Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 13 sur 13 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • église paroissiale Saint-Julien
    église paroissiale Saint-Julien Ubraye - en village - Cadastre : 1830 E 411 ; 1988 E 267, 268
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    L'origine de l'église pourrait remonter à l'époque médievale. Des travaux historiques la datent de la fin du 13e siècle. Des transformations ont été opérées au cours de l'époque moderne et contemporaine. Une visite pastorale de 1858 mentionne la présence d'une sacristie qui a probablement été ajoutée dans la première moitié du 19e siècle. Le clocher actuel a été édifié autour de 1880. Une visite pastorale de 1884 mentionne un clocher neuf. C'est probablement à cette occasion que la chapelle latérale . Une visite pastorale de 1870 indique une récente restauration de l'intérieur de l'église. Elle précise également que la charpente de la toiture et le crépis extérieur de l'édifice méritent d'être refaits. Des travaux de réparation ont été apportés à la sacristie vers 1890. Le décor peint du choeur date probablement de la fin du 19e siècle. La nef et le bas-côté ont été repeints récemment et en 2004, le clocher a bénéficié d'une réfection. La croix du cimetière a été dressée sur la tombe de l'abbé Joseph Rachel (1867
    Référence documentaire :
    visites pastorales, évêché de Digne, doyennés d’Allos, Annot, Banon, Barcelonnette, Barrême, de 1840 à 1879. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 86 Visites des 13 octobre 1884 et 30 mai 1890. Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne , 1884 - 1891. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 93 Visites des 24 juillet 1908 et 18 mars 1912. Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne , 1896 à 1921. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 95 , villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol. L'église d'Ubraye est datée par l'auteur de la fin du 13e siècle et propose une description de son architecture. COLLIER, Raymond. Monuments et art de Haute-Provence. Digne : Société Scientifique et Littéraire
    Représentations :
    fleur de lys Le choeur est orné d'un décor peint qui se concentre essentiellement dans la partie inférieure de
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    sacristie située dans l'angle nord-est. Un clocher à plan carré occupe l'angle sud-est. Au fond de la nef quelques ajouts de pierres de taille en tuf. La chapelle latérale se distingue par des pierres d'angle calcaires à bossage. Seul l'angle sud-ouest de la chapelle latérale permet cette observation. Les bossages de l'autre angle ont été buchés et sont désormais intégrés dans la maçonnerie du clocher. Les élévations sont couvertes d'un enduit partiel et d'un enduit à inclusion localisé sur les murs extérieurs de une petite fenêtre dans l'angle sud-est. Les extrêmités est et ouest de la nef sont percées d'oculi . Les élévations présentent des vestiges d'anciennes baies. Une première est à localiser à proximité de l'oculus qui éclaire le bas-côté. Une 2e est située près de l'actuelle fenêtre de la chapelle latérale. Une 3e éclairait le choeur. L'élévation nord comporte une mince ouverture à proximité de la baie la plus . Le toit en pavillon du clocher est couvert en tuiles plates mécaniques. A l'intérieur de l'église, la
    Couvrements :
    cul-de-four
    Illustration :
    Cimetière. Mur de clôture. IVR93_20090400925NUC2A Cimetière. Détail de la croix du monument aux morts. IVR93_20090400927NUC2A Vue générale de l'église depuis le sud. IVR93_20090403612NUC2A Détail de la façade sud : chapelle latérale sud. IVR93_20090403613NUC2A Détail de la façade sud : chapelle latérale sud, chaîne d'angle. IVR93_20090403614NUC2A Pavement intérieur du bas-côté : détail d'un dessin sur un carreau de terre cuite Vue générale de l'église depuis le sud-ouest. IVR93_20090403617NUC2A Détail de la façade ouest : porte. IVR93_20090403618NUC2A Vue de situation. IVR93_20090403650NUC2A Vue intérieure de la nef vers l'est. IVR93_20090403654NUC2A
  • chapelle Saint-Domnin ou Saint-Donnin
    chapelle Saint-Domnin ou Saint-Donnin Allons - Saint-Donnin - R.D. 52 - isolé - Cadastre : 1838 B1 w3 ; 1982 B1 43
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    La chapelle Saint-Domnin est mentionnée sur la carte de Cassini et apparaît sur le cadastre de 1838 sous le nom de Saint-Donnin. La chapelle a probablement été construite au cours de l'époque moderne mais les élévations et la couverture de l'édifice ont été entièrement refaites.
