Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • oratoire Saint-Raymond
    oratoire Saint-Raymond Moriez - Champ-Lambert - route de Moriez aux Chaillans N°419 - isolé - Cadastre : 1838 B2 135 1983 B3 1611
    Historique :
    Oratoire dédié à saint Raymond et érigé par l'abbé Raymond, vicaire à Moriez en 1689 (datation par source) ; la croix porte la date de 1786. Il n'apparaît pas au même emplacement sur le cadastre napoléonien de 1838 : il se trouve alors sur le même côté de la route mais plus au nord, juste avant le ravin
    Référence documentaire :
    Section B2, non cadastré. Plan cadastral de la commune de Moriez. / Dessin à l'encre par Bonnet , Duc, Frison, Nicolas, Rougier, 1838. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les p. 449 : Eléments historiques sur l'oratoire Saint-Raymond entre Hyèges et Moriez. COLLIER, Raymond
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    Oratoire en pierre de taille dont l'appareil du fût semble peu homogène. La niche monolithe est de métal.
    Localisation :
    Moriez - Champ-Lambert - route de Moriez aux Chaillans N°419 - isolé - Cadastre : 1838 B2 135
    Titre courant :
    oratoire Saint-Raymond
    Vocables :
    Saint-Raymond
    Illustration :
    Plan de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section B3, non cadastré
  • présentation de la commune de Moriez
    présentation de la commune de Moriez Moriez
    Historique :
    nom de « Moriers ». Moriès dépend, sous l'’Ancien Régime, du diocèse de Sénez et de la viguerie de Castellane. Moriez est alors une seigneurie ; elle est fief de la famille de Chailan à partir de la fin du 16e siècle et jusqu'à la Révolution, c'est à cette période que la communauté de Moriez connaît une période de croissance la plus importante de son histoire. Le long de la vallée de l'Asse de Moriez, se succèdent plusieurs hameaux constitutifs de la commune d'aujourd'hui, soit du Nord au Sud et de 1100 m à 900 m d'altitude en moyenne, le hameau du Castellet, le hameau des Chaillans, le hameau de Hyèges, les Granges-de-Boichon, le village de Moriez, et, un peu à l'écart le Bouquet. Au 19e siècle, l'’histoire de Moriez est marquée notamment par l'’arrivée du chemin de fer et par l’'agrandissement de la route de
    Référence documentaire :
    dans le village de Moriez. COLLIER, Raymond. La Haute-Provence monumentale et artistique. Digne propriété de terre labourable dependante de la chapelle de notre dame du Castellet". 7 mai 1795 : Estimation contenant six cant. sol, confrontant inclut de toute part estimé cent livres". Procès-verbaux d'estimation des biens des émigrés des districts de Castellane et Sisteron, 1790 - an VIII. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 Q 62. Concernant la construction de bornes fontaines, le 26 juin 1927, le conseil approuve le projet de construction de bornes fontaines et d'un canal d'égout dressé par l'architecte Guichard de Barrême. Il s'agit de trois bornes-fontaines à construire aux quartiers des Juglar, des Girivaysses et du Fangeas. Les habitants devaient alors chercher leur eau à la fontaine de la place du village. Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la commune de Moriez. 1875-1936. Archives départementales des Alpes-de
    Description :
    Située dans le canton de Saint-André-les-Alpes, à 4 km à l’'ouest de cette localité, la commune de Moriez couvre aujourd’'hui une superficie de 3718 ha, avec une altitude allant de 820 m à 1700 m, pour 187 habitants en 2006. Le territoire communal correspond à la Vallée de l’'Asse dit de Moriez : au nord, depuis le col du Castellet, point culminant de la commune, jusqu'à la source de l’'Asse de Moriez , au sud. Moriez fait partie de la réserve naturelle géologique des Alpes-de-Haute-Provence.
