Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 55246 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • batteries ouvertes du Coudon
    batteries ouvertes du Coudon La Valette-du-Var - le Coudon - isolé
    Historique :
    comité des fortifications, le principe d'occupation du Mont Coudon par un fort répondait à la nécessité définitif de fortification du Coudon, rendu en mars 1878 et approuvé en décembre par le ministre de la de Toulon (1878), portant sur la remise au normes des batteries de côte, la batterie annexe sud du Les deux batteries annexes du Coudon n'ont pas d'histoire propre : elles font partie du programme général de fortification du Mont Coudon mis en œuvre entre 1879 et 1884, et sont des annexes sans autonomie du fort Est du Coudon, pièce maîtresse du dispositif. Arrêté en 1873 par un rapport rédigé en mars 1873 par le colonel Le Masson, directeur des fortifications de Toulon, et un avis consécutif du simultanément à l'échelle nationale par le général Séré de Rivières, notamment la capacité d'assurer une défense éloignée jusqu'à 6 à 9km par des tirs à longue portée. La route d'accès militaire fait l'objet Guerre, comporte, outre le fort, dit fort Est, et le fortin dit du Bau Pointu, une batterie extérieure
    Description :
    ; la batterie Sud, face à la grande rade, sur le rebord du versant sud du massif est à 650m du fort route, à 100m à vol d'oiseau au nord du fort. La batterie Nord se composait de deux épaulements d'un arc segmentaire, semblable à celle des niches à munitions du fortin du Bau Pointu. La Les restes des deux batteries sont immédiatement accessibles au bord de la route montant au fort par la route, 300m à vol d'oiseau, la batterie nord, sur le versant nord, dans le dernier lacet de la , en sorte que l'on ne voit plus émerger que le quart supérieur de leur façade ou mur de profil. La batterie Sud, nichée à l'abri d'un gros massif de rochers qui la surplombe directement à l'ouest / sud , séparées par une traverse creuse médiane. La branche gauche est de plan en chevron obtus, permettant des tirs au sud/sud-est et au sud, tandis que la branche droite fait face au sud/sud-est. La traverse-abri diffère de celles de la batterie nord : elle abrite une communication casematée transversale entre les
    Localisation :
    La Valette-du-Var - le Coudon - isolé
    Titre courant :
    batteries ouvertes du Coudon
    Appellations :
    batteries du Coudon
    Aires d'études :
    Var
    Texte libre :
    droite de la route départementale 46, en venant de La Valette-du-Var et à mi-distance du Revest. Nommé , commandant du génie, prend la direction du Comité de Défense et planifie la réorganisation défensive des mineure des ouvrages du Coudon. Au Coudon, l'appropriation du site commence par la création d'une définitif de fortification du Coudon, rendu en mars 1878 et approuvé en décembre de la même année par le ministre de la Guerre, prévoit un dispositif complexe composé du fort, dit fort Est, d'un fortin d'appui , sur la route d'accès entre le fort et le fortin, donc sur les terrains acquis dès 1875. L'ensemble du de deux canons de 24 cm, les plus gros calibres du site, assurément placés sur la batterie Sud batteries sont implantées sur le plateau supérieur du Mont Coudon, auquel on accède par la longue route continuation de la route de Tourris à gauche, celle du fort à droite, puis monte en lacets sur environ 3,2 km au fortin du Bau Pointu, puis, 200m plus loin, à droite, la batterie Sud, à 627m d'altitude, et, dans
    Illustration :
    Batterie nord, traverse-abri de la section gauche, façade en partie ensevelie Batterie nord, traverse-abri de la section gauche, cheminée de ventilation. IVR93_20168300307NUC2A Batterie sud, traverse-abri : issue de la communication transversale casematée vers la plate-forme Batterie sud, traverse-abri : issue de la communication casematée vers la plate-forme droite, vue
  • fort dit fortin du Bau Pointu
    fort dit fortin du Bau Pointu La Valette-du-Var - le Bau Pointu - isolé
    Historique :
    l'est, le Mont Coudon. Les ouvrages répondront aux normes du « système Séré de Rivières ». La route . L'effectif total de la garnison au service du fort de l'Est et des batteries annexes est fixée à 270 hommes gardien. Les 20 et 21 août 1944, le capitaine Ducournau, à la tête du 1er commando de choc des Commandos La défense terrestre éloignée de la place de Toulon fait l’objet d’un rapport rédigé en mars 1873 hectares. Le projet définitif de fortification du Coudon, rendu en mars 1878 et approuvé en décembre par le ministre de la Guerre, comporte un fort, dit fort Est, une batterie extérieure attenante au fort, deux batteries annexes ouvertes distantes, et le fortin dit du Bau Pointu. L'ensemble du chantier de construction de ces ouvrages du Coudon est confié à l'entreprise Andreoli et réalisé entre 1879 et 1884, en commençant par le Fort Est, de 1879 à 1882, et en finissant par le fortin du Bau Pointu, de 1882 à 1884 , et l'armement, en 1883 à 8 canons de 155mm. L'artillerie du fortin est composée de quatre canons de
    Observation :
    d'appui sur site montagneux de la génération Séré de Rivières, à la fois léger et peu novateur.
