Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 37680 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • village de La Rochette
    village de La Rochette La Rochette
    Historique :
    La Rochette apparaît dans les textes à partir de 1232 avec la mention de La Rochette de Cadenède (futur Cheinet) et de La Rochette de Collongues (du Miolans). Un premier château était vraisemblablement fin du 14e siècle, le territoire de La Rochette devient frontalier avec le comté de Nice, qui s'est installé au 13e siècle en contre-haut des ruines actuelles, au sommet d'une colline que la Carte des frontières est de la France, levée entre 1764 et 1778, nomme « Collet de Chastel ». Le plan cadastral de 1818 indique également « le château » à cet emplacement, que l'on retrouve sur la carte IGN au 1/25 000e à la le village, date sans doute de la fin du 14e siècle ou du 15e siècle et aurait été plusieurs fois habitations du village, ont été détruites en 1933 par Louis Dellacasse, entrepreneur à Annot. A partir de la séparé de la Provence. Le rôle du village devient alors stratégique pour la défense de la vallée du 15e siècle, qu'est édifiée l'enceinte dont subsiste une porte, en bas de la rue du Pountis. La
    Référence documentaire :
    , entrepreneur à Annot, pour la démolition du château de La Rochette. Crédit alloué pour la démolition du château de La Rochette, 1933. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 388 Feuille 194/6 : le village de La Rochette. Cartes des frontières Est de la France, de Colmars à Section G du village, échelle 1/1250e. Plan cadastral de la commune de La Rochette, 1818. / Dessin l'Arrondissement de Grasse, 1983, 52 p., ill. Histoire du Val de Chanan (Chalvagne, La Rochette, Saint-Pierre) et p. 72 : premières indications de l'existence d'une organisation municipale à La Rochette au 15e Marseille. / Dessin à l'encre sur papier, par Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud Maritimes et de la Haute Provence. - Cannes : Société Scientifique et Littéraire de Cannes et de de ses environs (Vergons, Annot, Entrevaux...) de la préhistoire à la fin du Moyen-Age.
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    compris dans son ancien mur d'enceinte dont subsiste une porte, en bas de la rue du Pountis. Le tissu urbain est organisé en quelques îlots de bâtiments mitoyens installés perpendiculairement au sens de la bâtiments sont souvent traversants et la plupart possèdent de un à trois étages de soubassement. Quelques
    Localisation :
    La Rochette
    Titre courant :
    village de La Rochette
    Carte :
    Oeuvres étudiées du village de La Rochette IA04001724
    Texte libre :
    Histoire La Rochette, en tant que village, apparaît dans les textes à partir de 1232. A cette date Saint-Cassien, Avenos, le Villar, La Rochette de Cadenède (futur Cheinet). Jean reçoit pour sa part La Rochette de Collongues (du Miolans), Collongues, Puy-Figette, La Penne-Chaudol, etc. Il faut noter ici la municipale A partir de la fin du 14e siècle, le territoire de La Rochette devient frontalier avec le comté de Pountis. Effectivement, un acte de 1447 indique que la communauté de La Rochette avait des créanciers, ce la description du village de La Rochette, faite par l'abbé Féraud : « ce village tire son nom de sa mention de « deux » Rochettes (le village actuel et le Cheinet), ce qui explique que l'on trouve dans certains textes de cette époque l'appellation Rochetis. Le château Au 13e siècle, le château de La Rochette était vraisemblablement installé en contre-haut des ruines actuelles, au sommet d'une colline qui domine l'oratoire situé sur le petit col où se situe le réservoir d'eau. Effectivement, la Carte des
    Illustration :
    Village de La Rochette, vue de situation prise du sud-ouest. IVR93_20100400502NUC2A Village de La Rochette, vue de situation prise du sud. IVR93_20100400508NUC2A Vue de situation du village de La Rochette, prise de l'est. Un toponyme ""le château"" désigne les Vue d'ensemble du village de la Rochette, prise de l'est. IVR93_20100400269NUC2A Monument aux morts : détail du blason aux armes de La Rochette. IVR93_20100400296NUC2A collines situées à droite de la photo. IVR93_20100400270NUC2A Vue plongeante prise depuis la colline du château. IVR93_20100400302NUC2A Rigole d'écoulement creusé dans la roche en place. IVR93_20100400350NUC2A Façades sud de la partie basse du village et jardins en contrebas. IVR93_20100400355NUC2A Façades sud de la partie basse du village et jardins en contrebas. IVR93_20100400356NUC2A
