Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 61 à 80 sur 34677 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • tableau : Dieu le Père
    tableau : Dieu le Père Cipières - en village
    Représentations :
    Dieu le Père
    Titre courant :
    tableau : Dieu le Père
  • immeuble Le Deauville
    immeuble Le Deauville Cannes - 6 rue Eugène-Brieux - en ville - Cadastre : 1981 BZ 49
    Historique :
    villa sur le lot 12 du lotissement des Sablons pour René Boumselle, gérant de la SCI Deauville.
    Titre courant :
    immeuble Le Deauville
    Appellations :
    immeuble Le Deauville
  • Monument Le Grand Cairn
    Monument Le Grand Cairn Villar-d'Arêne - l' Alpe du Villar la Tête de L'Alpe - en écart
    Description :
    ancien et porte le nom de cairn, est représenté sur la carte I.G.N. par un point géodésique. On a recensé
    Titre courant :
    Monument Le Grand Cairn
    Appellations :
    Monument Le Grand Cairn
  • immeuble Le Saint-Pierre
    immeuble Le Saint-Pierre Hyères - Presqu'île de Giens hameau de Giens - place Saint-Pierre - en écart - Cadastre : 1983 G8 1109
    Titre courant :
    immeuble Le Saint-Pierre
    Appellations :
    Le Saint-Pierre
  • tableau : Le Bon Pasteur
    tableau : Le Bon Pasteur Moriez - Hyèges
    Titre courant :
    tableau : Le Bon Pasteur
  • immeubles dit Le Perchoir
    immeubles dit Le Perchoir Sainte-Maxime - les Bouteillers - boulevard des Romarins - en ville - Cadastre : 2007 F4 2680
    dc_f6db1801-e4b9-47f6-a026-6b680e4b46d1_0 :
    immeuble dit Le Perchoir
    Description :
    Au nord-est, l'immeuble est construit en surplomb directement sur le rocher.
    Titre courant :
    immeubles dit Le Perchoir
  • immeubles dit Le Trident
    immeubles dit Le Trident Sainte-Maxime - - traverse des Lauriers roses avenue Charles-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 2007 AB 699
    dc_f6db1801-e4b9-47f6-a026-6b680e4b46d1_0 :
    immeuble dit Le Trident
    Titre courant :
    immeubles dit Le Trident
    Illustration :
    Le Trident, construit dans les années 1950, présente un revêtement partiel de petits carreaux de
  • immeuble dit Le Sextant
    immeuble dit Le Sextant Sainte-Maxime - - avenue Jean-Jaurès avenue Saint-Exupéry - en ville - Cadastre : 2007 AB 792
    dc_f6db1801-e4b9-47f6-a026-6b680e4b46d1_0 :
    immeuble dit Le Sextant
    Titre courant :
    immeuble dit Le Sextant
  • immeuble dit Le Suffren
    immeuble dit Le Suffren Sainte-Maxime - - avenue Jean-Jaurès rue Félix-Martin - en ville - Cadastre : 2007 AB 949
    dc_f6db1801-e4b9-47f6-a026-6b680e4b46d1_0 :
    immeuble dit Le Suffren
    Titre courant :
    immeuble dit Le Suffren
  • Le cinéma à Nice
    Le cinéma à Nice
    Titre courant :
    Le cinéma à Nice
    Texte libre :
    . En effet, si les cinémas ont constitué, à Nice comme ailleurs, le lieu de loisirs de l'ensemble de la ville possédant le plus de cinémas après Paris) sont la conséquence avant tout de la présence d'une importante population de villégiateurs dans la recherche de loisirs ou d'évènements culturels. 1896-1918 Le 28 février 1896, le journal L’éclaireur annonçait dans la rubrique des faits divers : « Grâce à la la première projection dans le salon indien du Grand café à Paris, que Nice découvrait le cinéma bénéficier des dernières nouveautés dans le domaine des images animées avant bien des villes françaises et exclusivement réservée au cinéma, le Cinéma Lumière, que l’on situe approximativement au 3 avenue Georges Clémenceau. Le cinéma étant devenu une attraction à la mode, son exploitation se révèle financièrement d’hiver, changeant fréquemment de nom afin d’attirer le chaland par des espoirs de nouveauté et d’exotisme programme de numéros d’artistes divers vont devenir salles de cinéma à part entière comme le théâtre
    Illustration :
