Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 386 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port du Lavandou
    Port du Lavandou Le Lavandou - - en ville - Cadastre : 2015 BL, BM non cadastré, domaine public
    Historique :
    Dès le 17e siècle le Lavandou est un hameau de pêcheurs mais qui ne dispose pas d'aménagement particulier au niveau du port. Vers la fin du 18e siècle, Le Lavandou est considéré comme un port compte une trentaine de bateaux de pêche dont une part importante de pêcheurs génois. Les bateaux sont le plus souvent tirés à terre. Les prémices du port du Lavandou sont construites dès 1880 avec une première jetée en enrochement reliée à la terre par une passerelle en bois, à l'est du château du Lavandou comblée et une petite jetée est construite au pied du château (référence IA83001997). Le port, espace entre les deux jetées est rapidement ensablé et comblé dans les années 1940. Le château et son garage à ce qui deviendra l'ancien port est construit avec le quai Baptistin Pins et une grande digue de maritime à l'extrémité du môle (création de 3 embarcadères). Le quatrième appontement de l'ancien port est dès 1982 le long des 6 appontements, mais la fin des travaux et l'inauguration du nouveau port
    Observation :
    ) : 1925-1935, prolongement jetée, construction épi de 40 m. £Bibliographie : Marmier F., 1986. Le Lavandou . Impr de la Charité. 142p.£Artous E., 2013. Le Château du Lavandou. Patrimoine paysager et architectural 2003. [consulté en ligne le 17/08/2015].
    Référence documentaire :
    départementales du Var, Draguignan, 2 FI LE LAVANDOU 056. Plan du port du Lavandou, en 1906. Plan du port du Lavandou, en 1906. / Dessin à l'encre, auteur La jetée du port du Lavandou vers 1960. / Photographie noir et blanc, auteur inconnu. Archives
    Description :
    Le port du Lavandou associe trois bassins, tous régis par une capitainerie unique : le bassin du château, dit bassin 3, l'ancien port et le nouveau port. Le bassin du château occupe 1,3 ha, il est par le môle central et une jetée en enrochements doublée de quais. Ce bassin est équipé de 4 tradition. Le môle entre l'ancien et le nouveau port est relié à la terre par un petit pont, il accueille la enrochements protecteurs. Le nouveau port occupe plus de 8 ha et est protégé par la grande digue sud en à 120 m de long. L'aire de carénage est située sur le terre-plein à l'extrémité est du nouveau port . et la prud'homie du Lavandou.
    Localisation :
    Le Lavandou - - en ville - Cadastre : 2015 BL, BM non cadastré, domaine public
    Titre courant :
    Port du Lavandou
    Illustration :
    Plan du port du Lavandou, en 1906. IVR93_20158301224NUC1A Vue sur la jetée du port du Lavandou vers 1960. IVR93_20158301225NUC2A Quai et appontement de l'ancien port du Lavandou. IVR93_20158301226NUC2A Bassin de l'ancien port du Lavandou et capitainerie en arrière-plan. IVR93_20158301227NUC2A Gare maritime du port du Lavandou. IVR93_20158301228NUC2A Quai et appontement du bassin du château du port du Lavandou. IVR93_20158301229NUC2A Quai du nouveau port du Lavandou et pont permettant l'accès à la Capitainerie
  • Grand Rhône (le)
    Grand Rhône (le) Arles
    Historique :
