Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 150 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • port de Bormes dit port de la Favière
    port de Bormes dit port de la Favière Bormes-les-Mimosas - la Favière - - en ville - Cadastre : 2015 BZ non cadastré
    Historique :
    Pointe du Gouron, à l'emplacement de l'actuel port. Le port de Bormes-les-Mimosas dit La Favière est . Dès les années 1970 le port est dans sa configuration qu'on lui connait aujourd'hui. Seuls un
    Statut :
    propriété publique propriété de l’État ; affecté à la commune ; géré par le Yacht Club du port de
    Description :
    , au niveau de la plage de l'Anglade sur la commune du Lavandou. Le plan d'eau s'étend sur 7 ha. Le Le port de Bormes est situé sur la façade est de la commune de Bormes-les-Mimosas entre le cap Nègre et le cap Bénat, au niveau de la pointe de Gouron. La passe d'entrée du port est située au nord voie de circulation et de quais d'amarrage. Le quai d'honneur est situé au milieu de la digue du large . Le môle à l'extrémité accueille la capitainerie, à l'aspect d'une tour de contrôle, avec une baie vitrée au deuxième étage qui offre une vue panoramique sur l'ensemble du port. Elle est occupée par le Yacht Club International de Bormes-les-Mimosas (YCIBM), le gestionnaire du port. Un appontement flottant l'agrandissement du domaine portuaire au sud. Le terre-plein central du port accueille au sud une zone de carénage appontements. Le port dispose de 950 emplacements réservés aux plaisanciers.
  • port, dit halte fluviale intercommunale de Châteauneuf-du-Pape
    port, dit halte fluviale intercommunale de Châteauneuf-du-Pape Orange - Montbuisson - isolé
    Historique :
    La halte fluviale mise en place sur le Rhône vif, dans la seconde moitié du 20e siècle sans doute en valeur paysagère ont été projetés dans le cadre de la politique de restauration et de valorisation des cours d'eau (incluant l'ouverture au public et le développement des activités liées aux milieux ), dont le point de départ se situe juste en aval de la halte fluviale, est comprise dans ce même Contrat fluviale (s'élevant à 85.354 euros H.T.), la Compagnie Nationale du Rhône 20 %. Le projet a également été financé par le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur (à hauteur de 20 %) et par le Conseil Général de Vaucluse (pour 10 %). La maîtrise d’œuvre a été assurée par le bureau Kanopé. Les travaux sont lancés en 2006 par le réaménagement de l'appontement. En 2007, on procède à la mise en place de la est inaugurée le 26 septembre de cette dernière année.
    Hydrographies :
    Rhône (le)
    Description :
    Bien que portant le nom de la commune de Châteauneuf-du-Pape, la halte fluviale intercommunale se ont été créés sur la berge pour accueillir le public.
  • parfumerie Bertrand Frères, puis Naarden, puis Quest, puis Biolandes
    parfumerie Bertrand Frères, puis Naarden, puis Quest, puis Biolandes Grasse - 44 route de Plascassier - en ville - Cadastre : 2006 DE 11, 13, 225, 233, 254, 258, 259, 314, 316, 343, 344, 494 à 496
    Historique :
    et éviter de surcharger par l'ajout de constructions nouvelles le site de l'usine mère au bâti déjà chaudière et de deux bassins. Cette première phase d'aménagement est confiée à Léon Le Bel et présente une agrandissements a lieu après le rachat de la parfumerie Bertrand Frères par le groupe industriel Naarden en 1967 surtout de la salle des mélanges ; entre 1969 et 1975, le nouveau bâtiment des hydros avec l'aire de stockage enterrée des solvants ; entre 1975 et 1979, le bâtiment de stockage, activité mélange, réception et expéditions et l'atelier d'entretien ; entre 1979 et 1990, un atelier pour les absolues, le bâtiment d'administration technique et production et enfin le bâtiment administratif. En 1987, Naarden revend la société Bertrand Frères au groupe Unilever. Un an plus tard le nom de Bertrand Frère disparaît . Au début des années 1990, le site est cédé au groupe Quest, qui l'occupe jusqu'en 1998, date à laquelle l'usine est vendue à la société Biolandes, qui cesse toutes ses activités sur le site en 2006
    Description :
    en forme le cœur central. Celle-ci se compose d'une série de locaux d'un ou deux niveaux, d'époques d'un édifice à deux corps de bâtiments accolés. Le plus ancien présente une structure en parpaings de centrale du toit. Le corps secondaire est en parpaing de ciment, la toiture est en terrasse avec réservoir terrasse. La cheminée de l'usine construite selon le système Monnoyer se trouve contre le mur extérieur de s'agirait de l'installation la plus importante de cette époque, à Grasse, pour le traitement des mousses.
