Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 244 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • église paroissiale Saint-Jacques-le-Majeur
    église paroissiale Saint-Jacques-le-Majeur Saint-Chaffrey - Chantemerle - en écart - Cadastre : 1809 B2 1563 1982 AB 155
    Historique :
    clocher après un deuxième incendie en 1779. Le toit est recouvert d'ardoise en 1838. La sacristie est
    Titre courant :
    église paroissiale Saint-Jacques-le-Majeur
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Vocables :
    Saint-Jacques-le-Majeur
    Illustration :
    Façade sud : le portail. IVR93_19830501238X Nef, vue intérieure prise depuis le choeur. IVR93_19830501243X
  • Église paroissiale Notre-Dame-de-Vauvert
    Église paroissiale Notre-Dame-de-Vauvert La Palud-sur-Verdon - place de l' Eglise - en village - Cadastre : 2014 C1 281 Église 2014 C1 280 Cimetière 1835 C1 292 Église 1835 C1 291 Cimetière
    Historique :
    -Vauvert dépend du chapitre cathédral de Riez depuis le 12e siècle et ce jusqu'à sa suppression, en 1801 . Son clocher érigé au 11e siècle fut remanié dès le 12e siècle. Une chapelle seigneuriale aux armoiries
    Référence documentaire :
    La Palud. Vue générale [depuis le nord]. / Carte postale. Archives départementales des Alpes-de En avion au-dessus de... La Palud-sur-Verdon (Basses-Alpes), l'église [vue depuis le sud-est
    Précisions sur la protection :
    La protection concerne le clocher.
    Représentations :
    Sur le tympan plein de la porte d'entrée est gravée l'inscription :" NOSTRA DOMINA DE VALLE VIRIDI
    Texte libre :
    Historique détaillé Les premières mentions de l'église de La Palud sous le vocable Sainte-Marie . Mentionnée également dans les pouillés de 1274 et 1351, l'église, actuellement sous le vocable Notre-Dame-de siècle. Le clocher de l'église paroissiale Notre-Dame-de-Vauvert s'apparente à celui de l'église voisine siècle avec un petit appareil cubique et des bandes lombardes retombant sur des pilastres. Le clocher de la Palud paraît avoir été remanié dès le 12e siècle (couronnement repris en tuf). Il est pourvu d'un campanile au 19e siècle et, plus récemment, sa toiture a été refaite en 1983. Au travers le questionnaire sur l'état des paroisses du milieu du 19e siècle, le curé de la Palud rapporte que, lors des guerres (hormis le clocher) et donc reconstruite au terme des affrontements. Asseyant ce propos, une visite pastorale de 1580 relate l'absolue nécessité de réparer le toit "affin que ne pleuve dedans". L'actuelle également du 17e siècle. En effet, le testament d'Elzéar Demandolx, rapporté par son descendant, le marquis
    Illustration :
    Plan de masse d'après le plan cadastral de La Palud-sur-Verdon, 1835, feuille C1, 1/1250 Plan de masse d'après le plan cadastral de La Palud-sur-Verdon, 2014, feuille C1, 1/1000 La Palud. Vue générale [depuis le nord]. IVR93_20140401216NUC1A En avion au-dessus de... La Palud-sur-Verdon (Basses-Alpes), l'église [vue depuis le sud-est Vue de situation depuis le sud. IVR93_20140400830NUC2A Vue extérieure d'ensemble depuis le nord ouest. IVR93_20140400815NUC1A Vue extérieure d'ensemble depuis le sud ouest. IVR93_20140400831NUC2A Vue intérieure de la nef vers le choeur IVR93_20150400002NUC2A
  • église paroissiale Saint-Louis
    église paroissiale Saint-Louis Mont-Dauphin - en village - Cadastre : 1831 7 1981 AA 92
    Historique :
    creusées entre 1697 et 1699 et la première pierre bénie le 20 juillet 1700, quelques mois avant la visite de Vauban qui approuve les dispositions du projet. L'église est consacrée le 2 janvier 1706 dans un , l'église est rendue au culte en 1803. A cette date, le choeur et le transept dévolus au culte sont sont confiés au maçon Paul Agnel en 1807. Le clocher est réparé une première fois en 1836, à la suite clocher. Dès 1844, la commune envisage d'agrandir l'église. Un devis est fourni qui prévoit le remplacer celle installée dans la chapelle des pénitents. Le service du Génie est à l'origine d'un autre projet daté 1852. En 1859 le toit de la sacristie, les planchers du clocher et les châssis des fenêtres
    Référence documentaire :
    qui a détruit le beffroi (4 septembre 1836) ; extrait du registre des délibérations du conseil pour réparer la sacristie en partie détruite à la suite d'un incendie intervenu le 17 août 1871 (6
    Description :
    chapiteaux moulurés. Le volume intérieur est éclairé par quatre hautes fenêtres en plein-cintre. Il est fermé pan en bardeaux et le clocher d'un toit en pavillon.
