Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 141 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tableau : Saint jacques le Majeur
    Tableau : Saint jacques le Majeur Méailles - - isolé
    Historique :
    : sans doute cintré dans la partie supérieure. Le cadre date de la 2e moitié du 19e siècle.
    Matériaux :
    toile support en un seul peinture à l'huile
    Représentations :
    Saint Jacques le Majeur est représenté en pèlerin : vêtu du manteau auquel sont accrochés les coquilles, il tient le bourdon de la main gauche mais aussi le livre de la main droite, allusion à son rôle d'apôtre. Il est figuré en buste, les yeux levés vers le ciel.
    Description :
    La toile est actuellement de format rectangulaire vertical ; le cadre en bois doré est rapporté. La toile est en un seul au tissage régulier et assez serré, la couleur de la préparation est rouge.
    Titre courant :
    Tableau : Saint jacques le Majeur
  • Le mobilier de la chapelle Saint-Joseph
    Le mobilier de la chapelle Saint-Joseph Méailles - Le Rochas - en village
    Localisation :
    Méailles - Le Rochas - en village
    Titre courant :
    Le mobilier de la chapelle Saint-Joseph
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jacques
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jacques Méailles - en village
    Historique :
    Méailles, il l'a paie 1000 francs et en sera le parrain. En 1858, l'église compte "trois autels neufs et dans les bustes de st Jacques le majeur de st Jacques le mineur", puis des statues : "l'immaculée conception, une vierge mère, st Joseph, st Jacques le majeur et st Jacques le mineur", enfin des tableaux
    Référence documentaire :
    Délibération en date du 13 avril 1890 : dernières acquisitions pour l’église, cloche par le père
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jacques
    Annexe :
    Jean-Baptiste et saint Jean l'Evangéliste, Dieu le Père et Annonciation (IM04002885) - retable et ) (IM04003087) - bannière de procession : l'Assomption, saint Jacques le Majeur et saint jacques le Mineur , socle-reliquaire) : saint jacques le Majeur (IM04002869) - buste-reliquaire (buste de procession, socle -reliquaire) : saint Jacques le Mineur (IM04002870) - statue-reliquaire (statue de procession, socle ) Peinture - ensemble de peintures monumentales (IM04002847) - tableau : Crucifixion avec saint Jacques le Mineur et saint Jacques le Majeur (?) (IM04002882) - tableau : Pieta (IM04002883) - tableau : saint Jean
  • Le mobilier de la chapelle Saint-Jacques
    Le mobilier de la chapelle Saint-Jacques Méailles - - isolé
    Titre courant :
    Le mobilier de la chapelle Saint-Jacques
    Annexe :
    Jacques le Majeur, saint Jacques le Mineur, saint Pierre, saint Barthélémy, saint Antoine, sainte Agathe (IM04002840) - Tableau : saint jacques le Majeur (IM04002841) Liste du mobilier non étudié Objets religieux
  • Tableau : Crucifixion avec saint Jacques le Mineur et saint Jacques le Majeur (?)
    Tableau : Crucifixion avec saint Jacques le Mineur et saint Jacques le Majeur (?) Méailles - en village
    Historique :
    Ce tableau semble dater de la 2e moitié du 17e siècle. il pourrait chercher à reproduire le style
    Représentations :
    Crucifixion avec sans doute saint Jacques le Mineur (en évêque) et saint Jacques le Majeur
    Titre courant :
    Tableau : Crucifixion avec saint Jacques le Mineur et saint Jacques le Majeur (?)
    Dimension :
    Dimension approximative (avec le cadre) : h = 145.
