Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 20 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • peintures monumentales (décor intérieur), verrières (4)
    peintures monumentales (décor intérieur), verrières (4) Hyères - San-Salvadour - 4312 route de l' Almanarre - isolé
    Historique :
    soeur Candide vers 1903.
    Auteur :
    [commanditaire] Forestie Jeanne, dite : soeur Candide
  • hôtel de voyageurs San Salvadour, actuellement hôpital
    hôtel de voyageurs San Salvadour, actuellement hôpital Hyères - San-Salvadour - 4312 route de l' Almanarre - isolé - Cadastre : 1997 H2 193
    Historique :
    Mis en vente en 1896, le château est racheté en 1902 par Jeanne Forestie, soeur Candide en religion problèmes financiers amènent sœur Candide à se lancer dans des opérations financières de plus en plus
    Auteur :
    [commanditaire] Forestie Jeanne, dite : soeur Candide
  • hôpital San Salvadour
    hôpital San Salvadour Hyères - San-Salvadour - 4312 route de l' Almanarre - isolé - Cadastre : 1997 H2 186 à 195
    Historique :
    propriétaire ruiné à sœur Candide en vue d'en faire un établissement sanitaire. Celle-ci fait construire un totalité des frais médicaux. Sœur Candide a fondé d'autres établissements de soins grâce à sa philosophie , sœur Candide prévoit d'exploiter les sources d'eaux lithinées présentes dans le domaine et de les
    Auteur :
    [commanditaire] Forestie Jeanne, dite : soeur Candide
  • parc forestier du Mont-Boron
    parc forestier du Mont-Boron Nice - Mont-Boron - boulevard du Mont Boron route forestière chemin des Hespérides - en ville - Cadastre : 2017 KA 0009, 0016 2017 KB 0001, 0011 2017 KC 0001, 0002 2017 KD 0014, 0015, 0016
    Référence documentaire :
    Lacroix, Jean-Bernard, Bracq, Jérôme. Du mélèze au Palmier, nature, culture et paysages des Alpes
    Précision dénomination :
    parc forestier
    Description :
    , l’opuntia et le pittosporum. Le Parc forestier du Mont-Boron fait l'objet d'une gestion de peuplement dite Le Parc forestier du Mont-Boron est une colline boisée (pinède) d'une superficie de 57 hectares 57 hectares du Parc forestier du Mont-Boron comptent de multiples espèces arborées favorisées par le
    Titre courant :
    parc forestier du Mont-Boron
    Appellations :
    parc forestier du Mont-Boron
    Illustration :
    Plan du Parc forestier du Mont-Boron avec les parcelles appartenant à la Ville de Nice, DAO Marie Plan masse du Parc forestier du Mont-Boron d'après le plan cadastral de Nice, 1871 Route dans le Parc forestier du Mont-Boron. IVR93_20170605001NUC2A Chemin piéton dans le Parc forestier du Mont-Boron. IVR93_20170605002NUC2A Sentier dans le Parc forestier du Mont-Boron. IVR93_20170605003NUC2A Oliviers dans le Parc forestier du Mont-Boron. IVR93_20170605004NUC2A
  • maison de villégiature dite Château San Salvadour
    maison de villégiature dite Château San Salvadour Hyères - San-Salvadour - 4312 route de l' Almanarre - isolé - Cadastre : 1997 H2 193
    Historique :
    habité. Il est racheté en 1902 par Jeanne Forestie, sœur Candide en religion, dans le but d'y créer un
    Titre courant :
    maison de villégiature dite Château San Salvadour
  • digue dite nouvelle digue du large
    digue dite nouvelle digue du large La Ciotat - Pointe du Matelad - en ville - Cadastre : 2015 AI non cadastré, domaine public
    Description :
    représentant des vagues, elle a été dessinée par l'architecte Jean-François Forestier. A l'extrémité nord-est
    Auteur :
    [architecte] Forestier Jean-François
    Titre courant :
    digue dite nouvelle digue du large
