Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 84 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • tableau : Le Calvaire
    tableau : Le Calvaire Èze - rue Plane
    Description :
    Le panneau est monoxyle, à l'exception d'une bande dans la partie supérieure. Préparation blanche . L'encadrement, sculpté en demi relief et doré, est plaqué sur le panneau.
    Titre courant :
    tableau : Le Calvaire
    États conservations :
    Bois vermoulu, fines craquelures, quelques écailles ; couche picturale salie, dorure usée. Le
  • groupe sculpté : Saint Michel terrassant le démon
    groupe sculpté : Saint Michel terrassant le démon Beaulieu-sur-Mer - Suffia - 11 chemin des Myrtes
    Titre courant :
    groupe sculpté : Saint Michel terrassant le démon
  • bac et bacs à traille dits de Sorgues
    bac et bacs à traille dits de Sorgues Le Pontet - Zone Industrielle de l' Oseraie île de la Barthelasse la Merveille les Cabanes - isolé
    Historique :
    , voire de France. Le légat papal, gouverneur d'Avignon et du Comtat la fait déposer en septembre 1484 pour freiner le brigandage. A la fin du 17e siècle et au début du 18e, ce même point de passage brigade à la tête de l'île de la Barthelasse. Cette traille de Sorgues disparaît dans le courant du 19e signaler que, le 28 septembre 1843, le sieur Guébhard est autorisé à établir pour 3 ans, à partir du 1er janvier 1844, un bac à traille sur le Rhône pour l’exploitation de sa propriété de l’île de la Motte, sise face à Sorgues. Le 10 décembre 1913, un arrêté proroge pour 5 ans l’autorisation précédemment accordée , installé sur le bras dit d’Avignon par arrêté de 1893 (Fig. 4), était destiné au service de l’exploitation
    Hydrographies :
    le Rhône
    Observation :
    D'après la thèse de Henri Cogoluènhe. Traille dite de Sorgues : n° C sur le plan de Cogoluènhe
    Référence documentaire :
    dans : Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Cogoluènhe Chemise Sorgues Création et suppression de bacs sur le Rhône, Sorgues (1823-1930), Avignon (an IX traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et
    Description :
    Bien que portant le nom de la ville de Sorgues, le bac à traille franchissait le bras gauche du Rhône (bras d'Avignon), juste en aval de l'embouchure de l'Ouvèze (Fig. 3), entre le nord de la commune du Pontet et le nord de celle d'Avignon. De ce côté, en rive droite, il desservait la pointe nord-est Queue de la Traille dans la toponymie) et Le Pontet. Aucun document ne nous as permis de localiser précisément le bac du sieur Guébhard. En revanche, la dernière traille établie permettait de joindre le lieu dite de l'Oseraie sur la commune du Pontet, en rive gauche. Aucun vestige de bac n'a été repéré sur le
    Localisation :
    Le Pontet - Zone Industrielle de l' Oseraie île de la Barthelasse la Merveille les Cabanes - isolé
    Illustration :
    Vue du site possible de l'ancien bac, à hauteur de la Zone Industrielle de l'Oseraie (Le Pontet
  • fonts baptismaux (cuve baptismale à infusion)
    fonts baptismaux (cuve baptismale à infusion) Le Monêtier-les-Bains - en village
    Historique :
    esculture en forme de dome ". Le 30 mars suivant, quittance est donnée pour le " travail du dosme " réalisé
    Représentations :
    : baptême du Christ sur le panneau antérieur, feuilles d'acanthe sur les deux autres panneaux visibles
    Localisation :
    Le Monêtier-les-Bains - en village
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Illustration :
    Vue d'ensemble. Le couvrement a été réalisé en 1727. IVR93_19900500533ZA
  • églises paroissiales, chapelles
    églises paroissiales, chapelles
    Historique :
    Le canton de Monêtier appartient à l'ancien diocèse d'Embrun. Son réseau paroissial actuel ne se reconstruction des 15e et 16e siècles. Le mouvement de reconstruction progresse régulièrement à partir du milieu . Peu de constructions au 17e siècle : 5 édifices concernées, en partie ou totalité. Le mouvement
