Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 23 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • maison de villagiature (villa balnéaire) dite La Joca
    maison de villagiature (villa balnéaire) dite La Joca Sainte-Maxime - les Bouteillers - 18 boulevard du Soleil - en ville - Cadastre : 2007 F4 463
    Référence documentaire :
    Demande déposée en 1958. Auteur commanditaire : Raymond Demandier. [Demande de permis de construire au nom de messieurs Georges et Raymond Demandier, à Sainte-Maxime.] Dans classeur 1958. Tirages de
    dc_041a95ef-5013-4855-b7c9-0a14420932e9_16 :
    rez-de-chaussée surélevé ou 1er étage
    dc_041a95ef-5013-4855-b7c9-0a14420932e9_6 :
    Demandier Raymond
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [auteur commanditaire] Demandier Raymond
    dc_041a95ef-5013-4855-b7c9-0a14420932e9_0 :
    maison de villagiature (villa balnéaire) dite La Joca
    Titre courant :
    maison de villagiature (villa balnéaire) dite La Joca
    dc_041a95ef-5013-4855-b7c9-0a14420932e9_14 :
    rez-de-chaussée surélevée ou 1er étage
    Illustration :
    Commune de Ste Maxime. Lotissement de Souleyas. Propriété de Mrs G. et R. Demandier. Plans. Façades
  • ensemble de deux maisons et un immeuble, du lotissement de la Falaise
    ensemble de deux maisons et un immeuble, du lotissement de la Falaise Marseille 16e arrondissement - l' Estaque quartier de la Falaise - 107 à 113 chemin de la Nerthe 16 à 20 boulevard Raymond-Fillat - en ville - Cadastre : 1978 Estaque N 43, 44, 45
    Observation :
    Exemple de densification du bâti avec hiérarchisation des espaces : le propriétaire habite sur
    Parties constituantes non étudiées :
    mur de clôture
    Référence documentaire :
    transcription du 18/6/1923 Vente d'une parcelle du lotissement de la Falaise à Henri Puget à l'Estaque 'Marseille) , 1923 Vente d'une parcelle du lotissement de la Falaise à Henri Puget à l'Estaque case 3477 Cadastre napoléonien de la ville de Marseille. 6e section F Séon (Saint Henri). Matrice
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    chemin de la Nerthe, vestige de grand portail. Côté boulevard Raymond-Fillat, mur-bahut en calcaire Sur un terrain de forme trapèzoidale traversant entre deux voies, cet ensemble se compose d'une , piles de portail en brique pour la maison principale.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Marseille 16e arrondissement - l' Estaque quartier de la Falaise - 107 à 113 chemin de la Nerthe 16 à 20 boulevard Raymond-Fillat - en ville - Cadastre : 1978 Estaque N 43, 44, 45
    Titre courant :
    ensemble de deux maisons et un immeuble, du lotissement de la Falaise
    Aires d'études :
    Grand Projet de Ville, l'Estaque-les Riaux
    Texte libre :
    Exemple de densification du bâti avec hiérarchisation des espaces : le propriétaire habite sur
    Illustration :
    Maison au 18 boulevard Raymond-Fillat (parc N 43). Vue prise depuis la rue du mur-bahut de clôture Immeuble 16 boulevard Raymond-Fillat (parc N 45). Vue générale de la façade. IVR93_20011300520XE , du portail à piles de briques et de la façade de la maison au fond du jardin. IVR93_20011300532XE
  • maisons de villégiature (villas)
    maisons de villégiature (villas) Saint-Raphaël
    Référence documentaire :
    [Saint-Raphaël.] Statistiques de population. 1793-1946. Archives communales, Saint-Raphaël : 1 F 4. Saint-Raphaël. [Anciens] permis de construire. Archives communales, Saint-Raphaël : Série W. Portail, plan de l'étage, coupe sur living-room, façades sud, est et nord, plan du rez-de-jardin et du rez-de-chaussée, coupe sur cuisine et salle à manger, façade ouest. Villa La Badine. Saint-Raphaël Plans de l'étage de soubassement, plan du rez-de-chaussée surélevé, élévation extérieure ouest , élévation extérieure est Villa La Badine. Saint-Raphaël. Projet d'agrandissement et de transformation Plans du sous-sol, du rez-de-chaussée, de l'étage,coupe longitudinale et élévation extérieure ouest . Saint-Raphaël. Plans de la maison de villégiature La Pinatta. Saint-Raphaël. Plans de la maison de Dessin en volume à parir de l'angle sud-ouest, élévation extérieure sud, plan de l'étage de soubassement, plan de l'étage. Saint-Raphaël. Plans de la villa de monsieur Véry. / Dessin original à la plume
    Titre courant :
    maisons de villégiature (villas)
    Annexe :
    -masse composite 2)Analyse de la volumétrie volumétrie simple volumétrie régulière volumétrie symétrique : parti de plan formé par l'ensemble des corps de bâtiments. Corps de bâtiment : on entend par corps de bâtiment, un bâtiment ou une partie de bâtiment qui abrite des pièces autonomes destinées à l'habitation ou .). Les avant-corps ne sont pas considérés comme des corps de bâtiments. plan-masse simple : constitué par un seul corps de bâtiment. plan-masse régulier : plan-masse régulier ou symétrique, constitué par l'addition de plusieurs corps de bâtiments disposés de façon longitudinale ou angulaire. plan-masse composite : un plan-masse au tracé irréguliet, constitué par l'addition de plusieurs corps de bâtiments de surfaces et de formes différentes. b) analyse de la volumétrie Volumétrie : sont pris en compte le/les volumes (s) de base constitué (s) par l'ensemble des pièces d'habitation d'une maison et tous les volumes compte. volumétrie simple : qualifie un volume de base dépourvu de tout volume secondaire en saillie sur