  • usine textile dite draperie Pascal puis Minoterie des Alpes
    usine textile dite draperie Pascal puis Minoterie des Alpes La Mure-Argens - le Plan - isolé - Cadastre : 1838 D 37 ; 1983 D 208, 673, 672, 695, 697
    Référence documentaire :
    [Ernest Dol et sa soeur Marcelle devant l'escalier de la minoterie] / Photographie, vers 1930 [Louise Dol avec sa sœur, Ernest Dol et trois autres membres de la famille devant l'escalier de la [Louise Dol avec sa sœur, et une nièce devant l'escalier de la minoterie]. / Photographie, vers
    Titre courant :
    usine textile dite draperie Pascal puis Minoterie des Alpes
    Annexe :
    couchant Jean Bte Colomp, et du nord les hoirs de François Attenoux, affermé à Étienne Gibert cultivateur de la dite commune par acte du 28 avril 1811, passé devant le maire du dit La Mure pour le terme de temps immémorial » . Le moulin est en effet vendu par la Caisse d’Amortissement le 20 août 1813 à Jean , « propriétaire et filateur, domicilié et demeurant au dit La Mure » aux héritiers de Jean Étienne Simon . En 1838 . - lot 2 : terre dite La Croix, de l’autre côté de la route départementale d’une contenance d’environ de qu’il possède sur un terrain de la dite commune, quartier des Gounelles, vient très humblement supplier qui sera alimenté par les eaux de la dite rivière d’Issole, et que le sieur Pascal prendra dans son couchant de la même propriété du sieur Béraud lequel canal traversera ainsi la dite terre du nord au midi après avoir alimenté ses usines dans la dite rivière- ne portant aucun préjudice à aucune propriété -André et 4° Jean-Baptiste Fortoul propriétaire domicilié à Méailles, agissant pour ce dernier en vertu
    Illustration :
    [Louise Dol avec sa soeur, Enest Dol et trois autres membres de la famille devant l'escalier de la [Louise Dol avec sa soeur, et une nièce devant l'escalier de la minoterie]. IVR93_20130400061NUC2A
  • demeure de maître dite château de Montorcier ou de la famille Bonnet d'Arnaud
    demeure de maître dite château de Montorcier ou de la famille Bonnet d'Arnaud Saint-Jean-Saint-Nicolas - Montorcier - en écart - Cadastre : 1955 AB 100
    Localisation :
    Saint-Jean-Saint-Nicolas - Montorcier - en écart - Cadastre : 1955 AB 100
    Titre courant :
    demeure de maître dite château de Montorcier ou de la famille Bonnet d'Arnaud
    Texte libre :
    trouve l'ancien chemin de Saint-Jean à Montorcier. Une partie de celui-ci est pavée devant la maison et famille de dix enfants, et l'autre, à l'est, était l'habitation d'une sœur célibataire de l'exploitant qui
  • demeure (bastide) puis maison de villégiature de maître dite Château Fallet, puis hôtel de voyageurs, puis établissement médical, actuellement immeuble
    demeure (bastide) puis maison de villégiature de maître dite Château Fallet, puis hôtel de voyageurs, puis établissement médical, actuellement immeuble Marseille 16e arrondissement - l' Estaque quartier de la Falaise - 87 chemin de la Nerthe 146 plage de l' Estaque - en ville - Cadastre : 1819 Séon 617 1978 Estaque L 2, L 170, L 171, L 4
    Historique :
    La famille Guibert acquiert la bastide en 1613. Jean-Paul de Guibert au milieu du 17e siècle Martin-Zédé et sa soeur Constance-Edith épouse Romazzotti, leurs frères et soeurs recevant d'autres lots
    Référence documentaire :
    bis (notaire Jean) Cadastre de Marseille : enregistrement des mutations foncières du 1er transcription hypothécaire n°49 Vente Marie Jean Lazare Baudouin à Emile Martin d'une tuilerie (à transcription hypothécaire n°49 Vente Marie Jean Lazare Baudouin à Emile Martin d'une tuilerie (à : Cézanne / Braque. Marseille : Jeanne Lafitte, 2008.