  • présentation de la commune de La Rochette
    présentation de la commune de La Rochette La Rochette
    Historique :
    habitant à Bonvillar. Ce lieu semble le plus ancien de La Rochette cité dans les textes, avec le Col aux alentours de l'église Saint-Martin, constituant un quartier important de La Rochette. Au 14e village de La Rochette devient alors la capitale du Val de Chanan, rôle qu'il conserve jusqu'au 19e siècle Les abbayes Saint-Victor de Marseille et Saint-Honorat de Lérins semblent être à l'origine de la d'Avenos. La Charte de Sainte-Marie de Puget indique que, vers 1050 l'abbaye de Lérins est donataire d'une église et de ses bien ad Massilinas. Il s'agit de l'ancienne église Saint-Martin, située sur la crête qui médiéval en petit appareil. Un acte du 29 mai 1327 atteste et confirme la possession du prieuré de Saint pillages effectués par des troupes de routiers, marquèrent un brutal déclin des activités et de la successives, s'ajoute la sécession de Nice en 1388, qui donne au Chanan une rôle de zone frontalière. Le . L'ancienne économie agricole était basée sur la polyculture vivrière, avec des zones de cultures sèches et
    Référence documentaire :
    Rochette, Saint-Pierre) et de ses environs (Vergons, Annot, Entrevaux...) de la préhistoire à la fin du Feuille 194/6 Cartes des frontières Est de la France, de Colmars à Marseille. / Dessin à l'encre sur papier, par Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778 , bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté p. 186-187 BARATIER, Edouard. La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècle. Paris confins des Alpes Maritimes et de la Haute Provence. - Cannes : Société Scientifique et Littéraire de Cannes et de l'Arrondissement de Grasse, 1983, 52 p., ill. Histoire du Val de Chanan (Chalvagne, La p.101 : Relevé de la borne numéro 65, datée de 1803. Elle est située au-dessus de La Colle, sous la barre rocheuse des Torraches. Thévenon Luc. Frontières du Comté de Nice. A la recherche des bornes
    Localisation :
    La Rochette
    Titre courant :
    présentation de la commune de La Rochette
    Carte :
    Oeuvres étudiées de la commune de La Rochette IA04001725
    Texte libre :
    par les archéologues, notamment à la limite entre la commune de La Rochette et celle de La Penne, à plus ancien de La Rochette cité dans les textes, avec le Col d'Avenos.En 1044, on note la première également acquis des terres à La Rochette même et jusqu'au Miolans. (…) ces biens étaient concédés à titre Rochette, mais la disparition des archives de cet évêché empêche toutes précisions à ce sujet. Les Templiers possédèrent de nombreuses censives à La Rochette, droits qui furent repris en 1311 par les , constituant un quartier important de La Rochette. Au 14e siècle, on retrouve les noms de ces bastides et lieux Rochette de Cadenède (futur Cheinet). Jean reçoit pour sa part La Rochette de Collongues (du Miolans ), Collongues, Puy-Figette, La Penne-Chaudol, etc. Il faut noter ici la mention de « deux » Rochettes (le (albergue, cavalcade, queste...) et des hommes à La Rochette. Dès 1258, la famille des Vintimille apparaît comme seigneur de La Rochette et de Puy-Figette, avec Georges de Vintimille. En 1308, il est fait
    Illustration :
    Vue sur la commune de La Rochette, prise depuis le hameau d'Avenos. IVR93_20100400265NUC2A Vue sur la commune de La Rochette, prise depuis le site du château : quartiers du Pré, de Saint Terrasses de culture en pierre sèche, immédietement en contre-haut de la chapelle Saint-Saturnin Ruisseau du ravin de la Clue, en contrebas de la ferme du Grand Cheinet. Retenues d'eau Affleurements rocheux (tuf volcanique) au lieu-dit la Tour de Babilone. IVR93_20100400497NUC2A La Pierre de Geaï. Mur de soutènement en pierre sèche. IVR93_20100400636NUC2A Rocher de la Baume. Pierrier aménagé avec des postes de chasse à l'affût. IVR93_20100400710NUC2A Châtaigneraie et bois de pins, au-dessus de la ferme du Nogeret. IVR93_20100400512NUC2A Châtaignier, au-dessus de la ferme du Nogeret. IVR93_20100400513NUC2A Allée de chênes à ramées en contre-haut de la ferme de Fabre. IVR93_20100400492NUC2A
  • croix de la Passion
    croix de la Passion Soleilhas
    Matériaux :
    tilleul décor en haut relief décor rapporté décor dans la masse peint polychrome
    Dénominations :
    croix de la Passion
    Représentations :
    Les instruments de la Passion
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    par des clous. Quelques détails peints directement sur le montant de la croix.