    Texte libre :
    La dénomination de maison de villégiature est considérée ici comme équivalente du terme villa villégiature. Après la guerre, la villa devient aussi de l’habitat permanent. Nous avons cependant inclus dans le corpus des maisons de villégiature l’ensemble des villas, privilégiant ainsi l’aspect formel, plus partir des années 1920, presque toutes les maisons de villégiature peuvent être considérées comme des villas balnéaires. L’étude porte sur un corpus de 312 maisons repérées, parmi lesquelles 94 ont construction de villas ne commence véritablement qu’à partir de 1880. Avant, les premiers villégiateurs habitat « authentique », proche de la nature. Les deux exemples principaux sont l’Oustalet dou Capelan (AW jusqu’en 1885. Le journaliste Alphonse Karr s’installe en 1864 dans une ancienne fabrique de soude qu’il baptise Maison Close. Il y meurt en 1890. Les deux maisons, situées en bord de mer, pas très loin l’une de l’autre, présentent des similitudes : un toit à longs pans couvert de tuiles creuses, une façade
    Illustration :
    Saint-Raphaël (Var). Intérieur de Maison close. Santa-Lucia. Raymond-Poincaré (avenue) 313. 1981 AW Villa balnéaire Roquebelle. Vue de volume prise de l'avenue. Santa-Lucia. Raymond-Poincaré (avenue La villa du Français moyen édifiée par l'entreprise Grolée, de Saint-Raphaël - Fréjus. [Elévation Edmond Daime prop. à Saint-Raphaël. Enclos Notre-Dame. Plan du rez-de-jardin. [Mazet Ed-Ly]. Pierre Madame et Mons. Edmond Daime prop. à Saint-Raphaël. Plan de l'étage. [Mazet Ed-Ly]. Pierre-Coullet [Villa Plein Ciel]. Plan de situation au 1 : 2000. Notre-Dame (chemin) 18. 1981 AT 396 Propriété de Mr Chasseloup. Enclos Notre-Dame. St.-Raphaël. [Villa Plein Ciel. Dessin de volume [Villa Plein Ciel. Plan du rez-de-chaussée surélevé]. Notre-Dame (chemin) 18. 1981 AT 396 [Villa du Commandant Chauveau]. Plan de l'étage. Notre-Dame. Myrtes (boulevard des). 1981 AV 280 La façade. Le plan. [Villas jumelles de M. Crinier]. Notre-Dame. Saint-Exupéry (boulevard) 245, 249
  • maison de villégiature dite Villa Aci qu'em plasi, actuellement Nikolaïvna
    maison de villégiature dite Villa Aci qu'em plasi, actuellement Nikolaïvna Cap-d'Ail - 22 boulevard Raymond-Gramaglia - en ville - Cadastre : 1986 AI 55
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Description :
    . Le deuxième étage de soubassement ouvre du côté sud sur un portique formé d'arcs en plein cintre. Il abrite un bureau avec terrasse privative, une chambre d'ami avec cabinet de toilette et w.-c., quatre chambres de domestiques avec chacune un lavabo et des caves. Le premier étage de soubassement abrite une salle à manger, un fumoir, une chambre d'ami, deux salles de bains avec w.-c., et une cuisine avec office. Au rez-de-chaussée surélevé, se trouvent l'escalier, en mosaïque, un grand salon de réception , quatre chambres et deux salles de bains avec w.-c. Le jardin est agrémenté au sud d'une terrasse en terre
    Étages :
    2 étages de soubassement en rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Cap-d'Ail - 22 boulevard Raymond-Gramaglia - en ville - Cadastre : 1986 AI 55
    Titre courant :
    maison de villégiature dite Villa Aci qu'em plasi, actuellement Nikolaïvna
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade sud, depuis le sud. IVR93_19960601316ZA
  • maison de villégiature de négociant dite Campagne Gabelle, puis maison d'industriel dite Villa Minerve, actuellement commissariat de police et jardin public
    maison de villégiature de négociant dite Campagne Gabelle, puis maison d'industriel dite Villa Minerve, actuellement commissariat de police et jardin public Marseille 16e arrondissement - quartier de l' Estaque-Gare - 24 boulevard Roger-Chieusse - en ville - Cadastre : 1978 Estaque H 263
    Historique :
    constitué le fonds en trois acquisitions. Il fait construire maison de maître, logement de fermier, grenier à foin, remise, cellier et fait aménager le jardin, clos de mur. La propriété est vendue en 1880 à Bertrand Gabelle, serrurier-constructeur domicilié dans le quartier de la gare dans le centre-ville. Il fait ajouter une salle de billard (disparue). La propriété prend le nom de Campagne Gabelle. En 1918 , Jules Lindenmeyer, architecte, industriel, directeur de la Société des chaux et ciments, la modifie par l'adjonction de l'aile nord (peut-être en remplacement de la salle de billard) et du décor de façade, dont les décors de céramique qui lui font prendre le nom de Villa Minerve. La maison est acquise en 1942 par la au commissariat de police du 16e arrondissement et son jardin transformé en jardin public dans les années 1975-1980. Les fabriques de jardin ont subi une réfection malheureuse qui a détérioré leur qualité de trompe-l'oeil.
