Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 95 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • pont de la Serre
    pont de la Serre Val-de-Chalvagne - la Serre - R.D. 10 - isolé - Cadastre : 1817 Bu non cadastré ; 1983 B non cadastré ; domaine public
    Historique :
    Le pont figure sur le relevé cadastral de 1817 mais pas sur les cartes militaires de Bourcet de La Saigne et le Michaud d'Arçon. Il pourrait dater de la fin du 18e siècle.
    Description :
    Le pont de la Serre est un pont courbe. Il se compose d'une arche maçonnée et de deux rampes d'accès dont les deux axes forment un angle très léger avec celui de l'arche. La rampe d'accès de la rive , l'intrados de la voûte laisse voir une maçonnerie de pierres de taille en tuf. Le reste de la maçonnerie, en blocage de moellons, est moins soigné. La portée de l'arche est de 8 m et sa largeur de 420 cm, y compris les deux parapets de 40 cm. Ce pont, assez trapu, a une flèche de 5 m pour une épaisseur à la clé de 2 m. L'arche est équipée d'un système ancien de tirants métalliques qui passent à la fois dans la maçonnerie et sous la voûte.
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne - la Serre - R.D. 10 - isolé - Cadastre : 1817 Bu non cadastré ; 1983 B non
    Titre courant :
    pont de la Serre
    Appellations :
    pont de la Serre
    Illustration :
    Vue d'ensemble prise de la culée de la rive gauche. IVR93_20090403126NUC1A
  • pont routier sur la Chalvagne
    pont routier sur la Chalvagne Val-de-Chalvagne - près du Serre - D 911 - isolé - Cadastre : 1983 124 A non cadastré ; 1983 125B non cadastré ; domaine public
    Historique :
    Le pont porte à la clé aval l'inscription RF/1880.
    Hydrographies :
    la Chalvagne
    Description :
    Le pont qui porte la D911 et franchit la Chalvagne se compose d'une unique arche en anse de panier . L'intrados de la voûte est en moellons bien équarris et assisés. Le reste de la maçonnerie est en blocage de
    Titre courant :
    pont routier sur la Chalvagne
    Dates :
    1880 porte la date
    Appellations :
    pont routier sur la Chalvagne
  • le mobilier de la chapelle Saint-Nicolas
    le mobilier de la chapelle Saint-Nicolas Val-de-Chalvagne - Villevieille
    Parties constituantes non étudiées :
    instruments de la Passion
    Titre courant :
    le mobilier de la chapelle Saint-Nicolas
    Annexe :
    Liste du mobilier de la chapelle Saint-Nicolas de Villevieille (Val-de-Chalvagne) Liste du mobilier d’église, verre, fin 19e siècle - croix, bois, 2e moitié 20e siècle - instruments de la Passion, bois, 2e
  • le mobilier de la chapelle Saint-Joseph
    le mobilier de la chapelle Saint-Joseph Val-de-Chalvagne - le Champ
    Titre courant :
    le mobilier de la chapelle Saint-Joseph
    Annexe :
    Liste du mobilier de la chapelle Saint-Joseph, Le Champ (Val-de-Chalvagne) Liste du mobilier étudié
  • tableau : Saint Nicolas et saint Christophe avec la sainte Famille
    tableau : Saint Nicolas et saint Christophe avec la sainte Famille Val-de-Chalvagne - Villevieille
    Historique :
    Les donatrices représentées sur ce tableau sont sans doute les mêmes que celles représentées sur la peinture (Référence IM04001982) de la chapelle Saint-Nicolas de Villevieille.
    Référence documentaire :
    p. 50. LACROIX, Jean-Bernard. La peinture du XVIIe siècle dans les Alpes-de-Haute-Provence. Dans : Le patrimoine religieux de la Haute-Provence. Bulletin de l'Association pour l'Etude et la Sauvegarde du Patrimoine Religieux de la Haute-Provence. n° 14, pages 21-51, 2e semestre 1992.
    Représentations :
    Dans une nuée, entourée d'angelots et d'ange, la sainte Famille occupe la partie supérieure de la composition : l'Enfant Jésus est assis sur les genoux de sa mère et tend les bras vers saint Joseph. Dans la partie basse de la composition, trois donatrices sont agenouillées au pied de saint Christophe portant l'Enfant sur ses épaules et saint Martin bénissant à gauche. Un garçon tient la chape de saint Martin.
