Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 58 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maison
    Maison Saint-André-les-Alpes - Près du Crouès - chemin du Moulin - en village - Cadastre : 1838 D17 29 2014 AC 267
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    L'édifice apparaît sur le cadastre de 1838, il est alors isolé, près du foulon dans ce quartier avec d'autre édifices du village, on pourrait le dater de la 2e moitié du 18e siècle. Les ouvertures de la façade principale ont été modifiées, la baie du rez-de-chaussée sud garde la trace d'un arc plus récentes, sans doute de la 1ère moitié du 20e siècle.
    Référence documentaire :
    . Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 073 / 001 à 028. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : AC 170 001 à AC 170 031 et 105 Fi 173 21. AC 173 021 / 003 Plan cadastral de la commune de Saint-André-les-Alpes. 1838. / Dessin à l'encre
    Canton :
    Saint-André-les-Alpes
    Description :
    Bâtiment de plan rectangulaire situé très au sud du vieux village. La façade principale, orientée sud-est, présente une élévation à trois travées, avec porte centrale et quatre niveaux : un rez-de couvert de tôle ondulée sur un toit à quatre pans sur un double rang de génoise. La dépendance à l'arrière façade sud-ouest, sert de remise.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Saint-André-les-Alpes - Près du Crouès - chemin du Moulin - en village - Cadastre : 1838 D17 29
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section D17, parcelle 29 Plan de masse et de situation d'après le cadastre moderne de 2014, section AC, parcelle 267
  • Maison
    Maison Saint-André-les-Alpes - Bas-Village - Grand Rue rue Basse 3e maison - en village - Cadastre : 1838 D19 33 2014 AC 479 La maison ici étudiée ne couvre que la partie nord de la parcelle actuelle.
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    La maison pourrait dater, tout comme sa voisine, de la 2e moitié du 18e siècle ; l'encadrement de la porte d'entrée notamment est similaire. Elle apparaît ensuite sur le cadastre napoléonien de 1838 . L'ouverture du rez-de-chaussée, à côté de la porte d'entrée a été agrandie, on peut supposer qu'il s'agissait cadastre de 1838 et celle du cadastre actuel, on peut également observer un agrandissement de la maison par l'arrière, où des commerces se sont installées côté place de l'Eglise.
    Référence documentaire :
    . Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 073 / 001 à 028. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : AC 170 001 à AC 170 031 et 105 Fi 173 21. 105 Fi 173 Plan cadastral de la commune de Saint-André-les-Alpes. 1838. / Dessin à l'encre
    Canton :
    Saint-André-les-Alpes
    Description :
    Cette maison mitoyenne des deux côtés se trouve au tout début de la rue Basse, en alignement sur la voie. L'élévation présente cinq niveaux : au rez-de-chaussée une porte latérale décentrée avec encadrement en pierre de taille en arc segmentaire ainsi qu'une plus grande ouverture permettant aujourd'hui l'accès à un garage, trois étages carrés de hauteurs décroissantes, un comble à surcroît non dédié à l'habitation. L'ensemble est couvert de tuiles creuses sur un toit à longs pans. La partie logis se trouve donc prise entre un rez-de-chaussée qui sert aujourd'hui de garage mais devait être remise pour partie
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Saint-André-les-Alpes - Bas-Village - Grand Rue rue Basse 3e maison - en village - Cadastre : 1838 D19 33 2014 AC 479 La maison ici étudiée ne couvre que la partie nord de la parcelle actuelle.
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section D19, parcelle 33 Plan de masse et de situation d'après le cadastre moderne de 2014, section AC, parcelle 479 (extrémité nord de la parcelle). IVR93_20140400981NUC1A Détail : porte de la façade est. IVR93_20060400965NUC1A
  • Maison
    Maison Saint-André-les-Alpes - Haut-Village - Grand Rue rue Haute 2e maison - en village - Cadastre : 1838 D19 143, 145, 146, 147 2014 AB 297
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Sur le cadastre napoléonien de 1838, l'emprise du bâtiment actuel est localisé sur quatre parcelles . Ces bâtiments constituent alors la limite nord du village, la fin de la Grand Rue. Si l'on peut penser que la maison actuelle résulte de la fusion des quatre bâtiments existants en 1838, on peut également mentionner un encadrement portant la date de 1714 sur une maison construite quasi en face de celle-ci, de l'autre côté de la rue. Ainsi, même si la maison a visiblement subi de nombreux remaniements, avec pourrait dater de la 2e moitié du 18e siècle.
