Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • village de La Mure
    village de La Mure La Mure-Argens - la Mure - en village
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    La Mure tire son nom de la montagne Maurel au pied de laquelle le village est aujourd'hui installé présence de vestiges de ce premier village dont le toponyme, aujourd'hui disparu, de Ville-Haute confirme le processus de déperchement. Elle connaît une lente croissance démographique sous l'Ancien Régime et un maximum dans le courant du 19e siècle. Le village n'a cessé de perdre des habitants jusqu'au , l'une des cinq parcelles détruites, situées dans la partie est de la Mure, correspond à l'emplacement de l'ancienne maison du seigneur de la Mure, d'où le nom de la ruelle à côté. Dans les bâtiments situés sur les ou 16e siècle ?) : portes à encadrements en pierre de taille en anse de panier, fenêtre à croisée , grille de fenêtre ancienne en fer forgé. Ce grand bâtiment a été très transformé.
    Référence documentaire :
    villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol.
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    La Mure est implanté sur une rupture de pente, autour de trois rues parallèles aux courbes de niveaux : Grand Rue en bas (ancienne route D 502), rue de Milieu et rue du Mois-d'Août en haut. Des de 1838 et actuel. Deux îlots, situés dans la partie est, présentent une organisation plus complexe avec la présence de petites parcelles perpendiculaires à la pente le long des traverses. Un des ces
    Titre courant :
    village de La Mure
    Illustration :
    La Mure, vue de situation prise du sud. IVR93_20060402780NUCA
  • église paroissiale Notre-Dame-de-Beaulieu
    église paroissiale Notre-Dame-de-Beaulieu La Mure-Argens - Argens - place de l' Eglise - en écart - Cadastre : 1838 A4 119 ; 1983 010 A4 780
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    L'église Notre-Dame-de-Beaulieu a toujours été considérée comme l'une des plus belles du diocèse . Elle daterait de 1664 comme l'indique le chronogramme inscrit sur une pierre d'angle. Elle aurait été construite afin de remplacer l'ancienne église paroissiale située en dehors du village et qui menaçait ruine . La sacristie a été ajoutée en 1822. La couverture en bardeau a été refaite avec le soutien de la
    Référence documentaire :
    Inventaire des objets religieux : état, réparations et modifications à effectuer. Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez. 1697-1707. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence , bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol. p. 111 COLLIER, Raymond. Monuments et art de Haute-Provence. Digne : Société Scientifique et p. 1-42 : présentation des retables, tableaux et de l'histoire de l'église d'Argens puis lien avec : Bulletin de l'association pour l'étude et la sauvegarde du patrimoine religieux de la Haute-Provence, n° 12
    Représentations :
    ornements géométriques placés dans chaque voûtain ; la clé de la voûte est agrémentée du symbole marial, AM , entouré d'une couronne de fleurs. La parois ouest de la chapelle est couronnée par des drapés parsemés de de faux marbre alternant avec des caissons agrémentés de fleurs. Les pilastres qui reçoivent ces mêmes arcs sont habillés d'un appareil de pierre en trompe-l'oeil. Le vitrail de la chapelle sud représente Notre-Dame-du-Rosaire dans un cadre orné de fleurs et de rinceaux. Le vitrail, situé dans le (colonnes, gâble et pinacles). La clôture de choeur en fer forgé est décorée d'ornements végétaux bagués.
    Escaliers :
    escalier de distribution escalier symétrique en maçonnerie
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    occidentée à chevet plat. La nef se compose de deux travées voutées en berceau plein-cintre séparées par un au sol de la nef) est voûté d'ogives. Une sacristie, située à l'angle nord-ouest, est accessible depuis le choeur par un escalier maçonné de cinq marches. L'église comprend deux accès, une porte moellons de tuf. L'édifice est couvert d'un toit à longs pans en bardeau (les pans du toit se prolongent dans une pierre à l'angle sud-ouest. L'intérieur de l'église est éclairé par l'oculus à l'est, des ouvertures en arc brisé placées dans le mur sud du bras du transept et de l'abside, et une baie située dans , les murs et les voûtes de l'abside (étudiée dans la base Palissy) et le bras sud du transept. Le reste de l'église est couvert d'un enduit blanc. Le sol est pavé de carreaux en terre cuite.
