Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 343 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • prédelle : Le Christ et les apôtres
    prédelle : Le Christ et les apôtres La Salle-les-Alpes - en village
    Représentations :
    Les apôtres et le Christ sont présentés sous une arcature en plein cintre : colonnes ornées de
    Description :
    ; préparation épaisse (blanc et bol d'Arménie) pour le décor architectural, préparation blanche pour le décor
    Titre courant :
    prédelle : Le Christ et les apôtres
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la prédelle et objets exposés contre le mur nord de la chapelle latérale gauche Détail : saint Jacques le Majeur, saint Matthias. IVR93_19830500996XA
  • jardin d'agrément dit le Grand Jardin
    jardin d'agrément dit le Grand Jardin Cannes - Ile Sainte-Marguerite - en écart - Cadastre : 1981 DL 77, 78, 79, 80
    Historique :
    provençal à qui le duc de Guise, gouverneur de Provence et amiral du Levant, avait donné l'île. Elle n'a aucune utilité identifiable et n'a sans doute été qu'un lieu de villégiature et d'agrément, imitant le
    Description :
    des niveaux différents. Le jardin d'agrément, au nord, est plantée de palmiers, de cèdres, de vigne jusqu'au rivage. Elle est centrée sur une sorte de donjon cantonné de tourelles carrées, dont le rez-de
    Titre courant :
    jardin d'agrément dit le Grand Jardin
    Appellations :
    le Grand Jardin
    Illustration :
    Le jardin modifié. Vue aérienne prise du sud. IVR93_19880600016XA Le jardin modifié. Vue aérienne prise du nord-est. IVR93_19880600017XA
  • ferme et moulin le Grand Roulet
    ferme et moulin le Grand Roulet Cavaillon - Plan du Roulet - en écart - Cadastre : 1832 A4 1982 BM 48
    Historique :
    Le Grand Roulet date vraisemblablement du 16e siècle et constitue l'un des rares exemples de fermes isolées dans le terroir antérieures au 18e siècle. C'était à l'origine également un moulin sur le cours du
    Description :
    La ferme est située sur le cours du canal Saint-Julien. L'ensemble se composait à l'origine d'une . Escalier en vis, à noyau et marches pleins ; la porte de communication avec le grenier à foin a été
    Titre courant :
    ferme et moulin le Grand Roulet
    Appellations :
    Le Grand Roulet
    Texte libre :
    HISTORIQUE Le Grand Roulet date vraisemblablement du 16ème siècle et constitue un des rares exemples de fermes isolées dans le terroir, antérieures au 18ème siècle. C'était à l'origine également un moulin sur le cours du canal Saint-Julien qui passait alors sous la construction. On voit encore sur la -ouest de la commune. Sur le cours du canal Saint-Julien. Au milieu de champs cultivés, de vergers et de vignes. Composition d'ensemble L'ensemble se composait à l'origine d'une ferme et d'un moulin. Dans le bouchées. La porte de communication avec le grenier à foin a été récemment réouverte. La dernière volée . CONCLUSIONS Type Cl a (un seul logis, développement latéral, un seul toit pour le logis et les bâtiments
  • Peintures monumentales : le Christ et les Évangélistes
    Peintures monumentales : le Christ et les Évangélistes Thorame-Basse - Chateau-Garnier - en écart
    Historique :
    siècle, notamment le Christ en majesté, ce qui est stylistiquement cohérent. Elles seraient donc
    Représentations :
    végétaux stylisés. Dans le registre supérieur, le Christ est figuré assis, bénissant de la main droite le registre inférieur, les quatre Évangélistes sont assis à une table de travail, au devant d'une niche architecturé. Chacun est accompagné de son symbole : l'ange pour Mathieu, le lion pour Marc, le
    Description :
    Les peintures murales se trouvent sur le cul-de-four de l'actuelle sacristie (probablement abside
    Titre courant :
    Peintures monumentales : le Christ et les Évangélistes
    Illustration :
    Détail : le Christ. IVR93_20130400212NUC2A Détail : le Christ. IVR93_20130400210NUC2A Détail : symbole de Luc, le taureau. IVR93_20130400216NUC2A
