Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 876 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Grand Rhône (le)
    Grand Rhône (le) Arles
    Historique :
    Bras principal du Rhône (Référence : IA84000946), le Grand Rhône comme le Petit-Rhône (Référence siècle, l'aménagement de digues insubmersibles fixe le lit du Grand Rhône, dont les crues avaient d'assécher les marais, le resserrement du cours a également pour effet d'emporter jusqu'à l'embouchure les . Des tours de signaux avaient été élevées, afin d'aider le passage des navires dans cette zone sensible le rivage de la mer. Cent-cinquante années plus tard, elle s'en trouvait éloignée de huit kilomètres , appelées "graus" ou bras : d'ouest en est, le bras de Fer (Référence : IA13004110) - canalisé en 1724 -, le bras de la Vidange et le bras de Passon. Leur resserrement varie au fil du temps. L'embouchure du Grand
    Hydrographies :
    Grand Rhône (le)
    Référence documentaire :
    DURRENMATT, Guy. Le Rhône autrefois. [S.l.] : Curandera, 1987 (Les Provinciales). 173 p. : ill Lentheric, Charles, Du Saint-Gothard à la mer, le Rhône, histoire d'un fleuve, Paris : Editions RAMBERT, Gaston. Le Rhône à son delta. Courrier du Parc Naturel Régional de Camargue, 1993, n° 41
    Description :
    Le Grand Rhône est le bras est du delta du Rhône. Il se sépare du Rhône au nord d'Arles et marque la limite ouest de la Camargue. Avec un tracé plus rectiligne que le Petit Rhône (Référence : IA13004135), il trouve son exutoire à Port-Saint-Louis-du-Rhône. Le Grand Rhône transporte 17 millions de mètres cubes de limons jusqu'à la mer, soit près de 81% des ressources rhodaniennes. Le débit du Grand moyenne de 500 m, il constitue donc le bras principal du Rhône. Caractérisé par les nombreuses lônes qui façonnent son environnement, le Grand Rhône est relié au port de Fos par deux canaux : le canal du Rhône à Fos (Référence : IA13004105) à hauteur du Salin de Giraud, et le canal Saint-Louis (Référence : IA13004103) à Port-Saint-Louis. Au sud d'Arles, seul le bac de Barcarin (Référence : IA13004053), à Salin de
    Titre courant :
    Grand Rhône (le)
    Illustration :
    Le Rhône à Arles. IVR93_20121300397NUC2A Le bac automoteur Barcarin 3 accosté en rive gauche. IVR93_20121301650NUC2A
  • Petit Rhône (le)
    Petit Rhône (le) Arles - - isolé - Cadastre :
    Historique :
    Situé dans une zone anciennement occupée par les bras disparus du Rhône, le Petit Rhône peut être considéré comme un reliquat de ces tracés historiques. Le Petit Rhône passe à deux kilomètres de Saint -Gilles (Gard), ancienne cité portuaire hellénique qui alimentait le trafic commercial sur ses eaux. Il existait également des moyens de traverser le cours, probablement en bois. Mais ce matériau n'était que peu dès le Moyen Age, les boucles du Petit Rhône restent instables, notamment à son embouchure. Au 19e siècle les grand travaux napoléoniens tentent de remédier de façon permanente au problème. Mais le grau d'entrée des navires se déplace encore régulièrement. Deux canaux contribuent à réguler son débit : le canal de Peccaïs à Sylvéréal (Référence : RA13000022), et le canal du Rhône à Sète. Mais sa sûreté est
    Hydrographies :
    Petit Rhône (le)
    Référence documentaire :
    inondation et changement social dans le delta du Rhône. Les "catastrophes" de 1856 et 1993/1994. Arles Billo, Maurice. Ponts et ouvrages d´art en Arles. Regards sur le patrimoine : histoire des DURRENMATT, Guy. Le Rhône autrefois. [S.l.] : Curandera, 1987 (Les Provinciales). 173 p. : ill
    Description :
