Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • ferme de la reconstruction
    ferme de la reconstruction Villar-Saint-Pancrace - Cochy - en village - Cadastre : 1963 AB 321
    Historique :
    Maison de la reconstruction, en remplacement d'une maison ancienne brûlée à la fin de la 2e Guerre Mondiale. La maison fait partie d'un lotissement créé au nord de l'église paroissiale.
    Précision dénomination :
    maison-ferme de la reconstruction
    Description :
    La maison forme un bloc simple de plan triple en largeur avec un porche dans-oeuvre au centre, de toute la hauteur du bâti. A l'ouest la pente du terrain dégage un étage de soubassement occupé par des caves. L'habitation occupe une petite moitié du volume du rez-de-chaussée et de l'étage, le reste étant accès d'une part au fumier et à la bûchère et de l'autre à l'étable (dont les fonctions sont séparées
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Auteur :
    [architecte] Panaskhet de
    Titre courant :
    ferme de la reconstruction
    Texte libre :
    signature de ces travaux gravés sur la poutre centrale : WARF1980 (vivat Angèle et Raymond Faure Raymond Faure au travail, auteur de ces transformations, est bien en vue dans le séjour à côté de la HISTORIQUE La maison a été construite pour Mme veuve Jeanne Jévodan par le Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme dans un lotissement nouveau en remplacement d'une maison ancienne brûlée à la fin de la 2e guerre mondiale. Ce sont les architectes Georges Languin, Paul Roques de Gap avec l'architecte de Panaskhet qui sont les auteurs du projet daté du 1er septembre 1948. Après l'abandon des dans la partie d'exploitation (rez-de-chaussée et partie nord de la grange) occupée par les grands -parents paternels. Le logement d'origine a été modifié (l'étage de soubassement étant occupé par un atelier et une cave), notamment en 1980 avec la création d'une salle de séjour à l'étage et d'une cuisine minuscule, avec une volonté de retour à un aspect ancien et d'identification aux racines locales
    Illustration :
    Maisons du lotissement de la reconstruction. Parcelles 319, 318, 317, 322. Vue de volume prise de Maisons du lotissement de la reconstruction. Parcelles 319, 301, 320, 318. Vue de volume prise de Maisons du lotissement de la reconstruction. Parcelles 322. Vue de volume prise du sud Premier étage. Nouvelle salle de séjour. Vue d'ensemble prise du nord. IVR93_19840500245X Premier étage. Nouvelle salle de séjour. La cheminée. Vue de volume prise du sud-est Premier étage. Nouvelle salle de séjour. La poutre signée. Vue de détail prise du nord-est Premier étage. Nouvelle salle de séjour. Vue partielle prise de l'ouest vers la cuisine et le
  • ferme
    ferme Demandolx - la Silve - en écart - Cadastre : 1983 C 860, 861, 862, 863 ; 1834 C 1738, 1739, 1740
    Historique :
    communauté de Demandolx et servait de pâturage pour le bétail. Elle fut donnée au seigneur de Demandolx en dédommagement de l'avance faite par celui-ci pour la reconstruction du pont sur le Verdon emporté par une crue en 1652. La ferme figure dans le dénombrement fait par Fortuné de Demandolx de ses biens nobles en 1668 et dans tous les inventaires des propriétés seigneuriales ultérieurs jusqu'au delà de la Révolution. En 1821, Jean-Gaspard de Demandolx vendit la propriété au curé Guiraud de Castillon. En 1834, le
    Référence documentaire :
    p. 126 Collier Raymond. Une commune type de Haute-Provence, Demandolx. - Digne : Raymond Collier p. 33 DEMANDOLX, Henri de. La famille des Demandolx. Manuscrit, 1877, 2 vol., 297 p. Collection
    Escaliers :
    escalier de distribution escalier droit en maçonnerie
    Description :
    Ensemble composé de 2 corps de bâtiment de même largeur alignés, le plus grand, à l'est, de 3 niveaux, le plus petit, à l'ouest, de 2 niveaux. La construction, très homogène, porte des marques de qualité, chaînes d'angle et porte charretière en pierre de taille, génoise à deux rangs sous l'avant-toit et à un rang sous les saillies de rive, enduit continu sur les élévations, quelques travées de fenêtres. L'escalier extérieur du logis subsiste au milieu de l'élévation sud, avec ses marches monolithes et son perron couvert de dalles en pierre de taille, sous lequel s'ouvre le passage d'accès à la cave rez-de-chaussée surélevé le logis, à l'étage des chambres et des séchoirs ; le petit bâtiment ouest lampadaire en fonte et tôle émaillée ; une ruche de fabrication locale remployée comme banc devant
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Ruche en remploi comme banc devant la porte de la partie ouest du corps de bâtiment principal Bât d'âne ou de mulet. IVR93_20050400973NUCA Corps de bâtiment ouest. Elévation sud. IVR93_20060400100NUCA Corps de bâtiment est. Elévation sud. Partie ouest. IVR93_20060400101NUCA Corps de bâtiment est. Elévation sud. Partie centrale. IVR93_20060400102NUCA Corps de bâtiment est. Elévation sud. Partie centrale avec escalier du logis. IVR93_20060400103NUCA Corps de bâtiment ouest. Etable. IVR93_20060400104NUCA
  • Fermes
    Fermes Moriez
    Référence documentaire :
    Recensements de la population entre 1820 et 1936. Archives départementales des Alpes-de-Haute GUEYRAUD, Marie-Hélène. Les décors de gypseries dans l'architecture civile des Alpes du sud, 16e -17e siècles. DEA, université de Provence, sous la direction de Jean-Jacques Gloton, 1988. p. 7. LATIL, Robert. Chailan de Moriez. Généalogie sommaire mise à jour. 1980. Non publié, non paginé. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 8 04 396. MARTINEZ, Martine. Autour de Moriez. 2001 des villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol. Clouzot, Etienne. Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun. Diocèse de Riez, dir. Maurice p. 12. COLLIER, Raymond. La Haute-Provence monumentale et artistique. Digne: Imprimerie Louis-Jean
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Texte libre :
    I. LES CONDITIONS DE L’ENQUÊTE Problématique du repérage Ce dossier concerne l’ensemble des fermes de la commune de Moriez : il s’agit de bâtiments avec parties agricoles évidentes juxtaposées , superposées ou disjointes par rapport à la partie logis. Le repérage de l’habitat sur la commune de Moriez a été effectué au cours de l’été 2006. Le support de base de l’étude est représenté par le cadastre napoléonien, réalisé en 1838 sur la commune de Moriez, peut également être mis en parallèle avec profit pour l’objet d’une grille de repérage. Quand cela est possible et pertinent, les intérieurs peuvent également l’évolution structurelle ou intérieure des édifices. La grille de repérage Le repérage a été effectué à l’aide d’une grille de description morphologique propre aux maisons décrivant : - l’implantation par la nature de la couverture et de l’avant-toit - la description des élévations et des baies - les , inscriptions Cette grille de repérage alimente une base de données qui permet une analyse statistique et des
    Illustration :
    Hyèges, route de Moriez, Ferme dite La Grange Loin (1983 A4 866) : vue générale depuis l'est Le Plan, route de Hyèges, ferme (1983 B3 203) : vue générale de la façade nord Les Granges-de-Boichon, fermes (1983 H2 284, 285, 286, 287, 289, 290) : vue générale depuis l'est
1