    Référence documentaire :
    départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 073 / 001 à 028. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : AC 170 001 à AC 170 031 et 105 Fi 173 21. Plan cadastral de la commune de Saint-André-les-Alpes. 1838. / Dessin à l'encre. Archives
    Canton :
    Saint-André-les-Alpes
    Description :
    La maison est située à la limite nord du vieux village, en alignement sur la Grand Rue (rue Haute ), avec une seule mitoyenneté sur le côté sud. La rue Careironne (arrière de la maison) étant plus basse que la Grand Rue, l'étage de soubassement, occupé par une étable, n'ouvre que sur cette rue . L'élévation comprend ensuite un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un comble à surcroît. Les fenêtres du rez-de-chaussée et du premier étage sont munies d'un balcon sur la façade arrière. La maison est double en profondeur, l'accès aux niveaux supérieurs se fait par un escalier droit placé en milieu de
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Saint-André-les-Alpes - Haut-Village - Grand Rue rue Haute 2e maison - en village - Cadastre
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section D, parcelles 143 Plan de masse et de situation d'après le cadastre moderne de 2014, section AB, parcelle 297
  • Maison
    Maison Saint-André-les-Alpes - Haut-Village - La Placette - en village - Cadastre : 1838 D19 76 2014 AB 234
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Cette maison apparaît sur le cadastre de 1838 et la forme des baies des 1er et 2e étages carrés pourrait dater de la 2e moitié du 18e siècle. Pour autant son état actuel intérieur date de 2e quart du 20e siècle : plafond avec voutains sur poutres métalliques du rez-de-chaussée, carreaux ciment en pavement ses mallons de terre cuite.
    Référence documentaire :
    . Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 073 / 001 à 028. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : AC 170 001 à AC 170 031 et 105 Fi 173 21. 105 Fi 173 / 21 Plan cadastral de la commune de Saint-André-les-Alpes. 1838. / Dessin à l'encre
    Canton :
    Saint-André-les-Alpes
    Description :
    au sud et présente une élévation à une seule travée avec porte désaxée, à quatre niveaux : rez-de -chaussée, 2 étages carrés et un étage de comble. Les premier et dernier niveaux sont destinés à des usages artisanaux ou agricoles. L'escalier de distribution se trouve en fond de parcelle, il s'agit d'un escalier . L'ensemble est couvert de tôle ondulée sur toit à un seul pan.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Saint-André-les-Alpes - Haut-Village - La Placette - en village - Cadastre : 1838 D19 76 2014 AB
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section D, parcelle 76 Plan de masse et de situation d'après le cadastre moderne de 2014, section AB, parcelle 234 Vue intérieure : rez-de-chaussée. IVR93_20060401021NUCA Vue intérieure : escalier, entre le rez-de-chaussée et le premier étage carré Vue intérieure : escalier, vers le rez-de-chaussée. IVR93_20060401026NUCA
  • moulin à farine
    moulin à farine Soleilhas - les Combes - isolé - Cadastre : 1834 A 465 1987 A 743
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Ce moulin est figuré sur le plan cadastral de 1834, sans la cuve cylindrique et sans la partie est du corps de bâtiment. Le 19 juillet 1882, le préfet autorise Irénée Bauchière, propriétaire à Soleilhas, "... à dériver les eaux du ravin des Fontanis dans la commune de Soleilhas, pour la mise en jeu du moulin à farine qu'il se propose de construire sur la rive droite du torrent de l'Esteron, dans sa propriété portant le No 382 de la section D de la dite commune. La prise d'eau de cette dérivation sera établie en face du milieu de la parcelle cadastrale No 435 située sur la rive gauche du ravin de Fontanis , soit à cent trente mètres (130m) en amont de l'usine projetée". Le 14 décembre 1938, l'adjoint technique Blanc fait un rapport sur le projet de captage de la source des Combes. Il mentionne que le moulin à farine ne fonctionne plus depuis de nombreuses années.
