Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 393 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • meuble pour préparer le cochon (planche à charcuterie) (1) dite le talmé
    meuble pour préparer le cochon (planche à charcuterie) (1) dite le talmé
    Dénominations :
    meuble pour préparer le cochon
    Description :
    Planche rectangulaire taillée en 3 pans sur l'une des largeur. Rebord cloué sur tout le périmètre
    Titre courant :
    meuble pour préparer le cochon (planche à charcuterie) (1) dite le talmé
    Appellations :
    le talmé
  • brancard à sortir le fumier
    brancard à sortir le fumier Braux
    Dénominations :
    brancard à sortir le fumier
    Titre courant :
    brancard à sortir le fumier
  • ensemble de 2 brancards à sortir le fumier
    ensemble de 2 brancards à sortir le fumier Braux
    Dénominations :
    brancard à sortir le fumier
    Description :
    . L'écartement des barreaux suggère l'utilisation d'une corbeille pour contenir le fumier ou le foin transportés.
    Titre courant :
    ensemble de 2 brancards à sortir le fumier
  • pont sur le Bouchier
    pont sur le Bouchier Allos - en village - Cadastre : 2009 OB non cadastré ; domaine public
    Historique :
    A l'origine, le pont peut dater de l'Entre-deux-Guerres. Son agrandissement est vraisemblablement
    Hydrographies :
    le Bouchier
    Description :
    Le pont porte la route qui conduit au col d'Allos. Il se compose de trois arches maçonnées en arc en grès, y compris dans l'intérieur de la voûte, dont tout l'intrados est en pierre de taille. Le , calcaire également. Elles vont en s'évasant, de la naissance des arches au sol. Le tablier a été élargi de
    Titre courant :
    pont sur le Bouchier
    Appellations :
    pont sur le Bouchier
  • brancard à sortir le fumier
    brancard à sortir le fumier
    Historique :
    Brancard dit gouérant utilisé pour sortir le fumier de vache de l'étable, porté par 2 hommes ; cet instrument, très répandu dans le canton de La Grave, est encore utilisé actuellement ; celui-ci date sans
    Précision dénomination :
    brancard à sortir le fumier
    Description :
    Le brancard est formé par un cadre dont 2 des traverses se prolongent en poignées fixé sur 4 pieds
    Titre courant :
    brancard à sortir le fumier
  • ferme dite le Paty, actuellement entrepôt agricole
    ferme dite le Paty, actuellement entrepôt agricole Barrême - la Gorge de Gambi - isolé - Cadastre : 1838 B 74 ; 1980 B 128
    Historique :
    Ferme composée d'une maison-bloc figurant sur le plan cadastral de 1838 (bâtiment 1, à l'est
    Description :
    Le bâtiment 1 (à l'est) comporte un étage de soubassement qui sert d'étable et de remise, un rez-de mécaniques. Le bâtiment 2 (à l'ouest et en contre-haut du premier), comporte un rez-de-chaussée occupé par forme inconnu, contient un logis. Le comble à surcroît servait sans doute de séchoir. Les deux bâtiments
    Titre courant :
    ferme dite le Paty, actuellement entrepôt agricole
    Appellations :
    le Paty
    Texte libre :
    maison-bloc en hauteur, figurée sur le plan cadastral de 1838. Ce bâtiment d'origine, à l'est, a été complété par une deuxième maison-bloc, disjointe, probablement construite vers le milieu ou le 3e quart du 19e siècle. Les hangars appuyés contre le bâtiment est, couverts de tuiles plates mécaniques, ont été édifiés plus tard, dans le 4e quart du 19e siècle ou dans la 1ère moitié du 20e siècle. Bâtiment 1 La soubassement, un rez-de-chaussée et un comble à surcroît. Le soubassement sert d'étable et de remise, il est ouvert au sud par une porte centrale et 3 jours rectangulaires. Le rez-de-chaussée est partagé en deux cheminée en plâtre à l'est. Le comble à surcroît, dont le plancher a été détruit, prend jour à l'est par pierre ancré dans l'élévation à mi-hauteur de son seuil. Le hangar appuyé sur l'élévation orientale est prend appui sur le premier, est soutenu par deux poteaux en bois et couvert comme l'autre par un toit quantité de ruches en bois. Bâtiment 2 Le deuxième bâtiment, élevé à l'ouest et en contre-haut du premier
