Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • le mobilier de la chapelle Saint-Christophe
    le mobilier de la chapelle Saint-Christophe Rougon - près de Rougon
    Historique :
    La chapelle Saint-Christophe vient d'être restaurée. A cette occasion un nouvel ensemble de mobilier liturgique (tabernacle, lutrin, étagères) a été commandé à Raymond Martinez, artiste résidant à Lurs. De plus, certains objets ont été déplacés : l'autel prédemment contre le mur est, se trouve désormais au centre du choeur, dégagé de sa gangue maçonnée ; le tableau représentant trois saints , auparavant au-dessus de l'autel, a été décroché et sera probablement placé sur un des murs de la chapelle ; le devant d'autel a été fixé au-dessus de la porte ouest. Enfin cette restauration a été l'occasion d'une campagne de restauration du mobilier : celle du buste-reliquaire de saint Christophe, celle du tableau représentant trois saints, celle de l'autel et celle de la pierre d'autel.
    Auteur :
    [peintre-verrier] Martinez Raymond
    Localisation :
    Rougon - près de Rougon
    Titre courant :
    le mobilier de la chapelle Saint-Christophe
    Annexe :
    Liste du mobilier du la chapelle Saint-Christophe de Rougon 1) Liste du mobilier étudié Verrières -reliquaire (socle-reliquaire) de saint Christophe (IM04002253) Peinture, arts graphiques - Tableau, ex-voto mobilier non étudié Meubles religieux - Tabernacle, métal, 2009, réalisé par Raymond Martinez - Lutrin , métal, 2009, réalisé par Raymond Martinez Sculpture - Statue (petite nature) : Vierge à l'Enfant
    Illustration :
    Vue d'ensemble, vue intérieure de la chapelle vers le choeur. IVR93_20110400733NUC2A
  • verrière allégorique : Le Buisson Ardent
    verrière allégorique : Le Buisson Ardent Rougon - près de Rougon
    Historique :
    Ce vitrail a été réalisé selon une commande de la commune par Raymond Martinez, à Lurs et installé en décembre 2009. Cet artiste a également réalisé l'ensemble du mobilier liturgique de la chapelle.
    Représentations :
    Autour de la croix, le verre coloré symbolise le Buisson Ardent.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La structure de métal est constituée d'une triple mandorle enserrant une croix. De cette croix , émergent des griffes retenant quatre morceaux épais de verre translucide polychrome.
    Auteur :
    [peintre-verrier] Martinez Raymond
    Localisation :
    Rougon - près de Rougon
    Dimension :
    Dimensions de l'ensemble : h = 139 ; la = 93,5. Dimensions d'un morceau de verre : h = 47 ; la = 31
  • tableau, ex-voto : Saint Pancrace (?), saint Christophe portant l'Enfant, et saint Barthélemy
    tableau, ex-voto : Saint Pancrace (?), saint Christophe portant l'Enfant, et saint Barthélemy Rougon - près de Rougon
    Historique :
    Christophe est plus difficile. Raymond Collier estime qu'il s'agit de saint Domnin un des premiers Ce tableau est, ainsi que l'indiquent les registres de la fabrique paroissiale de Rougon, une commande passée conjointement par Michel Audibert (héritier de Barthélémi Achard) et Calixte Maynard (beau -fils et héritier de Bernard Bernard), à la demande expresse, "par obligation de dernière volonté", de l'autel de la chapelle Saint-Christophe. Bernard Bernard et Barthélémi Achard sont deux résidents de . Celui-ci est représenté sur le tableau accompagné de deux autres saints : si l'identification de saint Barthélemy, saint patron de Barthélémi Achard, ne pose pas problème, celle du saint à gauche de saint évangélisateurs du diocèse de Digne. Il pourrait également s'agir de saint Expédit patron des plaideurs en cours de procès ou de saint Pancrace, saint patron des parjures. La tradition orale locale donne comme origine de la demande de Barthélémi Achard et Bernard Bernard un remerciement à saint Christophe pour une
    Référence documentaire :
    Photographie prise par Raymond Collier en 1977 du tableau de la chapelle Saint-Christophe de Rougon Pour l'année 1811, le budget "composé par les membres du conseil de fabrique" mentionne "le tableau de St Cristophe" dont une partie seulement a été payée. Budget our 1811 de la fabrique paroissiale de Rougon ordonné par le décret impérial du 30 décembre 1809. Archives départementales des Alpes-de-Haute 3 septembre 1813 : Devant le conseil de fabrique "s'est présenté Michel Audibert et Calixte Maynard [?] propriétaires de cette commune de Rougon, lesquels se sont déclarés débiteurs envers la fabrique de cette paroisse, par obligations de dernière volonté, savoir le feu Barthelemi Achart a chargé et obligé le sieur Michel Audibert son héritier, de payer pour un tableau à la chapelle de St. Christophe la somme de trente neuf francs. Et le feu Bernard Bernard a tout de meme obligé le sieur Calixte Maynard [?] son beaufil , de payer pour le même objet que cy dessus la somme de septante-cinq francs. Sur laquelle proposition
    Représentations :
    Dans un cadre champêtre, saint Christophe, muni de son bâton de palmier dattier, porte sur ses épaules l'Enfant Jésus pour lui faire traverser un cours d'eau dangeureux. A droite de ce groupe, saint Barthélemy tenant dans sa main droite le couteau, instrument de son martyre. Le saint sur la gauche du groupe pourrait être le premier évêque de Digne saint Domnin dont la présentation ici en soldat romain proviendrait d'une confusion avec saint Domnin martyr à Parme. Il pourrait également s'agir de saint Expédit . Ou encore, et plus probablement, de saint Pancrace.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Tableau rectangulaire vertical avec un cadre rapporté peint. Toile de tissage irrégulier (2 toiles de préparation blanche, couche picturale épaisse.