  • Tableau, cadre : le Repas chez Simon
    Tableau, cadre : le Repas chez Simon Bonnieux
    Historique :
    Ce tableau peut être daté du 16e siècle d'après la tenue vestimentaire de deux serviteurs. Le
    Référence documentaire :
    inscription) établies par le Conservateur des Antiquités et Objets d'Art à l'attention du service de la
    Titre courant :
    Tableau, cadre : le Repas chez Simon
  • peintures monumentales : Saint Antoine ermite et saint Paul ermite, Pentecôte, Saint Jean Baptiste et saint Jean l'Evangéliste, Dieu le Père, Deux donateurs, Saint Sébastien
    peintures monumentales : Saint Antoine ermite et saint Paul ermite, Pentecôte, Saint Jean Baptiste et saint Jean l'Evangéliste, Dieu le Père, Deux donateurs, Saint Sébastien Vallouise - Ville-Vallouise - en village
    Historique :
    celles des Montorcier qui furent seigneurs de Vallouise. Le panneau central du registre inférieur, sans décor, correspond-il à un tableau disparu ou, ainsi que le proposait Marguerite Roques, était-il
    Représentations :
    . A la partie inférieure sur le mur nord de la cage d'escalier, saint Sébastien, dont l'un des : sur le mur est, saint Jean Baptiste à gauche et saint Jean l'Evangéliste à droite, sur fond de tenture à ramages ; saint non identifiable, également sur fond de tenture, sur le mur du clocher. L'intrados du baldaquin comporte trois panneaux : Dieu le Père au centre, le soleil à gauche, la lune à droite le Père : globe, nuée (angelot : tête) ; personnage : agenouillé, livre, armoiries ; saint Sébastien
    Description :
    aussi le dossier d' architecture).
    Titre courant :
    et saint Jean l'Evangéliste, Dieu le Père, Deux donateurs, Saint Sébastien
    Illustration :
    Le martyre de saint Sébastien. IVR93_19840500583XA
  • village d'Annot
    village d'Annot Annot - en village - Cadastre : 1830 F 2017 OF
    Historique :
    On suppose que jusqu'au 12e siècle, la cité d'Annot est restée bâtie sur le flanc de la montagne qui domine le village actuel, au quartier de "Vers-la-Ville". Il y a eu un temps cohabitation, au devenir le village d'Annot, fortifié en plusieurs campagnes jusqu'au 16e siècle. Avant la fin du 19e siècle marque le renouveau de la croissance urbaine, avec le quartier de la gare, quelques lotissements
    Référence documentaire :
    Le pont de la Beïte a été démoli et entièrement reconstruit sous une autre forme. État des Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778. Echelle 1/14000e [Alignement des élévations le long de la Beïte et ancien pont détruit dans la 2e moitié du 20e Annot-les-Eaux - Entrée par le Nord / Carte postale, ca 1900, collection particulière, non coté. Féraud, Marius Le Deley, imprimeur à Marseille, 1er quart 20e siècle, collection particulière, non coté. 711 ANNOT (B.A.) Stat Est., alt 705 m. , Le quartier Caffarels FL / The Caffarels Quarter / Carte Annot (Basses-Alpes.). - Le place des Platanes / Carte postale, 1er quart 20e siècle, collection Annot (Basses-Alpes.). - Le Pont de la Beïte / Carte postale, 1er quart 20e siècle, collection ANNOT (B.-A.) - station alpestre (700 m d'altitude) / Le pont de la Beïte. Carte postale, 1er ANNOT (Basses-Alpes). - La Rue Dufour. Le Lavoir et les Voûtes / Carte postale, 1er quart 20e
    Précisions sur la protection :
    L'arrêté du 6 avril 1946 a inscrit en tant que sites le sentier dit "Chemin de Vers la Ville" et le chemin de Croix qui le borde, le Vieux pont sur la Beïte [aujourd'hui détruit] et maisons situées en aval en tant que sites le pont et les platanes de la place, la Partie haute de la vieille ville d'Annot parcelle 27 n’est incluse dans le site que pour sa partie Sud-Est limitée au Nord-Ouest par une ligne arcades de la rue Notre-Dame et abords (section F, parcelles 298 à 313, 409, 410, 418, à 422), le Portail
    Carte :
    Edifices étudiés situés dans le village d'Annot.