    Auteur :
    [commanditaire] Guibert Jean-Paul de
    Titre courant :
    demeure (bastide) puis maison de villégiature de maître dite Château Fallet, puis hôtel de
  • secteur urbain du Mont-Boron
    secteur urbain du Mont-Boron Nice - Mont-Boron - bâti dense - Cadastre : 2016 KI, IZ, KH
    Historique :
    entreprend de transformer la lande en forêt de loisir ou parc forestier (Parc forestier du Mont-Boron
    Description :
    et volontairement déboisée. Le couvert forestier actuel du sommet de la colline résulte d'une politique de reboisement entrepris à partir de 1867 dont l'objectif est la création d'un parc forestier de
    Texte libre :
    Château de l’Anglais (existant) érigé par Robert Smith. Avec la construction de l’avenue Jean Lorrain, en , on relève notamment pour le prestige de leur maîtres d’œuvre, celles de Jean-Pierre Barillet Haussmann (KI 0057). Dans ce secteur, sont aujourd’hui publics le parc forestier du Mont-Boron, le parc du
  • ensemble de maisons Richier-Blanc
    ensemble de maisons Richier-Blanc Marseille 16e arrondissement - l' Estaque quartier de la Fontaine-des-Tuiles - 90 à 106 ou 108 boulevard Fenouil - en ville - Cadastre : 1819 Séon, 1978 Estaque, I 92 à 100, 279
    Historique :
    villégiature, dite Villa Rose Claire, du nom de la fille du propriétaire. Le terrain mitoyen est acquis en 1904 par sa soeur et beau-frère, qui construisent des maisons de rapport. La villa face à la mer a été
    Auteur :
    [commanditaire] Blanc Jean-Baptiste
  • fermes
    fermes
    Référence documentaire :
    de Saint-Jean-Saint-Nicolas. Diplôme d'Ecole d'Architecture. Grenoble : Ecole Nationale BAZIN, Luc, LYON-CAEN, Jean-François. Ordonnancement, ouvertures et décoration de l'habitat des LADOUCETTE, Jean-Charles-François de. Histoire, topographie, antiquités, usages, dialectes des . Louis-Jean, 1974. ROBERT, Jean. La maison rurale permanente dans les Alpes françaises du nord. Grenoble : Imp. Allier
    Annexe :
    Parcelle 1585. FERME 2 Montcheny. Parcelle 839. MAISON de jésuite dite chez Jean Bouchard Saint-Jean. MAISON de maître dite château de Saint-Jean Parcelle 241 Parcelle 570. MAISON-FERME 1 dite le château Parcelle 572. MAISON-FERME 2 Les Gubias. Parcelles 99-101. MAISON-FERME dite le château Laye. Parcelle 341 Crau. MAISON-FERME Les Estaris. Parcelles 467-468. MAISON-FERME 1 dite chez Blachu Les Plautus. Parcelle 429. MAISON-FERME dite chez Carelou Pont-Peyron. MAISON-FERME . Parcelle 40. MAISON-FERME 2. Parcelle 128. MAISON-FERME 3 dite Maison Les Usclas. Parcelle 1063. MAISON-FERME dite Maison des deux têtes Les Veyers . Parcelles 2343-44. MAISON-FERME. SAINT-JEAN-SAINT-NICOLAS Chabottonnes. Parcelle 185 Pont-du-Fossé. Parcelle 217. MAISON-FERME 1 dite le château
    Texte libre :
    de grosses fermes surmontées d'un pigeonnier. Mais la commune de Saint-Jean-Saint-Nicolas est . Trois de ces demeures ne sont pas documentées : la Tour, Saint-Jean et Montorcier . Nous avons réservé DEMEURE DITE CHATEAU. Ces six bâtiments très dénaturés et peu à Champoléon et Saint-Jean-Saint-Nicolas, mais de façon moins contraignante. Les hameaux hameaux (Saint-Jean, Montorcier...) ne sont que des écarts de quelques maisons alors que les quatre d'Orcières, dans la basse vallée de Champoléon et dans certains hameaux de Saint-Jean-Saint-Nicolas, on sur l'espace public. Mais à Saint-Jean -Saint-Nicolas, elles sont parfois séparées de la rue par une Saint-Jean-Saint·Nicolas, les voûtements restent exceptionnels et concernent essentiellement les étables pierre de taille avec linteaux à soffite surélevé. A Saint-Jean-Saint-Nicolas on voit apparaître les Orcières et Saint-Jean-Saint-Nicolas. Certaines demeures apparaissent même comme d'anciennes maisons à
