Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 16 sur 16 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • maison-ferme de magistrat
    maison-ferme de magistrat Molines-en-Queyras - la Rua - 3e ferme - en écart - Cadastre : 1824 A1 817 1971 A1 575
    Historique :
    occupa les plus hautes fonctions en Dauphiné est une construction du hameau voisin du Serre. Quoiqu'il en siècle ou du début du 16e. En 1824, et sans doute bien auparavant, il servait de caset à une simple ferme
    Référence documentaire :
    Tome 1, p. 162-163. Le Queyras TIVOLLIER, Jean, ISNEL, Pierre. Le Queyras (Hautes-Alpes), 2 vol
    Représentations :
    sujet : lion accroupi, support : ronde-bosse en couronnement de la toiture ; sujet : masques
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Toit :
    pierre en couverture
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - la Rua - 3e ferme - en écart - Cadastre : 1824 A1 817 1971 A1 575
    Déplacement :
    parties déplacées à Molines-en-Queyras
    Texte libre :
    DESCRIPTION complémentaire La porte du rez-de-chaussée donnait dans un petit sas en planches XXe siècle de cuisine. Le plafond est en planches sur poutres apparentes, les murs enduits à la chaux et le sol est un plancher de mélèze. La cuisine commande la seconde pièce, voûtée en berceau, au sol information, les abords de la maison étant extrêmement encombrés par les travaux en cours. Le premier étage est divisé en deux pièces qui ne communiquent pas entre elles et auxquelles on devait accéder par une galerie en façade sud. Le plancher de mélèze était recouvert, dans la pièce est, d'une dalle de chaux qui couvertes d'un plafond« à la française ». La fenêtre de la pièce est a un chambranle en tuf à linteau refend est. Le deuxième étage est entièrement occupé par une seule pièce couverte d'un plafond en mélèze géminée à coussièges. Le chambranle, dont l'arc est monolithe, est en marbre rose de pays ; la colonnette au chapiteau sculpté est blanche (plâtre?, gypse?, marbre?). Le masque en bas relief placé au-dessus
  • Ferme
    Ferme Molines-en-Queyras - Fontgillarde - en écart - Cadastre : 1824 F2 468 1971 F2 1479 A 1481
    Historique :
    grange à l'origine en bois (fuste) a été reconstruite en maçonnerie, peut-être après l'incendie de 1908
    Référence documentaire :
    Fontgillarde en Queyras. Notre vieille maison août 1917. E. Reynier, Dessin à la plume, 1942 Tome 1, p. 171-172. Le Queyras TIVOLLIER, Jean, ISNEL, Pierre. Le Queyras (Hautes-Alpes), 2 vol
    Représentations :
    , support : sculptés sur la fenêtre géminée en remploi
    Escaliers :
    escalier intérieur escalier droit en charpente
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Toit :
    bardeau schiste en couverture
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - Fontgillarde - en écart - Cadastre : 1824 F2 468 1971 F2 1479 A 1481
    Remploi :
    remploi provenant de 05,Molines-en-Queyras,Fontgillarde
    Texte libre :
    solaire peint sur la façade). La fuste qui aurait alors été en bois (information orale) a été reconstruite en maçonnerie, le caset surélevé, et les trois éléments traditionnels fuste, court et caset dont les bâtiment enterré construit en appentis contre la façade (il s'agissait sans doute d'une cave) a été supprimé. Lors de ces transformations, une fenêtre géminée provenant d'une construction voisine en ruines a en logements. DESCRIPTION Situation A l'extrémité est du village, au bord du chemin principal. Façade au sud. Devant le caset s'étend un petit jardin, potager en 1917, d'agrément actuellement . Composition d'ensemble Sur le dessin à la plume représentant la maison en 1917, celle-ci apparaît semblable -chaussée est construit en maçonnerie et est couvert d'un plafond en planches sur poutres et solives mélèze, l'une verticale, l'autre horizontale, réunis par des clous en fer forgé placés aux angles des en planches. ANNEXES Liste des inscriptions relevées sur la maison : OMNES FERIUNT ULTIMA NECAT