    Parties constituantes non étudiées :
    fabrique de jardin mur de clôture
    Référence documentaire :
    transcription hypothécaire n°9 Vente de la Villa Minerve à l'Estaque (Marseille) par André Raymond Vente de la propriété Saunier à Bertrand Gabelle à l'Estaque (Marseille), 1880 (notaire Dessuard Etat du mobilier garnissant la maison de campagne de Jean-Baptiste Saunier à l'Estaque (Marseille Inventaire descriptif des meubles, effets mobiliers etc de la communauté Bertrand Gabelle - Reboul
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Destinations :
    commissariat de police
    Texte libre :
    L'évolution fonctionnelle de bastide en domicile puis en édifice public se rencontre assez fréquemment. La conservation, bien qu'altérée, des fabriques en rocaille renforce l'intérêt de l'ensemble. La 20e siècle, la seconde dans le 3e quart du 19e siècle. Le motif de la tour crénelée est présent dans des fabriques de jardin d'autres maisons du secteur (Référence IA13000886, Référence IA13001465 , Référence IA13001327). Un crénelage ornait le viaduc ferroviaire de Chateau Fallet '(IA13001455, doc 01) et décore toujours l'entrée du tunnel de la Nerthe.
    Genre :
    de négociant
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Représentations :
    Une frise en céramique à motifs de palmettes sépare le premier du deuxième étage. Sur l'élévation sud, elle est interrompue par un médaillon orné d'un profil de Minerve qui a donné son nom à la maison . Motif de branchage, rocher, pierre de taille, planches sur les fabriques de jardin.
    Jardins :
    rocaille de jardin
    Description :
    La façade est recouverte d'un enduit au ciment à refends. Le jardin est agrémenté de plusieurs surplomb du mur de clôture, imite une tour gothique avec créneaux et mâchicoulis.
    Localisation :
    Marseille 16e arrondissement - quartier de l' Estaque-Gare - 24 boulevard Roger-Chieusse - en ville
    Titre courant :
    maison de villégiature de négociant dite Campagne Gabelle, puis maison d'industriel dite Villa Minerve, actuellement commissariat de police et jardin public
    Aires d'études :
    Grand Projet de Ville, l'Estaque-les Riaux
    Illustration :
    Vue générale de la maison, depuis l'ancien jardin en contrebas. IVR93_19991300157XE Détail du décor en céramique de la façade courant entre le premier et de deuxième étage : frise de palmettes et médaillon à motif de profil de Minerve. IVR93_19991300158XE Fabrique en rocaille en forme de tour-belvédère gothique située à l'entrée du jardin. La terrasse donnant accès à la tour est le lieu de rendez-vous des joueurs de domino du quartier. IVR93_19991300121XE
  • maison de villégiature (villa balnéaire) dite Le Golfe ou Colibri, actuellement Farfalla
    maison de villégiature (villa balnéaire) dite Le Golfe ou Colibri, actuellement Farfalla Saint-Raphaël - Santa-Lucia - 98 boulevard des Orangers - en ville - Cadastre : 1981 AW 994
    Historique :
    La villa Le Golfe figure sur le plan Ravel de 1894 sous l'appellation de Colibri. En 1926, la revue Les Tablettes de la Côte d'Azur mentionne la surélévation de la villa Farfalla et la construction du
    Observation :
    Villa de villégiature moyenne à traitement architectural soigné ; 1880-1919
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Draperi Henri
    Titre courant :
    maison de villégiature (villa balnéaire) dite Le Golfe ou Colibri, actuellement Farfalla
    Illustration :
    Vue d'ensemble prise de l'avenue Raymond-Poincaré. IVR93_20038300417XE Vue de volume prise de l'avenue Raymond-Poincaré. IVR93_20038300419XE Vue de volume prise de l'est. IVR93_20038300418XE
  • maisons dites Villa La Joliette, Villa Henriette, Villa Bellevue, puis couvent de franciscaines et édifice hospitalier Sainte-Marie-des-Anges (maison de convalescence)
    maisons dites Villa La Joliette, Villa Henriette, Villa Bellevue, puis couvent de franciscaines et édifice hospitalier Sainte-Marie-des-Anges (maison de convalescence) Hyères - 3 rue Victor-Hugo - en ville - Cadastre : 1983 A1 5133
    Genre :
    de franciscaines
    Historique :
    A la suite de son séjour à Hyères pour raison de santé, le Père Chrysostome de Lyon, co-fondateur de la congrégation des soeurs Sainte-Marie-des-Anges de l'Esvières à Angers, décide d'ouvrir une maison à Hyères pour avoir entre autres un lieu de repos pour les soeurs missionnaires en Inde. D'abord conservées et aménagées en maison de convalescence. Les plans de la chapelle aurait été donnés par la Supérieure de l'époque sur le modèle d'une autre chapelle de la congrégation. Elle porte la plaque de Ré et
    Parties constituantes non étudiées :
    grotte de Lourdes
    Référence documentaire :
    p. 63 LASSARAT, Raymond. Hyères : itinéraires historiques. Hyères : Sud-Est impr., 1979.