    Titre courant :
    croix de la Passion
    Dimension :
    h = 191 ; la = 86 : dimensions totales.
    États conservations :
    Le haut de la croix est endommagé ; le fouet a perdu ses lanières ; l'élément accroché à une petite suspension en métal sous le bras gauche a disparu. La tête du coq est cassée.
    Illustration :
    Vue de la partie supérieure. IVR93_20050401572XE
  • cloche (N° 1)
    cloche (N° 1) La Rochette
    Historique :
    chapelle Saint-Saturnin, située sur la commune de La Rochette, totalement vidée de son mobilier. La cloche Cette cloche qui porte la marque du fondeur Dominique Rosina et la date 1828, provient de la est transportée tous les ans à la chapelle, lors du pélerinage. Dominique Rosina est également
    Représentations :
    La Crucifixion est inscrite dans un médaillon.
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    La Rochette
    Origine :
    lieu de provenance chapelle Saint-Saturnin La Rochette
  • croix-reliquaire de la Vraie Croix
    croix-reliquaire de la Vraie Croix Senez - place de l' Eglise
    Historique :
    La cavité contient encore une relique de la Vraie Croix avec un authentique portant le cachet de registre de la fabrique de la paroisse.
    Matériaux :
    bois décor en bas relief décor dans la masse doré doré à la feuille d'or sur apprêt peint
    Référence documentaire :
    Registre des comptes de la fabrique de Senez. 1859-1889. Archives paroissiales, Senez : non coté.
    Dénominations :
    reliquaire de la Vraie Croix
    Représentations :
    la couronne d'épines Une serpentine contenant des points court le long du pied. La base de la tige est ornée de bas en haut, de feuilles d'eau, de godrons et à nouveau de feuilles d'eau. Le pourtour de la cavité à relique est orné d'une couronne d'épines. Les extrémités de la croix dont émanent des rayons, sont fleurdelysées. Entre les branches de la croix, des rayons créant un soleil sont taillés dans le bois.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Croix-reliquaire en bois avec pied circulaire. Le pied, la base de la tige, les extrémités de la croix et le pourtour de la réserve sont sculptés en bas relief. L'ensemble de la croix, excepté le pourtour de la réserve, est doré à la feuille d'or sur un apprêt blanc et assiette rouge. La cavité à
    Emplacement dans l'édifice :
    chapelle de la Vierge
    Titre courant :
    croix-reliquaire de la Vraie Croix
    Dimension :
    h = 69,5 ; la = 35,5.
    États conservations :
    Il y a quelques lacunes sur les extrémités de la croix.
  • croix-reliquaire de la Vraie Croix
    croix-reliquaire de la Vraie Croix Vergons
    Historique :
    La visite pastorale de 1908 précise que l'église ne renferme aucune relique ; celle de 1912 en revanche, mentionne l'existence de la relique de la Vraie Croix ainsi que de six reliquaires. Cette croix -reliquaire de la Vraie Croix peut donc être datée entre 1908 et 1912.
    Dénominations :
    reliquaire de la Vraie Croix
    Représentations :
    Les supports ont la forme de pattes. La base de la croix est ornée de rinceaux, de palmettes et de feuilles d'acanthe. La croix, dont les extrémités sont trilobées, est ornée de losanges et de motifs de
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Croix-reliquaire de la Vraie Croix en bronze fondu et doré. La base constituée de trois supports est ajourée et ciselée. La croix porte un décor en relief méplat, un décor en bas et haut relief. Au centre de la croix, la cavité à reliques est de forme ronde et fermée par du verre.