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    tableau : Saint Nicolas et saint Christophe avec la sainte Famille
  • présentation de la commune de Val-de-Chalvagne
    présentation de la commune de Val-de-Chalvagne Val-de-Chalvagne
    Historique :
    l'abbaye Saint-Victor de Marseille mentionne qu'en 1043, Audibert [de Lacoste, de la famille de Castellane -Cassien. Les évêques de Glandèves possédèrent certainement des biens à Castellet-Saint-Cassien, mais la se développa au cours des 12e et 13e siècles. La mention de Villevieille et de Montblanc n'apparaît crises qui entraînèrent un très important déclin de la population dans toute la vallée du Var. Aux premier quart du 18e siècle, le seigneur du Castellet possédait, outre le château et la ferme du Petit Château, quatre bastides : La Bastide du Seigneur, La Colle d'Avenos, Le Coulet (bergerie) et La Bastide de Gourdan (Bastide Neuve). Lors de la confiscation des biens des émigrés en 1792, il est fait Montblanc et à Villevieille. A la Révolution, le territoire est partagé en 3 communes : Villevieille , Castellet-Saint-Cassien et Montblanc. Jusqu'en 1854, la commune de Montblanc faisait partie du canton d'Annot. Sur la demande du conseil municipal, elle a ensuite été rattachée à celui d'Entrevaux. En 1845
    Référence documentaire :
    [Paire de bœufs sur l'aire à battre de la ferme des Travest.] années 1920 [Paire de bœufs sur l'aire à battre de la ferme des Travest.] / Photographie, années 1920. Collection particulière historique, géographique et topographique des villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre p. 186-187. BARATIER, Edouard. La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècle. Paris Alpes Maritimes et de la Haute Provence. - Cannes : Société Scientifique et Littéraire de Cannes et de l'Arrondissement de Grasse, 1983, 52 p., ill. Histoire du Val de Chanan (Chalvagne, La Rochette, Saint-Pierre) et de ses environs (Vergons, Annot, Entrevaux...) de la préhistoire à la fin du Moyen-Age. n° 781 : donation de l'église Saint-Cassien à l'abbaye Saint-Victor par Audibert [de Lacoste, de la Feuille 194-12 Cartes des frontières Est de la France, de Colmars à Marseille. / Dessin à l'encre
    Description :
    La commune de Val-de-Chalvagne est occupée par de nombreuses fermes isolées disséminées sur le , qui était alimentée en eau par un canal qui existait encore à la fin du 18e siècle. Le site d'origine l'époque médiévale, qui se trouve sur une échine rocheuse orientée nord-sud, située entre la chapelle Saint castrum ou d'un prieuré fortifié. La chapelle Saint-Nicolas est également d'origine médiévale, comme en témoigne son pignon ouest en petit appareil, ainsi que la présence d'une crypte funéraire. L'église de Villevieille (IA04001632) date de la fin du 17e siècle puisqu'en 1685 il est fait mention de « l'église bâtiments agricoles, ainsi que des jardins. Le quartier haut du hameau, où se trouve la chapelle, est nommé L'Aire sur le cadastre de 1818. Sur ce même cadastre, le quartier bas était nommé La Teye du Champ. Une La Para.