    Localisation :
    La Mure-Argens - Argens - place de l' Eglise - en écart - Cadastre : 1838 A4 119 ; 1983 010 A4
    Titre courant :
    église paroissiale Notre-Dame-de-Beaulieu
    Vocables :
    Notre-Dame-de-Beaulieu
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade principale. IVR93_20080401764NUC2A Vue d'ensemble de la porte est. IVR93_20080401274NUC2A Vue d'ensemble de la porte sud. IVR93_20080401273NUC2A
  • église paroissiale Notre-Dame-de-Vauvert
    église paroissiale Notre-Dame-de-Vauvert La Mure-Argens - la Mure - place de l' Eglise - en village - Cadastre : 1838 E2 151 ; 1983 E2 260
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Une visite pastorale de 1697 indique que l'église paroissiale est en état de ruine suite à une Notre-Dame-de-Vauvert a probablement été reconstruite en 1700 comme l'indique le chronogramme inscrit sur le claveau central de l'arc de la porte en pignon. Le larmier et l'arc en anse de panier de cette même porte sont peut-être issus de l'ancien édifice. L'église appartient à l'abbaye Saint-Victor de
    Référence documentaire :
    1697/06/12 : inventaire des objets religieux. L'église paroissiale est en état de ruine suite à une (à côté duquel l'ancienne église était édifiée) Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez . 1697-1707. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 17. Il est mentionné que l'église appartenait à l'abbaye de St Victor de Marseille et qu'elle fut acquise par la commune en 1889 Direction générale des domaines. Inventaire des biens dépendant de la fabrique paroissiale de la Mure dressé en exécution de l'art. 3 de la loi du 9 décembre 1905, 10 février 1906. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 V 65 villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol. p. 100 COLLIER, Raymond. Monuments et art de Haute-Provence. Digne : Société Scientifique et
    Représentations :
    principalement constitués de rinceaux. Sur le mur sud-est, un médaillon en forme de quadrilobe réunit des symboles chrétiens : une colonne, une couronne végétale (de laurier ?), une tiare, une clé et un livre. La voûte du choeur est couverte d'un enduit peint en bleu et d'un soleil doré placé sur la clé de voûte. La partie basse du mur nord-est est délimitée par une frise géométrique peinte en doré. La clôture de choeur pignon représente l'Assomption de la Vierge.
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    L'église, en forme de croix latine à chevet plat, comporte une sacristie et un clocher à plan carré situé dans l'angle sud-est de l'édifice. La nef est divisée en deux travées voûtées d'arêtes séparées berceau transversal légèrement brisé. Le choeur, surélevé par rapport au sol de la nef, est voûté d'arêtes . L'église comporte un toit à longs pans en tuiles creuses souligné par deux rangs de génoise maçonnée. Deux . La porte est surmontée d'un arc en anse de panier et d'un larmier. Le clocher maçonné présente deux toit en pavillon couvert de tuiles en écaille sommé d'une croix en fer forgé. L'intérieur de l'église travée, par deux oculi placés au sommet de la seconde travée et par une ouverture en plein cintre située dans le mur nord-ouest de l'abside. L'arc doubleau et l'arc triomphal sont en moellons de tuf non enduits. Le reste de l'église est couvert d'un enduit blanc. La partie basse du choeur est habillée d'un lambris. Le sol est pavé de carreaux en terre cuite.
    Localisation :
    La Mure-Argens - la Mure - place de l' Eglise - en village - Cadastre : 1838 E2 151 ; 1983 E2
    Titre courant :
    église paroissiale Notre-Dame-de-Vauvert
    Vocables :
    Notre-Dame-de-Vauvert
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade. IVR93_20090402283NUC2A
  • chapelle Saint-Joseph
    chapelle Saint-Joseph La Mure-Argens - la Mure - en village - Cadastre : 1838 E2 91 ; 1983 E2 214
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    La date de construction de la chapelle Saint-Joseph demeure inconnue. Toutefois, le cadastre de effectuées sur l'édifice ont donc été menées après 1838. L'église a bénéficié de travaux de réfection en 1987
    Représentations :
    La clôture de choeur en fer forgé est rythmée par de fines colonnettes stylisées qui forment un réseau constitué d'accolades, de fleurs et de fleurons. La clôture est délimitée, en haut et en bas, par une frise formée de losanges et de quadrilobes.
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    Située à l'est du village, au bord de la Grand Rue, la chapelle s'inscrit dans l'alignement du tracée de la rue. L'édifice présente un plan allongé à chevet plat. Il comprend une nef et une abside voûtées en berceau. Un arc doubleau délimite les deux travées de la nef. Deux arcs formerets en plein cintre sont intégrés dans les murs est et ouest du choeur (créant ainsi un léger élargissement de cet espace). L'édifice est couvert d'un toit à longs pans en tuiles plates souligné par un à deux rangs de d'une porte surmontée d'un arc en plein cintre en tuf, de deux ouvertures de part et d'autre de la porte
    Illustration :
    Vue de la nef depuis l'ouest. IVR93_20080401326NUC2A
  • écart d'Argens
    écart d'Argens La Mure-Argens - Argens - en écart
    Contributeur :
    Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Argens fait initialement partie du domaine des Comtes de Provence. En 1351, Argens appartient à la famille de Roquevaire, possesseur des fiefs voisins de Troins et de Saint-André. Sous l'Ancien Régime , Argens dépend du diocèse de Senez et de la viguerie de Castellane. En 1722, la terre d'Argens est érigée en marquisat, en faveur de la famille de Boyer. Argens connaît une lente croissance démographique sous l'Ancien Régime et un maximum dans le courant du 19e siècle. Depuis, la population n'a cessé de diminuer. Argens a désormais le statut de commune associée, avec un maire délégué.
    Référence documentaire :
    , bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol.
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    actuel d'Argens et, plus encore, le plan cadastral de 1838 révèlent l'ancienne fortification du site , dont les vestiges étaient encore visibles, vers 1940, dans la partie nord du village. Le grand îlot de la rue Longue (parcelles 1838 A4 76 à 94, soit une petite vingtaine de bâtiments) a ses maisons îlots situés à l'ouest de l'église (parcelles 1838 A4 99 à 104 et 108 à 116) semble similaire à celle des parcelles riveraines de la rue Longue. On retrouve aussi ce dispositif (parcelles 1838 A4 153 à
    Illustration :
    Argens, vue de situation prise du sud. IVR93_20060402745NUCA Argens, vue de situation prise de l'est. IVR93_20060402746NUCA
1