    Bras principal du Rhône (Référence : IA84000946), le Grand Rhône comme le Petit-Rhône (Référence siècle, l'aménagement de digues insubmersibles fixe le lit du Grand Rhône, dont les crues avaient d'assécher les marais, le resserrement du cours a également pour effet d'emporter jusqu'à l'embouchure les . Des tours de signaux avaient été élevées, afin d'aider le passage des navires dans cette zone sensible le rivage de la mer. Cent-cinquante années plus tard, elle s'en trouvait éloignée de huit kilomètres , appelées "graus" ou bras : d'ouest en est, le bras de Fer (Référence : IA13004110) - canalisé en 1724 -, le bras de la Vidange et le bras de Passon. Leur resserrement varie au fil du temps. L'embouchure du Grand
    Hydrographies :
    Grand Rhône (le)
    Référence documentaire :
    DURRENMATT, Guy. Le Rhône autrefois. [S.l.] : Curandera, 1987 (Les Provinciales). 173 p. : ill Lentheric, Charles, Du Saint-Gothard à la mer, le Rhône, histoire d'un fleuve, Paris : Editions RAMBERT, Gaston. Le Rhône à son delta. Courrier du Parc Naturel Régional de Camargue, 1993, n° 41
    Description :
    Le Grand Rhône est le bras est du delta du Rhône. Il se sépare du Rhône au nord d'Arles et marque la limite ouest de la Camargue. Avec un tracé plus rectiligne que le Petit Rhône (Référence : IA13004135), il trouve son exutoire à Port-Saint-Louis-du-Rhône. Le Grand Rhône transporte 17 millions de mètres cubes de limons jusqu'à la mer, soit près de 81% des ressources rhodaniennes. Le débit du Grand moyenne de 500 m, il constitue donc le bras principal du Rhône. Caractérisé par les nombreuses lônes qui façonnent son environnement, le Grand Rhône est relié au port de Fos par deux canaux : le canal du Rhône à Fos (Référence : IA13004105) à hauteur du Salin de Giraud, et le canal Saint-Louis (Référence : IA13004103) à Port-Saint-Louis. Au sud d'Arles, seul le bac de Barcarin (Référence : IA13004053), à Salin de
    Titre courant :
    Grand Rhône (le)
    Illustration :
    Le Rhône à Arles. IVR93_20121300397NUC2A Le bac automoteur Barcarin 3 accosté en rive gauche. IVR93_20121301650NUC2A
  • Petit Rhône (le)
    Petit Rhône (le) Arles - - isolé - Cadastre :
    Historique :
    Situé dans une zone anciennement occupée par les bras disparus du Rhône, le Petit Rhône peut être considéré comme un reliquat de ces tracés historiques. Le Petit Rhône passe à deux kilomètres de Saint -Gilles (Gard), ancienne cité portuaire hellénique qui alimentait le trafic commercial sur ses eaux. Il existait également des moyens de traverser le cours, probablement en bois. Mais ce matériau n'était que peu dès le Moyen Age, les boucles du Petit Rhône restent instables, notamment à son embouchure. Au 19e siècle les grand travaux napoléoniens tentent de remédier de façon permanente au problème. Mais le grau d'entrée des navires se déplace encore régulièrement. Deux canaux contribuent à réguler son débit : le canal de Peccaïs à Sylvéréal (Référence : RA13000022), et le canal du Rhône à Sète. Mais sa sûreté est
    Hydrographies :
    Petit Rhône (le)
    Référence documentaire :
    inondation et changement social dans le delta du Rhône. Les "catastrophes" de 1856 et 1993/1994. Arles Billo, Maurice. Ponts et ouvrages d´art en Arles. Regards sur le patrimoine : histoire des DURRENMATT, Guy. Le Rhône autrefois. [S.l.] : Curandera, 1987 (Les Provinciales). 173 p. : ill
    Description :