    Titre courant :
    présentation de la commune de Val-de-Chalvagne
    Texte libre :
    La commune de Val-de-Chalvagne existe depuis le 1er janvier 1974, à la suite de la fusion des trois de l'Eiguier est propice à une occupation humaine dès la Préhistoire. Effectivement, la falaise qui borde le côté sud de ce plateau, et qui domine la rive gauche de La Ribière, est ouverte par de à un site d'oppidum avec une enceinte sommitale. Au quartier du Fenacil (Clot des Ferriers sur la la chapelle Saint-Nicolas (Villevieille), à mi-hauteur du versant à une quarantaine de mètres en contrebas de la borne côtée à 1118 mètres. Des restes de fibules, de pointes de flèches et des graines anépigraphe au sommet du Col du Buis. En outre, une ancienne piste rejoignait La Penne au Col de Félines par mention de la Villa Vergonis (Vergons) comme possession de l'abbaye Saint-Victor de Marseille. Cette villa . Durbec, la colonie de Baione pourrait correspondre au site du Monestier de Villevieille. Cette hypothèse semble renforcée par la présence du toponyme L'Aire de Blay (ou de Bay), au village de Villevieille
    Illustration :
    [Paire de boeufs sur l'aire à battre de la ferme des Travest.] IVR93_20100401020NUC2A La vallée de la Chalvagne, à la jonction des trois anciennes communes. Vue prise depuis l'Hubac Vue sur la vallée de Montblanc (à gauche) et le site de Villevieille (à droite Lit de la Ribière à Sous-le-Champ. IVR93_20100401177NUC2A Cascade concrétionnante (tuf) au croisement de la R.D. 10 et de la R.D. 710. Vue d'ensemble Saint-Nicolas, castrum du Monestier. Mur est, arrachement de la maçonnerie. IVR93_20100401209NUC2A Fragment de tegulae trouvé en contre-haut de la ferme de la Fortune. IVR93_20100400983NUC2A Fragment de tegulae trouvé en contre-haut de la ferme de la Fortune. IVR93_20100400984NUC2A Carte des frontières est de la France : Castellet-Saint-Cassien. IVR93_20120400737NUC1A
  • moulin à farine
    moulin à farine Val-de-Chalvagne - la Serre - Cadastre : 1817 A 124 1983 OB 144
    Historique :
    de la Chalvagne. Son transfert à l'emplacement actuel est difficile à dater. Il pourrait remonter au 12e siècle d'après une inscription peinte sur la façade aujourd'hui disparue dont l'origine serait très incertaine. Quoi qu'il en soit, la construction actuelle est très vraisemblablement postérieure . Sous l'Ancien Régime, ce moulin est banal et il appartient à la famille de Glandèves. Il est vendu en moins partiellement, au 19e siècle. La chambre de la roue peut remonter, en l'état, à l'Ancien Régime . La roue actuelle a en revanche été changée à la fin du 19e siècle. Le reste de la maçonnerie ne fait pas vraiment penser à une construction médiévale. Le moulin est resté dans la famille Ginoyer jusqu'à , dans la seconde moitié du 20e siècle, de deux nouveaux et petits bâtiments, un au nord et l'autre au
    Hydrographies :
    la Chalvagne
    Référence documentaire :
    biens de la commune d'Entrevaux. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains Cartes des frontières Est de la France, de Colmars à Marseille. [Détail de la feuille 194-12 ] Cartes des frontières Est de la France, de Colmars à Marseille. / Dessin à l'encre sur papier, par Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778. Echelle 1/14000e. Cartothèque 1043/1046, Audibert [de Lacoste, de la famille de Castellane], sa femme Ermengarde, son fils Garac la montagne d'Avène et rejoint la Chalvagne ; d'un autre côté, le chemin public qui descend de la même montagne jusqu'à la Chalvagne, incluant le moulin avec ses dépendances ; à l'est, le ruisseau qui p. 402-409 : Il y aurait eu, sur la façade du moulin, une inscription moderne, peinte, indiquant . Digne : Société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, Bulletin de la Société
    Description :