    Texte libre :
    L'origine du village d'Annot Le village d'Annot est implanté dans la vallée de la Vaïre, au pied de Notre-Dame de Vers-la-Ville. Sur l'autre rive de la Beïte, la dernière proéminence que forme le Parrou proposer des datations pour le déperchement qui se fait au détriment du bourg implanté à Vers-la-Ville est rien de certain. Le cartulaire de Saint-Victor porte plusieurs mentions. La plus ancienne, en 1042 , cite l’église Saint-Pons qui est dans le territoire appelé Sigumanna (charte n° 779, p. 126-128 ; ce territoire s'étend entre entre la Vaïre et le Coullomp), et qui est donnée à l'abbaye. La donation est le . Saint-Pons serait ainsi le premier vocable de l'actuelle église paroissiale Saint-Jean-Baptiste. Cette l'église Saint-Pons du Fugeret. Au 11e siècle, le village du Fugeret (référence : IA04002341) n'existe pas km). En l'absence de fouille dans le village, on ne peut non plus exclure que le village actuel d'Annot ait déjà existé au 11e siècle. Mais même dans ce cas, la formule près d'Annot plaide pour Le
    Illustration :
    D’après le plan cadastral 2007, section OF, C et D ; échelle d’origine 1/4000e Alignement des élévations le long de la Beïte et ancien pont détruit vers 1950 Annot (Basses-Alpes.). - Le Pont de la Beïte IVR93_20110400113NUC2A Annot-les-Eaux - Entrée par le Nord. IVR93_20110400116NUC2A ANNOT (B.-A.) - Station alpestre (700m d'altitude) - La Place (côté nord) et le Marché Annot. - Le pont de la Beïte. IVR93_20110400121NUC2A ANNOT (B.-A.) - station alpestre (700 m d'altitude) / Le pont de la Beïte. IVR93_20110400129NUC2A ANNOT (Basses-Alpes). - La Rue Dufour. Le Lavoir et les Voûtes. IVR93_20110400142NUC2A 3835. ANNOT (B.-A.) - Vieux quartiers - Le Coulet IVR93_20110400145NUC2A Le coulet avant les destructions. IVR93_20110400153NUC2A
  • viaduc routier de Pont-Saint-Esprit dit ancien pont du Saint-Esprit
    viaduc routier de Pont-Saint-Esprit dit ancien pont du Saint-Esprit Lamotte-du-Rhône - le Bout du Pont - R.D. 994 - en ville - Cadastre : 2008 AY, BH non cadastré domaine public
    Historique :
    Au 13e siècle, on décide de remplacer le bac [sans référence] qui permettait de franchir le Rhône à Pont-Saint-Esprit - carrefour commercial important entre le nord et le Midi de la France, entre les Etats du Pape et ceux du roi de France - par un pont en pierre. Le procès verbal de la pose de la gestion de l'ouvrage et de ses annexes. Le pont est terminé en 1309 tandis qu'un hôpital est commencé en Roi, qui abrite les recteurs de l'Oeuvre du pont. Après le 13e siècle, le pont reçoit quelques consolide le pont : au 16e siècle, l'arche de rive gauche est remplacée par quatre petites arcades ; en 1686 , le pont est élargi par des consoles en encorbellement et la chapelle et les tours sont détruites ; au 17e ou au 18e siècle, de nouveaux avant et arrière-becs sont édifiés. Le 19e siècle adapte le pont aux chantier). De 1861 à 1870, le pont est élargi sur toute sa longueur sur un projet des ingénieurs Thouvenot
    Hydrographies :
    Rhône (le)
    Observation :
    Repérage cartographique. D'après la carte de Cassini. Pont de la R.D. 994 franchissant le Rhône entre le Vaucluse (à cheval sur les communes de Lamotte-du-Rhône et de Mondragon) et le Gard (commune de
    Référence documentaire :
    Le Gard illustré - Pont-Saint-Esprit - 31. Le Pont. Crue du Rhône, 12 décembre 1910. /Carte postale 1. Pont-Saint-Esprit (Gard) - Le Pont sur le Rhône, vue prise du levant. /Carte postale, 1ère 9. Pont-Saint-Esprit. - Pont sur le Rhône (vue prise de la ville). /Carte postale, 1ère moitié 20e Pont-Saint-Esprit (Gard) - Le grand pont sur le Rhône. Pont-Saint-Esprit (Gard) - Le grand pont sur le Rhône. /Carte postale, 1ère moitié 20e siècle. Rhône, Givors, Maison du Fleuve Rhône : RON-1275.