    Le Petit Rhône est le bras Ouest du delta du Rhône. Il constitue la frontière naturelle entre les départements des Bouches-du-Rhône et du Gard. Le Petit Rhône quitte le lit principal du Rhône au nord d'Arles rejoint la Méditerranée. Le canal de Peccaïs à Sylvéréal (Référence : RA13000022) suit en partie son tracé . Plusieurs ouvrages d'art franchissent le Petit Rhône, parmi lesquels le vieux pont de Fourques (Référence : IA13004050), le pont de Sylvéréal (Référence : IA13004073) ou le bac du Sauvage (Référence : IA13004051). La biodiversité est riche sur le tracé du Petit Rhône, qui a été inscrit dans le réseau Natura 2000 en tant que Site d'Intérêt Communautaire (60% dans les Bouches-du-Rhône et 40% dans le Gard). Le cours d'eau
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur le département 30
    Titre courant :
    Petit Rhône (le)
    Illustration :
    Vue du pont routier de Fourques sur le Petit Rhône. IVR93_20121300427NUC2A Vue du pont routier de Sylvéréal côté amont sur le petit Rhône (depuis la rive droite pont suspendu de Fourques. Le pylône central sur le petit Rhône (depuis la rive gauche Pont routier de Saint-Gilles sur le petit Rhône. IVR93_20121300436NUC2A
  • rue Le-Pelletier
    rue Le-Pelletier Marseille 16e arrondissement - quartier de l' Estaque-Gare - rue Le-Pelletier - en ville - Cadastre : 1978 Estaque E non cadastré 1978 Estaque H non cadastré domaine public
    Historique :
    La rue Le-Pelletier est en réalité un tronçon du chemin de la Nerthe, lui-même section du grand et à l'étang de Berre, à travers le terroir agricole de Marseille et le massif montagneux de la Nerthe. L'appellation actuelle de rue Le-Pelletier apparaît dans le cadastre de 1912. En 1819, le chemin et d'autre du chemin, le transformant en voie urbaine. Les premières maisons apparaissent dans les années 1850-1860 et se multiplient dans les décennies 1870 et 1880. En 1890, le front de rue est
    Référence documentaire :
    l'Estaque formant une longueur de 5820m. [extrait concernant le secteur de l'Estaque-Gare avec les noms des
    Description :
    La rue Le-Pelletier actuelle comprend la portion de l'ancien chemin de la Nerthe comprise entre mitoyennes, uniquement interrompu par le carrefour avec le boulevard Fenouil. En revanche, les constructions l'Estaque pour l'architecture de la période). A noter également la présence de façades en briques, le plus
    Localisation :
    Marseille 16e arrondissement - quartier de l' Estaque-Gare - rue Le-Pelletier - en ville - Cadastre
    Titre courant :
    rue Le-Pelletier
    Appellations :
    rue Le-Pelletier
    Texte libre :
    La rue Le-Pelletier est la seule rue du secteur de l'Estaque à présenter un aspect urbain marqué
    Illustration :
    l'inscription Gendarmerie nationale sur l'immeuble H 170. Le commerce au rez-de-chaussée occupe probablement l'Estaque formant une longueur de 5820m. [extrait concernant le secteur de l'Estaque-Gare avec les noms des Vue en enfilade de la rue Le-Pelletier, prise depuis l'angle de l'impasse Capus, en direction de Vue en enfilade prise en direction de la gare, depuis le carrefour de l'impasse Icard Vue prise à l'angle de la rue Le-Pelletier et de l'allée Sacoman : maison 93 rue Le-Pelletier Immeuble, 89-91 rue Le-Pelletier, parcelle H 172. Construit en 1889 pour Emile Raimbaud, serrurier Vue d'ensemble de l'alignement des façades sur la rue Le-Pelletier. Trois modestes maisons Vue prise en enfilade de la rive ouest de la rue Le-Pelletier, prise au niveau de l'avenue de
  • cité dite le Vauban
    cité dite le Vauban Port-Saint-Louis-du-Rhône - avenue du Port - en ville - Cadastre : 1982 B7 741, 743, 746
    Référence documentaire :
    Cité dite Le Vauban. Elévation de la façade postérieure. Dessin par Jean Crozet, 30 mai 1963 Cité dite Le Vauban. Plan des cellules F2 et F5. Dessin par Jean Crozet, 18 août 1960. Archives
    Description :
    chambres se trouvent sur le mur pignon pour les F2 et F3 ; les appartements de superficie plus importante ont des chambres donnant aussi sur les murs gouttereaux. L'enduit lisse, le toit en terrasse, la volumétrie simple, le plan au sol allongé confèrent à cette cité un caractère moderne.