    Illustration :
    Saint-Jean-Saint-Nicolas. Le domaine de la Tour. Vue aérienne prise du sud. IVR93_19890500654X Saint-Jean-Saint-Nicolas. Le manoir de Prégentil. Vue prise du nord. IVR93_19790500808X Saint-Jean-Saint-Nicolas. Le château de Saint-Jean. Vue prise du nord-ouest. IVR93_19790500830X Saint-Jean-Saint-Nicolas. Les Rorenches, p. 155. Ferme en rez-de-chaussée, façade en mur gouttereau Saint-Jean-Saint-Nicolas. Les Ricous, p. 241-42. Ferme en rez-de-chaussée, accès à la baie fenière Champoléon. Les Borels, p. 709. Ferme dite le château : logis sur deux niveaux, façade en mur Saint-Jean-Saint-Nicolas. Les Ranguis, p. 49. Ferme de la fin du XIXe siècle.Façade ordonnancée Saint-Jean-Saint-Nicolas. Chabottonnes, p. ? La porte d'entrée du logis. IVR93_19790500891X Saint-Jean-Saint-Nicolas. Les Rorenches, p. 110. Porte de l'étable et escalier d'accès à la grange Saint-Jean-Saint-Nicolas. Le Serre, p. 537. Façade sud. Porte d'étable chanfreinée. Inscription G
  • ensemble fortifié de Saint-Vincent-les-Forts, de l'organisation défensive de l'Ubaye.
    ensemble fortifié de Saint-Vincent-les-Forts, de l'organisation défensive de l'Ubaye. Saint-Vincent-les-Forts
    Texte libre :
    points d'excursion et points de vue dotés d'abris-refuges - ceci sous réserve d'un dégagement forestier station du col Saint-Jean toute proche en fait en outre un point d'excursion tout trouvé, déjà utilisé par
  • Château Fort, Château
    Château Fort, Château La Tour-d'Aigues - Jean-Jaurès - en village - Cadastre : 1939 H 231, 232 1837 H 331 A 334
    Historique :
    pour Jean Louis Nicolas de Bouliers : corps de bâtiment ouest entre 1550 et 1558, pavillon sud-ouest entre 1555 et 1558 par le maçon Jacques Jean, corps de bâtiment est en 1564, pavillon sud-est en 1566
    Référence documentaire :
    P. 145. Boyer, Jean. La peinture et la gravure à Aix-en-Provence aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles CHEYLAN, Gérard, GANNE, Jean. Le château de La Tour-d'Aigues (Vaucluse). Première édition, 1975 P. 74-77. DAUTIER, Yves, ULRICH, Elisabeth, VINCENT, Jean. La chapelle du château de La Tour GLOTON, Jean-Jacques. Renaissance et baroque à Aix-en-Provence. - Rome : Ecole Française de Rome GLOTON, Jean-Jacques. Renaissance et baroque à Aix-en-Provence. - Rome : Ecole Française de Rome
    Auteur :
    [] Jean Jacques
    Localisation :
    La Tour-d'Aigues - Jean-Jaurès - en village - Cadastre : 1939 H 231, 232 1837 H 331 A 334
    Texte libre :
    large espace vide (place Jean-Jaurès), sur une plate-forme naturelle de calcaire coquillier surplombant naturelle grâce aux relevés des sous-sols et des conduites forcées des moulins aménagées sous la place Jean construction et de remaniement, la dernière en date n'ayant été achevée qu'entre 1491 et 1503 (chapelle dite l'Eze. 3. Le château de Jean-Louis-Nicolas de Bouliers. A la mort de Raymond d'Agoult, l'héritage, faute de descendant, fut partagé entre des collatéraux : la sœur aînée de Raymond, Louise d'Agoult, veuve , Jeanne, étant décédée avant 1503, l'autre part, comprenant La Tour-d'Aigues et sa vallée, revint au fils : décédés l'une en 1533, l'autre en 1537, ils ne laissaient qu'un fils, Jean-Louis-Nicolas, né en 1532, qui entrepris par Jean-Louis-Nicolas - on manque de renseignements touchant le château. Il semble bien que prédécesseurs de Jean-Louis-Nicolas, le premier n'était qu'usufruitier et paraît avoir surtout résidé à Jean-Louis-Nicolas fut peut-être plus active. Cette femme de caractère, qui géra seule, durant plus de