    Localisation :
    Rougon - près de Rougon
    Annexe :
    distinctif. Si l’on regarde du côté de la tradition religieuse locale, on peut imaginer, comme Raymond à l’huile sur une toile rectangulaire verticale constituée de deux lés inégaux, au tissage assez registre des délibérations du conseil de fabrique, il a été peint par Joseph Féraud, ébéniste de profession distingue tout d’abord par sa taille, presque deux mètres de haut. Depuis sa réalisation en 1814, et sur de Rougon probablement au 17e siècle reconstruite. Cependant, l’originalité de ce tableau tient saint dédicataire de la chapelle : saint Christophe, muni de son bâton de palmier dattier, portant sur ses épaules l’Enfant Jésus pour lui faire traverser un cours d’eau. A la gauche de ce saint, est figuré saint Barthélémy, aisément reconnaissable par son attribut, instrument de son martyre, le couteau . A la droite de saint Christophe, il est permis de s’interroger sur l’identité du personnage : il Collier le propose, la figuration de saint Domnin : premier évêque de Digne, évangélisateur du lieu. Pour
  • Chapelle Saint-Christophe
    Chapelle Saint-Christophe Rougon - route départementale n°17 - en village - Cadastre : 1835 B6 1647, 1649, 1650 2013 B7 1075, 1076
    Référence documentaire :
    15 novembre 1582 : Visite pastorale faîte par l'évêque Elzias de Rastellis les 15 et 16 novembre 1582. Au sujet de la chapelle et du cimetière, il est écrit que "Lesd. conseulz adcistés dud. baille se sont plainctz à mond. seigneur de ce que feu monsieur Carles son prédécesseur, fesant la visite , ordonna de fère clorre le simetière dud. lieu, ce que n'a peu estre faict et par ce moyen le bestailh y , n'y ayant aulcunes portes seures." 1616/11/6 : Visite pastorale faîte par Guillaume Aleaume, évêque de Riez, le 6 novembre 1616. L'évêque ordonne "à peine d'excommunication" aux "consulz et communauté de , évêché de Riez, 1580 (?)-1620(?). Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains 16 août 1796 : Description et estimation de la chapelle Saint-Christophe : "confrontant du Levant l'exception du couvert auquel y manque un bon nombre de tuilles à la partie vers le couchant, contenant savoir la grande nef dix neuf cannes de sol et trois de hauteur, l'aile et le sanctuaire sept cannes de
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La chapelle se trouve en contrebas du village, assez éloignée de l'entrée de celui-ci, en bordure de chemin ; elle est construite perpendiculairement à la pente. La chapelle présente un plan assez délimitant trois travées ; les arcs reposent sur les pilastres engagés surmontés de petits chapiteaux a été construite en moellons grossièrement équarris de calcaire avec chaînage d'angle, ils sont de la nef, une baie en plein cintre également sur le mur sud du chœur, une toute petite baie sur le se trouve à l’ouest, elle est encadrée de deux oculi fermés par des grilles en fer forgé. Un autre oculus, muré, se trouve au-dessus de l'arc diaphragme, à l'entrée du choeur, il n'est visible que de l'extérieur. Une porte, également murée, ouvrait sur le cimetière, donc sur la façade sud de la chapelle : il s'agit d'une porte à encadrement en pierre de taille, en plein cintre, à clé décentrée ; sur le jambage droit, on peut observer un décor gravé qui pourrait être l'amorce de l'encadrement d'une inscription. Le
    Texte libre :
    une reconstruction que Raymond Collier propose de dater à la fin du 17e siècle ou au début du 18e peintures monumentales qui les ornaient, datées par Raymond Collier de la 2e moitié du 18e siècle, ont été présence d'un petit appareil à assise régulière observable au chevet de la chapelle, vestige sans doute de ce premier édifice. Un autel médiéval a de plus été récemment mis à jour sous l'autel maçonné 19e pastorale de 1582 en effet, il est écrit que "l’église qu’est dans led. simetière, [...], est toute pas clos et que "le bestailh y entre libérallement". Dans la visite pastorale de 1616, la chapelle n'est pas mentionnée mais les consuls de la communauté sont mis en demeure "à peine d'excommunication " de faire clore le cimetière. Après une progressive dégradation de la chapelle, la communauté décide doubleau, choeur en berceau brisé, ou encore du type de pavement (mallons de terre cuite partiellement vernissés selon un motif en croix) mais aussi de l'encadrement de la porte sud (en pierre de taille en plein
    Illustration :
    Carte des frontières est de la France, de Colmars à Marseille. [Détail de la feuille 195-28 ; le village de Rougon.] IVR93_20140400609NUC1A Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1835, section B6, parcelles 1647 Plan de masse et de situation d'après le cadastre moderne de 2013, section B7, parcelles 1075, 1076 Vue générale éloignée depuis de le nord-est, cimetière au premier plan. IVR93_20110400728NUC2A Vue de la façade sud depuis le sud-est. IVR93_20110400750NUC2A Détail façade est : grille de l'occulus. IVR93_20110400751NUC2A Vue générale de la voûte avant restauration. IVR93_20110400829NUC2A
1