Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 6 sur 6 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • retable de la Nativité de la Vierge
    retable de la Nativité de la Vierge Demandolx - Couenches
    Historique :
    Le retable, avec sa peinture sur toile représentant la Nativité de la Vierge, est signalé dans la visite pastorale de 1708. Louis Jourdan décrit en 1935 cette peinture signée et datée ANDRE 1662, et toile, encore vue en mauvais état par Raymond Collier a disparu avant 1982.
    Observation :
    attribué dans l'église de La Mure-Argens.
    Référence documentaire :
    p. 20 LACROIX, Jean-Bernard. Un peintre provençal méconnu Jean André. Dans : Annales de Haute
    Représentations :
    Base des colonnes : feuille d'acanthe et rinceau fleuri ; plafond de l'entablement : trois rosaces dans un entrelacs ; face de l'entablement : angelot ; fronton : Vierge à l'Enfant.
    Description :
    Retable architecturé composé de deux colonnes cannelées à chapiteau corinthien supportant un entablement couronné d'un fronton brisé (échancrure bilobée) et un tableau (vide) encadré de deux pilastres
    Emplacement dans l'édifice :
    au fond de l'abside
    Titre courant :
    retable de la Nativité de la Vierge
    États conservations :
    La toile manque ; la Vierge à l'Enfant et la tête de l'angelot ont été bûchées.
    Illustration :
    Base de la colonne sud. IVR93_20050400725NUCA Base de la colonne nord. IVR93_20050400726NUCA
  • chapelle Notre-Dame-de-Conches
    chapelle Notre-Dame-de-Conches Demandolx - Couenches - isolé - Cadastre : 1983 A 216 ; 1834 A 588
    Historique :
    construite dans la cuvette de Couenches pour le service du cimetière dans un temps où l'église paroissiale , située dans le bourg castral, ne disposait pas de l'espace nécessaire aux inhumations. La fonction funéraire qu'elle a conservée jusqu'à la fin du 17e siècle est à l'origine de la tradition locale rapportée en 1708 par l'évêque Soanen, qui voit dans la chapelle l'ancienne église paroissiale de Demandolx et a subi de légers remaniements aux 17e et 18e siècles : le remplacement à l'ouest de l'ancienne au sud de l'actuelle porte et de la fenêtre. Vendue comme bien national pendant la Révolution, la
    Référence documentaire :
    p. 106, 121 Collier Raymond. Une commune type de Haute-Provence, Demandolx. - Digne : Raymond
    Description :
    voûtée en cul-de-four. Elévations parementées en moellons équarris et assisés avec chaînes d'angle et corniche de couronnement sur le chevet, moulurée en bandeau de cavet, en pierre de taille. Les deux blocs de la chaîne d'angle sud-ouest ornés de bossages rustiques pourraient être ici en remploi. Au sud, la d'origine. Il en va de même de la grande arcade en plein cintre, aujourd'hui murée, de l'élévation ouest.
    Titre courant :
    chapelle Notre-Dame-de-Conches
    Vocables :
    Notre-Dame-de-Conches
    Texte libre :
    Eléments de chronologie Les quelques sources écrites dont nous disposons pour l’histoire religieuse de Demandolx sont peu prolixes à l’égard de la chapelle de Conches. Les listes de bénéfices ecclésiastiques du XIVe au XVIe siècle ne parlent que de l’église paroissiale. Il faut attendre le début du XVIIIe siècle pour avoir quelques informations par une visite pastorale de l’évêque de Senez. Le 15 septembre 1708, monseigneur Soanen reprend à son compte une tradition locale qui fait de cette chapelle prélat dénonce la profanation par l’aménagement d’une aire de battage trop proche . Cette tradition sans fondement ne doit pas être retenue. La chapelle est trop petite pour avoir jamais servi de sanctuaire accueillir commodément les sépultures, ce qui aurait obligé à établir le cimetière au milieu de la cuvette de , dont un barreau est rompu, qui correspond sans doute à la grande baie murée de l’élévation ouest. A l’intérieur, on reconnaît aussi le retable de l’autel « avec ses deux piliers ou colonnes de plâtre
