Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 30 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • hôtel de voyageurs dit Le Grand Hôtel, actuellement maison de retraite dite Le Home Arménien
    hôtel de voyageurs dit Le Grand Hôtel, actuellement maison de retraite dite Le Home Arménien Saint-Raphaël - Notre-Dame - 107 avenue du Maréchal-Lyautey - en ville - Cadastre : 1981 AV 257
    Historique :
    Le Grand Hôtel a été inauguré le 11 mars 1880. Il a été construit sur des plans de l'architecte Pierre Aublé pour le compte de la Société Anonyme du Grand Hôtel, dont le maire de Saint-Raphaël, Félix Martin, était l'un des actionnaires. C'est le premier des palaces construits à Saint-Raphaël. Il se travée en avancée et une aile de quatre travées, l'ensemble dans le même style que ce qui existait. En amateurs de photographies et un auto-garage. L'hôtel contient alors 50 chambres. Vers 1925, il a le même ) est construite en 1978. L'étage de comble était à l'origine occupé par des logements pour le personnel
    Représentations :
    Le plafond du grand salon est orné d'un décor peint en trompe l’œil. A chaque angle est figuré un découpé ou de feuillages. Le cadre du plafond est donné par des rinceaux et des guirlandes de fruits et de fleurs. Le vestibule est orné de 4 colonnes engagées composites. A l'extérieur, les travées en ressaut
    Titre courant :
    hôtel de voyageurs dit Le Grand Hôtel, actuellement maison de retraite dite Le Home Arménien
    Appellations :
    Le Grand Hôtel Le Home Arménien
  • maison de villégiature (villa) dite Le Vallon, actuellement immeuble dit Résidence La Louvière
    maison de villégiature (villa) dite Le Vallon, actuellement immeuble dit Résidence La Louvière Saint-Raphaël - le Rebori - 590 boulevard Notre-Dame - en ville - Cadastre : 1981 AW 254
    Historique :
    La villa Le Vallon a été construite en 1883, par l'architecte Pierre Aublé, pour William Neyran, de Résidence La Louvière, dans le dernier quart du 20e siècle. Le jardin a alors été morcelé et l'on a aménagé
    Référence documentaire :
    Vue de volume prise du sud-est. Saint-Raphaël. Villa Le Vallon. Saint-Raphaël. Villa Le Vallon
    Localisation :
    Saint-Raphaël - le Rebori - 590 boulevard Notre-Dame - en ville - Cadastre : 1981 AW 254
    Titre courant :
    maison de villégiature (villa) dite Le Vallon, actuellement immeuble dit Résidence La Louvière
    Appellations :
    Villa Le Vallon
  • maison de villégiature (villa) dite Les Mimosas, actuellement Le Bois dormant
    maison de villégiature (villa) dite Les Mimosas, actuellement Le Bois dormant Saint-Raphaël - le Rebori - 152 boulevard du Rebori - en ville - Cadastre : 1981 AW 255
    Historique :
    Villa construite en 1883 par l'architecte Pierre Aublé pour le comte de Carnazet. En 1919, Les , alors qu'elle appartenait à un Argentin, artiste-peintre, Antonio Gonzales-Moreno. Le recensement de domestiques (femmes). Dans la conciergerie, vivent le chauffeur et sa femme domestique. C'est de cette époque que dateraient le décor néo-gothique du salon et de la salle à manger et la porte de l'entrée
    Description :
    , également au rez-de-chaussée surélevé, est sur la façade latérale. Le soubassement abritait la cuisine, des pièces de service et une chambre de domestiques, le rez-de-chaussée un salon, une salle à manger et un boudoir, le premier étage deux chambres avec alcôve et boudoir en façade et une salle de bain. L'étage
    Localisation :
    Saint-Raphaël - le Rebori - 152 boulevard du Rebori - en ville - Cadastre : 1981 AW 255
    Titre courant :
    maison de villégiature (villa) dite Les Mimosas, actuellement Le Bois dormant
    Appellations :
    Le Bois dormant
  • Le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame-de-la-Victoire, actuellement basilique
    Le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame-de-la-Victoire, actuellement basilique Saint-Raphaël - parvis Jean-XXIII