    Titre courant :
    présentation de la commune de Moriez
    Annexe :
    -Lambert - oratoire Saint- Raymond, Moriez aux Chaillans n°419( route de) Hyèges - écart de Hyèges Liste des oeuvres étudiées, commune de Moriez - Présentation de la commune de Moriez - maisons - entrepôts agricoles - fermes Village - village de Moriez - église paroissiale Saint-Barthélémy, Eglise (place l’) le mobilier de l’église paroissiale Saint-Barthélémy - verrière à personnages : sainte Marie -Madeleine - ensemble du maître-autel : autel, 5 gradins d'autel, tabernacle, exposition - ensemble de l'autel secondaire de la Vierge (autel, retable) - tableau d'autel : la Vierge et l'Enfant remettant le rosaire à saint Dominique de Guzman et sainte Catherine de Sienne - tabernacle - chaire à prêcher - garniture d'autel composée de 7 chandeliers d'autel et d'une croix d'autel - garniture d'autel composée de 6 chandeliers d'autel et d'une croix d'autel - ensemble de 4 chandeliers d’église - ostensoir-soleil - crèche : ensemble de 10 santons (figures vêtues), d'une statue et d'un berceau - bannière de procession- paire de
    Texte libre :
    sous le nom de Moriers. Moriès dépend, sous l'Ancien Régime, du diocèse de Sénez et de la viguerie de Castellane. C'est alors une seigneurie, fief de la famille de Chailan (ou Chaillan) à partir de la fin du 16e siècle et jusqu'à la Révolution. Ces seigneurs de Chaillan font édifier dans le bourg de Moriez un Neuf qui se trouve de l'autre côté de la route de Saint-André à Hyèges. Leurs biens sont saisis à la Révolution. La communauté de Moriez connaît sa plus forte croissance sous l'autorité de cette famille, juste avant la Révolution. Ainsi 5 chronogrammes sont relevés dans les bourgs de Moriez et Hyèges et ils sont ), 1785 (maison en B5 789), 1790 (maison, ancien château en B5 798). Le long de la vallée de l'Asse de Moriez, se succèdent plusieurs hameaux constitutifs de la commune d'aujourd'hui, soit du Nord au Sud et de 1100 m à 900 m d'altitude en moyenne : le hameau du Castellet, le hameau des Chaillans, le hameau de Hyèges, les Granges-de-Boichon, le village de Moriez, et, un peu à l'écart, le Bouquet. Selon
    Illustration :
    Cartes des frontières Est de la France, de Colmars à Marseille. [Détail de la feuille 195-22 : vallée de l'Asse de Moriez]. IVR93_20100400040NUC1A Carte de Cassini, vers 1781, détail : Moriez. IVR93_20100400042NUC1A Carte postale : 1938, vue de la chapelle Saint-Pierre depuis l'est. IVR93_20060402144NUCB Carte postale : 1938, vue d'un autel provisoire dressé près de la chapelle Saint-Pierre Vue éloignée de la commune de Moriez. IVR93_20060401625XE Vue générale du quartier de Villevieille. IVR93_20060401496NUCA Vue des cultures et paturages au-dessus de Hyèges. IVR93_20100400046NUC1A Vue générale d'un champ de lavande. IVR93_20100400047NUC1A Vue générale du quartier du Coulet-de-Ville depuis la colline de Notre-Dame. IVR93_20060402398XE
  • village de Moriez
    village de Moriez Moriez - le Bourg - en village - Cadastre : 1838 B4 1983 B5
    Historique :
    Si les premières mentions du castrum remontent au 13e siècle, le plus grand nombre de constructions 19e siècle, la structure du village se redessine autour des grands axes de communications : les chemins menant à Hyèges et Courchons, la grande route de Digne à Nice et la nouvelle voie de chemin de fer . L'évolution contemporaine du village de Moriez essaime les villas récentes au sud de la route nationale de
    Référence documentaire :
    Paroisses de Moriez, de Hyèges. Questionnaire sur l'état des paroisses du diocèse de Digne, cantons de Reillanne à Volonne. 1840. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains 1889. Section B11 parcelle 62 : four, augmentation de construction. Etat de sections du cadastre de la commune de Moriez. 1882-1914. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne : 3 P MARTINEZ, Martine. Autour de Moriez. 2001 Recensements de la population entre 1820 et 1936. Archives départementales des Alpes-de-Haute Feuille 195-22. Cartes des frontières Est de la France, de Colmars à Marseille. / Dessin à l'encre sur papier, par Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778 . Echelle 1/14000e. Cartothèque de l’Institut Géographique National, Saint-Mandé : CH 194 à 197. Section B4. Plan cadastral de la commune de Moriez. / Dessin à l'encre par Bonnet, Duc, Frison