    Avant ses extensions de la fin du 20e siècle, le bâtiment du moulin de la Serre était une petite construction de plan rectangulaire, située à une cinquantaine de mètres du cours de la Chalvagne, dans une zone en pente. Il se compose donc d'un étage de soubassement partiel où se trouve la chambre de la roue , pièce voûtée en plein-cintre et en pierres de taille de moyen appareil (la roue a été déplacée et se consiste en un treuil qui permettait d'actionner de l'intérieur du moulin l'ouverture de la vanne du tuiles creuses. La maçonnerie est en calcaire et en tuf. On retrouve ces deux matériaux dans les chaînes pilier maçonné qui servait de point de départ à la conduite forcée en bois de section carrée. Du sommet de ce pilier à la roue, il y a une différence de hauteur de 8 m. Il reste un premier morceau de meule
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne - la Serre - Cadastre : 1817 A 124 1983 OB 144
    Illustration :
    Cartes des frontières Est de la France, de Colmars à Marseille. [Détail de la feuille 194-12 Vue d'ensemble prise du sud-est. A gauche le pilier de la conduite forcée. IVR93_20090402704NUC1A La roue hydraulique. IVR93_20090402703NUC1A
  • château de Castellet-Saint-Cassien
    château de Castellet-Saint-Cassien Val-de-Chalvagne - Castellet-Saint-Cassien - en écart - Cadastre : 1983 B 72 1817 B 73, 74
    Historique :
    Le château actuel est probablement construit dans la première moitié du 17e siècle (une cheminée porte la date de 1659) à l'emplacement d'un château médiéval par le seigneur de Glandevès. Il est divisé créées, le bâtiment va servir de logement et de presbytère pour la paroisse, puis de logement pour
    Référence documentaire :
    Délibérations du conseil municipal en date du 30 octobre 1865 concernant la location d'un nouveau , salle d'école et une autre pièce pour y tenir le bois et autres provisions ; la salle d'école éclairée ans, pour la somme de cinquante francs. Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de Deux baux successifs signés entre la commune de Castellet-Saint-Cassien et le nouveau propriétaire de l'appartement du rez-de-chaussée du château, Germain Grac. La description du logement mentionne , d'une superficie de 29 mètres carrés, contigu au logement, exposé au midi". Baux à loyer pour la maison entre 1817 et 1867. Etat de sections du cadastre napoléonien de la commune de Castellet-Saint-Cassien -Cassien en la ville d'Entrevaux Inventaire des biens des émigrés dans les cantons d'Annot, Entrevaux et -Cassien en la ville d'Entrevaux. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 Récolement préalable à la vente des biens de l'émigré Glandèves au lieu de Castellet-Saint-Cassien
    Précisions sur la protection :
    . Sont inscrits par arrêté du 18 décembre 2012 : - les façades et toitures - l'escalier, la cage d'escalier y compris les paliers - la cheminée et la pièce princiaple de l'appartement sud situées au premier
    Représentations :
    A la base de l'échaugette située à l'angle sud-est du château est sculpté un mascaron : cette face
    Description :
    et la ferme associée au château. Le château présente un plan massé rectangulaire accoté de deux tours encore présent sur la façade ouest, il portait un décor de faux-appareil de pierre de taille (restitué sur la façade ouest). Les toits sont couverts de tuiles creuses avec un toit en pavillon sur le niveaux d'élévation : un étage de soubassement auquel on accède uniquement par la façade est, un rez-de -chaussée surélevé avec accès à l'ouest, deux étages carrés surmontés de combles. La façade orientale est également les fragments d'une échauguette à l'angle sud-est ornée d'un décor de gypserie. La façade sud est l'ensemble de la voûte d'escalier et le limon (quand il est encore visible), ainsi que les paliers. On les
    Dates :
    1659 porte la date
    Annexe :
    quart du 17e siècle, avec deux dates points de repère : 1659 (date portée sur la cheminée n°1) et après 1666 (cf. blason de la cheminée n°3), sans doute sur une commande d’Honoré II de Glandèves, seigneur du développe sur le thème de l'amour profane. Elle comprend à la fois des scènes figurées et une ornementation foisonnante. Au rez-de-chaussée, une figure féminine mêlant les attributs traditionnels de la Fortune et de instincts maîtrisés, la luxure tenue en bride. Au premier étage, sur le palier de cet étage noble, à à la Vénus du rez-de-chaussée, toujours sur ce thème de l'amour profane, au départ de la voûte de déployer en volutes, suivant la voûte de l'escalier, bordant le noyau. Ce rinceau à volutes est constitué figures de faunes, cornues, moustachues, à la chevelure mêlée de feuilles d'acanthe. Cheminée n°1 : Mercure tuant Argos Du programme iconographique initial ne subsiste que celui réalisé sur la hotte (le manteau a disparu). Le trumeau porte la scène principale, elle est entourée d'une très large bordure ornée