    Auteur :
    [] Le Bel Léon
    Illustration :
    Une extension récente : le bâtiment stockage activité mélange réception expédition Reste du mur construit dans les années 1980 afin séparer le site en deux. IVR93_20080600282NUC2A
  • parfumerie Robertet & Cie
    parfumerie Robertet & Cie Grasse - quartier des Casernes - 37 avenue Sidi-Brahim - en ville - Cadastre : 2006 BZ 73
    Historique :
    production. Le terrain où se trouve l'établissement est acquis par la société en 1894. Il s'agit d'une l'architecte grassois Léon Le Bel de la construction d'un atelier d'extraction. Celui-ci est rapidement et , hangars. Après la guerre, l'extension du site se poursuit. Vers 1950, le bâtiment où se trouve aujourd'hui imposant bâtiment appelé le silo où se trouve aujourd'hui la chaufferie. La transformation du bâtiment des années 1920 sous le contrôle presque exclusif de la famille Maubert. Les descendants de Jean Baptiste
    Référence documentaire :
    Plan présentant les ajouts de constructions effectués entre 1895 et 1920 ainsi que le projet de sur papier, Le Bel, Léon (architecte), 19/03/1920, Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice
    Description :
    diverses reprises. Le premier bâtiment (IA06001630) et le bâtiment dit des iris (IA06001631), aujourd'hui glaçage) ainsi que le principal quai de réception et de départ des marchandises. Un deuxième groupe d'extraction statiques et dynamiques, un atelier de broyage et au niveau de soubassement, le distilloir. Cet espace comprend en outre le bâtiment dit du silo, où se trouve la chaufferie. Il s'agit d'un édifice aveugle (mis à part une porte d'accès), de forme carrée, toiture en terrasse. Enfin, le site comprend un entièrement métallique, l'atelier des synthèses ainsi qu'un bassin, la cantine et le bâtiment des mélanges.
    Auteur :
    [] Le Bel Léon
    Illustration :
    Vue nord-ouest, le silo. IVR93_20070600149NUC2A
  • parfumerie C.A.L. Saint-Claude
    parfumerie C.A.L. Saint-Claude Grasse - quartier Saint-Claude quartier de Saint-Antoine - 28 avenue Georges Pompidou 31 chemin de la Chapelle Saint-Antoine - en ville - Cadastre : 2006 CE 320, 322
    Historique :
    le procédé connaissait au même moment un important développement dans l'industrie de la parfumerie , achète un terrain agricole et y fait aménager un site annexe dévolu à la production. On le nomme assez conception du site est confiée à Léon Le Bel, architecte grassois qui avait acquis une importante expérience est revendue peu de temps après au groupe industriel Pfizer. Ce rachat est le premier d'une série qui années 1930. Une résidence pour retraités remplace aujourd'hui l'usine, entièrement démolie (sauf le
    Référence documentaire :
    Plan présentant le nouveau projet de construction. [Parfumerie C.A.L. Saint-Claude]. Usine de Saint [Parfumerie C.A.L. Saint-Claude]. Plan d'ensemble. / Plan bleu sur papier ; 1/500e, , par Le Bel Ce plan évoque le projet qui n'a pas vu le jour de construction d'un atelier d'extraction
    Description :
    A partir des années 1920, le type architectural des bâtiments de production de l'industrie des l'activité productive. Dans ce cadre, le site annexe de la société Camilli, Albert et Laloue, bien que démoli , conserve un caractère exemplaire. Les quatre bâtiments principaux (les deux ateliers d'extraction, le capacité. Ce système était monté sur le réservoir d'eau et de solvants, dernier vestige encore visible de d'extraction, situé en contrebas. La partie haute servait de réservoir d'eau. Le système de refroidissement se composait de quatre panneaux enjambant le bassin dans le sens de la largeur. Chaque panneau se divisait en
    Auteur :
    [] Le Bel Léon
  • parfumerie Bertrand Frères, actuellement immeuble à logement