    Référence documentaire :
    Plan du fortin du Bau Pointu : feuille n° 5 du Petit Atlas des Bâtiments Militaires. Non daté [antérieur à 1909]. Service Historique de la Défense, Vincennes : 6 V 4130.
    Description :
    Le fortin est fondé à une altitude moyenne de 635m, sur la crête du front nord du Mont Coudon centre de laquelle est ménagée la porte d'entrée du fortin, et, dans le tiers gauche, une partie crénelé, point le plus bas du fortin.L'angle sud de l'enceinte relie la courtine d'entrée au mur du front , en revanche, au point le plus haut du fortin, lié à la batterie, est asymétrique, terrassé et non d'aspect plus rustique et moins régulièrement polygonal que celui employé pour le fort du Coudon. La pierre gorge du fort Est du Coudon, mais ici dans une disposition géminée. La porte du fortin, sans fossé d'entrée et la sépare de la façade du casernement; à son extrémité droite s'amorce le chemin de ronde en rampe de roulage bordant la courtine du front latéral montant à l'ancienne plate-forme de batterie de la rampe, aujourd'hui ruinée, qui s'amorce dans la cour d'entrée à gauche de la façade du casernement, au sur le front nord, qui portait l'épaulement de la batterie, fondé sur le rebord de la paroi verticale
    Localisation :
    La Valette-du-Var - le Bau Pointu - isolé
    Titre courant :
    fort dit fortin du Bau Pointu
    Appellations :
    fortin du Bau Pointu
    Aires d'études :
    Var
    Texte libre :
    droite de la route départementale 46, en venant de La Valette du Var et à mi-distance du Revest. Nommé Valette-du-Var), qui l'utilise comme atelier d'artiste loué à un sculpteur. Analyse architecturale Site -Adolphe Séré de Rivières, commandant du génie, prend la direction du Comité de Défense et planifie la forts du Coudon et de la Colle Noire, l'occupation de la hauteur intermédiaire de Thouars par un mais avant achèvement du fort : dans le cas du Coudon, le fortin du Bau Pointu, et dans le cas de la , l'appropriation du site commence par la création d'une route d'accès militaire, dont le tracé est approuvé en mars l'entreprise Ligeart, et achevés en 1879. Le fortin du Bau Pointu, d'abord dit "de la Bergerie", fait partie du projet définitif de fortification du Coudon, rendu en mars 1878 et approuvé en décembre de la l'éperon naturel, dominant les lacets de la route. L'ensemble du chantier de construction des ouvrages du casernement, à la différence des batteries annexes ouvertes. A l'instar du fort Est, dont il reprend
    Illustration :
    Panorama de la rade de Toulon et du flanc est du Mont Faron, vu depuis le fortin Front latéral sud/sud-est : vue oblique du crénelage de la courtine ""pendante"", prise du bas Casernement : façade sur cour, vue oblique prise du sud et de la rampe montant la la batterie Vue générale du site, depuis une hauteur rocheuse située au sud. IVR93_20168300315NUC2A Front de gorge et front latéral : porte et bastionnet de l'angle sud, vus du sud/sud-est Vue générale ouest/sud-ouest, depuis la route : bastionnet ouest, front de gorge Front latéral sud/sud-est : détail extérieur des créneaux horizontaux géminés en haut de la Front latéral sud/sud-est : partie supérieure de la courtine crénelée et bastionnet de l'angle est Face et flanc droits crénelés du bastionnet de l'angle sud, route d'accès et vue sur le fort du Faces droite et gauche, angle de capitale du bastionnet de l'angle est et amorce du front nord
  • fort Est du Coudon, dit fort Lieutenant Girardon
    fort Est du Coudon, dit fort Lieutenant Girardon La Valette-du-Var - le Coudon le Gros Rocher - isolé
    Historique :
    1882, et en finissant par le fortin du Bau Pointu, de 1882 à 1884. L'effectif total de la garnison au canons de 155mm. Les batteries du fort se répartissent sur deux des trois fronts, nord et est. La caserne casematée, au sud-ouest, est parallèle à la majeure partie du front de gorge, en contrebas des principale dans un rentrant du front de gorge, près de la caserne, et une poterne à l'extrémité droite du même front, ouvrant sur un chemin desservant en cul de sac la batterie annexe du Gros Rocher. En 1893-1894, dans le cadre d'une remise au normes générale face à la crise de l'obus-torpille, le fort du communications jusqu'à Nice (fort du Mont Alban) et la Corse (Mont Cinto). En 1943, le fort est occupé 21 août 1944, par le capitaine Ducournau, à la tête du 1er commando de choc des Commandos d'Afrique La défense terrestre éloignée de la place de Toulon fait l’objet d’un rapport rédigé en mars 1873 , à l'est, le Mont Coudon et La Colle Noire, les deux forts prévus pouvant croiser leurs feux