    Auteur :
    [architecte] Le Prestre de Vauban Sébastien
    Texte libre :
    fut bénie le 20 Juillet 1700 par l'aumônier de la place-forte, quelques mois avant la seconde visite fut consacrée le 2 janvier 1706, probablement sous une forme très proche de son aspect actuel : le systématiquement affectés en priorité aux ouvrages strictement militaires, à Montdauphin puis à Briançon ; le site perdit progressivement l'intérêt stratégique qui l'avait fait naître, et le très faible accroissement de est rendu au culte, et devient propriété de la commune : le Génie, qui gardera la haute main sur tous du clocher (A.D. 05 : 2 O 1340). Le 4 septembre 1848, Joseph Bouffier, entrepreneur des travaux clocher actuel de l'église pour mettre la cloche à l'abri». Dès 1838, le conseil de Fabrique attirait , depuis le règne de Louis XIV, « le manque d'entretien de la charpente provisoire qui abritait l'intérieur du clocher a été cause que le toit s'est écroulé, il y a environ douze ans sans que les revenus de la -dire le chœur, la sacristie et le clocher appartiennent à la commune (A.D. 05 : 2 O 1340). En 1853
    Illustration :
    Le chevet : côté nord. IVR93_19860501678X
  • église paroissiale Saint-Chaffrey, Saint-Théoffrey
    église paroissiale Saint-Chaffrey, Saint-Théoffrey Château-Ville-Vieille - Montbardon - en écart - Cadastre : 1827 G3 813 1976 S3 585
    Historique :
    reconstruite en 1628, selon d'autres en 1682. Le clocher aurait été construit en 1731. La chapelle, très éloignée de l'église paroissiale du Veyer, aurait été dès le 17e siècle entourée d'un cimetière et aurait
    Référence documentaire :
    Tome 2, p. 361. Le Queyras TIVOLLIER, Jean, ISNEL, Pierre. Le Queyras (Hautes-Alpes), 2 vol
    Description :
    La chapelle est mitoyenne de la fruitière et du fournil dont le comble était aménagé en presbytère ; le pignon sud-est bardé de planches ; la nef est constituée par une travée voûtée d'arêtes, le choeur
    Typologies :
    clocher mur à une baie indépendant contre le mur sud
    Texte libre :
    elle était ruinée. Selon le chanoine Jacques (T. I, p. 4), la chapelle a été reconstruite en 1628 ; selon J. Tivollier et P. Isnel (T. ll, p. 361), la nouvelle église a été bénie en 1682 par le curé du , le curé du château, Sylvestre, fit construire le clocher et placer la cloche. Bien que Montbardon distingue du groupe que par sa position en pignon sur rue et par son clocher élevé sur le côté sud rectangulaires ébrasées ouvertes au sud de la deuxième voûte d'arêtes et au troisième pan du chevet. Le clocher portaient un même décor qui a été badigeonné. Sur le côté gauche de la deuxième travée, fausse fenêtre peinte de façon rudimentaire. Des impostes moulurées couronnent les piliers adossés ; dans le quartier caché par le badigeon. Le chœur liturgique occupe les deux tiers de l'ensemble (deuxième travée et d'autre ; maître-autel sous le deuxième doubleau ; entre l'autel et le chevet, on a aménagé une sacristie
    Illustration :
    L'église, la fruitière et le four à pain. IVR93_19930501228XA
  • Eglise paroissiale Saint-Hilaire
    Eglise paroissiale Saint-Hilaire Viens - en village - Cadastre : 1812 Q 57 2018 AL 502
    Historique :
    par l’évêque d’Apt. Le prieur a quant à lui la charge des trois « secondaires », c’est-à-dire Saint complexité des remaniements dont il a fait l’objet. La découverte en 1969, sous le maître-autel baroque, d’un comprend le clocher doivent être ajoutées à cette campagne. Si l’observation confirme que le bâtiment roman toutefois sur le contexte des transformations dont l’église a été l’objet au cours de son histoire étude généalogique sur la famille Madon, nous apprend que le capitaine André Madon dans son testament de mobilier, la visite du 10 mai 1686 nous informe néanmoins que « le clocher menaçait ruine nous avons Vachier, maçon et à Jean Saurel, menuisier. Le rapport de visite du 6 brumaire an IV (28 octobre 1795 réparation », ils notent aussi que « le couver de la grande nef a besoin d’être nettoyé y ayant quantité de des diverses confréries se trouvent tous dans l’enceinte de l’édifice et aussi le prie-Dieu de engagées dans la sacristie et le presbytère. Les délibérations du conseil de fabrique insistent aussi sur
    Référence documentaire :
    Il était une fois... Viens TEXIER, Michel. Il était une fois… Viens. Le Pontet, 1996.