    Précision dénomination :
    maison de convalescence
    Représentations :
    Sujet : Christ, Vierge, saint François d'Assise et ange ; Support : tympan de la chapelle. Sujet : tétramorphe ; Support : chapiteaux de la façade extérieure de la chapelle ; Sujet : volutes ; Support : couronnement de fenêtres de la façade sud de la villa occidentale.
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    Villas à deux étages carrés sur un étage de soubassement ; en moellons sans chaîne en pierre de taille, enduits ; couvertes de tuiles plates. Couvent en moellons non enduits ; toit à pignon découvert couvert de tuiles creuses ; façade de la chapelle ordonnancée sans travées ; un vaisseau de plan allongé.
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Ré et Dalmasso
    Titre courant :
    maisons dites Villa La Joliette, Villa Henriette, Villa Bellevue, puis couvent de franciscaines et édifice hospitalier Sainte-Marie-des-Anges (maison de convalescence)
    Illustration :
    Vue de volume du couvent prise du nord-est. IVR93_19968300875XA Elévations occidentales de la chapelle et de l'une des villas. IVR93_19968301361ZA Façade antérieure de la chapelle ; partie supérieure. IVR93_19968300876XA Porte d'entrée de la chapelle IVR93_19968301362ZA Vue de situation. IVR93_19968300719XA
  • maison dite Villa Belle Rive
    maison dite Villa Belle Rive Cannes - 95 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AR 82
    Description :
    Maison formant à l'origine un bloc simple encadré de 2 portiques remplacés par des ailes en rez-de . Les élévations principales sont ordonnancées avec une loggia ouvrant au sud de l'étage de chaque aile . Un décor de céramique vernissée est appliqué sur les façades principales. Un parapet crénelé couronne les ailes, une crête dentelée, le corps central. Le jardin est mi-paysager au nord de la maison, mi -régulier au sud, avec un parterre de pièces coupées centré sur un bassin festonné inscrit dans une margelle
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Cannes - 95 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AR 82
    Élévations extérieures :
    jardin de niveau
  • maison dite chalet Ligne
    maison dite chalet Ligne Cannes - 99 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AR 283
    Parties constituantes non étudiées :
    fabrique de jardin clôture de jardin
    Description :
    Maison comprenant un rez-de-chaussée surélevé sur un sous-sol, un étage carré et un étage de comble aménagé dans une charpente aiguë couverte de tuiles plates et dont les avant-toits sont ornés de pièces de bois découpé. La toiture fait un retour en pignon sur les façades nord et sud. L'agrandissement de la maison a placé ces pignons au centre de chacune de ces élévations. Les baies du rez-de-chaussée et du 1er étage sont bordées de balcons continus. Le jardin a une partie d'accueil paysagère au nord de la maison , et une partie régulière au sud, avec un parterre de gazon traversé par une allée de front encadrée d'une alternance de camoerops et d'arbustes.
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Localisation :
    Cannes - 99 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AR 283
    Élévations extérieures :
    jardin de niveau
  • maison dite Villa Hollandia
    maison dite Villa Hollandia Cannes - quartier Anglais - 16 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 46
    Parties constituantes non étudiées :
    fabrique de treillage clôture de jardin
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Maison d'un seul étage carré de plan rectangulaire régulier couverte en terrasse. Entrée à l'est sous un porche couvert en terrasse d'agrément couronné de balustrades. Deux oriels couverts en terrasse d'agrément encadrent le premier niveau de la façade sud. Des balustrades couronnent l'ensemble des élévations l'ouest une aire de jeu trop petite pour être un tennis. Il est resté paysager au sud de la maison, mais avec un plan simplifié et une plate-bande potagère tout au-long de la clôture sur l'avenue. Une allée de cyprès remplace l'aire de jeu. Un jardin régulier avec bassin polylobé et allées couvertes de berceaux de verdure s'étend au nord en bordure du secteur des semis.