    Cinéma Le Royal, 29 avenue Malausséna, demande de permis de construire, 1934, élévation de la Cinéma Le Royal, 29 avenue Malausséna, demande de permis de construire, 1934, coupe longitudinale Cinéma Le Royal, 29 avenue Malausséna, façade, vers 1950. Salle disparue. IVR93_20190601373NUC1A Cinéma Le Royal, 29 avenue Malausséna, vers 1950 IVR93_20190601374NUC1A Cinéma Le Jeanne-d’Arc, 7 rue Charles Péguy, vestiges de décor conservé au sein du centre diocésain
  • Ferme dite Le Rouchas
    Ferme dite Le Rouchas Saint-André-les-Alpes - Le Rouchas - isolé - Cadastre : 1838 E5 6 2014 E5 124
    Historique :
    Sur le cadastre de Méouilles établi en 1714, une "bastide" du Rouchas est mentionnée comme (référence : IA04002580). La ferme apparaît ensuite sur le cadastre napoléonien de 1838. Le plan de l'édifice
    Localisation :
    Saint-André-les-Alpes - Le Rouchas - isolé - Cadastre : 1838 E5 6 2014 E5 124
    Titre courant :
    Ferme dite Le Rouchas
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section E5, parcelle 6 Plan de masse et de situation d'après le cadastre moderne de 2014, section E5, parcelle 124 Vue générale depuis le nord-ouest. IVR93_20060400525NUC1A
  • ferme dite Le Château
    ferme dite Le Château Entrevaux - les Lacs - isolé - Cadastre : 1816 B 1090 1977 B3 722
    Historique :
    novembre 1780. Sur le cadastre de 1816, le plan de masse semble indiquer que la totalité de la cour était , bois... Sur l'état des sections du cadastre de 1816, la ferme est nommée « Le Castel », elle est encore aujourd'hui appelée « Le Château ».
    Référence documentaire :
    sur papier, par Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778
    Description :
    bâtiments accolés en L. Le premier bâtiment, orienté est-ouest dans le sens de la pente, comporte deux étages de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et un étage de comble. Le deuxième bâtiment est pans. Les deux bâtiments communiquent au niveau du rez-de-chaussée, occupé par le logis. Les étages de
    Titre courant :
    ferme dite Le Château
    Texte libre :
    est composée de deux bâtiments accolés en L. Le premier bâtiment, orienté est-ouest dans le sens de . Le deuxième bâtiment est accolé en retour à l'est du premier, perpendiculairement à la pente. Il quelques dizaines de mètres au nord de la ferme, ainsi que d'anciens canaux d'arrosage. Bâtiment 1 Le note un graffiti gravé. Le logis est couvert par une voûte en berceau segmentaire enduite ; le sol est ; le sol est pavé et une mangeoire est adossée au mur nord. - Au second étage de soubassement, la partie ouest est occupée par une chambre, accessible depuis le logis de l'étage inférieur ; le sol est en carreaux de terre cuite et les murs sont enduits. La partie ouest de cet étage était un fenil, dont le sol . Bâtiment 2 Le deuxième bâtiment, tout en longueur, ferme le côté est de la cour. Son élévation principale est à l'est. Il est couvert par un toit à longs pans asymétrique : le pan sud est interrompu par le depuis la cour. - Le rez-de-chaussée surélevé est réservé au logis qui s'étend au même niveau dans le
  • Le mobilier du presbytère
    Le mobilier du presbytère Colmars - rue Abbé-Daumas - en village - Cadastre : 1983 AB 158
    Historique :
    Les oeuvres présentes dans le presbytère proviennent des différentes paroisses alentours sans qu'il
    Titre courant :
    Le mobilier du presbytère
    Annexe :
    Liste du mobilier non étudié conservé dans le presbytère de Colmars. Objets religieux - paire de Liste du mobilier étudié conservé dans le presbytère de Colmars. Objets religieux - croix d’autel n
  • Le mobilier du presbytère
    Le mobilier du presbytère La Roche-de-Rame - en village
    Titre courant :
    Le mobilier du presbytère
    Annexe :
    :- ADOREZ LE SEIGNEUR / - HABITANTS DE LA TERRE. STATUE : Enfant Jésus sous globe. Entreposé dans une salle , portant le symbole IHS ; manteau en damas pourpre doublé de damas crème et frangé de fils or ; couronne en = 164 ; h extrémité= 29. CHAIRE A PRÊCHER Vestiges de cuve entreposés dans le grenier. Mélèze