    Observation :
    Ce moulin est remarquable par sa situation en contre-bas du col de Saint-Barnabé et en amont de la pente qui a nécessité une alimentation en eau originale. La qualité, la rareté et le bon état de conservation de son mécanisme et de ses machines sont également à souligner : roue hydraulique horizontale à
    Référence documentaire :
    . Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 Z 37 subdivisionnaire, 14 décembre 1938. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 470 Arrêté préfectoral : autorisation pour le dérivation d'un cours d'eau, commune de Soleilhas, 1882 Commune de Soleilhas. Adduction d'eau potable. Avis du service hydraulique. Rapport du
    Description :
    Le moulin est construit en moellons bruts de calcaire, en un seul corps de bâtiment rectangulaire source captée du Riou. La chambre de la roue hydraulique horizontale, aménagée en soubassement, est couverte d'un berceau en plein cintre appareillé. Le toit à longs pans est couvert de tôle ondulée. Une aire à sécher carrelée est aménagée au-dessus du canal de fuite. En contre-haut de cette aire
    Étages :
    3 étages de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Texte libre :
    Situation Sur le versant est du Col de Saint-Barnabé (alt. 1400 m), immédiatement en contrebas du croisement avec la route de Vauplane, regardant Soleilhas. Bâtiment construit sur une très forte déclivité . Aux alentours, nombreuses terrasses de culture et de circulation soutenues par des murs en pierre sèche, avec degrés à marches en pierre sèche. Composition d’ensemble Un corps de bâtiment adossé à la . Accessible de tous les côtés par une série de terrasses en pierre sèche. Aire de séchage carrelée à l’ouest (carreaux artisanaux en terre cuite 0,18 x 0,18 cm). Ruines d’un petit bâtiment en contre-haut de l’aire de séchage. Matériaux Moulin : Blocage de moellons bruts calcaires liés au mortier de chaux, recouvert d’un enduit rustique au mortier de chaux et sable. Pierre de taille calcaire d'extraction locale pour cylindrique : Blocage de moellons bruts calcaires liés au ciment gris. Structure Plan irrégulier sur quatre étages : trois étages de soubassement, un rez-de-chaussée. L’étage de soubassement 1 se trouve uniquement
    Illustration :
    Plans de toiture et du rez-de-chaussée IVR93_20160401308NUDA Plans des 1er, 2e et 3e niveau de soubassement IVR93_20160401309NUDA Plans de détail du moulin et de la chambre de la roue IVR93_20160401310NUDA Vue de la route. IVR93_20160401295NUC2A Elévation ouest, avec la trace visible de la surélévation. IVR93_20160401298NUC2A Le sommet de la cuve. IVR93_20160401299NUC2A L'intérieur de la cuve. IVR93_20160401300NUC2A Canal de fuite. IVR93_20060400032NUCA Chambre de la roue. IVR93_20060400033NUCA Premier étage de soubassement. Chambre de la roue. Détail de l'appareil de la voûte
  • Ensemble de l'autel secondaire de saint Jean Baptiste : autel, deux gradins d'autel, tabernacle, exposition, retable et tableau d'autel
    Ensemble de l'autel secondaire de saint Jean Baptiste : autel, deux gradins d'autel, tabernacle, exposition, retable et tableau d'autel Entrevaux
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Datant du 18e siècle, cet ensemble est probablement réalisé au même moment que la campagne de
    Référence documentaire :
    -Provence, Bulletin de la Société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, tome 1, N°315 p. 71. LACROIX, Jean-Bernard. La cathédrale à Entrevaux. Le mobilier. Dans : Annales de Haute
    Représentations :
    L’iconographie a plusieurs niveaux de lecture. Il s’agit tout d’abord de commémorer le sacrifice du , était ornée d’un pélican mystique et surmontée d’épis de blé, tandis que le devant d’autel accueille l’Agneau couché sur le Livre aux sept sceaux de l’Apocalypse. Agneau qui accompagne aussi saint Jean Baptiste, le saint titulaire de l’autel : on le retrouve au moment du baptême du Christ sur le tableau d’autel mais également dans la figuration de son martyre sur la gloire au sommet du retable, avec la représentation de sa tête coupée sur le plat présenté à Salomé. Sur le deuxième gradin d’autel, ont été sculptés chutes de trophées liturgiques rappellent expressément ceux sculptés sur les vantaux de la porte d’entrée , celui de gauche figurant la dignité pontificale, celui de droite la dignité épiscopale. L’ornementation , à l’instar de celle de la porte d’entrée, comprend nombre de motifs rocaille. L’expression d’un baroque tardif se retrouve également dans la conception de l’exposition qui surmonte le tabernacle
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    l'arrière de l'autel avec, en son centre, un tableau d'autel.
    Titre courant :
    Ensemble de l'autel secondaire de saint Jean Baptiste : autel, deux gradins d'autel, tabernacle
    Appellations :
    autel secondaire de saint Jean Baptiste
  • Ferme dite L'Auche
    Ferme dite L'Auche Saint-André-les-Alpes - Le Villard - isolé - Cadastre : 1838 C6 5 2016 C2 55 Le bâtiment est cadastré mais noté : "L'Auche (ruines)".
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Le "quartier" de l'Auche est très isolé. Il se situe au nord du village de Saint-André, dans les Lauche) apparaît sur la carte de Cassini avec une ferme, mais plus sur le cadastre napoléonien ou seul Le stylistiques des ouvertures et la mise en oeuvre, ainsi que la mention sur la carte de Cassini, la ferme pourrait dater de la 2e moitié du 18e siècle. Sur le cadastre napoléonien de 1838, seuls trois bâtiments autre bâtiment (parcelle 19) est démoli en 1883. D'après les matrices cadastrales, en 1885, la ferme de la parcelle 5 est déjà abandonnée car elle n'est plus alors qualifiée de "maison", il est indiqué moment de l'enquête en 2006, la ferme était déjà très abîmée. Elle apparaît aujourd'hui sur le cadastre , était une aire à battre (ainsi que mentionné dans les états de section).