    Illustration :
    Fontgillarde en Queyras. Notre vieille maison août 1917. IVR93_19800600008XB
  • Fermes
    Fermes Molines-en-Queyras
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Toit :
    schiste en couverture
    Localisation :
    Molines-en-Queyras
    Illustration :
    Pierregrosse, la rue principale.Vue prise d'est en ouest devant la parcelle 808 Pierregrosse, la rue principale. Vue prise d'est en ouest. IVR93_19930500740ZA Pierregrosse, la rue principale. Vue prise d'ouest en est devant la parcelle 822 Pierregrosse, la rue principale. Vue prise d'est en ouest devant la parcelle 815 Pierregrosse, parcelle 792. La porte de la court. Le linteau est délardé en accolade Pierregrosse, parcelle 800. Porte de la court. Inscription : Moy B. Blanc en l'an 1781 Pierregrosse, parcelle 779. Le caset. La gouttière en bois est supportée par des corbeaux en pierre
  • Ferme
    Ferme Molines-en-Queyras - Pierre Grosse - 3e ferme - en écart - Cadastre : 1824 C2 940 1971 C2 778
    Escaliers :
    escalier intérieur escalier droit en charpente
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Toit :
    bardeau pierre en couverture tôle ondulée
    Description :
    Le rez-de-chaussée du volume principal abritant l'étable et le logis est en maçonnerie tout comme le caset ; la grange (fuste) est en fûts de mélèze croisés aux angles et assemblés à quart de bois ; la fuste est couverte d'un toit à 2 longs pans autrefois en bardeau, aujourd'hui en tôle ondulée, les galeries de circulation d'un toit en appentis en tôle ondulée, le caset d'un toit à 2 longs pans couvert de lauses ; la fougagne et le peyle sont voûtés d'arêtes, 2 des resserres en berceau, l'étable est plafonnée
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - Pierre Grosse - 3e ferme - en écart - Cadastre : 1824 C2 940 1971 C2 778
    Texte libre :
    DESCRIPTION complémentaire : Rez-de-chaussée du caset : - Fougagne : Actuellement sol en terre battue, mais traces de plancher dans un angle. Cheminée sans piédroits, manteau en bois mouluré, hotte en constitué par l'extrados de la voûte situé en dessous. - Resserre 2 : Plafond constitué par des madriers resserre, pièce noire séparée du fenil par une cloison en planches où se trouvent des râteliers à pain et à battre formée par un solide plancher de mélèze bien jointif, deux coffres à grains sont placés en
    Couvrements :
    voûte en berceau
  • Ferme
    Ferme Molines-en-Queyras - Pierre Grosse - 1ère ferme - en écart - Cadastre : 1824 C2 1026 1971 C2 869
    Escaliers :
    escalier intérieur escalier droit en charpente
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Toit :
    bardeau pierre en couverture tôle ondulée
    Description :
    Le rez-de-chaussée du volume principal abritant l'étable et le logis est en maçonnerie tout comme le caset ; la grange (fuste) est en fûts de mélèze croisés aux angles et assemblés à quart de bois ; la fuste est couverte d'un toit à 2 longs pans en bardeau, les galeries de circulation d'un toit en appentis en bardeau, le caset d'un toit à 2 longs pans autrefois couvert de lauses aujourd'hui en tôle ondulée ; l'étable est voûtée d'arêtes, la cave en berceau ; les galeries de circulation et toutes les corps à balustres en bois tourné ou découpé ; la façade du caset est ordonnancée
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - Pierre Grosse - 1ère ferme - en écart - Cadastre : 1824 C2 1026 1971 C2 869
    Texte libre :
