Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • arsenal
    arsenal Toulon
    Historique :
    en 1604 sur un projet de l'ingénieur Jean de Bonnefons. Dans les années 1630 s'affirme le projet de Les premiers travaux d'aménagements et de fortification de la darse du port de Toulon sont lancés transformer une partie de la darse en arsenal. En 1641, Nicolas Arnoul, commissaire général de la marine de Provence dirige les travaux de construction de magasins et ateliers entre le quai, le rempart ouest et la ville, berceau du futur grand arsenal. Louis XIV, désireux d'accroître la capacité de sa flotte en Méditerranée, charge Colbert de transformer le parc de marine de Toulon en conséquence. Après 10 années de projets infructueux, Colbert charge Vauban du dossier. Le projet de Vauban de 1682 est retenu et mis en oeuvre à partir de 1685. Les guerres de la ligue d'Augsbourg et de succession d'Espagne entraînent une 1750, sous l'autorité de Jean-Joseph Verguin, ingénieur des bâtiments civils de la marine chargé de la direction des travaux d’architecture de l’arsenal de 1745 à 1777. En 1774 le premier bassin de radoub est
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Référence documentaire :
    Délibérations du conseil communal de Toulon du 7 janvier 1628 pour la continuation du terrassement de la place destinée à la construction des vaisseaux et galères et du 25 février 1628 pour l’exhaussement de la muraille du côté du ponant et réalisation d’un terre-plein. Archives communales, Toulon Mémoire de l’état auquel se trouvent présentement le port, l’arsenal, les vaisseaux et les magasins Les plans, profils, et devis de l’état des places maritimes de Provence, 1670. Service Historique de la Défense, Vincennes : Fonds de la Marine SH 86. LE PRESTRE DE VAUBAN SEBASTIEN. Mémoire sur les réparations plus nécessaires des fortifications de Toulon,... et dessein d'un arsenal de marine... 10 mars 1679. Service Historique de la Défense, Vincennes bâtiments du nouvel arsenal. Service Historique de la Défense, Vincennes : 1V H 1831 n°14. LE PRESTRE DE VAUBAN Sébastien. Deuxième adition au projet des fortiffications de Toulon, 19 mars
    Précisions sur la protection :
    L'ancienne porte de l'Arsenal, remontée au musée : classement par arrêté du 4 mai 1910.
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Bonnefons Raymond de [ingénieur militaire] Le Prestre de Vauban Sébastien
    Texte libre :
    l’ingénieur territorial Raymond de Bonnefons. Le 3 janvier 1604, le conseiller Garnier de Montfuron établit un Bonnefons, ingénieur de Sa majesté ». L’aménagement de la darse, dont Raymond de Bonnefons avait différé le , et enclose par des fronts maritimes bastionnés, raccordés au front sud maritime tenaillé de Raymond de Bonnefons. L’arsenal est tracé de façon orthogonale et symétrique ; il est centré sur le chantier Topographie et typologie générale Introduction méthodologique La destruction de nombreux édifices et équipements de l’arsenal de Toulon lors des bombardements alliés de 1944 a néanmoins laissé plus représentatifs de l’histoire de cet établissement d’envergure. Pour autant, l’infrastructure bâtie d’un arsenal maritime, bâtiments et équipements, ne relève pas exclusivement de l’architecture militaire, mais aussi de l’architecture portuaire, voire de l’architecture industrielle (forges, ateliers mécaniques), tant il est vrai que la nature défensive de la flotte n’imprime pas nécessairement un caractère
    Illustration :
    Plan de repérage des restes conservés de l'enceinte urbaine, des bâtiments militaires de la ville et de l'Arsenal de la Marine. IVR93_20158301340NUC1A [Plan de masse du projet de l’arsenal de Toulon.] 1681 IVR93_20158300444NUC1A [Deuxième plan de masse du projet de l'arsenal de Toulon]. 1682 IVR93_20158300445NUC1A Plan de l'Etat present des fortifications et de l'Arcenal de Toulon 1699. IVR93_20158300447NUC1A [Plan de l'arsenal de Toulon.] 1702. IVR93_20158300448NUC1A Plan de Toulon et de ses environs. 1738. IVR93_20158300451NUC1A Plan de l'arsenal de Toulon. 1738. Détail : légende du plan. IVR93_20158300452NUC1A Plan de l'arsenal de Toulon. 1765. Détail. IVR93_20158300459NUC1A Plan de la ville et des darses de Toulon relatif au projet d'agrandissement à la partie du