    Titre courant :
    cité dite le Vauban
    Appellations :
    le Vauban
    Illustration :
    Elévation de la façade postérieure réalisée par Jean Crozet (architecte), le 30.05.1963 Plan des cellules F2 et F5, réalisé par l'architecte Jean Crozet, le 18.08.1960
  • immeuble le Stade
    immeuble le Stade Port-Saint-Louis-du-Rhône - avenue du Port - en ville - Cadastre : 1982 C2 1395
    Description :
    Placé au nord ouest de l'ensemble, cet immeuble, dont le plan au sol est en forme de banane est édifié par Jean Crozet, dont le cabinet d'architecture est à Marseille. La construction date de 1966. Un constitué de 13 travées formées successivement de 3 fenêtres et de 2X2 fenêtres. L'espace vert et le terrain
    Titre courant :
    immeuble le Stade
    Appellations :
    le Stade
  • lotissement concerté dit le Stade
    lotissement concerté dit le Stade Port-Saint-Louis-du-Rhône - avenue du Port rue Vincent-Van-Gogh rue Henri-Leroy avenue Gabriel-Péri - en ville - Cadastre : 1982 C2 1395, 1991 à 2020
    Historique :
    Cet ensemble, construit vers 1966 est le seul lotissement concerté composé de maisons et d'un immeuble. Le Comité Interprofessionnel du Logement fait construire par l'entremise de la Société appelée Société nommée Le Foyer de Provence. La demande du permis de construire date de juillet 1964. L'architecte aboutis. Le projet de l'architecte Gilbert Weil, réalisé en 1959 prévoit 62 maisons individuelles -chaussée ; les immeubles sont de différentes hauteurs : les bâtiments A et B sont à 2 étages carrés, le C est à 3 étages carrés, le D a 5 étages carrés. Un projet provisoire du début des années 1960 prévoit pavillonnaire de 35 villas : le plan de l'îlot nord est identique à celui réalisé ; l'îlot sud n'a pas été édifié ; le projet de l'îlot est prévoyait des maisons jumelles avec construction du bâtiment en fond de parcelle et jardin à l'avant : le plan de l'îlot a été conservé mais sans la mitoyenneté des maisons.
    Référence documentaire :
    CROZET, Jean. Devis descriptif de l'immeuble du lotissement concerté le Stade. Vers 1960. Archives CROZET, Jean. Projet provisoire du groupe Le Stade. Vers 1960. Archives communales, Port-Saint Demande de permis de construire du groupe Le Stade. 13 juin 1963. Archives communales, Port-Saint Permis de construire du groupe Le Stade. 15 juillet 1964. Archives communales, Port-Saint-Louis-du Plan de l'avant-projet du lotissement concerté dit Le Stade. Dessin par Gilbert Weil, 1959 Plan de masse du lotissement concerté dit Le Stade. Dessin par Jean Crozet, 27 mai 1968. Archives Façades nord-est et sud-ouest des maisons de caractère régionaliste du lotissement concerté dit Le
    Description :
    permettent de passer de l'immeuble aux maisons. L'immeuble à 4 étages carrés est de caractère moderne avec le ville. Les maisons sont conçues selon 2 modèles. Le 1er modèle (17/30) , qui concerne les maisons de formé de maisons en série illustrent le caractère régionaliste à tendance provençale avec l'enduit rugueux, la génoise sur les murs gouttereaux, le toit à longs pans.
    Titre courant :
    lotissement concerté dit le Stade
    Appellations :
    le Stade
    Illustration :
    Plan de masse du lotissement, réalisé par Jean Crozet, le 27.05.1968. IVR93_20001300957XB Façade et coupe des maisons de caractère moderne du lotissement, réalisées par Jean Crozet, le Jean Crozet, le 27.05.1968. IVR93_20001300978XB Plan du rez-de-chaussée des maisons de caractère moderne, réalisé par l'architecte Jean Crozet, le Plan du rez-de-chaussée des maisons de caractère régionaliste, réalisé par Jean Crozet, le Plan de l'étage des maisons de caractère moderne, réalisé par Jean Crozet (architecte) le
  • secteur urbain dit le Mallebarge
    secteur urbain dit le Mallebarge Port-Saint-Louis-du-Rhône - Avenue de la République rue Marcel-Baudin rue Anbroise-Croizat avenue Benoit-Frachon - en ville - Cadastre : 1982 C3
    Référence documentaire :
    ROUGET, Jean. Le port de Saint-Louis-du-Rhône. 1931. Archives communales, Port-Saint-Louis-du-Rhône Plan de l'agglomération en 1960 avec le marais du Mallebarge. Dessin, 1960, Archives communales
    Titre courant :
    secteur urbain dit le Mallebarge
    Appellations :
    le Mallebarge
    Texte libre :