    Référence documentaire :
    SENTIS, Gabrielle. Serre Chevalier ou la vallée de la Guisane : La Salle, Villeneuve, Le Bez
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Texte libre :
    ÉLÉMENTS HISTORIQUES Le canton de Monêtier appartient à l'ancien diocèse d'Embrun. Son réseau 1450 et 1520 environ. L'exemple le plus net en est donné par la chapelle Saint-Arnoul, commune de Saint le vocable de Saint-Chaffrey, avant la construction au XVIe siècle de l'actuelle église paroissiale les chapelles de certains gros écarts en églises paroissiales : c'est le cas de l'église Saint-Claude siècles. C'est le cas de la chapelle Saint-Arnoul à Saint-Chaffrey dont l'arc surmontant la porte présente un appareillage datable du XIIe siècle. Le clocher de l'église paroissiale Saint-Marcellin de La Salle constituerait le seul vestige de l'édifice du XIVe siècle. Sur les 57 édifices repérés, 47 ont rudimentaire, ne peut donner lieu à une analyse stylistique. Le mouvement de construction progresse -Barthélémy à La Salle et de l'Annonciation aux Pananches (vers 1680). Le mouvement reprend au XVIIIe, souvent par nécessité, à la suite de destructions partielles ou totales dues aux nombreux incendies (Le Casset
    Illustration :
    Le Monêtier-les-Bains, les Boussardes, chapelle Saint-Antoine. Vue générale. IVR93_19910500032ZA Le Monêtier. Les Boussardes. Chapelle Saint-Antoine. Vue générale intérieure. IVR93_19890500852X Le Monêtier. Les Grangettes. Chapelle. Vue prise de l'est. IVR93_19810501279ZA Le Monêtier. Les Guibertes. Chapelle Sainte-Apollonie. Vue extérieure prise de l'est Le Monêtier. Mas des Faures. Chapelle Sainte-Anne. Vue de situation prise du sud-est Le Monêtier. Mas des Faures. Chapelle Sainte-Anne. Vue d'ensemble prise du sud. IVR93_19810500605X Le Monêtier. Mas des Faures. Chapelle Sainte-Anne. Vue d'ensemble prise du nord Le Monêtier-les-Bains, le Mas-des-Faures : chapelle Sainte-Anne. Vue générale prise du nord : mur Le Monêtier. Peyra Juana. Chapelle Saint-Michel. Vue générale prise de l'ouest : mur pignon Le Monêtier. Le Puy-du-Cros. Chapelle Saint-Alexis. Vue générale prise de l'est
  • église paroissiale Saint-Chaffrey, Saint-Arnoul, chapelle
    église paroissiale Saint-Chaffrey, Saint-Arnoul, chapelle Saint-Chaffrey - la Villette - isolé - Cadastre : 1970 C 1556
    Historique :
    Actuellement chapelle isolée, sous le vocable de Saint-Arnoul, c'était à l'origine l'église paroissiale de Saint-Chaffrey. Une église sous le vocable de Saint-Chaffrey est mentionnée dans un acte de paroissiale au chef-lieu. La chapelle était encore entourée d'un cimetière à la fin du 19e siècle. Le clocher
    Description :
    en tôle, quelques dalles de pierre subsistent sur le mur dans le prolongement du mur occidental de la
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
    Texte libre :
    maçonnerie pour le gros-œuvre. Éléments en carniole (blocs plus ou moins soigneusement taillés -four ; chapelle latérale voûtée d'ogives. Petit clocher-mur récent. Le plan de la nef est irrégulier plein cintre dans le mur gauche ouvraient-elles sur une nef latérale pourraient avoir appartenu à la pile correspondante à ces vestiges ; dans le prolongement de ces moellons triomphal. Seul est conservé le support correspondant aux deux arcades de la nef : demi-colonne avec base à : colonnes engagées, chapiteaux dont l'un conserve des vestiges d'un décor végétal. Un collage dans le mur profonde. Le plafond de la nef est plus bas dans sa partie occidentale. Élévations extérieures La majeure l'intérieur. Couvertures Les toits sont en tôle ; quelques dalles de pierre subsistent sur le mur dans le sacristie. Décor de niches en trompe-l’œil sur le mur gauche de la nef, à l'intérieur des arcades. Fond bleu d'autre de l'arc ; ST ARNOULD NE EN 136 APRES JESUS CHRIST / PRIEZ POUR NOUS sur le tympan.