    Référence documentaire :
    . Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 073 / 001 à 028. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : AC 170 001 à AC 170 031 et 105 Fi 173 21. départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 3 P 1019. départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 3 P 474. AC_173_016 Plan cadastral de la commune de Saint-André-les-Alpes. 1838. / Dessin à l'encre en bâtiment rural". Matrices cadastrales de la commune de Saint-André-les-Alpes. 1838-1914. Archives Etat de sections du cadastre de 1838, commune de Saint-André-les-Alpes. 1830-1880. Archives Lauche. Carte de France dite carte de Cassini. / Dessin à l'encre par César-François Cassini de Thury, seconde moitié du 18e siècle. Bibliothèque nationale de France.
    Canton :
    Saint-André-les-Alpes
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    . Construite perpendiculaire à une pente assez raide, en bordure d'un chemin, elle a été bâtie en moellons de quatre niveaux : rez-de-chaussée, 2 étages carrés et un étable de comble. L'ensemble est couvert d'un toit à un seul pan précédé d'une génoise à deux rangs avec tuiles creuses. La ferme est composée de dans le même appareil que le corps de bâtiment principal, la façade sud est consolidée par deux contreforts. La disposition et les fonctions des espaces du corps de bâtiment principal sont encore lisibles : ils montrent que la ferme était en mesure de se suffire à elle-même. En rez-de-chaussée, se trouve une large en arc segmentaire avec encadrement en pierre de taille. Au premier étage, se trouve une grande un pigeonnier, dont on peut apercevoir la grille d'envol en façade avec carreaux de terre cuite vernissée. La dépendance comprend en rez-de-chaussée une étable et un four et au niveau supérieur sans doute
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Saint-André-les-Alpes - Le Villard - isolé - Cadastre : 1838 C6 5 2016 C2 55 Le bâtiment est
    Illustration :
    Carte de Cassini levée entre 1760 et 1789 : Lauche. IVR93_20150402481NUC1A Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section C6, parcelle 5 Plan de masse et de situation d'après le cadastre moderne de 2015, section C2, parcelle 55 Détail de la façade sud : porte. IVR93_20060400479NUC1A Détail de la façade sud : grille d'envol. IVR93_20060400480NUC1A Détail de la façade est : tirant. IVR93_20060400472NUC1A Dépendance en alignement : vue intérieure de l'étable. IVR93_20060400475NUC1A
  • Statue-reliquaire (petite nature) : saint Clair
    Statue-reliquaire (petite nature) : saint Clair Colmars - Chaumie-Haut - en écart - Cadastre : 2012 A3 555
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Cette statue pourrait dater de la 2e moitié du 18e siècle ou de la 1ère moitié du 19e siècle ; elle est mentionnée dans l'inventaire de 1906. Cette statue présente le titulaire des reliques : l'abbé saint Clair, il s'agit sans doute de saint Clair de Vienne, abbé du monastère de Saint-Marcel de Vienne
    Référence documentaire :
    exécution de l'article 3 de la loi du 9 décembre 1905. 1906. Archives départementales des Alpes-de-Haute Inventaires des biens des fabriques des paroisses de l'arrondissement de Castellane dressés en -Provence, Digne-les-Bains : 1 V 65
    Représentations :
    porte la mître ; il tient par ailleurs un livre ouvert de la main gauche. il pourrait donc figurer saint Clair, saint titulaire de la chapelle.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    plusieurs éléments : les mains et le dos sont rapportés. Le socle-reliquaire de plan rectangulaire avec
    États conservations :
    Nombreuses lacunes et usures de la dorure. Mauvais état du socle.
  • Maître-autel
    Maître-autel Thorame-Basse - Le Moustier - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Considérant sa forme et sa mise en œuvre, cet autel pourrait dater de la 2e moitié du 18e siècle . Il est mentionné dans l'inventaire de 1906 : "un autel en maçonnerie surmonté d'une statue de St
    Référence documentaire :
    exécution de l'article 3 de la loi du 9 décembre 1905. 1906. Archives départementales des Alpes-de-Haute Inventaires des biens des fabriques des paroisses de l'arrondissement de Castellane dressés en -Provence, Digne-les-Bains : 1 V 65
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Autel tombeau adossé, de plan rectangulaire, à élévation galbée, pyramidale. Il est en bois recouvert de plâtre pour les modénatures, il est peint faux marbre.
    Dimension :
    Dimensions de l'autel : h = 99 ; la = 138 ; pr = 97.