  • lotissement de comblement dit lotissement de la Falaise
    lotissement de comblement dit lotissement de la Falaise Marseille 16e arrondissement - l' Estaque quartier de la Falaise - boulevard de la Falaise chemin de la Nerthe Nerthe boulevard Raymond-Fillat avenue de la Mer rue de la Panetière - en ville - Cadastre : 1978 Estaque N
    Historique :
    Ce lotissement est situé sur la partie nord-ouest de la propriété de Château Fallet (Référence de Villeneuve-Trans-Flayosc qui possédait également des terrains au quartier des Riaux. Ses successeurs, des membres de la famille Grasset, donnent mandat à un géométre DPLG de Villefranche-sur-Saône , Jean Curis, pour dessiner un lotissement. Avant l'entrée en vigueur de la législation sur les l'occupation du sol : des parcelles de terrains de tailles très inégales, dont certaines sont déjà occupées sans respecter d'alignement. Elles sont disposées de façon aléatoire, assez denses vers la montée Antoine-Castejon où Jacques Dogliani, débitant de boissons, a fait construire un cinéma, plusieurs chais à vins et des maisons, cependant que d'autres particuliers construisent le long du chemin de la Nerthe et dans les îlots centraux où se retrouvent quelques constructions de la famille d'un fermier du domaine de Villeneuve. L'autorisation de lotir, demandée en 1925, est refusée dans un premier temps pour
    Parties constituantes non étudiées :
    mur de clôture
    Référence documentaire :
    transcription hypothécaire n°26 Vente de la bastide Fallet (Estaque, Marseille) par Jules Aristide Théophile Seux à Hélion marquis de Villeneuve Trans-Flayosc, 1879. Archives départementales des Bouches-du transcriptions hypothécaires n° 2, à 13 Actes de ventes parcelles du lotissement la Falaise à transcriptions hypothécaires du 29 juin 1923 Déclaration du lotissement de la Falaise à l'Estaque Cahier des charges de 1923. Plan du lotissement de 1924. Plan du lotissement en 1960. Demande de Plan du lotissement de la propriété La Falaise adressé le 10 décembre 1924 à monsieur le maire de Villefranche (Rhône) mandataire des propriétaires mesdames les comtesses de Certaines et de Fleurieu, complété . /Tirage de plan sur papier, surchargé en couleur, 90 X 61cm, échelle = 1/500e, 1960. Archives
    Précision dénomination :
    lotissement de comblement
    Description :
    Situé sur un plateau incliné vers la mer, dont le sépare une falaise d'une dizaine de mètres, le lotissement s'étend sur environ cinq hectares entre le chemin du Littoral au sud, le chemin de la Nerthe au nord et la montée Antoine-Castejon et la montée de la Falaise. Le chemin de la Nerthe est le seul chemin carrossable qui le relie aux quartiers voisins. Le lotissement est constitué de sept îlots. Les îlots périphériques, dont la forme est déterminée par le relief et les limites de propriétés sont orthogonale. Le parcellaire de taille très inégale, présente deux types de parcelles : des petites parcelles rectangulaires allongées, en périphérie : au bord du plateau et proche du chemin de la Nerthe ; des grandes
    Localisation :
    de la Nerthe Nerthe boulevard Raymond-Fillat avenue de la Mer rue de la Panetière - en ville Marseille 16e arrondissement - l' Estaque quartier de la Falaise - boulevard de la Falaise chemin
    Titre courant :
    lotissement de comblement dit lotissement de la Falaise
    Appellations :
    lotissement de la Falaise
    Aires d'études :
    Grand Projet de Ville, l'Estaque-les Riaux
    Texte libre :
    Ce lotissement vint combler un vide entre la partie résidentielle à l'est du quartier de la Falaise et la partie d'habitat populaire construit dans le Vallon des Riaux et sur le délaissé de la voie postérieure à la loi de juillet 1924 sont très visibles sur le terrain. Exemple de lotissement non achevé avec de grandes disparités dans la taille des parcelles.
