Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 139 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ferme dite Le Rouchas
    Ferme dite Le Rouchas Saint-André-les-Alpes - Le Rouchas - isolé - Cadastre : 1838 E5 6 2014 E5 124
    Historique :
    Sur le cadastre de Méouilles établi en 1714, une "bastide" du Rouchas est mentionnée comme (référence : IA04002580). La ferme apparaît ensuite sur le cadastre napoléonien de 1838. Le plan de l'édifice
    Localisation :
    Saint-André-les-Alpes - Le Rouchas - isolé - Cadastre : 1838 E5 6 2014 E5 124
    Titre courant :
    Ferme dite Le Rouchas
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section E5, parcelle 6 Plan de masse et de situation d'après le cadastre moderne de 2014, section E5, parcelle 124 Vue générale depuis le nord-ouest. IVR93_20060400525NUC1A
  • Maison dite Le Vent Clos
    Maison dite Le Vent Clos Saint-André-les-Alpes - Les Souquets - route de Nice - en village - Cadastre : 2014 AC 139
    Description :
    frise de bandeaux parallèles sous le toit.
    Titre courant :
    Maison dite Le Vent Clos
    Appellations :
    Le Vent Clos
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre moderne de 2014, section AC, parcelle 139
  • peinture monumentale : Dieu le Père
    peinture monumentale : Dieu le Père Saint-André-les-Alpes - place Charles-Bron - en village
    Représentations :
    Dieu le Père Dieu le Père est figuré en buste, les bras écartés ; il apparaît dans des nuées accompagné de deux
    Titre courant :
    peinture monumentale : Dieu le Père
  • le mobilier de l'église paroissiale Saint-André
    le mobilier de l'église paroissiale Saint-André Saint-André-les-Alpes - le Bourg - place Charles-Bron - en village
    Historique :
    en 1850). Deux bustes-reliquaires sont entreposés dans le clocher, oeuvres classées, elles datent une visite de 1897. A noter que dans l'ancienne église, avait été fondée le 19 mars 1675, la autels en marbre ont été réalisés par M Molinier, marbrier à Digne-les-Bains en 1850. Le maître-autel a été consacré par l'évêque le 15 mai 1850.
    Référence documentaire :
    suivants : Le dit Laugier prend l’engagement de remettre et d’adresser aux susnommés au domicile de M le patène qui devront peser cinq cent cinquante grammes, le tout doré. Le calice aura vingt huit centimètres cinquante millimètres de hauteur, et sera façonné convenablement. Le prix de cet objet est fixé et convenu , désignée dans le prospectus du vendeur par le N° 13 argentée en feuilles, elle aura soixante quatre centimètres de hauteur. Le prix en est fixé à vingt cinq francs. L’envoi de cet objet sera fait en même temps
    Localisation :
    Saint-André-les-Alpes - le Bourg - place Charles-Bron - en village
    Titre courant :
    le mobilier de l'église paroissiale Saint-André
    Annexe :
    LE PERE (IM04001054) - TABLEAU : SAINT ANTOINE, SAINT CLAUDE ET SAINTE BARBE (IM04001040) - TABLEAU : LE VŒUX DE LOUIS XIII ET LA DONATION DU ROSAIRE (IM04001033) - PAIRE DE TABLEAUX EN PENDANT : LES ) - TABLEAU : MARIE-MADELEINE ET LE CHRIST AU REPAS CHEZ SIMON (IM04001035) - TABLEAU : L’EDUCATION DE LA moitié 19e siècle, consacré par Monseigneur l’évêque le 15 mai 1850 AUTEL (N°2), Marbre, 2e moitié 19e (Fig. 08), Pierre, 2e moitié 19e siècle ( ?), don de M le curé Gilly STATUE : NOTRE-DAME-DE-LOURDES
    Illustration :
    Vue d'ensemble vers le choeur. IVR93_20060401738VE
  • le mobilier de la chapelle Notre-Dame
    le mobilier de la chapelle Notre-Dame Saint-André-les-Alpes - le Bourg - impasse Notre-Dame - en village
    Historique :
    L'accès à l'intérieur de la chapelle n'a pas été possible au moment de l'enquête. D'après le siècle. Le conservateur mentionne également un autre tableau du 17e siècle, figurant saint Clair mais qui