    Typologies :
    balustrade de couronnement
    Localisation :
    Cannes - quartier Anglais - 16 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 46
    Élévations extérieures :
    jardin de niveau
  • maison dite Villa Paloma
    maison dite Villa Paloma Cap-d'Ail - 16 boulevard Raymond-Gramaglia - en ville - Cadastre : 1986 AI 52
    Historique :
    La villa dont le nom de l'architecte reste inconnu, est construite vers 1910 à l'emplacement de l'ancienne usine électrique de l'hôtel Eden. Le jardin a été restauré dans la seconde moitié du 20e siècle.
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Représentations :
    Sujet : boulet encadré d'entrelacs et de volutes sur fond de cuir découpé, souligné par un bouquet de fleur lié par un ruban, sculpté ; support : panneaux situés entre les aisseliers. Sujet : boulet sur fond de cuir découpé, encadré par une guirlande de fleurs, sculpté ; support : panneaux situés entre les aisseliers, au niveau de l'entablement. Sujet : chute de noeuds, sculptées ; support : angles ébrasés de la tour.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Description :
    La villa a un plan régulier en U avec quatre niveaux dont un étage de soubassement. L'angle nord par un avant-toit sur aisseliers. La façade sud est ordonnancée. L'étage de soubassement ouvre au sud sur un portique surmonté d'une galerie formée de baies en plein cintre, couverte par une terrasse d'agrément. Cette terrasse située dans le prolongement des pièces de réception du rez-de-chaussée, est reliée l'étage, au sud, sont agrémentées de balcons. L'axe du rez-de-chaussée, sur la façade est, est souligné , surmontée d'une marquise, est située au rez-de-chaussée, dans l'axe de la façade nord. L'entrée ouvre sur un hall anglais éclairé par une verrière orné de vitraux. Le garage, réalisé dans le style de la maison , est couvert par une terrasse. Le jardin, irrégulier, est agrémenté de pelouses et de massifs d'arbres . Une porte avec un escalier isolé, droit, aménagée dans le mur de clôture, permet un accès direct à la mer. Lors de la restauration du jardin une piscine a été ajoutée au sud.
    Étages :
    étage de soubassement
    Localisation :
    Cap-d'Ail - 16 boulevard Raymond-Gramaglia - en ville - Cadastre : 1986 AI 52
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la tour, depuis le nord-est. IVR93_19960601346ZA Détail : l'angle nord-ouest de l'étage supérieur de la tour, depuis le nord-ouest éclairé par un puits de lumière couvert par une verrière, depuis le nord. IVR93_19960601347ZA Vue de situation depuis la mer. IVR93_19960601361ZA
  • maison dite La Ruche, puis L'Oasis
    maison dite La Ruche, puis L'Oasis Cannes - 42 boulevard d' Alsace - en ville - Cadastre : 1981 CO 85
    Historique :
    -mêmes avec l'entreprise de maçonnerie cannoise Caisson et Raymond, les menuisier Roquebrune et Bertrand , le sculpteur cannois Vidal, le sculpteur de staff cannois Ernest Pellegrini et le ferronnier cannois
    Parties constituantes non étudiées :
    clôture de jardin entrée de jardin
    Représentations :
    : ornement végétal, support ferronneries de la porte d'entrée et des portails du jardin
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Maison de plan et de volumétrie composites dissymétriques avec perrons à parapet de tuile et porche d'entrée ouvrant directement sur la cage de l'escalier en bois placée en angle. Les étages sont hiérarchisés, le rez-de-chaussée abrite les locaux de l'agence. La logette en bois du salon porte un des balcons de l'étage. Au sud-est, pavillon de 2 étages avec balcon, couvert d'un toit en pavillon. Les élévations sont animées de membres sculptés, larmiers des baies, ruche dans un médaillon carré sur la pointe , colonnes corinthiennes sur des culots en forme de masques et soutenant les aisseliers de l'avant-toit. Les baies ont des arcs en plein-cintre en brique. Le volume de l'entrée est séparé de la cage d'escalier par un élément de charpente ouvragée soutenant le plafond. Les murs y sont peints de motifs décoratifs végétaux. Dans le salon, un lourd décor de staff de style art nouveau orne plafond, corniche et dessus-de -porte. Il en est de même dans la salle à manger qui a une cheminée de même style. Le jardin paysager
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Caisson F. et Raymond
    Élévations extérieures :
    jardin de niveau
    Illustration :
    Vue de détail du nom de la villa situé sur le portail IVR93_19930600774XA Vue de détail du portail IVR93_19930600773XA
  • maison dite Villa Logre, actuellement Villa Les Funambules
    maison dite Villa Logre, actuellement Villa Les Funambules Cap-d'Ail - 8 boulevard Raymond-Gramaglia - en ville - Cadastre : 1986 AI 47, 48
    Historique :
    Funambules. En 1964, un permis de construire pour diviser la villa en deux appartements et construire un
