Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • parfumerie J. Méro, puis école d'agriculture dite ferme école de la Paoute, puis hospice, puis centre équestre, actuellement golf de Saint-Donat
    parfumerie J. Méro, puis école d'agriculture dite ferme école de la Paoute, puis hospice, puis centre équestre, actuellement golf de Saint-Donat Grasse - quartier de la Paoute quartier du Plan - 270 route de Cannes - en ville - Cadastre : 2006 EH 341
    Historique :
    J. D. Méro, installé à son compte depuis le début des années 1830, achète en 1851 une vaste important aqueduc que J. D. Méro a fait édifier. Cet ouvrage alimentait également directement les ateliers de parfumerie de l'exploitation. En 1862, J. Méro transforme, avec l'aide de l'Etat, son domaine en survit pas à son fondateur et directeur, J. D. Méro. En effet, à la difficulté croissante de trouver de de J. D. Méro, mort en 1874, et qui avait envisagé cette fermeture, la fabrique est transformée en
    Référence documentaire :
    Méro. [Parfumerie J. Méro, puis golf de Saint-Donat. Transcription du bail]. 20/06/1836. Archives Acte de vente de la propriété de la Paoute avec description sommaire du site acquise par J. D Etat actuel de la première usine J. Méro, construite en 1832, au domaine de "La Paoute", à 8km de Plan de l'acqueduc que J. D. Méro fait construire pour irriguer sa propriété de la Paoute . [Parfumerie J. Méro, puis golf de Saint-Donat]. Plan et profils. Demande d'autorisation de M. Méro de Contient entre autre des informations sur la fin de vie de J. D. Méro. Renoir, Nicole. Donat-Joseph
    Titre courant :
    parfumerie J. Méro, puis école d'agriculture dite ferme école de la Paoute, puis hospice, puis
    Appellations :
    parfumerie J. Méro, puis école d'agriculture de la Paoute, puis centre équestre
    Illustration :
    Etat actuel de la première usine J. Méro, construite en 1832, au domaine de ""La Paoute"", à 8 km
  • maison, puis parfumerie Jean Court, puis Jean Court Ossola, puis fromagerie industrielle, actuellement immeuble à logements
    maison, puis parfumerie Jean Court, puis Jean Court Ossola, puis fromagerie industrielle, actuellement immeuble à logements Grasse - quartier Porte neuve - 3, 5 place Ossola - en ville - Cadastre : 1809 E 541 2006 BI 3, 4
    Historique :
    La société J. Court semble être la première société de parfumerie à avoir exploité une usine dans leur attribution industrielle. A la fin des années 1870, la société J. Court cesse son activité. La dans les années 1890. A la même époque, la marque J. Court est reprise par César Ossola. Celui-ci
    Référence documentaire :
    Publicité de la maison J. C. Ossola. Début 20e siècle. Collection particulière : non coté.
    Description :
    installation électrique, ainsi qu'une cloche frappée de la raison J. Court. La seconde cave se trouve sous la
    Illustration :
    Cloche frappée de la raison J. Court. IVR93_20080600218NUC1A
  • parfumerie Méro et Boyveau, puis Méro et Boyveau, Bénard et Honnorat successeurs
    parfumerie Méro et Boyveau, puis Méro et Boyveau, Bénard et Honnorat successeurs Grasse - quartier Sainte-Lorette - 53, 55 boulevard Victor-Hugo rue Max-Vidal - en ville - Cadastre : 1973 BN 159, 160
    Historique :
    A ses débuts dans les années 1830, la parfumerie J. Méro était implantée dans le centre ancien de
    Référence documentaire :
    Transcription d'un bail de location passé entre J. D. Méro et sa société : location de la propriété Transcription d'un acte sous seings privés de formation d'une société en nom collectif entre J. D Transcription d'un acte sous seings privés de formation d'une société en nom collectif entre J. D la R.S. est J. Méro, qui devient entre 1864 et 1867 J. Méro & Cie, puis enfin entre 1867 et 1870 J la société en nom collectif Méro et Boyveau et retrait de J. D. Méro. [Parfumerie Méro et Boyveau Déclaration de mutation par décès de J. D. Méro décédé le 01.03.1874 [Parfumerie Méro et Boyveau . J. Sittler, H. Bénard. [Parfumerie Méro et Boyveau]. 10/01/1913, Archives départementales des Alpes . J. Sittler, H. Bénard et R. Honnorat. [Parfumerie Méro et Boyveau]. 21/03/1914, Archives
  • couvent d'ursulines puis de visitandines, puis parfumerie Bérard, puis Jean Niel
    couvent d'ursulines puis de visitandines, puis parfumerie Bérard, puis Jean Niel Grasse - 4 rue Tracastel - en ville - Cadastre : 1809 E 80, 81, 82 bis 2006 BH 317
    Référence documentaire :
    J. courtois demande à son commanditaire de choisir les rideaux pour qu'ils soient livrés en même
1