Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • cheminée (N° 2) : Adieux d'Enée à Didon (?)
    cheminée (N° 2) : Adieux d'Enée à Didon (?) Val-de-Chalvagne
    Inscriptions & marques :
    Le trumeau présente de nombreux graffitis, gravé dans la partie basse notamment, il s'agit essentiellement de noms et d'une date, 1777.
    Historique :
    La cheminée ne porte pas de date mais elle semble contemporaine du programme d'ensemble de date 1659 (Référence IM04002542). Si le commanditaire de la construction du château sous son aspect actuel est sans doute le seigneur de Castellet-Saint-Cassien Horace de Glandèves, la réalisation des décors de gypseries est plus probablement due à son fils Honnoré II de Glandèves. Cette cheminée est très lacunaire puisqu'il n'en subsiste que le trumeau. Elle porte de nombreux graffitis, dont certains du 18e siècle (porte la date de 1777).
    Référence documentaire :
    pp. 53, 66 GUEYRAUD, Marie-Hélène. Les décors de gypseries dans l'architecture civile des Alpes du sud, 16e-17e siècles. DEA, université de Provence, sous la direction de Jean-Jacques Gloton, 1988. p. 498 COLLIER, Raymond. La Haute-Provence monumentale et artistique. Digne: Imprimerie Louis-Jean pp. 18-19 Fontana Jean-Loup. Décors de gypserie dans des résidences seigneuriales de Provence orientale. Dans : Chroniques de Haute Provence, 2010, n°365, 130e année. Revue de la Société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence. nationale de France, Paris : RES G- YC- 431.
    Représentations :
    Le thème iconographique est sans doute tiré des Métamorphoses d'Ovide comme l'ensemble du décor de gypseries du château. L'identification de la scène est incertaine : il pourrait s'agir des adieux d'Enée à tiennent debout et enlacés désignant chacun de l'index ou de la main un endroit opposé. Il se trouve au l'embarquement d'Enée. Derrière eux une procession de quatre personnages (une femme et trois soldats) portant des colonnes corinthiennes. Dans le fond est figurée une ville avec enceinte crénelée et toits de diverses
    Description :
    Le trumeau est un bloc de gypserie au décor à réserve par endroit gravé.
    Auteur :
    [commanditaire] Glandèves Horace de [commanditaire] Glandèves Honoré II de
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne
    Annexe :
    Le programme iconographique des gypseries du château de Castellet-Saint-Cassien à Val-de-Chalvagne Le programme iconographique des décors de gypseries du château de Castellet-Saint-Cassien se déploie quart du 17e siècle, avec deux dates points de repère : 1659 (date portée sur la cheminée n°1) et après 1666 (cf. blason de la cheminée n°3), sans doute sur une commande d’Honoré II de Glandèves, seigneur du Castellet-Saint-Cassien. Les modèles semblent être issus d’un même recueil de gravures constitué à partir de deux éditions des Métamorphoses d’Ovide, de 1557 et 1619 (majoritairement), dont les graveurs sont développe sur le thème de l'amour profane. Elle comprend à la fois des scènes figurées et une ornementation foisonnante. Au rez-de-chaussée, une figure féminine mêlant les attributs traditionnels de la Fortune et de Vénus, est juchée sur une sphère ailée et tient de ses deux mains, au-dessus de sa tête, un voile gonflé instincts maîtrisés, la luxure tenue en bride. Au premier étage, sur le palier de cet étage noble, à
    Illustration :
    Plan de localisation de la cheminée n°2, premier étage. IVR93_20120400803NUDA
  • escalier, décor d'architecture
    escalier, décor d'architecture Val-de-Chalvagne
    Historique :
    Le décor de l'escalier, probablement contemporain de la cheminée N°1 (Référence IM04002542) du premier étage nord portant la date de 1659, peut être daté du 3e quart du 17e siècle. Cette datation est confirmée par le style des gypseries qualifiées de "maniéristes" par Jean-Jacques Gloton, et plus édition des Métamorphoses d'Ovide datée de 1619 ; gravures utilisées également pour la réalisation des cheminées N°1 et N°3 (Référence IM04002545). Si le commanditaire de la construction du château sous son aspect actuel est sans doute le seigneur de Castellet-Saint-Cassien Horace de Glandèves, la réalisation des décors de gypseries est plus probablement due à son fils Honnoré II de Glandèves. L'escalier, et plus particulièrement le décor de la voûte, a été très endommagé par la construction maçonnée d'un noyau à mur plein sur échiffre, sans doute par souci de consolidation du limon initialement porteur. Des traces d'arrachement, encore visibles à l'intérieur du noyau actuel et au sommet de l'escalier, semblent