    Localisation :
    Saint-André-les-Alpes - le Bourg - impasse Notre-Dame - en village
    Titre courant :
    le mobilier de la chapelle Notre-Dame
  • le mobilier de la chapelle Saint-Martin
    le mobilier de la chapelle Saint-Martin Saint-André-les-Alpes - Méouilles - en écart
    Historique :
    Vierge sans valeur". En 1965, à la suite d'une lettre du préfet, le maire ferme l'église à clé et fait
    Référence documentaire :
    liste exhaustive des objets mobiliers conservés dans l'église, il mentionne notamment : le tableau d'autel qui représente l'Assomption et son retable, le tableau du saint Esprit dans la chapelle du affaires culturelles, enjoignant la prise de mesures pour la protection du mobilier des églises, le maire p 187 : Concernant la cloche : la bénédiction a eut lieu le 19 août 1861. Inscription retranscrite
    Titre courant :
    le mobilier de la chapelle Saint-Martin
  • le mobilier de la chapelle Saint-François
    le mobilier de la chapelle Saint-François Saint-André-les-Alpes - chemin Saint-François - en village
    Titre courant :
    le mobilier de la chapelle Saint-François
  • Maison puis hôtel de voyageurs : Le Clair Logis
    Maison puis hôtel de voyageurs : Le Clair Logis Saint-André-les-Alpes - Les Souquets - route de Moriez - en village - Cadastre : 2014 AC 33
    Historique :
    Le bâtiment a été construit dans les années 1940, achevé en 1943 d'après les matrices cadastrales , au nord, dans le 3e quart du 20e siècle. L'intérieur a été très remanié mais conserve sa distribution
    Référence documentaire :
    [Saint-André-les-Alpes, Hôtel Le Clair Logis : vue générale depuis l'ouest]. / Carte postale, 3e [Saint-André-les-Alpes, Hôtel Le Clair Logis : vue générale depuis l'est]. / Carte postale, 2e [Saint-André-les-Alpes, Hôtel Le Clair Logis : vue générale depuis l'ouest]. / Carte postale, 3e
    Description :
    le village, ce qui lui permet d'avoir un point de vue surélevé sur la vallée. L'hôtel est un bâtiment surélevé, dans le hall et les pièces de réception ouvrant sur un grand balcon ; en étage de soubassement se principal (en rez-de-chaussée et comble à surcroît) mais l'essentiel des 19 chambres sont dans le bâtiment
    Titre courant :
    Maison puis hôtel de voyageurs : Le Clair Logis
    Appellations :
    Le Clair Logis
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre moderne de 2014, section AC, parcelle 33 [Carte postale] Vue générale depuis le sud-est, milieu 20e siècle. IVR93_20060401239NUCAB [Carte postale] Vue générale depuis le sud, 3e quart 20e siècle. IVR93_20060401256NUCAB Vue générale depuis le nord-est, en 2016. IVR93_20160400027NUC1A
  • tableau : Marie-Madeleine et le Christ au repas chez Simon
    tableau : Marie-Madeleine et le Christ au repas chez Simon Saint-André-les-Alpes - place Charles-Bron - en village
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur peint sur l'oeuvre Inscription concernant le donateur peinte en bas à gauche du tableau : DON DE Sr jacques audemar
    Représentations :
    Le Christ et Marie-Madeleine sont représentés dans la scène du Repas chez Simon : Marie-Madeleine , agenouillée aux pieds du Christ, s'apprête à lui laver les pieds, le pot d'onguent posé devant elle ; 3 apôtres assistent à la scène dans le fond. Ce pot forme la pointe de la composition en triangle inversé.
    Titre courant :
    tableau : Marie-Madeleine et le Christ au repas chez Simon
  • le mobilier de la chapelle Saint-Jean-Baptiste
    le mobilier de la chapelle Saint-Jean-Baptiste Saint-André-les-Alpes - les Glaïres
    Historique :
    L'inventaire de 1906 mentionne notamment une cloche "scellée dans le mur" et deux statues en plâtre.