    Observation :
    remarquables et représentatives du "système Séré de Rivières". Intérêt inférieur à celui de la Croix Faron. rapportés de la D.G.A. L'architecture de ce fort de hauteur irrégulier ne compte pas au nombre des plus
    Référence documentaire :
    Rapport de la Commission de révision de l'armement du littoral du 5e arrondissement sur un nouveau plan d'ensemble de la défense du port de Toulon. 28 novembre 1876. Service Historique de la Défense Plan du fort Est du Coudon. / Dessin, sd. [avant 1901 ?]. Service Historique de la Défense
    Description :
    de 35m), en avant de la branche gauche du front nord et du front de gorge. Sans cette avancée ouest petites embrasures espacés pour tir fichant encadrées en brique et pierre. La porte du fort est nichée dans l'angle rentrant du front de gorge, entre l'avancée ouest et la courtine principale sud-ouest l'ancienne batterie du Gros Rocher, annexes extra-muros du fort. La caserne à deux niveaux casematés la cour et sous la courtine du front de gorge, sur un développement équivalent à celui de la caserne clef. Du même côté gauche du passage voûté, s'ouvre la porte d'accès au magasin au projectiles, puis au batterie, près de la poterne du fort, le bâtiment du poste optique de 1894-1895, est une casemate cubique Le fort est fondé à l'extrémité est et au point culminant du Mont Coudon, à 702 m d'altitude. On y accède par la longue route militaire en lacets traversant le massif rocheux de grand axe est-ouest . L'enceinte du fort, contrainte par l'assiette rocheuse, décrit un polygone très irrégulier composé de trois
    Localisation :
    La Valette-du-Var - le Coudon le Gros Rocher - isolé
    Titre courant :
    fort Est du Coudon, dit fort Lieutenant Girardon
    Dates :
    1894 porte la date
    Appellations :
    fort est du Coudon
    Aires d'études :
    Var
    Texte libre :
    départ à l'ouest se branche à droite de la route départementale 46, en venant de La Valette-du-Var et à la France, tant terrestres que maritimes. Ce grand ingénieur du génie impose alors, par une prévu au sommet du Coudon. Un nouveau plan de défense de la rade de Toulon, actualisant fort : s'agissant du Coudon, le fortin du Bau Pointu, et s'agissant de la Colle-Noire (1878-1881), le aussi et surtout une fonction de batterie de côte. Dans le cas de la position du Coudon, la mise en oeuvre des travaux de construction des ouvrages projetés, et la conception même du projet dans le détail distantes, dites batterie Nord et batterie Sud, et le fortin du Bau Pointu, d'abord nommé ouvrage de la l'emprise foncière du Mont Coudon, en 1875-1876 pour la construction de la route. Enfin, le terrain perfectionnements tels que traverses-abris des plates-formes d'artillerie du fort) . L'effectif total de la garnison au service du fort de l'Est et des batteries annexes est fixé à 270 hommes, ce qui donne la capacité
    Illustration :
    Caserne, courtine du front de gorge, façades des casemates de la caserne de siège en caverne Vue de l'entrée du fort et de la caserne à 2 niveaux casematés. IVR93_20168300764NUC1A Façade des magasins sous traverse de la traverse médiane du front est. IVR93_20168300769NUC1A Vue générale du site depuis l'ouest/nord-ouest. IVR93_20168300310NUC2A Panorama sur la grande rade de Toulon vu depuis le fort. IVR93_20168300325NUC2A Ensemble du front de gorge du fort vu depuis l'ouest/nord-ouest. IVR93_20168300313NUC2A Avancée ouest et front de gorge du fort vus depuis l'ouest/nord-ouest, casernes Demi-bastionnet flanquant le front de gorge du fort. IVR93_20168300763NUC1A Porte du fort. IVR93_20168300765NUC1A Poterne précédée d'une rampe descendante réservée dans le sol de la cour. IVR93_20168300766NUC1A
  • ex-voto, tableau : Effondrement du pont du Var
    ex-voto, tableau : Effondrement du pont du Var La Trinité - Laghet
    Inscriptions & marques :
    au pont du Var, il se trouva isolé par les eaux et emporté par les eaux à un mille de distance dudit inscription donnant l'identité du modèle, inscription concernant le donateur manuscrit sur l'oeuvre
    Observation :
    Catégorie : Accident du travail, intempéries
    Représentations :
    milieu, le donateur debout sur une planche est au milieu du fleuve en crue ; Apparition de la Vierge de Paysage de collines, le Var a des eaux hautes et un courant rapide. Le pont de bois est brisé au
    Localisation :
    La Trinité - Laghet
    Titre courant :
    ex-voto, tableau : Effondrement du pont du Var
    Dimension :
    h = 45,5 ; la = 50,5 (dimensions avec cadre).