    parfumerie Bertrand Frères, actuellement immeuble à logement Grasse - quartier Font-Laugière - 6 avenue Font-Laugière - en ville - Cadastre : 1809 E 287 à 293, 337 à 342 2006 BI 70
    Historique :
    raison sociale. D'après le cadastre, c'est en 1865 que l'entreprise s'implante dans l'usine qui constitue son siège historique. Le site ne comprend au début qu'un seul bâtiment implanté en bordure nord du notamment un bâtiment situé le long de la limite ouest du terrain. Un deuxième local est bâti dans le même alignement. Le bâtiment nord est transformé en logement et conciergerie, matérialisant l'entrée principale de 1920, avec la construction, sans doute par l'architecte grassois Léon Le Bel, d'une nouvelle chaufferie immobilier voit le jour dans les années 2000, incluant aussi la friche industrielle voisine, Lautier Fils
    Référence documentaire :
    En 1954, la société Bertrand Frères employait 65 personnes. Activité de l'industrie dans le
    Auteur :
    [] Le Bel Léon
  • pont routier
    pont routier Arles - Grand Gallègue le Port - R.D. 113 R.D. 6113 route d' Arles - en écart - Cadastre : 2008 MZ non cadastré domaine public
    Historique :
    Le pont suspendu de Fourques de 1830 (Référence : IA13004050) ne répondant plus à l'augmentation du définitivement le renforcement de l'ancien pont au profit de cette solution plus économique de déviation de la de la Camargue, déclassé depuis janvier 1951, et le nouveau pont serait établi à l'emplacement d'un ancien ouvrage ferroviaire, ouvert en 1903 et aujourd'hui abandonné (Référence : IA13004518). Le projet réaménagées. Le nouvel ouvrage routier est mis en service en 1958. Il a subi quelques travaux de réparations
    Hydrographies :
    Petit Rhône (le)
    Observation :
    Repérage cartographique. Pont franchissant le Petit Rhône entre Arles, Trinquetaille (13) et
    Référence documentaire :
    Pont de la RN 113 sur le Petit Rhône à Fourques. Archives départementales du Rhône, Lyon : 3959W p. 96-102 Billo, Maurice. Ponts et ouvrages d´art en Arles. Regards sur le patrimoine : histoire
    Description :
    Le nouveau pont routier de Fourques permet à la R.N. 113 de franchir le Petit Rhône (Référence : IA13004135) entre Arles, en rive gauche (lieu-dit Grand Gallègue) et Fourques, en rive droite (lieu-dit Le
    Localisation :
    Arles - Grand Gallègue le Port - R.D. 113 R.D. 6113 route d' Arles - en écart - Cadastre : 2008 MZ
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur le département 30
    Illustration :
    Vue du pont dans son contexte (depuis le Vieux Pont de Fourques, en amont). IVR93_20121300427NUC2A
  • pont suspendu de Saint-Gilles
    pont suspendu de Saint-Gilles Arles - Saliers Figarès - R.N. 572 - isolé
    Historique :
    Dans les années 1930, le premier pont fixe de Saint-Gilles - pont suspendu mis en service en 1890 la construction de portiques en béton armé. C'est le projet des Établissements Baudin (alors en , qui fut retenu. Six mois après le début du chantier en janvier 1936, l'entrepreneur, devant faire face résiliation de son contrat. Les travaux reprennent finalement et, début décembre 1938, le tablier du nouveau pont (Annexe n° 1) était achevé. L'ouvrage fut reçu le 1er février 1940, deux ans après le délai prévu et avec un coût majoré. Le pont ayant été endommagé en août 1944 par les Allemands (Annexe n° 2 ), l'autorisation de le reconstruire est donnée le 21 avril 1945. Il est réédifié suivant les mêmes caractéristiques (on note la réutilisation des anciens câbles), par la même entreprise Baudin, par marché approuvé le . Le pont est ouvert en septembre 1947. Des travaux d'entretien sont exécutés en 1972-1973 par Baudin , des fissurations apparaissent dans le tablier et, malgré des travaux de réparations exécutés en 1984
    Hydrographies :
    Petit Rhône (le)
    Référence documentaire :