    Illustration :
    Vue de l'extrémité du boulevard Raymond-Fillat, au croisement du passage de la Nerthe, en direction Maison, 19 boulevard Raymond-Fillat (parc N 18). Vue prise depuis la rue du mur-bahut de clôture Vue en enfilade du passage de la Nerthe, prise depuis le boulevard Raymond-Fillat. Le passage Plan du lotissement de la propriété La Falaise adressé le 10 décembre 1924 à monsieur le maire de Villefranche (Rhône) mandataire des propriétaires mesdames les comtesses de Certaines et de Fleurieu, complété de l'ouest. La rue carrossable se poursuit en escaliers. A l'arrière-plan, le viaduc des Riaux Maison, 40 boulevard de la Falaise (parc N 1), construite en 1923 pour un mécanicien. Vue générale , marchand de vin. Vue de la façade. IVR93_20011300507XE Cinéma le Rio, 36 montée Antoine-Castejon. Détail de la façade : panneau peint des horaires de Ensemble de deux maisons, 5 avenue de la Mer (parc N 24), construit en 1924. Vue générale depuis la
  • maison dite Villa Paloma
    maison dite Villa Paloma Cap-d'Ail - 16 boulevard Raymond-Gramaglia - en ville - Cadastre : 1986 AI 52
    Historique :
    La villa dont le nom de l'architecte reste inconnu, est construite vers 1910 à l'emplacement de l'ancienne usine électrique de l'hôtel Eden. Le jardin a été restauré dans la seconde moitié du 20e siècle.
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Représentations :
    Sujet : boulet encadré d'entrelacs et de volutes sur fond de cuir découpé, souligné par un bouquet de fleur lié par un ruban, sculpté ; support : panneaux situés entre les aisseliers. Sujet : boulet sur fond de cuir découpé, encadré par une guirlande de fleurs, sculpté ; support : panneaux situés entre les aisseliers, au niveau de l'entablement. Sujet : chute de noeuds, sculptées ; support : angles ébrasés de la tour.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Description :
    La villa a un plan régulier en U avec quatre niveaux dont un étage de soubassement. L'angle nord par un avant-toit sur aisseliers. La façade sud est ordonnancée. L'étage de soubassement ouvre au sud sur un portique surmonté d'une galerie formée de baies en plein cintre, couverte par une terrasse d'agrément. Cette terrasse située dans le prolongement des pièces de réception du rez-de-chaussée, est reliée l'étage, au sud, sont agrémentées de balcons. L'axe du rez-de-chaussée, sur la façade est, est souligné , surmontée d'une marquise, est située au rez-de-chaussée, dans l'axe de la façade nord. L'entrée ouvre sur un hall anglais éclairé par une verrière orné de vitraux. Le garage, réalisé dans le style de la maison , est couvert par une terrasse. Le jardin, irrégulier, est agrémenté de pelouses et de massifs d'arbres . Une porte avec un escalier isolé, droit, aménagée dans le mur de clôture, permet un accès direct à la mer. Lors de la restauration du jardin une piscine a été ajoutée au sud.