    Référence documentaire :
    fabrique paroissiale de Saint-André dans la chapelle de Saint-Jean et qui n'avaient pas été compris dans le précédent inventaire dressé par nous le dix février 1906". Inventaire des biens dépendants de la fabrique p. 192 : Mention de la citation de la cloche : outre les parrain et marraine, le fondeur est
    Titre courant :
    le mobilier de la chapelle Saint-Jean-Baptiste
  • Restaurant puis hôtel de voyageurs : Buffet-Hôtel de la Gare puis Le Grand Hôtel
    Restaurant puis hôtel de voyageurs : Buffet-Hôtel de la Gare puis Le Grand Hôtel Saint-André-les-Alpes - La Gare - en village - Cadastre : 2014 AB 57
    Historique :
    Lors de l'inauguration de la gare de Saint-André, le 15 mai 1892, il n'existe pas encore de buffet comportant que quelques pièces en rez-de-chaussée dédiées au café. En 1912, le concessionnaire Zéphirin Gibert entreprend de surélever le bâtiment et double ainsi sa surface, se créant un logement au premier salle à manger du restaurant ; il ne reste rien aujourd’hui de cette structure. Entre 1912 et 1927, le importantes du bâtiment qui devient alors le Grand Hôtel. A quelques modifications près, il prend l’aspect
    Référence documentaire :
    , exploitant le buffet hôtel de la gare, prévoit la mise à sa disposition de la remise des machines. La Compagnie a par la suite réutilisé partiellement la remise pour le service de la voie. Le buffet de la gare Le Grand Hôtel / La broche 89 / Rôtisserie - Grill - Brochetterie. / Carte postale, après 1989 Route d'Hiver des Alpes / Saint-André-les-Alpes (B.A.), alt. 900 m. / Le Grand-Hôtel. Son salon et / Recommandé par le Touring-Club de France. / Carte postale, Edit. Louis Gibert, avant 1927. Collection Les Alpes / 1216. - St ANDRE-les-ALPES (892 m). - La Gare et le Grand Hôtel. Carte postale, Edit Route d'Hiver des Alpes / SAINT-ANDRE-les-ALPES (B -A.), alt. 900 m. / Le Grand-Hôtel possède réellement tout le confort moderne. - Louis Gibert, Propriétaire - Téléphone : 5. Carte postale, après 1927
    Description :
    La gare se trouve au nord-ouest du village de Saint-André, dans le prolongement de la route de Digne avant que celle-ci ne bifurque vers l'est et le vieux village. L'hôtel est dans l'enceinte de la d'un bâtiment de taille imposante, de plan en U, deux corps de bâtiment enserrant le buffet d’origine
    Titre courant :
    Restaurant puis hôtel de voyageurs : Buffet-Hôtel de la Gare puis Le Grand Hôtel
    Appellations :
    Le Grand Hôtel
    Texte libre :
    Lors de l'inauguration de la gare de Saint-André, le 15 mai 1892, il n'existe pas encore de buffet comporte alors qu'un rez-de-chaussée. Le statut juridique du buffet de la gare est celui de tous les ferroviaire), les travaux sont en revanche financés par le concessionnaire. Ainsi, le bâtiment été réalisé à devient officiellement, et rétroactivement, le concessionnaire par convention avec la Compagnie des chemins de fer du sud de la France en 1896. Le ministère des Travaux publics, propriétaire du terrain d'agrandissement : il s'agit d'exhausser le bâtiment d'un niveau pour y créer, à l'étage, un logement personnel. Ce verrerie par M. Philip, tous deux artisans à Saint-André. Il ne reste rien de cette structure. Le 1er mars nouvelle convention est passée le 23 mai 1922, cette fois avec Louis Gibert, fils de Zéphirin Gibert qui devient le nouveau concessionnaire. Entre 1922 et 1927, Louis Gibert lance et fait réaliser un nouveau transformation sont évaluées dans un rapport de l'inspecteur de la voie, à 155 000 francs. En 1937, le buffet
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre moderne de 2014, section AB, parcelle 57 [carte postale] Vue du buffet-hôtel depuis le sud avant 1927. IVR93_20060401156NUCB [Carte postale] Vue de l'Hôtel de la Gare depuis le sud-est entre 1922 et 1927 [Carte postale] Vue générale du Grand Hôtel depuis le sud-est, entre 1927 et 1937 [Carte postale] Vue générale depuis le sud, après 1927. IVR93_20060401229NUCB [Carte postale] Vue générale depuis le sud-est, après 1927. IVR93_20060442374NUCB [Carte postale] Vue générale depuis le sud, après 1927. IVR93_20060442375NUCB [Carte postale] Vue de la place entre le Grand Hôtel et la Gare depuis le sud, entre 1927 et 1935 [Carte postale] Vue du Grand Hôtel depuis le sud en 1989. IVR93_20060400683NUCAB [Carte postale] Le Grand-Hôtel. Son salon et son hall. IVR93_20060401225NUCA
  • tableau : le Voeu de Louis XIII et la donation du rosaire
