Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 75 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • place forte de Colmars
    place forte de Colmars Colmars - Cadastre : 1983 AB
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Niquet, Directeur des fortifications de Provence, élabore le projet d'une mise à hauteur de l'enceinte du L'enceinte que possède Colmars remonterait à la fin du 14e siècle. Une inscription de 1527 atteste qu'elle fut améliorée sous le règne de François Ier. A l'époque des guerres de la Ligue d'Augsbourg, le duc de Savoie Victor Amédée II devient une menace pour le royaume de France. En 1690, l'ingénieur bourg. Il se contente de tirer parti de l'enceinte médiévale et d'y ajouter des tours, des réduits, un 1693, d'une nouvelle enceinte flanquée de tours bastionnées et de deux redoutes à mâchicoulis succèdent au cours du 18e siècle, n'a de suites. Des améliorations sont apportées au fort Saint -Martin en 1819. L'hôpital de Bourges est converti en caserne. Vers 1843, des casemates sont aménagées dans la caserne du fort Saint-Martin. Vers 1860, la forteresse de Tournoux est achevée, plaçant la place de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Référence documentaire :
    P. 87 à 96. RIBIERE, Henri. Vauban et ses successeurs dans les Alpes de Haute-Provence. Colmars BORNECQUE Roger, COLOMB Pierre, GREAVES R. Vauban en Haute-Provence. Dans : Annales de Haute PERREAU, Joseph. L'épopée des Alpes. Episodes de l'histoire militaire des Alpes. Berger-Levrault Plan de la ville de Colmars et des ouvrages à y faire pour la fortifier. Dessin. 1690. Service Historique de la Défense, Vincennes : Fonds du Génie. Dépôt des fortifications, Colmars, article 8, section 1 Plan de Colmars. 1693. Dessin. 1693. Service Historique de la Défense, Vincennes : Fonds du Génie Colmars. Dessin. 1693. Service Historique de la Défense, Vincennes : Fonds du Génie. Dépôt des Plan de la ville et forts de Colmars. Dessin. 1695. Service Historique de la Défense, Vincennes Plan de la ville et des forts de Colmars. Dessin. 1700. Service Historique de la Défense, Vincennes Plan et profils pour servir à la construction des tours de l'enceinte de la ville de Colmars
    Auteur :
    [] Le Prestre de Vauban Sébastien [] Creuzet de Richerand Guy
    Titre courant :
    place forte de Colmars
    Appellations :
    place forte de Colmars
    Aires d'études :
    Alpes-de-Haute-Provence
    Texte libre :
    de la première invasion de la Provence par Charles Quint. En 1672, le bourg fut dévasté par un Namur, de se rendre sur les Alpes pour inspecter les places et proposer les mesures à prendre pour complètement, après une longue période de sommeil Vauban lui-même n'avait fait que traverser les Alpes pour la haute Provence sur une voie d'invasion (ou plutôt d'infiltration) secondaire. Ce rôle est coups de main et du brigandage, enceinte remontant, semble-t-il, à la fin du XIVe siècle, comme en selon une inscription datée de 1527 et placée au-dessus de l'avant-porte de France, peut-être à la suite incendie accidentel. En 1690, peu après l'ouverture de la guerre de la Ligue d'Augsbourg, le duc de Savoie , notre allié depuis plus d'un demi-siècle, changea subitement de camp et, en juin 1690, rejoignit la coalition de nos adversaires. Bien renseigné, Louvois avait pressenti le coup, et ordonné, par précaution , des travaux de mise à hauteur des places frontières. Notre système de défense de la frontière du sud
    Illustration :
    Pont de Saint-Roch (sur le Verdon, ancienne route de Provence) vu de l'est. A droite, le fort de Pont de Saint-Roch (sur le Verdon, ancienne route de Provence) vu de l'est. A droite, le fort de Plan de la ville de Colmars et des ouvrages à y faire pour la fortifier. 1690 IVR93_19930400142XAB Plan de Colmars. 1693 IVR93_19930400143XAB Plan de la ville et forts de Colmars. 1695 IVR93_19930400145XAB Plan de la ville et des forts de Colmars. 1700 IVR93_19930400146XAB Plan et profils pour servir à la construction des tours de l'enceinte de la ville de Colmars. 1700 Plan de Colmars et élévation des tours. 1845 IVR93_19930400149XAB Ensemble de la ville vu du nord, depuis la rive droite du Verdon. En arrière, le fort de France et Vue générale prise du nord-est depuis la route du col des Champs. Au centre, en bas, le fort de
  • hôpital, caserne dite caserne Gassendi
    hôpital, caserne dite caserne Gassendi Colmars - en village - Cadastre : 1983 AB 190
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    L'ouvrage est un ancien hôpital civil, désigné sous le nom de hôpital des Bourgeois. Il a été
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Référence documentaire :
    Plan de l'hôpital civil de la ville de Colmars. Dessin, 1818 Echelle dSun centimètre pour mètreervice Historique de la Défense, Vincennes : Art. 8, section 1, carton 2, pièce 265
    Description :
    étage de comble. Il est couvert d'un toit de tuiles en croupe. Les étages sont desservis par un escalier
    Étages :
    étage de comble
    Aires d'études :
    Alpes-de-Haute-Provence
    Texte libre :