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    Le village est construit sur une pente douce qui forme une étroite vallée : c'est l'entrée de la vallée de l'Asse de Moriez qui se prolonge en remontant vers Hyèges et les Chaillans. Les habitations s'étant au fil du temps structurées autour des axes de communications, le village est une forme de village -carrefour, avec les rues en éventail autour de la fontaine ancienne et des anciennes constructions des
    Titre courant :
    village de Moriez
    Appellations :
    de Moriez
    Texte libre :
    mention du castrum de Moriers, nommé Moreriis en 1237 et Moriars en 1278 ; une implantation plus ancienne pourrait, dans sa forme actuelle, dater du 15e siècle. La seigneurie de Moriez est successivement fief des de Cassini, Mories est une paroisse avec château. Sur la carte militaire réalisée dans le 3e quart du plus tard Château Vieux) est encore flanqué de quatre tours rondes et ceint sur deux côtés d'un mur d'enceinte scandé de trois tours. Les chronogrammes repérés dans le village datent pour l'essentiel du 18e celle de la plus forte croissance du village. En 1838, Sur le cadastre napoléonien, la forme du village a été redessinée autour du tracé des routes : les bâtiments sont désormais organisés de part et d'autre d'une fourche, le chemin de Courchons se divise en deux au niveau de la place de la Fontaine pour mener vers le nord à Hyèges et plus au sud à Digne. La nouvelle grande route de Digne à Nice a été sont majoritaires le long du chemin de Hyèges dénommé alors Grande Rue. Le Château Vieux a perdu sa
    Illustration :
    Cartes des frontières Est de la France, de Colmars à Marseille. [Détail de la feuille 195-22 : village de Moriez] IVR93_20100400041NUC2A Plan d'ensemble d'après le cadastre napoléonien de 1838, section B4. IVR93_20150400219NUC1A Plan d'ensemble d'après le cadastre moderne de 2016, section B5. IVR93_20160400014NUC1A Train bloqué en gare à cause de la neige, 1909. IVR93_20060400689NUCAB Carte posate : vue générale du village de Moriez depuis le sud, avant 1892. IVR93_20060400686NUCAB Carte posate : vue générale du village de Moriez depuis le sud-est, 1913. IVR93_20060402143NUCAB Vue générale de la vallée et du village de Moriez, depuis le sud-ouest. IVR93_20060401497NUCA Vue générale depuis le nord-ouest d'une maison avec un enduit de gypse rouge. IVR93_20060401440NUCA
  • écart de Notre-Dame
    écart de Notre-Dame Moriez - Notre-Dame - en écart - Cadastre : 1838 C1 6, 7 1983 C1 84
    Historique :
    L'écart de Notre-Dame semble tout d'abord avoir été constitué d'une chapelle et, peut-être, d'un , dès cette époque, désignée comme un prieuré dépendant du monastère de Lérins, et à partir de 1306 prieuré de l'abbaye de Lerins, bien plus ancien, de la fin du 10e siècle, situé à proximité de la Campagne Notre-Dame, sur la colline à l'ouest, à l'emplacement présumé de l'ancien village de Moriez, au lieu-dit Le Coulet-de-Ville. Il s'agit du prieuré Saint-Martin et Saint-Maximin, qui aurait été l'église paroissiale de ce village. Concernant le bâtiment accolé, la première mention, en 1660, fait référence à un de Lérins et le seigneur de Moriez, il pourrait s'agir de la partie encore en place du logis accolé à , sont loués à bail perpétuel au seigneur de Moriez. Entre 1764 et 1769, une carte militaire est établie l'alignement. A la Révolution, le prieuré est saisi et revendu comme bien national. On retrouve trace de conjointement à l'autre. Sur le cadastre napoléonien de 1838, le plan de masse montre un agrandissement des
    Référence documentaire :