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la ferme prise du nord. Au premier plan le bâtiment 1, au fond, le bâtiment 2
  • matériel de manutention : brancard à sortir le fumier dit baillard
    matériel de manutention : brancard à sortir le fumier dit baillard
    Précision dénomination :
    brancard à sortir le fumier
    Canton :
    Le Monêtier-les-Bains
    Titre courant :
    matériel de manutention : brancard à sortir le fumier dit baillard
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • ex-voto, tableau : Homme renversé par le tramway
    ex-voto, tableau : Homme renversé par le tramway La Trinité - Laghet
    Représentations :
    Une route bordée d'arbres : le tramway "4" heurte par l'avant un homme qui traversait ; Apparition
    Titre courant :
    ex-voto, tableau : Homme renversé par le tramway
  • machine à convoyer en discontinu : élévateur à godets dit le rapide
    machine à convoyer en discontinu : élévateur à godets dit le rapide Carpentras - 34 avenue Bel-Air - en ville
    Description :
    fixés sur une sangle en chanvre de 12 cm : le tout est à l'intérieur d'une conduite en bois de section
    Titre courant :
    machine à convoyer en discontinu : élévateur à godets dit le rapide
    Appellations :
    le rapide
  • machine à séparer un mélange (No 1) : classeur de graines dit l'escargot ou le tobbogan (ligne de tri pour tout type de graine)
    machine à séparer un mélange (No 1) : classeur de graines dit l'escargot ou le tobbogan (ligne de tri pour tout type de graine) Carpentras - 34 avenue Bel-Air - en ville
    Historique :
    Le classeur à graines a été acquis durant la première moitié du 20e siècle. D'abord installé dans
    Titre courant :
    machine à séparer un mélange (No 1) : classeur de graines dit l'escargot ou le tobbogan (ligne de
  • araire
    araire
    Canton :
    Le Monêtier-les-Bains
    Description :
    Le timon est garni d'une roulette en bois.
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • passoire (couloir à lait)
    passoire (couloir à lait)
    Canton :
    Le Monêtier-les-Bains
    Description :
    centre (une touffe de racines de chiendent est introduite dans ce trou lorsqu'on veut filtrer le lait ). Une échelle à lait ou "eycharote", posée sur un récipient, sert de support pour le couloir à lait. Ce à coupes carrées. Le dessous de cette structure est prolongé par deux demi-cercles en bois , assemblés à tourillons, destinés à recevoir une toile pour égoutter le lait filtré.
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • buffet (N° 4)
    buffet (N° 4)
    Canton :
    Le Monêtier-les-Bains
    Description :
    comporte deux battants entrant à vif, dont la partie supérieure suit le cintre du meuble. Corps inférieur à sur le bâti. Meuble reposant directement sur le sol. Façade à coupes carrées chevillées. Corniche
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • berceau
    berceau
    Canton :
    Le Monêtier-les-Bains
    Description :
    passait des lanières (dites simources) pour empêcher le bébé de tomber. Fond plein. Assemblages cloués.
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • presse à fromage (N° 2)
    presse à fromage (N° 2)
    Canton :
    Le Monêtier-les-Bains
    Description :
    embrèvements (une cheville par assemblage). La traverse inférieure sert à poser le moule à fromage. Au-dessus
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • presse à fromage (N° 1)
    presse à fromage (N° 1)
    Canton :
    Le Monêtier-les-Bains
    Aires d'études :
    Monêtier-les-Bains (Le)
  • matériel agricole : boîte à essaim
    matériel agricole : boîte à essaim
    Description :
    Caisse en planches de pin pointées, de forme rectangulaire, avec un côté en biais. Le panneau montée sur charnière (cuir ou métal). Un autre trou d'aération est aménagé sur le dessus de la boîte.