    Ancien "hôpital des Bourgeois" (cf atlas de 1775) converti tardivement en caserne, la place en nord-ouest du front du Verdon, à côté de la "porte des Tennis" (cf dossier Fortification d'agglomération IA04000045) c'est un assez gros bâtiment rectangulaire à quatre niveaux (rez-de-chaussée + 3 ) + combles (doc. 1). La façade principale (fig. 1) comporte au rez-de-chaussée une porte centrale (fig. 2 ) entre deux fenêtres et à chaque niveau trois fenêtres donnant sur une rue intérieure de la ville. La saillie sur la courtine et intéressant les trois premiers niveaux, avec une fenêtre de chaque côté . Intérieurement, une cage d'escalier centrale dessert, à chaque niveau, les locaux adjacents de chaque côté. On y remarque des arcs en anse de panier, vestiges sans doute de la construction initiale. La disposition d'entrée comporte un linteau en arc segmentaire. Les encadrements de fenêtres, le soubassement, les chaînes d'angle, ainsi que deux bandeaux (rez-de-chaussée et quatrième niveau) sont enduits au mortier de ciment
    Illustration :
    Plan de l'hôpital civil de la ville de Colmars. IVR93_19930400148XAB Fortification d'agglomération. Au centre, arrière de la caserne Gassendi. A droite, passage dit
  • fort dit fort Saint-Martin, puis de Savoie, puis Desaix
    fort dit fort Saint-Martin, puis de Savoie, puis Desaix Colmars - en village - Cadastre : 1983 AB 236
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Dès 1690, l'ingénieur Niquet, Directeur des fortifications de Provence, prévoit la construction de deux forts. En 1693, Vauban élabore le projet de deux redoutes à mâchicoulis et en confie l'exécution à Richerand, directeur des fortifications du Dauphiné. Celui-ci fait construire deux forts à Colmars de 1693 à nom de fort de Savoie puis, sur décision ministérielle de 1887 fort Desaix. En 1819, la tour ronde est
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Description :
    la jonction entre l'avancée et le fort supérieur ; elle esr surmontée d'une toiture de lauzes en , et sert de mur de façade au grand bâtiment principal. Celui-ci est couvert d'un toit de tuiles creuses à deux pans et comporte, en rez-de-chaussée, une série de trois casemates accolées et voûtées en
    Titre courant :
    fort dit fort Saint-Martin, puis de Savoie, puis Desaix
    Appellations :
    fort Saint-Martin, puis de Savoie, puis Desaix
    Aires d'études :
    Alpes-de-Haute-Provence
    Texte libre :
    Intérêt stratégique Voir l'historique de l'édifice dans le dossier place forte de Colmars Analyse architecturale Situé à 175 m environ au nord-est de la ville, il occupe le sommet d'une butte rocheuse (fig. 1-2) dominant la ville - donc dangereuse -. Prévu par Niquet dans son projet de 1690, mais différé, il a été construit par Richerand après 1693, en même temps que le fort de France. Mais, alors que celui-ci est en fait une redoute, application d'un plan-type largement répandu, le fort de Savoie a un , pouvant résister au canon, et construits sur les indications de Vauban (1693) qui admettait la possibilité d'amener du canon devant la place, contrairement à la première hypothèse tactique de Niquet (1690) fondée sur le seul risque d'une attaque d'infanterie. Il existait, à l'origine, sur le versant sud-ouest de anciens (Vincennes, art. 8, carton 1) le mur gouttereau sud-ouest de l'église aurait servi de fondation à un tronçon de l'enceinte de la partie basse du fort, des embases de colonnettes, sans doute du choeur
    Illustration :
    Ensemble vu du nord-ouest, de l'autre côté du Verdon. IVR93_19920400318XA Ensemble vu du nord-ouest, de l'autre côté du Verdon. IVR93_19930400352ZA La ville. Vue générale prise du nord-est, depuis l'entrée du fort de Savoie. Au premier plan Vue plongeante d'ensemble prise du nord-est depuis les lacets de la route du col des Champs Vue plongeante d'ensemble prise du nord-est depuis les lacets de la route du col des Champs Le fort vu du nord-ouest, de l'autre côté du Verdon. IVR93_19930400353ZA Le Verdon vu vers le nord. A droite, le fort de Savoie. IVR93_19920400173X Ensemble du fort vu de l'est. IVR93_19930400357ZA Le saillant nord-est vu de bas en haut. IVR93_19920400252X Le front est vu depuis une embrasure de flanc du demi-bastion nord-est vers la tour ronde
  • arsenal
    arsenal Colmars - en village - Cadastre : 1983 AB 24
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Description :
    Le bâtiment est de plan rectangulaire, à deux niveaux et surmonté d'une toiture de tôles ondulées à l'intérieur du saillant ouest de l'enceinte de ville, à l'emplacement de la tour ronde figurant sur les plans anciens. Le bâtiment forme l'angle d'une parcelle clôturée de murs, ancienne emprise militaire et sans doute annexe de l'établissement, entre celui-ci et l'enceinte urbaine proche. L'édifice actuel a été construit au XIXe siècle et semble contemporain du bâtiment du fort de Savoie. Façade sud et pignon est (seuls visibles de la rue) percés, au rez-de-chaussée, de deux portes et, au premier étage, de deux fenêtres à l'aplomb des portes. Dans le pignon est, au rez-de-chaussée, un portail central devait servir d'entrée du matériel. Toutes ces baies sont encadrées en pierre de taille et ouvertes d'un linteau en arc segmentaire. L'encadrement comporte, de plus, une feuillure pour les volets à deux vantaux. Maçonnerie de moellons enduite au mortier de chaux. Chaînes d'angle en pierre de taille harpée.