    États conservations :
    Le tableau est en mauvais état : il est très encrassé, le vernis a visiblement jauni, la couche
    Illustration :
    Détail: visage de saint Jacques le Majeur. IVR93_20130401409NUC2A
  • Bannière de procession : l'Assomption, saint Jacques le Majeur et saint jacques le Mineur
    Bannière de procession : l'Assomption, saint Jacques le Majeur et saint jacques le Mineur Méailles - en village
    Représentations :
    D'un côté sont figurés, debout, les deux saints Jacques : tous deux apôtres, ils portent le Livre , le saint de gauche désigne le Ciel de la main droite, il s'agit sans doute de Jacques le Majeur , celui de droite porte la palme du martyre, il s'agit sans doute de Jacques le Mineur. De l'autre côté
    Titre courant :
    Bannière de procession : l'Assomption, saint Jacques le Majeur et saint jacques le Mineur
    États conservations :
    La bannière est en très mauvais état : le pourtour de la toile est déchiré, tâché, parfois
    Illustration :
    Vue générale d'une face : saint Jacques le Majeur et saint jacques le Mineur
  • Tableau : saint Jacques le Majeur, saint Jacques le Mineur, saint Pierre, saint Barthélémy, saint Antoine, sainte Agathe
    Tableau : saint Jacques le Majeur, saint Jacques le Mineur, saint Pierre, saint Barthélémy, saint Antoine, sainte Agathe Méailles - - isolé
    Inscriptions & marques :
    chaque saint : S IACQUES LE MINEUR ; S IACQUES LE MAJEUR ; S PIERRE / S BARTHELEMI ; S ANTOINE ; S AGATHE.
    Représentations :
    registre supérieur, de gauche à droite : saint Jacques le Mineur est vêtu en apôtre, il tient le bâton de foulon dans la main gauche et un livre ouvert dans la droite, saint Jacques le Majeur porte son habit de pèlerin orné de coquilles, le bourdon dans la main gauche, l'index droit levé en signe de prédication Barthélémy désigne le sol de l'index droit et tient le couteau du martyre dans la main gauche, saint Antoine
    Description :
    Toile de format rectangulaire vertical, le cadre rapporté est en bois peint monochrome (noir). Le
    Titre courant :
    Tableau : saint Jacques le Majeur, saint Jacques le Mineur, saint Pierre, saint Barthélémy, saint
    États conservations :
    Le tableau a été restauré mais il s'est depuis à nouveau encrassé, un voile blanchâtre couvre la
  • Le mobilier de la chapelle Notre-Dame-du-Rosaire
    Le mobilier de la chapelle Notre-Dame-du-Rosaire Méailles - Les Prés - isolé
    Historique :
    Le dossier CAOA mentionne que "le tableau et les statues ont été volés en 1963".
    Titre courant :
    Le mobilier de la chapelle Notre-Dame-du-Rosaire
  • Buste-reliquaire (buste de procession, socle-reliquaire) : saint Jacques le Mineur
    Buste-reliquaire (buste de procession, socle-reliquaire) : saint Jacques le Mineur Méailles - en village
    Historique :
    Ce buste est porté pour la fête patronale de Méailles, en même temps que le buste de saint Jacques le Majeur (Référence IM04002869). Il est traditionnellement reconnu comme étant le buste de saint Jacques le Mineur, or l'inscription du phylactère qui accompagne les reliques semble contredire cette identification. Le socle abrite en effet les reliques d’un saint Exupère, sans doute l’évêque de Toulouse. Pour quelle raison la tradition l’identifie-t-elle comme saint Jacques le Mineur ? Le buste était-il à interchangeable : saint Jacques le Mineur peut être représenté en costume épiscopal car, après le départ de Pierre pour Rome, il serait devenu le chef de l’Église de Palestine, l’évêque de Jérusalem. Le buste date sans
    Référence documentaire :
    Visite pastorale de 1858 : "il n'y a que deux reliques qui sont dans les bustes de st Jacques le Majeur et de st Jacques le Mineur, elles sont authentiques". Procès-verbaux des visites pastorales
    Représentations :
    Saint Jacques le Mineur est ici figuré en évêque puisque, selon la Tradition, il aurait été évêque
    Description :
    assiette rouge pour les vêtements. Le socle-reliquaire, de plan polygonal, est en bois doré à la feuille
    Titre courant :
    Buste-reliquaire (buste de procession, socle-reliquaire) : saint Jacques le Mineur
    Illustration :
    Vue d'ensemble : statue placée sur le brancard de procession. IVR93_20140400336NUC1A
  • Buste-reliquaire (buste de procession, socle-reliquaire) : saint jacques le Majeur
    Buste-reliquaire (buste de procession, socle-reliquaire) : saint jacques le Majeur Méailles - en village
    Inscriptions & marques :
    L'inscription est manuscrite sur le phylactère qualifiant les reliques à l'intérieur de la cavité à
    Historique :
    Le buste, en même temps que celui de saint Jacques le Mineur (Référence IM04002870), est porté en révolutionnaire qui écrit, le 4 août 1798 : "Le fanatisme, citoyen commissaire, exerce encore son empire dans ces contrées. Le 7 du courant [25 juillet 1798] jour de romérage à la commune de Méailles, on s’est permis de faire la procession et de porter le buste de St-Jacques et de la Vierge. Quelques soi-disant pénitents blancs y ont assisté avec leur habit. On est tellement discret sur ces farces que je n’ai pu apprendre le nom de ceux qui y ont joué les principaux rôles ; ce qu’il y a de certain, c’est que le prêtre de Méailles, le citoyen Parsy, aurait dû empêcher cette contravention à la loi en disant aux citoyens que lorsqu’elle a été finie". Le buste date sans doute du 17e siècle. Les reliques sont en place.