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    milieu d'un champs à quelques mètres de la route. Elle présente un plan allongé orienté. Elle se compose pilastres. L'abside est voûtée en cul-de-four. La chapelle est peinte en blanc et en gris. L'édifice est comprend une porte en arc plein-cintre entourée de deux baies rectangulaires. Un clocher-mur à une baie est
    Couvrements :
    cul-de-four
  • chapelle Saint-Martin
    chapelle Saint-Martin Allons - Rampan - chemin de Rampan - isolé - Cadastre : 1982 D2 134
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    La chapelle Saint-Martin est mentionnée sur la carte de Cassini mais n'apparaît pas sur le cadastre de 1838. La carte de Cassini indique que la chapelle, désignée comme ancienne église, se situait à côté d'un cimetière. L'édifice a été construit à proximité de la tour des Templiers. La chapelle qui a de la fin du 19e ou du début du 20e siècle) donne une vue d'ensemble extérieure de la chapelle avant sa destruction. L'édifice semble dater de l'époque moderne.
    Représentations :
    Les deux pans du fronton étaient soulignés de motifs à denticule.
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    Edifice de plan allongé couvert d'un toit à longs pans en tuile creuse. La façade en pignon présentait un enduit peint. Elle comprenait une porte en arc plein-cintre entourée de deux pilastres supportant un entablement mouluré. De part et d'autre de la porte, étaient disposées deux niches. Le fronton triangulaire de l'élévation était percé d'une baie semi-circulaire. Une des niches en moellons calcaires est toujours visible sur la partie de l'élévation en pignon en place. L'intérieur de l'édifice comporte des
    Localisation :
    Allons - Rampan - chemin de Rampan - isolé - Cadastre : 1982 D2 134
  • église puis église paroissiale Saint-Pons
    église puis église paroissiale Saint-Pons Ubraye - le Touyet - en écart - Cadastre : 1830 D4 2097, 2099 ; 1988 D6 1416
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    L'église est érigée en succursale de l'église paroissiale d'Ubraye par le dernier évêque de Glandèves (entre 1771 et 1790). Elle obtient le titre de paroisse en 1807. L'actuelle église paroissiale Saint-Pons a été entièrement reconstruite entre 1854 et 1858 à l'emplacement de l'ancienne église. Le chronogramme 1854 gravé sur la façade de l'édifice marque le début des travaux. Le plan cadastral de 1830 2 novembre 1853 pour la somme de 4374,50 francs. Ils sont réalisés par Jacques Féraud, maître maçon le 18 avril 1858. Les travaux incluent la construction de la sacristie et le remploi d'anciens matériaux provenant de la démolition. Les murs d'enceinte du cimetière ont été aménagés en 1836 par Joseph
    Référence documentaire :
    hameau de la commune d'Ubraye, 2 octobre 1836. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence Extrait du rapport de réception des travaux de construction de l'église et sacristie du Touyet , hameau d'Ubraye, 18 avril 1858. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 , évêché de Digne, doyennés d’Allos, Annot, Banon, Barcelonnette, Barrême, de 1840 à 1879. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 86 Visites des 14 octobre 1884 et 31 mai 1890. Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne , 1884 - 1891. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 93 , villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol.
    Représentations :
    constituée d'un lambris traité en trompe-l'oeil. La partie supérieure est composée de motifs fleurdelisés sur un fond losangé. Des frises composées de tulipes, de rubans et de losanges courent autour des registres supérieurs. L'arc triomphal est souligné par un décor de pampres. La baie ouest est entourée de 2 coeurs enflammés. De part et d'autre du maître-autel, 2 niches architecturées sont peintes en trompe
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    cimetière. Elle se compose d'une nef, de 2 chapelles latérales, d'un choeur et d'une sacristie située au d'un enduit partiel. Le clocher-mur (mur sud) est dressé en pierres de taille. Les élévations sont percées de 2 baies à l'ouest, d'une baie à l'est et d'un oculus au sud. L'édifice est couvert d'un toit à degré par rapport au sol de la nef. Le sol est recouvert de carreaux en terre cuite et en damier noir et
    Illustration :
    Mur de clôture du cimetière. Vue prise de l'ouest. IVR93_20090400864NUC2A Vue de la nef depuis le choeur. IVR93_20090403050NUC2A Mur de clôture du cimetière. Vue prise de l'ouest. IVR93_20090400864NUC2A Vue d'ensemble de la façade est. IVR93_20090403052NUC2A Vue d'ensemble de la façade sud. IVR93_20090403056NUC2A Vue de la porte de la façade sud. IVR93_20090403053NUC2A Vue de la nef et du choeur depuis le sud. IVR93_20090403072NUC2A Vue d'ensemble de l'église et de l'écart depuis le nord-est. IVR93_20090403051NUC2A Vue d'une partie de la façade est et du chevet depuis le cimetière. IVR93_20090403055NUC2A
  • édifice fortifié (?) : tour des Templiers
    édifice fortifié (?) : tour des Templiers Allons - Rampan - chemin de Rampan - isolé - Cadastre : 1982 D2 non cadastré
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    assises de la tour ont été conservées.