  • Le mobilier de l'usine
    Le mobilier de l'usine Carpentras - 34 avenue Bel-Air - en ville
    Titre courant :
    Le mobilier de l'usine
  • Immeuble dit Le Mauritania, actuellement Le Palais du Soleil
    Immeuble dit Le Mauritania, actuellement Le Palais du Soleil Sainte-Maxime - 2, 4 rue de Verdun 15 place Louis-Blanc - en ville - Cadastre : 2012 AB 483
    Historique :
    Le dossier de demande d'autorisation à construire pour l'immeuble Le Mauritania a été déposé en novembre 1932 par la Société Littoral Atlantique Méditerranée et Extensions dont le siège social était à
    Référence documentaire :
    . . Architecte : André Barbier-Bouvet. Demande d'autorisation à construire pour l'immeuble Le Mauritania à Sainte
    dc_f6db1801-e4b9-47f6-a026-6b680e4b46d1_0 :
    immeuble dit Le Mauritania, actuellement Le Palais du Soleil
    Description :
    Le Mauritania a été construit dans le nouveau quartier en cours de réalisation à l'arrière de la la place Louis-Blanc, articulation entre la vieille ville et le nouveau quartier. Les matériaux et leur mise en œuvre sont masqués sous l'enduit. Le toit-terrasse est vraisemblablement en béton. Avec ses 6 étages (il en a à présent un de plus sur le toit-terrasse) Le Mauritania est présenté avant sa construction comme le "futur plus grand immeuble de Sainte-Maxime". L'élévation sur la place Louis-Blanc est retours autour d'un jour occupé par un ascenseur. Le rez-de-chaussée abrite trois boutiques, les étages
    Titre courant :
    Immeuble dit Le Mauritania, actuellement Le Palais du Soleil
    Appellations :
    Le Mauritania Le Palais du Soleil
    Texte libre :
    Le Mauritania est présenté avant sa construction comme le "futur plus grand immeuble de Sainte -Maxime". Il le demeurera jusqu'à la construction du Palais de la Mer en 1964.
    Illustration :
    Plan-masse et de situation. D'après le plan cadastral 2012, section AB. IVR93_20138300394NUC1A Le Mauritania vu du sud-est. IVR93_20118301787NUC2A Le Mauritania vu de l'est. IVR93_20118301880NUC2A
  • pont ferroviaire sur le Verdon
    pont ferroviaire sur le Verdon Thorame-Haute - la Rivière - isolé - Cadastre : 1987 non cadastré ; domaine public domaine public
    Historique :
    La décision, prise en 1892, de faire passer la voie ferrée sous le massif du Pic de Rent au droit du village de la Colle Saint-Michel a nécessité la construction d'un pont pour franchir le Verdon immédiatement à la sortie du souterrain. Le projet définitif a été dressé par l'ingénieur ordinaire Bérengier à l'été 1898, les travaux sont adjugés à l'entreprise de M. Silvestre le 10 septembre et le chantier plus haut point la construction du pont dont le coût a triplé, passant de 13000 à 390000 F. Le chantier semble avoir été réadjugé un an plus tard à l'entreprise Marlaud qui perça également le tunnel en 1901 et
    Hydrographies :
    le Verdon
    Référence documentaire :
    Fondations du pont sur le Verdon : rapport de l'ingénieur ordinaire expliquant les causes du . Fondations du pont sur le Verdon : rapport de l'ingénieur ordinaire. Document signé Bérengier et Zürcher le Travaux du pont sur le Verdon à deux arches elliptiques de 20 m d'ouverture. Adjudication des travaux le 10 septembre 1898 au sieur Silvestre entrepreneur. 1898-1899. Archives départementales des Fondations du pont sur le Verdon : rapport de l'ingénieur sur la fourniture de vin aux puisatiers . Fondations du pont sur le Verdon : rapport de l'ingénieur Bérengier. 1er avril 1899. Archives départementales d'ouverture. Dispositif de mine. / Plan signé Bérengier et Zürcher le 11 juillet 1898. Archives Fondations du pont sur le Verdon : plan général. / Dessin à l'encre sur toile plastifiée signé Bérengier et Zürcher le 24 juin 1898. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains à deux arches élliptiques de 20 m d'ouverture à construire sur le Verdon au piquet 17 + 110 vers la
    Description :