    Référence documentaire :
    Courrier de Robion, commissaire du directoire exécutif près le canton d’Annot, au commissaire près le département des Basses-Alpes. 17 thermidor an 6 [4 août 1798]. Archives départementales des Alpes
    Représentations :
    Saint jacques est figuré en pèlerin avec le manteau garni de coquilles.
    Description :
    assiette rouge et apprêt blanc pour les vêtements. Le socle-reliquaire, de plan polygonal, est en bois doré
    Titre courant :
    Buste-reliquaire (buste de procession, socle-reliquaire) : saint jacques le Majeur
    Illustration :
    Vue d'ensemble : statue placée sur le brancard de procession. IVR93_20140400337NUC1A
  • Retable à panneau compartimenté : Vierge à l'Enfant entourée de saint Jean-Baptiste et saint Jean l'Evangéliste, Dieu le Père et Annonciation
    Retable à panneau compartimenté : Vierge à l'Enfant entourée de saint Jean-Baptiste et saint Jean l'Evangéliste, Dieu le Père et Annonciation Méailles - en village
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le lieu d'exécution manuscrit latin sur l'oeuvre (?)
    Référence documentaire :
    Délibération en date du 15 juin 1960 : le conseil municipal décide de faire restaurer le retable et Devis réalisé par Robert Baudoin, retaurateur à Paris, le 5 février 1960 pour un montant de 4540 de la Conservation régionale des Monuments historiques concernant le retable de Méailles (04) p. 116 : "l'église paroissiale dédiée à la Ste Vierge, sous le titre de la Visitation, est desservie par un curé et un vicaire. Le patron de Méailles est S Jacques". ACHARD, Claude-François p. 2477 : "[parmi les primitifs], le premier d’entre eux, le seul peut-être qui mérite avons eu le plaisir de le repérer et de le faire classer (25 mars 1956). Il date de la fin du 15e siècle . […]Les coloris sont vifs, le dessin bon, la composition bien ordonnée. Sans doute, ce primitif relève-t
    Représentations :
    droite l'Agneau couché sur le Livre ; saint jean l'Evangéliste bénit la coupe empoisonnée. Au registre supérieur, une Annonciation est représentée de part et d'autre de Dieu le Père en buste bénissant et tenant
    Description :
    , de manière à compartimenter le retable, et au-dessus du superciel. Peinture à la tempera sur bois
    Titre courant :
    l'Evangéliste, Dieu le Père et Annonciation
    États conservations :
    de l'or". Le retable a été restauré en 1961 par ce même restaurateur. Une lettre de ce restaurateur consolide également l'ensemble et traite le bois au revers. En 1987, le restaurateur J Bourgoin fait un nouveau diagnostic : "le panneau est en bon état, il présente dans le panneau représentant saint Jean
    Texte libre :
    également Draguignanem, le retable pourrait donc avoir été réalisé à Draguignan, ville qui est, au 16e , le vocabulaire ornemental des décors de bois caractéristiques du gothique flamboyant, les fonds d'or Provence fort avant dans le 16e siècle et ce n'est pas un signe d'archaïsme mais plutôt de fidélité à un modèle ancien, recherché par les commanditaires et, le plus souvent, répondant à un souhait formulé repeintes en noir et il est difficile de juger de l'état de l'or". Le retable est ainsi restauré en 1961 par ce même restaurateur. Une de ses lettres, écrite le 12 novembre 1961, (dossier Conservation Régionale l'eau sur bol d'Arménie ; le dégagement des repeints permet également de mettre à jour le sol en damier . il consolide également l'ensemble et traite le bois au revers. Entre les photographies conservées par peut-être été retirés lors de cette restauration car considérés comme anachroniques. En 1987, le restaurateur J Bourgoin fait un nouveau diagnostic : "le panneau est en bon état, il présente dans le panneau
    Illustration :
    Superciel, panneau central : Dieu le Père, vue générale. IVR93_20130401465NUC2A
  • viaduc ferroviaire de Maouna
    viaduc ferroviaire de Maouna Méailles - en village - Cadastre : 1984 C non cadastré 1984 D non cadastré domaine public
    Historique :
    terrains qui supportent mal les fondations. Le viaduc de Maouna fait partie du troisième lot qui va du Fugeret au tunnel de La Colle-Saint-Michel. Le projet d'origine prévoyait un pont de 8 arches de 15 m d'ouverture, en pente de 0,26% et suivant une courbe de 200 m de rayon. Le coût de ce pont était estimé à 329207 F. En raison de la difficulté à atteindre le bon sol et aussi pour des raisons esthétiques - les signé le 21 avril 1907 par l'ingénieur Varvier et le chantier est adjugé le 9 mai 1908 à l'entreprise Orizet frères. Le viaduc est ouvert à l'exploitation commerciale le 11 juillet 1911.