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Représentations :
    Sujet : ornement géométrique en céramique vernissée ; support : mur de façade de l'élévation nord . Sujet : coquille ; cuir découpé, moulé ; support : socle de l'acrotère situé dans l'angle nord-ouest de , sur la façade sud. Sujet : balustre moulé ; support : garde-corps de la terrasse, des escaliers, des balcons et du mur de clôture.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier symétrique en maçonnerie escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Description :
    La villa a un plan symétrique avec un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et un étage carré. Elle est couverte par une terrasse surmontée de deux tours polygonales, symétriques , coiffées de toits polygonaux, en métal, sommés d'un épi de faîtage. L'une des tours pourrait abriter un de soubassement est parementé en moellon ; le rez-de-chaussée et l'étage sont enduits. L'axe de la façade sud est souligné par un avant-corps. Le rez-de-chaussée ouvre au sud sur une terrasse qui agrémentées de balcons. Sur la façade ouest, le rez-de-chaussée communique avec le jardin par un escalier droit. L'entrée principale, située dans l'axe de la façade nord, est protégée par une marquise. Le jardin, irrégulier, est planté de groupe d'arbres. Il est clôturé par un mur de soutènement en moellon
    Étages :
    étage de soubassement
    Localisation :
    Cap-d'Ail - 8 boulevard Raymond-Gramaglia - en ville - Cadastre : 1986 AI 47, 48
    Illustration :
    Détail : la partie supérieure de la moitié ouest de la façade nord, depuis l'ouest Vue d'ensemble de la façade sud, depuis le Sentier du Bord de Mer, au sud. IVR93_19960601310ZA Vue d'ensemble de la façade sud, depuis le sud. IVR93_19960601353ZA
  • maison dite Villa Illusion, actuellement Villa Castel del Mare
    maison dite Villa Illusion, actuellement Villa Castel del Mare Cap-d'Ail - 26 boulevard Raymond-Gramaglia - en ville - Cadastre : 1986 AI 57
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Représentations :
    Sujet : médaillon sur fond de cuir découpé encadré de palmes et souligné par une guirlande de -corps. Sujet : ordre ionique, sculpté ; support : chapiteaux des colonnes du porche. Sujet : têtes de femmes sur fond de cuir enroulé, sculpté ; support : clés des baies du niveau supérieur. Sujet : rosace au coeur d'une croix de feuillage, sculpté ; support : caissons du plafond du vestibule. Sujet : balustre sculpté ; support : garde-corps de la terrasse, de l'escalier extérieur, des balcons, des et sur le garde-corps de l'escalier en fer-à-cheval.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier en fer-à-cheval en maçonnerie
    Description :
    La villa a un plan symétrique avec trois niveaux dont deux étages de soubassement. Elle est couverte par une terrasse. Les façades sud et nord sont ordonnancées. L'axe de la façade nord est souligné par un porche formé de deux colonnes ioniques ; celui de la façade sud, par un avant-corps. La façade sud est cantonnée d'oriels sur cul-de-lampe. Le porche, au rez-de-chaussée surélevé, ouvre sur un vestibule orné d'un plafond à caissons, avec un escalier tournant qui dessert les étages de soubassement. Ce chambres avec salles de bains. Le deuxième étage de soubassement abrite deux chambres de maître avec salles de bains (côté sud), trois chambres de domestiques, une cuisine et un office (côté nord). Vers 1935 , les chambres de maîtres sont remplacées par une salle à manger agrémentée d'un balcon filant, liée à la cuisine par un passe-plat. Le premier étage de soubassement qui comprenait les réserves, a été prolongé par une terrasse et aménagé en chambres. Le bâtiment des communs est de plan rectangulaire avec
    Étages :
    2 étages de soubassement en rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Cap-d'Ail - 26 boulevard Raymond-Gramaglia - en ville - Cadastre : 1986 AI 57
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade nord, depuis le nord. IVR93_19960601313ZA Vue d'ensemble de la façade sud, depuis le sud. IVR93_19960601315ZA Logette située sur l'angle sud-ouest de la façade sud, vue de dessous, depuis le sud-ouest de la façade sud , vu depuis le sud. IVR93_19970601417ZA Détail : jardinière sur piédestal, en forme de panier, traitée en faux bois, située dans l'angle sud-ouest de la terrasse en terre-plein ouvrant au pied de la façade sud, depuis le nord Vue d'ensemble de la façade sud, depuis le sud. IVR93_19960601364ZA
  • maison dite Villa Paradisino
    maison dite Villa Paradisino Cap-d'Ail - 30 boulevard Raymond-Gramaglia - en ville - Cadastre : 1986 AI 59
    Historique :
    La villa dont le nom de l'architecte n'est pas connu est construite en 1903 pour André Letrey sur une parcelle achetée en 1902. Elle appartient en 1907 au comte Chibourdet de Granges qui ajoute un
