1/2, rue de la Poissonnerie fol. 1434 : cote d'Honoré Perrolle 1/2 de moulin à blé et à huile et 1/2 à la Guilleterie Cadastre fol. 213 : cote de Jacques Charrier 1/2 de moulin à blé et à huile et 1/2 de la maison et d'1 : cote de Pierre Doussan 1/2 de moulin à blé et à huile et 1/2 de la maison et d'1 écurie attenante à la fol. 403 : cote de Jacques Charrier 1/2 de moulin à blé et à huile et 1/2 de la maison et d'1 Doussan. Fol. 510 : cote de Pierre Doussan 1/2 de moulin à blé et à huile et 1/2 de la maison et d'1 . 561 : cote d'Elisabeth Daumas 1/2 de moulin à blé et à huile et 1/2 de la maison et d'1 écurie Jacques Charrier vend à Elisabeth Daumas la 1/2 de moulin à blé et à huile et 1/2 de la maison et fol. 2084 : cote d'Elisabeth Daumas 1/2 de moulin à blé et à huile à la rue de la poissonnerie. Fol . 2125 : cote de François Doussan 1/2 de moulin à blé et à huile et 1/2 à la rue de la poissonnerie
    Description :
    Ce moulin se trouvai au rez-de-chaussées et dans le sous-sol d'un immeuble à logements. N'en hydraulique s'ouvre, perpendiculairement, sur une cave. En grande partie comblée et inaccessible, elle devait
    Titre courant :
    moulin à huile et à farine, actuellement immeuble à logements et atelier
  • moulin à huile et à farine, actuellement immeuble à logements et restaurant
    moulin à huile et à farine, actuellement immeuble à logements et restaurant Grasse - 8, 10 rue des Moulinets - en ville - Cadastre : 1809 E 11 2006 BK 90, 464, 465, 467
    Copyrights :
    (c) Ville d'art et d'histoire, Grasse
    Historique :
    huile et à farine et d'un logement. Jacques Roubaud, gantier parfumeur le rachète en 1717. Il passe ensuite aux mains d'Honoré Raybaud, marchand en 1774. Le moulin s'arrête, semble-t-il, au 19e siècle. Il reconverti en logements et restaurants.
    Référence documentaire :
    Fol. 1532 : cote d'Honoré Roubaud Moulin à blé et à huile aux Moulinets. Cadastre de la commune de Honoré Raybaud cède à Marie Françoise Raibaud : Moulin à blé et à huile et maison aux Moulinets Fol. 324 : cote des hoirs d'Antoine de Castellane Moulin à blé et à huile et maison au dessus aux Moulinets. Fol. 227 : cote d'Auguste Cresp Moulin à blé et à huile et maison aux Moulinets Tiré du fol. 324 . Fol. 409 : cote d'Auguste Cresp Moulin à blé et à huile et maison aux Moulinets Tiré du fol. 324 Fol. 1125 : cote de Jacques Roubaud 2 1/2 de moulin à blé et à huile et maison aux Moulinets Tiré Les hoirs d'Antoine de Castellane vendent à Auguste Cresp : Moulin à blé et à huile et maison aux Auguste Cresp cède à Alexandre Cresp : Moulin à blé et à huile et maison aux Moulinets. Acte de Fol. 882 : cote d'Antoine Roubaud 1/2 de moulin à blé et à huile et partie de maison tout joignant Fol. 219 : cote d'Alexandre Cresp 1/2 de moulin à blé et à huile et partie de maison à la rue des
    Titre courant :
    moulin à huile et à farine, actuellement immeuble à logements et restaurant
  • Retable et tableau d'autel : sainte Catherine d'Alexandrie, sainte Barbe et saint Blaise
    Retable et tableau d'autel : sainte Catherine d'Alexandrie, sainte Barbe et saint Blaise Colmars - - place de l' Eglise - en village
    Historique :
    Catherine et sainte Barbe dont la bordure est de bois". Il a donc été réalisé entre la construction de l'église (achevée en 1683) et 1700. On trouve, dans les archives notariales, mention d'un prix fait, daté Claude, saincte Catherine et saincte Barbe". Dans la visite pastorale de 1700, la confrérie de Saint Saint-Blaise, plus active. Cela est possible car les deux saints sont évêques (et même archevêque pour la somme de trente-trois livres, il a été commandé par les prieurs de la confrérie Jean Barbaroux et Honoré de Maurin. Il est ensuite également mentionné dans celle de 1718, un peu plus précisément : "la confrérie de saint Blaise, sainte Catherine et sainte Barbe, a un tableau des trois". La sainte Catherine du au-dessus du tableau d'autel de Notre-dame-des-Grâces (IM04002730) et en lui associant l'autel daté
    Représentations :
    Les trois saints sont figurés debout, avec leurs attributs et, pour les deux saintes, avec la palme du martyre soit successivement : sainte Catherine avec la roue à pointes brisées et l'épée de la décollation, sainte Barbe avec un livre et, à ses pieds, un petit boulet de canon (allusion à son patronage des artilleurs) et saint Blaise représenté en évêque avec les insignes épiscopaux. Les deux saintes montants et la traverse supérieure du retable ; rinceaux de vigne avec pampres et chérubins sur la traverse , sur les ailerons du retable et du couronnement : chute de fruits et feuilles d'acanthe se terminant en volute, sur l'encadrement de la lunette du couronnement : anges aptères gainés et chérubins ; sur la
    Description :
    ). Décors en relief à réserve sur les ailerons et les montants du retable, les ailerons du couronnement , décor en demi-relief sur la traverse supérieure du retable et l'encadrement de la lunette du couronnement et de son fronton.
    Titre courant :
    Retable et tableau d'autel : sainte Catherine d'Alexandrie, sainte Barbe et saint Blaise
    Annexe :
    emplacements : jusque là les évêques mentionnaient les chapellenies et le mobilier associé, ici il procède à quart du 18e siècle, mentionnés dans la visite de 1712) et tableau d'autel (commandé en 1641). Cette son ancien emplacement le retable de sainte Catherine, sainte Barbe et saint Blaise (IM04002713) dont , gradins et retable. Le retable et tableau d'autel sont ceux conservés aujourd'hui au même endroit , figurant saint et saint André, mentionnés pour la première fois dans la visite de 1700. Au côté de cet -côté sud, se trouve l'autel de saint Yves et saint Fortunat. Cette titulature est aujourd'hui ce saint et st Fortunat avec une bordure de bois argenté et des armoiries au bas". Dans la visite de bois argenté. En 1745, se trouvent autel, gradins, tableau et retable "argentés". En 1768, l'évêque exhorté et fortement recommandé à M le Maire et consuls ici présents de faire procéder à la réparation de l'autel de st Yves ; nous avons chargé le Sr Prieur d'y tenir la main et de nous donner conoissance de lad
1 2 3 4 17 Suivant