    Illustration :
    Nef : vue vers le sanctuaire. IVR93_19830500823X
  • peinture monumentale : Saints?
    peinture monumentale : Saints? Le Monêtier-les-Bains - en village
    Localisation :
    Le Monêtier-les-Bains - en village
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • bénitier, chapiteau
    bénitier, chapiteau Le Monêtier-les-Bains - en village
    Localisation :
    Le Monêtier-les-Bains - en village
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • bénitier, chapiteaux (2)
    bénitier, chapiteaux (2) Le Monêtier-les-Bains - les Guibertes - en écart
    Localisation :
    Le Monêtier-les-Bains - les Guibertes - en écart
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • vantaux (2)
    vantaux (2) La Salle-les-Alpes - en village
    Description :
    revers, le vantail droit comporte un petit battant ; planches horizontales doublées au revers de planches découpé dans la partie supérieure du tympan ; loquet à poucier sur le battant droit. Au revers, pentures
    États conservations :
    La partie supérieure gauche du tympan, le loquet à poucier, la serrure à bosse et la peinture brun
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • vantail, serrure
    vantail, serrure La Salle-les-Alpes - en village
    Représentations :
    A l'extrémité du pêne, tête de dragon ornée de pointillés sur le cou et les bords de la gueule et de traits gravés sur le cou. dragon : tête
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • fonts baptismaux (cuve baptismale à infusion)
    fonts baptismaux (cuve baptismale à infusion) La Salle-les-Alpes - en village
    États conservations :
    l'ancrage d'un couvrement sur le bord de la vasque.
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • chapelle Saint-Barthélemy
    chapelle Saint-Barthélemy La Salle-les-Alpes - près de La Salle-les-Alpes - isolé - Cadastre : 1827 B6 1437 1962 AE 380
    Historique :
    couvert d'un décor peint datable de la deuxième moitié du 15e siècle. Le lambris de couvrement s'apparente
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • ensemble de l'autel secondaire de la sainte Famille : autel, devant d'autel, retable
    ensemble de l'autel secondaire de la sainte Famille : autel, devant d'autel, retable Rougon - le Bourg
    Historique :
    L'autel en pierre masqué à la fois par la maçonnerie récente et le devant d'autel, pourrait être un ) de la chapelle Saint-Christophe (Référence IM04002249). Le devant d'autel et le retable sont quant à eux caractéristiques de la production de la 2e moitié du 17e siècle ; il manque à cet ensemble le d'autel et le tabernacle ont été ajoutés au milieu du 19e siècle, entre juillet 1843 et avril 1844, date à mauvais état. Le legs de ce paroissien est également utilisé pour "restaurer, peindre et dorer" le devant
    Référence documentaire :
    Rougon a donné et légué à la fabrique de la susdite église par testament reçu le dix juillet 1837 par réparation de l'autel de saint Joseph [...]". 13 avril 1844 : Le conseil de fabrique procède à "la révision étant recteur", grâce au legs de trois cents francs de M Joseph Accard, le devant d'autel de l'autel dit
    Représentations :
    Sur le devant d'autel, dans une couronne de laurier formant médaillon, la sainte Famille est médaillon est pris dans des rinceaux de feuilles d'acanthe à enroulement, le cadre rectangulaire est également constitué de feuilles d'acanthe. Le retable est constitué de deux colonnes torses ornées de
    Description :
    est fixée le devant d'autel en bois de manière à former un autel tombeau. L'autel est surmonté d'un retable à colonnes, en bois également, supportant un entablement de gypserie. Le devant d'autel est un
    Localisation :
    Rougon - le Bourg
    États conservations :