    Saint-Gilles. Le pont suspendu sur le Petit Rhône. /Carte postale, milieu 20e siècle. Rhône, Givors
    Description :
    Le second pont suspendu de Saint-Gilles, se situait à l'emplacement du pont à tablier suspendu actuel (Référence : IA13004052). Comme le premier pont suspendu (Référence : IA13004148), le nouvel ouvrage était constitué d'une travée principale sur le fleuve de plus de 130 m de portée et d'une travée prédécesseur, le tablier était constitué d'une charpente métallique (emploi de chromo-cuivre, acier spécial à
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur le département 30
    Illustration :
    Saint-Gilles. Le pont suspendu sur le Petit Rhône. IVR93_20121301497NUC1A
  • parfumerie Piver, puis Lautier Fils
    parfumerie Piver, puis Lautier Fils Grasse - avenue Alphonse Maurel avenue Jean XXIII - en ville - Cadastre : 1809 E 333 à 336, 343 à 345, 351 à 359 2006 BI 152, 153, 155, 157 à 164
    Historique :
    site de production mentionné sur le cadastre pour la première fois en 1875. La nouvelle usine du premier bâtiment industriel en un long bâtiment rectangulaire. Vers 1900, le site est une nouvelle par le géomètre Laugier) se situe à l'angle sud-est de la propriété. A cette époque l'usine compte une partir des années 1920, avec l'occupation et l'aménagement des deux propriétés qui bordent le site 1920 font penser aux réalisations de l'architecte grassois Léon Le Bel : halles rectangulaires en béton mondiale, les constructions nouvelles se poursuivent, mais il s'agit le plus souvent soit de bâtiments . En intégrant, au début des années 1980, le groupe industriel Florasynth, la parfumerie Lautier Fils perd son caractère familiale qui s'était maintenu depuis les origines. Le nom Lautier Fils disparaît
    Référence documentaire :
    Activité de l'industrie dans le département. Etude générale sur la parfumerie. Activité de l'industrie dans le département. Etude générale sur la parfumerie. 1954. Archives départementales des Alpes [Parfumerie Lautier Fils] Le bâtiment d'extraction avant démolition. / Photographie couleur, années
    Description :
    On trouvait sur le site Lautier Fils une grande variété de types architecturaux. Aux premiers bâtiments d'inspiration néo-classique, succède un type plus industriel avec le bâtiment d'extraction. Ce assez peu différenciées (hangars en tôle). Le site, bâti sur une surface relativement plane , s'organisait en trois espaces. La partie centrale, la plus ancienne, formait le coeur de l'usine avec les d'extension ponctuels. Le site présentait avant fermeture, un bâti très dense avec des locaux construits en
    Auteur :
    [] Le Bel Léon
    Illustration :
    Le bâtiment d'extraction avant démolition. IVR93_20080600382NUC1A
  • Port Vauban
    Port Vauban Antibes - port Vauban - - en ville - Cadastre : 2015 DY 1, 2
    Historique :
    le port de départ de la première croisade. Le port d'Antibes est aménagé entre le 16e et le 17e moitié du 17e siècle, le bastion Saint-Jaume est édifié à l'est de l'anse (voir IA06000904 Vauban et de l'ingénieur Niquet. Le port est creusé entre 1680 et 1685. Au 18e siècle, les quais sont port. Au début du 20e siècle, le site accueille le seul port pétrolier de la Côte d'Azur. En 1912 les 1928 pour le ravitaillement des bateaux. Le dépôt d'Antibes, créée en 1926-1927, accueille trois l'issu du conflit, les chantiers navals situés dans le bastion Saint-Jaume sont détruits. A partir de extension du port est réalisée en 1965, l'Anse Saint-Roch est le premier port de plaisance de la Côte d'Azur le Fort Carré. Dans les années 80, une deuxième phase d'aménagement concerne l'entrée du bassin , elle est par la suite affectée à la grande plaisance. Le quai Camille Rayon dit quai des milliardaires est inauguré en 1986. En 2009, le port Vauban est le plus grand port de plaisance d'Europe.
