Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 10 sur 10 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • bancs de temple (8)
    bancs de temple (8) Molines-en-Queyras - Fontgillarde - en écart
    Historique :
    Mobilier réalisé en 1828 et 1829, dates gravées sur les dossiers ; à comparer aux bancs de la tribune de l'église Saint-Romain de Molines fabriqués à la même date.
    Représentations :
    central du banc le plus long, feuillage stylisé sculpté en léger relief. carré ; losange ; triangle
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - Fontgillarde - en écart
    Texte libre :
    ENSEMBLE DE BANCS DE TEMPLE En mélèze. BANC (1) L : 152 ; LA : 38 ; H : 99 ; H du siège : 51
  • bancs de fidèle (6)
    bancs de fidèle (6) Molines-en-Queyras - la Cure - isolé
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - la Cure - isolé
  • église paroissiale Saint-Romain
    église paroissiale Saint-Romain Molines-en-Queyras - la Cure - isolé - Cadastre : 1971 A1 455
    Historique :
    L'église de Molines serait mentionnée dès le 8e siècle ; l'édifice actuel semble dater de la 2e supérieure a été détruite en 1585 ; l'église a été reconstruite entre 1628 et 1637, date peinte sur 2 des arcs doubleaux de la nef ; en 1681, date gravée au revers de l'arc triomphal, ou, selon certains auteurs, en 1692, réalisation du décor du chœur par le sculpteur Claude Gégout et construction de la 1ère travée de la nef ; en 1752, date gravée, réaménagement de la sacristie ; les dates 1754 et 1839 peintes en bardeau canadien est récente.
    Référence documentaire :
    TIVOLLIER, Jean. Molines-en-Queyras. Marseille : Laffitte Reprints, 1981. Réimp. de l'édition de ; Aix-en-Provence : Culture et Patrimoine en Provence, Edisud, 1987. Cahiers de l'Inventaire ; 7. Tome 1, p. 164-165 ; tome 2, p. 351, 357, 370. Le Queyras TIVOLLIER, Jean, ISNEL, Pierre. Le Queyras (Hautes-Alpes), 2 vol. Marseille : Laffitte Reprints, 1985.
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    La nef de 4 travées voûtées en berceau précède un choeur de plan rectangulaire également voûté en berceau ; la sacristie et le niveau inférieur du clocher sont voûtés en berceau
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - la Cure - isolé - Cadastre : 1971 A1 455
    Texte libre :
    Molines était sous la juridiction de l'archevêque d'Embrun. En 1448 est mentionnée une chapelle Sainte HlSTORIQUE La paroisse de Molines est évoquée au VIIIe siècle dans le testament d'Abbon. En1376, le religion. En 1574, l'église fut ruinée par les troupes protestantes, les ornements pillés et les vases sacrés fondus pour battre monnaie (J. Tivollier et P. lsnel, 1, p. 164). En 1585,le clocher «qui était fort haut» fut détruit par les «chapeaux blancs» (nom que l'on donnait aux réformés du Queyras) parce gravée au revers de l'arc triomphal. Ce décor a probablement été repeint en 1754, date peinte dans un cartouche sur l'arc triomphal. En 1839 (date peinte sur la voûte du chœur) l'église fut repeinte. Le L'église s'élève sur un replat aménagé en terrasse, entre le chef-lieu, au nord et la Rua, à l'ouest. Elle fenêtre appareillée ; travée en ressaut du portail, jusqu'aux deux tiers de la hauteur, avec le portail et les deux niches qui l'encadrent ; troisième fenêtre ; chaîne en ressaut de l'angle sud-est : appareil
    Couvrements :
    voûte en berceau
    Couvertures :
    toit en pavillon
  • Temple
    Temple Molines-en-Queyras - Fontgillarde - en écart - Cadastre : 1971 F2 837
    Historique :
    Le temple protestant construit à Fontgillarde en 1600 fut détruit en 1684 ; un monument commémoratif situé dans l'ancien cimetière protestant en garde la mémoire ; le temple actuel aurait été érigé en 1825 ; en 1972 la toiture était couverte de bardeau de mélèze, elle est actuellement en tôle
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Localisation :
    Molines-en-Queyras - Fontgillarde - en écart - Cadastre : 1971 F2 837
    Texte libre :
    . Tivollier et P. Isnel (Le Queyras, T. II, p. 415) le temple actuel a été reconstruit en 1824-25. Le cadran HISTORIQUE Le temple protestant bâti en 1680 et détruit à la révocation de l’Édit de Nantes se l'inscription suivante : "Ici fut un temple protestant bâti en 1600, détruit en 1684. Ce lieu fut ensuite Maçonnerie enduite. Cordons et piédroits en tuf (clocher). Structure Le temple comprend - une salle , surmontée d'un étage percé de baies en plein-cintre sur les quatre faces. Elévations Les quatre élévations en plein-cintre, fenêtres ébrasées en arc segmentaire. Au-dessus de la porte, cadran solaire peint rénové en 1984 et portant la maxime : TENEZ VOUS PRETS CAR LE FILS DE L'HOMME / VIENDRA A L'HEURE QUE VOUS NE PENSEZ PAS. / ST LUC CH. XII V. 40. - Le clocher a une porte rectangulaire sous un arc en plein dalles ; le deuxième est percé d'un jour, côté ouest ; le troisième forme une table en creux, percée d'un jour à l'ouest ; le quatrième est percé d'une baie en plein-cintre à clé saillante ; pilastres reposant