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    La tour est établie à proximité de la chapelle Saint-Martin. Les vestiges de la tour témoignent d'une construction de plan carré en moellons calcaires et à chaînes d'angle. Des trous de boulin sont
    Localisation :
    Allons - Rampan - chemin de Rampan - isolé - Cadastre : 1982 D2 non cadastré
    Illustration :
    Détail de l'appareillage depuis le nord-est. IVR93_20080401192NUC2A
  • village d'Allos
    village d'Allos Allos - en village
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Suite à la charte de Raymond Béranger (1233), Allos devient un consulat jusqu'à la Révolution française. En 1388, la cité dépend de la Savoie puis au cours des siècles suivants, elle appartient tantôt à la France, tantôt à la Savoie. C'est en 1713, lors du Traité de paix d'Utrecht, qu'Allos devient définitivement française et met fin à trois siècles de guerre. Sur le plan religieux, Allos dépend de l'évêque de Senez et aujourd'hui du diocèse de Digne. Le contour de l'agglomération se dessine dès la fin du 14e siècle avec l'édification d'un rempart. Le village est victime de nombreux dommages dus aux guerres, à la peste (1630) et aux incendies. Parmi les plus dévastateurs, l'incendie de 1747 ravage l'ensemble de l'agglomération. Sur le plan industriel, l'activité se développe au sud-est du village avec l'implantation de tourisme de montagne.
    Référence documentaire :
    villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol. Les papiers de Jean Caire. Mémoire, lieux et récits du val d'Allos CAIRE, Jean, DOMENGE Jean-Luc , Les papiers de Jean Caire. Mémoire, lieux et récits du val d'Allos Dans Chroniques de Haute-Provence
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    élévation face à la rivière du Verdon entre l'embouchure de deux torrents, le Chadoulin et le Bouchier. Le village a conservé sa forme allongée et son réseau de rues pratiquement inchangé depuis l'époque médiévale . Le village est traversé par une rue principale, la rue de la Calade (anciennement Grand Rue) qui
    Illustration :
    Allos, section FU dite de la Ville, feuille 1/1, levé par Baudun et Corriol, le 1er septembre 1825 Vue aérienne prise du sud-ouest. Au premier plan, l'église Notre-Dame-de-Valvert Vue aérienne prise de l'ouest. IVR93_20060402285XE Vue de situation du village depuis l'est. Au fond, l'écart de Seignus. IVR93_20040400202XE Vue de situation depuis le nord-ouest. IVR93_20040400155XE Rue de la Citadelle depuis le haut. IVR93_20030400194XE Rue de la Citadelle. IVR93_20030400196XE Rue de la Citadelle. IVR93_20030400197XE Façades de maisons sur la rue de la Citadelle. IVR93_20050402200NUCA Rue de la Citadelle. IVR93_20030400240XE
  • village de Lambruisse
    village de Lambruisse Lambruisse - en village
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    déplacement de ses habitants durant la période hivernale vers la Basse-Provence.