    tableau : le Voeu de Louis XIII et la donation du rosaire Saint-André-les-Alpes - place Charles-Bron - en village
    Historique :
    Le tableau est nécessairement postérieur au voeu historique de Louis XIII, soit après 1638. Il est cependant réalisé avant 1697 date à laquelle une visite pastorale le mentionne : "vu un tableau représentant ledit saint [Roy]". Le tableau n'est pas mentionné dans l'Inventaire de 1905 de l'église paroissiale en 2007. Le cadre a été restauré la même année par Philipe Hazaël-Massieux, restaurateur à Avignon
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens de l'église de Courchons : il est notamment fait mention d'un tableau "Le
    Représentations :
    Au premier plan, Louis XIII, représenté au 3/4 en pied, tenant la couronne et le sceptre, fait face à son épouse Anne d'Autriche poussant devant elle le dauphin Louis en orant. A l'arrière plan, est
    Titre courant :
    tableau : le Voeu de Louis XIII et la donation du rosaire
    États conservations :
    encrassée. Nombreux repeints : selon la restauratrice, le tableau est quasiment intégralement repeint, les repeints plus épais, et d'une facture moins fine reprennent dans la majorité des cas le motif original sous -jacent, apportant le plus souvent une recoloration plus vive ; plusieurs générations de repeints se
  • Pont Julien
    Pont Julien Saint-André-les-Alpes - Baie d'Angles Les Chênes - isolé - Cadastre : 1983 E non cadastré domaine public
    Historique :
    Le pont appelé autrefois pont Julien fut construit à l'extrême fin du 17e siècle en remplacement Castillon. Un nouveau pont, que l'usage désigne sous le nom de pont Saint-Julien (Référence IA04000903), a États de Provence, qui a signé en 1697 le plan qui nous en est parvenu. Les travaux furent réceptionnés le 11 septembre 1699. Lors de la construction, une seconde arche, beaucoup plus petite, fut aménagée trouvant deux mètres plus haut que le diamètre du cercle dans lequel il se serait inscrit s'il avait été en plein cintre. Le pont a été restauré dans la première moitié du 20e siècle. Des tirants métalliques ont , et la seconde arche qui permettait le passage de la route de la rive droite a été supprimée.
    Hydrographies :
    le Verdon
    Référence documentaire :
    Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778. Echelle 1/14000e. Cartothèque [Le pont Julien avec sa seconde arche au 19e siècle.] / Aquarelle de J.J. Levie, 16 août 1864 Environs de Saint-André-les-Alpes, le Pont Julien, construction romaine, altitude 866 m , Vue prise SAINT-ANDRE-les-ALPES - Le Pont Romain sur le Verdon. / carte postale anonyme, 1er quart 20e siècle. SAINT-ANDRE-les-ALPES - Le pont Julien (alt 892 m.). - Construction Romaine. / Carte postale de
    Description :
    Malgré le défaut d'entretien auquel il est soumis depuis son déclassement et son séjour sous les eaux du Verdon, le pont Julien est encore en bon état, à l'exception de l'aile amont côté rive gauche fort lisible lorsque le niveau de l'eau est bas. Il est aujourd'hui constitué d'une arche unique surbaissée (un peu moins de 28 mètres de portée) composée de deux rangs de claveaux dont le premier est parfaitement régulier et extradossé tandis que le second, mal extradossé, ne semble pas complet. Le reste de la maçonnerie est en petit appareil assisé. Le front aval est décalé par rapport au front amont, dans l'axe du pont. Enfin, la culée de la rive droite était talutée. Six tirants traversent le pont d'une tête à
    Annexe :
    ou Etoit Construit le pont Jullien, prendre Connaissance d’où la Ruine dud Pont a procédé et Sil y a Necessité de Le Reparer en dresser le Raport de devis pour Ensuite etre mis aux Encheres aux formes ordinaires suivant le Reglement Nous Nous y serions pour cet Etat Rendu avec les Susnommes Le deuxieme du dailleurs fort Ancien eussent Causé sa destruction Et comme il nous a paru par le temoignage d’un grand l’année et qu’en hyver on ne saurait passer par le chemin de Demandols a Cause des Neiges qui le Rendent etre mis aux Encheres en la manière accoutumée lequel apres avoir vu et examiné Le lieu En notre Etait par cy devant Comme Etant le plus Commodes et de Moins de depense L’arcade dud Pont sera de Lit Le tout de Pierre freiau Taillée bien longues et jointes Les unes Contre les autres et posées avec du Mortier bien gras du moins de L’Epaisseur d’un Travers de doit a chaque lit affin que par le Moyen de ladite arcade et le Ressaut qui prendra sur le Rocher apres La Largeur desdites fillades le tout
    Illustration :
