Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • ensemble fortifié dit organisation défensive de l'Ubaye
    ensemble fortifié dit organisation défensive de l'Ubaye Alpes-de-Haute-Provence
    Historique :
    En 1693, l'Ubaye est occupé par les troupes de Louis XIV, commandées alors par Catinat. Ce dernier s'empresse de l'organiser en fortifications. Le maître d'oeuvre est l'ingénieur Creuzet de Richerand. On installe un premier camp d'occupation près du village de Tournoux. On projette alors des travaux dans différents points de la vallée. L'Ubaye est réoccupée par les Français lors de la guerre de Succession d'Espagne. L'ingénieur Huë de Langrune rétablit en grande partie les retranchements et les redoutes de la campagne précédente. A la paix d'Utrecht, en 1713, la vallée de l'Ubaye est laissée à la France. Au cours du 18e siècle, des ingénieurs, tels que Milet de Manville, Thibergeau, Pierre Bourcet, Heuriance , Vallier de Lapeyrouse, associent leurs noms à la mise en projet de fortifications. En 1836, le général Haxo, inspecteur général du Génie et le grand fortificateur de l'époque, remarque l'arête à 2 kms au sud-est du camp de Tournoux. Les travaux du fort de Tournoux commencent en 1843. Lors de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Référence documentaire :
    Plan du fort de Larche à la tête de la vallée de Barcelonnette. / Dessin, par Guy Creuzet de Richerand, 1693, 37 x 50 cm. Service Historique de la Défense, Vincennes : Fonds du Génie. Dépôt des Plans et profil des tours de l'enceinte de St-Vincent pour servir à leur construction. / Dessin avec rabat, signé Vauabn, le 3 octobre 1700. Service historique de la Défense, Vincennes : Fonds du Plan du village et de la hauteur de Giauzier avec la redoutte et les retranchements autour comme ils estoent la guerre dernière. / Dessin, lavis, 1707, par Hercule Hüe de Langrune (signé Delangrune ). Service Historique de la Défense, Vincennes : Fonds du Génie. Dépôt des fortifications, Tournoux, article Plan des retranchements de Jausiers. 1745 Plan des retranchements de Jausiers. Dessin, par Pierre -joseph Bourcet, 1745. Service historique de la Défense, Vincennes : Fonds du Génie. Dépôt des Camp de Restefond. (Alt. 2. 400 m.) / Carte postale, sd.
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Séré de Rivières Raymond Adolphe [ingénieur militaire] Creuzet de Richerand Guy [ingénieur militaire] Hüe de Langrune Hercule [ingénieur militaire] Le Prestre de Vauban Sébastien
    Localisation :
    Alpes-de-Haute-Provence
    Titre courant :
    ensemble fortifié dit organisation défensive de l'Ubaye
    Carte :
    Organisation défensive de l'Ubaye
    Appellations :
    organisation défensive de l'Ubaye
    Annexe :
    Note d'ensemble sur les ouvrages d'avant-poste (1930-40) (relative aux ouvrages de Larche, des Fourches, du Pra et de Saint-Dalmas) Parallèlement au programme d'ouvrages puissants géré par la C.O.R.F ., ouvrages constituant les piliers d'ossature d'une position de résistance tracée souvent en retrait de la celle de sonnettes avancées, était de surveiller les points de passage les plus dangereux, s'opposer aux idées du général Degoutte, partisan de la fortification légère dispersée. Par économie, leur réalisation ", sous la responsabilité du commandement régional, en accord avec la C.O.R.F., mais sans intervention de celle-ci. Leur nombre fut limité à une trentaine sur l'ensemble de la frontière, pour éviter de cloche blindée, une entrée et une ou deux sorties de secours, le tout greffé sur une infrastructure ressources en eau si possible autonomes et des moyens de chauffage. Tous sont dotés de cuirassements : portes cloches blindées "Saint-Jacques" de modèles distincts de ceux de la C.O.R.F. (sauf les créneaux F.M
    Aires d'études :
    Alpes-de-Haute-Provence
    Texte libre :