    Référence documentaire :
    p. 46 GUEYRAUD, Marie-Hélène. Les décors de gypseries dans l'architecture civile des Alpes du sud , 16e-17e siècles. DEA, université de Provence, sous la direction de Jean-Jacques Gloton, 1988. p. 294 Adonis aimé de Vénus./ Gravé par Jean Mathieu dans "Les métamorphoses" / Ovide, Paris pp. 497-498 COLLIER, Raymond. La Haute-Provence monumentale et artistique. Digne: Imprimerie Louis Française de Rome, 1979, 222 p. pp. 76-77. GRAC, Fernande. Le pays de la Chalvagne autrefois. Paris : Société des gens de lettres de France, 2011, 174 p. p. 210, 294 OVIDE. Les métamorphoses. Paris : Veuve Langelier, 1619. Bibliothèque nationale de
    Représentations :
    Sur la voûte de l'escalier, autour du noyau, se déploie un rinceau de feuilles de vigne et de ainsi que les dessus-de-portes du deuxième étage. Les scènes figurées se trouvent : au rez-de-chaussée au départ de la voûte avec une Vénus sur une sphère ailée puis au premier étage, égalemement au départ de la voûte, avec un Cupidon et enfin au-dessus des portes du premier étage avec Vénus et Adonis
    Description :
    rectangulaire à chaque étage ; il est construit dans une cage d'escalier de plan carré. Le décor d'architecture de l'escalier se développe sur la voûte de l'escalier, près du noyau mais aussi sur chaque palier, au niveau de la voûte d'arête et de ses retombées au-dessus des portes au premier étage notamment. Le décor est un décor de gypserie, il est réalisé en haut relief sur la voûte de l'escalier et au-dessus des
    Auteur :
    [commanditaire] Glandèves Horace de [commanditaire] Glandèves Honoré II de
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne
    Dimension :
    Dimensions : le diamètre de la cage d'escalier est d'environ 4,4 mètres.
    États conservations :
    Les gypserie sont en mauvais état : outre quelques lacunes, elles présentent de larges fissures
    Annexe :
    Le programme iconographique des gypseries du château de Castellet-Saint-Cassien à Val-de-Chalvagne Le programme iconographique des décors de gypseries du château de Castellet-Saint-Cassien se déploie quart du 17e siècle, avec deux dates points de repère : 1659 (date portée sur la cheminée n°1) et après 1666 (cf. blason de la cheminée n°3), sans doute sur une commande d’Honoré II de Glandèves, seigneur du Castellet-Saint-Cassien. Les modèles semblent être issus d’un même recueil de gravures constitué à partir de deux éditions des Métamorphoses d’Ovide, de 1557 et 1619 (majoritairement), dont les graveurs sont développe sur le thème de l'amour profane. Elle comprend à la fois des scènes figurées et une ornementation foisonnante. Au rez-de-chaussée, une figure féminine mêlant les attributs traditionnels de la Fortune et de Vénus, est juchée sur une sphère ailée et tient de ses deux mains, au-dessus de sa tête, un voile gonflé instincts maîtrisés, la luxure tenue en bride. Au premier étage, sur le palier de cet étage noble, à
    Illustration :
    Plan : rez-de-chaussée du château avec emplacement de l'escalier. IVR93_20120400747NUDA Vue du décor, voûte, rez-de-chaussée, 1976. IVR93_19760400268Z Vue du décor, voûte, rez-de-chaussée, 1976. IVR93_19760400267Z Vue du décor, départ de voûte au-dessus de la porte sud, palier du premier étage, 1976 Vue du décor, départ de voûte au-dessus de la porte nord, palier du premier étage, 1976 Vue du décor, voûte de l'escalier, entre deux étages, 1976. IVR93_19760400272Z Vue générale du noyau de l'escalier, rez-de-chaussée. IVR93_20110403853NUC2A Vue de l'intérieur du noyau de l'escalier, rez-de-chaussée. IVR93_20110403851NUC2A Vue du décor, rez-de-chaussée. IVR93_20110403850NUC2A Vue du décor, rez-de-chaussée. IVR93_20110403834NUC2A
  • cheminée (N° 1) : Mercure tuant Argos
    cheminée (N° 1) : Mercure tuant Argos Val-de-Chalvagne
    Historique :