    I. PRESENTATION HISTORIQUE Le nom du secteur urbain est celui de l'ancien marais asséché après la ville « moderne » succède à une crise endémique du logement. A l'époque, Le Mallebarge, par sa position projetés en 1970 le long de l'avenue de la République ont pour but notamment de faire revivre le faubourg de Venise et le faubourg Hardon. II. DESCRIPTION 1. Situation De forme presque carrée, le Mallebarge occupe une position centrale. Le faubourg de Venise, limitrophe, longe le côté oriental du secteur ville sont édifiés dans ce secteur. Le secteur se raccorde au Faubourg Centre, au Faubourg de Venise et plus récentes se trouvent au nord du secteur (le long des rues Louis Flisi, Ambroise Croizat, Benoît trouvent au sud du secteur, sur l'avenue de la République, au sud ouest du quartier, le long de l'avenue Marcel Baudin, ainsi qu'au nord-ouest sur l'avenue Gabriel Péri et le long de la rue Béranger. La appartiennent au lotissement concerté la Thébaïde occupent la partie centrale du secteur. Le Mallebarge est le
    Illustration :
    sur le secteur urbain dit Le Mallebarge. IVR93_20001300922NUD Plan de l'agglomération en 1960 avec le marais du Mallebarge. IVR93_20001300990XB Alignement des maisons de ville le long de l'axe principal de la ville (rive est de l'avenue , le long de la rue Benoît Frachon (rive ouest). Vue prise du sud-ouest de la résidence Allende Différents types d'habitat pavillonnaire le long de la rue Marcel Baudin (rive nord). Vue prise de Lotissement pavillonnaire des années 1960-70 le long de la rue Chabana Guérin (rive nord). Vue Immeuble à appartements le long de la rue Ledru Rollin (rive nord). Vue prise de la rue Pierre Au premier plan, maisons de ville le long de la rue Ambrose Croizat. A l'arrière-plan, l'ensemble Ensemble de pavillons le long de la rue des Cosmonautes (rive nord et rive est).Partie nord-ouest Au premier plan, maisons de ville le long de la rue Jean Sabon (rive est). A l'arrière-plan
  • îlot Le-Pelletier-Fenouil-Puget
    îlot Le-Pelletier-Fenouil-Puget Marseille 16e arrondissement - quartier de l' Estaque-Gare - rue Le-Pelletier traverse Puget boulevard Fenouil - en ville - Cadastre : 1978 Estaque
    Historique :
    L'îlot est créé dans les années 1860-1880 par le percement du boulevard Fenouil et par la création Lantelme). La première construction est apparue en bord de route dans le dernier quart du 18e siècle de l'îlot, laissant des espaces libres sur l'alignement. Dix ans après, l'alignement sur la rue Le -Pelletier forme un continuum bâti à jusqu'à la maison initiale et continue sur le boulevard Fenouil. Puis dans les années 1880, l'alignement sur la rue Le-Pelletier est totalement construit tout comme sur l'alignement du boulevard Fenouil, en outre sont apparues quelques constructions sur la traverse Puget. Le animé par le nombreux charrois liés au transport des tuiles. La clôture de l'îlot dans les années 1880 remplissage de cet îlot sont diverses : la famille Fenouil vend des parcelles nues. Sur la rue Le-Pelletier gendre Louis-Sylvestre Sacoman, mais aussi le neveu Joseph Mitre, tous charretiers), qui vend des
    Description :
    Délimité par la rue Le-Pelletier, le boulevard Fenouil et la traverse Puget, cet îlot a une forme rue Le-Pelletier dont la partie centrale est occupée par des immeuble à logements et des maisons d'un étage sur rez-de-chaussée. Se trouve aussi un bâtiment à un seul niveau. L'alignement sur le boulevard passages sous maisons à partir de la rue Le-Pelletier, de passages ouverts pour desservir la seconde ligne le long du boulevard Fenouil, enfin, série de petits bâtiments relevant d'un même fond en lisière de la traverse Puget. La partie centrale de l'alignement sur la rue Le-Pelletier est constitué de
    Localisation :
    Marseille 16e arrondissement - quartier de l' Estaque-Gare - rue Le-Pelletier traverse Puget
    Titre courant :
    îlot Le-Pelletier-Fenouil-Puget
    Appellations :
    îlot Le-Pelletier-Fenouil-Puget
    Texte libre :
    boulevard Fenouil est lotie selon un tracé régulier quant à la profondeur des parcelles, le reste de l'îlot est découpé au gré des héritages et sans doute des modifications d'usage d'espace, alors que le
  • port de Carry-le-Rouet
    port de Carry-le-Rouet Carry-le-Rouet - - - en ville - Cadastre : 2015 AH non cadastré, domaine public
    Historique :