    [Le pont Julien sur la carte des frontières de l'est]. IVR93_20090402857NUC1A Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section E11, non cadastré [Le pont Julien avec sa seconde arche au 19e siècle.] IVR93_20130400691NUC4A Environs de Saint-André-les-Alpes, le Pont Julien, construction romaine, altitude 866 m , Vue prise SAINT-ANDRE-les-ALPES - Le Pont Romain sur le Verdon. IVR93_20060401201NUCB SAINT-ANDRE-les-ALPES - Le pont Julien (alt 892 m.). - Construction Romaine. IVR93_20060401193NUCB Le pont Julien affleurant des eaux basses du lac de Castillon. IVR93_20070402009NUC1A Le pont Julien émergeant des eaux basses du lac de Castillon. IVR93_20150400256NUC2A Le pont Julien sous le pont Saint-Julien. IVR93_20150400257NUC2A
  • Pont Saint-Julien
    Pont Saint-Julien Saint-André-les-Alpes - Baie d'Angles Les Chênes - isolé - Cadastre : 1983 E non cadastré domaine public
    Historique :
    L'aménagement du barrage de Castillon, entrepris dès les années 1920, rendait indispensable le surhaussement de la route nationale N 202. Le pont Saint-Julien a été construit presque au-dessus de l'ancien les années trente, mais le pont a finalement été construit après la Libération, par Sainrapt et Brice , de Digne. Le chantier s'est étalé de février à décembre 1947, peu avant la mise en eau du lac de
    Hydrographies :
    le Verdon
    Référence documentaire :
    [Le démontage des échafaudages une fois le pont Saint-Julien fini.] / Photographie, 1947
    Description :
    Le pont Saint-Julien est un pont en arc à tablier supérieur entièrement en béton. Cet arc unique , en forme de section d'ellipse, est à épaisseur constante. Le tablier, qui marque un léger dos d'âne ancrés, eux, directement dans le sol. Les deux gardes-corps, eux aussi en béton, alignent chacun 20 pour le passage de la nouvelle route N 102. Pont similaire au pont d'Angles construit quelques mètres
    Illustration :
    Le démontage des échafaudages une fois le pont fini. IVR93_20080401142NUC1A
  • Pont aqueduc dit pont des sept arcades
    Pont aqueduc dit pont des sept arcades Saint-André-les-Alpes - les Fontettes - route départementale 2 - isolé - Cadastre : 1983 D non cadastré
    Historique :
    Le canal du Verdon fut à l'origine, en 1848, un canal d'irrigation aménagé sur le territoire de La reconstruire le pont ne pouvant plus être supportées par les syndicats qui géraient ce canal. Depuis, le reste
    Hydrographies :
    le Verdon l'Issole
    Référence documentaire :
    Dossier sur le canal du Verdon. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les
    Description :
    La prise d'eau dans le Verdon, en contrebas de La Mure, se faisait légèrement au-dessus de l'altitude de 920 mètres, puis le canal suivait avec une très faible pente cette courbe de niveau jusqu'à que le reste de la maçonnerie était en moellons assisés. La rigole n'avait pas plus de 50 centimètres de large. Le pont lui-même faisait environ un mètre de largeur pour une cinquantaine de mètres de
  • Paire de tableaux en pendant : les martyres de sainte Agathe et saint Laurent
    Paire de tableaux en pendant : les martyres de sainte Agathe et saint Laurent Saint-André-les-Alpes - place Charles-Bron - en village
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur peint sur l'oeuvre Inscription peinte en bas à droite du tableau, sous le brasero : Patritti, 1856. Inscription peinte
    Historique :
    , juge de paix à Saint-André. Ils sont accrochés en pendant sur les murs nord et sud du choeur. Le martyre de saint Laurent est une copie fidèle d'une composition d'Eustache Le Sueur pour une des chapelles
    Représentations :
    Au premier plan, sainte Agathe est figurée debout les yeux vers le ciel, son bras droit, dans un geste protection, retient le voile que tente de lui arracher son bourreau qui s'approche la tenaille à la main. Sur sa gauche, le brasero symbolise la deuxième partie de son martyre. A l'arrière, dans un décor architecturé, le préfet Quintinius, assis sur un siège en hauteur, désigne une fumée, signe d'un premier plan, saint Laurent est figuré demi allongé sur le gril sur lequel il est maintenu par ses bourreaux, tandis que l'un de ses derniers a plongé le fer dans le brasier, un autre l'alimente en charbon , sous le regard de soldats en arme. Un personnage, au centre, semble cependant mettre en garde , désignant le ciel où un ange porte couronne et palme des martyrs. Surplombant la scène, l'empereur Decius , qui a condamné le saint, est assis sur un trône dans un décor architecturé.