    p. 142 : Description et proposition de datation de la chapelle. COLLIER, Raymond. La Haute-Provence Mention dans les archives du monastère de Lérins des bulles de 3 papes au sujet du prieuré Notre [pape entre 1198 et 1216] confirmant à l'abbé et monastère de Lérins toutes les grâces, privilèges exprimées dans lad. bulle cotté F.". Répertoire des sacs contenant les actes, titres ou documents de tous dépendants et électifs du monastère Saint-Honorat de Lérins (répertoire alphabétique des fardeaux, des volumes de l'inventaire dressé en 1641). 1641. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : H 0002. Le 25 septembre 1306, collation de l'église Notre-Dame du Serret de Moriez, vacante par le décès de son recteur Gui Preire, faite par l'abbé Gaucelin et le chapitre du monastère de Lérins à Pierre Bonnet. Acte de collation de l'église Notre-Dame du Serret faite par l'abbé Gaucelin et le chapitre du monastère de Lerins. 1306. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : H 0932.
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    L'écart de Notre-Dame est particulièrement isolé, au sommet d'une colline, relativement éloigné du bourg (1km à vol d'oiseau), on y accède par un chemin au départ de la Route Nationale n°202. Il est placé face à une autre colline, de dimensions plus importantes, de l'autre côté d'un ravin où passe l'ancien chemin de Courchons à Moriez ; sur cette colline se trouve l'emplacement traditionnellement considéré comme historique du village de Moriez, nommé le Coullet de Ville. L'écart de Notre-Dame est constitué, du sud et nord, de la chapelle Notre-Dame ou Notre-Dame-du-Serret et d'une ferme dite Bastide de Notre-Dame elle-même composée de bâtiments agricoles et d'un logis accolé à la chapelle avec une communication directe. L'ensemble est construit en moellons de calcaire, avec une partie appareillée pour la chapelle, et couvert d'un enduit de gypse rouge à pierres vues. Les bâtiments sont couverts de tuile creuse ou de ciment amiante pour les parties plus récentes.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Titre courant :
    écart de Notre-Dame
    Annexe :
    Dépouillement détaillé des archives, écart de Notre-Dame, Moriez 04 - Moriez, Campagne Notre-Dame -Maritimes: H 0002. Répertoire des sacs contenant les actes, titres ou documents de tous les biens concernant monastère Saint-Honorat de Lérins (répertoire alphabétique des fardeaux, des volumes de l'inventaire dressé en 1641).1641. [Mention dans les archives du monastère de Lérins d'un acte ayant eu lieu au 11 e ses enfans Pons et Eldebert et Atenulphus à l'esglize Nostre-Dame bastie proche le chasteau de Moriès au comté de Senés d'une terre size autour de lad. esglise".]. - AD Alpes-Maritimes : H 0002 . Répertoire des sacs contenant les actes, titres ou documents de tous les biens concernant le spirituel et le de Lérins (répertoire alphabétique des fardeaux, des volumes de l'inventaire dressé en 1641).1641 . [Mention dans les archives du monastère de Lérins des bulles de 3 papes au sujet du prieuré Notre-Dame entre 1198 et 1216] confirmant à l'abbé et monastère de Lérins toutes les grâces, privilèges, exemptions
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section C1, parcelles 6 et 7 [Cartes des frontières Est de la France, de Colmars à Marseille. [Détail de la feuille 195-22 : écart de Notre-Dame]. IVR93_20100400032NUC2A
  • église paroissiale Sainte-Madeleine puis Saint-Barthélemy
    église paroissiale Sainte-Madeleine puis Saint-Barthélemy Moriez - en village - Cadastre : 1838 B4 92 1983 B5 797