  • Paire d'autels secondaires : autel, gradin d'autel, tabernacle
    Paire d'autels secondaires : autel, gradin d'autel, tabernacle Thorame-Basse - PIégut - isolé
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Considérant leur forme et leur mise en oeuvre, ces autels pourraient dater de la 2e moitié du 18e reste que les bases. Dans la visite pastorale de 1858, on trouve mention de "trois autels dans la
    Référence documentaire :
    Entrevaux, 1840 - 1879. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 87 Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne, doyennés de Castellane, Colmars, Digne et
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Les autels se trouvent face à face, contre les murs nord et sur, dans la deuxième travée de la nef . Il s'agit d'autels tombeaux adossés, de plan rectangulaire, à élévation galbée, surmontés d'un premier gradin d'autel. Les autels sont en maçonnerie recouverte de plâtre pour les modénatures. Ils sont
    Illustration :
    Vue générale de l'autel secondaire, mur nord. IVR93_20130400610NUC2A Vue générale de l'autel secondaire, mur sud. IVR93_20130400607NUC2A
  • entrepôt agricole
    entrepôt agricole Saint-Pierre - 2e entrepôt agricole - en village - Cadastre : 1817 A 392 1935 A2 318
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    L'origine de cet entrepôt agricole pourrait remonter à la seconde moitié du 18e siècle. Sur le cadastre de 1817, il est désigné comme "bâtiment rural et cour" et il appartient à Isnardy Antoine et hoirs profit de pignons couverts.
    Référence documentaire :
    lavis, par Gleize géomètre du cadastre, 1817. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence section A, parcelle 392 Plan cadastral de la commune de Saint-Pierre (1817). / Dessin, plume et
    Description :
    Cet entrepôt agricole est situé à l'entrée sud du village, au bord de la route. Il comporte trois étages : un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et un étage carré. L'étage de indépendante en gouttererau ouest, côté route. Le rez-de-chaussée surélevé et l'étage carré sont réservés au fenil. On accède au rez-de-chaussée surélevé par une porte piétonne ouverte dans l'élévation en pignon nord. Au rez-de-chaussée surélevé et à l'étage carré, deux hautes baies fenières sont ouvertes dans le mur gouttereau ouest. L'ensemble du bâtiment est construit en moellons de calcaire et de grès, avec inclusion de petits cailloux dans le mortier. Les chaînes d'angles côté ouest sont en pierre de taille de grès et de calcaire. Les encadrements des ouvertures sont en maçonnerie brute avec un linteau en bois . La porte du rez-de-chaussée surélevé possède un linteau monolithe en grès. Le toit est couvert en plaque de ciment amiante en remplacement des tuiles creuses d'origine. L'avant-toit et la saillie de rive
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Plan cadastral de la ville de Saint-Pierre (1817), détail de la section A, parcelle 392 Chaîne d'angle sud-ouest en pierres de taille de grès et de calcaire. IVR93_20100400071NUC2A Elévation est, second niveau. Jour en fente (muré) ; arc de décharge. IVR93_20100400073NUC2A Elévation sud, détail de la maçonnerie. IVR93_20100400070NUC2A
  • maison, ancienne Chambrette
    maison, ancienne Chambrette Moriez - Hyèges - Le Bourg - en village - Cadastre : 1838 A4 72 1983 A4 843
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    La maison apparaît avec le même plan de masse sur le cadastre napoléonien de 1838. Le bâtiment peut , l'exension à l'est est plus tardive, mais demeure antérieure à 1838. Dans la grand pièce du rez-de-chaussée surélevé, se réunit au 19e siècle, le "Cercle de l'Egalité", il s'agit donc de la "chambrette" de Hyèges.
    Référence documentaire :
    , Frison, Nicolas, Rougier, 1838. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains Section A4, parcelle 72. Plan cadastral de la commune de Moriez. / Dessin à l'encre par Bonnet, Duc
    Canton :
    Saint-André-les-Alpes
    Description :
    accède à la remise de la partie est par une porte à triple battant, à l'étable de la partie ouest à la fois par la porte d'entrée et par une porte à double battant donnant sur la rue. L'accès au rez-de qu'une chambre avec une autre cheminée, le sol est pavé de carreaux ciments dans la grande pièce et de carreaux de terre cuite de Saint-André plus anciens dans la chambre et les escaliers. Un escalier tournant , côté sud, un fenil occupe toute la hauteur de la maison, on y accède du rez-de-chaussée surélevé, le foin pouvant être jeté à l'étable par une trappe, le sol est constitué d'un plancher de bois assez grossier. Les façades extérieures sont couvertes d'un enduit à pierres vues de gypse rouge. Toit à longs
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section A4, parcelle 72
  • maison
    maison Moriez - Hyèges - La Placette - en écart - Cadastre : 1838 A4 243 1983 A4 936
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    napoléonien de 1838 avec le même plan de masse, elle semble avoir été peu remaniée depuis.