  • présentation de la commune de La Garde
    présentation de la commune de La Garde La Garde
    Référence documentaire :
    p. 467 FERAUD, Jean-Joseph-Maxime. Histoire, géographie et statistique du département des Basses
    Description :
    , dite route Napoléon. En outre de nombreux chemins communaux et vicinaux desservaient les quartiers
    Texte libre :
    un environnement de chaos rocheux aujourd'hui forestier ; on y remarque d'importantes structures en d'érosion, accentués par un défrichement presque total du couvert forestier, ont d'ailleurs posé de nombreux septembre 2007). Cette route est l'ancienne route royale de Lyon à Antibes, dite "route Napoléon". Son tracé
    Illustration :
    Bauche, carrière de gypse dite la plâtrière. Front de taille. IVR93_20090401902NUC2A Bauche, carrière de gypse dite la plâtrière. Front de taille. Veine affleurante Bauche, carrière de gypse dite la plâtrière. Détail des cristaux. IVR93_20090401904NUC2A Bauche, carrière de gypse dite la plâtrière. Détail des cristaux. IVR93_20090401905NUC2A Bauche, carrière de gypse dite la plâtrière. Détail des cristaux. IVR93_20090401906NUC2A
  • présentation de la commune de Vergons
    présentation de la commune de Vergons Vergons
    Référence documentaire :
    - cf Carte archéologique de la Gaule - et les seigneurs de Vergons.] FERAUD, Jean-Joseph-Maxime p. 64-68 GEAN, Jacky, GIORDANENGO, Jean. A l'ombre du clocher. Histoire d'un pays entre Var et grande partie fut vendue à un ferblantier pour la fonte ". Marion Jean. Les découvertes de monnaies
    Texte libre :
    par les moines de Lérins. A plusieurs reprises dans la première moitié du 18e siècle, Jean Soanen naturels d'érosion, accentués par un défrichement presque total du couvert forestier à l'époque moderne forestière, dite des Plaines, a été aménagée dans les années 1910-1920, lors des grands travaux de (une partie de cette forêt à brûlé au début des années 1980). Ces travaux forestiers, situés juste au détruite lors de travaux forestiers dans les années 1980. En 2008, la pépinière est totalement abandonnée ) correspond à l'ancienne maison seigneuriale (dite "le château"). L'ancien pavage de la Grande Rue était fait quartier forestier du Défend. Sur le cadastre de 1830, de nombreuses "oseraies" sont mentionnées sur les
  • présentation de la commune de Castellane
    présentation de la commune de Castellane Castellane
    Historique :
    Bouquet, l'autre au pied de la colline de Baume Fine (dite La Salaou), ont été exploitées sans doute dès
    Référence documentaire :
    Le 8 avril 1829, par devant maître Jean Antoine Henri Feraud notaire de Castellane, Antoine et Jean Baptiste Martel, négociant en bois, tous deux de Castellane, se constituent en société "... ayant ; Taulanne 472 ; Villars-Brandis 471 FERAUD, Jean-Joseph-Maxime. Histoire, géographie et statistique du
    Annexe :
    , au pied du mont Senaje, dans le lieu autrefois appelé Cimiran, avec les églises Saint-Jean, Saint -Victor la possession des églises Sainte-Marie, Saint-Jean-Baptiste, Saint-Pierre et Saint-Laurent du lieu exploitations agricoles (bracarias) tenues par Jean Marciosc et Fauvel ; à Peyroules le manse de Pardigon donné du prieuré de Castellane, Sainte-Marie, Saint-Jean et Saint-Pierre, avec les dîmes, les prémices, le , l'autre au pied de la colline de Baume Fine (dite La Salaou). Ces sources salées ont été exploitées sans , accentués par un défrichement presque total du couvert forestier, ont d'ailleurs posé de nombreux problèmes ce quartier et le Plan de la Palud, notamment la ferme dite "la Bastide du Couvent". Le quartier du Nice et de Grasse. Les prunes (notamment la variété rouge dite "pardigone"), après avoir été au sud-ouest. Une petite section de terrain, dite "La Graou", se trouvait en rive gauche du Verdon