    Titre courant :
    croix-reliquaire de la Vraie Croix
    Dimension :
    h = 57 ; la = 22.
    États conservations :
    La relique est encore en place.
  • croix-reliquaire de la Vraie Croix (N° 1)
    croix-reliquaire de la Vraie Croix (N° 1) Annot
    Historique :
    Le procès-verbal de la visite du 27 juin 1858 mentionne le reliquaire.
    Matériaux :
    bois taille directe doré à la feuille sur apprêt décor en bas relief
    Observation :
    L'extrait de catalogue d'ornements religieux, utilisé pour fermer la cavité à reliques au revers , permet de suggérer une datation de la première moitié du 19e siècle.
    Dénominations :
    reliquaire de la Vraie Croix
    Représentations :
    La base de la croix porte sur le devant un ornement à cable et des feuilles d'acanthe au niveau des arêtes. La tige de la croix est à stries. Le centre de la croix est occupé par la cavité à reliques qui est entourée d'une couronne. Des rayons émanent de la croix dont les extrémités sont en forme de fleur
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Croix-reliquaire de la Vraie Croix en bois taillé, doré à la feuille sur apprêt et assiette rouge . La base est de plan rectangulaire avec quatre pieds en forme de boules. L'ensemble de la croix présente un décor en bas relief. Le revers de la croix est plat. La cavité à relique est fermée par du verre transparent sur le devant. Elle contient du papier. Au revers, la cavité est fermée par un morceau
    Titre courant :
    croix-reliquaire de la Vraie Croix (N° 1)
    Dimension :
    h = 58 ; la = 28 (largeur au niveau de la croix) ; la = 13,7 (largeur au niveau de la base) ; pr = 10,5 (profondeur au niveau de la base).
    États conservations :
    Présence d'une zone fragile au niveau de la jonction entre la base et la croix.
  • croix d'autel, reliquaire de la Vraie Croix
    croix d'autel, reliquaire de la Vraie Croix Soleilhas
    Inscriptions & marques :
    Lig. SSmo (croix dessinée) : sur paperole dans la cavité à reliques ; O CRUX SPES UNICA / MUNDI
    Matériaux :
    bois résineux décor en haut relief décor dans la masse décor rapporté doré argenté
    Dénominations :
    reliquaire de la Vraie Croix
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    ) probablement en tilleul, croix en bois résineux ; face dorée à la feuille sur bol rouge ; à l'intérieur des bruni sur fond mat. Le décor du pied est en haut relief dans la masse. Les extrémités en haut relief sont assemblées à mi-bois et maintenues par deux pointes. La cavité à reliques est constituée par une dans un anneau assure la fermeture. La cavité à reliques est munie d'une ouverture ovale, vitrée, sur la face et sur le revers. Reliques de la Vraie Croix dans un médaillon à paperoles (papier doré et
    Titre courant :
    croix d'autel, reliquaire de la Vraie Croix
    Dimension :
    h = 85 ; la = 47 ; pr = 12 : dimensions totales.
  • croix-reliquaire de la Vraie Croix (N° 2)
    croix-reliquaire de la Vraie Croix (N° 2) Annot
    Dénominations :
    reliquaire de la Vraie Croix
    Représentations :
    Les supports sont à volute. Une frise de feuilles d'eau met en valeur la base et borde du côté face un agneau mystique qui sert d'amortissement à la croix. Des feuilles d'eau stylisées occupent les branches de la croix et une rangée de motifs de besants souligne le cercle faisant le lien entre les branches. En rappel, un besant orne chaque extrémité de la croix.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Croix-reliquaire de la Vraie Croix en cuivre (?) fondu et doré. La base est de plan rectangulaire avec quatre supports. Un décor en haut relief sert d'amortissement à la croix de section rectangulaire , qui porte un décor en relief méplat sur toute sa surface. Dans sa partie basse, la croix est ajourée . Le centre de la croix est circulaire et renferme la cavité à relique, fermée par du verre transparent.