    Précisions sur la protection :
    Seul le clocher est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques par arrêté du
    Description :
    monumental, hors les murs d’enceinte du bourg médiéval. L’église, placée sous le vocable de Saint-Hilaire de encorbellement. Le fond de la nef est surmonté d’une tribune ouverte sur le vaisseau dont l’accès se fait par un au-dessus de l’arc triomphal et, dans le chœur, de trois baies en arc brisé à remplage. Le chevet de la chapelle latérale est percé de deux baies de part et d’autre du retable. Sur le pignon oriental un oculus polylobé surmonte la porte d’entrée dont le portail est en arc brisé à colonnettes. Une petite cette salle par un escalier droit hors-œuvre sur le flanc nord de l’église. Cette salle étroite grande baie (aujourd’hui murée) en arc brisé. Le clocher- tour, de plan carré s’élève au niveau de la
    Annexe :
    commune en datte du dix thermidor dernier nous nous serions rendus à l’édifice destiné à y exercer le l’autel St Crépin. La chasse étant posée contre le mur mais qu’il y manque deux barre fer pour soutenir la statue. L’autel du Rosaire est en médiocre état. Le tableau étant très endommagé, y manquant un petit tableau, sur le couronnement dudit autel, le tombeau nous a parû n’être point conforme à l’autel étant en en bon état. Le chœur ainsi que le lutrin est de même. Le grand autel serait de même sy ce n’est qu’il y manque deux anges lesquels soutenant une couronne sur le tabernacle et encore deux autres qui se autres. À cotté de l’évangile il y a une credance sans serrure, y ayant encore dans le sanctuaire deux chasse posée contre le mur laquelle renferme la statue de St Antoine. Ensuitte nous sommes entrés dans sculpture aux portes de la chasse, ensuite ayant ouvert ladite chasse nous avons trouvé quelle renferme le … défunts, et aussi les grapins pour le monument du jeudy saint. Ensuite étant monté à la tribune nous y
    Illustration :
    Coupe transversale EF sur le clocher. IVR93_20188401150NUDA Plan de masse et de situation d'après le cadastre actuel (2018, section AL, parcelle 52 Eglise paroissiale Saint-Hilaire vue depuis le bas du village de Viens IVR93_20198400977NUC2A Façade ouest de l'église paroissiale Saint-Hilaire depuis le sud-est IVR93_20198400978NUC2A Vue de l'église Saint-Hilaire et des vestiges du prieuré depuis le sud IVR93_20198400752NUC2A Nef de l'église Saint-Hilaire vue depuis le choeur IVR93_20198400853NUC2A Nef de l'église Saint-Hilaire vue depuis le choeur IVR93_20198400855NUC2A
  • église paroissiale Notre-Dame-d'Entraigues
    église paroissiale Notre-Dame-d'Entraigues Tartonne - Notre-Dame - isolé - Cadastre : 1837 B 874, 875 1987 ZB4 415, 417
    Historique :
    D'après leur morphologie et leur décor sculpté, la nef et le choeœur paraissent avoir été construits au 13e siècle. Le clocher, version fidèle du modèle alpin dont le prototype est le clocher de la partiellement reconstruite en 1830 et le clocher surélevé d'un étage entre 1863 et 1865, sur un projet de l'abside, une petite sacristie. En 1931, le clocher, lézardé par la foudre, a de nouveau fait l'objet de
    Référence documentaire :
    Le 18 août 1860, le conseil décide la reconstruction du clocher de la paroisse, après avoir consulté le projet dressé par Joseph Chaillan, maître maçon à Barrême. Délibérations du conseil municipal Le 7 janvier 1863, Raymond, architecte dicésain, valide la projet de réparation du clocher dressé Approbation des travaux de reconstruction du clocher de l'église paroissiale de Tartonne par le 5 mai 1868 : le maire de Tartonne demande que la réception des travaux soit confiée à M. Fournier Echange de correspondance entre le maire de Tartonne et le préfet des Basses-Alpes au sujet des estimatif dressé par Joseph Cressy maître-maçon à Tartonne le 9 avril 1891, approuvé par le conseil municipal le 17 mai 1891, approuvé par le préfet des Basses-Alpes le 6 novembre 1891. Devis supplémentaire dressé le 28 décembre 1891 et approuvé par le préfet le 3 mars 1892. Réception des travaux, 25 octobre 1892. Décompte des travaux effectués dressé par l'entrepreneur Roux et l'architecte (sic) Cressy le 2
    Représentations :
    extrémités du cordon qui souligne le cul-de-four de l'abside : volutes affrontées et bouton. Au sommet du cul
    Description :
    au sud d'un clocher-tour. Le chœoeur, entièrement parementé en moyen-appareil, comprend une abside les 2 arcades, murées, qui ouvraient jadis sur 2 autres chapelles latérales. Le clocher ouvre au sud
    Annexe :
    . L’état spirituel de la paroisse est le même que dans notre dernière visite, excepté que le sr Jean-pierre secondaire le sr Pierre Coulet, prêtre d’Hyères ordonné par nous et dont on est content.Les laïques en vint -quatre hameaux ou bastides et le terroir de la Penne n’étoient cy-devant que trois cens vint communians pauvres n’y soufrent point. 2. L’état extérieur de cette église sous le nom de Notre-Dame d’Entraigues encore plus de ruine. Le toit a des pierres trop pesantes et est d’ailleurs trop plat, ce qui cause le séjour des neiges. Le presbytère est comme en 1703. La malpropreté est un peu moindre, mais pour le reste calice, une patenne, un ciboire, un ostensoir, petite boite pour le saint viatique, encensoir et navette , trois lavabos, trois aubes dont la seconde a besoin environ d’une canne de toile par le haut de même que ornemens, une armoire pour le calice mais sans serrure, un cofre, une fenestre trop petite et un tableau de fendue, le sol gâté, la pierre sur la porte est dangereuse, l’œil de bœuf trop petit et rond, la nef fort