    Le pont sur le Verdon situé à l'entrée ouest du tunnel de la Colle Saint-Michel est un pont en
    Titre courant :
    pont ferroviaire sur le Verdon
    Appellations :
    pont sur le Verdon
    Illustration :
    à deux arches élliptiques de 20 m d'ouverture à construire sur le Verdon au piquet 17 + 110 vers la tête, côté st andré, du souterrain de la Colle St Michel / adjudication du 10 septembre 1898 / Le sieur à deux arches élliptiques de 20 m d'ouverture à construire sur le Verdon au piquet 17 + 110 vers la tête, côté st andré, du souterrain de la Colle St Michel / adjudication du 10 septembre 1898 / Le sieur Vue du pont sur le Verdon et de la sortie ouest du tunnel de La Colle-Saint-Michel Vue du pont sur le Verdon et de la sortie ouest du tunnel de La Colle-Saint-Michel
  • Pont routier sur le Préconil
    Pont routier sur le Préconil Sainte-Maxime - R.N. 98 de Toulon à Cannes - en ville - Cadastre : 2007 AB non cadastré ; domaine public
    Historique :
    La route nationale franchissait le Préconil à l'entrée ouest de Sainte-Maxime sur un pont de fer le 11 mars 1933, œuvres de l'ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Giboin. La construction est achevée en 1935. Elle a été exécutée par l'entreprise G.T.B.M. (Grands Travaux de Béton Armé). Le pont a
    Hydrographies :
    le Préconil
    Description :
    Le pont sur le Préconil est en bow-string terme pouvant être traduit par "arc tendu". Un pont en aux extrémités. Le tablier fait office de tirant et retient les poussées horizontales. Il est tenu par des suspentes verticales. Le pont est réalisé en béton armé, les fondations des culées reposant sur des pieux enfoncés dans le sable. Il a 50 mètres de portée pour un débouché superficiel de 200 mètres
    Titre courant :
    Pont routier sur le Préconil
    Appellations :
    pont sur le Préconil
    Illustration :
    Dessus de l'arc en béton armé auquel est suspendu le tablier. IVR93_20118301517NUC2A Arc en béton armé et suspentes verticales tenant le tablier. Vue d'ensemble. IVR93_20118301516NUC2A Arc en béton armé et suspentes verticales tenant le tablier. Détail. IVR93_20118301515NUC2A
  • chapelle Saint-Jacques le Majeur
    chapelle Saint-Jacques le Majeur Abriès - le Villard - en écart - Cadastre : 1825 C1 273 (?) 1969 C1 234 (?)
    Description :
    Pièce rectangulaire dont le plafond est effondré
    Localisation :
    Abriès - le Villard - en écart - Cadastre : 1825 C1 273 (?) 1969 C1 234 (?)
    Titre courant :
    chapelle Saint-Jacques le Majeur
    Vocables :
    Saint-Jacques-le-Majeur
    Texte libre :
    HISTORIQUE Inscription gravée sur une pierre d'angle : 1656 MAI LE... Inscription : Claude 1555 (ou plutôt 1.5.55 ?) sur le clocher-mur. DESCRIPTION Situation Au sommet du hameau du Villard. Chœur au nord rectangulaire plafonnée. Le plafond est en partie effondré. Élévation Traces de faux-appareil peint autour de la porte d'entrée en façade sud. Clocher-mur à une baie couronnant le pignon sud. Couverture Le toit à deux longs pans couvert de bardeaux s'est effondré. Le clocher-mur est couvert de dalles de schiste
  • chapelle Saint-Jacques-le-Majeur
    chapelle Saint-Jacques-le-Majeur Arvieux - Villargaudin - en écart - Cadastre : 1825 E2 350 1979 E2 675
    Titre courant :
    chapelle Saint-Jacques-le-Majeur
    Vocables :
    Saint-Jacques-le-Majeur
    Texte libre :
    dirigé vers le nord, comprenant une salle rectangulaire couverte de deux voûtes d'arêtes sur piliers adossés. Deux fenêtres ébrasées rectangulaires sur le côté est. Clocher-mur sur la façade antérieure sud ; oculus quadrilobé. Le clocher-mur a une baie en arc segmentaire coffré. A la place de la clé, on a porte sur le côté ouest. Deux versants recouverts de tôles remplaçant les lauzes. Distribution et inscriptions : - Façade sud. Faîtière gravée : 1937. - Tableau intégré dans le retable en trompe
    Illustration :
    Vue prise de la porte vers le choeur. IVR93_19920500349XA