    Titre courant :
    croix-reliquaire de la Vraie Croix (N° 2)
    Dimension :
    h = 33 ; la = 10,5 (largeur au niveau de la base) ; pr = 7,4 (profondeur au niveau de la base).
  • carte murale des Basses-Alpes
    carte murale des Basses-Alpes La Rochette
    Inscriptions & marques :
    ] Blondel La Rougery, Editeur-Géographe, 7 rue Saint-Lazare, Paris. Inscription concernant la collection dans le cartouche du titre et de la légende : Collection des cartes départementales au 1/200 000e par la Société Générale [...] à Mr Hubert Raybaud.
    Historique :
    Cette carte murale date de la fin des années 1940 ou du début des années 1950, elle mentionne encore la ligne de tramway reliant le Pont de Gueydan à Guillaume par la rive droite du Var. Elle a été imprimée et éditée par les Ateliers Blondel La Rougery (7, rue Saint-Lazare – Paris). Elle fait partie commercial offert par la banque Société Générale à un de ses clients, M. Hubert Raybaud (mention manuscrite rapportée sur la carte dans l'espace prévu à cet effet).
    Description :
    l'échelle 1/200 000e. La carte mentionne les villes, villages et hameaux, ainsi que les routes, chemins de fer et cours d'eau. Un cartouche présente le titre de la carte. Trois encarts comportent : la légende de la carte, des renseignements divers d'ordre administratif, le nom de la banque donatrice.
    Auteur :
    [éditeur] Blondel La Rougery
    Localisation :
    La Rochette
    Dimension :
    la 59.0 cm
    Illustration :
    Détail : encart de la légende. IVR93_20100400415NUC2A Détail : Entrevaux et ses environs : la ligne de tramway reliant Pont de Gueydan à Guillaume est
  • cloche (N° 3)
    cloche (N° 3) La Rochette
    Inscriptions & marques :
    Inscription : J'AI ETE FONDUE EN 1868 / J'AI POUR PARRAIN MR GARNIER MARIUS, MAIRE DE LA ROCHETTE
    Observation :
    Il n'a pas été possible de monter dans le clocher ; la date et l'inscription n'ont pas pu être vérifiées. Les inscriptions sont retranscrites dans la bibilographie.
    Référence documentaire :
    13 février 1870. Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la commune de La Rochette. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 388
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    La Rochette
  • tableau : Saint Saturnin et saint Martin
    tableau : Saint Saturnin et saint Martin La Rochette
    Inscriptions & marques :
    branches de même. Ce sont les armoiries de Jean de Saqui avec la devise : INTE DOMINE CONFIDO. Dédicace et
    Historique :
    Ce tableau daté 1626 a été commandé par Jean de Saqui, qui s'est fait représenter dans la position habituelle des donateurs. Il est identifié par une inscription qui mentionne son âge (41 ans) au moment de la commande. Les armoiries qui figurent au premier plan ne sont pas celles de la branche principale de la famille Saqui, lesquelles ne comportent qu'un seul chevron. La présence de deux chevrons sur le blason du
    Référence documentaire :
    p. 45 LACROIX, Jean-Bernard. La peinture du XVIIe siècle dans les Alpes-de-Haute-Provence. Dans : Le patrimoine religieux de la Haute-Provence. Bulletin de l'Association pour l'Etude et la Sauvegarde du Patrimoine Religieux de la Haute-Provence. n° 14, pages 21-51, 2e semestre 1992. Volume 2, p. 381 : famille Saqui ARTEFEUIL. Histoire héroïque et universelle de la noblesse de
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    La Rochette
    Dates :
    1626 porte la date
  • le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame-des-Parans
    le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame-des-Parans La Rochette
    Référence documentaire :
    Inventaire des meubles et objets affectés au culte dans l'église de la Rochette au 10 mai 1905 de pose tant du maître-autel en marbre que des cloches et des divers gros meubles de la nouvelle église paroissiale ...". Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la commune de La Rochette. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 388
    Localisation :
    La Rochette
    Annexe :
    Liste du mobilier de l'église paroissiale de La Rochette 1 - Mobilier étudié statue : Vierge statue
  • entrepôts agricoles
    entrepôts agricoles La Rochette
    Historique :
    -dit Le Pigeonnier, au départ de la piste de Nogeret). La majorité date probablement des 17e et 18e entrepôts agricoles qui datent de la fin du 19e siècle et de la première moitié du 20e siècle.