    Texte libre :
    Evolution historique Premières mentions médiévales La première mention de Saint-Cassien est celle est décrit par rapport au col Avenos et à la rivière Calvaniam. Baratier en déduit que le lieu d'implantation de la cella, ne se trouve pas nécessairement à l'emplacement actuel du hameau de Castellet-Saint déjà à cet emplacement, tant par la description du lieu dans l'acte de donation que par les , sinon de cette ecclesia du 14e siècle, du moins de ses vestiges, ou de la mémoire de son emplacement baron du Roure) et jusqu'à la Révolution. Dès 1232, on trouve mention du Castelletum Sancti Casiani, à nouveau en 1252 du castrum de sancti Cassiani ou castrum de Castelleto, à nouveau en 1419 (Isnard). Sur la carte de Cassini, vers le milieu du 18e siècle, il est nommé le Castellet de Glandeve. De la construction du château (1659) à la Révolution Le château actuel est probablement construit dans la première moitié du 17e siècle (une cheminée porte la date de 1659) à l'emplacement du château médiéval, le
    Illustration :
    Cartes des frontières Est de la France, de Colmars à Marseille. [Détail de la feuille 194-22 Vue générale de la façade ouest. IVR93_20110403777NUC2A Vue générale de la façade sud. IVR93_20110403779NUC2A Vue générale de la façade est. IVR93_20110403470NUC2A Détail de la façade ouest : porte. IVR93_20110403786NUC2A Vue du décor de gypserie, départ de voûte au-dessus de la porte nord, premier étage
  • cheminée (N° 1) : Mercure tuant Argos
    cheminée (N° 1) : Mercure tuant Argos Val-de-Chalvagne
    Inscriptions & marques :
    Transcription (inscription gravée dans un cartouche sur la jouée droite) : H s [?] D [coeur] G / ff
    Historique :
    La cheminée porte la date de 1659 dans un cartouche sur la jouée droite de la hotte. Elle a été comme référence pour la réalisation des décors de l'escalier (Référence IM04002544) ou de la cheminée n °3 (Référence : IM04002545) . Elle fait donc partie du programme de décoration initial qui a suivi la lettres gravées dans le même cartouche que la date semblent être ses initiales, H (peut-être 2) D G. Elle a été remaniée, il n'en subsiste que la hotte.
    Référence documentaire :
    du sud, 16e-17e siècles. DEA, université de Provence, sous la direction de Jean-Jacques Gloton, 1988. p. 498 COLLIER, Raymond. La Haute-Provence monumentale et artistique. Digne: Imprimerie Louis-Jean orientale. Dans : Chroniques de Haute Provence, 2010, n°365, 130e année. Revue de la Société scientifique et
    Représentations :
    Le trumeau porte la scène principale : au premier plan, sur la gauche, Mercure debout tue Argos endormi en lui coupant la tête de son glaive. Toujours sur la gauche, à l'arrière-plan, Junon assise recueille les yeux de la tête d'Argos et en couvre les plumes de son oiseau (paon). A droite, au second plan , Jupiter assis, tenant dans la main gauche le sceptre du ciel vient de transformer Io en génisse, peut-être sous les yeux de Junon qui se trouvait au sommet de la composition. La composition du trumeau est très proche de celle de la gravure. Le trumeau est placé dans un cadre orné de cuirs, au centre d'un décor très chargé qui orne tout l'espace restant de la face de la hotte. Dans la partie inférieure un trophées guerriers ; sur les montants des chutes de fruits alternent avec les cuirs ; dans la partie supérieure, le blason est accôté de palmes puis d'angelots debout et de rameaux d'olivier. Sur la jouée
    Description :
    Cheminée adossée dont la hotte de plan rectangulaire et d'élévation droite est entièrement ornée
    Dimension :
    h = 173 ; la = 173 ; pr = 32.
    États conservations :