    Le port de Carry-le-Rouet s'est construit en plusieurs étapes depuis le 19e siècle. Un premier môle Carry-le-Rouet datent de 1892 par la construction d'un port abri par l'entreprise Feuillère et David. Un bâtiment des douanes est présent sur port de carry depuis le 19e siècle. En 1925, une tempête cause de nombreux dégâts dans le port, le mur de quai est réparé avant 1930. Le port est modernisé dans les années la digue est, le confortement de la digue en 1961 et la mise en place d'un signal d'entrée de port en
    Référence documentaire :
    Le port de Carry-le-Rouet autour de 1860. / Photographie noir et blanc. Archives départementales Le port de Carry-le-Rouet autour de 1960. /Carte postale couleur. Editeur La Cigogne. Archives Vue aérienne du port de Carry-le-Rouet dans les années 1970. / Carte postale couleur. Archives Le port de Carry-le-Rouet vers 1970. / Carte postale couleur. Ary éditeur. Archives départementales
    Description :
    Le port de plaisance de Carry le Rouet s’'organise autour d’un plan d’'eau d'’environ 35 000 m extrémités des deux digues sont de simples tourelles blanches avec feux rouge et vert. Le port propose 580 également amarrés sur la passerelle le long de la digue est et le long des quais Maleville (à l’'ouest ), Vayssière (à l’'est) et à Fouque, ainsi que sur le môle central pavé. Un terre-plein au sud-est du port
    Localisation :
    Carry-le-Rouet - - - en ville - Cadastre : 2015 AH non cadastré, domaine public
    Titre courant :
    port de Carry-le-Rouet
    Illustration :
    Carte de repérage des infrastuctures portuaires de la commune de Carry-le-Rouet Le port de Carry-le-Rouet vers1860. IVR93_20151301015NUC1A Le port de Carry-le-Rouet au début du siècle. IVR93_20151301017NUC1A Le port de Carry-le-Rouet. IVR93_20151301016NUC1A Le port de Carry-le-Rouet en 1960. IVR93_20151301013NUC1A Vue aérienne du port de Carry-le-Rouet dans les années 1970. IVR93_20151301014NUC1A Le port de Carry-le-Rouet vers 1970. IVR93_20151301008NUC1A Le port de Carry-le-Rouet, à droite la capitainerie. IVR93_20151301009NUC1A Entrée du port de Carry-le-Rouet. IVR93_20151301010NUC1A Capitainerie du port de Carry-le-Rouet. IVR93_20151301011NUC2A
  • quai de la consigne ou môle dit le baromètre
    quai de la consigne ou môle dit le baromètre La Ciotat - Port-Vieux - quai François Mitterrand - en ville - Cadastre : 2015 AI non cadastré, domaine public
    Historique :
    Le quai de la consigne accueille longtemps le bureau du service sanitaire, appelé Consigne sanitaire, qui accorde le droit de débarquer au capitaine d'un navire de commerce. Vers 1859, une fontaine inaugurée par le maire Baptistin Ventre. Une fontaine ornementale est aménagée au niveau du baromètre. On y trouve aujourd'hui le cadran équatorial désigné comme Le Baromètre, construit en 1873.
    Description :
    Le quai de la consigne, à l'ouest du Port-vieux, au niveau du quai François Mitterrand, est un quai
    Titre courant :
    quai de la consigne ou môle dit le baromètre
    Appellations :
    le baromètre
    Illustration :
    Port-vieux, quai de la consigne. Le petit môle en arc de cercle. IVR93_20151300235NUC2A
  • Les aménagements portuaires de la commune de Carry-le-Rouet
    Les aménagements portuaires de la commune de Carry-le-Rouet Carry-le-Rouet - Cadastre :
    Localisation :
    Carry-le-Rouet - Cadastre :
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la commune de Carry-le-Rouet
    Texte libre :
    La commune de Carry-le-Rouet est crée en 1833 par distraction de Châteauneuf-les-Martigues. Elle regroupe alors une population d'une centaine de pêcheurs autour du port de Carry. Le port du Rouet est -Rouet. La commune de Carry-le-Rouet est située sur la Côte Bleue, sa façade maritime s'étend sur 5 km , elle comprend deux ports : le port de Carry implanté dans l'abri naturel d'une calanque et le port du Rouet. Le littoral de Carry-le-Rouet accueille une zone marine protégée, gérée par le Parc Marin de la Côte Bleue. La station de villégiature de Carry-le-Rouet fait l'objet d'un dossier d'inventaire : - Chapelle Notre-Dame-du-Rouet (référence IA13005909). La villégiature - station de villégiature de Carry-le
    Illustration :
    Carte de repérage des infrastuctures portuaires de la commune de Carry-le-Rouet
  • coopérative agricole (coopérative rizicole) dite Coopérative rizicole Le Flamand rose
    coopérative agricole (coopérative rizicole) dite Coopérative rizicole Le Flamand rose Arles - Hongrie - en ville - Cadastre : 1994 AL 136, 313
    Représentations :
    Sur la face ouest du silo le plus ancien est peint un flamant rose.