    Texte libre :
    Tartonne avant le milieu du XIVe siècle. Encore n'est-on pas bien sûr de l'identité de l'édifice désigné à d'Entraigues ou de l'église Saint-Jean, dont on voit les vestiges sur le site du castrum médiéval ? Un compte , bien doté en terres et peut-être aussi en droits seigneuriaux. Le compte des procurations de 1376 cite l’église sans la taxer, car cette année-là, en raison de la personnalité de son possesseur, le cardinal de dotation fut augmentée le 8 septembre 1503 en faveur de son recteur, Peire Infern. L'autel de saint Blaise au-dessus de l'arc triomphal ou au-dessus de la façade occidentale. Le clocher tour resta longtemps , particulièrement virulentes en Haute-Provence dans les années 1570 et 1580. XVIIe siècle Le 1er octobre 1618, la communauté de Tartonne chargea le maître maçon Pierre Reboul, de Courchon (paroisse absorbée par la commune est rompeu au dheour et couvert d'icelle, excepté le clocher et pinacle". Les termes du prix-fait et réparations des parements extérieurs et de la couverture, pour lesquels le maçon fut autorisé à prendre des
    Illustration :
    Chapelle latérale. Elévation nord. Bas-relief encastré dans le pignon. IVR93_20070400503NUC2A
  • Église paroissiale puis chapelle Saint-Thomas
    Église paroissiale puis chapelle Saint-Thomas Thorame-Basse - Château-Garnier - en écart - Cadastre : 1827 D1 615, 616 2016 D 505, 506
    Référence documentaire :
    l'encre sur papier, par Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778 : Annales de Haute-Provence ; le Haut-Verdon, n°306, 2e trimestre 1988, p. 221-271. hameaux de Saint-Thomas et la Bâtie. [...] L'église paroissiale est sous le titre de saint Thomas, apôtre p. 275. LACROIX, Jean-Bernard. Trésors d'art. Dans : Annales de Haute-Provence ; Le Haut-Verdon, n
    Description :
    trouve quasi à mi-chemin entre le hameau de Châteaugarnier (au nord) et celui de La Bâtie (au sud), sur simple, à nef unique, voûtée d'arêtes à lunettes. Contre le chevet, se trouve la sacristie, voûtée en cul
    Texte libre :
    présence d'un prêtre semble donc être le fait des habitants des deux hameaux, sans autorisation expresse de l'évêque. Cette "commodité" pour le culte est également liée à l'emplacement du cimetière. Dans un questionnaire sur l'état des paroisses, envoyé par l'évêché aux desservants autour de 1840, le curé de la paroisse écrit en effet : "on sait que le cimetière qui se trouve auprès de l'église paroissiale et qui du village". Le premier édifice est donc sans doute une petite chapelle funéraire, ce qui explique construction au 13e siècle et, d'autre part, que les peintures qui ornent le cul-de-four datent (d'origine ou endroits. Le sol mal pavé et fort inégal." D'autres informations complètent la description de la chapelle sous le nom de St Antoine et de St Sebastien qui est dans celle de St Thomas" en 1712, ou encore, en visite de 1745, que l'on enterre les morts dans la chapelle pendant l'hiver (le sol étant gelé à 1768, toujours lors de la visite pastorale il est dit que : "le sanctuaire, le corps de l'église et
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1827 (section D1, parcelles 615 Plan de masse et de situation d'après le cadastre moderne de 2016 (section D, parcelles 505, 506 Vue de situation depuis le sud. IVR93_20130400192NUC2A Vue générale depuis le sud. IVR93_20130400194NUC2A Vue générale depuis le nord. IVR93_20130400195NUC2A Vue générale depuis le nord. IVR93_20130400196NUC2A Vue générale depuis le sud-est, cimetière au premier plan. IVR93_20130400197NUC2A Vue générale depuis le sud-est, cimetière au premier plan. IVR93_20130400198NUC2A Vue générale intérieure vers le choeur. IVR93_20130400199NUC2A
  • églises paroissiales, chapelles
    églises paroissiales, chapelles Le Monêtier-les-Bains
    Localisation :
    Le Monêtier-les-Bains
    Annexe :
    Saint-Antoine choeur au sud ; clocher mur à une baie en façade Le Casset EP Saint-Claude S C : 1716 dp EP en 1828 clocher tour formant porche ; tribune Le Casset Saint-Jacques C : 1662 dp pas de clocher Le Casset ND Compassion S C : 1757 dp choeur à l'est ; clocher mur à une baie Charvet Saint-Antoine -oeuvre ; tribune Le Lautaret Notre-Dame R : 1954 bib. clocher mur 1 baie façade Le Lauzet ND Mont-Carmel Le Lauzet EP Saint-Roch S C : 1778 dp chœur au nord ; clocher mur à une baie Le Lauzet- Prés-Arlaux Saint-Joseph S C : 1862 dp chœur à l'ouest ; clocher mur 1 baie façade Le Mas des Faures Sainte-Anne R Sainte-Elisabeth R : 1952 bib. chœur au nord ; clocher mur à 1 baie en façade Le Puy-du-Cros Saint
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Illustration :