    Historique :
    Le journal "Le Var", qui rend compte de l'inauguration de l'église Notre-Dame-de-la-Victoire le 14 avril 1887, indique que la décoration intérieure n'est pas encore commencée. Seuls sont en place le rouge de l'Estérel et en marbre blanc de Carrare. Il était surmonté d'un ciborium. Le maître-autel a été
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame-de-la-Victoire, actuellement basilique
  • immeubles
    immeubles Saint-Raphaël
    Historique :
    architectes (en fonction de la documentation consultée) sont différents de ceux des villas. Le plus
    Référence documentaire :
    de plans par Léon Le Bel, 1926. Ech. 0.02 pm. Archives communales, Saint-Raphaël : 2004-1 W 13 (cote (boulevard des).] / Tirage de plans par Léon Le Bel, 1926. Ech. 0.02 pm. Archives communales, Saint-Raphaël En particulier le numéro du 15 novembre 1930 (Numéro spécial "La construction sur la Côte d'Azur
    Description :
    Les immeubles repérés antérieurs à 1920 sont tous situés en ville. Jusqu'à 1945, le bâti est relativement bas, 2 ou 3 étages sur rez-de-chaussée. Le Winter Palace et l'immeuble 85, boulevard Félix-Martin 5 étages sur rez-de-chaussée, plus deux autres étages en retrait sur le toit terrasse. A partir de 1946, c'est le modèle 4 étages sur rez-de-chaussée qui se généralise. C'est le nombre d'étages limite ne nécessitant pas la présence d'un ascenseur. Jusqu'à la Première Guerre mondiale, le style des : Le Sinclair (IA83000469), l'immeuble-station service à Santa-Lucia (IA83000486) et de nombreux et 58 de la rue Léon-Basso) n'affirment pas une franche modernité. Le parti est plutôt de s'harmoniser avec le bâti existant. Le caractère régionaliste provençal n'existe pas pour les immeubles, le
    Auteur :
    [architecte] Le Bel Léon
    Illustration :
    Immeuble Le Concorde. Vue de volume prise de l'est. Boulouris. Gare (avenue de la) 168. 1981 AX 454 Immeuble Le Concorde. Angle nord-est. Parties hautes. Boulouris. Gare (avenue de la) 168. 1981 AX Immeuble Le Concorde. Elévation nord-est. Boulouris. Gare (avenue de la) 168. 1981 AX 454 Immeuble Le Concorde. Elévation nord-est. Travée centrale. Détail. Boulouris. Gare (avenue de la Immeuble Le Concorde. Vue de volume prise du sud. Boulouris. Gare (avenue de la) 168. 1981 AX 454 Entrée sur le boulevard des Anglais. Cazeaux (les). Anglais (boulevard des) 2 ; Georges-Clemenceau Le Berthelot. Elévation nord-est. Notre-Dame. Georges-Clemenceau (boulevard) 270. 1981 AV 11
  • peintures monumentales (décor intérieur)
    peintures monumentales (décor intérieur) Saint-Raphaël - Notre-Dame - 152 avenue du Maréchal-Lyautey
    Inscriptions & marques :
    Sur le plafond du vestibule, signature en lettres grecques et date : P. Aublé 1883. Sur le plafond du rez-de-chaussée, signature et dates : Pierre Aublé 1879, 1882, 1885. Dans le couloir, les puttis
    Représentations :
    Les peintures du vestibule, dans le renfoncement de la porte, à gauche, sont d'inspiration à ses pieds. Le registre supérieur est haut d'environ 80 centimètres. Des dais architecturaux et une statue, en trompe-l’œil, animent la peinture. Le plafond est à motifs floraux. On retrouve un décor pompéien à dominante rouge foncé et motifs dorés au fond du couloir. Le soubassement du mur est à fond noir détache un motif plus clair figurant un dragon. Le plafond de la pièce sud-est est paré d'un décor de plan entouré d'une frise à fleurs, de couleurs plus soutenues, d'inspiration Art Nouveau. Le plafond de la
    Description :
    Le décor peint étudié orne le plafond d'une pièce du rez-de-chaussée, les murs et les plafonds du
  • temple de protestants
    temple de protestants Saint-Raphaël - Notre-Dame - 291 avenue du Maréchal-Lyautey - en ville - Cadastre : 1981 AV 302
    Historique :