    Description :
    hangars agricoles sont au sud de l'ensemble. Le silo le plus ancien est dominé par la tour de l'élévateur
    Titre courant :
    coopérative agricole (coopérative rizicole) dite Coopérative rizicole Le Flamand rose
    Appellations :
    Coopérative rizicole Le Flamand rose
    Texte libre :
    recevoir 20.000 tonnes de céréales variées et assurait le traitement du riz alimentaire. L'ensemble a été destruction. Certaines parties tombent en ruine mais le silo de béton est encore en assez bon état d'un séchoir formant une aile basse. Le reste des bâtiments sont de simples hangars d'un seul niveau des locaux pour la mise en sac. L'usine de traitement du riz est importante : le bâtiment comprend deux niveaux où s'effectuaient les opérations de décorticage et de blanchissage ; le stockage se faisait en vrac dans des cellules de bois. Dans le hangar de 1960, au sud, se trouvent 11 cellules de type de conservation des céréales dans notre région. Du point de vue architectural, c'est le silo de béton construit en1930 qui offre le plus d'intérêt. ANNEXES : Sur la face est du silo de béton, figure indiqué : LE FLAMAND ROSE.
  • cellier puis coopérative vinicole Le Cellier de la Capelette
    cellier puis coopérative vinicole Le Cellier de la Capelette Sénas - 35 avenue André-Aune - en ville
    Description :
    Le cuvage initial possède des murs en moellons avec charpente en bois et toit en tuiles creuses un toit en plaques de fibro-ciment. Le logement est situé au sud du cuvage initial. La boutique est
    Titre courant :
    cellier puis coopérative vinicole Le Cellier de la Capelette
    Appellations :
    Le Cellier de la Capelette
    Texte libre :
    ; l'entrée de la cave est en façade est où est mentionné le nom du bâtiment. Au nord apparaissent les deux béton sont disposées selon un plan irrégulier ; une partie des cuves signalées sur le plan sont en sous -sol. A l'est entre A et B se trouve un poste de réception à vendange. Le logement du caviste est à l'extrémité sud de la cave primitive A. Le local de vente à l'est est près du bureau. CONCLUSION Cette cave coopératives. ANNEXES : sur la façade figure en violet l'inscription peinte : LE CELLIER DE LA CAPELETTE.
  • esplanade ou terre-plein sud dit le Sahara
    esplanade ou terre-plein sud dit le Sahara La Ciotat - Calanques - en ville - Cadastre : 2014 AI 32
    Historique :
    près de 9 hectares qui seront construits entre 1976 et 1978. Fin 1977, le terre-plein achevé attend ses aménagements. Le second choc pétrolier de 1978 va ralentir le projet et les investissements. Le dépôt de bilan de la société en juin 1986 ne permettra pas de finaliser les projets initialement prévus sur le terre grues sur rails. Depuis les années 2000 le Sahara a trouvé sa vocation avec l'installation d'entreprises
    Description :
    Le terre-plein sud, dit le sahara est situé à l'extrémité sud-est des chantiers navals de la Ciotat (partie est rectiligne et partie ouest en arc de cercle). Le remblaiement du terre-plein est réalisé avec peinture pour navires de 80 m de long (90 m de long, 27 m de large, 32 m de hauteur, conçue par le cabinet
    Titre courant :
    esplanade ou terre-plein sud dit le Sahara
    Illustration :
    Vue aérienne sur le terre plein sud, les deux digues et le bassin de stationnement, aujourd'hui
  • le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre-es-Liens
    le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre-es-Liens Marseille 16e arrondissement - quartier de l' Estaque-Eglise ou de l'Estaque-Plage - place Malleterre
    Historique :
    de bon goût" réalisé par Désiré Michel. Cinq grandes toiles signées Arnaud Durbec dans le choeur - sans doute offert par Roux. Le jugement de Salomon aux fonds baptismaux. Grand crucifix en face rappele
    Titre courant :
    le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre-es-Liens
  • Présentation du mobilier de la savonnerie le fer à cheval
    Présentation du mobilier de la savonnerie le fer à cheval Marseille 14e arrondissement - 66 chemin de Sainte-Marthe - en ville - Cadastre : 2014 894 E 01 80, 98, 121
    Titre courant :
    Présentation du mobilier de la savonnerie le fer à cheval
    Texte libre :
    croûtage (IM13000466) et des mouleuses (IM13000468) pour le façonnage. La ligne de production des lessives
  • petit pont est sur le canal Saint-Sébastien, dit pont Saint-Sébastien
    petit pont est sur le canal Saint-Sébastien, dit pont Saint-Sébastien Martigues - l' Ile - rue de la République place de la Libération - en ville - Cadastre : 2008 AC, AD non cadastré domaine public
    Historique :
    de Galliffet qui l’'a construit et doit l’'entretenir. En octobre 1839, le pont étant en mauvais état , sa reconstruction est ordonnée par le préfet et effectuée en 1846 par l’'entrepreneur Gros. D’après
    Précision dénomination :
    dit le petit pont
    Description :
    Le pont Saint-Sébastien franchit le canal du même nom au niveau de l’'axe transversal du quartier chaussée routière à une voie de circulation et le trottoir côté Caronte, le tout cerné par des garde-corps métalliques (un des garde-corps est commun avec le passage piétonnier). Le platelage de ce dernier est en béton. Un escalier droit permet d’'accéder au pont depuis le quai en rive nord, côté étang de Berre.