    Le Monêtier-les-Bains, les Boussardes, chapelle Saint-Antoine. IVR93_19910500032ZA Le Monêtier, les Boussardes, chapelle Saint-Antoine : vue générale de l'intérieur Le Monêtier-les-Bains. Le Mas des Faures. Chapelle Sainte-Anne. Vue d'ensemble prise du sud Le Monêtier-les-Bains, le Mas-des-Faures : chapelle Sainte-Anne. Vue générale prise du nord : mur Le Monêtier-les-Bains, Chapelle Sainte-Anne. Vue d'ensemble de la chapelle, prise du nord Le Monêtier-les-Bains, Puy-Jaumar, chapelle Sainte-Elisabeth. Vue prise du nord Le Monêtier-les-Bains, Puy-Jaumar, chapelle Sainte-Elisabeth. Vue générale prise du sud : mur Le Monêtier-les-Bains, Puy-Jaumar, chapelle Sainte-Elisabeth. Détail du clocher Le Monêtier-les-Bains, le Puy-du-Cros. Chapelle Saint-Alexis, vue générale prise de l'est Le Monêtier-les-Bains, les Grangettes : chapelle. IVR93_19810501279ZA
  • église paroissiale Saint-Bonnet
    église paroissiale Saint-Bonnet Saint-Bonnet-en-Champsaur - en village - Cadastre : 1837 D4 1163 1984 D4 709
    Historique :
    La paroisse de Saint-Bonnet est attestée dès le 12e siècle ; l'édifice actuel daterait du 17e couverte d'ardoise ; le porche sud a été reconstruit en 1970.
    Description :
    Le chœur est constitué d'une travée voûtée d'arêtes et d'une abside outrepassée couverte d'une du transept et le collatéral sud sont voûtes en berceau
    Précision localisation :
    commune inventoriée sous le nom Saint-Bonnet
    Texte libre :
    HISTORIQUE La paroisse de Saint-Bonnet est attestée dès le XIIe siècle. En 1516 une chapelle Saint même temps que le village (Abbé Ranguis, p. 90). Avant 1708 une chapelle Saint-Hippolyte est fondée XVIIIe et XIXe siècles le collatéral sud aurait été réservé aux pénitents et séparé par une grille du village. Isolée, elle est entourée de rues sur toutes ses faces, en contrebas sur tout le côté nord secondaires du transept, de la sacristie et du collatéral sud ; le clocher, au sud, est la seule ligne les deux bras du transept et sur le chœur. Une porte axiale ouvre à l'0uest de la première travée nord et de la travée droite du chœur. - Une sacristie commandée par cette chapelle et bordant le côté nord du chœur. - Le clocher, de plan carré, symétrique de la chapelle nord : tour carrée comportant un s'effectue depuis la travée droite du chœur et une série d'échelles. Le clocher porte à l'ouest une fenêtre , le bras du transept est précédé d'un vestibule récent par lequel on accède aux combles. - Sous la
    Illustration :
    Vue de la nef vers le choeur. IVR93_19860502516X
  • chapelle Saint-Esprit, Saint-Antoine, église paroissiale de pénitents
    chapelle Saint-Esprit, Saint-Antoine, église paroissiale de pénitents Le Monêtier-les-Bains - les Guibertes - en écart - Cadastre : 1970 AR 193
    Historique :
    composite. L'avant chœur, le chœur et le clocher présentent une certaine unité de proportions et sont plus petit et donc insuffisant, réalisée probablement en 1776, date inscrite sur le tirant de la tribune. La façade a été reprise en 1847 (date portée) . Le hameau a été érigé en paroisse en 1836.
    Description :
    pendentifs entre deux berceaux transversaux. Un sous-sol s'étend sous l'ensemble, l'accès se faisant par le presbytère situé dans le prolongement est du choeur. Escalier en vis en charpente desservant l'étage du presbytère, échelles desservant le haut du clocher. Le clocher est couvert d'un toit à l'impériale sommé d'un
    Localisation :
    Le Monêtier-les-Bains - les Guibertes - en écart - Cadastre : 1970 AR 193
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Texte libre :
    autres constructions. Composition d'ensemble Elle constitue une masse composite faite de redans. Le le torrent. Cordons en tuf. Voûtes et coupole plâtrées. Les arêtes des voûtes sont accentuées , dont le plan rectangulaire se développe en largeur, dépassant la partie précédente, éclairé par deux fenêtres étroites ébrasées. Le couvrement est constitué d'une coupole octogonale sur pendentifs plats entre avant-chœur et l'arc séparant ce dernier du chœur sont renforcés par des tirants de bois ; le dernier a , les cloches. L'accès au rez-de-chaussée se fait depuis le chœur. - Un espace de transition entre le chœur et la cure, servant d'accès, depuis la façade nord et le chœur, aux échelles du clocher par deux échelles de meunier successives, et depuis le rez-de-chaussée de la cure, à l'étage de celle-ci par un , successivement, à l'espace de transition entre le chœur et la cure, le chœur, le clocher, l’avant-chœur et la nef plein-cintre a une imposte en fer forgé rayonnante ornée d'une fleur de lys au centre. - Le clocher
    Illustration :
    Tribune : vue de volume prise vers le siège du prieur. IVR93_19870500002ZA Le choeur. IVR93_19870500073ZA
  • chapelle Saint-Fabien, Saint-Sébastien, église paroissiale
    chapelle Saint-Fabien, Saint-Sébastien, église paroissiale La Salle-les-Alpes - le Bez - en écart - Cadastre : 1827 E5 1504 1962 AN 67
    Historique :
    Ancien oratoire des francs archers, sous le vocable des saints Fabien et Sébastien, la chapelle 1703. Le Bez devient paroisse en 1826. La flèche du clocher, offerte par la famille Borel, date de 1898.