    Le Petit Rhône est le bras Ouest du delta du Rhône. Il constitue la frontière naturelle entre les départements des Bouches-du-Rhône et du Gard. Le Petit Rhône quitte le lit principal du Rhône au nord d'Arles rejoint la Méditerranée. Le canal de Peccaïs à Sylvéréal (Référence : RA13000022) suit en partie son tracé . Plusieurs ouvrages d'art franchissent le Petit Rhône, parmi lesquels le vieux pont de Fourques (Référence : IA13004050), le pont de Sylvéréal (Référence : IA13004073) ou le bac du Sauvage (Référence : IA13004051). La biodiversité est riche sur le tracé du Petit Rhône, qui a été inscrit dans le réseau Natura 2000 en tant que Site d'Intérêt Communautaire (60% dans les Bouches-du-Rhône et 40% dans le Gard). Le cours d'eau
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur le département 30
    Titre courant :
    Petit Rhône (le)
    Illustration :
    Vue du pont routier de Fourques sur le Petit Rhône. IVR93_20121300427NUC2A Vue du pont routier de Sylvéréal côté amont sur le petit Rhône (depuis la rive droite pont suspendu de Fourques. Le pylône central sur le petit Rhône (depuis la rive gauche Pont routier de Saint-Gilles sur le petit Rhône. IVR93_20121300436NUC2A
  • affiche : Le laboureur et ses enfants
    affiche : Le laboureur et ses enfants Rougiers - 7 Grand Rue
    Historique :
    Cette reproduction du tableau de Théophile Duverger, Le laboureur et ses enfants, témoigne par
    Titre courant :
    affiche : Le laboureur et ses enfants
  • Station balnéaire
    Station balnéaire Sainte-Maxime
    Hydrographies :
    le Préconil
    Référence documentaire :
    Tableau présentant par année le nombre de propriétés bâties de la commune. Sainte-Maxime. Matrice 36. - Sainte-Maxime. - Le "Nautic-Bar" et la Route Nationale. / F. Hue. 1ere moitié 20e siècle Recoules, André. Le Cap des Sardinaux d'hier à aujourd'hui. - Moulins : non publié, 2004, 60 pages. Guide de Sainte-Maxime (Var). - Edité par le Syndicat d'Initiative, imprimerie de l'Eclaireur de
    Texte libre :
    Hyères et devant Le Lavandou et Sanary. [21]. Sainte-Maxime est présentée par les guides [22] comme une (1863-1874). La Société des Terrains du Littoral (1881-1895) Il faut attendre le début du 20e siècle 1895 (Cf. dossier Présentation de la commune de Sainte-Maxime). Le dessein de faire de Sainte-Maxime une station balnéaire voit le jour vers 1880. La crise du phylloxera qui touche gravement les voisines amène le conseil municipal à exprimer en 1881 le désir de favoriser la construction de villas (le endettés, des terres à bas prix, anciennes vignes ou collines de faibles rendements. C'est le début d'une -1882) [2]. D'origine grecque, d'une famille enrichie dans le commerce du blé de la mer Noire vers la au nord de la route d'Italie. En 1885 [4], des terrains communaux sont accordés à la Société pour le percement d'un boulevard entre le Grand Hôtel et le chemin du sémaphore (impasse Stanislas-Bérenguier). Ces village de marins et d'agriculteurs dont le bâti n'a pas beaucoup évolué depuis 1814 (date du plan
    Illustration :
    Le Plan. Façades arrière des maisons sur l'avenue Jean-Corona. IVR93_20118300450NUC2A Projet d'aménagement d'un terrain de sport municipal. Le vestiaire. Façade principale. Façade sud 36. - Sainte-Maxime. - Le "Nautic-Bar" et la Route Nationale. IVR93_20128300378NUC2A Hôtel L'Arbois et au centre, le Grand Hôtel.] Carte postale. IVR93_20118300384NUC2A Le vieux noyau villageois, la résidence Le Palais de la Mer et la capitainerie Transformateur à l'apparence de pigeonnier. Plan (le). Préconil (rond-point du Le port et la capitainerie. IVR93_20158300286NUC2A Le port. IVR93_20158300287NUC2A Le port. IVR93_20158300288NUC2A L'avenue Charles-de-Gaulle longeant le port et la colline de Bellevue. IVR93_20118301271NUC2A