    Description :
    village et dans les écarts du Cheinet et d'Avenos. Au village de La Rochette, on note sur le cadastre de 1818 un îlot de bâtiments agricoles regroupés à l'entrée ouest, d'autres sont regroupés sur la place haute ainsi qu'autour de la chapelle. D'une manière générale, ils sont construits en maçonnerie de sable. La présence de fragments de tuile creuse en calage est fréquente, parfois de tegulae. Quelques repérées ; un fenil dont le sol est constitué de l'extrados de la voûte de l'étable a été repéré. Lorsqu'il de un à trois niveaux d'élévation, du fait du relief escarpé de la commune, la présence d'un ou deux étages de soubassement est presque systématique. La très grande majorité possède un toit à un pan ; moins d'un quart un toit à longs pans. La charpente est à pannes, dans un bâtiment, une pile de fond venant conforter la panne faîtière a été notée. Les avant-toits sont constitués du simple débord des tuiles ou des chevrons de couverture, d'un rang ou, dans un cas, de deux rangs de génoises. Lorsqu'elle existe, la
    Localisation :
    La Rochette
    Texte libre :
    conditions de l'enquête Le repérage des entrepôts agricoles sur la commune de La Rochette a été effectué au l'entrée des villages et des écarts. C'est le cas à La Rochette, où l'on note sur le cadastre de 1818 un ). Structure, élévation, distribution Les entrepôts agricoles de la commune de La Rochette possèdent de un à élévation (12 %). Couverture Sur la commune de La Rochette, 80 % des entrepôts agricoles possèdent un toit Les données statistiques sur la commune de La Rochette montrent une certaine homogénéité dans les propre aux entrepôts agricoles et décrivant : - la ou les fonction(s) visible(s) du bâtiment, niveaux par niveaux, - la mitoyenneté, - les accès, - les matériaux principaux et secondaires et leur mise en œuvre , - la forme du toit, la nature de la charpente, de la couverture et de l'avant-toit, - le nombre d'étages visibles, - la description des élévations et des baies, - les aménagements intérieurs (cloisons cartographique.Le repérage est toujours confronté à la question de l'état du bâti. Ainsi, ont été repérés les
    Illustration :
    La Rochette, vue d'ensemble d'un entrepôt agricole bi-fonctionnel avec étable sous fenil (type 2.1 La Bastide, parcelle E1 19. Vue d'ensemble d'un entrepôt agricole multi-fonctionnel polyvalent avec La Boudourre, vue d'ensemble d'un entrepôt agricole bi-fonctionnel avec étable sous fenil (type 2.1 La Molière, parcelle E2 289. Jour en fente et maçonnerie de grès. IVR93_20100400494NUC2A La Colle, parcelle B 53. Détail d'une maçonnerie avec remplois de tegulae. IVR93_20100400717NUC2A La Boudourre, parcelle C1 88b. Chaîne d'angle en grès et enduit à pierres vues La Bastide, parcelle E1 19. Chaîne d'angle en pierres de taille de tuf. IVR93_20100400462NUC2A La Bastide, parcelle E1 19. Détail d'un enduit à inclusions. IVR93_20100400460NUC2A La Clue, parcelle E1 15. Chronogramme gravé sur une élévation. IVR93_20100400469NUC2A La Boudourre, avant-toit constitué du simple débord des tuiles de couverture, 1988 C1 88b
  • cloche (N° 2)
    cloche (N° 2) La Rochette
    Historique :
    l'inscription, il s'agit d'une commande du conseil municipal, sous la mandature de M. Garnier.
    Observation :
    Il n'a pas été possible de monter dans le clocher ; la date et l'inscription n'ont pas pu être vérifiées. Les inscriptions sont retranscrites dans la bibilographie.
    Référence documentaire :
    13 février 1870. Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la commune de La Rochette. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 388
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    La Rochette
  • maisons
    maisons La Rochette
    Historique :
    Seules une maison de la commune porte un chronogramme, du premier quart du 19e siècle (1810). Trois datent du 17e siècle au 19e siècle. Les maisons situées dans la partie ouest du village datent d'après la la guerre.