    Description :
    Le viaduc routier de Pont-Saint-Esprit, dit ancien pont du Saint-Esprit, permet à la R.D. 994 de franchir le Grand Rhône entre Pont-Saint-Esprit, côté Gard, en rive droite, et le Bout du Pont, hameau sis perpendiculaire au fleuve ; le pont oblique ensuite (sur huit travées) à partir de cette dernière pile qui est d'épaisseur. Les piles côté est sont construites sur la terre ferme, celles du côté opposé sur le rocher même
    Localisation :
    Lamotte-du-Rhône - le Bout du Pont - R.D. 994 - en ville - Cadastre : 2008 AY, BH non cadastré
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur le département 30
    Illustration :
    Le Gard illustré - Pont-Saint-Esprit - 31. Le Pont. Crue du Rhône, 12 décembre 1910 9. Pont-Saint-Esprit. - Pont sur le Rhône (vue prise de la ville). IVR93_20128400243NUC1A 1. Pont-Saint-Esprit (Gard) - Le Pont sur le Rhône, vue prise du levant. IVR93_20128400247NUC1A Pont-Saint-Esprit (Gard) - Le grand pont sur le Rhône. IVR93_20128400248NUC1A Ancienne collégiale-citadelle de la rive droite, depuis le refuge amont du pont Vue générale (depuis le nord-ouest). IVR93_20128400001NUC2A La maison du roi en rive droite, depuis le pont. IVR93_20128400390NUC2A d'accès, depuis le refuge aval. IVR93_20128400389NUC2A
  • bac à traille du Dragonnet, d'Oiselet, ou du Taleur
    bac à traille du Dragonnet, d'Oiselet, ou du Taleur Sorgues - île d' Oiselet le Dragonnet le Cabanas Saint-Marc Petit Dragonnet l' Amériquette - isolé
    Historique :
    Un bac à traille, dit du Dragonnet, d'Oiselet ou encore du Taleur, a été établi sur le bras franchir le bras des Arméniers (Référence : IA84000947). Ces deux trailles ont peut-être été mises en place dès le premier quart du 17e siècle, époque de la séparation de la langue de terre formant l'île d'Oiselet qu’elles desservent, voire dès le 16e siècle. Installées sans autorisation, elles servaient aussi et Vaucluse. En 1890, alors que le bac à traille du Dragonnet appartient à un certain de Cambis, un installer une traille privée sur le bras principal du Rhône pour accéder à sa ferme sur l'île d'Oiselet précarité du transport par bac rend difficile le développement de l'activité agricole sur l'île d'Oiselet . Le bac du Dragonnet, que les communes ne veulent plus financer, est par conséquent supprimé en 1914 d'années plus tard, par le pont des Arméniers (Référence : IA84000917).
    Hydrographies :
    le Rhône
    Référence documentaire :
    [Plan de situation de la traille du Dragonnet en 1953]. / ""Histoire des bacs pour traverser le [Plan de situation des trailles de Sorgues en 1785]. / ""Histoire des bacs pour traverser le Rhône
    Description :
    Aucun vestige du bac du Dragonnet n'a été repéré sur le terrain et n'a permis de le localiser avec précision. Il franchissait le bras principal du Rhône, entre Gard et Vaucluse, entre Sauveterre en rive
    Localisation :
    Sorgues - île d' Oiselet le Dragonnet le Cabanas Saint-Marc Petit Dragonnet l' Amériquette - isolé
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur le département 30
  • fort du Moulin dit Château de Port-Cros
    fort du Moulin dit Château de Port-Cros Hyères - Ile de Port-Cros - 4e fort - isolé - Cadastre : 1983 J4 781
    Historique :
    1580. Il est vraisemblable que l'édifice est remanié sous le gouvernement de Richelieu entre 1635 et 1640. En 1793, il est enlevé par les Anglais qui le font sauter avant leur retraite. Plusieurs projets aménagée. La Commission mixte d'armement des côtes, en 1841, reprend le projet dans le programme de son propose le déclassement du fort.