    . Couvrements : Voûtes : blocage. Plafonds : en planches sur poutres et solives apparentes. Divisions : en bois. Structure et distribution intérieure Toutes les pièces du rez-de-chaussée, cuisine, peyle et appelée carotto est voûtée en berceau. Le peyle et la fougagne sont couverts d'un plafond en planches. La partie ouest des premier et deuxième étages est occupée par la grange. Au premier étage se trouvent en outre cinq petites chambres couvertes d'un plafond en bois : la chambre-débarras (1), la chambre des contre les murs nord et sud de la grange. Un seul des balcons comporte une rampe à balustres en bois d'angles. Couverture La grange (fuste) est couverte de bardeaux, le caset (partie d'habitation en maçonnerie) a un toit en appentis couvert de tôle ondulée. La charpente est formée de pannes fixées dans
    Couvrements :
    voûte en berceau
  • Ferme
    Ferme Molines-en-Queyras - la Rua - 2e ferme - en écart - Cadastre : 1824 A1 834 1971 A1 644
    Historique :
    La fenêtre géminée du mur nord du caset comme la porte appareillée en plein-cintre du mur sud
    Référence documentaire :
    Tome 1, p. 162. Le Queyras TIVOLLIER, Jean, ISNEL, Pierre. Le Queyras (Hautes-Alpes), 2 vol
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    Le rez-de-chaussée du volume principal abritant l'étable et le logis est en maçonnerie tout comme le caset ; la grange dite fuste est en fûts de mélèze croisés aux angles et assemblés à quart de bois ; la fuste est couverte d'un toit à 2 longs pans, les galeries de circulation d'un toit en appentis, et
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - la Rua - 2e ferme - en écart - Cadastre : 1824 A1 834 1971 A1 644
    Illustration :
    Mur sud du caset, porte en plein-cintre murée. IVR93_19920501477X
  • Ferme
    Ferme Molines-en-Queyras - la Rua - 1ère ferme - en écart - Cadastre : 1824 A1 800, 801 1971 A1 581, 582
    Escaliers :
    escalier intérieur escalier droit en maçonnerie en charpente
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Toit :
    bardeau pierre en couverture
    Description :
    Le rez-de-chaussée du volume principal abritant l'étable et le logis est en maçonnerie tout comme le caset ; la grange dite fuste est en fûts de mélèze croisés aux angles et assemblés à quart de bois ; la fuste est couverte d'un toit à 2 longs pans en bardeau de mélèze, les galeries de circulation d'un toit en appentis en bardeau, et le caset par un toit à 2 longs pans couvert de lauses ; l'escalier intérieur est en maçonnerie au 1er niveau, en bois dans les étages ; la cave est voûtée en berceau, le reste
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - la Rua - 1ère ferme - en écart - Cadastre : 1824 A1 800, 801 1971 A1 581, 582
    Texte libre :
    DESCRIPTION Situation Au centre du hameau de La Rua, en bordure du chemin principal. Composition : murs en moellons, sol en terre battue plafond en planches sur poutres apparentes supportées par des poteaux de bois placés contre les murs. Premier étage : murs en pan-de-bois rempli de torchis. Cloison en empilage de fûts de mélèze croisés aux angles et plafonds en planches sur solives apparentes planches de sciage brut pour l'establotte d. La court : sol : terre battue galerie : en planches escalier extérieur en pierre du rez-de-chaussée au premier ; en bois du premier au curro. Structure et , par une coursière en bois. Couverture Fuste : toit à deux longs pans. Pannes fixées dans l'empilage de fûts de mélèze. Couverture en bardeaux. Caset : toit à deux longs pans. Fermes triangulées. Couverture en dalles de schiste appelées lauzes. Remise : toit en appentis. Couverture en bardeaux. Court
    Couvrements :
    voûte en berceau
    Illustration :
    Galerie de la fuste. Vue prise de l'intérieur vers la clôture en planches du pignon sud La fuste. Cloison intérieure en empilage. Détail d'assemblage. IVR93_19720500184X
  • Ferme
    Ferme Molines-en-Queyras - Pierre Grosse - 2e ferme - en écart - Cadastre : 1824 C2 987, 988 1971 C2 810