    Référence documentaire :
    Port Vauban, vue du quai des pêcheurs, le rempart et la porte marine. Photographie, auteur inconnu
    Description :
    la totalité de l'anse Saint-Roch. Il est limité au nord par le Fort Carré et au sud par la vieille ville et sa courtine. Le port Vauban est aujourd’hui essentiellement dédié à la plaisance et à la grande regroupés quai des pêcheurs, secteur de la porte marine. Le port est protégé par la digue du large, longue interne. Le port est composé de 4 bassins : - le bassin de plaisance dans l'Anse Saint-Roch avec 11 appontements, - le vieux port au pied de la capitainerie et du môle est avec 6 appontements, - le bassin de petite plaisance sous le Fort Carré avec 7 appontements - le bassin de grande plaisance protégé par la jetée où le quai Camille Rayon dit quai des milliardaires peut accueillir jusqu'à une vingtaine de très bois, en grilles métalliques ou en béton. Le port est doté de deux capitaineries, l'une au niveau du 3 étages avec une tour de vigie au sommet ; juste derrière se trouve l'hélistation. Le port est autrefois l'entrée du vieux port. Il est en pierre blanche et surmonté d'une rambarde rouge, le feu ayant
    Auteur :
    [] Le Prestre de Vauban Sébastien
    Illustration :
    Port Vauban, vue sur le quai des pêcheurs, le rempart et la porte marine. IVR93_20150600181NUC1A Vue du port Vauban à Antibes depuis le nord. IVR93_20130600117NUC2A Vue du port Vauban depuis le fort Carré à Antibes. IVR93_20130600120NUC2A La capitainerie du port de plaisance depuis le phare des Cinq Cents Francs. IVR93_20150600166NUC2A Chantier naval du port Vauban depuis le phare des Cinq Cents Francs. IVR93_20150600172NUC2A
  • gué dit radier
    gué dit radier Sorgues - les Confines île d' Oiselet Oiselon - isolé - Cadastre : 2008 EH non cadastré domaine public
    Historique :
    Le passage formant gué que l'on trouve en aval du bras des Arméniers (Référence : IA84000947
    Observation :
    Point de franchissement aménagé sur le bras des Arméniers à Sorgues (84), en aval du Pont des
    Description :
    A l'ouest de l'agglomération de Sorgues, à hauteur du lieu-dit les Confines, le gué franchit le submersible est bétonné. Ses parties sur rive en pente sont enrochées. Le pont cadre en béton armé appuyé en
  • pont sur la Vaïre
    pont sur la Vaïre Annot - en village - Cadastre : 1830 F non cadastré domaine public 2007 C non cadastré domaine public 2007 D non cadastré domaine public 2007 F non cadastré domaine public
    Historique :
    , décidèrent la construction d'un pont en pierre. Le devis fut établi le 26 septembre de cette même année, par étaient en pierre, le tablier restait en bois. En 1681, les ailes du pont furent renforcées de murs en place. Le pré en pente qui bordait la rivière a été transformé en surface plane au moyen d'un vaste été refaits en pierres de taille de grand appareil grossièrement hachurées. Rive droite, le pont a été légèrement réduit en longueur en 1932 : le large mur qui le prolongeait sur la rive a été détruit. Enfin, le l'ancienne face amont. Dès les premières années du 20e siècle, le pont de la Vaïre devint un sujet récurent
    Référence documentaire :
    Le 5 juin 1707, le procureur du pays accompagné de l'architecte Vallon inspectent les dégâts causés par la crue de la Vaïre de 1704 et examinent la nécessité de reconstruire le pont de la Donne à Saint -Benoît et le pont de la Vaïre à Annot. [Procès-verbal de visite pour établir les besoins de réparations [Le pont sur la Vaïre à Annot avant les travaux de 1897] / Photographie anonyme, 4e quart 19e [Le pont d'Annot au début du 20e siècle]. / Photographie anonyme sur plaque de verre, vers 1900
    Précisions sur la protection :
    L'arrêté du 16 juin 1946 a inscrit en tant que site le pont et les platanes de la place.
