Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 1 sur 1 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • chapelle Notre-Dame-du-Roc
    chapelle Notre-Dame-du-Roc Castellane - le Roc - isolé - Cadastre : 1826 B 4 ; 2008 AB 577
    Historique :
    baron et des habitants du château fort, le service religieux étant fait par un moine de l'abbaye Saint -Victor de Marseille. On ne sait, si en 1483, lorsque le roi Louis XI décréta la démolition du château . Le 3 janvier 1663, on fonda dans l'église Notre-Dame-du-Roc le couvent des pères de la Merci. Mais le prieur Laurensi et les maîtres maçons François Audibert et Gaspard Chauvin, atteste des travaux . Un projet pour un nouveau clocher, datant de 1866, n'a semble-t-il pas abouti. Le clocher-mur d'art datées de 1870, permettent de penser que le clocher-mur actuel a été réalisé à cette date ou peu la Vierge à l'Enfant surmontant toujours le clocher-mur. La façade occidentale a dû être remaniée à
    Référence documentaire :
    Intérieur de la chapelle du Roc. Le maître-autel, vue d'ensemble. Le 22 août 1914. / Carte postale p. 144 : l'auteur précise la date à laquelle l'église fut victime de la foudre : "le jeudi 28 août vitrail brisé." RICHAUD, Jérôme. Un éditeur de cantiques : le chanoine Angelin Saurin. Dans : Annales de
    Description :
    présente des manques qui dessinent un arc en plein cintre, dans la partie basse. Au-dessus des baies, le , est en moellons recouverts d'un enduit au ciment. Trois baies rectangulaires sont percées dans le mur environ. L'élévation porte ensuite les traces de reprises plus ou moins heureuses. Le côté sud de l'abside été percée. Les piédroits et le linteau, reposant sur des consoles moulurées en cavet, sont en pierre alternance de rangées de pierre calcaire grise et de pierre en tuf. Le portail en arc brisé est en pierre de . Le linteau repose sur des consoles légèrement en relief. Au-dessus du portail est percé un oculus cloche. Le clocher-mur sert également de base à une statue disposée sur un socle galbé. La nef est voûtée dans le pignon ouest. Le sol est couvert d'un pavement de carreaux de ciment. Dans la troi sième travée
    Localisation :
    Castellane - le Roc - isolé - Cadastre : 1826 B 4 ; 2008 AB 577
    Annexe :
    AD 04, E dépôt 3961 L’an mil sept cent septante cinq et le vingt deux du mois d’octobre il a été les rendre de solides en les mettant à niveau tout autour, depuis le coin du midi jusqu’à celui du nord, qui sera formé par un piédroit hors du coin de l’église et bien ajusté à la muraille d’appui, le -dessus et bien solides. 3° de crépir tout le contenu dans cette partie formant la sacristie de l’église et de la blanchir au pinceau de même que le plancher qui ne sera point plafonné, mais seulement les planches mises de niveau et bien unies avec le plâtre des joints, afin que le tout puisse être peint au pinceau ; les trois poutres seront pourtant bien crépies ou du moins bien équarries et blanchies comme le plancher. 4° à ouvrir les deux portes qui donnent dans l’église et de les […]. 5° à couvrir le dessus de d’élever le toit de ce côté la jusqu’au-dessus et à niveau de celui dudit ermitage. 6° à mettre en un mot tous les matériaux, ferrures et boiseries tant pour la charpente que pour le plancher et de faire tout
    Texte libre :
    habitants du château fort, le service religieux étant fait par un moine de Saint-Victor. On ne sait, si en 1483, lorsque le roi Louis XI décréta la démolition du château, l’église fut maintenue ou si elle fut . Le 3 janvier 1663, on fonda dans l’ancienne église Notre-Dame-du-Roc, le couvent des pères de la Merci. Selon le prieur Laurensi (1775), « le père Prat, religieux de cet ordre, prit possession, cette reconstruction fut décidée aussitôt. Mais, nous précise Laurensi : « afin de le (temple) rendre plus solide, on crut qu’il fallait le réduire et retrancher absolument toute la coquille. » C’est Joseph Feraud, membre (1879), prétend qu’on réduisit l’église d’un tiers. Un prix-fait du 22 octobre 1775, passé entre le campanile, datant de 1866, n’a semble-t-il pas abouti. Le campanile existant encore aujourd’hui n’a en effet le campanile actuel, date de 1870 et un ex-voto sous forme de tableau, conservé à l’intérieur de endroits, l’appareil est creusé, comme si une structure venait autrefois s’appuyer contre le mur, ou comme
1