  • coopérative agricole et parfumerie (coopérative de distillation de plantes à parfum) dite Coopérative Le Riou
    coopérative agricole et parfumerie (coopérative de distillation de plantes à parfum) dite Coopérative Le Riou Valensole - près de Valensole - isolé
    Description :
    où se trouvent le système de chauffage et la grande cheminée. Le petit bureau est abrité dans un
    Titre courant :
    Coopérative Le Riou
    Appellations :
    Coopérative Le Riou
    Texte libre :
    . - une partie en contrebas, derrière la plateforme, où arrive la conduite d'eau et où se trouvent le partie basse, à l'est de la distillerie elle-même. Couverture : tôle. Plaques d'éverites sur le bureau . CONCLUSION Cette coopérative est une structure de distillation construite sur le modèle habituel, sans
  • bannière de procession (n° 1), de la Vierge à l'Enfant remettant le rosaire à saint Dominique de Guzman et à sainte Catherine de Sienne
    bannière de procession (n° 1), de la Vierge à l'Enfant remettant le rosaire à saint Dominique de Guzman et à sainte Catherine de Sienne Èze - rue Plane
    Titre courant :
    bannière de procession (n° 1), de la Vierge à l'Enfant remettant le rosaire à saint Dominique de
    Appellations :
    de la Vierge à l'Enfant remettant le rosaire à saint Dominique de Guzman et à sainte Catherine de
  • village d'Annot
    village d'Annot Annot - en village - Cadastre : 1830 F 2017 OF
    Historique :
    On suppose que jusqu'au 12e siècle, la cité d'Annot est restée bâtie sur le flanc de la montagne qui domine le village actuel, au quartier de "Vers-la-Ville". Il y a eu un temps cohabitation, au devenir le village d'Annot, fortifié en plusieurs campagnes jusqu'au 16e siècle. Avant la fin du 19e siècle marque le renouveau de la croissance urbaine, avec le quartier de la gare, quelques lotissements
    Référence documentaire :
    Le pont de la Beïte a été démoli et entièrement reconstruit sous une autre forme. État des Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778. Echelle 1/14000e [Alignement des élévations le long de la Beïte et ancien pont détruit dans la 2e moitié du 20e Annot-les-Eaux - Entrée par le Nord / Carte postale, ca 1900, collection particulière, non coté. Féraud, Marius Le Deley, imprimeur à Marseille, 1er quart 20e siècle, collection particulière, non coté. 711 ANNOT (B.A.) Stat Est., alt 705 m. , Le quartier Caffarels FL / The Caffarels Quarter / Carte Annot (Basses-Alpes.). - Le place des Platanes / Carte postale, 1er quart 20e siècle, collection Annot (Basses-Alpes.). - Le Pont de la Beïte / Carte postale, 1er quart 20e siècle, collection ANNOT (B.-A.) - station alpestre (700 m d'altitude) / Le pont de la Beïte. Carte postale, 1er ANNOT (Basses-Alpes). - La Rue Dufour. Le Lavoir et les Voûtes / Carte postale, 1er quart 20e
    Précisions sur la protection :
    L'arrêté du 6 avril 1946 a inscrit en tant que sites le sentier dit "Chemin de Vers la Ville" et le chemin de Croix qui le borde, le Vieux pont sur la Beïte [aujourd'hui détruit] et maisons situées en aval en tant que sites le pont et les platanes de la place, la Partie haute de la vieille ville d'Annot parcelle 27 n’est incluse dans le site que pour sa partie Sud-Est limitée au Nord-Ouest par une ligne arcades de la rue Notre-Dame et abords (section F, parcelles 298 à 313, 409, 410, 418, à 422), le Portail
    Carte :
    Edifices étudiés situés dans le village d'Annot.