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Si l'on en croit la visite pastorale de 1708, il y a avait une première église paroissiale, à Moriez, au Moyen Age située "sur une éminence, à my coste de la montagne qui est à la droite en montant à ans". Puis "la nouvelle a été bâtie en bas depuis plus de deux siècles dans le village, et a toujours conservé le premier titre qui est de Sainte-Marie-Madeleine". Toutes les visites pastorales Ancien Régime placent en effet l'église paroissiale de Moriez sous la titulature de sainte Madeleine (Magdeleine d'agrandissement de la nef, jugée trop exiguë, sont en cours : il faut "achever les deux chapelles commencées depuis plus de sept ans" ou encore la nef "sera élargie du côté de l'Evangile par deux chapelles " (actuel bas-côté nord). Selon les visites pastorales : en 1764, le sanctuaire est "dans un état de décence et la nef est aussi en fort bon état", le cimetière est également bien entretenu et clos de murs. En 1775, l'évêque exige quelques travaux : "l'intérieur de l'église sera réparé en certains endroits où le
    Référence documentaire :
    p. 108. COLLIER, Raymond. Monuments et art de Haute-Provence. Digne : Société Scientifique et Visites pastorales de 1708, 1718 et 1723. Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez , 1708-1723. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 18. Visites pastorales de 1764, 1775 et 1785. Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez François de Vocance (évêque de Senez de 1741 à1756), Antoine-Joseph D'Amat de Volx (évêque de Senez de 1757 à 1771), Étienne François Xavier des Michels de Champorcin (évêque de Senez de 1771 à 1773), Jean -Baptiste Charles Marie de Beauvais (évêque de Senez de 1774 à 1783), Sixte-Louis-Constance Ruffo (Roux) de Bonneval (évêque de Senez de 1783 à 1784), Jean-Joseph-Victor de Castellane-Adhémar (évêque de Senez de 1784 à 1788). Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 19 Approbation du projet d'agrandissement du cimetière de Moriez. Le 14 août 1892, le conseil approuve
    Représentations :
    fleur de lys L'abside présente un décor peint où trône, dans la voute en cul-de-four, une représentation de Dieu des draperies en trompe-l'oeil parsemées de fleurs de lys. Le reste du décor consiste en des ornements
    Murs :
    pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    Situé dans la partie haute du village de Moriez, l'édifice orienté, de plan allongé à chevet semi . L'église comporte une sacristie et un clocher situés à l'est. Le chevet est construit en pierres de taille calcaires et en tuf, pour la partie haute. Le reste de l'édifice est réalisé en moellons calcaires . L'intérieur se divise en 2 vaisseaux de 3 travées. Les 2 vaisseaux communiquent par 3 arcs formerets en plein d'arêtes. Le choeur, légèrement surélevé par rapport au sol de la nef, est couvert d'une voûte en cul-de -four. Le sol est en carreaux de ciment. A l'extérieur, l'élévation ouest et le clocher sont enduits. Le reste de l'église est traité en pierres apparentes. La couverture est en tuile creuse. L'accès à l'église s'effectue du côté sud. Des ouvertures sont percées entre chaque contrefort de l'élévation sud , une dans le mur pignon ouest et une dans le mur nord. Le clocher de plan carré est coiffé d'un toit en pavillon couvert de tuiles en écaille et sommé d'une croix. Il présente 4 baies en plein cintre ouvrant sur
    Couvrements :
    cul-de-four
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section B4, parcelles 92, 93 Vue d'ensemble de l'église et du cimetière depuis le nord. IVR93_20080401339NUC2A Vue générale de l'église et du cimetière depuis le nord. IVR93_20060401289NUCA Vue générale de l'église et du cimetière depuis le nord. IVR93_20060401288NUCA Vue générale du cimetière depuis le clocher de l'église. IVR93_20060401305NUCA Vue générale de la croix de cimetière depuis le sud-ouest. IVR93_20060401293NUCA
  • fontaine, lavoir, abreuvoir
    fontaine, lavoir, abreuvoir Moriez - le Bourg - route de Hyèges - en village - Cadastre : 1838 B4 non cadastré 1983 B5 non cadastré
    Historique :
    Sur la carte militaire établie par Bourcet de La Saigne dans le 3e quart du 18e siècle, la fontaine octogonal et le pilier central portant la date de 1644. Sur le cadastre napoléonien de 1838, le dessin indique que l'abreuvoir a été ajouté. Enfin le 3 juillet 1904, le conseil municipal décide de construire un lavoir couvert : il est construit juxtaposé au bassin central et comporte un bassin de lavage et un bassin de rinçage.