    Escaliers :
    escalier intérieur escalier droit en charpente
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    Le rez-de-chaussée du volume principal abritant l'étable et le logis est en maçonnerie tout comme le caset ; la grange (fuste) est en fûts de mélèze croisés aux angles et assemblés à quart de bois ; la fuste est couverte d'un toit à 2 longs pans, les galeries de circulation et le caset d'un toit en
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - Pierre Grosse - 2e ferme - en écart - Cadastre : 1824 C2 987, 988 1971 C2 810
  • Fermes
    Fermes
    Historique :
    bombardés en 1944, fermes reconstruites au titre des dommages de guerre au milieu du 20e siècle
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Toit :
    pierre en couverture
    Typologies :
    , IIIC : maison en 3 modules juxtaposés : logis étable grange, galeries de circulation, caset
    Texte libre :
    encore autorité et qui traitait de l'habitat de l'ensemble du Queyras en insistant sur sa diversité. De en 1971, seules trois des sept communes qui constituent le canton d'Aiguilles et donc le Queyras communes. Les enquêtes du Service régional de l' Inventaire dans le Queyras furent reprises en 1986 dans le , borderies », hommages au dauphin des habitants du Queyras, révision de feux, en particulier celles de 1383 aggloméré en villages et gros hameaux En Queyras, l'agglomération est la règle. On ne rencontre pas dans venaient estiver. 3. Les matériaux et leur mise en œuvre a. Les murs Toutes les maisons du Queyras le Queyras est surtout connu pour ses grandes fustes, encore particulièrement nombreuses à Molines et bien conservée en Queyras, n' est pas typique de cette vallée. Jusqu'au XVIIIe siècle, elle était voisines. En Queyras, où les forêts étaient protégées d'une part par la combe du Guil où le flottage était totalement abandonnée qu'en 1965. III. NOTE DE SYNTHÈSE Les modèles : L'ensemble du Queyras s' apparente à la
    Illustration :
    Molines-en-Queyras, Pierregrosse, parcelle 869. Vue prise du sud-est. IVR93_19930501235XA . 33-35. Façade sud, vue prise en 1953]. IVR93_19720500507XB Ristolas, Les Maisons Neuves. Devant la façade de cette ferme en ruines, s'étendait une cour close Arvieux, La Ville. Parcelle 45. En façade sud, la loggia supportée par des poteaux de bois à Arvieux, Villargaudin. Parcelle 629. Le sol de la court en pavés de mélèze. IVR93_19930501986X
  • ferme
    ferme Guillestre - Première Grand Rue rue des Pénitents - en ville - Cadastre : 1830 E4 1108, 1109, 1112, 1114 2001 AA 129
    Historique :
    Ferme construite dans la vieille ville probablement au 16e siècle si l'on s'en réfère au style des sculptures de l'un des chapiteaux de l'étable. Les façades ont été repercées au 19e siècle. En 1830 deux
    Représentations :
    Sur le chapiteau de la colonne ouest de l'étable : quatre têtes humaines en fort relief occupent les angles ; deux fleurs de lys et deux rosaces du Queyras ornent les faces.
    Escaliers :
    escalier intérieur escalier droit en maçonnerie escalier intérieur escalier tournant en maçonnerie
    Description :
    Parcelle en équerre possédant une façade au nord sur la Première Grand'Rue et une autre à l'est sur comprend la porte du logis qui donne sur un escalier droit en bois (conduisant à la cuisine), sept fenêtres ordonnancées, deux ouvertures fenières dans le comble et une petite porte en étage de soubassement qui ouvre sur une cave voûtée en berceau. Un enduit peint en faux appareil agrémente les encadrements des baies une porte donnant dans un couloir qui conduit à la cuisine en traversant une pièce de réserve, en rez mesure 148 cm de haut, l'autre, au chapiteau simplement épannelé mesure 135 cm (base en partie enfouie ). Traces de coffrage sur les murs et les voûtes en galets. Un râtelier est conservé contre le mur sud. De façade sur cour est percée de deux fenêtres à l'étage. Les seuils sont tous précédés de degrés en pierre