    Aires d'études :
    Alpes-de-Haute-Provence
  • fort dit fort du Calvaire, puis de France, puis Soult
    fort dit fort du Calvaire, puis de France, puis Soult Colmars - en village - Cadastre : 1983 AB 2, 3
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Dès 1690, l'ingénieur Niquet, Directeur des fortifications de Provence, prévoit la construction de deux forts. En 1693, Vauban propose la construction de deux redoutes à mâchicoulis. L'ingénieur Calvaire. Les travaux sont exécutés de 1693 à 1696. Depuis le milieu du 18e siècle, le fort est désigné sous le nom de fort de France puis, sur décision ministérielle de 1887 fort Soult. Le seul apport entrepris après l'achèvement de l'ouvrage est la construction d'un parapet crénelé vers 1827.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Description :
    L'accès au fort se fait par une double caponnière composé de deux murs crénelés. L'ouvrage consiste en une redoute de plan carré en maçonnerie. Les saillants nord et sud comportent, chacun, une échauguette. De l'entrée part un escalier droit sous un passage voûté ascendant qui conduit à la cour centrale . On trouve une casemate voûtée en plein cintre, une casemate servant de magasin à poudre, et une
    Titre courant :
    fort dit fort du Calvaire, puis de France, puis Soult
    Appellations :
    fort du Calvaire, puis de France, puis Soult
    Aires d'études :
    Alpes-de-Haute-Provence
    Texte libre :
    Pour l'histoire de l'édifice, se référer au dossier de la place forte de Colmars Analyse architecturale Réalisé par Richerand, à partir de 1693, comme ouvrage à canons, capable de résister au canon . Implanté à 80 m environ au sud-ouest de la ville, il occupe le sommet d'une butte rocheuse (fig. 1-2) en sépare d'une butte identique, un peu plus élevée, dernier ressaut du pied de la montagne de la Gardette . Entièrement en élévation, il ne comporte pas de fossé, mais une simple berme probablement précédée d'une montant des abords de l'enceinte de ville près de la tour Garein. L'ouvrage lui-même consiste en une redoute carrée (fig. 6-7) en maçonnerie de 26 m de côté environ, divisée en deux par une grosse traverse en maçonnerie orientée sud-ouest - nord-est et protégeant la moitié gauche de l'ouvrage contre les coups fichants venant des hauteurs de l'ouest. L'escarpe, d'environ 10 m de haut sur base rocheuse escarpée, est ceinturée aux deux-tiers de la hauteur par un cordon de magistrale en boudin séparant la base
    Illustration :
    Vue générale prise du sud. A l'arrière-plan, à droite, la vallée de la Lance. Au premier plan, en L'ouvrage vu du nord-est dans l'axe de la double caponnière. IVR93_19930400336ZA , l'enceinte de ville et la tour Garcin. IVR93_19930400337ZA Ensemble vu de l'est. IVR93_19930400338ZA Ensemble de l'ouvrage vu du nord-est. IVR93_19930400339ZA Détail d'une embrasure à canon, vue de l'extérieur. IVR93_19920400304XA Le fort de Savoie vu par une embrasure à canon de la face nord-est. IVR93_19930400340ZA Vue rapprochée de l'échauguette de l'angle nord. IVR93_19930400341ZA Angle et échauguette sud vus de l'est. IVR93_19930400342ZA Vue prise de l'ouvrage vers le sud, par dessus les gorges du Verdon. A droite, ancien pont Saint
  • poudrière
    poudrière Colmars - en village - Cadastre : 1983 AB 186
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Un magasin à poudre figure déjà sur le plan du projet de Vauban en 1700. Il a sans doute été
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Description :
    L'ouvrage consiste en un petit bâtiment cubique, couvert d'un toit de tuiles en pavillon. Il est situé dans la ville, derrière la tour du Verdon. Il figure déjà sur le plan du projet de Vauban en 1700 , ayant conservé alentour le mur de clôture constituant l'enceinte d'isolement habituelle. Après l'aliénation, il a été transformé en poste de pompiers, la cour envahie par des hangars. Il ne correspond pas au type habituel de magasin à l'épreuve à la Vauban.