    États conservations :
    Etat de dégradation de l'ex-voto : pulvérulences ; lacunes de la couche picturale (comblées sur le
    Aires d'études :
    Trinité (La)
  • drapeau du cercle de l'Union Républicaine de Brue-Auriac (Var)
    drapeau du cercle de l'Union Républicaine de Brue-Auriac (Var) Brue-Auriac - 2 chemin du Gavelier
    Copyrights :
    (c) Pays de la Provence Verte
    Inscriptions & marques :
    Inscription : CERCLE DE L'UNION REPUBLICAINE DE BRUE-AURIAC (VAR)
    Historique :
    local était situé à proximité immédiate du cours Roux de Corse, en face de la chapelle. Fermé depuis plusieurs années, la salle est aujourd'hui prêtée à des associations. Le drapeau est conservé au rez-de -chaussée de l'ancienne mairie-école du village.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine de la République du Pays de la Provence Verte
    Canton :
    Saint-Maximin-la-Sainte-Baume
    Statut :
    propriété de la commune (?)
    Localisation :
    Brue-Auriac - 2 chemin du Gavelier
    Titre courant :
    drapeau du cercle de l'Union Républicaine de Brue-Auriac (Var)
    Aires d'études :
    Pays de la Provence Verte
    Illustration :
    Vue générale du revers. IVR93_20158300172NUC2A
  • moulins à farine du Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
    moulins à farine du Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
    Historique :
    Une large majorité des moulins du Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var a une origine médiévale. Les derniers moulins construits l'ont été dans le dernier quart du 19e siècle. Si la grande majorité des moulins a cessé de fonctionner dans le premier quart du 20e siècle, nombreux sont ceux à avoir repris du service pendant la Seconde Guerre mondiale.
    Référence documentaire :
    Rapports d’estimation des biens communaux et procès-verbaux constatant la liquidation des dettes des communes d’Angles, de Castellane, de Castillon, de Courchon, de La Garde, de Méailles, de Mories , de La Rochette, de Saint-André, de Saint-Benoît, de Barles, de Barrême, de Lambruisse, de Mézel, de Arrêts du conseil d'État portant vérification des dettes des communautés des vigueries d'Annot communes d'Annot, Braux, Demandolx, Fugeret, La Garde, Montblanc, Saint-André, Saint-Benoît, Senez Vaumeilh de 1715 à 1776 Arrêts du conseil d’État portant vérification des dettes des communautés des . Etats des dettes de communes d'Annot, Braux, Demandolx, Fugeret, La Garde, Montblanc, Saint-André, Saint L'état des moulins du district de Castellane, 4 nivose an 2 (24 décembre 1793). Archives nationales Cartes des frontières Est de la France, de Colmars à Marseille. / Dessin à l'encre sur papier, par Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778. Echelle 1/14000e
    Description :
    Les moulins à farine du Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var sont des moulins à roue horizontale assez mécanismes, la plupart sont ruinés et un bon nombre d'entre eux sont réduits à la chambre hydraulique.
    Titre courant :
    moulins à farine du Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
    Carte :
    Aménagements hydrauliques spécifiques. Systèmes hydrauliques des moulins à farine du PAys A3V
    Annexe :
    L'état des moulins du district de Castellane, 4 nivose an 2. commune nombre de moulins perfection glaces La Garde 1 imparfaite 8 q médiocre basses eaux et glaces Peyroules 2 imparfaite 9 q médiocre Fugeret 1 imparfaite 15 q médiocre La Colle-Saint-Michel 1 imparfaite 15 q médiocre Méailles 1 Argens 1 imparfaite 8 q médiocre glaces Moriez 1 imparfaite 10 q médiocre basses eaux et glaces La Mure 1 imparfaite 10 q médiocre glaces La Rochette 1 imparfaite 10 q médiocre basses eaux et glaces Sausse 1 glacesL'état des moulins du district de Castellane, 4 nivose an 2 (24 décembre 1793). Archives nationales
    Aires d'études :
    Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
    Texte libre :
    de conservation de la plupart des moulins à farine du Pays Asse, Verdon, Vaïre, Var est tel qu’aucun Cet inventaire des moulins à farine du Pays Asse, Verdon, Vaïre, Var s’est heurté à plusieurs des moulins à farine ; - beaucoup d’éléments nécessaires à la compréhension du fonctionnement des plus globale des installations techniques dédiées à la mouture du grain sur ce territoire, il a donc ». Ces cartes recouvrent presque l’intégralité du territoire correspondant au Pays Asse, Verdon, Var pas au-delà du 16e siècle (moulins de La Palud, de la Salaou). A partir du 16e siècle, les données du cadastre napoléonien La réalisation du cadastre dit napoléonien dont la levée pour le Pays Asse , Verdon, Vaïre, Var s’échelonne de 1811 (Senez, Blieux) à 1838 (Angles, Allons, Barrême, Moriez, La Mure militaires sont moins sûrs. La seule commune qui voit un important accroissement du nombre de moulins à du Pays ; la partie sud souffre, elle, du manque d'eau. Le gel représente une autre contrainte. Il
    Illustration :