    Origine :
    lieu de provenance Le Fugeret - la Béouge
  • atelier de fabrication, actuellement bureaux et laboratoire
    atelier de fabrication, actuellement bureaux et laboratoire Grasse - 10 avenue Yves-Emmanuel-Baudoin - en ville - Cadastre : 1982 BM 141
    Historique :
    activités de l'entreprise à Grasse est rassemblé sur le site de la Sabrane qui doit donc s'agrandir. Trois nouvelles constructions voient ainsi le jour, conçues par Léon Le Bel et reliées à un des anciens bâtiments nouvellement aménagée. Les travaux semblent pour l'essentiel achevés dès le début de l'année 1923. Un document de 1928 nous apprend que le bâtiment 13 est affecté à l'entreposage, au flaconnage et à l'emballage nous montrent le sol de la grande salle du bâtiment 14 entièrement jonché de pétales de rose. Ce bâtiment était occupé par la confection de pommades. Le bâtiment 18, lui, outre sa fonction de garage en années 1980, et le balcon a été en partie intégré aux espaces intérieurs. C'est également à ce moment que le bâtiment 15 a été surélevé de deux niveaux et que la presque totalité des constructions des années
    Référence documentaire :
    Le coin des presses hydrauliques à l'usine Hugues Ainé. / Dans : " Parfumerie du sud-est", 30 avril Dans l'usine moderne Hugues Ainé le soleil pénètre largement. / Dans : "Parfumerie du sud-est", 30
    Description :
    Les nouveaux ateliers (13, 14, 15, 17, 18, 20) rompent radicalement avec le modèle des ateliers d'eau. Les lignes générales sont aussi celle d'une modernité qui a cependant trouvé des limites dans le
    Auteur :
    [] Le Bel Léon
    Illustration :
    Dans l'usine moderne Hugues Ainé le soleil pénètre largement. IVR93_20060600422NUCB Le coin des presses hydrauliques à l'usine Hugues Ainé. IVR93_20060600424NUCB Le pilote du petit laboratoire servant à la distillation, à l'extraction et aux réactions Le bâtiment 18 vu depuis la rue intérieure. IVR93_20060600065XE La façade sud du bâtiment 14 et la passerelle qui le relie aux parties anciennes de l'usine Entrée en rez-de-chaussée surélevé dans le bâtiment 13. IVR93_20060600064XE Vue des réservoirs sur les toits. Au loin la ville et le plan de Grasse. IVR93_20150600381NUC2A Le réservoir d'eau sur le toit du bâtiment 13. IVR93_20060600070XE Le réservoir d'eau sur le toit du bâtiment 13 et les terrasses de l'ancien domaine La Sabranette Le réservoir d'eau sur le toit du bâtiment 14. IVR93_20060600071XE
  • fortification d'agglomération dite enceinte de la ville de Briançon
    fortification d'agglomération dite enceinte de la ville de Briançon Briançon - avenue de la Libération - en ville - Cadastre : 1975 AO5 54, 55, 58, 59, 60
    Historique :
    d'une enceinte bastionnée. Un plan de Langrune de 1691 montre les travaux terminés. En 1692, le roi
    Référence documentaire :
    Fragment du plan de la place de Briançon pour accompagner le rapport du Chef du génie sur les moyens de loger le Commandant de la place et d'établir ses bureaux. / Dessin, lavis, 1843. Service
    Description :
    L'enceinte, polygonale, est occupée par le château dans le quart nord-est. Elle est formée de
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Le Prestre de Vauban Sébastien
    Texte libre :
    la fin du XIVe siècle. De son côté le château, à plan sensiblement ovale, comportait une muraille une tour carrée. L'édifice avait été modernisé après 1590 par le connétable de Lesdiguières et doté , en particulier, d'un petit front bastionné face au nord-est, front le plus abordable. A l'est, un dominant l'agglomération, une petite avant-cour et un bastion irrégulier protégeaient la porte d'entrée. Le tout, bien représenté sur le plan du 14 août 1691 de l'ingénieur de Langrune et les plans et élévations « Barbets », sur le versant oriental des Alpes. Craignant probablement un coup de main des Barbets contre la , figure achevée sur le plan de Langrune, du 14 août 1691 (provenant des archives du génie et actuellement précipitent : le 26 janvier 1692 - deux semaines après le projet de Delabat - la ville est dévastée par un l'enceinte, en particulier l'église paroissiale, située dans le cimetière actuel. Les projets de Vauban Sérieusement inquiété par ce coup subit, le roi envoie Vauban sur place : du projet qu'il arrête, à la date du