    Aires d'études :
    Alpes-de-Haute-Provence
  • fortification d'agglomération de Colmars
    fortification d'agglomération de Colmars Colmars - en village - Cadastre : 1983 AB
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    des guerres de la Ligue d'Augsbourg, l'ingénieur Niquet, Directeur des fortifications de Provence de 1527 et placée au-dessus de l'une des avant-portes, atteste qu'elle fut améliorée sous le règne de François Ier. Elle met le bourg à l'abri des coups de main et du brigandage. A la fin du 17e siècle, lors , élabore le projet d'une mise à hauteur de l'enceinte du bourg. Il se contente de tirer parti de l'enceinte rapidement exécutés. Vauban, en 1693, élabore le projet d'une nouvelle enceinte flanquée de tours bastionnées
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Parties constituantes non étudiées :
    porte de ville
    Référence documentaire :
    Plan de la ville de Colmars et des ouvrages à y faire pour la fortifier. Dessin. 1690. Service Historique de la Défense, Vincennes : Fonds du Génie. Dépôt des fortifications, Colmars, article 8, section 1 Plan de Colmars. 1693. Dessin. 1693. Service Historique de la Défense, Vincennes : Fonds du Génie Plan de la ville et forts de Colmars. Dessin. 1695. Service Historique de la Défense, Vincennes Plan de la ville et des forts de Colmars. Dessin. 1700. Service Historique de la Défense, Vincennes Plan et profils pour servir à la construction des tours de l'enceinte de la ville de Colmars . Dessin. 1700. Service Historique de la Défense, Vincennes : Fonds du Génie. Dépôt des fortifications Plan de Colmars et élévation des tours. Dessin. 1845. Service Historique de la Défense, Vincennes Plan de Colmars. Détail. Dessin. 1845. Service Historique de la Défense, Vincennes : Fonds du Génie Colmars. Dessin. 1693. Service Historique de la Défense, Vincennes : Fonds du Génie. Dépôt des
    Éléments remarquables :
    chemin de ronde
    Description :
    L'enceinte enserre l'essentiel de l'agglomération. Elle est constituée d'une muraille non terrassée , précédée par un petit fossé. La muraille est doublée d'une succession d'arcs de décharge soutenant un chemin de ronde. Le flanquement est assuré par sept tours, auxquelles s'ajoutent les quatre tours des deux portes. Toutes les tours sont couvertes d'une toiture constituée de planches de bois. Les deux portes de ville sont chacune entourées de deux tours carrées et précédées d'un réduit pentagonal toit à deux pans, auxquels s'ajoutent un voire deux pans de croupe. Une échauguette se trouve en saillie sur un angle de l'enceinte.
    Titre courant :
    fortification d'agglomération de Colmars
    Aires d'études :
    Alpes-de-Haute-Provence
    Texte libre :
    Intérêt stratégique Se référer au dossier place forte de Colmars pour l'analyse historique . Analyse architecturale Elle enserre encore aujourd'hui l'essentiel de l'agglomération (fig. 1), à l'exception de quelques lotissements extérieurs, assez dispersés, d'où la conservation en l'état de la silhouette originelle de la petite cité. Le plan, en dessinant un haricot (doc. l , fig. 2), présente sa concavité adossée au cours du Verdon, et sa face convexe tournée vers la campagne. Le grand axe, de 240 m de difficulté de maintenir la continuité de la circulation sur le chemin de ronde, le percement frauduleux de fenêtres et de portes par les riverains, a parfois provoqué des conflits entre l'autorité militaire et les assuré par 7 tours (sans compter les 4 tours des deux portes) et les accès constitués par deux portes (de France, et de Savoie, chacune entourée de deux tours). Compte tenu de cette situation initiale relativement favorable - contrairement à celle de Seyne - il apparaît logique que Niquet se soit contenté
    Illustration :
    Plan de la ville de Colmars et des ouvrages à y faire pour la fortifier. IVR93_19930400142XAB Plan de Colmars. IVR93_19930400143XAB Plan de la ville et forts de Colmars. IVR93_19930400145XAB Plan de la ville et des forts de Colmars. IVR93_19930400146XAB Plan et profils pour servir à la construction des tours de l'enceinte de la ville de Colmars Plan de Colmars et élévation des tours. IVR93_19930400149XAB Ensemble de la ville vu du nord, depuis la rive droite du Verdon. En arrière, le fort de France et La ville vue du nord-est depuis les lacets de la route du col des Champs. IVR93_19930400297ZA La porte de Savoie. Vue de face prise dans l'axe, depuis le haut du saillant du réduit Porte de Savoie. Vue intérieure du réduit prise du haut du parados de la face gauche. Au fond, la
  • Statue (petite nature) : Vierge à l'Enfant
    Statue (petite nature) : Vierge à l'Enfant Colmars - place de l' Eglise - en village
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Une statue de la Vierge en bois doré est mentionnée dans la visite pastorale de 1712 pour la rosaire [...] une statue de la Vierge de trois pans et demie bien dorée". Il pourrait s'agir de cette statue, dont la hauteur de surcroît correspond et dont la facture correspond à cette datation. Elle est visite de 1712.