    Description :
    Le pont actuel présente un visage fortement altéré par rapport à son état initial. Il n'est plus le même modèle. Les arches sont segmentaires, composées d'un unique rang de claveaux de pierres de laisse voir une maçonnerie de blocage entre les deux fronts. Le reste de la maçonnerie du pont est en blocage, mêlant le grès, le calcaire, des galets. Le pont actuel porte de nombreuses traces visibles de
    Annexe :
    . […] etant sur le lieu où led. pont doibt estre constuict et en la presance des susnommés avons donne ordre l’endroict où estoit le vieux pont de bois et à droicte ligne de la chapelle de saint-Joseph et pour cet devant, scavoir dix pans dans le fondement et huict pans au-dessus et en cas que le ferure ne se tienne pourra a tout le moings qui ayent de deux pans à un pan et demy de aut et le dedans sera rampli de bonne l’espesseur de six pans dans le fondement et reduites a quatre pans au dessus le tout bonne massonnerie et en y employant de plus gros cartiers de pierre que faire se pourra. Le dessus desd. pilles sera couvert posées en fasson que le pont aye douze pans largeur, lesd. poutres seront couvert avecque des tables de généralement tout ce qui sera necessaire pour la construction dud. pont a le tout estimé a la somme de trois dessus et dessous le pont de la vaire pour employer deux cents livres portées par icelle 15 août 1704 despaisseur aux fondements lesquels mettront sur le ferme reduit a trois de la meme auteur que lad. muraille
    Illustration :
    D’après le plan cadastral 2007, section C, D, F ; échelle d’origine 1/5000e. IVR93_20170400349NUC1A D’après le plan cadastral 1830, section F. IVR93_20170400335NUC1A -11 : Annot et le pont sur la Vaïre. IVR93_20170400369NUC1A [Le pont sur la Vaïre à Annot avant les travaux de 1897]. IVR93_20110400164NUC2A [Le pont au début du 20e siècle]. IVR93_19760400026X
  • station de pompage
    station de pompage Arles - Salin de Giraud Ponsard Chamone - isolé
    Historique :
    La station de pompage de Chamone permet de puiser dans le Grand-Rhône (Référence : IA13004134) les eaux destinées à alimenter le canal du Japon (Référence : IA13004110). Ces eaux, véhiculées par le siècle. L'existence d'un système pour alimenter le canal du Japon, réalisé en 1724, doit cependant être problèmes de gestion et de maintenance". Il était alors nécessaire de réparer le système d'ouverture des panneaux et crémaillère et le transformateur usé par une puissance trop faible en comparaison de l'énergie
    Description :
    transformateur. Le système d'ouverture à panneaux et crémaillère permet de prélever l'eau en surface et d'éviter
    Illustration :
    Bâtiment abritant le transformateur. IVR93_20121301528NUC2A Prise d'eau dans le fleuve. IVR93_20121301532NUC2A
  • crèche et 25 santons (figurines)
    crèche et 25 santons (figurines) Marseille 16e arrondissement - les Riaux la Nerthe - chemin vicinal de l' Estaque au Rove
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur sur étiquette
    Représentations :
    Au premier plan, deux santons, la marchande de brousse du Rove et le pêcheur de l'Estaque femme à la cruche ; sur le chemin, avant le pont qui franchit le ruisseau, la fileuse et l'homme au fagot. En haut, sortant du moulin à vent, le meunier, devant un berger, des moutons, une arlésienne, un tambourinaire, une femme au fagot. Des cyprès rythment le paysage.