    La cheminée porte la date de 1659 dans un cartouche sur la jouée droite de la hotte. Elle a été réalisée d'après des gravures d'une édition des Métamorphoses d'Ovide datée de 1619, utilisées également comme référence pour la réalisation des décors de l'escalier (Référence IM04002544) ou de la cheminée n °3 (Référence : IM04002545) . Elle fait donc partie du programme de décoration initial qui a suivi la construction du château par le seigneur de Castellet-Saint-Cassien, sans doute Horace de Glandèves. Le programme de décoration est sans doute une commande du fils de ce dernier Honoré II de Glandèves : les
    Référence documentaire :
    pp. 53, 64-65 GUEYRAUD, Marie-Hélène. Les décors de gypseries dans l'architecture civile des Alpes du sud, 16e-17e siècles. DEA, université de Provence, sous la direction de Jean-Jacques Gloton, 1988. p. 498 COLLIER, Raymond. La Haute-Provence monumentale et artistique. Digne: Imprimerie Louis-Jean pp. 15-18 Fontana Jean-Loup. Décors de gypserie dans des résidences seigneuriales de Provence orientale. Dans : Chroniques de Haute Provence, 2010, n°365, 130e année. Revue de la Société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence. p. 28 OVIDE. Les métamorphoses. Paris : Veuve Langelier, 1619. Bibliothèque nationale de France
    Représentations :
    endormi en lui coupant la tête de son glaive. Toujours sur la gauche, à l'arrière-plan, Junon assise recueille les yeux de la tête d'Argos et en couvre les plumes de son oiseau (paon). A droite, au second plan , Jupiter assis, tenant dans la main gauche le sceptre du ciel vient de transformer Io en génisse, peut-être sous les yeux de Junon qui se trouvait au sommet de la composition. La composition du trumeau est très proche de celle de la gravure. Le trumeau est placé dans un cadre orné de cuirs, au centre d'un décor très chargé qui orne tout l'espace restant de la face de la hotte. Dans la partie inférieure un mascaron, très proche de ceux représentés sur les voûtes des paliers de l'escalier, est encadré par des trophées guerriers ; sur les montants des chutes de fruits alternent avec les cuirs ; dans la partie supérieure, le blason est accôté de palmes puis d'angelots debout et de rameaux d'olivier. Sur la jouée
    Description :
    Cheminée adossée dont la hotte de plan rectangulaire et d'élévation droite est entièrement ornée d'un abondant décor de gypseries en demi et haut relief.
    Auteur :
    [commanditaire] Glandèves Horace de [commanditaire] Glandèves Honoré II de
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne
    États conservations :
    Il ne reste de la cheminée d'origine que la hotte, le manteau d'origine a été détruit. Le blason dans la partie supérieure de la hotte a été lissé, il est illisible ; dans la partie supérieure du
    Annexe :
    Le programme iconographique des gypseries du château de Castellet-Saint-Cassien à Val-de-Chalvagne Le programme iconographique des décors de gypseries du château de Castellet-Saint-Cassien se déploie quart du 17e siècle, avec deux dates points de repère : 1659 (date portée sur la cheminée n°1) et après 1666 (cf. blason de la cheminée n°3), sans doute sur une commande d’Honoré II de Glandèves, seigneur du Castellet-Saint-Cassien. Les modèles semblent être issus d’un même recueil de gravures constitué à partir de deux éditions des Métamorphoses d’Ovide, de 1557 et 1619 (majoritairement), dont les graveurs sont développe sur le thème de l'amour profane. Elle comprend à la fois des scènes figurées et une ornementation foisonnante. Au rez-de-chaussée, une figure féminine mêlant les attributs traditionnels de la Fortune et de Vénus, est juchée sur une sphère ailée et tient de ses deux mains, au-dessus de sa tête, un voile gonflé instincts maîtrisés, la luxure tenue en bride. Au premier étage, sur le palier de cet étage noble, à
    Illustration :
    Plan de localisation de la cheminée n°1, premier étage. IVR93_20120400802NUDA Détail : hotte, vue de face. IVR93_20110403791NUC2A Détail : coin inférieur gauche de la hotte. IVR93_20110403793NUC2A Détail : coin supérieur droit de la hotte. IVR93_20110403797NUC2A Détail : coin supérieur droit de la hotte. IVR93_20110403798NUC2A Détail : coin supérieur droit de la hotte. IVR93_20110403796NUC2A Détail : coin inférieur droit de la hotte. IVR93_20110403795NUC2A Détail de la hotte : jouée gauche. IVR93_20110403801NUC2A Détail de la hotte : jouée droite. IVR93_20110403799NUC2A Détail de la hotte : jouée droite. IVR93_20110403471NUC2A
1