    Référence documentaire :
    p. 427 : Mention de la fontaine du village de Moriez. COLLIER, Raymond. La Haute-Provence p. 59 :Mention de la fontaine du village de Moriez. COLLIER, Raymond. La Vie en Haute-Provence de Section B4, non cadastré Plan cadastral de la commune de Moriez. / Dessin à l'encre par Bonnet, Duc , Frison, Nicolas, Rougier, 1838. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains Le 3 juillet 1904, le conseil décide qu'il y a lieu de construire un lavoir public à Moriez "attendu que le lavoir actuel, par son état de délabrement exige des réparation immédiates et coûteuses ; que par son exiguité ce lavoir ne répond point aux besoins de la population et ne remplit aucune des règles de l'hygiène ; qu'il entrave la circulation aux abords de la route nationale n°207 ; qu'il n'y a point de bassin de rinçage ; que l'emplacement qu'il occupe est défecteux ; qu'il n'est pas couvert, que lieu de construire un lavoir public à Moriez". Ainsi le conseil approuve les plans et devis dressés par
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    l'origine de plan centré : au centre d'un bassin octogonal, maintenu par des cerceaux en fer, s'élève un pilier de section également octogonal surmonté d'un chapiteau à 4 canons émergeant de masques humains fixées 4 paires de supports de puisage (barres de fer). Une auge monolithe a été maçonnée contre une face bassin central par un trop-plein, son pourtour est pavé. Enfin, un lavoir avec bassin de rinçage à l'arrivée d'eau (trop-plein à partir du bassin central) puis bassin de lavage, a été ajouté vers le nord -ouest : de forme rectangulaire, il comporte 3 côtés à pans inclinés en pierre de taille, il est à l'abri
    Localisation :
    Moriez - le Bourg - route de Hyèges - en village - Cadastre : 1838 B4 non cadastré 1983 B5 non
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section B4, non cadastré Vue rapprochée de la fontaine, date portée : 1644. IVR93_19760400087Z
  • chapelle Notre-Dame dite chapelle Notre-Dame-du-Serret
    chapelle Notre-Dame dite chapelle Notre-Dame-du-Serret Moriez - Notre-Dame - en écart - Cadastre : 1838 C1 6 1983 C1 84
    Historique :
    Première mention de l'église Notre-Dame dans le 2e quart du 11e siècle : selon les archives du monastère de Lérins, une donation est faite d'une terre autour de l'église par Bellielde. Il s'agit de la fille du vicomte de Marseille Guillem I, veuve avant 1033 de Jonas, mère de Pons, Audibert et Atanoux mentionnés entre 1024 et 1053, la donation doit donc se situer autour de 1030. Entre 1198 et 1216, une bulle du pape Innocent III confirme l'abbé et monastère de Lérins dans sa possession du prieuré Notre-Dame , suivent des bulles des papes Alexandre IV et Nicolas III dans le même objectif. Une autre mention de l'église Notre-Dame dite ecclesia de Serreto Moreriarum est retrouvée dans un compte de décimes du diocèse de Senez vers 1300. Le 25 septembre 1306, pour l'église Notre-Dame du Serret (ainsi nommée), prieuré dépendant du monastère de Lerins, un acte de collation de l'église Notre-Dame, vacante par le décès de son recteur, est réalisé par l'abbé Gaucelin et le chapitre du monastère en faveur de Pierre Bonnet. Le 13
    Référence documentaire :