    Texte libre :
    L'origine du village d'Annot Le village d'Annot est implanté dans la vallée de la Vaïre, au pied de Notre-Dame de Vers-la-Ville. Sur l'autre rive de la Beïte, la dernière proéminence que forme le Parrou proposer des datations pour le déperchement qui se fait au détriment du bourg implanté à Vers-la-Ville est rien de certain. Le cartulaire de Saint-Victor porte plusieurs mentions. La plus ancienne, en 1042 , cite l’église Saint-Pons qui est dans le territoire appelé Sigumanna (charte n° 779, p. 126-128 ; ce territoire s'étend entre entre la Vaïre et le Coullomp), et qui est donnée à l'abbaye. La donation est le . Saint-Pons serait ainsi le premier vocable de l'actuelle église paroissiale Saint-Jean-Baptiste. Cette l'église Saint-Pons du Fugeret. Au 11e siècle, le village du Fugeret (référence : IA04002341) n'existe pas km). En l'absence de fouille dans le village, on ne peut non plus exclure que le village actuel d'Annot ait déjà existé au 11e siècle. Mais même dans ce cas, la formule près d'Annot plaide pour Le
    Illustration :
    D’après le plan cadastral 2007, section OF, C et D ; échelle d’origine 1/4000e Alignement des élévations le long de la Beïte et ancien pont détruit vers 1950 Annot (Basses-Alpes.). - Le Pont de la Beïte IVR93_20110400113NUC2A Annot-les-Eaux - Entrée par le Nord. IVR93_20110400116NUC2A ANNOT (B.-A.) - Station alpestre (700m d'altitude) - La Place (côté nord) et le Marché Annot. - Le pont de la Beïte. IVR93_20110400121NUC2A ANNOT (B.-A.) - station alpestre (700 m d'altitude) / Le pont de la Beïte. IVR93_20110400129NUC2A ANNOT (Basses-Alpes). - La Rue Dufour. Le Lavoir et les Voûtes. IVR93_20110400142NUC2A 3835. ANNOT (B.-A.) - Vieux quartiers - Le Coulet IVR93_20110400145NUC2A Le coulet avant les destructions. IVR93_20110400153NUC2A
  • carrelage mural
    carrelage mural Barcelonnette - 16 avenue des Trois-Frères-Arnaud - en ville
    Historique :
    Les carreaux proviennent de la faïencerie de Choisy-le-Roi, spécialisée dans les carrelages et les
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Choisy-le-Roi
  • traîneau dit ramasse
    traîneau dit ramasse
    Observation :
    transports agricoles, en particulier pour le transport du foin.
    Canton :
    Le Monêtier-les-Bains
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • scierie
    scierie Allos - en village - Cadastre : 1983 D5 886
    Historique :
    Il est difficile de préciser l'origine de cette scierie dont le pignon nord-est a été rogné lors de
    Hydrographies :
    le Chadoulain
    Description :
    faisait tourner une roue ou une turbine aujourd'hui disparue. Ce canal entre sous le bâtiment au milieu du mur-pignon nord-est et en sort par le mur-gouttereau nord-ouest. De plan rectangulaire, il n'est composé de maçonnerie que pour le mur-pignon nord-est, qui a été refait, alors que pour les trois autres
  • tamis dit crible
    tamis dit crible
    Canton :
    Le Monêtier-les-Bains
    Description :
    endroits à l'aide de lanières en écorce d'osier. Le treillis est constitué de lanières croisées, en écorces , assemblées à mi-bois et renforcées par deux bandes en cuir clouées, pénètrent dans le cadre et soutiennent le
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • filet à foin dit ramasse
    filet à foin dit ramasse
    Canton :
    Le Monêtier-les-Bains
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • pic à mine
    pic à mine
    Canton :
    Le Monêtier-les-Bains
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • ensemble de 5 pics dits marteaux à repiquer les meules
    ensemble de 5 pics dits marteaux à repiquer les meules
    Canton :
    Le Monêtier-les-Bains
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • ensemble de 2 pics pour curer les canaux dits biaous
    ensemble de 2 pics pour curer les canaux dits biaous
    Canton :
    Le Monêtier-les-Bains
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • machine à lever à bâti mobile guidé (pont-roulant) de 20 tonnes
    machine à lever à bâti mobile guidé (pont-roulant) de 20 tonnes Arles - 33 avenue Victor-Hugo - en ville
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant le fabricant du chariot (plaque vissée) : R. Le Blanc/Paris ; inscription concernant le fabricant des moteurs : Compagnie générale électrique - Nancy ; inscription technique (plaque
    Historique :