    La chambre de la roue du moulin de La Valette (Thorame-Basse). IVR93_20090402720NUC2A Le moulin du Grand Cheinet à La Rochette. Plan et élévations est et ouest. IVR93_20160401303NUDA Le moulin du Grand Cheinet dans la commune de La Rochette. IVR93_20090402622NUC2A Le réservoir du moulin de La Foux à Peyroules en 2005. IVR93_20050400469NUC1A Le sommet de la cuve de charge du moulin de Moriez. IVR93_20080401997NUC1A La chambre de la roue du moulin de Saint-Benoît. IVR93_20090402737NUC1A Vue intérieure de la chambre de la roue du moulin de Saint-Benoît. IVR93_20090402633NUC1A La chambre de la roue du moulin de Champ à Val-de-Chalvagne. IVR93_20090402705NUC1A Vue de volume de la chambre de la roue horizontale du moulin de Robion. IVR93_20080400294NUC2A La chambre hydraulique du moulin de Braux. IVR93_20170400825NUC2A
  • usines textiles dites draperies du Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
    usines textiles dites draperies du Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var Alpes-de-Haute-Provence
    Référence documentaire :
    Plan et Nivellement d'une partie du canal du Verdon dans la commune de Beauvezer pour servir à Plan pour l'instruction de la demande du sieur Latrémouille tendant à obtenir l'autorisation de p. 58-63 MISTRAL, Mireille, L'industrie drapière dans la vallée du Verdon - Nice : Don Bosco p. 23-25 MILLE, Ludovic. Visite de la petite fabrique Trotabas de Beauvezer, dans : Aux sources du MISTRAL, Mireille, L'industrie drapière dans la vallée du Verdon - Nice : Don Bosco imprimeur, 1951 l'instruction d'une demande en autorisation de construire un canal de dérivation des eaux du Verdon nécessaire à l'établissement de trois usines devant contenir quatre mécaniques destinées à la fabrication des draps. / Dessin faire un barrage dans l'Asse pour faciliter l'alimentation de sa fabrique dans la commune de Senez Plan général et détails relatifs au réglement de la fabrique de draps et au moulin à farine que le Sr Ravel possède sur une dérivation de la rivière de Clumanc dans la commune de Barrême / Dessin à la
    Titre courant :
    usines textiles dites draperies du Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
    Aires d'études :
    Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
    Texte libre :
    de l’étude Le repérage des draperies du Pays Asse Verdon Vaïre Var s’est déroulé en deux campagnes de terrain, la première à l’été 2006, la seconde à l’été 2007. Le recensement s’est fait à partir du cadastre napoléonien, établi, pour l’ensemble des communes du Pays Asses Verdon Vaïre Var, entre 1811 et sont parvenues entières jusqu’à nous ont été la plupart du temps profondément transformés depuis la fin propriétaires (Honnorat à Saint-André, Barberoux à Colmars). 2. Les problèmes posés par la délimitation du territoire de l’enquête dans la première moitié du 19e siècle, et disparu au début du 20e siècle. Les contournables. Le foulonnage et la teinte furent en effet des étapes souvent physiquement séparées du lieu de la des Alpes, jusqu'au début du 19e siècle, la mécanisation concernait uniquement le foulonnage. La véritable révolution, qui est à l’origine du développement des draperies à ce moment-, tient entièrement aux inventions du siècle précédent concernant la mécanisation du filage. C’est cette réalité qui a
    Illustration :
    Papier à en-tête de la draperie Honnorat de Saint-André-les-Alpes, deuxième moitié du 19e siècle Plan et Nivellement d'une partie du canal du Verdon dans la commune de Beauvezer pour servir à Plan et Nivellement d'une partie du canal du Verdon dans la commune de Beauvezer pour servir à Plan pour l'instruction de la demande du sieur Latrémouille tendant à obtenir l'autorisation de Les draperies de Beauvezer. Du nord au sud, à l'ouest de la route, la grande draperie Trotabas, la l'instruction d'une demande en autorisation de construire un canal de dérivation des eaux du Verdon nécessaire à l'établissement de trois usines devant contenir quatre mécaniques destinées à la fabrication des draps Plan général et détails relatifs au réglement de la fabrique de draps et au moulin à farine que le Sr Ravel possède sur une dérivation de la rivière de Clumanc dans la commune de Barrême. Détail de la fabrique de draps et de ses abords [à cette date, la fabrique n'avait pas encore occupé le bâtiment de la
  • parfumeries (distilleries de lavande) du Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
    parfumeries (distilleries de lavande) du Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var Alpes-de-Haute-Provence
    Référence documentaire :