    Illustration :
    Elévation antérieure sud. Porte. Poignée en ferronnerie. IVR93_19860500374X
    Couvertures :
    toit en pavillon
  • tableau : Sainte Marie Salomé présente ses fils au Christ
    tableau : Sainte Marie Salomé présente ses fils au Christ Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - en village
    Inscriptions & marques :
    inscription peinte dans un cartouche en bas : EX DONO FRANC. CARILIAN ; date peinte en dessous
    Représentations :
    ce thème iconographique assez rare est repris sur l'une des verrières scène biblique (Christ : en pied, sainte Marie Salomé : en pied, jeunes gens : famille, agenouillé, Dieu le Père, nuée, ange
    Description :
    Cadre en bois mouluré rectangulaire vertical avec fronton demi circulaire.
    Localisation :
    Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - en village
  • église paroissiale Sainte-Marie-Salomé
    église paroissiale Sainte-Marie-Salomé Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - en village - Cadastre : 1827 E3 2505 1976 AB 148
    Historique :
    l'actuelle chapelle du cimetière ; jugée trop éloignée des habitations, elle fut reconstruite en 1635 au lieu déplacée comme l'ensemble du bourg sur l'ordre de Vauban ; démolie en 1696, elle fut reconstruite à son cadran solaire porte la date 1841 ; d'importantes restaurations ont eu lieu en 1938 ; le décor peint de
    Référence documentaire :
    Plan du fort et du village de Château-Queyras signé par Vauban, 3 décembre 1692. Service Historique Château-Queyras. [sous la neige]. Carte postale. [s.d.] T. 1, p. 50-51 ; t. 2, p. 356-357. Le Queyras TIVOLLIER, Jean, ISNEL, Pierre. Le Queyras (Hautes
    Représentations :
    et saintes en pied, chutes de feuillages, IHS, angelots, croix, noeuds, guirlandes de fleurs, support
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Localisation :
    Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - en village - Cadastre : 1827 E3 2505 1976 AB 148
    Plans :
    plan en croix latine
    Texte libre :
    village de Château-Queyras, en bordure de la principale et quasi-unique rue de l'agglomération qui Coulet en 1635 et démolie en 1696 à cause de sa trop grande proximité du château . D1importantes réparations ont eu lieu en 1938 pour remédier aux désordres qui s'étaient manifestés dans la voûte et passage privé clos par une grille longe le côté ouest et un jardin le côté nord. Le terrain monte en pente . Composition d'ensemble L'édifice est formé de deux parties, le presbytère et l'église, juxtaposées d'ouest en rue au sud. L'ensemble n'est pas régulier. Matériaux Tout le gros-œuvre est construit en maçonnerie de assises en pierre de taille et les appuis de fenêtre également en pierre de taille. Le presbytère a un balcon en bois. L'ensemble est couvert de tôle ondulée, à l'exception du clocher, dont le dôme est habillé de tôle plate de couleur cuivrée. Structure - Église : plan régulier en croix latine, composé formant un faux transept et d'un chœur formé d' une courte travée droite et d'une abside en demi-cercle
    Illustration :
    Château-Queyras. [sous la neige]. L'église paraît comporter un clocher-mur à quatre baies et non un Vue de volume prise d'ouest en est. IVR93_19880500474ZA Vue de la nef en direction du choeur. IVR93_19910500201X Vue de la nef en direction de la tribune. IVR93_19910500202X
  • Maison
    Maison Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - 3e maison - en village - Cadastre : 1827 E3 2590 1976 AB 239
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Localisation :
    Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - 3e maison - en village - Cadastre : 1827 E3 2590 1976 AB
  • Temple
    Temple Cabrières-d'Aigues - en village - Cadastre : 1971 AE 392
    Historique :
    département Renoux ; doté en 1866 d'un petit clocher mur (détruit) sur le pignon couronnant la façade
    Référence documentaire :
    f° 87 v° - 88. Procès-verbaux des visites pastorales, évêché d'Aix-en-Provence,1638-1641. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Aix-en-Provence : 1 G 1335.