    Statut :
    propriété publique Propriété du Parc National de Port-Cros depuis le 04/02/1988 pour le fort et depuis le 22/07/1991 pour le terrain.
    Description :
    L'ouvrage est composé d'un corps central et d'une enceinte extérieure. Le corps centrale consiste situe la batterie-barbette basse. Le front de gorge est composé d'un ouvrage à cornes précédé d'un fossé
    Texte libre :
    l'édifice a été remanié sous le gouvernement de Richelieu, entre 1635 et 1640 au moment de la construction . Cette hypothèse serait étayée par la "corne" tenaillée (disparue) du front de tête, et le tracé bastionné du front de gorge. L'ouvrage est impliqué, en 1710, dans le combat livré, sous ses murs, par la canons furent rapidement hors de service et ne purent couvrir le navire français qui fut brulé. Les plans les plus anciens (XVIIe - mi- XVIIIe)le représentent dans l'état où il était en 1793 et, tout au long tandis que les terrasses de l'enceinte portent quelques pièces d'artillerie. Il semble bien être le seul bâtiment militaire de Port-Cros occupé en permanence. En 1793, l'édifice est enlevé par les anglais, qui le font sauter avant d'évacuer les îles d'Hyères: tout le bâtiment central (château proprement dit) est détruit, ainsi que tout le front nord-ouest de l'enceinte.* Après la reprise, on s'employa à déblayer côte fut alors aménagée en avant et au pied de l'ouvrage, en partie en gagnant le terrain d'emprise sur
    Illustration :
    Port-Cros et le fort du Moulin vus du sud-est. Au fond, île de Bagaud. IVR93_19898302129XA Le fort du Moulin vu du port. IVR93_19898302291ZA et le soubassement rocheux). IVR93_19898302307ZA Front de gorge. Vue du parapet de la courtine pris de l'intérieur du château, du nord vers le sud Magasin à poudre dans le demi-bastion de gauche du front de gauche. IVR93_19898302309ZA Front nord vu de l'est depuis le haut de l'escarpe. A gauche, au premier plan, magasin à poudre Vue intérieure des casemates sous le château. IVR93_19898301929X Front de gorge. Vue du fossé et de la face du demi-bastion de gauche. Au fond, batardeau fermant le
  • moulin à farine des Subis
    moulin à farine des Subis La Palud-sur-Verdon - près des Subis - isolé - Cadastre : 1835 D5 1285 2014 52D2 393
    Historique :
    d'archives existent pour le 18e siècle qui montrent que le moulin a souffert à plusieurs reprises de la montée des eaux lors d'orages violents. La digue du réservoir est régulièrement emportée et le moulin lui -même a parfois été dévasté. Le canal d'amenée est reconstruit pendant la Révolution par les habitants peut-être conduit à aménager un réservoir grâce à une nouvelle digue. Le moulin est vendu avant 1814 et
    Hydrographies :
    le Bau
    Référence documentaire :
    d'un nouveau béal ; 1814 : demande de rachat du moulin par la commune (le moulin a été vendu par la l'encre sur papier, par Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778 ; 1706 : réfection de la goulotte à farine ; 1745 : le meunier (« gabelier ») est Christophe Maynard. Il et le 21 mars Honoré Boyer est rémunéré 63 livres 1 sol pour l’achat et la mise en place de cette pierre ; 1754 : la levée de terre formant la digue a été emportée ; 1773 : un orage a dévasté le moulin . CRU, Jacques, Les moulins sur le Baou, brochure dactylographiée, 2008, 24 p.