    Localisation :
    Guillestre - Première Grand Rue rue des Pénitents - en ville - Cadastre : 1830 E4 1108, 1109
    Illustration :
    Vue générale de l'étable, en étage de soubassement. IVR93_20000500238X
  • fermes
    fermes La Roche-de-Rame
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Illustration :
    Noter la dispersion en hameaux peu éloignés les uns des autres. IVR93_19830501474X Les Bonnaffés. Parcelle 647. Le "montau" a été refait en maçonnerie. IVR93_19830501491X Géro. Parcelle 295. Tourelle en demi hors-oeuvre. IVR93_19830501596X Les Gillis. Parcelle 1433. La porte de la grange, à laquelle on accède par un escalier en bois Les Queyras. Parcelle 896. Vue de volume prise du sud-ouest. IVR93_19830501632ZA Les Queyras. Parcelle 950. Pignon est. Détail de la maçonnerie. IVR93_19830501510X Les Queyras. Parcelle 950. Pignon est, détail de la maçonnerie. IVR93_19830501634ZA Les Queyras. Parcelle 952. Façade sud. Noter la date 1890 dans la ferronnerie du balcon du premier Les Queyras. Parcelle 957. Façade sud. Maison à façade peinte sans relief et logis au rez-de Les Queyras. Parcelle 968. Pignon est. Maison à façade peinte et logis au rez-de-chaussée
  • Fermes
    Fermes Saint-Véran
    Référence documentaire :
    principale en aval de l'église]. Carte postale ancienne. StVéran. Type d'habitation du haut Queyras. [Le taurier. Vue intérieure. Les vaches semblent avoir Saint-Véran (Hautes-Alpes, 2040 m). Type d'habitation du Haut-Queyras. [Le taurier. Vue réinterprétées par le dessinateur.] / Saint-Véran (Hautes-Alpes, 2040 m). Type d'habitation du Haut-Queyras. [Le
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Toit :
    schiste en couverture
    Illustration :
    principale en aval de l'église]. IVR93_19930502128XB StVéran. Type d'habitation du haut Queyras. [Le taurier. Vue intérieure. Les vaches semblent avoir Saint-Véran (Hautes-Alpes, 2040 m). Type d'habitation du Haut-Queyras. [Le taurier. Vue intérieure Saint-Véran. Parcelle 442. Les balcons en encorbellement, détail de l'angle sud-est Saint-Véran. Parcelle 172. Vue prise de l'est. La grange en maçonnerie percée de jours Saint-Véran. Parcelle 492. Façade nord. Gouttière en mélèze sur corbeaux en pierre Saint-Véran. Parcelle 169. Mur nord du caset, avec gouttière en mélèze sur corbeaux de pierre Toiture en lauze. IVR93_19930500931XA
  • Ferme
    Ferme Saint-Véran - la Chalp - 2e ferme - en écart - Cadastre : 1824 A 99, 100 1971 A 197, 198
    Escaliers :
    escalier intérieur escalier droit en charpente
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Toit :
    bardeau pierre en couverture tôle ondulée
    Description :
    Le rez-de-chaussée du volume principal abritant l'étable et le logis est en maçonnerie tout comme le caset ; la grange dite fuste est en fûts de mélèze croisés aux angles et assemblés à quart de bois ; la fuste est couverte d'un toit à 2 longs pans, les galeries de circulation et le caset d'un toit en appentis ; autrefois en bardeau et en lause, les couvertures sont aujourd'hui en tôle ondulée ; le rez-de -chaussée du caset est voûté d'arêtes, la cave en berceau
    Localisation :
    Saint-Véran - la Chalp - 2e ferme - en écart - Cadastre : 1824 A 99, 100 1971 A 197, 198
    Texte libre :
    DESCRIPTION complémentaire Le long des murs en soubassement, le plafond en planches de l'étable est solives du plafond de pourrir dans le mur enterré est fréquent dans le Queyras. Vers 1920-1930, cette . Entre la chambre-resserre et la cave voûtée en berceau partiellement enterrée est percé un petit jour
    Couvrements :
    voûte en berceau
    Illustration :