    BUFFA, Géraud. Distiller la lavande à Barrême. Collection Parcours du Patrimoine, n° 398. Lyon Mention pour chaque distillerie du nombre d'ouvriers, du volume traité et du cours pratiqué . Ministère de l'Intérieur, Direction de la sureté générale, rapport d'inspection des distilleries Isidore Silvy, Chiris, Selin, Chauvet et cie de Barrême et de la distillerie Lautiers fils de Saint-André, 22 Les portraits des distillateurs Silvy père et fils / dans : La Parfumerie moderne : revue scientifique et de défense professionnelle, vol. 19, 1926. - Lyon : [s.n.], 1926. Bibliothèque de la faculté de au niveau supérieur. / Dessins publiés dans La Vie à la Campagne, décembre 1922. [Des champs de lavande dans la commune de Moriez]. Carte postale, CIM éditeur. Collection Evolution des modes de culture de la lavande (p. 84-88) mention de la première adjudication au Poil en 1856 ; variation des cours et crise de la lavande (p. 107-110) REPARAZ, André de. Lavande et
    Titre courant :
    parfumeries (distilleries de lavande) du Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
    Aires d'études :
    Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
    Texte libre :
    I La cueillette et la culture de la lavande dans le pays Asses, Verdon, Vaïre, Var Le ramassage de la lavande et sa distillation sont des activités ancestrales. Mais dans la seconde moitié du 19e siècle, la cueillette de la lavande s’est développée jusqu’à devenir essentielle à l’économie rurale du parfumeurs grassois pour cette essence qui connait alors un véritable engouement. Dès 1856, la commune du -les-Alpes et d’Annot, avant de se développer dans d’autres parties du sud de la France. Vers 1890, les augmentation de la production dans les années 1930 (voir tableau 2). Le pays Asses, Verdon, Vaïre, Var a été pays qui ne put plus résister à la concurrence du lavandin. Dans les années 1960, on trouvait encore lavande dans le Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var, semblent être très anciennes. Le musée de la lavande de Lambruisse . Mais les distilleries se développent vraiment dans la seconde moitié du 19e siècle. Ces , Verdon, Vaïre, Var. Une grosse part de la production était assurée par des alambics ambulants. Même les
    Illustration :
    Localisation des anciennes distilleries encore présentes dans le Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var La distillerie Schlimmel à Barrême en 1912. IVR93_20080401476NUC1A La coupe de la lavande dans la lavenderaie Lautier fils à Saint-André-les-Alpes Les ouvriers de la distillerie de Senez en août 1936. IVR93_20090402204NUC1A [Des champs de lavande dans la commune de Moriez]. IVR93_20150402161NUC2A Une distillerie à Thorame-haute en bordure du Verdon. IVR93_20060400415XE La distillerie Schimmel puis Mane à Barrême. IVR93_20060400328XE La Baume (Castellane), vue de la distillerie en bordure de route. IVR93_20060400760NUCA Vue générale depuis l'ouest de la distillerie d'Hyèges. IVR93_20060401386NUCA Senez. Parfumerie de lavande. Vue de l'ancienne distillerie du village, devenue salle polyvalente
  • coopérative agricole et laiterie industrielle (coopérative laitière, coopérative d'approvisionnement) dite Coopérative d'approvisionnement laitière du Var moyen
    coopérative agricole et laiterie industrielle (coopérative laitière, coopérative d'approvisionnement) dite Coopérative d'approvisionnement laitière du Var moyen Puget-Théniers - Adolphe-Conil - en village - Cadastre : 1958 AC 24
    Historique :
    La coopérative est construite en 1923 par l'architecte Thillet ; elle a longtemps mené de front la laiterie et l'activité d'approvisionnement ; depuis 1970 ces 2 branches fusionnent ; actuellement la collecte et le traitement du lait ne sont presque plus pratiqués ; une partie du bâtiment sert de local à une C.U.M.A. pour le labour et la coupe de bois. Le nom de l'architecte est gravé sur une pierre
    Description :
    une caisse occupent la partie est du rez-de-chaussée ; la partie nord sert de dépôt pour les La coopérative est formée d'un seul bâtiment, sur 1 étage, de plan rectangulaire régulier. La partie sud du rez-de-chaussée, autrefois réservée au traitement du lait, sert de magasin ; un bureau et marchandises ; l'étage où se trouvait la salle de réunion est aménagé en dépôt ; une petite pièce sert de local à la C.U.M.A. L'élévation sud présente un soubassement et un chaînage d'angle en moellons ; les
    Titre courant :
    d'approvisionnement) dite Coopérative d'approvisionnement laitière du Var moyen
    Appellations :
    Coopérative d'approvisionnement laitière du Var moyen
    Texte libre :
    l'ancien hôpital. Pour l'acquisition du terrain et l'aménagement du bâtiment, la coopérative a bénéficié d'un prêt à long terme du Crédit Agricole de 60.000 F., amortissable en 15 ans. La coopérative de Puget , les deux branches ont fusionné et actuellement la collecte et le traitement du lait ont pratiquement disparu. Une partie du bâtiment sert de local à une CUMA pour le labour et la coupe de bois. État actuel soubassement de moellons occupe le tiers inférieur du rez-de-chaussée. Il est séparé du reste de la paroi par bois, tuiles plates. Distribution intérieure : autrefois la partie avant du rez-de-chaussée était réservée au traitement du lait, qui arrivait sur le quai. AuJourd'hui, cette salle sert de magasin à la coopérative. Un bureau et une caisse occupent la partie droite du rez-de-chaussée. La partie arrière est un sur bandeau) LAITERIE COOPÉRATIVE DU VAR MOYEN. Élévation sud E. THILLET. ARCHITECTE HISTORIQUE La coopérative créée en 1923 fut construite sur un terrain acquis à l'administration de