    Description :
    en bois (l'axe qui traverse la voûte est métallique) et dans le rez-de-chaussée, les deux meules composites et leur anille. Le bâtiment présente un plan rectangulaire. Il est en maçonnerie de moellons et de galets. Sa toiture a disparu. Au-dessus du moulin, on observe encore le bassin d'alimentation aménagé à retenue et laisse le passage à une conduite forcée qui part faire tourner la roue située environ 6 m plus bas. Y compris le bassin, le canal d'amenée mesure environ 160 m. Il ne reste aucune trace de la cuve
    Illustration :
    Le bassin avec au fond le mur de retenue. IVR93_20140400552NUC2A
  • pont de l'Abrau
    pont de l'Abrau Allos - la Foux - en écart - Cadastre : 1825 A non cadastré ; 1983 AH non cadastré
    Historique :
    entreprirent le siège d'Allos en 1597 et qui passèrent par le col de Thuiles. Le 5 août 1663, une imposition
    Hydrographies :
    le Verdon
    Référence documentaire :
    p. 89 : le 5 août 1663, une imposition est levée pour la réparation du pont de l'Abrau, jeté sur le -Barcelonnette. CHAMBONNET, Josette. Les moyens de développement. Dans : Annales de Haute-Provence : Le Haut
    Description :
    le reste de la voûte est constitué de moellons plats assisés. La maçonnerie, en blocage, n'est pas directement appuyée sur la roche. Un soubassement en gros blocs équarris sert de transition entre le rocher et
  • Moulin à Farine
    Moulin à Farine Ansouis - Font Blanche - isolé - Cadastre : 1934 D 287 1936 D 37
    Hydrographies :
    le Marderic
    Description :
    voûte (chambre de la turbine horizontale) ; aqueduc partiellement taille dans le rocher
  • Port Vauban
    Port Vauban Antibes - port Vauban - - en ville - Cadastre : 2015 DY 1, 2
    Historique :
    le port de départ de la première croisade. Le port d'Antibes est aménagé entre le 16e et le 17e moitié du 17e siècle, le bastion Saint-Jaume est édifié à l'est de l'anse (voir IA06000904 Vauban et de l'ingénieur Niquet. Le port est creusé entre 1680 et 1685. Au 18e siècle, les quais sont port. Au début du 20e siècle, le site accueille le seul port pétrolier de la Côte d'Azur. En 1912 les 1928 pour le ravitaillement des bateaux. Le dépôt d'Antibes, créée en 1926-1927, accueille trois l'issu du conflit, les chantiers navals situés dans le bastion Saint-Jaume sont détruits. A partir de extension du port est réalisée en 1965, l'Anse Saint-Roch est le premier port de plaisance de la Côte d'Azur le Fort Carré. Dans les années 80, une deuxième phase d'aménagement concerne l'entrée du bassin , elle est par la suite affectée à la grande plaisance. Le quai Camille Rayon dit quai des milliardaires est inauguré en 1986. En 2009, le port Vauban est le plus grand port de plaisance d'Europe.
    Référence documentaire :
    Port Vauban, vue du quai des pêcheurs, le rempart et la porte marine. Photographie, auteur inconnu
    Description :
    la totalité de l'anse Saint-Roch. Il est limité au nord par le Fort Carré et au sud par la vieille ville et sa courtine. Le port Vauban est aujourd’hui essentiellement dédié à la plaisance et à la grande regroupés quai des pêcheurs, secteur de la porte marine. Le port est protégé par la digue du large, longue interne. Le port est composé de 4 bassins : - le bassin de plaisance dans l'Anse Saint-Roch avec 11 appontements, - le vieux port au pied de la capitainerie et du môle est avec 6 appontements, - le bassin de petite plaisance sous le Fort Carré avec 7 appontements - le bassin de grande plaisance protégé par la jetée où le quai Camille Rayon dit quai des milliardaires peut accueillir jusqu'à une vingtaine de très bois, en grilles métalliques ou en béton. Le port est doté de deux capitaineries, l'une au niveau du 3 étages avec une tour de vigie au sommet ; juste derrière se trouve l'hélistation. Le port est autrefois l'entrée du vieux port. Il est en pierre blanche et surmonté d'une rambarde rouge, le feu ayant
    Auteur :
    [] Le Prestre de Vauban Sébastien
    Illustration :