    Référence documentaire :
    Le 28 septembre 1856, Simon Honoré Chailan, maçon de Lambruisse, dresse le devis estimatif de la une chambre servant de cuisine, d'un petit cabinet et galetas au dessus de la salle de la mairie ... une écurie en dessous de la dite salle de mairie ... plus une basse cour par devant le dit écurie (sic ) au couchant du sus dit bâtiment ...". Il évalue l'immeuble à 400 francs Devis estimatif de la maison d'école à acquérir pour la commune de Lambruisse 28 septembre 1856. Archives départementales des Alpes-de Le 1er novembre 1856, Louis Charles Chailan cafetier, en qualité de mandataire, vend au maire et adjoint "... un petit appartement et galetas le tout se trouvant au dessus de la salle de mairie de Lambruisse et une écurie en dessous ... au quartier de la Place, au bâtiment dit le Château, tenant du nord à appartements, galletas (sic) et écurie sont vendus avec tous les droits de pategue, d'escalier, vue, issues , passages et facultés y attachés.". La somme offerte est de 302 francs Acte de vente d'une partie de maison
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    Situé dans la vallée de l'Encure, le village de Lambruisse (1145 mètres) est adossé à la pente et regarde vers l'ouest. Lambruisse est traversé par la route D 219. Il est composé de trois quartiers, non la partie la plus haute du village, avec trois rues parallèles aux courbes de niveau et quelques traverses perpendiculaires aménagées en escalier ; La Tour, qui correspond à un îlot dense de maisons en contrebas de la route ; Les Cheylands, pour la partie nord du village, organisé perpendiculairement à la également un quatrième quartier, non nommé, situé dans la partie sud-ouest du village, en dessous de la place, surtout composé d'entrepôts agricoles et de fermes de village.
    Titre courant :
    village de Lambruisse
    Illustration :
    Croquis [projet de construction à Lambruisse] d'une mairie, école primaire. IVR93_20050402126NUCAB Réparation de la maison de la mairie et de l'école de la commune de Lambruisse. Dessins de la partie de maison acquise par la commune. Vue d'ensemble. IVR93_20050402117NUCAB Réparation de la maison de la mairie et de l'école de la commune de Lambruisse. Dessins de la partie de maison acquise par la commune. Plan de la cour et de l'écurie. IVR93_20050402118NUCAB Réparation de la maison de la mairie et de l'école de la commune de Lambruisse. Dessins de la partie de maison acquise par la commune. Elévation. IVR93_20050402119NUCAB Réparation de la maison de la mairie et de l'école de la commune de Lambruisse. Dessins de la partie de maison acquise par la commune. Coupe verticale. IVR93_20050402120NUCAB Ancien presbytère et dépendances. Plans du rez-de-chaussée et du 1er étage. IVR93_20050402114NUCAB
  • village de La Mure
    village de La Mure La Mure-Argens - la Mure - en village
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    La Mure tire son nom de la montagne Maurel au pied de laquelle le village est aujourd'hui installé présence de vestiges de ce premier village dont le toponyme, aujourd'hui disparu, de Ville-Haute confirme le processus de déperchement. Elle connaît une lente croissance démographique sous l'Ancien Régime et un maximum dans le courant du 19e siècle. Le village n'a cessé de perdre des habitants jusqu'au , l'une des cinq parcelles détruites, situées dans la partie est de la Mure, correspond à l'emplacement de l'ancienne maison du seigneur de la Mure, d'où le nom de la ruelle à côté. Dans les bâtiments situés sur les ou 16e siècle ?) : portes à encadrements en pierre de taille en anse de panier, fenêtre à croisée , grille de fenêtre ancienne en fer forgé. Ce grand bâtiment a été très transformé.
    Référence documentaire :
    villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol.
