Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 11 sur 11 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • bénitier (au sol, de milieu, fixe)
    bénitier (au sol, de milieu, fixe) La Motte-en-Champsaur - Molines - en écart
    Localisation :
    La Motte-en-Champsaur - Molines - en écart
    Aires d'études :
    Saint-Bonnet-en-Champsaur
  • tableaux (3) : Résurrection de Lazare, Mort de saint Joseph, Femme adultère
    tableaux (3) : Résurrection de Lazare, Mort de saint Joseph, Femme adultère Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - en village
    Inscriptions & marques :
    inscription peinte en bas au centre sur chacun des 3 tableaux : DON FAIT PAR SIMON CARLHIAN NE A
    Représentations :
    femme adultère (soldat, femme : en pied, bijou, lien, Christ : agenouillé, foule, prêtre : livre)
    Description :
    Ensemble de 3 tableaux de même facture offerts par le même donateur ; cadres en bois mouluré et
    Localisation :
    Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - en village
  • église paroissiale Saint-Barthélémy
    église paroissiale Saint-Barthélémy La Motte-en-Champsaur - Molines - en écart - Cadastre : 1937 C1 53
    Historique :
    Une chapelle Saint-Barthélémy est signalée à Molines en 1612, 1686, 1708, 1789 ; elle ne fut érigée en paroisse qu'au 19e siècle pour redevenir simple chapelle en 1907 ; l'édifice actuel semble dater du 19e siècle, il est postérieur au cadastre de 1837 ; le clocher-mur à été restauré en 1978 par
    Toit :
    tuile en écaille tôle ondulée
    Description :
    La nef est constituée de 5 travées étroites voûtées en berceau fractionné à lunettes, le choeur de plan demi circulaire est couvert d'une voûte d'arêtes à 5 quartiers ; le clocher mur est en pierre de
    Typologies :
    clocher mur à une baie en façade
    Localisation :
    La Motte-en-Champsaur - Molines - en écart - Cadastre : 1937 C1 53
    Aires d'études :
    Saint-Bonnet-en-Champsaur
    Couvrements :
    voûte en berceau
  • Borne fontaine
    Borne fontaine Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - en village - Cadastre : non cadastré
    Description :
    Borne de section carrée alimentant un bassin demi circulaire en pierre de taille servant d'abreuvoir et un bassin rectangulaire servant de lavoir ; le tout est abrité par un auvent en tôle ondulée
    Localisation :
    Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - en village - Cadastre : non cadastré
  • auberge
    auberge Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - en village - Cadastre : 1976 AB 180
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Localisation :
    Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - en village - Cadastre : 1976 AB 180
  • Maison
    Maison Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - 1ère maison - en village - Cadastre : 1827 E3 2574, 2575 1976 AB 234
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    La façade sud en mur pignon porte l'ensemble du décor : lambrequin en bois découpé et ajouré , motifs en céramique inclus dans la maçonnerie, faux appareil peint et façonné dans l'enduit, balconnets en ferronnerie
    Localisation :
    Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - 1ère maison - en village - Cadastre : 1827 E3 2574, 2575
    Illustration :
    Le balcon du premier étage, détail du garde-corps en ferronnerie. IVR93_19860500313X
  • Maison
    Maison Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - 2e maison - en village - Cadastre : 1827 E3 2582, 2583 1976 AB 236
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    Le pignon est est en pan de bois ; les balustres des balcons du pignon est sont en bois tourné
    Localisation :
    Château-Ville-Vieille - Château-Queyras - 2e maison - en village - Cadastre : 1827 E3 2582, 2583
  • hôtel de voyageurs dit Hôtel Imbert, actuellement centre de loisirs (Centre de montagne des PTT du Queyras)
    hôtel de voyageurs dit Hôtel Imbert, actuellement centre de loisirs (Centre de montagne des PTT du Queyras) Guillestre - avenue du Docteur-Julien-Guillaume - en ville - Cadastre : 1830 D1 301, 302 1999 AB 79
    Historique :
    En 1830 l'emplacement du futur hôtel est occupé par une maison, une cour et une écurie appartenant bâtiment abrite aujourd'hui le Centre de montagne des PTT du Queyras depuis 1982.
    Escaliers :
    escalier intérieur escalier tournant en charpente
    Toit :
    matériau synthétique en couverture
    Description :
    angles et en partie basse des murs.