    Trous d'envol nombreux sur le devant d'autel et les colonnes. Les gypseries présentent des lacunes
  • Château de Maireste
    Château de Maireste La Palud-sur-Verdon - Maireste - isolé - Cadastre : 1835 D2 213, 214 et 216 2014 W6 311
    Historique :
    Provence au 14e siècle, pour appartenir aux Demandolx du 16e siècle à la Révolution. Le château de Maireste remplace un premier château, élevé dès l'antiquité tardive ou le début du moyen âge, perché au sommet d'un ) correspondrait à un grenier fort, peut-être déjà associé à un logis. Selon le cadastre de 1588, la bâtisse est Jean Gaspard Demandolx, est vendue le 22 nivôse an II, au profit de Dominique Boyer. La ruine de
    Référence documentaire :
    Demandolx situés dans le lieu de La Palud et son terroir prise par le procès verbal du 24 juillet 1790. 24 BOSSY, Sarah. Deux lieux en devenir : le château de La Palud-sur-Verdon et le site de Saint-Maurin sur papier, par Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778 [Le château de Maireste. Elévation sud, fenêtre à croisée orientale.] / Photographie noir et blanc [Le château de Maireste. Vue d'ensemble prise du sud-est.] / Photographie noir et blanc, par p.158-160 : Meyreste : le château du XVIe siècle et la chapelle Notre-Dame CRU, Jacques. Histoire
    Précisions sur la protection :
    Le Manoir de Mayreste et ses abords, parcelles du plan cadastral de La Palud section D2 :N° 180 à
    Description :
    retours. L'ensemble du bâtiment est construit en maçonnerie de petits moellons calcaires. Le toit à un pan
    Texte libre :
    Analyse historique Le site castral : antiquité tardive ou époque médiévale Sur le sommet de Carte des frontières Est de la France (années 1780) et "Notre-Dame" sur le plan cadastral de 1835 celles de documents écrits et de clichés photographiques du 20e siècle (datant d'avant le pillage des . D'après le cadastre de 1588, les Demandolx l'achètent à la famille Carbonel. D'après le manuscrit de la famille Demandolx-La Palud, rédigé en 1877 par Henri de Demandolx, le château de Maireste est mentionné pour la première fois en 1572, dans le testament d'Antoine de Demandolx, accompagné de prés et d'une vigne dite "Madame". Le manuscrit de Henri de Demandolx reproduit une description du domaine de Maireste superposées d'une grande étendue. [Le climat] était comme à Moustiers le climat de la basse Provence. Vignes montagnes côté nord. La récolte d'olive était fort bonne". En 1635, le testament d'Elzéar de Demandolx donne quand elle voudra", le château possède alors une écurie et une "fenière". Extension du château
    Illustration :
    Plan de masse d'après le plan cadastral de La Palud-sur-Verdon, 2014, feuille W06, 1/1250 Plan de masse d'après le plan cadastral de La Palud-sur-Verdon, 1835, feuille D2, 1/2500 Le château, vue d'ensemble prise du sud-est. Années 1970 IVR93_20150402097NUC2A Vue de situation prise du sud, le site castral se trouve sur l'éminence au centre du cliché Vue d'ensemble prise depuis le sud IVR93_20150401928NUC2A Vue du château et de ses deux tours, depuis le sud est IVR93_20150401447NUC2A
  • fonts baptismaux (au sol, de milieu)
    fonts baptismaux (au sol, de milieu) La Grave - en village
    États conservations :
    Le dessus a disparu
  • ensemble de deux colonnes
    ensemble de deux colonnes Clumanc - le Château
    Historique :
    (grès et calcaire dur) et leur décor (moulures). Les éléments récupérés sont le 3e tambour de la colonne finition grossière des éléments ajoutés au 16e siècle et le silence des témoins qui ont décrit l'église au
    Description :
    -circulaires, dont le 3e porte un décor sculpté et le 5e intègre un chapiteau mouluré. La colonne orientale 2 octogonaux, entièrement couverts par le décor sculpté.