  • coopérative vinicole Le Rocher
    coopérative vinicole Le Rocher La Garde - Barthélémy - en ville - Cadastre : 1988 AH 681
    Historique :
    La coopérative construite dès 1908 est agrandie à plusieurs reprises. La distillerie est
    Canton :
    Valette-du-Var (La)
    Description :
    Le cuvage initial couvert d'une croupe, qui occupe la place centrale abrite le logement à l'étage
    Localisation :
    La Garde - Barthélémy - en ville - Cadastre : 1988 AH 681
    Texte libre :
    . Un arrachage important, à la spéculation foncière a fait baisser les récoltes, malgré le et une rue étroite la longe à l'ouest. La dénivellation est d'ouest en est. Matériaux : pierres du pays (la carrière du Rocher). Structure : la partie la plus ancienne est au centre. Il est flanqué à quatre grandes fenêtres. A l'est est accolé le volume plus bas du local de vente. La façade est en HISTORIQUE La coopérative fut créée en 1908. Le premier bâtiment construit à cette époque (A l'adjonction à l'avant d'un bâtiment de façade (C). La distillerie, construite sur le flanc est, a d'abord été ) DESCRIPTION Situation : la coopérative est située dans l'agglomération, non loin d'un promontoire rocheux intégré à la ville, d'où le nom : "Le Rocher". La cave ouvre au nord sur un parking, la place est à l'est prolonge. Devant, au nord, est plaqué un bâtiment assez plat dont l'arête droite du toit cache le pignon arrière. Élévations extérieures : élévation nord : la porte est une très grande porte cochère qui
    Illustration :
    Extérieur vu du sud-est. IVR93_19898300571X
  • Coopérative vinicole du Pradet
    Coopérative vinicole du Pradet Le Pradet - Libération - en ville - Cadastre : 1989 AX 12, 13
    Historique :
    La coopérative est créée en 1914 ; est-elle construite à ce moment- ou après la guerre? Elle est
    Canton :
    Valette-du-Var (La)
    Description :
    faciliter le décuvage. Les bureaux et la salle de réunion se trouvent à l'étage du bâtiment initial. en rez-de-chaussée du cuvage initial ; le 1er étage présente un grand oculus entouré de fenêtres étroites ; un entablement décoré de motif de faïence orne la partie haute de la façade sud ; l'élévation sud du logement présente en rez-de-chaussée une baie tripartite en arc segmentaire surmontée à l'étage d'une fenêtre à encadrement. Le cuvage initial abrite encore le rail suspendu et la poulie destinés à
    Titre courant :
    Coopérative vinicole du Pradet
    Appellations :
    Coopérative vinicole du Pradet
    Texte libre :
    de meurtrière et un soupirail au-dessous. A droite de la façade, en retrait, la pente du toit de (B HISTORIQUE La coopérative fut créée en 1914, mais on ne sait pas si elle fut construite à ce moment - ou après la guerre. Elle fut agrandie deux fois : à l'est en 1954, puis au nord dans le prolongement. Un local de vente a été créé en 1970. La façade porte la trace des combats qui ont eu lieu à la fin de la dernière guerre. Sa récolte a beaucoup baissé et la coopérative a des problèmes. État actuel : assez bon. Capacité : 25 000hl. Architectes : GAUBERT / BOYER 1970 AURENCE (La Seyne ) DESCRIPTION Situation : la cave se situe en sortant de l'agglomération, à gauche, sur la route de Carqueiranne . Elle est bordée à l'est par le chemin qui va à l'ancienne gare. La façade ouvre au Sud. Matériaux : pierres sauf parties nord et est : parpaings. Structure : la construction d'origine (A) est un , en retrait, un autre bâtiment au toit à une pente, peut-être l'ancienne distillerie (B). Au nord la
    Illustration :
    Intérieur. Cuverie d'origine. Rail et poulie vus du nord. IVR93_19898300572X
  • croix de la Passion
    croix de la Passion Val-des-Prés - la Vachette - en écart
    Historique :
    Croix exécutée vers 1880 par plusieurs habitants de la Vachette à l'occasion d'une mission.
    Dénominations :
    croix de la Passion
    Représentations :
    Tête du Christ en relief arasé, instruments aplatis. les instruments de la Passion ; Christ : tête
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Val-des-Prés - la Vachette - en écart
    Emplacement dans l'édifice :
    face occidentale de la deuxième pile droite
    Titre courant :
    croix de la Passion
    Dimension :
    h = 234 ; la = 78 ; Dimensions de la croix : h = 132.
  • croix de la Passion
    croix de la Passion Soleilhas
    Matériaux :
    tilleul décor en haut relief décor rapporté décor dans la masse peint polychrome
    Dénominations :
    croix de la Passion
    Représentations :
    Les instruments de la Passion
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    par des clous. Quelques détails peints directement sur le montant de la croix.
    Titre courant :
    croix de la Passion
    Dimension :
    h = 191 ; la = 86 : dimensions totales.