    Le temple protestant était à l'origine un édifice privé. Il a été construit pour un ancien officier également dessiné ceux de la villa. Il est ouvert au culte réformé le 23 avril 1882. Après la vente et le morcellement de la propriété à la fin du 19e siècle, il devient le lieu de culte de la communauté protestante
    Référence documentaire :
    119 Saint-Raphaël. - Le Temple Protestant. 119 Saint-Raphaël. - Le Temple Protestant. / Carte
    Description :
    Le temple se compose d'une nef centrale à cinq travées séparées par des doubleaux, voûtée en berceau plein-cintre légèrement surbaissé et de deux nefs latérales voûtées de trois travées d'arêtes. Le narthex communique avec une pièce à droite et abrite l'escalier d'accès à la tribune. Le chœur est cantonnée à gauche par le clocher et à droite par la sacristie voûtée d'une travée d'arêtes. Les élévations sont percées chacune de trois baies en plein cintre. Sol revêtu de granito. Le clocher a un toit à
    Illustration :
    Saint-Raphaël. Le Temple protestant. IVR93_19798300027ZB
  • ville, station balnéaire
    ville, station balnéaire Saint-Raphaël - en ville - Cadastre : 1981 AT
    Historique :
    1865 et où il décède en 1890. Mais la création de la station balnéaire est le fruit de l'élection à la France (1863), le premier casino provisoirement aménagé dans un ancien magasin à blé et l'établissement de bains construit en 1878. Les îlots délimités par le plan en damier, sont peu à peu construits , est consacrée en 1888. En 1906, l'ancienne église de la vieille ville est désaffectée, entérinant le moment de bascule où la ville nouvelle devient le nouveau centre de l'agglomération. C'est également vers cette date que l'on consolide l'armature urbaine existante par l'ouverture et le réaménagement de supprimé en 1899, avenues Anatole-France et Jean-Jaurès) ou par le réalignement de rues dans le périmètre urbaniste désigné par le gouvernement. Il prévoit l'aménagement de la corniche entourant le casino, la gare avec la reconstruction des îlots entre les rues Gambetta et Léon-Basso. Dans les années 1960, le
    Référence documentaire :
    Le nouvel établissement de bains de Saint-Raphaël. / Dessin imprimé par Georges Giger, 1924. Dans Saint-Raphaël. Le Port et l’Église. / Carte postale, L. L. (photographe), début 20e siècle (avant Saint-Raphaël (Var). Vue sur le centre ville et le port. / Carte postale, édition Laugier St 5. Saint-Raphaël. Le port. / Carte postale, LL., début du XXe siècle. Collection particulière. Saint-Raphaël. Le port et le cours Jean Bart. / Carte postale, coll. Pallud, début du XXe siècle Saint-Raphaël. Le bord de mer. / Carte postale, après 1926. Collection particulière. 11. Saint-Raphaël (Var). Vue sur Fréjus, le boulevard Félix Martin et les bains. / Carte postale Le bord de mer et le boulevard Henri-Martin avant la construction de la villa L'Argentine. 2604 Saint-Raphaël (Var). Vue sur le boulevard Félix-Martin et les Bains. / Carte postale, Phot. ND Saint-Raphaël (Var). Les villas et le boulevard Félix-Martin. / Carte postale, F. L., 1er quart 20e
    Description :
    Jusqu'aux années 1880, Saint-Raphaël se compose de deux entités, le village et la Marine, séparées par un "vallat", La Dragonnière. Le village, en retrait par rapport à la mer, a la structure des balnéaire sera édifiée sur le plateau du Veillat, terrain vague qui descendait en pente douce vers la mer , séparé du village par la voie de chemin de fer. Le milieu naturel est entièrement remodelé, le sol aplani et le quai du port, c'est une suture entre le bâti existant et la ville balnéaire à édifier. Le nouvelle ville dont ils constituent en fait la limite. Le tracé de la nouvelle ville suit un plan orthogonal déterminant des îlots d'environ 50 mètres de large pour une profondeur de 20 à 60 mètres. Le côté large est majoritairement orienté vers le sud et la plage. Ce secteur présente tous les signes de l'urbanité : immeubles et équipements. Le boulevard Félix-Martin est un échantillon de boulevard haussmanien avec ses immeubles, banques, grands magasins... Autre voie de prestige, le front de mer jalonné d'une