    Façade sur rue. Mur en empilage de fûts de mélèze avec tirant extérieur entre deux poutres
  • fermes
    fermes Névache
    Description :
    agglomérations ; il n'y a pas d'îlots de type urbain comme on en trouve dans la basse vallée (les Alberts, le -chaussée sont voûtés, d'arêtes ou en berceau, à l'aide de coffrages parfois récupérables et ayant servi d'arêtes est réservée aux cuisines et aux pièces d'habitation en général car elle permet de placer des briançonnais. Les parties construites en bois utilisent toujours la technique de l'empilage de rondins pignons ; les uns ou les autres sont parfois en encorbellement. Cette technique est appelée chapila . Quelques très rares maisons ont des cloisons de pignons en pan de bois avec un remplissage. D'une manière couronne le corps de logis et parfois déborde en encorbellement sur une façade ; elle comporte plusieurs
    Texte libre :
    . C'est pourquoi il nous a paru intéressant d'en faire deux études distinctes comprenant chacune : - une L'habitat permanent occupe la cuvette centrale de la vallée de la Clarée, en aval du verrou de Lacou, selon groupe du "Château" et de Ville-Haute. L'habitat est dispersé en hameaux, mais il n'y a pas émiettement urbain comme on en trouve dans la basse vallée (les Alberts, le Fontenil). L'orientation est bien sûr une orientation différente. Matériaux et leur mise en œuvre L'habitat permanent se caractérise par un soubassement à l'ensemble est construit en moellons de tuf noyés dans un mortier épais de chaux et de sable diverses, proches vraisemblablement. Tous les rez-de-chaussée sont voûtés, d'arêtes ou en berceau, à l'aide des dimensions permettrait de vérifier ce renseignement. En général la forme des voûtes n'est pas d'habitation en général, car elle permet de placer des meubles à peu près partout et aux étables où une et parfois deux colonnes en pierre de taille portent les retombées centrales. Ces colonnes, fréquentes dans
    Illustration :
    Fontcouverte. Chalet d'alpage parcelle 2483. Pignon ouest en chapila. IVR93_19730500086X Fontcouverte. Chalet d'alpage parcelle 2491. Vue d'ensemble. Type séparé. Etable et grange en Lacha. Chalet d'alpage parcelle 231. Vue d'ensemble d'un chalet de type groupé en aval de la route Montagne de Lacha. Chalets d'alpage parcelles 2610-2611. Vue d'ensemble prise du sud. Habitation en Le Queyrelin. Chalet d'alpage parcelle 4165. Pignon ouest. Grange de chapila. Etable en pierre . Habitation en pierre accolée au sud. IVR93_19730500076X Ricou. Chalet d'alpage parcelle 1093. Ensemble d'une construction en ruine. IVR93_19730500043X Vallée Etroite. Chalets des Granges. Chalet d'alpage parcelle 45. Pierre gravée 1834/AB en marbre Vallée Etroite. Chalets des Granges. Chalet d'alpage en ruine à l'ouest de la parcelle 52. Façade Vallée Etroite. Chalets des Granges. Chalet d'alpage en ruine à l'ouest de la parcelle 52. Cuisine
  • fermes
    fermes
    Référence documentaire :
    Le Dauphiné. Le pont du Chazelet et la Meije (3987m). [L'ancien pont en bois sur le Ga. A droite le La Meije (3982m) et le village du Chazelet. [L'ancien pont en bois sur le Ga. A droite le sentier Dauphiné. Village du Chazelet et la Meije. [L'ancien pont en bois sur le Ga. A droite le sentier ALLIX, André. L'Oisans au Moyen-Age. Etude de géographie historique en haute montagne d'après des MALLE, Marie-Pascale. Des maisons et des hommes en Haute-Romanche. Inventaire général du Patrimoine BONNIN, B. Quelques éléments sur les maisons rurales en Dauphiné au XVIIIe siècle. Dans Mélanges
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Texte libre :