    Référence documentaire :
    , Duc, Frison, Nicolas, Rougier, 1838. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les Section A4, parcelle 243. Plan cadastral de la commune de Moriez. / Dessin à l'encre par Bonnet
    Canton :
    Saint-André-les-Alpes
    Description :
    La maison, construite perpendiculairement à la pente, est constituée d'un étage de soubassement , ouvrant sur la placette au sud, sans accès au rez-de-chaussée surélevé. L'accès au logis situé à ce niveau , permet de monter à l'étage supérieur où se trouve la chambre. A ce bâtiment est accolé un entrepôt agricole avec cochonnier et remise en soubassement et une chambre à l'étage ; pas de communication directe de gypse rouge. Les deux bâtiments possèdent un toit à un seul pan couvert de tuiles creuse pour le premier, de tôle ondulée pour le second.
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Typologies :
    A3 : maison avec parties agricoles en parties basse et haute
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section A4, parcelle 243
  • maison
    maison Moriez - Hyèges - La Placette - en écart - Cadastre : 1838 A4 248 1983 A4 934
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    La maison voisine porte la date de 1721, celle-ce semble peut-être un peu plus tardive, elle pourrait dater de la 2e moitié du 18e siècle. Elle apparaît sur le cadastre napoléonien de 1838, avec le même plan de masse. La structure de la maison semble peu avoir changée depuis, au moins, le début du
    Référence documentaire :
    , Duc, Frison, Nicolas, Rougier, 1838. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les Section A4, parcelle 148. Plan cadastral de la commune de Moriez. / Dessin à l'encre par Bonnet
    Canton :
    Saint-André-les-Alpes
    Description :
    La maison est située au cœur de l'écart de Hyèges, sur la placette. Elle s'organise sur 3 niveaux : un rez-de-chaussée et 2 étages carrés. Le rez-de-chaussée est nettement plus profond que les étages l'épaisseur du mur pour les poules, une crèche réservée aux chèvres délimitée par une cloison de bois. On alcôve et les éléments de cuisine, et une chambre. Un escalier tournant permet l'accès au second étage où se trouvent 3 chambres avec palier assez vaste pour contenir des rangements, une échelle de meunier menant au comble avec garde-manger en dessous, et un saloir au-dessus de l'escalier. Les deux chambres au sud-est ont accès à un balcon de bois en façade. Le sol est pavé de carreaux de terre cuite carrés de
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section A4, parcelle 248
  • Fermes des Coustelles (n°2)
    Fermes des Coustelles (n°2) Saint-André-les-Alpes - Les Coustelles - en écart - Cadastre : 1838 A1 21, 22, 24 2014 H1 106, 107
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    emplacement. La ferme visible aujourd'hui correspond sans doute aux parcelles 22 et 24 de la section A1. Le bâtiment est donc antérieur à 1838. L'irrégularité de la façade peut laisser supposer deux périodes de construction. La forme en arc segmentaire ainsi que la taille des pierres de l'encadrement de la porte du logis pourrait dater de la 2e moitié du 18e siècle. Cela correspond au moment où les habitants du village haut de
    Référence documentaire :
    Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 064 / 001 à 105 Fi 064 / 008. 105 Fi 064 / 002 Plan cadastral de la commune de Courchons. 1838. Archives départementales des
    Canton :
    Saint-André-les-Alpes
    Description :
    Les fermes se situent au village de Courchons, au lieu-dit des Coustelles, près du hameau ruiné du Cloutet, vers le fond du vallon. Il s'agit de deux bâtiments en alignement placés perpendiculairement à la d'un côté, un rez-de-chaussée surélevé et un comble à surcroît ; deux piles maçonnées sont visibles en soubassement, elles montent de fond jusqu'au comble. Ils sont construits en moellons de calcaire avec des chaînes d'angles de moellons équarris avec un enduit à pierres vues, ils sont couverts d'un toit à un pan avec un matériau de couverture moderne. La porte d'entrée, en soubassement, donnant accès à l'escalier intérieur menant au logis possède en encadrement de pierre de taille ; on accède également directement au rez-de-chaussée surélevé par l'arrière. Le soubassement est dédié aux activités agricoles : étable et remise. Le rez-de-chaussée surélevé est le niveau du logis qui n'est éclairé que par de petites baies avec linteau de bois ou encadrements façonnées en gypse rouge. Une partie du comble abrite un
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Saint-André-les-Alpes - Les Coustelles - en écart - Cadastre : 1838 A1 21, 22, 24 2014 H1 106, 107
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section A1, parcelles 21, 22 Plan de masse et de situation d'après le cadastre moderne de 2014, section H1, parcelles 106, 107
  • maison
    maison La Palud-sur-Verdon - 1ère maison - en village - Cadastre : 1835 C1 238 2014 C1 170
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    L'origine de cette maison pourrait remonter à la seconde moitié du 18e siècle. Sur le cadastre de (C1 235) et deux pièces dans le château. Le décor de la façade date des années 1920-1930.