    Titre courant :
    petit pont est sur le canal Saint-Sébastien, dit pont Saint-Sébastien
    Texte libre :
    Saint-Sébastien''. Il s´agit d´un pont fixe. Le document, un procès-verbal qui sert aux habitants à ''fragiles et mal entretenus'' (MAISONNEUVE, DEL BALDO, ENTRESSANGLE, p. 29). D´après le descriptif donnant , 2S 10/3). Le 25 octobre 1839, les habitants de Martigues signent une pétition au sujet du pont de Caronte dit de Saint-Sébastien, qui est en mauvais état et sur le point de s´écrouler. Les voussoirs , culées et murs de tête de ce pont sont très dégradés. Ce pont et le canal ont été construits par le ´aspect de l´ouvrage à cette date (ibidem). Le préfet propose que le pont soit d´abord étayé puis reconstruit aux frais des propriétaires du canal. Un projet de mise en place de cintres pour le soutenir est resté sans suite. Le nouveau pont projeté en 1840 doit être construit sur les anciennes culées avec des soumis le 15 janvier 1845. La soumission est remportée par le sieur Gros qui reçoit, le 17 septembre 1846 , un paiement de 5.500 F pour la reconstruction du pont Saint-Sébastien. Le financement a été effectué
    Illustration :
    Chaussée depuis le sud. IVR93_20121301892NUC2A
  • pont levant sur le canal Galliffet, dit pont ouvrant de Jonquières
    pont levant sur le canal Galliffet, dit pont ouvrant de Jonquières Martigues - l' Ile Jonquières - quai Kléber - en ville - Cadastre : 2008 AN non cadastré domaine public
    Historique :
    Le pont ouvrant de Jonquières sur le canal Galliffet - la passe sud de Martigues - a remplacé un , dit "le Pont du Roi" (Référence : IA13004503), détruit en 1922. Le pont de 1929 se révèle inadapté aux navigation, il enjambe le canal de Marseille au Rhône (Référence : IA13004128). La nécessité d'’un nouveau pont levant, revenue aux entreprises Joya-Chabert et Daydé, ne démarre qu'en 1959. Le chantier dure trois ans et l’'inauguration a lieu le 23 mars 1962. Dans les années 1960, l’'ouvrage, qui porte alors la R.N. 568, permet un désengorgement des vieux quartiers de Martigues. Mais le trafic augmentant
    Référence documentaire :
    p. 33-42 Martigues - Le nouveau pont de Martigues Couprie, P., Escudier, Pierre. Martigues - Le p. 23, p. 68-69 Courtot, Roland, Girard, Nicole, Monnier, Gérard. Le guide de Martigues et de l
    Description :
    En bordure de l'étang de Berre, le pont ouvrant franchit le canal Galliffet (ou canal de Jonquières ) et relie Jonquières, quartier sud de Martigues, à l'Île. A Jonquières, il débouche sur le square des dans le quartier de l’Ile. Le tablier du pont est composé d’une poutre cintrée en acier ouvrante à deux ces piles-culées, d'énormes contrepoids s'enfonçant dans le sol permettent aux deux bras de s'élever des culées, un en rive sud, côté étang de Berre, et un sur la rive de l’Ile, côté canal de Caronte. Le
    Titre courant :
    pont levant sur le canal Galliffet, dit pont ouvrant de Jonquières
    Texte libre :
    de Meyran et des deux ponts - dont le pont du Roi (Référence : IA13004503) - qui reliaient l'îlot aux quartiers de l´Ile et de Jonquières. Le canal ainsi élargi est franchi par un pont tournant (Référence ''goulot d´étranglement'' car elle ne s´effectue que par cet ouvrage et le pont tournant de Ferrières conséquence un accroissement de la population. Le flux routier est freiné par les deux points de passer le trafic fluvial durant des manœuvres trop longues (idem, p. 68). Dès 1948, une décision le centre ville de Martigues. La solution finalement retenue est un passage à l´est, en bordure de l ´étang. ''Il rend possible en outre le recalibrage de la passe de Martigues à 55 m de largeur et une que le nouvel ouvrage ''ait un aspect très satisfaisant et s´inscrive au mieux dans le site de demandant l´installation d'une passerelle mobile pour piétons sur le canal de Jonquières. Cette requête est motivée par le fait que le nouveau pont mobile de Martigues devrait se situer à 150 m à l´est de l´ouvrage
    Illustration :
    Chaussée, trottoirs et garde-corps depuis le sud. IVR93_20121301900NUC2A Sous-face du tablier, depuis le nord. IVR93_20121301898NUC2A
  • tableau : Le Repos de la sainte Famille pendant la Fuite en Egypte