    Description :
    Édifice composé de 2 corps de bâtiment disposés en L, l'un abritant la salle plafonnée du temple
    Localisation :
    Cabrières-d'Aigues - en village - Cadastre : 1971 AE 392
    Annexe :
    Visite pastorale du chanoine Jean-Nicolas de Mimata, le 20 octobre 1639. "En suitte de quoy et sur de Cucuron, dans le temple dudict lieu, qu'aurions treuvé en forme d'un grenier a foin, basti sur un molin a huile, couvert de tuiles, remply de divers bancs, des ais, une chere au mitan mauvaise et a faisoient aux édits et ordonnances du Roy, le requerant d'en vouloir informer présentement et nous faire d'icelles et cognoistre de leur contrevantion, le requerant aussi d'en vouloir informer affin d'esviter les
    Texte libre :
    en étage au-dessus du moulin à huile communal, situé sur la place du village. Ce nouveau temple fut l'entretien du desservant : Monseigneur de Croze en 1631 , Alexandre Maurice de 1640 à 1659, Salomon Poussel en 1663 . Le local du moulin devait être, théoriquement, provisoire, la communauté de Cabrières décida en effet, en 1641, de construire un édifice spécialement destiné au culte, sur le modèle de celui de la Motte-d'Aigues qui était alors en chantier. Le projet commençait tout juste à prendre forme quand, en 1645, il fut contrecarré par le duc de Lesdiguières, baron de la Tour-d'Aigues, qui obtint les travaux aient été poursuivis . Il est, en conséquence , difficile de savoir à quel édifice s'appliqua la démolition ordonnée et exécutée en 1663 par l'autorité royale : s'agissait-il du local du moulin ou de l'emplacement, plus ou moins aménagé ou construit, du temple projeté ? . Il n'y eut, en tout serment à la République . En 1812, les quatre communes de Cabrières, La Motte, Peypin et Saint-Martin-de
  • presbytère
    presbytère Ceillac - en village - Cadastre : 1831 A3 2269 1987 AB 40
    Historique :
    En 1829 la commune de Ceillac demande un secours financier, afin de réparer le presbytère incendié en 1793.
    Référence documentaire :
    du tourisme en Queyras, 1984, 127 p. Bâtiments paroissiaux. Demande de secours financier pour réparer le presbytère incendié en 1793. 15 p. 38 VANDENHOVE, Jean. Le Queyras, villages et hameaux. Gap : office d'information et de promotion
    Représentations :
    Les balcons et le lambrequin de la toiture sont en bois découpé et ajouré.
    Escaliers :
    escalier intérieur escalier tournant en charpente
    Murs :
    pierre moellon sans chaîne en pierre de taille
    Localisation :
    Ceillac - en village - Cadastre : 1831 A3 2269 1987 AB 40
  • chapelle Notre-Dame-du-Mont-Carmel
    chapelle Notre-Dame-du-Mont-Carmel Saint-Véran - Clausis - isolé
    Référence documentaire :
    Tome 1 : p. 187 ; tome 2 : p. 359. Le Queyras TIVOLLIER, Jean, ISNEL, Pierre. Le Queyras (Hautes
    Escaliers :
    escalier intérieur escalier droit en charpente
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    La nef est plafonnée ; le choeur voûté en cul-de-four est divisé par un lambris qui isolé derrière le maître autel une sorte de sacristie ; la tribune en fer à cheval a un garde corps à balustres en
    Typologies :
    campanile en charpente couronnant le pignon de façade
    Texte libre :
    l'église paroissiale . Pèlerinage le 16 juillet réunissant toutes les paroisses du Queyras et les paroisses . Matériaux Murs : moellons de pierre crépis. Couvrement : plafond en plâtre sur solives apparentes. Tribune en bois supportée par des poteaux en bois. Sol : plancher de mélèze. Une cloison en planches sépare le chœur de la sacristie. Élévations Campanile en bois au sommet du pignon est. Couverture Toit couvert de bardeaux. Charpente triangulée. Distribution intérieure Tribune en fer à cheval sur la nef avec balustrade en bois découpé. Clôture de chœur en bois tourné
    Illustration :
    Vue oblique prise du choeur vers la tribune. Au premier plan la clôture de choeur en bois tourné
1