    Illustration :
    Enceinte de ville. Bastion 18, flanc et face droite avec le chevet de la collégiale Q. A l'arrière plan, en haut et à droite, le fort des Têtes. IVR93_19870500566X , la contregarde générale. Au deuxième, la fausse braie, enfin le corps de place et la ville. A Enceinte de ville. Front ouest. Fausse braie vue d'enfilade du pied du bastion 18 vers le bastion 20, du nord vers le sud. IVR93_19870500542X Enceinte de ville. Le bastion 23 vu de la contregarde avec, au pied, bastion 45 de la fausse braie bastion 18 vers le sud. IVR93_19870500543X Extrémité nord-est de l'enceinte et raccordement avec le château. Au premier plan fossé et face droite de la demi-lune 30 avec l'aqueduc. Au-dessus, flancs 16 et 57. A l'arrière plan et à droite, le Le Grand Caire, vue partielle de l'enceinte. IVR93_19740500012ZA
  • position dite ligne des Gondrans
    position dite ligne des Gondrans Montgenèvre - le Gondran - isolé
    Historique :
    , puis par l'ingénieur Richerand. L'occupation du Gondran est préconisée, dès 1873, par le comité de appelé C reçoit une caserne casematée de 1887 à 1891. Avant 1914, le plateau est équipé en abris et en
    Description :
    baraquements, le tout dispersé. Les baraques sont des bâtiments rectangulaires en maçonnerie couverts d'un toit salles occupant diverses fonctions, reliée à l'extérieur par quatre blocs bétonnés. Le bloc affecté à
    Auteur :
    [] Le Prestre de Vauban Sébastien
    Localisation :
    Montgenèvre - le Gondran - isolé
    Texte libre :
    relatif au Montgenèvre (1692) l'ingénieur Richerand reprend l'étude et, dans un projet daté de Grenoble le surveiller et défendre le col, et couvrir les approches du Montgenèvre, face au sud-ouest. Le plan type de siècles d'avance, les blockhaus de montagne des années 1890. Le projet reste sans suite, mais montre bien sans passer par la Vachette et le cheminement traditionnel. 1870-1918 L'occupation permanente du plateau de Gondran est préconisée, dès 1873, par le Comité de Défense lors de la réunion consacrée à la modernisation de Briançon. Etudié sur ordre du 23 décembre 1873, le projet, déclaré d'utilité publique le 2 mai 1874, est approuvé par le ministre le 20 avril 1875 et les travaux, adjugés le 4 novembre 1875 magasins à munitions protégés). L'ensemble est desservi par le nouveau réseau de routes militaires, des d'autre part, la doctrine de défense va évoluer sensiblement dans le sens du renforcement progressif des blockhaus-réduit casematé à deux étages de 1886 à 1889 renforcé ensuite d'une grille défensive, puis le
    Illustration :
    droite : ouvrages C, D et A. A gauche en arrière, flanc sud-est du Janus, à droite, le Chaberton droit et à l'arrière plan, le mont Chaberton. IVR93_19910500161ZA Plateau du Gondran. Vue d'ensemble du versant ouest, prise du sud. A droite, le mamelon de , l'ouvrage B et, couronnant le mamelon l'ouvrage A, avec, à contrepente, l'abri de combat A et le chalet de montagne du 159e RIA. Au fond, le sommet de Château Jouan, la route militaire et l'ouvrage du Janus contrebas, Gondran A. A l'arrière-plan, le Grand Peygu, près du col de l'Izoard. IVR93_19870500397X Plateau du Gondran vu de l'ouest depuis le carrefour de la Patte d'Oie. Au centre gauche, la crête de Château Jouan et l'ouvrage du Janus. A l'arrière plan, le Chaberton. IVR93_19890500765X avec, derrière, l'entonnoir produit par un gros projectile italien en juin 1940. Au deuxième plan, le mamelon de l'Ombilic masquant partiellement le sommet et le fort de l'Infernet. IVR93_19860500822X
1 2 3 4 20 Suivant