    Référence documentaire :
    départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 18. Visites de 1712 et 1718. Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez, 1708-1723. Archives
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    rouge et apprêt blanc pour les vêtements, ceux-ci on un décor gravé sur apprêt sur la ceinture de la vierge et le bord de sa robe. Le revers est seulement ébauché, non entièrement doré. La statue est constituée de plusieurs éléments : au moins les mains sont rapportées, ainsi que l'Enfant. Le socle en
    Localisation :
    Colmars - place de l' Eglise - en village
    États conservations :
    . Couche picturale et dorure très usées voire absentes (bois visible). Doigts de la main droite de la
  • Tableau d'autel du maître-autel : l'Adoration des bergers
    Tableau d'autel du maître-autel : l'Adoration des bergers Colmars - en village
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    peu après la construction de la chapelle pour orner le maître-autel dans le retable encore en place ; il est mentionné dans la visite pastorale de 1698. Un autre tableau du même peintre se trouve à la
    Observation :
    1988/12/09 : classé au titre objet (même arrêté de classement que le retable, Référence
    Référence documentaire :
    départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 17. Visite de 1700 Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez. 1697-1707. Archives
    Représentations :
    une mangeoire, avec l'âne et le boeuf à l'arrière, il désigne son coeur de son index droit. La composition est organisée autour de lui : à gauche du tableau, la Vierge un genou à terre est figurée en orante, Joseph se tient debout derrière elle. De l'autre côté du nouveau-né, un ange est agenouillé, un tiennent un phylactère proclament la gloire de dieu.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Tableau rectangulaire vertical constitué d'une toile en deux lés verticaux de tissage régulier et serré. La couleur de la préparation est rouge brun, l'épaisseur de la couche picturale assez fine.
  • tableau d'autel : La mort de saint Joseph
    tableau d'autel : La mort de saint Joseph Colmars - place Joseph-Girieud
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Dans sa visite de 1712 (puis à nouveau en 1768), l'évêque de Senez mentionne dans la chapelle des pénitents gris un tableau de saint Joseph agonisant, aujourd'hui perdu. Le présent tableau aurait pu être commandé en 1892, par J.-B. Girard, recteur de la confrérie des pénitents gris pour remplacer l'oeuvre replacée dans le retable de la chapelle.
    Observation :
    L'auteur a réalisé un tableau d'autel représentant la Visitation pour l'église paroissiale de la Baumelle à Allos. L'iconographie est ici sensiblement différente des représentations traditionnelles de la mort de saint Joseph, compte tenu du nombre important de personnages secondaires représentés.
    Référence documentaire :
    . Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 18. Visite du 17 octobre 1712. Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez, 1708-1723
    Représentations :
    mort de saint Joseph, Vierge, Christ, saint Jean Baptiste, saint Joseph âgé est représenté sur son lit de mort, les yeux tournés vers le ciel. Le Christ lui baise
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'oeuvre est peinte à l'huile sur une toile composée de deux lés horizontaux et repose sur un châssis de bois.