    Port Vauban, vue sur le quai des pêcheurs, le rempart et la porte marine. IVR93_20150600181NUC1A Vue du port Vauban à Antibes depuis le nord. IVR93_20130600117NUC2A Vue du port Vauban depuis le fort Carré à Antibes. IVR93_20130600120NUC2A La capitainerie du port de plaisance depuis le phare des Cinq Cents Francs. IVR93_20150600166NUC2A Chantier naval du port Vauban depuis le phare des Cinq Cents Francs. IVR93_20150600172NUC2A
  • bénitier
    bénitier Villar-Saint-Pancrace - en village
    Emplacement dans l'édifice :
    contre le mur occidental
  • Retable de la Transfiguration du Christ
    Retable de la Transfiguration du Christ Bonnieux
    Inscriptions & marques :
    Inscriptions (peintes en noir sur les piédestaux) : partiellement illisible sur le piédestal gauche , DE TALI / ROENA / LAUDETUR / VIREN [...] (sur le piédestal gauche). Armoiries : écus à pointe timbrés
    Historique :
    dans le personnage de droite portant l'épée un membre de la puissante famille de Sabran qui porte "de Bonnieux. Ce retable est mentionné dans l'inventaire de 1906 sous le n°2 parmi les "biens dont la Fabrique n'a que la jouissance" : "Dans le fonds du sanctuaire, sculpture au-dessus de la porte de la sacristie
    Référence documentaire :
    par le Conservateur des Antiquités et Objets d'Art à l'attention du service de la Conservation des
    Représentations :
    L'iconographie riche se déploie sur quatre registres. Le décor est omniprésent. Décor architecturé les huit personnages centraux de la scène. Au centre, dominant l'ensemble, le Christ, bras ouverts , apparait à ses trois disciples Pierre, Jacques et Jean agenouillés à ses pieds le regardant et semblant éblouis. A la droite du Christ, Moise présentant les tables de la Loi et à la gauche, le prophète Elie cartouche rectangulaire assorti de deux anges adorateurs et surmonté d'un vase. Dans le cartouche : Dieu le Père, main droite levée et main gauche tenant le globe.
    Emplacement dans l'édifice :
    derrière le maître-autel
  • écart de Saint-Maurin
    écart de Saint-Maurin La Palud-sur-Verdon - Saint-Maurin - - isolé - Cadastre : 1835 D1 2014 W1
    Historique :
    Le site semble avoir été occupé dès l'Antiquité. La première mention dans les texte est un poème de Sidoine Apollinaire décrivant le lieu comme un ermitage des moines de Lérins, en 470. En 1079, le le début du 17e siècle et il est possible que ses matériaux aient été remployés pour aménager certains des abris troglodytiques. Aux 17e et 18e siècle, le site est dévolu à l'agriculture, avec de . Le pré supérieur, le pré médian et les canaux d'arrosage ont été entretenus jusque dans les années
    Référence documentaire :
    Demandolx situés dans le lieu de La Palud et son terroir prise par le procès verbal du 24 juillet 1790. 24 BOSSY, Sarah. Deux lieux en devenir : le château de La Palud-sur-Verdon et le site de Saint-Maurin le site de Saint-Maurin » / Sarah Bossy, Ecole d'Architecture de Marseille-Luminy, 1988, p. 80.
    Précisions sur la protection :
    de Barbin. La réserve est co-gérée par les propriétaires et le conservatoire d'espaces naturels de
    Statut :
    propriété publique (?) Le site de Saint-Maurin est propriété de la commune de La Palud-sur-Verdon
    Description :
    Le site de Saint-Maurin se trouve à l'entrée aval des gorges du Verdon, à environ 6,5 kilomètres au pied d'une grande falaise calcaire jurassique qui le domine, et s'organise en plusieurs replats irrégulières en contrebas du site de Saint-Maurin, le plus grand étant le plus bas. Une quinzaine d'abris
    Texte libre :
    Localisation et topographie Le site de Saint-Maurin se trouve à l'entrée aval des gorges du Verdon 760 mètres. Il est installé au pied d'une grande falaise calcaire jurassique qui le domine, et s'étagent de façon irrégulières en contrebas du site de Saint-Maurin, le plus grand étant le plus bas. Une . L'occupation du site Le site de Saint-Maurin est spectaculaire et d'accès malaisé, mais il est en même temps l'installation humaine, qu'elle soit utilitaire ou religieuse. Cette abondance d'eau a sans doute commandé le utilisés à l'antiquité, alors qu'une villa exploitait le quartier de Maireste. Sur la base d'un poème de communauté d'ermites dès le 5e siècle, probablement installée par saint Maxime, premier évêque de Riez et quittant son monastère. Les grottes qui leur servaient de retraite, se voient encore dans le quartier de l'exploitation du quartier de Maireste. Un "gué Maurice" sur le Verdon est mentionné en 1038 et, en 1079, le chapelle. Ses ruines, situées sur le replat supérieur au pied de la grande falaise calcaire, présentent un