    Géographie de l'Ubaye Encagée, à l'est, par la crête principale des Alpes, au sud et au sud-est par la crête Enchastraye-Restefond-Pelat, au nord, par la chaîne du Parpaillon, la vallée de l'Ubaye constitue une région originale à tous points de vue, aux caractéristiques bien spécifiques. Le système Ubaye, du col du Longet à Tournoux draine la haute vallée de Maurin, franchit le verrou naturel du défilé du Châtelet, reçoit au passage le Riou Mounal menant au col de Vars et, de là, en Queyras. Après avoir franchi les gorges étroites du Pas de la Reyssole, la rivière défile au pied des pentes de Trois Evêques, descend par le vallon du Lauzanier, dessert, au passage, l'important col de Larche, avant de se jeter dans l'Ubaye sans rencontrer d'obstacle notable sur son bref parcours, hormis le défilé de Meyronnes. A partir du confluent, près du village de Gleizolles, l'Ubaye force, ensuite, la barre rocheuse Tête de Vallon Claus-Tête de Siguret, par le défilé de la Condamine (ou Pas de Grégoire) long
    Illustration :
    Plan du fort de Larche à la tête de la vallée de Barcelonnette. 1693 IVR93_19910401286XAB Plans et profil des tours de l'enceinte de St-Vincent pour servir à leur construction. 1700 Plan du village et de la hauteur de Giauzier avec la redoutte et les retranchements autour comme Plan des retranchements de Jausiers. 1745 IVR93_19910401287XAB Camp de Restefond. IVR93_19910400614ZAB Forteresse de Tournoux. IVR93_19920400400XA Batterie de Cuguret. IVR93_19920400399XA Meyronnes. Batterie de Mallemort. IVR93_19910400930ZA Jausiers. Ouvrage de Restefond. IVR93_19920400348XA Saint-Paul-sur-Ubaye. Caserne Pellegrin dite baraquements de l'Ubaye. Bâtiments 001 et 002
  • ensemble fortifié des îles d'Hyères
    ensemble fortifié des îles d'Hyères Hyères
    Historique :
    aux dangers des pirates barbaresques. Ainsi sont édifiés le château de Porquerolles et le Fort du duc de Savoie Emmanuel-Philibert (vers 1580) . Les sources de l'époque font aussi mention de tours Richelieu, à partir des années 1630, lance un programme de fortification des îles d'Hyères. Entre 1634 et 1643 sont construits sept forts, ainsi que des tours, constituant un système de protection du littoral Langoustier un peu comme un réduit, et le point de débarquement possible pour un corps venant à la conquête de l'île. Un dessin perspectif du milieu du 17e siècle figure le fort de Port-Fer, les vestiges de L'Etoile fortifiée, capable de servir de base à des troupes de réserve, d'agir sur la mer et les mouillages, de servir de tête de pont à l'île. Sous Napoléon, de 1794 à 1815, quatorze nouvelles batteries sont créées d'ouvrages : trois tours crénelées et trois corps de garde défensifs. Alors que l'on dote des batteries de réduits de type 1846, certaines sont abandonnées. La batterie des Mèdes est dotée d'une caserne casematée
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Référence documentaire :
    Coste et tour de Gapeau. / Dessin à la plume. Dans : "Description générale et particulière des costes et isles de Provence" / Christophe Tassin, vers 1635, pl. 23. Bibliothèque Méjanes, Aix-en Isle et fort de Langoustier. / Dessin à la plume. Dans : "Description générale et particulière des costes et isles de Provence". / Christophe Tassin, vers 1635, pl. 8. Bibliothèque Méjanes, Aix-en Port Fer. / Dessin, vers 1640. Service Historique de la Défense, Vincennes : Bibliothèque du Génie , Atlas de Louis XIII, T. 2, planche 61. Plan du fort de l'Estissac sur une hauteur au-dessus du chateau dans l'isle de Portecros. / Dessin , 1719, 40 x 27 cm. Service Historique de la Défense, Vincennes : Atlas des Places de Provence, f° 36 Plan de la redoute du Gapeau [...] / Dessin, 1775, 40 x 50 cm. Service Historique de la Défense , Vincennes : Atlas dit de Louis XV. Places du département de Toulon, feuille 8.