    Référence documentaire :
    , Le Bez, Chantemerle et Saint-Chaffrey. Gap : Imprimerie Louis-Jean, 1972, 87 p.
    Description :
    Choeur à chevet plat voûté en berceau plein cintre, nef voûtée en berceau brisé. Le linteau du
    Localisation :
    La Salle-les-Alpes - le Bez - en écart - Cadastre : 1827 E5 1504 1962 AN 67
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Illustration :
    Le clocher. IVR93_19830500352X La nef prise depuis le choeur. IVR93_19830500908X
  • prieuré Notre-Dame-de-l'Assomption, église paroissiale
    prieuré Notre-Dame-de-l'Assomption, église paroissiale Le Monêtier-les-Bains - en village - Cadastre : 1817 J1 766 1970 AB 451
    Historique :
    Le premier établissement ecclésiastique aurait été fondé au 9e siècle par l'abbaye de la Novalèse pour héberger les voyageurs passant le col du Lautaret. Entre le 10e et le début du 14e siècle, la Jean Baile, archevêque d'Embrun dont les armes figurent sur la clé de la deuxième travée de la nef. Le clocher, détruit en 1587 pendant le prise de Monêtier par le gouverneur de Briançon, est reconstruit en
    Référence documentaire :
    P. 213-221. GUILLEMOT, Françoise. Le Monêtier. Dans Congrès Archéologique de France, 1972
    Localisation :
    Le Monêtier-les-Bains - en village - Cadastre : 1817 J1 766 1970 AB 451
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Texte libre :
    HISTORIQUE Désigné sous les termes d'Aquislevas (les eaux courantes) dans le testament d'Abbon (739 ), le futur Monêtier devient alors la propriété de l'abbaye de la Novalèse (ou versant sud du Mont Cenis en Gaule. Dès le premier tiers du IXe siècle, l'abbé Ebrade, originaire d'Ambel (Isère), envoie des moines fonder un établissement où pourraient être hébergés les voyageurs affrontant le Lautaret d'où le , l'empereur Conrad le Salique confirme à l'abbé de Bréma et à ses successeurs la propriété de tous les biens Cluny est nommé abbé de Bréma, mais peu après 1031 ce même abbé donne le monastère de Bréma en bénéfice personne d'autre, avez le droit de patronage», d'un prieuré simple qui restera soumis à celui de Romette . D'après ce document, le service divin n'était alors assuré au Monêtier que par un recteur et son vicaire . Dès lors, le prieuré se maintiendra jusqu'à la Révolution suivant le sort de Romette. Par une bulle du 1er mai 1366, Urbain V (moine profès puis abbé de Saint-Victor de Marseille) unit à Saint-Victor le
    Illustration :
    Nef : vue axiale prise vers le choeur depuis la tribune. IVR93_19860501375X
  • chapelle Saint-Claude, église paroissiale
    chapelle Saint-Claude, église paroissiale Le Monêtier-les-Bains - le Casset - en écart - Cadastre : 1819 E3 1051 1970 E3 1213
    Description :
    sacristie. Un escalier tournant pratiqué dans le mur sud du choeur donne accès à la tribune, un autre escalier, droit, conduit également à la tribune depuis le rez-de-chaussée du clocher-porche. La partie
    Localisation :
    Le Monêtier-les-Bains - le Casset - en écart - Cadastre : 1819 E3 1051 1970 E3 1213
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Texte libre :
    . Composition d'ensemble L'édifice paraît homogène. Seule la sacristie est saillante au sud-est contre le chevet ; le clocher s'élance dans l'axe de la nef et sert d'entrée . Matériaux Maçonneries tout venant enduite d'un crépi jeté, en cours de réfection sur le clocher. Pierre de . L'ensemble est éclairé par quatre fenêtres segmentaires percées dans le mur sud, deux sous la tribune, deux au-dessus. L'accès se fait dans l'axe de la nef, depuis le rez-de-chaussée du clocher. Une ancienne travée droite voûtée d'ogives avec une clé portant le monogramme IHS et une abside en cul-de-four à voûte -œuvre, adossée au sud du chœur, voûtée d'arêtes - un escalier d'accès à la tribune dont le départ épaississement du mur, il aboutit à une avancée de la tribune placée contre le mur sud de la nef.A mi-volée une porte ouvre sur le comble de la sacristie d'où un départ d'escalier en vis donne accès au comble du chœur. Le clocher de plan carré sert d'entrée à l'église. Un escalier droit de 13 marches conduit à la
    Illustration :
    Vue intérieure de la nef, depuis le choeur. IVR93_19930501982X
  • église paroissiale Saint-Roch
    église paroissiale Saint-Roch Le Monêtier-les-Bains - le Lauzet - en écart - Cadastre : 1819 C2 451 1970 C2 659