    Localisation :
    Guillestre - avenue du Docteur-Julien-Guillaume - en ville - Cadastre : 1830 D1 301, 302 1999 AB
    Titre courant :
    Queyras)
    Appellations :
    Centre de montagne des PTT du Queyras
  • chapelle Saint-Michel
    chapelle Saint-Michel Ceillac - la Cime du Mélezet - en écart - Cadastre : 1831 E4 3190 1964 E5 1570
    Historique :
    . En 1939 une section de chasseurs Alpins basée à la Riaille était chargée de surveiller les cols. Un panneau en bois sculpté rappelle cette période : sous un edelweiss se trouvent l'écusson du régiment et sa devise, ainsi qu'une liste de quarante deux militaires. Toiture et cloche refaites en 1994.
    Référence documentaire :
    du tourisme en Queyras, 1984, 127 p. p. 42 VANDENHOVE, Jean. Le Queyras, villages et hameaux. Gap : office d'information et de promotion
    Murs :
    pierre moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    dont la fourche porte la cloche. Au niveau de l'entrait de la ferme est gravée la date 1867. Clôture en bois tourné à balustres en façade.
    Localisation :
    Ceillac - la Cime du Mélezet - en écart - Cadastre : 1831 E4 3190 1964 E5 1570
    Couvrements :
    voûte en berceau
    Illustration :
    Façade sud, la clôture en bois. IVR93_19710500404X
  • Maisons
    Maisons Château-Ville-Vieille
    Historique :
    Maisons situées dans les 2 villages traversés par le Guil, château Queyras et ville vieille ; la
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Toit :
    matériau synthétique en couverture
    Illustration :
    Château-Queyras. Parcelles 149 et 150. Passage couvert, vue prise d'est en ouest Château-Queyras. Parcelles 149 et 150. Passage couvert, vue prise d'ouest en est Prats-Bas. Vue d'ensemble prise de l'est. Toits de bardeaux et étages de grange en bois Prats-Bas. Une habitation. Vue d'ensemble prise du sud-ouest. Noter l'importance des parties en Ville-Vieille. Etable voûtée en cours de démolition. Vue d'ensemble. IVR93_19720500414X Souliers. Parcelle 539. Circulation en façade, détail. IVR93_19880500330X Etable voûtée en cours de démolition. Appareil de la voûte. IVR93_20060500025ZA
  • ensemble fortifié : secteur fortifié des Alpes-Maritimes
    ensemble fortifié : secteur fortifié des Alpes-Maritimes Alpes-Maritimes - près de Frontière France-Italie - isolé
    Historique :
    Depuis le Moyen-Age, l'habitat se constitue en villages fermés et perchés pour faire face aux évacué en 1713. La région voit se succéder différents conflits jusqu'au début du 19e siècle. Après son rattachement à la France, en 1860, des études d'organisations sont conduites, mais sans aboutir. Après 1870 Séré de Rivières, décide en 1882 de renforcer le dispositif défensif. Divers ouvrages sont construits dispositif militaire est poussé plus loin et plus haut vers la frontière, en même temps qu'est mise en place d'intervalles. En 1926, le comité de défense des frontières envisage le renforcement du sud-est. Des ouvrages remise en état. En 1964, la fortification est abandonnée.
    Référence documentaire :
    MARY, J.-Y. La ligne Maginot, ce qu’elle était et ce qu’il en reste. – Paris : Sercap, 1985. publié en 1962 par Ch. Lavauzelle sous le titre « Souvenirs d'un officier du génie »).
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur la commune Bollène-Vésubie (La) oeuvre située en partie sur la commune Breil-sur-Roya oeuvre située en partie sur la commune Castillon oeuvre située en partie sur la commune Isola oeuvre située en partie sur la commune Lantosque oeuvre située en partie sur la commune Peille oeuvre située en partie sur la commune Péone oeuvre située en partie sur la commune Rimplas oeuvre située en partie sur la commune Roquebillière oeuvre située en partie sur la commune Saint-Martin-Vésubie
    Texte libre :
    allemande vers Lyon. L'Ubaye et le Queyras, objectifs secondaires, sont provisoirement classés en deuxième compliquée. Ce contrefort, franchi d'est en ouest par les cols de Restefond, d'Allos et de la Cayolle (Molières, La Guerche) venant échancrer les crêtes en une quantité de cols secondaires de plus en plus des grands objectifs des visées expansionnistes françaises. En 1713, au traité d'Utrecht qui clôturait en ramenant celle-ci à la crête topographique : nous cédâmes nos possessions du versant oriental des Alpes, en contrepartie de quoi nous obtenions la possession de l'Ubaye. Mais cette opération n'affecta pas les Alpes-Maritimes, sinon indirectement, en ce sens que la possession du col de Larche nous Stura. La situation resta en l'état jusqu'en 1860 : en contrepartie de l'intervention française en terrains de chasse favoris : l'organisation ultérieure de notre système défensif devait s'en trouver Alpes, le gouvernement du Général de Gaulle était bien décidé, en tant que membre des nations
1