    Illustration :
    Le nouvel établissement de bains de Saint-Raphaël. IVR93_20068300094NUCB Saint-Raphaël. Le Port et l'Eglise. IVR93_20058300173NUCB Saint-Raphaël (Var). Vue sur le centre de la ville et le port. IVR93_19798300042ZB Saint-Raphaël. Le port. IVR93_19798300009ZB St-Raphaël. Le port et le cours Jean Bart. IVR93_19798300010ZB [Le bord de mer, vue prise vers l'ouest depuis le mirador de la villa l'Argentine Saint-Raphaël (Var). Vue sur Fréjus, le boulevard Félix Martin et les Bains. IVR93_19798300020ZB Vue sur le boulevard Félix-Martin et les Bains. IVR93_19798300052ZB Saint-Raphaël (Var). Les villas et le boulevard Félix-Martin. IVR93_19798300054ZB Pont de chemin de fer, rue Gambetta. Détail. Chapiteaux composites en métal soutenant le tablier
  • peintures monumentales (décor intérieur)
    peintures monumentales (décor intérieur) Saint-Raphaël - Notre-Dame - 215 avenue du Maréchal-Lyautey
    Représentations :
    Le décor des murs de l'espace de distribution central s'organise en panneaux peints, au-dessus d'un la poésie. Les murs est et ouest sont percés de deux portes. On retrouve le motif à candélabres en
    Description :
    Le décor peint étudié se développe sur les murs et le plafond d'un espace de distribution cantonné
  • pavillon de jardin
    pavillon de jardin Saint-Raphaël - Santa-Lucia - allée de la Pointe des Moines - en ville - Cadastre : 1981 AW 526
    Historique :
    Le pavillon de jardin a été construit par l'architecte Pierre Aublé en 1886. Il avait été commandé
    Représentations :
    Sous le toit est peinte une frise de putti ailés. L'entrée du pronaos est cantonnée de colonnes
    Description :
    Le pavillon se présente comme un temple in antis, composé de la cella et du pronaos.
  • maison de villégiature (villa) dite Les Amaryllis, actuellement Bel Respiro
    maison de villégiature (villa) dite Les Amaryllis, actuellement Bel Respiro Saint-Raphaël - Valescure - 288 boulevard de Suveret - en ville - Cadastre : 1981 AM 558
    Historique :
    Revue Les Tablettes de la Côte d'Azur du 30 avril 1922 signale le décès aux Amaryllis de son
    Représentations :
    Dans différentes pièces, plafonds peints de décors floraux. Dans le bureau, vitrail à représentations symboliques. A l'extérieur, frise sous le toit peinte de rinceaux floraux. Tous les garde-corps
    Description :
    enduite. Le soubassement est appareillé en moellons de grès polygonaux. Au sud, le rez-de-chaussée est
    Illustration :
    Elévation sud-est. Frise peinte sous le toit. IVR93_20048300741XE
  • station de villégiature de Valescure
    station de villégiature de Valescure Saint-Raphaël - Valescure - Cadastre : 1981 AM
    Historique :
    kilomètres d'avenues et de boulevards dessert le parc résidentiel dont les terrains sont commercialisés par la Société Civile des Terrains de Valescure dont Félix Martin est le principal actionnaire avec les villégiateurs Charles Gounod, Léon Carvalho et Jules Barbier. A la fin du 19e siècle, Lord Rendel va devenir le Houtelet, Léon Sergent ou Laurent Vianay. Les constructions sont codifiées par le cahier des charges du Les Pins IA83000586) et Chargé (villa Saint-Dominique, non étudiée) ou le chirurgien Léon Labbé (Villa l'Opéra Garnier et des Beaux-Arts de Paris et son épouse Caroline, cantatrice, le sculpteur Oscar Roty. En 1889, le docteur Niepce la qualifie de station hivernale de haute valeur. Compte tenu de la présence établissement thermal (qui ne sera pas réalisé). Le pensionnat pour jeunes filles à la santé déficiente est construit en 1882. C'est aussi le quartier d'élection de la colonie anglaise qui y construit une église anglicane. Le golf est créé en 1896 par Lord Ashcomb, complété en 1904 par un Club House de 16 chambres. A
    Référence documentaire :
    KIEFFER, M. Le Valescure de Félix Martin. Dans : Annales du Sud-Est Varois, tome II, 1977, p. 51-58.