    Il ne reste de la cheminée d'origine que la hotte, le manteau d'origine a été détruit. Le blason dans la partie supérieure de la hotte a été lissé, il est illisible ; dans la partie supérieure du trumeau, au centre, un cercle a été percé puis rebouché. La jouée gauche est très lacunaire ; elle a été
    Dates :
    1659 porte la date
    Annexe :
    quart du 17e siècle, avec deux dates points de repère : 1659 (date portée sur la cheminée n°1) et après 1666 (cf. blason de la cheminée n°3), sans doute sur une commande d’Honoré II de Glandèves, seigneur du développe sur le thème de l'amour profane. Elle comprend à la fois des scènes figurées et une ornementation foisonnante. Au rez-de-chaussée, une figure féminine mêlant les attributs traditionnels de la Fortune et de instincts maîtrisés, la luxure tenue en bride. Au premier étage, sur le palier de cet étage noble, à à la Vénus du rez-de-chaussée, toujours sur ce thème de l'amour profane, au départ de la voûte de déployer en volutes, suivant la voûte de l'escalier, bordant le noyau. Ce rinceau à volutes est constitué figures de faunes, cornues, moustachues, à la chevelure mêlée de feuilles d'acanthe. Cheminée n°1 : Mercure tuant Argos Du programme iconographique initial ne subsiste que celui réalisé sur la hotte (le manteau a disparu). Le trumeau porte la scène principale, elle est entourée d'une très large bordure ornée
    Illustration :
    Plan de localisation de la cheminée n°1, premier étage. IVR93_20120400802NUDA Détail : coin inférieur gauche de la hotte. IVR93_20110403793NUC2A Détail : coin supérieur droit de la hotte. IVR93_20110403797NUC2A Détail : coin supérieur droit de la hotte. IVR93_20110403798NUC2A Détail : coin supérieur droit de la hotte. IVR93_20110403796NUC2A Détail : coin inférieur droit de la hotte. IVR93_20110403795NUC2A Détail de la hotte : jouée gauche. IVR93_20110403801NUC2A Détail de la hotte : jouée droite. IVR93_20110403799NUC2A Détail de la hotte : jouée droite. IVR93_20110403471NUC2A Détail de la hotte : jouée droite, cartouche portant inscription et date. IVR93_20110403469NUC2A
  • croix de chemin
    croix de chemin Val-de-Chalvagne - la Colle - R.D. 10 - isolé - Cadastre : 1983 A non cadastré
    Historique :
    La croix est datée de 1892. Le registre d'état civil de la commune de Castellet-Saint-Cassien commune, hameau le Trébuchet". Cette jeune femme était la fille de Boulle Marius Magloire et de Michel Philomène, dont on retrouve les initiales BM au centre de la croix.
    Description :
    Cette croix se trouve à environ 600 mètres à l'ouest de la ferme de La Colle, dans un lacet de la R.D.10, au carrefour avec la piste de la Bastide Neuve (ancien chemin d'Entrevaux à La Rochette). Elle taille calcaires monolithes, sur lequel est scellée la croix. La croix est en ferronnerie, les branches ", les initiales "BM" se trouvent à la croisée des branches. Le sommet de la branche verticale porte une date. Hauteur de la croix seule : 210 cm.
    Localisation :
    Val-de-Chalvagne - la Colle - R.D. 10 - isolé - Cadastre : 1983 A non cadastré
    Dimension :
    la 77.0
    Dates :
    1892 porte la date
    Illustration :
    Détail de la date. IVR93_20100400753NUC2A
  • oratoire Saint-Elzéar
    oratoire Saint-Elzéar Val-de-Chalvagne - Montblanc - en village - Cadastre : 1983 125B non cadastré
    Historique :
    L'oratoire est porte la date gravée 1859. Saint-Elzéar, né en 1285, est réputé appartenir à la
    Description :
    vignes et d'épis de blé (hauteur de la croix : 30 cm). Une date est gravée sous la niche, l'inscription
    Dimension :
    la 50.0
    Dates :
    1859 porte la date
    Illustration :
    Détail de la croix. IVR93_20100400936NUC2A Date gravée sous la niche. IVR93_20100400931NUC2A Inscription gravée au dessus de la niche. IVR93_20100400932NUC2A
  • four à pain
    four à pain Val-de-Chalvagne - Villevieille - en village - Cadastre : 1983 243C3 729
    Historique :
    une ancienne aire à battre appartenant à Léon Joseph. Sa date de construction est indiquée par la date gravée 1895, accompagnée de l'initiale R. Il appartient à la ferme voisine. L'auvent et la réparation de la sole datent des années 1980.