    Titre courant :
    tableau d'autel : La mort de saint Joseph
    États conservations :
    Des lacunes de toile sont visibles en bas à gauche de l'oeuvre. La peinture est usée sur les quatre
    Illustration :
    Détail de l'inscription en haut à gauche. IVR93_20100403166NUC2A Détail de la signature. IVR93_20100403167NUC2A
  • ensemble de bancs de fidèles, d'un banc-coffre d'église et de lambris de demi-revêtement
    ensemble de bancs de fidèles, d'un banc-coffre d'église et de lambris de demi-revêtement Colmars - en village
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Référence documentaire :
    départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 24. 1770-1890 Livre de la confrérie des pénitents blancs de Colmars. 1770-1890. Archives
    Dénominations :
    banc de fidèles lambris de demi-revêtement
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'ensemble des bancs de fidèles avec pupitre ainsi que les lambris de demi-revêtement couvraient les murs est et ouest de la chapelle sur toute leur longueur. Il s'agit de meubles en noyer dont les pupîtres et lambris sont moulurés petit cadre avec de petits panneaux rectangulaires verticaux à table saillante. Sur le mur nord, à l'ouest de la porte d'entrée, sous la tribune, se trouvent deux bancs en gradins, l'un au-dessus de l'autre, dont un banc-coffre avec pupitres et lambris moulurés de la même
    Titre courant :
    ensemble de bancs de fidèles, d'un banc-coffre d'église et de lambris de demi-revêtement
  • Peinture monumentale : Annonciation
    Peinture monumentale : Annonciation Colmars - Grand rue - en village - Cadastre : 1983 AB 56
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    "de faire peindre un tableau au mur du devant de la chapelle portant le titre de l'annonciation de la le même peintre réalise la peinture de la bannière de procession commandée en même temps (Référence
    Référence documentaire :
    départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 24. 1770-1890. Livre de la confrérie des pénitents blancs de Colmars. 1770-1890. Archives
    Représentations :
    Cadre en trompe-l'oeil avec sur les montants des rinceaux de vigne et pampres, sur la traverse
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Décor, en trompe-l'oeil pour le cadre, réalisé à fresque (?) sur la façade nord de la chapelle, au -dessus de la porte d'entrée.
    Déplacement :
    lieu de dépôt Colmars - maison-musée - rue de Goin - en village - Cadastre : 1983 AB 64
    Illustration :
    Détail de la façace nord. IVR93_20120400120NUC2A
  • Retable et tableau d'autel : sainte Catherine d'Alexandrie, sainte Barbe et saint Blaise
    Retable et tableau d'autel : sainte Catherine d'Alexandrie, sainte Barbe et saint Blaise Colmars - - place de l' Eglise - en village
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Le tableau est mentionné dans la visite pastorale de 1700 : "dans la confrérie de saint Blaise à la Catherine et sainte Barbe dont la bordure est de bois". Il a donc été réalisé entre la construction de de 1684, pour la confrérie de Saint-Claude concernant un tableau "dans lequel y sera dépeint sainct Claude, saincte Catherine et saincte Barbe". Dans la visite pastorale de 1700, la confrérie de Saint -Claude est dite "abolie par le non usage", "la chapellenie de saint Claude qu'on a laissé s'éteindre". On peut très bien envisager que cette confrérie de Saint-Claude avait commandé un tableau pour son autel , érigé dans la nouvelle paroissiale (achevée en 1683), tableau qui a été récupéré par la confrérie de hypothèse, le tableau aurait été peint par Joseph Guérin, "maistre painstre habitant la ville de Digne" pour la somme de trente-trois livres, il a été commandé par les prieurs de la confrérie Jean Barbaroux et Honoré de Maurin. Il est ensuite également mentionné dans celle de 1718, un peu plus précisément : "la
    Référence documentaire :
    Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 E 2762. départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 17. . Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 18. Folio 376. Prix-fait pour la confrérie de Saint-Claude concernant la commande d'un tableau pour leur chapelle. Dans minutes de Me Roubiony, notaire à Colmars, 1680-1684. Archives départementales des Visite de 1700 Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez. 1697-1707. Archives Visite du 8 septembre 1718. Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez, 1708-1723
    Représentations :
    du martyre soit successivement : sainte Catherine avec la roue à pointes brisées et l'épée de la décollation, sainte Barbe avec un livre et, à ses pieds, un petit boulet de canon (allusion à son patronage nuées grises, percées vers le haut d'un halo de lumière habité de chérubins. Ornementation : sur les montants et la traverse supérieure du retable ; rinceaux de vigne avec pampres et chérubins sur la traverse , sur les ailerons du retable et du couronnement : chute de fruits et feuilles d'acanthe se terminant en volute, sur l'encadrement de la lunette du couronnement : anges aptères gainés et chérubins ; sur la
    Statut :
    propriété de la commune
    Stade de création :
    copie interprétée de peinture
    Description :
    Tableau de format rectangulaire vertical, toile en deux lés verticaux ; couleur de la préparation , décor en demi-relief sur la traverse supérieure du retable et l'encadrement de la lunette du couronnement et de son fronton.