    Référence documentaire :
    départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains, 3 P 259. des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 144 1 à 105 Fi 144 14. Section C, dite du Village. État de section du cadastre de la commune de La Palud, 1836. Archives Section C, feuille 1, parcelle 238, échelle d'origine 1/1250e. Plan cadastral de la commune de La
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
    Description :
    Cette maison, située en cœur d'îlot, est mitoyenne sur trois côtés et comporte un rez-de-chaussée , deux étages carrés et un étage de comble. Le rez-de-chaussée est occupé par une remise-étable sont réservés au logis. Chaque étage est éclairé par une fenêtre. L'étage de comble est occupé par le construit en maçonnerie de moellons calcaires. Les élévations reçoivent un enduit à la tyrolienne avec un décor de cadre de façade et de faux encadrements, en enduit lissé et peint en rouge Au premier niveau pierre de taille calcaire. Au deuxième niveau, la fenêtre possède un encadrement en arc segmentaire, avec appui, en pierre de taille calcaire. Les encadrements des autres ouvertures sont façonnés au mortier est constitué de deux rangs de génoise peints en rouge.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Elévation sud, premier niveau. Portes du logis et de l'étable-remise. IVR93_20150400477NUC2A
  • Maison
    Maison Saint-André-les-Alpes - Bas-Village - Grand Rue rue Basse 2e maison - en village - Cadastre : 1838 D19 35 2014 AC 208
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    élévation assez haute et ordonnancée, de sa génoise avec retour sur le pignon. Elle a cependant visiblement La datation de cette maison pose question : elle apparaît bien sur le cadastre de 1838, elle est donc antérieure à cette date. On serait tenté de la dater, comme ses voisines de l'autre côté de la rue (Références : IA04002557 et IA04002558), de la 2e moitié du 18e siècle en raison de la structure, de son subi des modifications des ouvertures, celles du soubassement sur rue datent probablement de la 2e moitié du 19e siècle, toutes celles de la façades sud ont été créées (la carte postale montre son état avant 1950, où la façade sud n'est percée que de deux fenêtres) dans la 1ère moitié du 20e siècle, les
    Référence documentaire :
    . Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 073 / 001 à 028. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : AC 170 001 à AC 170 031 et 105 Fi 173 21. 105 Fi 173 Plan cadastral de la commune de Saint-André-les-Alpes. 1838. / Dessin à l'encre [Vue aérienne rapprochée du centre du village de Saint-André depuis l'ouest] / Carte postale
    Canton :
    Saint-André-les-Alpes
    Description :
    La maison se situe dans la partie inférieure de la Grand Rue, le début de la rue Basse. En quatre niveaux : soubassement, rez-de-chaussée surélevé, deux étages carrés de hauteurs décroissantes . L'ensemble est couvert de tuiles creuses sur toit à longs pans avec retour de la génoise à deux rangs sur le permettant l'accès au rez-de-chaussée surélevée (puis aux étages), l'autre descendant au soubassement aujourd'hui garage, autrefois sans doute remise ou étable. Le rez-de-chaussée surélevé est également accessible depuis le jardin et la porte d'entrée de la façade principale précédée d'un escalier extérieur. Le
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Saint-André-les-Alpes - Bas-Village - Grand Rue rue Basse 2e maison - en village - Cadastre
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section D19, parcelle 35 Plan de masse et de situation d'après le cadastre moderne de 2014, section AC, parcelle 208 Vue de situation depuis le sud-est. IVR93_20060401644XE Détail : portes de la façade ouest. IVR93_20060401013NUC1A
  • pont de la Roche percée
    pont de la Roche percée Annot - la Roche percée - isolé - Cadastre : 2009 D non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    napoléonien, qui parle lui de la Roche trouée. Il pourrait avoir été construit dans la seconde moitié du 18e siècle lors du percement de la route d'Entrevaux à Castellane. Il permettait autrefois le franchissement
    Hydrographies :
    affluent de la Galange
    Référence documentaire :
    cadastre, 1830. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 008/1 à 105 Plan cadastral de la commune d'Annot, 1830. / Dessin à l'encre sur papier par Builly, géomètre du
    Description :
    Le pont n'enjambe plus de cours d'eau. Son unique arche, légèrement en anse de panier, relie les deux parois de l'importante faille du lieu-dit la Roche percée. Elle est du reste adossée au rocher au nord. Seul son front sud est donc renforcé d'une rangée de claveaux en pierre de taille, en tuf, de moyen appareil. Le reste de la maçonnerie est en blocage de moellons, en calcaire ou en grès. L'arc n'est pas perpendiculaire aux parois de la faille, ce qui donne au pont une allure biaise. Son ouverture
    Titre courant :
    pont de la Roche percée
    Appellations :
    pont de la Roche percée
    Illustration :
    Extrait cadastral de la commune d'Annot, section D3, échelle d'origine 1/1250e Extrait cadastral de 1830, section D. IVR93_20170400545NUC1A Le pont coincé entre les paroies de la Roche percée. Vue d'ensemble prise du sud
  • ancien pont Saint-Joseph
    ancien pont Saint-Joseph Annot - Rouyère - R.N. 202 - isolé - Cadastre : 1830 D non cadastré ; domaine public 2007 E non cadastré ; domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    lors de la modification du tracé de la nationale vers 1860, et remplacé par le pont actuel (IA04000344).