    Localisation :
    Le Monêtier-les-Bains - le Lauzet - en écart - Cadastre : 1819 C2 451 1970 C2 659
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Texte libre :
    DESCRIPTION Situation L'église s'élève en bordure du village, sur la rive de la Guisane. Le cimetière borde le chevet et le côté droit de la nef. Composition Édifice compact que signale le clocher . Structure L'édifice orienté au nord-ouest se compose d'un clocher de plan carré dont le rez-de-chaussée sert travée de nef ; une à gauche, murée à la première travée de la nef ; deux dans le chœur (celle de gauche au côté droit de la quatrième travée. Le clocher se compose d'une tour carrée accessible depuis la en ardoise à deux versants portée par sept fermes. Toit à quatre pentes sur le clocher
    Illustration :
    Vue intérieure, prise vers le choeur. IVR93_19890500796X
  • église paroissiale Sainte-Agathe, chapelle
    église paroissiale Sainte-Agathe, chapelle Le Monêtier-les-Bains - le Freyssinet - en écart - Cadastre : 1817 N3 695, 696 1982 AK 86, 88
    Historique :
    avait détruit le clocher, les murs et les voûtes. Une des cloches porte la date 1772.
    Localisation :
    Le Monêtier-les-Bains - le Freyssinet - en écart - Cadastre : 1817 N3 695, 696 1982 AK 86, 88
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Texte libre :
    orienté, chevet tourné vers le nord-est. Porte d'entrée au sud-ouest, sur une petite place qui sépare , crépi rustique blanc de confection récente (1986) ; sol en planches ; toit recouvert de tôles. Le . - un clocher-tour carré de 4 étages, appuyé contre le mur sud-est de la 2e travée de la nef. - une sacristie appuyée contre le même mur sud-est du vaisseau et composée de deux pièces en enfilade voûtées d'arêtes. Élévations extérieures Façade antérieure sur le mur-pignon sud-ouest percée d'une porte en plein
  • églises paroissiales, chapelles
    églises paroissiales, chapelles
    Historique :
    Le canton de Monêtier appartient à l'ancien diocèse d'Embrun. Son réseau paroissial actuel ne se reconstruction des 15e et 16e siècles. Le mouvement de reconstruction progresse régulièrement à partir du milieu . Peu de constructions au 17e siècle : 5 édifices concernées, en partie ou totalité. Le mouvement
    Référence documentaire :
    SENTIS, Gabrielle. Serre Chevalier ou la vallée de la Guisane : La Salle, Villeneuve, Le Bez
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Texte libre :
    ÉLÉMENTS HISTORIQUES Le canton de Monêtier appartient à l'ancien diocèse d'Embrun. Son réseau 1450 et 1520 environ. L'exemple le plus net en est donné par la chapelle Saint-Arnoul, commune de Saint le vocable de Saint-Chaffrey, avant la construction au XVIe siècle de l'actuelle église paroissiale les chapelles de certains gros écarts en églises paroissiales : c'est le cas de l'église Saint-Claude siècles. C'est le cas de la chapelle Saint-Arnoul à Saint-Chaffrey dont l'arc surmontant la porte présente un appareillage datable du XIIe siècle. Le clocher de l'église paroissiale Saint-Marcellin de La Salle constituerait le seul vestige de l'édifice du XIVe siècle. Sur les 57 édifices repérés, 47 ont rudimentaire, ne peut donner lieu à une analyse stylistique. Le mouvement de construction progresse -Barthélémy à La Salle et de l'Annonciation aux Pananches (vers 1680). Le mouvement reprend au XVIIIe, souvent par nécessité, à la suite de destructions partielles ou totales dues aux nombreux incendies (Le Casset
    Illustration :
    Le Monêtier-les-Bains, les Boussardes, chapelle Saint-Antoine. Vue générale. IVR93_19910500032ZA Le Monêtier. Les Boussardes. Chapelle Saint-Antoine. Vue générale intérieure. IVR93_19890500852X Le Monêtier. Les Grangettes. Chapelle. Vue prise de l'est. IVR93_19810501279ZA Le Monêtier. Les Guibertes. Chapelle Sainte-Apollonie. Vue extérieure prise de l'est Le Monêtier. Mas des Faures. Chapelle Sainte-Anne. Vue de situation prise du sud-est Le Monêtier. Mas des Faures. Chapelle Sainte-Anne. Vue d'ensemble prise du sud. IVR93_19810500605X Le Monêtier. Mas des Faures. Chapelle Sainte-Anne. Vue d'ensemble prise du nord Le Monêtier-les-Bains, le Mas-des-Faures : chapelle Sainte-Anne. Vue générale prise du nord : mur Le Monêtier. Peyra Juana. Chapelle Saint-Michel. Vue générale prise de l'ouest : mur pignon Le Monêtier. Le Puy-du-Cros. Chapelle Saint-Alexis. Vue générale prise de l'est