    p. 142 : Description et proposition de datation de la chapelle. COLLIER, Raymond. La Haute-Provence Mention dans les archives du monastère de Lérins des bulles de 3 papes au sujet du prieuré Notre [pape entre 1198 et 1216] confirmant à l'abbé et monastère de Lérins toutes les grâces, privilèges exprimées dans lad. bulle cotté F.". Répertoire des sacs contenant les actes, titres ou documents de tous dépendants et électifs du monastère Saint-Honorat de Lérins (répertoire alphabétique des fardeaux, des volumes de l'inventaire dressé en 1641). 1641. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : H 0002. Le 25 septembre 1306, collation de l'église Notre-Dame du Serret de Moriez, vacante par le décès de son recteur Gui Preire, faite par l'abbé Gaucelin et le chapitre du monastère de Lérins à Pierre Bonnet. Acte de collation de l'église Notre-Dame du Serret faite par l'abbé Gaucelin et le chapitre du monastère de Lerins. 1306. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : H 0932.
    Représentations :
    Le décor de gypseries polychromes est constitué de 4 pilastres sur les murs nord et sud, peints faux-marbre rouge, surmontés de chapiteaux à volutes portant un entablement à plusieurs niveaux de
    Description :
    . Les murs sont en appareil régulier de pierres de calcaire sur 1m50 environ puis en moellons très vaisseau, de dimensions modestes, est éclairé à l'ouest par une porte au linteau monolithe en arc , les murs portent un décor de gypseries polychromes.
    Annexe :
    Dépouillement détaillé des archives, écart de Notre-Dame, Moriez 04 - Moriez, Campagne Notre-Dame -Maritimes: H 0002. Répertoire des sacs contenant les actes, titres ou documents de tous les biens concernant monastère Saint-Honorat de Lérins (répertoire alphabétique des fardeaux, des volumes de l'inventaire dressé en 1641).1641. [Mention dans les archives du monastère de Lérins d'un acte ayant eu lieu au 11 e ses enfans Pons et Eldebert et Atenulphus à l'esglize Nostre-Dame bastie proche le chasteau de Moriès au comté de Senés d'une terre size autour de lad. esglise".]. - AD Alpes-Maritimes : H 0002 . Répertoire des sacs contenant les actes, titres ou documents de tous les biens concernant le spirituel et le de Lérins (répertoire alphabétique des fardeaux, des volumes de l'inventaire dressé en 1641).1641 . [Mention dans les archives du monastère de Lérins des bulles de 3 papes au sujet du prieuré Notre-Dame entre 1198 et 1216] confirmant à l'abbé et monastère de Lérins toutes les grâces, privilèges, exemptions
    Illustration :
    Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1838, section C1, parcelle 6 Vue de la chapelle depuis le sud-ouest. IVR93_20060402386XE Vue de la chapelle depuis le sud. IVR93_20060402387XE Détail du mur sud de la chapelle. IVR93_20060402388XE Vue intérieure de la chapelle vers l'ouest. IVR93_20060402394XE Vue intérieure de la chapelle vers l'est. IVR93_20100400009NUC1A
  • Maisons
    Maisons Moriez
    Référence documentaire :
    Recensements de la population entre 1820 et 1936. Archives départementales des Alpes-de-Haute GUEYRAUD, Marie-Hélène. Les décors de gypseries dans l'architecture civile des Alpes du sud, 16e -17e siècles. DEA, université de Provence, sous la direction de Jean-Jacques Gloton, 1988. p. 7. LATIL, Robert. Chailan de Moriez. Généalogie sommaire mise à jour. 1980. Non publié, non paginé. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 8 04 396. MARTINEZ, Martine. Autour de Moriez. 2001 villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol. Clouzot, Etienne. Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun. Diocèse de Riez, dir. Maurice p. 12. COLLIER, Raymond. La Haute-Provence monumentale et artistique. Digne: Imprimerie Louis-Jean
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Texte libre :