    Étages :
    étage de soubassement
    Localisation :
    Cap-d'Ail - 16 boulevard Raymond-Gramaglia - en ville - Cadastre : 1986 AI 52
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la tour, depuis le nord-est. IVR93_19960601346ZA Détail : l'angle nord-ouest de l'étage supérieur de la tour, depuis le nord-ouest éclairé par un puits de lumière couvert par une verrière, depuis le nord. IVR93_19960601347ZA Vue de situation depuis la mer. IVR93_19960601361ZA
  • maison dite Villa Paradisino
    maison dite Villa Paradisino Cap-d'Ail - 30 boulevard Raymond-Gramaglia - en ville - Cadastre : 1986 AI 59
    Historique :
    La villa dont le nom de l'architecte n'est pas connu est construite en 1903 pour André Letrey sur une parcelle achetée en 1902. Elle appartient en 1907 au comte Chibourdet de Granges qui ajoute un
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Représentations :
    sujet : vase en céramique vernissée ; support : balustrade de couronnement de la dépendance ; sujet : chapiteaux doriques ; support : colonnes de la pergola ; sujet : balustrade sculptée ; support : couronnement de la dépendance et balustrade de la terrasse
    Description :
    . L'entrée principale à l'est, en rez-de-chaussée surélevé, est précédée d'un porche qui ouvre sur une terrasse couverte par une pergola et agrémentée d'un bassin polygonal. L'étage de soubassement de l'aile sud ouvrait sur un portique qui a été fermé postérieurement. L'étage de soubassement abrite une grande cuisine éclairée par trois fenêtres, un garde-manger, deux chambres de domestiques, un w.-c., deux caves (l'une à vins et l'autre à charbon) , une chaufferie pour le chauffage central et l'eau chaude. Le rez-de -charge et un w.-c. L'étage abrite trois chambres, un cabinet de toilette, une salle de bains avec w.-c ., et un w.-c. séparé. Les pièces de réception et les chambres de maîtres sont équipées de cheminées . Une dépendance construite en soubassement, dans le mur de soutènement du jardin, comporte un garage , une chambre de chauffeur avec coin toilette, un w.-c., et un débarras. Elle communique avec la villa par un escalier. Le jardin de type paysager est planté d'essences locales (pins) et exotiques
    Étages :
    étage de soubassement
    Localisation :
    Cap-d'Ail - 30 boulevard Raymond-Gramaglia - en ville - Cadastre : 1986 AI 59
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade sud, depuis le sud. IVR93_19960600933X
  • Coopérative Vinicole dite Cellier Saint-Bernard
    Coopérative Vinicole dite Cellier Saint-Bernard Flassans-sur-Issole - Charles de Gaulle - en village - Cadastre : 1937 G 433, 434
    Historique :
    Construction en 1912 (date portée) d'après les plans de l'architecte Boyer par l'entrepreneur
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale coopératives agricoles de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Référence documentaire :
    [Coopérative vinicole de Flassans]. Archives départementales du Var, Draguignan : 793 W (3).
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Localisation :
    Flassans-sur-Issole - Charles de Gaulle - en village - Cadastre : 1937 G 433, 434
    Texte libre :
    agricole. Le président était Raymond GAVOTY. Sa construction commença dès 1912, mais elle dut attendre les années d'après-guerre pour s'agrandir. Elle passe d'une capacité de 5 000 hl. en 1912 à 20 000 en 1925 pour 50% en AOC. État actuel : assez bon malgré des problèmes de toiture et de cuves. Capacité : 50 000 rue qui, après avoir traversé Flassans, rejoint la RN 7. Elle est à gauche, en direction de la Nationale, légèrement à l'écart de l'agglomération. L'ensemble des façades ouvre au sud-est. Matériaux : maçonnerie de pierres, sauf l'extrémité est : béton. Structure : l'ensemble a la forme d'un "Z". La branche construction longe la route au niveau de (B) et lui est reliée par le premier étage, à l'arrière, formant un légèrement surélevée sur un quai de pierres. Ses angles sont marqués de refends jusqu'au soubassement. Au rez -de-chaussée, une seule grande porte cintrée dont la partie supérieure est vitrée. La clef semble soutenir, avec quatre autres consoles, le balcon du premier étage à la rambarde de ferronnerie. Sur le
1