    Description :
    Ce four à pain se trouve dans la partie haute du village de Villevieille. Le bâtiment est construit est récent. La bouche du four est placée dans un renfoncement du mur, une niche de cendrier est aménagée en dessous au ras du sol. La bouche est en pierre de taille de grès et elle est fermée par une porte en métal. La coupole est en moellons de grès, la sole est en carreaux de terre cuite. Dimensions
    Dates :
    1895 porte la date
    Illustration :
    Niche du cendrier, située sous la bouche du four. IVR93_20100401052NUC2A
  • maison
    maison Val-de-Chalvagne - le Champ - en écart - Cadastre : 1817 C 308 ; 1983 243C1 336
    Historique :
    du hameau est nommé "la Pesse". Un gros moellon situé à la base de l'élévation ouest porte la date
    Description :
    Cette maison est située dans la partie haute du hameau du Champ. Mitoyenne sur un côté, elle est adossée perpendiculairement à la pente et comporte trois étages : un étage de soubassement, un rez-de équarris. L'enduit rustique est à la chaux. Au premier niveau de l'élévation ouest, la porte du logis constitué d'un important débord des tuiles de couvertures. Une grande citerne maçonnée, adossée à la rue et
    Dates :
    1910 porte la date
    Illustration :
    Elévation ouest, premier niveau. Initiales et date gravées sur une pierre de la maçonnerie
  • ferme
    ferme Val-de-Chalvagne - les Vénières - R.D. 911 - isolé - Cadastre : 1830 B 14 à 16 ; 1983 125B1 374, 375
    Historique :
    . Mais la ferme n'est mentionnée ni sur la carte de Provence des Ingénieurs Géographes militaires (1764 -1765), ni sur la carte de Cassini (1780-1782). Les principales extensions datent probablement de la fin du 18e siècle puisque la ferme figure sur le plan cadastral de 1830, avec un plan de masse similaire Vénières, lequel possède aussi de nombreuses terres alentour. La porte principale du bâtiment 1, et sans doute d'autres aménagements, datent de 1848, comme l'indique la date gravée sur l'agrafe. Le cadran l'extérieur, le long du mur de la cour. Sur le cadastre de 1954, la R.D. 911 passe encore sur son ancien tracé
    Description :
    droite de la Chalvagne, au bord d'un ancien virage de la route vers le Col du Buis et Briançonnet. Elle est adossée perpendiculairement à la pente et elle est constituée de quatre bâtiments accolés en été vus. Le bâtiment 2 constitue le noyau initial de la ferme, il comporte trois étages : un étage de accessible par une baie fenière ouverte à l'est. La partie de la cour située devant ce bâtiment est couverte par la continuité du toit du bâtiment 3. Les bâtiments 1 à 4 sont construits en maçonnerie de moellons sud du bâtiment 1 porte des vestiges d'un enduit lisse. La porte principale du bâtiment 1, au premier passantes, avec une date gravée sur l'agrafe. La menuiserie en bois est à panneaux cloisonnés moulurés. Les portes et ouvertures du bâtiment 3, ainsi que les portails de la cour et une fenêtre du troisième niveau l'élévation sud du bâtiment 1, on note la présence d'un grand cadran solaire peint, qui porte deux dates. Le . L'avant-toit et la saillie de rive des pignons sont constitués d'un rang de génoise sur un rang de
    Dates :
    1848 porte la date
    Illustration :
    Bâtiment 3. Chaîne d'angle sud-ouest, passage d'angle de la saillie de rive, constituée d'un rang Ancienne route d'Entrevaux à Briançonnet à la ferme des Vinières. Rangées de peupliers d'Italie
  • église paroissiale de l'Immaculée Conception
    église paroissiale de l'Immaculée Conception Val-de-Chalvagne - Montblanc - en écart - Cadastre : 1830 B 331 ; 1983 125B2 202
    Historique :
    Le claveau central d'une porte aujourd'hui murée sur la façade nord de l'église de l'Immaculée Conception porte la date de 1730. Aucune source ne permet cependant de savoir s'il s'agit d'une simple modification sur un monument plus ancien ou de la date de construction ou de reconstruction de l'église, le village existant déjà à la période médiévale. La visite pastorale du 18 septembre 1870 indique la nécessité d'agrandir la sacristie et de supprimer la tribune de l'église. Le 14 mai 1889, une lettre du accompagné de plans est établi par un entrepreneur d'Entrevaux, Richerne, relatifs à la réfection des murs de la sacristie et du cimetière. Ce devis est approuvé par délibération du conseil municipal en date du bruts, pierres sèches, parement et la sacristie : crépis intérieurs et extérieurs des murs, plancher et toiture en partie. La date de 1839 ainsi que les initiales J.P.J sont inscrites en léger relief sur la porte qui donne accès au cimetière. En 2009, l'entreprise Di Benedetto de Saint-Benoît réalise la
    Référence documentaire :
    Visite pastorale du 18 septembre 1870 : mention de la nécessité d'agrandir la sacristie et de démolir la tribune située au fond de la nef. Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne Direction générale des domaines. Inventaire des biens dépendant de la fabrique paroissiale de Montblanc dressé en exécution de l'art. 3 de la loi du 9 décembre 1905, 10 mars 1906. Archives Note du préfet des Basses-Alpes au sous-préfet de Castellane, rendant exécutoire la souscription volontaire de M. Stern pour la réparation de l'église de Montblanc, 10 mars 1920. Archives départementales Devis estimatif des travaux de réfection du cimetière et de la sacristie de l'église, à Montblanc devis de M. Richerne, entrepreneur en maçonnerie, relatifs à la réfection des murs de la sacristie et du [Plan du cimetière de Montblanc et de la sacristie contigue ; coupe des murs à reconstruire
    Représentations :
    La clôture de choeur est rythmée par de fines colonnettes stylisées reliées par des accolades.