    Dimension :
    h = 41 ; la = 54 ; pr = 55 (dimensions maximales avec le socle) ; socle : h = 6. Santons du premier
    Texte libre :
    Les deux santons du premier plan, le pêcheur de l'Estaque et la marchande de brousse du Rove sont
    Illustration :
    Crèche offerte par le santonnier Carbonnel. IVR93_20061300432XE
  • Port du Rouet
    Port du Rouet Carry-le-Rouet - anse du Rouet calanque des eaux salées - - en ville - Cadastre : 2015 AY non cadastré, domaine public
    Historique :
    l'installation de pompage. L'anse du Rouet est aménagée au milieu du 20e siècle avec quelques habitations. Le
    Référence documentaire :
    Programme de modernisation des ports par le Conseil général. 1955-1972. Archives départementales
    Précisions sur la protection :
    Atlas des paysages : chaîne de l'Estaque , massif de la Nerthe , Côte Bleue Le viaduc des Eaux
    Description :
    Le port du Rouet se situe à l’ouest de la plage du Rouet et à l’'est du port de Carry. Orienté au (environ 35 et 100 m de long) doublées de quais en béton en face interne. Le port est équipé d’une cale de mise à l'eau en béton et d’'un appontement flottant avec platelage en bois de 44 m de long. Le port
    Localisation :
    Carry-le-Rouet - anse du Rouet calanque des eaux salées - - en ville - Cadastre : 2015 AY non
    Illustration :
    Carte de repérage des infrastructures portuaires de la commune de Carry-le-Rouet Le bureau du port du Rouet et sa cale de mise à l'eau, Carry-le-Rouet. IVR93_20151301004NUC2A
  • ensemble de 4 ex-voto : Reconnaissance à Marie
    ensemble de 4 ex-voto : Reconnaissance à Marie Rougon - le Bourg
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur inscription concernant le destinataire inscription concernant le lieu d'exécution inscription concernant le fabricant
    Description :
    un carton (pour l'un d'entre eux le support est en bois) peint en bleu, des lettres en relief doré
    Localisation :
    Rougon - le Bourg
  • ponceau routier dit pont du Japon
    ponceau routier dit pont du Japon Arles - Salin de Giraud Saint-Bertrand - R.D. 36c Embranchement du Bac de Barcarin - isolé - Cadastre : 2008 OW non cadastré domaine public
    Historique :
    L'existence du pont dit pont du Japon, portant le nom du canal qu'il franchit, est attestée sur le cadastre napoléonien en 1823 et sur les minutes de la carte d'Etat-Major du milieu du 19e siècle. Le pont
    Observation :
    Repérage cartographique. D'après le cadastre napoléonien. Pont de l'Embranchement du Bac de Barcarin (R.D. 36c), franchissant le canal du Japon juste avant le lieu-dit St-Bertrand (au nord-ouest du
    Description :
    Le pont routier dit du Japon franchit le canal du Japon au sud du lieu-dit Saint-Bertrand (au nord
  • arsenal
    arsenal Toulon
    Historique :
    en 1604 sur un projet de l'ingénieur Jean de Bonnefons. Dans les années 1630 s'affirme le projet de Provence dirige les travaux de construction de magasins et ateliers entre le quai, le rempart ouest et la Méditerranée, charge Colbert de transformer le parc de marine de Toulon en conséquence. Après 10 années de projets infructueux, Colbert charge Vauban du dossier. Le projet de Vauban de 1682 est retenu et mis en direction des travaux d’architecture de l’arsenal de 1745 à 1777. En 1774 le premier bassin de radoub est mis en chantier selon le projet de l’ingénieur des constructions navales Antoine Groignard. En 1793 , les anglais tentent d'incendier l'arsenal mais ne parviennent qu'à détruire le magasin général d'agrandir l'arsenal se fait sentir. Au terme de plusieurs études, le principe d'une extension vers l'ouest la darse neuve par le front bastionné maritime de Vauban, entre en service à la fin des années 1850 une enceinte bastionnée tracée dans le prolongement de celle construite après 1852 pour protéger la
    Référence documentaire :
    Mémoire de l’état auquel se trouvent présentement le port, l’arsenal, les vaisseaux et les magasins LE PRESTRE DE VAUBAN SEBASTIEN. Mémoire sur les réparations plus nécessaires des fortifications de LE PRESTRE DE VAUBAN Sébastien. Deuxième adition au projet des fortiffications de Toulon, 19 mars [Plan de masse du projet de l’arsenal de Toulon.] / Dessin à l'encre, par Sébastien Le Prestre de Sébastien Le Prestre de Vauban, mai 1682. Service Historique de la Défense, Vincennes : 1 VH 1831 n° 9.