    Description :
    commune de La Rochette, les modes de vie et les modes d'habiter impliquaient une grande mixité des hommes caractéristique témoigne du passé de La Rochette comme capitale du Val-de-Chanan, où habitaient un certain nombre Toutes les maisons de la commune ont été repérées au village, sauf deux au hameau du Cheinet et une au hameau d'Avenos. Ce sont des blocs en hauteur, rarement traversants, sauf dans la partie basse du de chaux et de sable. Les maisons ont de deux à six niveaux d'élévation et plus de la moitié d'entre soubassement. On note la présence d'un escalier de distribution extérieur, pour seulement un petit quart des pans (la moitié du corpus) ou à un pan. Les avants-toits sont traités en génoise, avec un ou deux rangs . La couverture traditionnelle est la tuile creuse. Les décors de façades concernent moins d'un quart façonné au mortier (encadrement de porte). Les données statistiques montrent très clairement que, sur la logis est installé au-dessus d'une partie agricole (type A1) : étable, porcherie, resserre… La seconde
    Localisation :
    La Rochette
    Texte libre :
    …) réunies sous un même toit. Le repérage des maisons sur la commune de La Rochette a été effectué au cours Les données statistiques montrent très clairement que, sur la commune de La Rochette, les modes de vie propre aux maisons et décrivant : - la ou les fonction(s) visible(s) du bâtiment, - la présence éventuelle et la caractérisation des espaces libres, - la mitoyenneté, - les matériaux principaux et secondaires et leur mise en œuvre, - la forme du toit et la nature de la couverture et de l'avant-toit, - le nombre d'étages visibles, - la description des élévations et des baies, - les décors extérieurs, - les traitement statistique et cartographique. Le repérage est toujours confronté à la question de l'état du bâti ). Seules une maison de la commune porte une date, du premier quart du 19e siècle (1810). Trois maisons date siècle au 19e siècle. Les maisons situées dans la partie ouest du village datent d'après la Seconde Guerre Mondiale et ont servies à reloger les habitants du hameau d'Avenos, en partie brulé pendant la
    Illustration :
    Village, parcelle G 39b. Passage du rang de génoise en chaîne d'angle, sur la partie arrière d'une . Vestiges de la coupole. IVR93_20100400687NUC2A Village, parcelle G 43. Four à pain installé à l'étage carré d'une maison. Porte de la bouche du Village, parcelle G 43. Four à pain installé à l'étage carré d'une maison. Profil de la porte de la Village, parcelle G 43. Four à pain installé à l'étage carré d'une maison. Intérieur de la coupole
  • statue (petite nature) : Vierge
    statue (petite nature) : Vierge La Rochette
    Historique :
    Cette statue de la Vierge, qui provient de l'ancienne église paroissiale (une statue de la Vierge y
    Matériaux :
    bois structure en plusieurs éléments peint polychrome doré doré à la feuille apprêt gravé
    Représentations :
    Debout sur une nuées et des têtes d'ange, la Vierge, très statique, est en prière, les mains
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Les chairs et les cheveux sont peints. La robe et le manteau de la Vierge sont dorés.
    Localisation :
    La Rochette
    États conservations :
    Nombreux manques de dorure et de polychromie. Un pan du manteau de la Vierge manque. Base
  • tableau : Annonciation
    tableau : Annonciation La Rochette
    Référence documentaire :
    p. 45. LACROIX, Jean-Bernard. La peinture du XVIIe siècle dans les Alpes-de-Haute-Provence. Dans : Le patrimoine religieux de la Haute-Provence. Bulletin de l'Association pour l'Etude et la Sauvegarde du Patrimoine Religieux de la Haute-Provence. n° 14, pages 21-51, 2e semestre 1992.
    Représentations :
    La Vierge, à gauche, est agenouillée sur un prie-Dieu. Elle a un mouvement de recul alors que l'ange pose pied à terre et lui annonce la nouvelle. Dans les cieux, Dieu le Père regarde la scène.
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    La Rochette
    États conservations :
    Salissures, usures, trous dans la toile, repeints.