    Illustration :
    Coupe sur le site de Saint Maurin IVR93_20160400053NUDA Chemin taillé dans le rocher, au niveau de la grotte N. IVR93_20150401891NUC2A
  • Demeures, fermes
    Demeures, fermes La Motte-en-Champsaur
    Historique :
    Bâtiments construits entre le 16e siècle et le 19e siècle
    Typologies :
    demeure de notaire dite le château
    Annexe :
    Liste des édifices étudiés La Motte. Parcelle 87. DEMEURE de notaire dite Château Barthélémy. Le collet. Parcelles 219-220. FERME. Le Moulin. Parcelle 152. FERME. Repéré Etudié Château 0 0 Maison à
    Illustration :
    Chef-lieu. Parcelle 109. Porte d'entrée. Noter le décor des piédroits et la façon dont l'imposte Le Roy. Maison en ruines. L'écurie. IVR93_19790501254X Le Roy. Maison en ruines. L'"écurie". IVR93_19790501573ZA
  • abri troglodytique de Saint-Maurin dit grotte A
    abri troglodytique de Saint-Maurin dit grotte A La Palud-sur-Verdon - Saint-Maurin - - isolé - Cadastre : 1835 D1 non cadastré 2014 W1 non cadastré
    Historique :
    dès le premier Moyen Age, puis aux 11e et 12e siècles et enfin aux 16e et au 17e siècles. La présence
    Référence documentaire :
    BOSSY, Sarah. Deux lieux en devenir : le château de La Palud-sur-Verdon et le site de Saint-Maurin
    Statut :
    propriété publique Le site de Saint-Maurin est propriété de la commune de La Palud-sur-Verdon, de
    Description :
    constitué d'une cavité naturelle perchée, et naturellement ouverte sur les côtés sud et ouest. Depuis le pied de la falaise, six marches creusées dans le tuf permettent d'accéder à une porte, dont subsiste la base de l'encadrement taillé dans le tuf, avec une feuillure et ce qui pourrait être un trou de barre . Le porche ouest est en partie fermé par un mur en pierre sèche. A l'intérieur, le sol paraît avoir été en partie décaissé. A l'angle sud-est de l'abri, une cuvette est creusée dans le rocher. On note également la présence de tessons de tuile creuse sur le site.
    Illustration :
    Grotte A. Marches d'accès taillées dans le tuf. IVR93_20150401850NUC2A Grotte A. Entrée, embrasure de la porte. Feuillure et trou de barre (?) taillés dans le rocher Grotte A. Entrée, vasque et encoches creusées dans le tuf. IVR93_20150401853NUC2A
  • abri troglodytique de Saint-Maurin dit grotte G
    abri troglodytique de Saint-Maurin dit grotte G La Palud-sur-Verdon - Saint-Maurin - - isolé - Cadastre : 1835 D1 non cadastré 2014 W1 non cadastré
    Historique :
    dès le premier Moyen Age, puis aux 11e et 12e siècles et enfin aux 16e et au 17e siècles. Les pierres bois était installée devant le porche d'entrée. Des graffitis et signatures de la fin du 19e siècle sont gravés sur le mur du porche.
    Référence documentaire :
    BOSSY, Sarah. Deux lieux en devenir : le château de La Palud-sur-Verdon et le site de Saint-Maurin
    Statut :
    propriété publique Le site de Saint-Maurin est propriété de la commune de La Palud-sur-Verdon, de
    Description :
    au porche par une vingtaine de marches très aériennes, taillées dans le tuf. Des trous creusés dans le rocher témoignent de la présence d'un système de main courante. Le porche est en partie fermé par le rocher, avec une feuillure en arrière tableau. A l'intérieur, les parois sont largement taillées est creusé dans la voûte, au-dessus de la porte. Le sol est aplani, et une fosse circulaire profonde
    Illustration :
    Grotte G. Marches taillées dans le tuf. IVR93_20150401889NUC2A Grotte G. Trou d'attache taillé dans le tuf. IVR93_20150401881NUC2A Grotte G. Graffitis gravés dans le mortier de l'élévation. IVR93_20150401882NUC2A
1 2 3 4 18 Suivant