    tableau : Le Repos de la sainte Famille pendant la Fuite en Egypte Marseille 16e arrondissement - les Riaux la Nerthe - chemin vicinal de l' Estaque au Rove
    Historique :
    Le tableau est attribué à Michel Serre. Provenant sans doute d'une collection particulière, il a
    Titre courant :
    tableau : Le Repos de la sainte Famille pendant la Fuite en Egypte
  • Stéarinerie puis savonnerie Régis puis savonnerie Leca actuellement savonnerie le fer à cheval
    Stéarinerie puis savonnerie Régis puis savonnerie Leca actuellement savonnerie le fer à cheval Marseille 14e arrondissement - 66 chemin de Sainte-Marthe - en ville - Cadastre : 2014 894 E 01 80, 98, 121
    Historique :
    . Paul, propriétaire de la marque du fer à cheval. Les bâtiments où est fabriqué le savon n'ont que peu poudre et lance la marque Le Chat machine. Depuis les années 1990, la production de lessive en poudre
    Référence documentaire :
    Les frères Bermond de Vaulx vendent le terrain de l’usine à Albert Roura, représentant de la , fabricant de bougie demeurant à Saint-Barthélemy. Vente du terrain bordant le boulevard de la Bougie au nord à Saint-Barthélemy. Vente du terrain bordant le boulevard de la Bougie au nord. Enregistrements Vente par le baron Samatan et les frères Bermond de Vaulx d’une parcelle de terrain pour Louis Régis déclare le 28 février 1882 pour sa savonnerie du chemin de Sainte-Marthe une chaudière fabriquée à Marseille par le constructeur Obanel. Son cylindre horizontal était à fond hémisphérique et terrain de 4862m2 entre le ruisseau de Plombières, le boulevard de la Bougie et le chemin de Saint mètres. / Levé par A. Ramasso le 15 mars 1924. Échelle 1/1000e. Archives départementales des Bouches-du
    Titre courant :
    Stéarinerie puis savonnerie Régis puis savonnerie Leca actuellement savonnerie le fer à cheval
    Annexe :
    les rejeter dans le ruisseau de Plombières ; mais il est à remarquer que la neutralisation de ces eaux deux), en fonte de fer, chauffés directement au charbon. Le foyer de chaque alambic chauffe en même injectée directement dans le fond de l’alambic : les vapeurs des acides gras possédant une faible tension d’environ +50°. On obtient ainsi une distillation fractionnée des acides gras. Le fond des alambics, après 1873, l’usine comporte :  Un logement pour le concierge élevé d’un étage sur rez-de-chaussée où se trouve établie une bascule  Divers ateliers pour le filtrage des huiles, l’acidification , le moulage des acides gras, la distillation, la coulerie, la frotterie,  Un atelier dit des
    Texte libre :
    1 La création de la stéarinerie et sa transformation en savonnerie Le site de l’usine du Louis de Samatan, il passe par héritage à la famille Bermond de Vaux qui le cède à Albert Roura d’administrateur de la Société anonyme de la stéarinerie de la Méditerranée, dont le siège est au n°18 de la rue sur ce terrain. Au même moment est entrepris le percement du boulevard de la Bougie, dont l’existence le 6 février 1873, elle est mise en liquidation. Ses biens sont vendus aux enchères. Ils consistent alors en une stéarinerie située sur un terrain de 5867 m2 clos de murs et délimitée par le ruisseau de Plombières, la propriété de Samatan, le chemin de Sainte-Marthe et le nouveau boulevard. L’usine est rachetée le 2 juillet 1873 par la société Louis Régis et Cie pour 151500 F. Louis Régis était déjà l’un des Méditerranée. Il diversifie la production de l’usine et se lance dans la fabrication de savon. En 1874, le de D. Leca pour 125000 F. Cette société, dont le siège se trouve 25, rue de l’arsenal à Marseille
    Illustration :
    Le site entre les deux guerres IVR93_20141303071NUDA Le site entre 1945 et 1957 IVR93_20141303072NUDA Le site aujourd'hui IVR93_20141303073NUDA L'entrée du site sur le chemin de sainte-Marthe. IVR93_20141302321NUC2A Le bâtiment de direction et l'entrée de l'usine donnant sur le chemin de Sainte-Marthe L'entrée sur le chemin de Sainte-Marthe. IVR93_20141302295NUC2A Elévations bordant le boulevard de la bougie. IVR93_20141302320NUC2A L'entrée de l'usine avec le pont à bascule. IVR93_20141302316NUC2A Ouvertures dans le toit du bâtiment qui abrite la chaîne de production du savon Vue prise du sommet de l'atomiseur, vers le sud. Au fond l'ancienne Savonnerie provençale, à droite
1 2 3 4 44 Suivant