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    rangées de génoise maçonnée. La façade occidentale présente simplement une porte surmontée d'un oculus et d'un clocher-mur. La façade nord est totalement aveugle ; une porte a été murée à une date inconnue l'oculus de la façade occidentale. Au fond de la nef se trouve une tribune en charpente à laquelle on jaune clair. Le sol de la nef présente un pavement en carreaux de terre cuite irréguliers. Le choeur légèrement surélevé, auquel on accède par une marche, est séparé de la nef par une clôture en fer forgé. Il
    Dates :
    1730 porte la date 1839 porte la date
  • fontaine-lavoir
    fontaine-lavoir Val-de-Chalvagne - Castellet-Saint-Cassien - en écart - Cadastre : 1983 B non cadastré
    Historique :
    1903, un ingénieur évalue le coût de la construction. La fontaine, construite en maçonnerie, sera établie sur la place des marronniers, aux abords du chemin d'intérêt n° 3 et alimentée par la source du délibération municipale à prendre à sa charge la dépense dépassant la subvention allouée pour la construction
    Référence documentaire :
    prendre à sa charge la dépense dépassant de la subvention allouée pour la construction d'une fontaine, 10
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    grès. La couverture est en tuile creuse. Un bandeau mouluré, façonné au ciment, est rapporté sur le mur
    Dimension :
    la 106.0
    Dates :
    1922 porte la date daté par source
  • statue-reliquaire (demi-nature) : Vierge à l'Enfant
    statue-reliquaire (demi-nature) : Vierge à l'Enfant Val-de-Chalvagne - Castellet-Saint-Cassien
    Matériaux :
    carton-pâte moulé doré à la feuille peint polychrome bois taillé peint polychrome doré à la feuille
    Représentations :
    La Vierge est debout sur une nuée et porte l'Enfant dans son bras gauche.
    Statut :
    propriété de la commune
  • oratoire Saint-Nicolas
    oratoire Saint-Nicolas Val-de-Chalvagne - Villevieille - en village - Cadastre : 1983 243C3 non cadastré
    Historique :
    Cet oratoire a été construit en 1963-1964 par la famille Butaye, en remerciement à Saint-Nicolas après la réalisation de travaux dans la maison.
    Description :
    . La niche en plein-cintre est fermée par un élément en ferronnerie, une date est peinte au fond de la
    Dimension :
    la 45.0
    Dates :
    1964 porte la date daté par tradition orale
    Illustration :
    Détail de la croix. IVR93_20100401048NUC2A
  • statue-reliquaire (demi-nature) : Vierge à l'Enfant
    statue-reliquaire (demi-nature) : Vierge à l'Enfant Val-de-Chalvagne - Villevieille
    Matériaux :
    carton-pâte moulé peint polychrome doré à la feuille argenté apprêt gravé
    Représentations :
    La Vierge est debout et tient l'Enfant sur son bras gauche. L'Enfant bénit de la dextre.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    cheveux : polychromes. Le manteau de la Vierge et la robe de l'Enfant sont doré. La robe de la Vierge est
    États conservations :
    Sulfuration de l'argent. La main droite de la Vierge a été brulée. Traces de cire. Quelques manques
  • croix de procession : Christ en croix
    croix de procession : Christ en croix Val-de-Chalvagne - Castellet-Saint-Cassien
    Représentations :
    Le Christ est maintenu avec trois clous. Les extrémités de la croix sont ornées d'une tête d'ange
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Croix en cuivre argenté. Christ en bronze argenté. Hampe en bois tourné. Les extrémités de la croix
    Dimension :
    h= 55 ; l= 30,5 ; pr= 8,5. Dimensions avec la hampe : h= 190.
    États conservations :
    Hampe postérieure. Cassure au bas de la croix. Manques.
    Illustration :
    Vue générale de la croix. IVR93_20110404018NUC2A
1 2 3 4 5 Suivant