    Hydrographies :
    le Maouna
    Référence documentaire :
    comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et le Gros-vallon du Fugeret / Projet d'exécution des Partie comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et Annot, projet d'exécution des BANAUDO, José. Le siècle du Train des Pignes. Breil-sur-Roya : Éditions du Cabri, 1991, 320 p
    Description :
    Le viaduc de Maouna est un pont en maçonnerie de 9 arches de 15 m d'ouverture, ce qui en fait le le franchissement du petit torrent de Maouna qu'il surplombe de plus de 30 m. En plan, le viaduc un plan rectangulaire. La forme de ces piles a été calculée avec le plus grand soin. Les fruits de leurs quatre faces croissent par tranche de 5 m. Tranche par tranche, le fruit est plus marqué côté varie de 10 à 23,50 m. Chaque pile repose sur un épais massif de fondation dont le plus important chacun de leurs côté d'au moins 1 m. Le dessin des arches ne correspond pas parfaitement à un plein à la même hauteur de part et d'autres d'une même pile la naissance des deux arches. Le traitement
    Illustration :
    comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et le Gros-vallon du Fugeret / Projet d'exécution des comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et le Gros-vallon du Fugeret / Projet d'exécution des comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et le Gros-vallon du Fugeret / Projet d'exécution des comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et le Gros-vallon du Fugeret / Projet d'exécution des Le viaduc avec au premier plan le moulin de Méailles. IVR93_20110403370NUC2A Le viaduc vue vers le nord depuis le train. IVR93_20060401524XE
  • viaduc ferroviaire de Guillaumasse
    viaduc ferroviaire de Guillaumasse Méailles - en village - Cadastre : 1984 C non cadastré 1984 D non cadastré domaine public
    Historique :
    Vaïre en raison de la nature des terrains qui supportent mal les fondations. Le viaduc de Guillaumasse fait partie du troisième lot qui va du Fugeret au tunnel de La Colle-Saint-Michel. Le projet détaillé , pour un coût estimé de 148376 F. Les plans ont été signés en avril 1907 par l'ingénieur Varvier. Le chantier a été adjugé le 9 mai 1908 à l'entreprise Orizet frères et achevé en mai 1910. Le viaduc fut ouvert à l'exploitation commerciale le 11 juillet 1911.