  • église paroissiale Saint-Chaffrey, Saint-Arnoul, chapelle
    église paroissiale Saint-Chaffrey, Saint-Arnoul, chapelle Saint-Chaffrey - la Villette - isolé - Cadastre : 1970 C 1556
    Historique :
    Actuellement chapelle isolée, sous le vocable de Saint-Arnoul, c'était à l'origine l'église paroissiale de Saint-Chaffrey. Une église sous le vocable de Saint-Chaffrey est mentionnée dans un acte de paroissiale au chef-lieu. La chapelle était encore entourée d'un cimetière à la fin du 19e siècle. Le clocher
    Description :
    en tôle, quelques dalles de pierre subsistent sur le mur dans le prolongement du mur occidental de la
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Texte libre :
    maçonnerie pour le gros-œuvre. Éléments en carniole (blocs plus ou moins soigneusement taillés -four ; chapelle latérale voûtée d'ogives. Petit clocher-mur récent. Le plan de la nef est irrégulier plein cintre dans le mur gauche ouvraient-elles sur une nef latérale pourraient avoir appartenu à la pile correspondante à ces vestiges ; dans le prolongement de ces moellons triomphal. Seul est conservé le support correspondant aux deux arcades de la nef : demi-colonne avec base à : colonnes engagées, chapiteaux dont l'un conserve des vestiges d'un décor végétal. Un collage dans le mur profonde. Le plafond de la nef est plus bas dans sa partie occidentale. Élévations extérieures La majeure l'intérieur. Couvertures Les toits sont en tôle ; quelques dalles de pierre subsistent sur le mur dans le sacristie. Décor de niches en trompe-l’œil sur le mur gauche de la nef, à l'intérieur des arcades. Fond bleu d'autre de l'arc ; ST ARNOULD NE EN 136 APRES JESUS CHRIST / PRIEZ POUR NOUS sur le tympan.
    Illustration :
    Nef : vue vers le sanctuaire. IVR93_19830500823X
  • église paroissiale Saint-Chaffrey
    église paroissiale Saint-Chaffrey Saint-Chaffrey - en village - Cadastre : 1809 C3 3076 1970 AE 30
    Historique :
    Eglise construite en 1536, date portée sur le lambris du choeur, au-dessus de la porte de la
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Illustration :
    Vue générale prise depuis le cimetière. IVR93_19830501214X Nef : vue générale prise vers le choeur. IVR93_19830501331ZA
  • églises paroissiales, chapelles
    églises paroissiales, chapelles La Salle-les-Alpes
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Texte libre :
    village Sainte-Luce C : 1819 dp Le Bez EP Saint-Sébastien S C : 15e, clocher : 1898 bib EP en 1826 bib chœur : est ; clocher tour 1/2 hors-oeuvre ; tribune Le Bez Saint-Joseph chœur à l'ouest Le Bez
    Illustration :
    La Salle, le Bez, chapelle Sainte-Elisabeth. IVR93_19830501036ZA La Salle, le Bez, chapelle Sainte-Elisabeth. Vue générale de la façade. IVR93_19830500833X La Salle, le Bez, porte de la chapelle Sainte-Elisabeth. IVR93_19830501037ZA La Salle, Le Bez, chapelle Saint-Joseph. Vue générale prise du sud-est. IVR93_19830500386X
  • église paroissiale Saint-Marcellin
    église paroissiale Saint-Marcellin La Salle-les-Alpes - en village - Cadastre : 1827 B6 1736 1962 AE 120
    Historique :
    d'Embrun, confirmant l'appartenance de sa dîme à l'abbaye d'Oulx. Dans l'édifice actuel, le clocher latérale à Mathieu Guras, originaire du diocèse de Côme, duché de Milan. Le prix-fait stipule que le chœur sera reconstruit sur le modèle de celui récemment édifié de l'église paroissiale de Saint-Martin-de -Queyrières et que le délai d'exécution des travaux est de quatre ans. La chapelle à construire peut être et date probablement de la fin du 15e siècle et du début du 16e siècle, tout comme le porche . Le chœur actuel a probablement été construit dans les années 1670 sur ce terrain. En 1712, nouvel
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Illustration :
    Le chevet, vue prise du sud-est. IVR93_19830500777X Le clocher. IVR93_19830500536ZA Le clocher. IVR93_19830500535ZA Le clocher, vue de la partie haute : baies à colonnettes et pyramidions de la flèche Façade sud, date 1643 intégrée dans le grillage de la fenêtre de la première chapelle latérale Façade sud, le porche. IVR93_19830500524X Le choeur. IVR93_19830500964VA
1 2 3 4 13 Suivant