    Référence documentaire :
    cadastre, 1830. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 008/1 à 105 Plan cadastral de la commune d'Annot, 1830. / Dessin à l'encre sur papier par Builly, géomètre du
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    L'ancien pont Saint-Joseph est composé d'une petite arche en plein cintre, à double rangée de claveaux. La première est en pierres de taille irrégulièrement extradossées et la seconde en moellons à peine équarris. L'intégralité de l'intrados est en pierres de taille de petit appareil. Ce pont a une quatre mètres. Il est construit dans une partie fort étroite du ravin de la Galange, qu'il domine de manière très abrupte. Le chemin partait ensuite en angle droit sur une portion aménagée à flanc de rocher . Des murs de soutènement, qu'on peut encore observer partiellement ruinés, portaient les chemins
    Illustration :
    Extrait cadastral de la commune d'Annot, section D5, échelle d'origine 1/1250e Extrait cadastral de 1830, section D2. IVR93_20170400544NUC1A Vue d'ensemble prise de la route. IVR93_20060400283XE Détail de l'ancien pont avec ses deux rouleaux et les trous de boulin, pris de la route
  • Maison
    Maison Saint-André-les-Alpes - Bas-Village - Grand Rue rue Basse 4e maison - en village - Cadastre : 1838 D19 34 2014 AC 479 La maison ici étudiée ne couvre que la partie sud de la parcelle actuelle.
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    route de Méouilles. Cette maison est formellement très proche de l'ancienne demeure de seigneur de Calvi sans doute de la 2e moitié du 18e siècle et appartient également à un type de construction prestigieux : construction de type bastide de plan carré, double en profondeur, avec ouvertures en arc segmentaire, à pierre de taille au moins en rez-de-chaussée. Alain Collomp en retrace l'histoire : en 1737, Honnoré Juglar, habitant de Saint-André enrichi, achète la dernière maison de la rue Basse vers le midi "maison ouverte sur trois côtés, entourée d'un jardin et de prés". Peu après il achète deux autres bâtiments, une moitié de maison au nord, le long de la rue Basse et un autre "corps de bâtiment" contiguë à l'ouest. Il entreprend alors, sur l'ensemble des bâtiments réunis, de grands travaux : "surélévation d'un étage bâtiment la noble allure des petits châteaux de la région, dont il a d'ailleurs des dimensions : 130 à 140
    Référence documentaire :
    . Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 073 / 001 à 028. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : AC 170 001 à AC 170 031 et 105 Fi 173 21. p.230-231. ISNARD, Marie Zéphirin. Etat documentaire et féodal de la Haute-Provence. Digne 105 Fi 173 Plan cadastral de la commune de Saint-André-les-Alpes. 1838. / Dessin à l'encre p. 74. COLLOMP, Alain. La maison du père : famille et village en Haute-Provence aux XVIIe et XVIIIe
    Canton :
    Saint-André-les-Alpes
    Description :
    la Grand Rue mais parmi les premières maisons de la rue Basse, en alignement avec ces dernières mais allongée mais l'édifice faisant ici l'objet de l'étude ne correspond qu'à la parcelle 34 du cadastre napoléonien. Tournée vers l'est, la façade principale de la maison présente une élévation ordonnancée à trois travées avec porte centrale. Cinq niveaux compose cette élévation : sous-sol, rez-de-chaussée et trois étages carrés (d'une hauteur légèrement décroissante). L'ensemble est couvert de tuiles creuses sur un toit à longs pans avec génoise à deux rangs faisant retour sur le pignon. Les baies de la façade principale sur rue ont un encadrement en arc segmentaire, en pierre de taille pour la porte et les fenêtres du rez-de-chaussée, avec faux encadrements peints et appuis ciment pour les baies des étages carrés . La distribution intérieure se fait grâce à un escalier à retour situé dans l'axe central de la porte d'entrée, en fond de parcelle.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Saint-André-les-Alpes - Bas-Village - Grand Rue rue Basse 4e maison - en village - Cadastre : 1838 D19 34 2014 AC 479 La maison ici étudiée ne couvre que la partie sud de la parcelle actuelle.
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section D5, parcelle 34 Plan de masse et de situation d'après le cadastre moderne de 2014, section AB, parcelle 479 Détail : porte de la façade est. IVR93_20060400962NUC1A Détail : baie du rez-de-chaussée de la façade est. IVR93_20060400963NUC1A Vue générale de la façade ouest (façade postérieure). IVR93_20060400983NUC1A
1 2 3 Suivant