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Représentations :
    sujet : vase en céramique vernissée ; support : balustrade de couronnement de la dépendance ; sujet : chapiteaux doriques ; support : colonnes de la pergola ; sujet : balustrade sculptée ; support : couronnement de la dépendance et balustrade de la terrasse
    Description :
    . L'entrée principale à l'est, en rez-de-chaussée surélevé, est précédée d'un porche qui ouvre sur une terrasse couverte par une pergola et agrémentée d'un bassin polygonal. L'étage de soubassement de l'aile sud ouvrait sur un portique qui a été fermé postérieurement. L'étage de soubassement abrite une grande cuisine éclairée par trois fenêtres, un garde-manger, deux chambres de domestiques, un w.-c., deux caves (l'une à vins et l'autre à charbon) , une chaufferie pour le chauffage central et l'eau chaude. Le rez-de -charge et un w.-c. L'étage abrite trois chambres, un cabinet de toilette, une salle de bains avec w.-c ., et un w.-c. séparé. Les pièces de réception et les chambres de maîtres sont équipées de cheminées . Une dépendance construite en soubassement, dans le mur de soutènement du jardin, comporte un garage , une chambre de chauffeur avec coin toilette, un w.-c., et un débarras. Elle communique avec la villa par un escalier. Le jardin de type paysager est planté d'essences locales (pins) et exotiques
    Étages :
    étage de soubassement
    Localisation :
    Cap-d'Ail - 30 boulevard Raymond-Gramaglia - en ville - Cadastre : 1986 AI 59
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade sud, depuis le sud. IVR93_19960600933X
  • maison dite Villa Les Mouettes
    maison dite Villa Les Mouettes Cap-d'Ail - 6 boulevard Raymond-Gramaglia - en ville - Cadastre : 1986 AI 46, 164
    Historique :
    La villa est construite en 1902 pour Léonie-Elizabeth Miroy, originaire de Paris. Le nom de
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Représentations :
    Les balcons, les terrasses, le toit-terrasse et le mur de clôture, sont bordés de balustrades. Le porche semi-circulaire est constitué de colonnes ioniques. La baie située au sud, dans l'axe du premier de feuillages, et aux extrémités, de chutes de fleurs. La façade nord est ornée d'un cartouche mouluré orné d'un iris en stuc ( ?) en partie basse, surmonté d'un médaillon sur fond de cuir découpé , encadré de feuillages. Au centre de ce cartouche est inscrit le nom de la maison. Les façades sont
    Description :
    étage de soubassement. Ce dernier, en partie couvert par une terrasse d'agrément bordée d'un garde-corps cintre. La façade sud est ordonnancée. Son axe est souligné par un avant-corps. L'axe du rez-de-chaussée est marqué par un porche semi-circulaire formé de colonnes, couvert par une terrasse d'agrément ; celui de l'étage, par une large baie vitrée en anse de panier. La distribution intérieure n'est pas connue. Lors de la restauration un porche a été ajouté au rez-de-chaussée, sur la façade ouest. Le jardin en pente, irrégulier, est planté de pins, de cyprès, de palmiers et de yuccas. Il est desservi par un -circulaire a été aménagé sur le mur de clôture. Une porte créée dans ce mur de clôture donne accés
    Étages :
    étage de soubassement
    Localisation :
    Cap-d'Ail - 6 boulevard Raymond-Gramaglia - en ville - Cadastre : 1986 AI 46, 164
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade sud, depuis le sud. IVR93_19960601354ZA
  • maison dite Villa Victoria
    maison dite Villa Victoria Cannes - quartier Anglais - 7 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AW 140
    Historique :
    Maison construite en 1853 par l'architecte anglais Thomas Smith et l'entrepreneur de maçonnerie par Sir Charles Murray, ancien vice-roi des Indes. Dans l'attente de l'achèvement de sa villa Marie -Thérèse (IA06000232) la baronne douairière James de Rothschild habite dans l'hiver 1880-1881 la maison qui
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    La maison se compose d'un grand corps de bâtiment encadré de 2 ailes en retour sur ses façades nord et sud et couvertes de hauts toits également en retour couverts de tuiles plates. Un porche couvert en terrasse d'agrément entre les 2 ailes dotées d'oriels. Les murs sont parementés de moellons de grès rose de l'Estérel jointoyés avec les chambranles des baies en brique recouverte d'enduit façonné . En 1919 le rez-de-chaussée comptait une enfilade de 4 salons, une bibliothèque et un boudoir. Il y avait aussi 3 chambres de maîtres. Au 1er étage, un bureau, un salon, une lingerie, 2 salles de bain et un cabinet de toilette pour 5 chambres de maîtres et 2 chambres de domestiques. A l'étage de comble , 2 débarras et 5 chambres de domestiques.