    Couvrements :
    cul-de-four
    Illustration :
    Vue de situation prise du sud-est IVR93_20050400710NUCA Vue de volume d'ouest en est IVR93_20050400718NUCA Vue de volume d'est en ouest IVR93_20050400719NUCA Emmarchement de la porte IVR93_20050400720NUCA Niche de l'abside IVR93_20050400721NUCA
  • présentation de la commune de Demandolx
    présentation de la commune de Demandolx Demandolx
    Historique :
    La plus ancienne mention de Demandolx se trouve dans la biographie de saint Isarn, qui fut abbé de Saint-Victor de Marseille vers 1020 jusqu'en 1047 et qui vint, à la demande du seigneur du lieu, bénir le château afin d'empêcher la foudre d'y tomber. La même dynastie, sous le patronyme de Demandolx, a régné seule sur ce lieu jusqu'à la fin de l'Ancien Régime. Le territoire communal est resté le même , diminué de la combe de Vauplane, petit arrière-fief séparé de Demandolx au 16e siècle et rattaché à au quartier du Clouet un mégalithe sonore, dont la dalle posée sur des cales ménage une chambre de résonnance (contenant une offrande récente de 4 bracelets en fer). Deux habitats groupés proto-historiques ont été repérés : un oppidum, contenant les restes d'un dolmen (fouillé), sur le plateau de Ville Vieille ; un autre oppidum perché sur la barre de Conches, au-dessus du bourg castral. Ce dernier , définitivement abandonné en 1971, avait, dès le 17e siècle, subi la concurrence de plusieurs écarts, dont le plus
    Référence documentaire :
    Collier Raymond. Une commune type de Haute-Provence, Demandolx. - Digne : Raymond Collier, 1982 DEMANDOLX, Henri de. La famille des Demandolx. Manuscrit, 1877, 2 vol., 297 p. Collection des villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol. § 845 BARATIER, Edouard. Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d'Anjou en Provence p.148 BERARD, Géraldine. Carte archéologique de la Gaule. Les Alpes de Haute-Provence 04, dir . Michel Provost, Paris : Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Ministère de la Culture, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, avec l'Association pour les Fouilles Archéologiques p. 138-139 ISNARD, Marie Zéphirin. Etat documentaire et féodal de la Haute-Provence. Digne
    Titre courant :
    présentation de la commune de Demandolx
    Illustration :
    Acquisition et appropriation de presbytère. Plan parcellaire. Vue détaillée. IVR93_20050401910NUCAB Le territoire communal. Vue aérienne prise de l'est. Au premier plan, l'oppidum de Villevieille ; à gauche, le ravin de Saint-Barnabé ; derrière le village, le lac de Chaudanne. IVR93_20060402185XE Le village. Vue aérienne prise du sud. Au fond, la crête de Crémon. IVR93_20060402187XE Vue aérienne depuis l'ouest des lacets de la route menant à Demandolx. IVR93_20060402193XE Le village. Vue de situation prise depuis Serre Buisson, au nord-ouest. IVR93_20050400892NUCA Panorama depuis Villevieille : Combe des Rousiers, le ravin de Saint-Barnabé et Serre Buisson La Gouerge et la Clappière. Terrasses de culture. IVR93_20050400896NUCA La Gouerge et la Clappière. Terrasse de culture. Mur de soutènement entre des rochers La Gouerge et la Clappière. Terrasses de culture. Vue d'ensemble prise du sud
  • ferme
    ferme Demandolx - la Silve - en écart - Cadastre : 1983 C 860, 861, 862, 863 ; 1834 C 1738, 1739, 1740
    Historique :
    communauté de Demandolx et servait de pâturage pour le bétail. Elle fut donnée au seigneur de Demandolx en dédommagement de l'avance faite par celui-ci pour la reconstruction du pont sur le Verdon emporté par une crue en 1652. La ferme figure dans le dénombrement fait par Fortuné de Demandolx de ses biens nobles en 1668 et dans tous les inventaires des propriétés seigneuriales ultérieurs jusqu'au delà de la Révolution. En 1821, Jean-Gaspard de Demandolx vendit la propriété au curé Guiraud de Castillon. En 1834, le
    Référence documentaire :