    Localisation :
    Clumanc - le Château
  • écart
    écart Guillestre - la Maison-du-Roi - en écart
    Historique :
    Ancien hameau de Malefosse mentionné dès 1460 appelé Pont-la-Pierre à partir de 1529. Le Pont-la -Pierre doit le nom de Maison-du-Roi à la sauvegarde qui fut accordée le 28 octobre 1755 à Guillaume voyageurs, surtout en hiver. Le pont qui traversait le Guil à cet endroit était très important. Il était
    Illustration :
    Le hameau. IVR93_19930502243XB
  • décor d'architecture : décor intérieur, entrevous, frise
    décor d'architecture : décor intérieur, entrevous, frise Castellane
    Historique :
    la maçonnerie d'un mur. Certains ont été collectés directement sur le chantier de démolition . propositions d'emplacement). Le gypse provient sans doute des environs immédiats de Castellane, "ce sont des collines entières d'où on le détache sans beaucoup de travail" d'après Laurensi. La datation de ces blocs est relative : l'iconographie et le mode d'utilisation des blocs pourraient porter leur réalisation au
    Référence documentaire :
    p. 71-72 : "Le gypse est très fréquent dans le terrain liassique des environs de Castellane. On en n'occupent pas les ouvriers. Le plâtre est cuit dans de petits fours et pilé à bras d'hommes ; il n'a pas d'autres débouchés que le bourg de Castellane et les communes voisines". Gras, Joseph Scipion. Statistique p. 432 : "Le plâtre gris et blanc se tire de plusieurs quartiers à portée de nos maisons, et ce sont des collines entières, d'où on le détache sans beaucoup de travail". LAURENSI, Joseph. Histoire rue du Mazeau. Dans Le Pays de Castellane, identité et devenir : actes du colloque de Petra Castellana Article "plafond" : "Il faut observer ici que dès le XVe siècle, entre les solives des planchers étaient peints et même quelquefois décorés de reliefs en plâtre." Viollet-le-Duc, Eugène. Dictionnaire
    Représentations :
    . Le premier groupe (Référence : IM04001868) comprend des blocs sur lesquels sont figurées des scènes de chasse ou de combats. Le second groupe (Référence : IM04001869) présente un décor où sont hautes et basses. Le bloc n°26 ne rentre pas dans cette classification : pièce unique, une accolade
    Description :
    Il s'agit d'un ensemble de 26 blocs de gypserie, moulés, avec un décor en bas relief. Le matériau observe du plâtre assez grossier avec débris pierreux sur lequel le gypse, avec un décor sans doute et 30 cm de profondeur, jusqu'à 63 cm pour le bloc double face) - avec une seule face moyenne épaisseur) incite à penser qu'ils étaient contre le mur, littéralement pris dans la maçonnerie pour les plus épais, ou posés contre le mur pour les plus étroits mais leur face toujours en oblique
    États conservations :
    Les blocs sont tous dans un état fragmentaire, le décor plus ou moins érodé.
    Annexe :
    permettent de proposer trois types d'utilisation, trois emplacements pour le décor de pièces d'apparat de après coffrage. Le décor est directement figuré dans la masse par moulage. Ils sont de profils longitudinalement mais en oblique contre le haut des murs, toujours entre les solives. La solive sépare alors chaque de Fréjus ou encore ceux, bien étudiés, des plafonds peints de Languedoc-Roussillon. Le décor du de décor. Le principe de décorations des entrevous reste cependant similaire à celui de Castellane ou ce que pouvait donner le décor d'une pièce d'apparat de la maison de Castellane : les solives sont contre le mur, eventuellement en débord, portées par des corbelets. L'espace compris entre les deux d'apparat réalisée à la demande de Guillaume de Piolenc en 1450 ou encore le château des archevêques de
    Texte libre :
    Languedoc-Roussillon. Le décor du cloître de Fréjus est antérieur à celui de Castellane, il a été réalisé superposés créant trois registres de décor. Le principe de décorations des entrevous reste cependant schéma on peut avoir une idée de ce que pouvait donner le décor d'une pièce d'apparat de la maison de , placées longitudinalement contre le mur, éventuellement en débord, portées par des corbelets. L'espace encore le château des archevêques de Narbonne à Capestang (34) en sont des exemples fameux ; ce décor est
  • Décor d'architecture (décor intérieur) : entrevous
    Décor d'architecture (décor intérieur) : entrevous Cavaillon - - 25 Impasse Romarin - en ville - Cadastre : 2013 CK 762
    Historique :
    La datation de ces blocs est relative : l'iconographie et le mode d'utilisation des blocs conservation de ces quatre entrevous in situ. D'autre entrevous portant le même type de décors ont été
    Dimension :
    Dimensions : h = entre 30 et 40 cm ; la = entre 25 et 46 cm ; pr = entre 6 et 8 cm. Le compartiment
    États conservations :
    Le plafond est en place. Bien que sans doute repeint à plusieurs reprises les motifs sont assez
    Illustration :
    Vue partielle, vers le sud. IVR93_20148400051NUC2A Vue partielle, vers le nord. IVR93_20148400052NUC2A
1 2 3 4 5 Suivant