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Pulhan Odadhia [habitant célèbre] Rothschild de James
    Typologies :
    plan tripartite avec axe de symétrie traversant
    Localisation :
    Cannes - quartier Anglais - 7 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AW 140
    Illustration :
    Vue partielle de la façade IVR93_19930600726XA
  • maison dite Villa Philip, puis Villa Montrant
    maison dite Villa Philip, puis Villa Montrant Cannes - quartier Anglais - 66 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AS 80
    Parties constituantes non étudiées :
    avenue de jardin
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Maison de plan et de volumétrie composites avec 2 escaliers tournants de même conception. La chaînages et chambranles en pierre de taille et le nu des murs en moellons polygonaux apparents. Le balcon de bois de l'état d'origine a été supprimé au profit de oriels. Le jardin paysager étroit est composé de terrasses successives, celle qui possède une aire de jeu s'appuyant sur des rochers artificiels . Des escaliers droits s'alignent contre la clôture est. Près de la maison, un escalier en fer-à-cheval aujourd'hui réduit de moitié.
    Étages :
    étage de soubassement
    Typologies :
    parapet de couronnement
    Localisation :
    Cannes - quartier Anglais - 66 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AS 80
  • maison dite Château Saint-Georges, puis Villa la Rochefoucauld
    maison dite Château Saint-Georges, puis Villa la Rochefoucauld Cannes - quartier Anglais - 47 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 138
    Historique :
    l'entrepreneur de maçonnerie Joseph Laugier pour Sir Herbert Taylor, lieutenant général de l'armée britannique et d'entreprendre celle de sa villa Victoria. En 1856 Jacques Louis Courant, gendre de Woolfield, achète la propriété. En 1861 Joseph Grandval, ancien chambellan de Napoléon Ier et raffineur de sucre marseillais , acquiert le domaine que ses enfants rachètent aux enchères en 1873 et qu'ils louent au duc Robert de Bourbon Parme. La duchesse de Boudanville est peut-être responsable de la construction dans le parc vers 1875 de la villa des Pins, étudiée séparément. En 1886 la famille de la Rochefoucauld donne son nom au château que Finck et Châteauvieux transforment en 1926 en un hôtel de 45 chambres partagé en copropriété
    Représentations :
    sujet : ordre dorique, support : portique de la façade antérieure
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    autres. Un 3e étage ajouté supprima les balustrades de couronnement. Façade antérieure sud ordonnancée avec un portique dorique couvert en terrasse d'agrément. La travée axiale est ornée au 2e niveau de 2 paires de colonnes doriques soutenant le balcon du 3e niveau. D'autres balcons ont été ajoutés.
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Laugier [commanditaire] Boudanville hesse, de
    Typologies :
    plan tripartite avec axe de symétrie balustrade de couronnement
    Localisation :
    Cannes - quartier Anglais - 47 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 138
  • maison dite Villa Eléonore-Louise
    maison dite Villa Eléonore-Louise Cannes - quartier Anglais - 24 1ère maison avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 53
    Historique :
    C'est la 1ère maison de villégiature construite à Cannes en 1836 par l'architecte et ingénieur Vaux, lord chancelier d'Angleterre, qui avait acquit en 1835 pour 13500F un terrain s'étendant de la mer à la colline de la Croix des Gardes. Vers 1850 il fait ajouter les 2 ailes latérales et le portique. Après sa mort dans cette maison le 7 mai 1868 à l'âge de 90 ans, le domaine est loti en plusieurs étapes. Un nouveau Lord Brougham vend la maison en 1924. La propriété a encore une surface de 22000 m2 en 1947. Projet de transformation en copropriété pour Louis Dieu en 1949 et lotissement du reste du jardin.
    Représentations :
    sujet : ordre dorique, support : portique de la façade antérieure ; sujet : ornement végétal ; blason, support ; 3e niveau de la façade antérieure
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Maison de plan tripartite de 2 étages carrés entre 2 ailes étroites en avant-corps légèrement plus hautes avec axe de symétrie sur le porche dorique à fronton et l'escalier principal symétrique. 2 ailes épouse les décrochements de l'ensemble et remplace le porche. Vestibule axial ouvrant sur un escalier à l'étage 7 chambres des maîtres avec 3 salles de bains et 2 chambres de domestiques. D'autres chambres au 2e étage. Balustrades de couronnement sur l'ensemble des élévations. Des balcons ont été ajoutés sur
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Fleury Guichard Frères
    Typologies :
    plan tripartite avec axe de symétrie traversant balustrade de couronnement
    Localisation :
    Cannes - quartier Anglais - 24 1ère maison avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre
    Illustration :
    Vue en perspective de la façade. IVR93_19930600214VA Vue d'ensemble de la façade IVR93_19930600215XA