    Texte libre :
    été vendu à la famille de Raimondis par la Reine Jeanne. La plupart des églises et chapelles , accentués par un défrichement presque total du couvert forestier, ont d'ailleurs posé de nombreux problèmes aménagements en pierre sèche, a été localisé à proximité de la ferme ruinée dite la Bastie, il permettait de église castrale Saint-Jean. Des restes de constructions en pierre sèche sont encore visibles au pied de l'éperon, côté nord. La chapelle Saint-Jean n'existe pas encore en 1278. 2) les agglomérations quartier et le Plan de la Palud, notamment la ferme dite "la Bastide du Couvent". Le quartier du Vit était (notamment la variété rouge dite "pardigone"), après avoir été ébouillantées et pellées étaient mises à , l'une au pied de la colline du Bouquet, l'autre au pied de la colline de Baume Fine (dite La Salaou
  • présentation de la commune d'Ubraye
    présentation de la commune d'Ubraye Ubraye
    Référence documentaire :
    FERAUD, Jean-Joseph-Maxime. Histoire, géographie et statistique du département des Basses-Alpes
    Description :
    hameau de Rouainette, aux Mortisses (au sud du col de Sint-Jean) et au lieu-dit le Bosquet (au nord de la
    Texte libre :
    Castellane et Entrevaux par le col de La Sagne et le col de Saint-Jean-du-Désert (localement dit le "Grand naturels d'érosion, accentués par un défrichement presque total du couvert forestier à l'époque moderne . L'ancien chemin de Castellane à Entrevaux passe par le col de Saint-Jean-du-Désert et par le col de La pour servir de litière dans les étables. Un quartier forestier, situé au sud-ouest du hameau de Laval sud du col de Sint-Jean) et au lieu-dit "le Bosquet" (au nord de la crête de Fenacil). La tradition dite "Tuillière du Villaron", en rive droite de la Bernarde, au niveau de la confluence avec le ravin
    Illustration :
    Clue du ravin de Saint-Jean (Jaussiers). Vue prise du nord-ouest. IVR93_20090400855NUC2A
  • Groupe scolaire
    Groupe scolaire Saint-André-les-Alpes - Haut-Village - place Marcel-Pastorelli - en village - Cadastre : 2014 AB 329
    Référence documentaire :
    p. 269. FERAUD, Jean-Joseph-Maxime. Histoire, géographie et statistique du département des Basses
    Texte libre :
    primaire pour les garçons et une école pour les filles dirigée par une Soeur de la Saint-Enfance". En juin cuisines sont disposées des cheminées "dite à la Marseille" dans le devis descriptif, il s'agit de cheminée part et d'autre de la dite place. L'aménagement du devant du groupe scolaire date sans doute de la 1ère
  • château dit Château Neuf, actuellement maisons
    château dit Château Neuf, actuellement maisons Moriez - route de Hyèges - en village - Cadastre : 1838 B4 68 à 72 1983 B5 798 à 801
    Texte libre :
    n'apparaît pas sur la carte militaire établie par Jean Bourcet de la Saigne entre 1764 et 1769. Le château servir d'école de filles à la condition que celle-ci soit dirigée par une sœur institutrice, c'est le cas obligations du legs. Concernant la maison de la parcelle B5 799, maison dite Lou Casteu, la façade semble
1