    États conservations :
    suspension en métal sous le bras gauche a disparu. La tête du coq est cassée. Le haut de la croix est endommagé ; le fouet a perdu ses lanières ; l'élément accroché à une petite
    Aires d'études :
    Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
    Illustration :
    Vue de la partie supérieure. IVR93_20050401572XE
  • croix de la Passion
    croix de la Passion Puy-Saint-André - Puy-Chalvin - en écart
    Historique :
    Cette croix de la Passion pourrait avoir été réalisée à la fin du17e siècle ou au début du 18e
    Dénominations :
    croix de la Passion
    Représentations :
    Extrémités des bras en forme de tête d'ange. les instruments de la Passion, angelot
    Statut :
    propriété de la commune
    Emplacement dans l'édifice :
    revers de la façade antérieure
    Titre courant :
    croix de la Passion
    Dimension :
    h = 205 ; la = 109
  • croix de la Passion
    croix de la Passion Névache - Ville-Haute - en écart
    Dénominations :
    croix de la Passion
    Représentations :
    Au centre de la croix, la tête du Christ est entourée de plusieurs instruments de la Passion : le . Au sommet de la croix, le coq du reniement. instrument de la Passion ; Christ : tête porte éponge, la coupe, les dés, l'aiguière, la lance, une verge, le couteau de saint Pierre, la tunique
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    . Lanière de la verge en cuir, les yeux du Christ sont en perles de verre. Assemblages à mi bois, sept clous en fer forgé de section carrée sur le dessus des bras de la croix
    Titre courant :
    croix de la Passion
    Dimension :
    h = 66,5 ; la = 65 ; pr = 5,5
    États conservations :
    Plusieurs instruments de la Passion ont disparu, de même que la hampe de la croix
  • croix de la Passion
    croix de la Passion Puy-Saint-Pierre - en village
    Historique :
    Cette croix de la Passion fut probablement réalisée à la fin du 19e siècle ou au début du 20e
    Dénominations :
    croix de la Passion
    Représentations :
    les instruments de la Passion
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Bois tourné et peint. Branches de la croix de section octogonale, montant inférieur cylindrique . Instruments de la passion en ronde-bosse, cloués, ou plats et peints de couleurs diverses. Lanières des fouets
    Titre courant :
    croix de la Passion
    Dimension :
    h = 216 ; la = 96
  • croix de la Passion
    croix de la Passion
    Dénominations :
    croix de la Passion
    Représentations :
    , couronne d'épines ; feuilles d'acanthe dans les angles supérieurs du cadre. Lambrequins sur la façade du dais. les instruments de la Passion ; la couronne d'épines ; les dés à jouer ; feuille d'acanthe
    Description :
    Croix de la Passion fixée sur un panneau encadré et abritée par un dais. Panneau constitué de quatre planches verticales, cadre à coupes d'onglet, chevillé. Façade du dais constituée par une mince planche cintrée et découpée. Instruments de la Passion cloués.
    Titre courant :
    croix de la Passion
    Dimension :
    Reliquaire 1 : h = 10,9 ; la = 15,8 ; reliquaire 2 : h = 15, la = 18.
    Illustration :
    Croix de la Passion. IVR93_19770500030X
  • croix de la Passion (N° 2)
    croix de la Passion (N° 2) Vallouise - Ville-Vallouise - en village
    Dénominations :
    croix de la Passion
    Représentations :
    Instruments de la Passion : échelle, colonne, lance, épée, fouet, main, tenailles, aiguière, calice , marteau, lanterne, 3 dés, INRI. instrument de la Passion
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Montant et traverse assemblés à mi-bois et peints en noir. Extrémités de la traverse en bois tourné et peint en rouge. h = 191 ; la = 94 ; pr = 6 (dimensions maximales).
    Titre courant :
    croix de la Passion (N° 2)
    États conservations :
    Il manque l'extrémité supérieure. L'échelle, l'épée et la lance sont cassées. Un fouet manque
    Aires d'études :
    Argentière-la-Bessée (L')
  • croix de la Passion (N° 1)
    croix de la Passion (N° 1) Vallouise - Ville-Vallouise - en village
    Dénominations :
    croix de la Passion
    Représentations :
    A la croisée, coeur à l'intérieur de la couronne d'épines. la couronne d'épines : coeur ; les instruments de la Passion : Sainte Face, échelle, colonne, tunique, les dés à jouer, lance : éponge, lance
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Dimensions : h = 195 ; la = 85 (dimensions totales).
    Titre courant :
    croix de la Passion (N° 1)
    Aires d'études :
    Argentière-la-Bessée (L')
  • machine à contrôler la qualité (No 3) : germinateur
    machine à contrôler la qualité (No 3) : germinateur Carpentras - 34 avenue Bel-Air - en ville
    Inscriptions & marques :
    MATERIEL HORTICOLE / J. G. TISSOT / PARIS / Rue du Louvre
    Historique :
    Le germinateur No 3 date du milieu du 20e siècle. Il a été fabriqué par la société de matériel
    Dénominations :
    machine à contrôler la qualité
    Description :
    les graines sont placées. Le bac est rempli d'eau qui s'infiltre par capillarité dans la pierre. La
    Titre courant :
    machine à contrôler la qualité (No 3) : germinateur
    Dimension :
    h = 6 ; l = 38 ; la = 25
    Illustration :
    A gauche de la photo, le germinateur No 3 IVR93_20018400838XE