    Hydrographies :
    le Guillaumasse
    Référence documentaire :
    Descriptif du viaduc. Partie comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et Annot, projet Le viaduc du Guillaumasse était achevé en mai 1910. Chemin de fer de Saint-André à Puget:Section de comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et le Gros-Vallon du Fugeret / Projet d'exécution des [Chantier du viaduc de Guillaumasse]. / dans : Le siècle du train des pignes : José Banaudo, Breil BANAUDO, José. Le siècle du Train des Pignes. Breil-sur-Roya : Éditions du Cabri, 1991, 320 p
    Description :
    Le viaduc de Guillaumasse est un pont en maçonnerie de 5 arches de 15 m d'ouverture qui atteint 121 m de longueur totale. Il permet le franchissement du petit torrent de Guillaumasse qu'il surplombe de 37 m de hauteur. En plan, le viaduc dessine une courbe de 150 m de rayon et les piles forment un raccorder à celle des arches dont le développement ne correspond pas parfaitement à un plein cintre. Il de leurs côté d'au moins 1 m. Le traitement des parements est extrêmement uniforme. Ils sont
    Illustration :
    comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et le Gros-vallon du Fugeret / Projet d'exécution des comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et le Gros-vallon du Fugeret / Projet d'exécution des comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et le Gros-vallon du Fugeret / Projet d'exécution des comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et le Gros-Vallon du Fugeret / Projet d'exécution des Le viaduc vu du train et au loin la gare de Méailles. IVR93_20060401526XE Vue prise du train vers le sud. IVR93_20060401554XE
  • viaduc ferroviaire de Maouna
    viaduc ferroviaire de Maouna Méailles - en village - Cadastre : 1984 C non cadastré 1984 D non cadastré domaine public
    Historique :
    terrains qui supportent mal les fondations. Le viaduc de Maouna fait partie du troisième lot qui va du Fugeret au tunnel de La Colle-Saint-Michel. Le projet d'origine prévoyait un pont de 8 arches de 15 m d'ouverture, en pente de 0,26% et suivant une courbe de 200 m de rayon. Le coût de ce pont était estimé à 329207 F. En raison de la difficulté à atteindre le bon sol et aussi pour des raisons esthétiques - les signé le 21 avril 1907 par l'ingénieur Varvier et le chantier est adjugé le 9 mai 1908 à l'entreprise Orizet frères. Le viaduc est ouvert à l'exploitation commerciale le 11 juillet 1911.
    Hydrographies :
    le Maouna
    Référence documentaire :
    comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et le Gros-vallon du Fugeret / Projet d'exécution des Partie comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et Annot, projet d'exécution des p. 51 BANAUDO, José. Le siècle du Train des Pignes. Breil-sur-Roya : Éditions du Cabri, 1991, 320 p
    Description :
    Le viaduc de Maouna est un pont en maçonnerie de 9 arches de 15 m d'ouverture, ce qui en fait le le franchissement du petit torrent de Maouna qu'il surplombe de plus de 30 m. En plan, le viaduc un plan rectangulaire. La forme de ces piles a été calculée avec le plus grand soin. Les fruits de leurs quatre faces croissent par tranche de 5 m. Tranche par tranche, le fruit est plus marqué côté varie de 10 à 23,50 m. Chaque pile repose sur un épais massif de fondation dont le plus important chacun de leurs côté d'au moins 1 m. Le dessin des arches ne correspond pas parfaitement à un plein à la même hauteur de part et d'autres d'une même pile la naissance des deux arches. Le traitement
    Illustration :
    comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et le Gros-vallon du Fugeret / Projet d'exécution des comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et le Gros-vallon du Fugeret / Projet d'exécution des comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et le Gros-vallon du Fugeret / Projet d'exécution des comprise entre le souterrain de la Colle Saint-Michel et le Gros-vallon du Fugeret / Projet d'exécution des Le viaduc vue vers le nord depuis le train. IVR93_20060401524XE
  • pont de Riou Freid
    pont de Riou Freid Méailles - Riou Freid - isolé - Cadastre : 1830 section A non cadastré 1984 section A non cadastré domaine public
    Historique :
    Le pont porte l'ancien chemin de Méailles à la Colle Saint-Michel. Il pourrait dater du 18e siècle
    Hydrographies :
    le ravin de Riou Freid
    Description :
    50 cm. Sa flèche est de 3,5 m et sa longueur totale de 13 m. Il est situé entre le lieu-dit du Clôt Mureau et celui du Riou Freid (ou Riou Fred), sur le ravin du même nom. L'arche comporte deux rangs de claveaux, le premier en pierres de taille calcaire de petit appareil et le second, très irrégulièrement de galets en grès à la base et d'un blocage de brèche calcaire à l'intrados de la voûte. Le reste de la maçonnerie en aussi en blocage de brèche calcaire. Le chemin porté repose directement sur
  • Tableau : saint Paul, saint Antoine et saint Augustin
    Tableau : saint Paul, saint Antoine et saint Augustin Méailles - en village
    Historique :
    un peu figée de saints représentés en pied et dont le costume s'apparente plus aux toiles du début du (IM04002840) : le visage du saint Paul de notre tableau ressemble à s'y méprendre (utilisation du même carton des deux tableaux. Le tableau de la chapelle est daté de 1656, le tableau de la paroissiale pourrait
    Représentations :
    Trois saints figurés debout avec leurs attributs : saint Paul tenant le livre et l'épée, saint Antoine abbé avec le tau muni d'une cloche et un livre, saint Augustin en évêque.