    Localisation :
    Colmars - - place de l' Eglise - en village
    États conservations :
    , arrachée du châssis ; lacunes importantes de la couche picturale, craquelures ; toile encrassée, tâchée
    Annexe :
    L'emplacement des autels dans l'église paroissiale Saint-Martin de Colmars Le maître-autel actuel date de 1869 mais sa position dans le choeur demeure constante au cours du temps puisqu'à plusieurs reprise les évêques le décrive comme "éloigné de la muraille en sorte que l'on puisse passer derrière " (visite de 1748). La visite pastorale de 1745 permet d'être la source d'une reconstitution des une description non seulement des autels mais de leur emplacement dans l'église, en voici la liste travée, mur nord : Il commence par l'autel des Ames du Purgatoire qui se trouve "du côté de l'Evangile emplacement qu'aujourd'hui, soit dans la deuxième travée de la nef. Nef, quatrième travée, mur nord : Il quart du 18e siècle, mentionnés dans la visite de 1712) et tableau d'autel (commandé en 1641). Cette chapelle est, en 1745, localisée "dans la petite nef, près de la sacristie", soit dans la quatrième travée du bas-côté sud. Cet ensemble a par la suite été "transféré de la nef latérale à [la nef principale
    Illustration :
    Vue générale du couronnement du retable (aujourd'hui au-dessus du retable de Notre-Dame-des-Grâces
  • Ensemble du maître-autel de la Nativité : autel, deux gradins d'autel, tabernacle et retable architecturé
    Ensemble du maître-autel de la Nativité : autel, deux gradins d'autel, tabernacle et retable architecturé Colmars - en village
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    DEI MEMENTO DEI. Transcription (en-dessous de la précédente, sous l'architrave, dans trois médaillons
    Historique :
    le prix-fait de la construction de la chapelle de 1674 (cf. annexe) et le tableau d'autel est daté de 1678 ; le retable est mentionné dans la visite pastorale de 1700. Il est donc sans doute conçu pour orné la chapelle dès la construction de celle-ci. Le tabernacle actuel, ainsi que les anciens gradins ), sculpteur et doreur de Peyresc pour la somme de 87 livres comme mentionné dans le livre des pénitents
    Référence documentaire :
    , notaire à Colmars. 22 juin 1674. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 17. départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 24. Prix-fait pour la chapelle Notre-Dame-de-Grâce des pénitans blans. Dans minutes de Jacques Grangon Visite de 1700 Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez. 1697-1707. Archives 1770-1890. Livre de la confrérie des pénitents blancs de Colmars. 1770-1890. Archives
    Représentations :
    droite bénissant, la gauche reposant sur l'orbe crucifère. Le tabernacle est orné de têtes d'angelots, de palmes et de bande perlée ; l'agneau mystique est figuré sur la porte. Les colonnes torses portent un décor de rinceaux de vignes et pampres, elles cachent des pilastres à chapiteaux corinthiens avec le même décor. L'entablement présente plusieurs registres de décor : sur le dessous du retour, entrelacs avec rosettes, puis successivement bande perlée, denticules, oves. Sur le couronnement, décor de rinceaux de feuilles d'acanthe sur la base, et denticules sur les bordures des frontons.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Ensemble composé d'un autel maçonné, orné d'un décor de plâtre peint faux marbre, de deux gradins d'autel constitués de même, le second gradin enserrant un petit tabernacle en bois polychrome et doré avec décor rapporté, et d'un retable en bois doré. Le retable est formé de deux colonnes torses doublées de
    Titre courant :
    Ensemble du maître-autel de la Nativité : autel, deux gradins d'autel, tabernacle et retable
    États conservations :
    mauvaises conditions de conservation
    Annexe :
    Transcription du prix-fait pour la construction de la chapelle Notre-Dame-des-Grâces de Colmars 2 E 02733. [Transcription d'Elisabeth Sauze] Prix-fait pour la chappelle Notre-Dame-de-Grâce et pénitans blans 1674, 22 juin (…) Anthoine Connilh marchand de la ville de Colmars retur des frères pénitans blanqs de lad. ville adcisté d’André Barbier vice-retur et autres officiers desd. pénitans soubsignés suivant la charge à lui donnée par l’assemblée desd. pénitans du (blanc) mai dernier de son gré a doné à prix-fait à Hostaci Ventre me masson de lad. ville présent stipulant de bastir la chappelle Notre-Dame -de-Grâce où ils soloint estre establis advand le brullement et la mètre en estat comme sera dit cy ; changer la porte de pierre de taille qu’est du costé de la rue et la mètre du costé de la place au mitan du plus haut croessillon et à la place où est la porte y en fère une de massonerie de la grandeur que sera advissé en battissant, laquelle acomodera avec du gip à perfetion toute plane ; fera de pieds de
  • scierie Gauthier
    scierie Gauthier Colmars - près du Gaou - en écart - Cadastre : 1827 C 94 1983 AB 273 à 275
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    , la racheta. Il se porta aussi acquéreur d'autres scieries à Thorame-Haute. De taille moyenne, la La date 1801 portée sur le pas de la porte de la maison peut être un remploi. Elle pourrait aussi . Elle comportait, lors de son ouverture, une seule scie circulaire pour débiter les pièces de faible siècle, Jules Lempereur, qui avait fait fortune à Sète dans la fabrication des foudres de vin de Bordeaux incendie à la Libération. La turbine, hors de service depuis quelques années, a fourni de l'électricité
    Référence documentaire :
    (Joseph) / Dessin à l'encre sur papier, 1862. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne papier calque signé Denin, 10 novembre 1862. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne Dossier des Ponts et Chaussées sur la scierie Gauthier. Archives départementales des Alpes-de-Haute -Provence, Digne-les-Bains, S 945. Croquis joint au rapport du chef du génie sur la demande en permission de bâtir du sieur Gauthier Règlement de la scierie à eau du Sieur Gauthier dans la commune de Colmars /Dessin à l'encre sur
    Description :
    profondément transformé. Du bâtiment de la scierie proprement dite, il ne reste que des ruines, qui permettent de comprendre qu'elle fut construite dans un terrain en pente, se composait d'un étage de soubassement et de deux étages carrés. Tout en longueur (20 m), de plan rectangulaire, elle recevait la lumière extérieure sur son élévation sud par l'intermédiaire de quatre baies à chaque étage et s'ouvrait sur son située dans un édicule séparé, à une dizaine de mètre de l'entrée du bâtiment principal. Elle tournait grâce à une chute verticale de 3 m.