    Carte :
    Principales époques de construction. Ensemble fortifié des îles d'Hyères, chronologie.
    Annexe :
    La batterie du Lion (île de Porquerolles) Historique Une première batterie dite de Beaulieu (ce nom épaulement rectiligne - (figure sur l'atlas des batteries de 1822) paraît avoir été construite en 1794, après l'évacuation de la région par les anglais, entre l'ouvrage actuel et le rivage. L'ouvrage actuel a dû être arrière, et en contrebas, un petit bâtiment de servitude (corps de garde et magasin) sans étage. Les -Agathe, réduit de la position et noyau central de l'île.Ultérieurement l'ensellement naturel situé entre le terre-plein de la batterie et le pied du fort Sainte-Agathe sera occupé par les bâtiments de la "caserne de Porquerolles", existant encore aujourd'hui. Après un quart de siècle de mise en sommeil, la situation de l'ouvrage est reprise en 1841 par la "commission mixte d'armement des côtes" qui propose de l'armer avec 2 canons de 30, un obusier de 22 cm et 1 mortier de 32 cm, avec pour réduit un corps de garde défensif n° 3 (pour 20 hommes). Ces propositions sont maintenues par la commission de révision de 1847
    Texte libre :
    Honoré de Bonnefons. La seule différence réside dans la hauteur du rez-de-chaussée, ultérieurement divisé Historique de l'étude L'étude de l'ensemble fortifié des îles d'Hyères a été conduite en deux temps îles, a été réalisée en 1989-1990. La programmation de la thématique sur l'architecture militaire de la une deuxième tranche en 2007-2008, réalisée par Christian Corvisier. elle a couvert les ouvrages de la presqu'île de Giens (Badine, Pradeau), la batterie de Mauvanne à Hyères, les ouvrages de Léoube et Cap Blanc à Bormes-les-Mimosas. En 2018, l'étude du fort de Brégançon reste à mener. Champ des Recherches , introduction à l'étude de 1989-1990 L'étude des ouvrages des îles d’Hyères s’est faite en trois phases : 1 . Visite détaillée des ouvrages et prises de vues photographiques du 9 au 27 octobre 1989. 2. Recherches National de Port Cros. - En ce qui concerne les recherches historiques, les archives de l'Inspection du Génie, au Service Historique de l'Armée de terre, à Vincennes, devaient normalement permettre de
    Illustration :
    Schémas comparatifs des tours de richelieu, d'après les documents anciens. IVR93_20158301341A3YY Canon de 30 ou de 16 cm Tme sur affût de côte en fonte. IVR93_20158301342A4 Obusier de 22 cm modèle 1827. Tme sur affût marin. IVR93_20158301343A4 Canon de 24 cm. Modèle 1876 de côte sur affût G-PC à frein hydraulique. IVR93_20158301344A4 Canon de bord de 164 mm modèle 1893-1896 sur affût de côte M 1923 (sans le masque Coste et tour de Gapeau. Vers 1635. IVR93_20008300086XA Isle et fort de Langoustier. Vers 1635. IVR93_20008300079XA Atlas de Louis XIII. Le fort de l'Etoile. IVR93_19908302003ZA Atlas de Louis XIII. Le fort Sainte-Agathe. IVR93_19908302000ZA Atlas de Louis XIII. Le fort du Grand Langoustier. IVR93_19908302002ZA
1