    p. 126 Collier Raymond. Une commune type de Haute-Provence, Demandolx. - Digne : Raymond Collier p. 33 DEMANDOLX, Henri de. La famille des Demandolx. Manuscrit, 1877, 2 vol., 297 p. Collection
    Escaliers :
    escalier de distribution escalier droit en maçonnerie
    Description :
    Ensemble composé de 2 corps de bâtiment de même largeur alignés, le plus grand, à l'est, de 3 niveaux, le plus petit, à l'ouest, de 2 niveaux. La construction, très homogène, porte des marques de qualité, chaînes d'angle et porte charretière en pierre de taille, génoise à deux rangs sous l'avant-toit et à un rang sous les saillies de rive, enduit continu sur les élévations, quelques travées de fenêtres. L'escalier extérieur du logis subsiste au milieu de l'élévation sud, avec ses marches monolithes et son perron couvert de dalles en pierre de taille, sous lequel s'ouvre le passage d'accès à la cave rez-de-chaussée surélevé le logis, à l'étage des chambres et des séchoirs ; le petit bâtiment ouest lampadaire en fonte et tôle émaillée ; une ruche de fabrication locale remployée comme banc devant
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Ruche en remploi comme banc devant la porte de la partie ouest du corps de bâtiment principal Bât d'âne ou de mulet. IVR93_20050400973NUCA Corps de bâtiment ouest. Elévation sud. IVR93_20060400100NUCA Corps de bâtiment est. Elévation sud. Partie ouest. IVR93_20060400101NUCA Corps de bâtiment est. Elévation sud. Partie centrale. IVR93_20060400102NUCA Corps de bâtiment est. Elévation sud. Partie centrale avec escalier du logis. IVR93_20060400103NUCA Corps de bâtiment ouest. Etable. IVR93_20060400104NUCA
  • chapelle Saint-Michel, actuellement église paroissiale
    chapelle Saint-Michel, actuellement église paroissiale Demandolx - en village - Cadastre : 1983 C 1401 ; 1983 C 2095, 2097
    Historique :
    Le vocable Saint-Michel évoque une fondation médiévale, mais on ne possède pas de mention de la et des Raybauds principalement), l'official de Senez oblige en 1739 le prieur et le curé de Demandolx à ériger la chapelle en succursale de la paroisse et à la faire desservir par un prêtre secondaire . En 1745 l'évêque la trouve trop petite et ordonne de l'agrandir au moyen de deux chapelles latérales , auteur des plans et conducteur des travaux, convaincu de malfaçon.
    Référence documentaire :
    p. 99, 101, 107, 112-113, 116, 117, 120 Collier Raymond. Une commune type de Haute-Provence Visite pastorale du 25 avril 1858. Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne, doyennés de Castellane, Colmars, Digne et Entrevaux, 1840 - 1879. Archives départementales des Alpes-de-Haute Visites pastorales des 18 septembre 1884 et 8 mai 1890. Procès-verbaux de visites pastorales , évêché de Digne, 1884 - 1891. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V clocher de l'église paroissiale dite de St Michel, par le sieur Guiraud, maître maçon à Castellane ...". Selon ce dernier, la chute du clocher est imminente car de mauvaise facture : maçonnerie de tuf peu consistante ; mauvaise pose des pierres de taille entrainant une lézarde et l'infiltration des eaux. Le conseil émet l'avis que la reconstruction du clocher se fasse aux frais de M. Caire agent-voyer d'arrondissement à Castellane, auteur des plans et devis de ce clocher, vérificateur des travaux et qui a toléré
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    L'édifice est constitué d'une nef de trois travées voûtée d'arêtes et d'une abside carrée voûtée en berceau plein-cintre, ainsi que d'une sacristie de plan rectangulaire couverte de lambris. Le toit à longs pans de l'église et le toit en appentis de la sacristie, à double rang de génoise sur chaque côté, sont couverts de tuile creuse. Le fronton du clocher-mur est couvert de tôle plate. Seule l'élévation sud porte un enduit. Le cimetière, de plan rectangulaire, agrandi à l'ouest, est attenant à l'élévation ouest de l'église.