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    La Mure est implanté sur une rupture de pente, autour de trois rues parallèles aux courbes de niveaux : Grand Rue en bas (ancienne route D 502), rue de Milieu et rue du Mois-d'Août en haut. Des de 1838 et actuel. Deux îlots, situés dans la partie est, présentent une organisation plus complexe avec la présence de petites parcelles perpendiculaires à la pente le long des traverses. Un des ces
    Titre courant :
    village de La Mure
    Illustration :
    La Mure, vue de situation prise du sud. IVR93_20060402780NUCA
  • chapelle Notre-Dame
    chapelle Notre-Dame Lambruisse - Notre-Dame et les Lauves - isolé - Cadastre : 1837 B1 86 ; 1989 Y1 16
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    La chapelle Notre-Dame date probablement de l'époque moderne. Elle apparaît sur la carte de Cassini sous le nom de Notre-Dame-du-Mont. Elle est signalée sur le cadastre de 1837 à proximité d'une ancienne
    Observation :
    La cloche de la chapelle est aujourd'hui conservée dans la mairie de la commune de Lambruisse. Elle
    Référence documentaire :
    dépendant de la fabrique paroissiale de Lambruisse, dressé en exécution de l'art. 3 de la loi du 9 décembre 1905. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 V 66
    Statut :
    propriété de la commune []
    Illustration :
    Détail de l'élévation ouest : porte. IVR93_20080401499NUC2A Détail de l'élévation ouest : baie nord. IVR93_20080401500NUC2A
  • église paroissiale Saint-Martin
    église paroissiale Saint-Martin Allons - en village - Cadastre : 1838 G2 70 1982 G2 429
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    L'église Saint-Martin date probablement de l'époque moderne. Le clocher qui n'apparaît pas sur le plan cadastral de 1838 aurait été construit en 1862 (comme l'indique le chronogramme inscrit sur son élévation ouest). Seules des mentions de travaux de réfection sont signalées en 1885, en 1897 (concernant l'achèvement du parquetage et le creusement d'un fossé autour de l'église) et en 1912 (concernant la réparation de la toiture du clocher recouvert de tôle galvanisée). L'enduit et la couverture ont été refaits au , l'intérieur de l'église était orné d'un décor peint présent sur les arcs doubleaux, l'arc triomphal et le Roustan, entrepreneur à Barrême, sur plans et devis de M. Fournier, architecte, dressés en 1886
    Référence documentaire :
    -verbaux de visites pastorales, évêché de Senez. 1697-1707. Archives départementales des Alpes-de-Haute Certificat du maire d'Allons attestant que les travaux de réfection de l'église paroissiale, pour départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 7 Le rez-de-chaussée existant sera abandonné car trop humide et remplacé par un étage supérieur. Le projet comprend l'exhaussement sur 3 m de haut de tous les murs existants ; l'enlèvement et la remise en place de la toiture actuelle ; la construction du plancher des nouveaux combles ; le parquetage en moellons de Salerne du plancher du 2e étage, la construction de 16 marches d'escaliers pour accéder aux combles ; le blanchissage à la chaux de la cage d'escalier ; la démolition des cloisons du 1er étage et chaux des façades extérieures. Le bâtiment comprendra donc le rez-de-chaussée intact et deux étages de chacun 3 pièces. Les murs seront en maçonnerie de chaux et de sable, le plancher reposera sur des
    Représentations :
    Trois vitraux ornent les fenêtres des trois travées du mur sud de la nef. La plus à l'ouest présente le Sacré Coeur de Jésus dans un décor similaire.
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    Construite au centre du village, l'église épouse la dénivellation du terrain. L'édifice orienté de sacristie et le mur sud de l'église. La nef est rythmée par trois travées couvertes d'une voûte en berceau longs pans en tôle ondulée souligné par deux rangs de génoise maçonnée. La façade en pignon, à l'ouest . L'encadrement de la porte en arc plein-cintre est façonné en pierres de taille calcaires. Le clocher est zinc). Une horloge occupe la face sud du toit en pavillon. A l'intérieur de l'église, l'éclairage est assuré par un oculus percé dans le mur ouest, trois baies en plein cintre au sud de la nef et deux baies en arc brisé situées respectivement dans les murs nord et sud de l'abside. Une tribune en bois aménagée au fond de l'église est accessible par une porte communiquant directement avec la rue. Les murs et doubleaux sont traités en moellons calcaires apparents. L'arc triomphal est en pierres de taille calcaires apparentes. Le sol est pavé de carreaux noirs et blancs posés en damier. Le presbytère se situe dans le
    Illustration :
    Vue de la porte sud. IVR93_20080401189NUC2A
  • village d'Allons
    village d'Allons Allons - en village
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Le toponyme du village correspondrait à une abréviation du mot vallons du fait de l'aboutissement de plusieurs vallons dans cette vallée. Sous l'Ancien Régime, Allons faisait partie du diocèse de Senez et de la baillie de Castellane. Au-dessus du village, se trouvait un colombier mentionné par la carte de Cassini et cadastré en 1838.
    Référence documentaire :
    Allons. La Place et le Château d'Autane. [Vue de la place d'Autane prise de l'est.] / Carte postale Vue de situation prise du sud-est (Coueste-Martine). Vue de situation prise du sud-est (Coueste Allons. [Vue de situation prise du sud (Coueste-Martine).] Allons. [Vue de situation prise du sud villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol.