    sont prolongés jusqu'en 1895, ce pont-roulant a été transformé par la maison Le Blanc en 1913, qui a adapté l'énergie électrique pour la commande des différents mouvement et remplacé le chariot mobile. Les
    Description :
    , prolongées en encorbellement de part et d'autres par un plateau piéton, constituent le tablier de ce pont de la halle : 0,5 m ; largeur 0,25 m). Une cabine de contrôle, fixée sous le pont à son extrémité nord, permet d'en commander la marche. Deux moteurs électriques équipent le chariot mobile. L'un, côté est, pour entraîner son mouvement le long des poutres caisson, l'autre, côté ouest, pour assurer . Le roulement du pont lui même est entraîné par quatre moteurs électriques commandant chacun, par l'intermédiaire d'un jeu d'engrenages, le mouvement d'une des quatre roues du pont sur le rail fixé sur la
    Auteur :
    [usine] R. Le Blanc
    Illustration :
    Vue latérale : les deux poutres, le chariot mobile et le crochet. IVR93_20061300061XE
  • église paroissiale Saint-Louis
    église paroissiale Saint-Louis Mont-Dauphin - en village - Cadastre : 1831 7 1981 AA 92
    Historique :
    creusées entre 1697 et 1699 et la première pierre bénie le 20 juillet 1700, quelques mois avant la visite de Vauban qui approuve les dispositions du projet. L'église est consacrée le 2 janvier 1706 dans un , l'église est rendue au culte en 1803. A cette date, le choeur et le transept dévolus au culte sont sont confiés au maçon Paul Agnel en 1807. Le clocher est réparé une première fois en 1836, à la suite clocher. Dès 1844, la commune envisage d'agrandir l'église. Un devis est fourni qui prévoit le remplacer celle installée dans la chapelle des pénitents. Le service du Génie est à l'origine d'un autre projet daté 1852. En 1859 le toit de la sacristie, les planchers du clocher et les châssis des fenêtres
    Référence documentaire :
    qui a détruit le beffroi (4 septembre 1836) ; extrait du registre des délibérations du conseil pour réparer la sacristie en partie détruite à la suite d'un incendie intervenu le 17 août 1871 (6
    Description :
    chapiteaux moulurés. Le volume intérieur est éclairé par quatre hautes fenêtres en plein-cintre. Il est fermé pan en bardeaux et le clocher d'un toit en pavillon.
    Auteur :
    [architecte] Le Prestre de Vauban Sébastien
    Texte libre :
    fut bénie le 20 Juillet 1700 par l'aumônier de la place-forte, quelques mois avant la seconde visite fut consacrée le 2 janvier 1706, probablement sous une forme très proche de son aspect actuel : le systématiquement affectés en priorité aux ouvrages strictement militaires, à Montdauphin puis à Briançon ; le site perdit progressivement l'intérêt stratégique qui l'avait fait naître, et le très faible accroissement de est rendu au culte, et devient propriété de la commune : le Génie, qui gardera la haute main sur tous du clocher (A.D. 05 : 2 O 1340). Le 4 septembre 1848, Joseph Bouffier, entrepreneur des travaux clocher actuel de l'église pour mettre la cloche à l'abri». Dès 1838, le conseil de Fabrique attirait , depuis le règne de Louis XIV, « le manque d'entretien de la charpente provisoire qui abritait l'intérieur du clocher a été cause que le toit s'est écroulé, il y a environ douze ans sans que les revenus de la -dire le chœur, la sacristie et le clocher appartiennent à la commune (A.D. 05 : 2 O 1340). En 1853
    Illustration :
    Le chevet : côté nord. IVR93_19860501678X
  • autel et 2 gradins d'autel
    autel et 2 gradins d'autel Névache - Sallé - en écart
    Historique :
    Le bâti date peut-être du 18e siècle. Les décors peints ont été faits au 20e siècle.
    Représentations :
    Autel : décor d'architecture aux angles (pilastres ioniques) ; Agnus Dei peint sur le médaillon
    Emplacement dans l'édifice :
    nef, contre le mur oriental
  • ensemble de deux tasses à café avec leurs soucoupes
    ensemble de deux tasses à café avec leurs soucoupes Castellane
    Inscriptions & marques :
    S. 74 ; DORE A SEVRES 79 ; BF (le tout sous le pied)
    Représentations :
    Les mêmes motifs se répètent sur le bord des tasses et à l'intérieur des soucoupes : sur une bande
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le hall d'accueil
    Dimension :
    tasses : h = 7 ; d(dans le haut) = 6,2 ; soucoupes : d = 12,9.
    États conservations :
    Le tout est en très bon état.
1 2 3 4 20 Suivant