    Dimension :
    Dimension (avec le cadre) : h = 142.
  • Ensemble de deux gradins d'autel et du tabernacle du maître-autel
    Ensemble de deux gradins d'autel et du tabernacle du maître-autel Méailles - - isolé
    Historique :
    dans lequel a pu se trouver le tableau de Jean André (Référence : IM04002840) qui n'a aujourd'hui plus qu'un cadre récent. Les gradins et le tabernacle datent probablement de la 2e moitié du 17e siècle.
    Représentations :
    Les gradins ont un décor formant frise : sur le premier gradin, deux motifs symétriques se font face, il s'agit d'un aigle bicéphale dont le corps stylisé s'achève en volute. Sur le second gradin terminant par trois fleurons. Sur le tabernacle, la porte orné d'épis de blé est cernée de rinceaux de
    Description :
    et celles d'aigle, monochrome blanc pour les fonds des gradins et doré à la feuille pour le reste, le tabernacle repose sur le premier gradin, le deuxième gradin enserre le tabernacle. Les faces antérieures des
  • Chapelle Saint-Jacques
    Chapelle Saint-Jacques Méailles - - isolé - Cadastre : 1830 D1 3 2013 D1 21
    Historique :
    de Cassini dans le 3e quart du 18e siècle. En 1818 cependant, elle est quasi ruinée et d'importants travaux de rénovation son entrepris : les murs sont remontés et crépis, le toit complètement refait ainsi que le pavement.En 1830, elle figure sur le cadastre napoléonien. Elle est la destination d'une procession qui a lieu à Méailles pour la fête patronale, au moment de la saint Jacques, celui-ci étant le
    Référence documentaire :
    En 1818, un devis est appouvé pour reprendre les murs, refaire la toiture, le pavement et le crépi , "la chapelle est en très mauvais état sans toit ni poutre ni crépissage, le pavé et les murailles sur papier, par Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778
    Description :
    village ; il est non orienté (le chevet est au nord-ouest). De plan quadrangulaire, au chevet plat, la blanc ; le sol est en terre battue. L'espace intérieur est couvert d'un seul berceau très légèrement
    Illustration :
    Carte des frontières est de la France, de Colmars à Marseille. [Détail de la feuille 194-10 ; le Plan de masse et de situation d'après le cadastre napoléonien de 1830, section D1, parcelle 3 Plan de masse et de situation d'après le cadastre moderne de 2014, section D, parcelle 21 Vue de situation depuis le sud-est. IVR93_20130400120NUC2A Vue de situation depuis le sud. IVR93_20140400269NUC1A Vue générale depuis le sud-est IVR93_20130400121NUC2A Vue générale intérieure vers le choeur IVR93_20130400130NUC2A Vue générale intérieure vers le sud. IVR93_20130400131NUC2A
  • Ensemble d'un autel secondaire : autel-tombeau, deux gradins d'autel, tabernacle
    Ensemble d'un autel secondaire : autel-tombeau, deux gradins d'autel, tabernacle Méailles - en village
    Représentations :
    Sur le devant de l'autel : triangle trinitaire sur fond de gloire cerné d'une nuée. Sur la porte du
    Description :
    peint doré avec décor rapporté (moulures simples et motifs en bas-relief sur le devant de l'autel et la gradins d'autel. Le deuxième gradin, à élévation galbé, enserre un tabernacle en ressaut précédé de deux
    Emplacement dans l'édifice :
    Chapelle sud, contre le mur est.
    États conservations :
    Repeints visibles. Trous d'envol. Il reste la base de ce qui devait être une exposition sur le
  • Paire de tableaux en pendant : Vierge et Christ du Sacré-Coeur
    Paire de tableaux en pendant : Vierge et Christ du Sacré-Coeur Méailles - en village
    Matériaux :
    toile support en un seul peinture à l'huile
    Représentations :
    Le Christ et la Vierge sont figurés en pied, vêtus tous deux d'une tunique rouge et d'un manteau bleu, la Vierge porte également un voile sur la tête. Le Sacré-Coeur enflammé de la Vierge, représenté
    Description :
    rectangulaire vertical, toile en un seul au tissage régulier et serré.
    États conservations :
    Le tableau du Christ est en moins bon état que celui de la Vierge : déchirures, craquelures de
1 2 3 4 8 Suivant