    Description :
    liège et de mimosas, dominant le paysage environnant. Elle est organisée en parc résidentiel structuré à Anglais. Un réseau de boucles faisant retour sur le boulevard constitue des îlots occupés par une ou
    Illustration :
    Vue aérienne prise du sud. Au premier plan, les villas Magali, Marguerite, Le Maquis et La
  • église paroissiale Notre-Dame-de-la-Victoire, actuellement basilique
    église paroissiale Notre-Dame-de-la-Victoire, actuellement basilique Saint-Raphaël - parvis Jean XXIII - en ville - Cadastre : 1981 AT 540, 541
    Historique :
    Aublé. Il semble qu'il y ait eu 3 projets. Le premier n'a pas pu être vu. Le deuxième et le troisième sont tous deux datés du 30 juin 1883. Il s'agit du même plan avec une orientation différente. Le -Martin et donc une orientation du chœur à l'ouest. Le devis dressé par l'architecte mentionne de la ravalement ou sur le chantier. Il est également fait mention de pierre de l'Estaillade, de Montpan, de , de pierre de Beaucaire, Arles et Fontvieille.La première pierre est posée le 11 septembre 1883. Les travaux sont réalisés par l'entreprise Bousquet et fils et Fabri. L'inauguration a lieu le 14 avril 1887 et la consécration le 14 avril 1888 sous le vocable Notre-Dame-de-la-Victoire en référence à la natale d'Aublé, Rhodes, dans laquelle il fut baptisé). Dans le compte-rendu de l'inauguration relaté par le journal Le Var du 21 avril 1887, il est dit que le maître-autel est en place mais que la la façade antérieure. La croix surmontant la coupole est hissée le 4 mars 1887 et la statue dorée de
    Référence documentaire :
    Le deuxième projet était orienté. Église Notre-Dame-des-Victoires. St Raphaël. 2eme projet. Façade Église Notre-Dame de la Victoire. Coupe sur le transept perpendiculairement à l'axe de l’Église Vue de situation de l'église prise de l'ouest au début du XXe siècle. 20. Saint-Raphaël. Le Port 165. Saint-Raphaël (Var). Le port et l'église de Notre-Dame-de-la-Victoire. 165. Saint-Raphaël (Var ). Le port et l'église de Notre-Dame-de-la-Victoire. / Carte postale, début du XXe siècle. Collection
    Représentations :
    triangulaires. Une corniche de faux mâchicoulis couronne les façades. Le cul-de-four du chœur est entièrement
    Description :
    . Le soubassement est en calcaire blanc plus dur. Les 6 colonnettes du portail sont en porphyre du voûtes des clochers en calcaire, à motif d'écailles. La sacristie et le logement du vicaire, situés au
    Texte libre :
    La construction d'une nouvelle église à Saint-Raphaël en 1883 s'inscrit totalement dans le cadre de par l'abbé Bernard lui-même dans son discours d'inauguration, le 14 avril 1887 : Celle-ci, spacieuse et belle, dont la tête s'élève noblement sur le sol comme une reine au milieu des villas ses vassales et à laquelle la population nouvelle veut confier la garde de son avenir ! Le transfert du culte de centre de la vie communale au profit de la station balnéaire. Le style de Pierre Aublé est éclectique (Esperandieu, 1864), à Paris, le Sacré-cœur (Abadie, 1875) et à Lyon, Notre-Dame-de-Fourvière (Bossan, 1872 le chevet les contreforts de faible saillie de l'église Saint-Pierre.
    Illustration :
    Saint-Raphaël. Le port. [Vue de situation prise de l'ouest]. IVR93_19798300012ZB Saint-Raphaël (Var). Le port et l'église de Notre-Dame-de-la-Victoire. IVR93_19798300008ZB . Façade latérale. [Le deuxième projet était orienté.] IVR93_20088300010NUC2A Eglise Notre-Dame de la Victoire. Echelle de 0m 02 par Mètre. Coupe sur le transept
  • maison de villégiature (villa) dite Villa Saint-Joseph
    maison de villégiature (villa) dite Villa Saint-Joseph Saint-Raphaël - Notre-Dame - 374 avenue du Maréchal-Lyautey - en ville - Cadastre : 1981 AV 290
    Historique :
    le belvédère.
    Représentations :
    soulignant le toit. Escaliers extérieurs à garde-corps à balustres. Garde-corps de la terrasse à ornements
    Description :
    terrasse à l'étage. Trois portes-fenêtres ouvrent sur la galerie qui communique avec le jardin par un d'un toit en pavillon. Escalier isolé mettant en communication le jardin et l'impasse des Myrtes, au
    Illustration :
    Vue de situation prise du sud et escalier d'accès par le jardin. IVR93_20058300072XE
  • maison de villégiature (villa) dite Villa Janszen
    maison de villégiature (villa) dite Villa Janszen Saint-Raphaël - Notre-Dame - 215 avenue du Maréchal-Lyautey - en ville - Cadastre : 1981 AV 263
    Historique :
    Janszen. Dans le recensement de 1886, on constate qu'il est âgé de 70 ans et qu'il y réside en compagnie Le Val Clos (non étudiée). La propriété est alors morcelée, le temple devient le lieu de culte de la Notre-Dame-de-la-Merci). Le perron droit monumental qui reliait le jardin à l'entrée principale est
    Représentations :
    à guirlandes sépare le premier étage de l'étage attique. L'ensemble est couronné d'une balustrade qui masque le toit. L'atrium est cantonné de quatre colonnes ioniques.