    Description :
    : leur composition est très similaire, tout comme le décor architecturé qui sert de cadre à la scène.
    Auteur :
    [peintre] Le Sueur Eustache
    Illustration :
    Le martyre de sainte Agathe : vue générale. IVR93_20060401749VE Le martyre de saint Laurent : vue générale. IVR93_20060401750VE
  • tableau : Portrait d'homme
    tableau : Portrait d'homme Saint-André-les-Alpes
    Historique :
    Le tableau a été offert à son actuel propriétaire par Madame Astoin, qui habitait la maison appelée conservation-restauration au cours du 2e quart du 20e siècle, dont témoigne le papier journal visible sur les trompe sur le lieu et la date de naissance du peintre. Ce tableau est sans doute une esquisse pour une ). Le modèle n'a pas été retrouvé pour l'instant.
    Matériaux :
    toile support en un seul
    Description :
    Toile en un seul vertical avec un châssis à clés (huit encore présentes sur 10) dans un cadre en bois rapporté. La toile visible est relativement récente. Son tissage est régulier. Le tableau est
    États conservations :
    Le tableau a dû être rentoilé ou transposé. Présence de repeints.
  • cloche (N°1)
    cloche (N°1) Saint-André-les-Alpes - place Charles-Bron - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription sur le cerveau : + IESUS MARIA 163Z.
    Description :
    Cloche en bronze avec décor rapporté sur la robe et inscription sur le cerveau (lettres sur
    Dimension :
    h (avec le mouton) = 49 ; l = 37. Dimensions de la cloche : h = 35 ; d= 34.
  • calice (N°4)
    calice (N°4) Saint-André-les-Alpes - place Charles-Bron - en village
    Représentations :
    Seuls la bordure du pied et le noeud sont ornés de feuille d'acanthe ; la croix est gravée sur la
    Description :
    Calice en argent, sans fausse-coupe, en plusieurs éléments (pied, tige et coupe). Le pied
    États conservations :
    Le poinçon lettre-date est mal insculpé : il manque "Aix" sous le P.
    Illustration :
    Détails : poinçons insculpés sous le pied. IVR93_20060401726Z
  • Hôtels de voyageurs
    Hôtels de voyageurs Saint-André-les-Alpes
    Historique :
    à l'existence corrélative d'auberges, attestée dès le 18e siècle. Ainsi, à cette période, le village de l'actuel Hôtel-Restaurant Le France, place Charles-Bron (anciennement place du Castel), près de la rue de la Gare), au bout de l'ancienne rue de l'Anouië, où se trouvait, au 19e siècle le Café de Gare ou du Buffet de la Gare (Référence IA04002113). Le village est en effet, jusqu'en 1911, tête de moins fréquents à Saint-André. Le renouveau de l'activité hôtelière va se produire à partir du 2e quart villégiature de montagne dans le village avec de nombreuses activités touristiques, nautiques et balnéaires . Dans le 2e quart du 20e siècle de nombreux hôtels sont ainsi ouverts sur la commune de Saint-André Lac et Forêt (Référence IA04002581), dont le nom indique clairement la vocation, le Clair Logis (Référence IA04002569), ou l'Hôtel Closeraie Bagatelle (Référence IA04002552). L'Hôtel Bel-Air est ouvert le
    Référence documentaire :
    / Recommandé par le Touring-Club de France. / Carte postale, Edit. Louis Gibert, avant 1927. Collection [Saint-André-les-Alpes, Hôtel Le Clair Logis : vue générale depuis le sud-est]. / Carte postale, 3e
    Illustration :
    [carte postale] Vue du buffet-hôtel depuis le sud avant 1927. IVR93_20060401156NUCB [Carte postale] Hôtel de voyageurs Bel Air, vue générale depuis le sud, 1er quart 20e siècle [Carte postale] Hôtel de voyageurs Bel Air, vue générale depuis le sud-ouest, 4e quart 20e siècle Hôtel Monge, vue générale depuis le sud. IVR93_20060401642XE [Carte postale] Hôtel Le Clair Logis : vue générale depuis le sud-est, milieu 20e siècle
1 2 3 4 7 Suivant