    Texte libre :
    du village, sur la gauche, au bord de la route venant du lac de Castillon et qui traverse tout le village, sur une pente nord-sud. L’édifice se compose d’un seul corps de bâtiments comprenant : l’église , de plan allongé, qui regarde au nord et ouvre au sud sur la route, dans le mur pignon ; et la sacristie, de plan carré, en saillie à l’ouest du chœur. Matériaux Murs et contreforts en blocage lié au mortier de chaux, repris au ciment par endroits (notamment pour les murs de la sacristie). Ouvertures (porte d’entrée et fenêtre est du chœur), clocher-arcade et chaînes d’angles des contreforts en pierre de taille (calcaire gris clair). Toit et contreforts couverts de tuile ronde locale. Fronton du clocher -arcade couvert de tôle plate. Sol en carrelage. Structure L’église se compose d’une nef unique de trois extrémité de la nef. Le chœur est couvert d’une voûte en berceau plein-cintre. Son sol est surélevé d’une marche par rapport à celui de la nef. La sacristie est accessible depuis une porte percée dans le mur
    Couvrements :
    lambris de couvrement
  • église paroissiale puis chapelle Saint-Pierre
    église paroissiale puis chapelle Saint-Pierre Demandolx - Ville - en écart - Cadastre : 1983 A 259 ; 1834 A 594 bis
    Historique :
    localisée, comprenait l'abside et une courte nef couverte d'une charpente. Le voûtement de cette nef ne peut la base conservée de l'ancienne chaîne d'angle sud-ouest). La chapelle latérale sud, où les seigneurs de Demandolx avaient leur sépulture au moins depuis le 15e siècle, a sans doute été réédifiée dans le 2e quart du 17e siècle, quand l'un des cadets de la famille, chevalier de Malte, rapporta de Rome les reliques de saint Fortunat ; d'où le nom de baptême donné pour la première fois à son neveu en 1648. Les visites pastorales situent entre 1697 et 1708 l'aménagement de la sacristie au fond de l'abside et la transfert au sud de l'église du cimetière. Dépossédée entre 1819 et 1842 de son statut paroissial, l'église
    Référence documentaire :
    p. 97-99, 100-102, 103-110, 111-112, 114-115, 115-117 Collier Raymond. Une commune type de Haute p. 50-52 DEMANDOLX, Henri de. La famille des Demandolx. Manuscrit, 1877, 2 vol., 297 p. Collection p. 290, 292, 294 CLOUZOT, Etienne. Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun. Diocèse de -Provence, Demandolx. - Digne : Raymond Collier, 1982, 232 p.
    Représentations :
    Décor peint uniformément blanc sur la partie est de la voûte de l'abside. Sur la partie ouest de l'abside, ornée de filets, lambeaux de décor comprenant des rinceaux sur les retombées et une rosace au
    Statut :
    propriété de la commune []
    Description :
    Edifice orienté de plan irrégulier, composé d'une abside rectangulaire et d'une nef accostée de retombe sur des cordons moulurés en bandeau et cavet. La fenêtre axiale en pierre de taille à ébrasement cloison en plâtre qui isolait au fond du volume un étroit espace servant de sacristie. La trace de cette cloison détruite se retrouve sur le mur nord et sur la voûte, dont les moitiés de part et d'autre portent des lambeaux de décors peints. Deux niches revêtues de mortier de plâtre, un autel en maçonnerie et un dallage en carreaux de terre cuite complètent l'aménagement du choeur. La nef comprend deux parties. La plus ancienne, à l'est, a ses murs parementés comme ceux de l'abside et un berceau longitudinal en maçonnerie, au fond d'une lunette. La base de son ancienne chaîne d'angle sud-ouest est conservée dans prolongement de la première, est construite entièrement en maçonnerie de blocage et partiellement creusée dans le rocher à son extrémité ouest. Dans la chaîne d'angle sud-ouest on retrouve plusieurs blocs de
    Texte libre :
    HISTORIQUE L'église médiévale Le plus ancien document relatif à l’église paroissiale de Demandolx est un compte de décime daté par son éditeur, Etienne Clouzot, vers 1300. L’ecclesia de Domandolis y figure au 26e rang (sur 48) avec un revenu annuel de 15 livres. On la retrouve au même rang dans le compte des procurations de 1376, mais beaucoup plus haut dans le classement, en troisième ligne, dans un rôle de la taxe synodale du XVIe siècle. Les seigneurs de Demandolx y avaient leur sépulture à la fin du XVe siècle, selon le testament de Barthélemy de Demandolx qui, le 2 janvier 1494, demandait à être à en savoir davantage sur l’église médiévale de Demandolx faute de sources, en raison de l’absence d’archives communales et de la disparition presque totale des archives de l’évêché de Senez. 17e et 18e XVIIe siècle. On y apprend notamment que l’église paroissiale de Demandolx, sous le titre de saint Pierre et saint Paul, faisait partie de la prébende du sacristie de la cathédrale de Senez. La paroisse
    Illustration :
    Vue de situation prise du sud-est IVR93_20050400727NUCA Vue d'ensemble prise en contrehaut de l'ouest IVR93_20050400728NUCA Mur de soutènement du parvis et du cimetière IVR93_20050400730NUCA Vue de volume d'ouest en est IVR93_20050400743NUCA Vue de volume d'est en ouest IVR93_20050400744NUCA Abside. Vue de volume d'ouest en est IVR93_20050400745NUCA Abside. Détail de la voûte IVR93_20050400746NUCA Abside. Embrasure de la fenêtre axiale IVR93_20050400748NUCA
1