  • statue-reliquaire (petite nature) : Saint Louis
    statue-reliquaire (petite nature) : Saint Louis La Rochette
    Matériaux :
    bois structure en plusieurs éléments peint polychrome doré doré à la feuille apprêt gravé
    Représentations :
    Saint Louis, debout, couronné, tient la couronne d'épine sur un coussin. Il avait sans doute un sceptre dans la main droite.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    peints. La robe et le manteau du saint sont dorés.
    Localisation :
    La Rochette
  • fermes
    fermes La Rochette
    Historique :
    Très peu de dates ont été relevées sur les bâtiments. Une ferme porte une date de la dernière décennie du 18e siècle, qui correspond à une extension. La ferme de Marsolin porte trois dates (1763, 1771 et 1885) qui correspondent à des extensions. La ferme du Bon Villar est déjà mentionnée à l'époque médiévale (citée par Durbec). Mais dans l'ensemble, les fermes de la commune trouvent leurs origines aux 16e mentionnées sur la Carte des frontières est de la France de 1764-1778, sauf la ferme de La Baume qui n'existe
    Description :
    dispersées. Du fait du relief, les fermes sont implantées perpendiculairement au sens de la pente, quelques unes parallèlement. Ceci se traduit par la présence systématique d'un à trois étages de soubassement de la commune ; une voûte d'arêtes à plusieurs travées à été notée. Les deux tiers des fermes ne , maçonné, avec un repos devant la porte du logis. Toutes les fermes possèdent au moins une étable et un fenil, près des trois-quart d'entre elles ont également une remise, la moitié disposent d'un hangar, un tiers d'un cellier et un quart possèdent un séchoir. La présence d'un four à pain a été relevée dans les trois quart des fermes. La présence d'un point d'eau immédiat a été repérée pour un tiers des fermes : source, bassin ou citerne. Enfin, on note la présence d'un pigeonnier dans trois cas, celle d'un pressoir l'origine en tuiles creuses, la présence de tuile plate mécanique a été notée dans deux cas. Seules trois
    Localisation :
    La Rochette
    Texte libre :
    proportionnellement plus important. Les conditions de l'enquêteLe repérage des fermes sur la commune de La Rochette a commune de La Rochette possèdent de deux à quatre niveaux d'élévation : deux niveaux (8 % du corpus ) Interprétation de la classification Sur la commune de La Rochette, toutes les fermes sont constituées de morphologique propre aux fermes et décrivant : - l'implantation par rapport à la pente, - la composition des bâtiments, - les fonctions visibles des bâtiments, - la présence éventuelle et la caractérisation des espaces libres, - la mitoyenneté, - les matériaux principaux et secondaires et leur mise en œuvre, - la forme du toit et la nature de la couverture et de l'avant-toit, - le nombre d'étages visibles, - la statistique et cartographique. Le repérage est toujours confronté à la question de l'état du bâti. Ainsi, ont ). Très peu de dates ont été relevées sur les bâtiments. Une ferme porte une date de la dernière décennie du 18e siècle, qui correspond à une extension. La ferme de Marsolin porte trois chronogrammes (1763
    Illustration :
    Chamengearde, parcelle E2 169, 170, 177. Vue d'ensemble de la ferme de Chamengearde Le Coulet, parcelle E3 319. Vue d'ensemble de la ferme du Vallon. IVR93_20100400499NUC2A Vue d'ensemble de la ferme de La Croix, parcelle E2 122. IVR93_20100400595NUC2A La Baume, parcelle B 74. Vue de situation de la ferme de La Baume. IVR93_20100400567NUC2A Chamengearde, parcelle E2 169, 170, 177. Ferme de Chamengearde, porche de la cour fermée La Croix, parcelle E2 122. Fenil en rez-de-chaussée surélevé, vue de volume. IVR93_20100400597NUC2A La Croix, parcelle E2 122. Logis en rez-de-chaussée surélevé, sol en carreaux de terre cuite La Baume, parcelle B 74. Logis en second étage de soubassement, plan de travail carrelé et potager La Baume, parcelle B 74. Chambre en rez-de-chaussée surélevé, sol en carreaux de terre cuite La Croix, parcelle E2 122. Escalier intérieur en pierre. IVR93_20100400592NUC2A