    I. LES CONDITIONS DE L’ENQUÊTE Problématique du repérage Ce dossier concerne l’ensemble des maisons de la commune de Moriez : il s’agit d’une part d’édifices à vocation unique d’habitation (groupe B catégories A1, A2, A3 détaillées plus loin), réunies sous un même toit. Le repérage de l’habitat sur la commune de Moriez a été effectué au cours de l’été 2006. Le support de base de l’étude est représenté par cadastre napoléonien, réalisé en 1838 sur la commune de Moriez, peut également être mis en parallèle avec et font l’objet d’une grille de repérage. Quand cela est possible et pertinent, les intérieurs informations sur l’évolution structurelle ou intérieure des édifices. La grille de repérage Le repérage a été effectué à l’aide d’une grille de description morphologique propre aux maisons décrivant : - la ou les œuvre - la forme du toit et la nature de la couverture et de l’avant-toit - la description des : dates portées, inscriptions… Cette grille de repérage alimente une base de données qui permet une
    Illustration :
    Rue, village de Moriez : vue générale depuis le sud-est. IVR93_20060401418NUCA Rue, village de Moriez : vue générale depuis l'est. IVR93_20060401446NUCA Rue, village de Moriez : vue générale depuis le nord-est. IVR93_20060401463NUCA Rue, écart de Hyèges : vue générale de la rue de l'Eglise depuis le nord. IVR93_20060401308NUCA Les Chaillans : vue générale de l'ancien chemin des Chaillans depuis l'est. IVR93_20060401318NUCA Le Fangeas, chemin de Courchons, maison (1983 B5 864) : vue générale depuis le sud-est
  • Fermes
    Fermes Moriez
    Référence documentaire :
    Recensements de la population entre 1820 et 1936. Archives départementales des Alpes-de-Haute GUEYRAUD, Marie-Hélène. Les décors de gypseries dans l'architecture civile des Alpes du sud, 16e -17e siècles. DEA, université de Provence, sous la direction de Jean-Jacques Gloton, 1988. p. 7. LATIL, Robert. Chailan de Moriez. Généalogie sommaire mise à jour. 1980. Non publié, non paginé. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 8 04 396. MARTINEZ, Martine. Autour de Moriez. 2001 des villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol. Clouzot, Etienne. Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun. Diocèse de Riez, dir. Maurice p. 12. COLLIER, Raymond. La Haute-Provence monumentale et artistique. Digne: Imprimerie Louis-Jean
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Texte libre :
    I. LES CONDITIONS DE L’ENQUÊTE Problématique du repérage Ce dossier concerne l’ensemble des fermes de la commune de Moriez : il s’agit de bâtiments avec parties agricoles évidentes juxtaposées , superposées ou disjointes par rapport à la partie logis. Le repérage de l’habitat sur la commune de Moriez a été effectué au cours de l’été 2006. Le support de base de l’étude est représenté par le cadastre napoléonien, réalisé en 1838 sur la commune de Moriez, peut également être mis en parallèle avec profit pour l’objet d’une grille de repérage. Quand cela est possible et pertinent, les intérieurs peuvent également l’évolution structurelle ou intérieure des édifices. La grille de repérage Le repérage a été effectué à l’aide d’une grille de description morphologique propre aux maisons décrivant : - l’implantation par la nature de la couverture et de l’avant-toit - la description des élévations et des baies - les , inscriptions Cette grille de repérage alimente une base de données qui permet une analyse statistique et des
    Illustration :
    Hyèges, route de Moriez, Ferme dite La Grange Loin (1983 A4 866) : vue générale depuis l'est Le Plan, route de Hyèges, ferme (1983 B3 203) : vue générale de la façade nord Les Granges-de-Boichon, fermes (1983 H2 284, 285, 286, 287, 289, 290) : vue générale depuis l'est
1