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    Etabli dans la vallée de l'Ivoire, le village d'Allons (1065 mètres) est adossé à la pente et regarde vers le sud. Le village est organisé autour de quatre rues parallèles aux courbes de niveaux
    Illustration :
    Allons. La Place et le Château d'Autane. [Vue de la place d'Autane prise de l'est Vue de situation prise du sud-est (Coueste-Martine). IVR93_20060402844NUCB Allons. [Vue de situation prise du sud (Coueste-Martine).] IVR93_20060402845NUCB Vue de situation prise de l'ouest. IVR93_20060402801NUCA Vue d'ensemble du village prise de l'est. IVR93_20060402831NUCA Vue de la place d'Autane prise de l'est. IVR93_20060402830NUCA
  • écart d'Argens
    écart d'Argens La Mure-Argens - Argens - en écart
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Argens fait initialement partie du domaine des Comtes de Provence. En 1351, Argens appartient à la famille de Roquevaire, possesseur des fiefs voisins de Troins et de Saint-André. Sous l'Ancien Régime , Argens dépend du diocèse de Senez et de la viguerie de Castellane. En 1722, la terre d'Argens est érigée en marquisat, en faveur de la famille de Boyer. Argens connaît une lente croissance démographique sous l'Ancien Régime et un maximum dans le courant du 19e siècle. Depuis, la population n'a cessé de diminuer. Argens a désormais le statut de commune associée, avec un maire délégué.
    Référence documentaire :
    , bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol.
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    actuel d'Argens et, plus encore, le plan cadastral de 1838 révèlent l'ancienne fortification du site , dont les vestiges étaient encore visibles, vers 1940, dans la partie nord du village. Le grand îlot de la rue Longue (parcelles 1838 A4 76 à 94, soit une petite vingtaine de bâtiments) a ses maisons îlots situés à l'ouest de l'église (parcelles 1838 A4 99 à 104 et 108 à 116) semble similaire à celle des parcelles riveraines de la rue Longue. On retrouve aussi ce dispositif (parcelles 1838 A4 153 à
    Illustration :
    Argens, vue de situation prise du sud. IVR93_20060402745NUCA Argens, vue de situation prise de l'est. IVR93_20060402746NUCA
  • village d'Angles
    village d'Angles Angles - la Bourgade le Moustier - en village
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    village est mentionné pour la première fois dans le cartulaire de l'abbaye de Lérins en 1259. Les moines de Lérins y possèdent un prieuré qui, en 1454, est uni à celui de Notre-Dame-de-Valvert à Vergons . Ces deux prieurés sont des possessions de l'abbaye de Lérins jusqu'à la sécularisation, en 1788. Le du village est occupé par le quartier du Moustier, dont le toponyme conserve le souvenir de l'emprise de l'abbaye, qui toutefois, n'y possédait pas de droits seigneuriaux. L'ancien hospice des moines de Baussenques au 14e siècle, puis de la seigneurie d'Agout de 1441 à 1724. La tradition orale nomme un bâtiment le château (parcelle 1982 B3 364) dans le quartier de la Bourgade. Ce bâtiment, très modifié et
    Référence documentaire :
    villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol. p. 93 GRAS-BOURGUET. Antiquités de l'arrondissement de Castellane (Basses-Alpes). Digne : Repos p.14-15 ISNARD, Marie Zéphirin. Etat documentaire et féodal de la Haute-Provence. Digne p.LXX, p.4, p.164-165 Cartulaire de l'abbaye de Lérins, éd. Henri Moris et Edmond Blanc Cartulaire de l'abbaye de Lérins, éd. Henri Moris et Edmond Blanc. - Paris, H. Champion, 1883, 2 vol
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    nord, et la Bourgade, au sud. Les extrémités nord et sud du village sont distantes de 350 mètres. Le quartier du Moustier (970 mètres) est adossé à la pente et regarde vers le sud. Il est séparé de celui de la Bourgade par un ravin, visible sur le plan cadastral de 1838 et comblé aujourd'hui. Il est organisé de part et d'autre d'une rue unique qui conduit à l'église puis à un îlot de bâtiments situé un peu plus loin au nord-est. Le quartier de la Bourgade (965 mètres), situé en contrebas du précédent ravin visible sur le plan cadastral de 1838 et aujourd'hui comblé. Il est organisé autour de deux rues parallèles aux courbes de niveaux, reliées entre elles par des traverses perpendiculaires.
    Illustration :
    Le Moustier, vue de situation prise du nord. IVR93_20060402686NUCA
1