    Description :
    -chaussée surélevé sous une galerie de quatre colonnes supportant le balcon du premier étage. Le rez-de -chaussée ouvre sur un balcon qui courait le long des façades sud, est et ouest (disparu à l'ouest). A
  • maison de villégiature (villa) dite Marie-Louise, puis Villa Saint-Antoine
    maison de villégiature (villa) dite Marie-Louise, puis Villa Saint-Antoine Saint-Raphaël - Notre-Dame - 338, 358 avenue du Maréchal-Lyautey - en ville - Cadastre : 1981 AV 466
    Historique :
    et d'une domestique. En 1899, elle passe à Henri Bataille. Le Saint-Raphaël Journal du 24 novembre
    Représentations :
    Frise peinte d'ornements végétaux soulignant le toit. Acrotères sculptés d'une palmette aux angles
  • maison de villégiature (villa) dite Villa Notre-Dame
    maison de villégiature (villa) dite Villa Notre-Dame Saint-Raphaël - Notre-Dame - 226 boulevard Notre-Dame - en ville - Cadastre : 1981 AV 499
    Historique :
    siècle, aussi bien en Russie qu'en France. Le recensement de 1896 nous indique que le couple princier est par le gardien, sa femme (portière) et leur femme de chambre. La villa est partagée en plusieurs
    Référence documentaire :
    Le porche de l'entrée principale (construit après 1894 par le prince Bariatinsky), n'existe pas
  • peintures monumentales (décors intérieurs)
    peintures monumentales (décors intérieurs) Saint-Raphaël - Valescure - avenue des Pins
    Représentations :
    de gypserie en trompe-l’œil et en grisaille. Le motif central est un ornement végétal de feuilles de guirlandes de fleurs polychromes. Le salon de musique, de plan carré, a un décor se style pompéien des draperies. Le centre du plafond porte un petit médaillon où figure un bord de mer avec un château . Le plafond de la chambre principale (sud), de plan ovale, a un décor polychrome, bouquet central et
    Description :
    Le décor peint étudié couvre la totalité des plafonds du salon, du salon de musique, du bureau et
  • pensionnat de filles, puis hôtel de voyageurs dit Grand Hôtel des Anglais, actuellement Centre de vacances de la SNCF
    pensionnat de filles, puis hôtel de voyageurs dit Grand Hôtel des Anglais, actuellement Centre de vacances de la SNCF Saint-Raphaël - Valescure - avenue du Colonel-Brooke - en ville - Cadastre : 1981 AM 910
    Historique :
    Le pensionnat de jeunes filles de Valescure a été construit en 1882 (date portée) par l'architecte l'Ile d'Or, dans le but d'y installer un hôtel thermal. En 1894, il appartient à Coirier, également propriétaire du Grand Hôtel de Valescure, à Fréjus. Il est devenu le Grand Hôtel des Anglais et connait une rouvre pour les saisons d'été 1946 et 1947, mais déficitaire, la société qui l'exploite le rétrocède à
    Représentations :
    Un abondant décor de plâtre sculpté, dans le goût du 18e siècle, orne la façade sud. Les tympans
  • maison de villégiature (villa) dite Les Chênes, actuellement hôtel de voyageurs dit Hôtel-restaurant La Chêneraie
    maison de villégiature (villa) dite Les Chênes, actuellement hôtel de voyageurs dit Hôtel-restaurant La Chêneraie Saint-Raphaël - Valescure - 167 avenue des Gondins - en ville - Cadastre : 1981 AM 782
    Historique :
    La villa Les Chênes a été construite en 1890 pour le pasteur Charles-Auguste Goulder, à l'origine
    Description :
    liaison avec le jardin par une volée d'escalier. Sur la façade ouest, un bow-window à meneaux éclaire la droites. Le sol du couloir d'entrée et de la terrasse est en marbre blanc à cabochons noirs. Salle à