    , d'ancienne, ou d'indigène, on a souvent tendance à étudier l'architecture rurale régionale en référence à un haute Romanche peut être qualifiée de traditionnelle. Elle n'en est pas pour autant intemporelle. Mais ponctuelles, dont il est difficile de dire si elles sont en place. La grande majorité des chronogrammes , entre les maisons, aucune différence architecturale en fonction de leur date de construction. Il est impossible de distinguer une maison du début du XVIIIe siècle d'une autre édifiée en 1850. Elles sont bâties transporter dehors ou de pièce en pièce. Il faut d'autre part noter que toutes ces maisons sont de taille habitat groupé en villages et étagé sur trois niveaux Comme dans les autres vallées du nord des Hautes -Alpes, les maisons de La Grave et du Villar-d'Arène sont groupées en villages et hameaux . L'agglomération est la règle pour les constructions habitées en permanence comme pour celles qui ne sont occupées d'habitat, dont la fonction initiale, aujourd'hui tombée en désuétude, est difficile à saisir. Certains
    Illustration :
    La Meije (3982m) et le village du Chazelet. [L'ancien pont en bois sur le Ga. A droite le sentier Le Dauphiné. Le pont du Chazelet et la Meije (3987m). [L'ancien pont en bois sur le Ga. A droite le Dauphiné. Village du Chazelet et la Meije. [L'ancien pont en bois sur le Ga. A droite le sentier peints en blanc. IVR93_19810500790X Toit d'ardoise et corniche en tuf au Chazelet : le pignon. IVR93_19810500757X Toit d'ardoise avec corniche en tuf au Chazelet : le mur-gouttereau. IVR93_19810500746X sculptée en relief est datée 1662 ; la seconde, gravée 1880. IVR93_19810500801X Façade de chambre ménagère (aux Hyères) avec niche en tuf pour abriter une statue, nombreuses Valfroide. Pignon est. La croix en pierre blanche est intégrée à la maçonnerie. IVR93_19810501344ZA Une rue en hiver au Chazelet. Près de la porte le brancard utilisé pour sortir le fumier qui est
  • fermes
    fermes Orcières
    Historique :
    Chronogrammes remployés : 1669, 1722, 1728, 1733 ; chronogrammes en place : 1738, 1747, 1762, 1788
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Toit :
    bois en couverture métal en couverture
    Texte libre :
    Queyras. En 1979, les deux tiers des toits sont couverts de tôle et les derniers matériaux traditionnels par son sobriquet. Il s'agit en général d'un nom de personne précédé de "chez" : "chez Jean Bouchard du logis. On en trouve par contre sur les murs eux-mêmes (15 %), sur la poutre faîtière (12 %, mais XIXe siècle entre 1830 et 1880. Ensuite elles s'espacent. Nous n'en avons relevé que 4 ou 5 pour le siècle (croissance démographique et importance de plus en plus grande prise par l'élevage aux dépens de cadastre napoléonien pour s'en convaincre. Il était moins facile d'agrandir les maisons d'Orcières profondément enterrées dans la pente, dont beaucoup ont une façade étroite en mur pignon que les fermes en Serre-Eyraud). Les agrandissements sont généralement construits en maçonnerie, plus rarement en planches -bloc en logis et la construction de dépendances à proximité du bâtiment initial. L'évolution des constructions de style traditionnel depuis 1809 (agrandissements en plan au sol). 1 2 3 4 5 Archinard 10 2 4
    Illustration :
    Les Tourengs, parcelle 505. Façade sud en mur-gouttereau. Au premier plan le logis a des baies encadrées en pierre de taille. IVR93_19790500378X extérieur en bois. IVR93_19790500250X Pont-Peyron. Maison agrandie par la construction d'une étable supplémentaire en appentis Les Veyers. Maison agrandie par un bâtiment d'exploitation en planches construit dans le Montcheny. Clôture de pignon en branchages. IVR93_19790500495X Les Veyers. Parcelle 562. Pignon sud en pan-de-bois, branches entrelacées et maçonnerie percée Les Veyers, parcelle 542. Pignon sud construit en pan-de-bois et cloison de branchages Archinard. Parcelle 409. Pignon arrière en planches et pan-de-bois. IVR93_19790500453X Les Estaris, parcelle 485. Pignon nord en maçonnerie et pan-de-bois, ventilé par une fenêtre et
1