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Le Prestre de Vauban Sébastien
    Texte libre :
    militaire. D’autre part, la fonction même de l’arsenal de la marine induit le fait que ses bâtiments , et n’ayant pas leur équivalent dans les places fortes non portuaires : c’est le cas de la corderie cet arsenal a fait l’objet sous le second Empire, ne sont pour l’essentiel (même dans le cas de la , jusqu’au déclassement de la place forte de Toulon en 1923, entre le département de la Marine et celui de la que dans le cas des fronts « maritimes », enveloppant les darses. Par conséquent, l’étude de ces dans le cadre d’une approche thématique de l’arsenal et de ses bâtiments militaires, mais dans celle de faut-il préciser qu’une partie de ces bâtiments, utilisée secondairement par le bagne terrestre de qui a été ou demeure bâti dans le périmètre de l’Arsenal, à l’usage de la Marine et de la flotte de présentent pas des architectures représentatives des modèles et des poncifs suivis par le génie. En , dans l’enceinte de l’arsenal, les équipages des vaisseaux de guerre séjournant dans le port
  • ponceau de chemin
    ponceau de chemin Arles - Salin de Giraud les Charlots le Vedeau - isolé
    Historique :
    Le ponceau établi au nord du lieu-dit les Charlots, pour franchir le canal du Japon (canal de
    Observation :
    l'Embranchement du Bac de Barcarin), franchissant le canal du Japon, ou Bras de Fer, au nord-ouest de Salin de Giraud (commune d'Arles) ; se trouve entre le pont de la R.D. 36 et le pont des Courlis.
    Description :
    Le ponceau du chemin menant aux lieux-dits les Charlots et le Vedeau (depuis l'Embranchement du Bac de Barcarin, R.D. 36c), franchit le canal du Japon au nord-ouest de Salin de Giraud (commune d'Arles
    Localisation :
    Arles - Salin de Giraud les Charlots le Vedeau - isolé
  • pont routier dit de Truchet
    pont routier dit de Truchet Arles - Monplaisir le Trébon Truchet - chemin de Truchet mas de Truchet - en écart - Cadastre : 2008 AO non cadastré domaine public
    Historique :
    Le pont dit de Truchet franchissant le Vigueirat (Référence : IA13004109), à l'est du quartier ouvrages d'art établis sur le Vigueirat, sur le tronçon du canal contournant l'agglomération arlésienne. Le reconstruit afin d'assurer, par le biais d'un rond-point, la liaison du nord de l'agglomération arlésienne
    Observation :
    Repérage cartographique. D'après le cadastre napoléonien. Pont du chemin de Truchet, franchissant le canal du Vigueirat au nord d'Arles, en aval du pont des Moines et en amont du pont des Marinettes.
    Description :
    Le pont routier de Truchet permet au chemin de Truchet de franchir le canal du Vigueirat (Référence Marinettes (Référence : A13004119). Il s'agit d'un ouvrage à travée unique. Le tablier, constitué d'une dalle . Le pont amont dit des Moines (Référence : RA13000086) et le pont aval du chemin des Jonquets
    Localisation :
    Arles - Monplaisir le Trébon Truchet - chemin de Truchet mas de Truchet - en écart - Cadastre
1 2 3 4 8 Suivant