    Étages :
    étage de soubassement
    Illustration :
    Réglement de la scierie à eau du Sieur Gauthier dans la commune de Colmars. IVR93_20070400983NUC1A Croquis joint au rapport du chef du génie sur la demande en permission de bâtir du sieur Gauthier Vue de situation prise du sud. IVR93_20070400943NUC1A Vue de la façade occidentale en ruine. IVR93_20070400944NUC1A Vue de l'élévation sud en ruine, prise de l'intérieur. IVR93_20070400945NUC1A Le paneau de la turbine hydroélectrique. IVR93_20070400947NUC1A Sortie de l'axe moteur. IVR93_20070400948NUC1A Chronogramme "1801" accompagné d'un coeur, remployé en pas de porte. IVR93_20070400949NUC1A
  • Statue-reliquaire (petite nature) : saint Clair
    Statue-reliquaire (petite nature) : saint Clair Colmars - Chaumie-Haut - en écart - Cadastre : 2012 A3 555
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Cette statue pourrait dater de la 2e moitié du 18e siècle ou de la 1ère moitié du 19e siècle ; elle est mentionnée dans l'inventaire de 1906. Cette statue présente le titulaire des reliques : l'abbé saint Clair, il s'agit sans doute de saint Clair de Vienne, abbé du monastère de Saint-Marcel de Vienne
    Référence documentaire :
    exécution de l'article 3 de la loi du 9 décembre 1905. 1906. Archives départementales des Alpes-de-Haute Inventaires des biens des fabriques des paroisses de l'arrondissement de Castellane dressés en -Provence, Digne-les-Bains : 1 V 65
    Représentations :
    porte la mître ; il tient par ailleurs un livre ouvert de la main gauche. il pourrait donc figurer saint Clair, saint titulaire de la chapelle.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    plusieurs éléments : les mains et le dos sont rapportés. Le socle-reliquaire de plan rectangulaire avec
    États conservations :
    Nombreuses lacunes et usures de la dorure. Mauvais état du socle.
  • Statue (petite nature) : Christ du Sacré-Coeur
    Statue (petite nature) : Christ du Sacré-Coeur Colmars - Chaumie-Haut - en écart - Cadastre : 2012 A3 555
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Statue réalisée dans la 2e moitié du 19e siècle par le fabricant de statue Lance à Toulouse. Sur mentionnée dans l'Inventaire de 1906.
    Référence documentaire :
    exécution de l'article 3 de la loi du 9 décembre 1905. 1906. Archives départementales des Alpes-de-Haute Inventaires des biens des fabriques des paroisses de l'arrondissement de Castellane dressés en -Provence, Digne-les-Bains : 1 V 65
    Représentations :
    Christ figuré debout, désignant de la main gauche le sacré-coeur crucifère, ceint de la couronne
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [fabricant de statues] Lance
  • Statue (petite nature) : saint Louis
    Statue (petite nature) : saint Louis Colmars - Chaumie-Haut - en écart - Cadastre : 2012 A3 555
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Identification de la statue peinte sur le devant du socle : ST LOUIS.
    Historique :
    Statue datant probablement de la 2e moitié du 19e siècle. Elle est mentionnée dans l'inventaire de
    Référence documentaire :
    exécution de l'article 3 de la loi du 9 décembre 1905. 1906. Archives départementales des Alpes-de-Haute Inventaires des biens des fabriques des paroisses de l'arrondissement de Castellane dressés en -Provence, Digne-les-Bains : 1 V 65
    Représentations :
    sur un linge. Il porte une cotte de mailles sous sa tunique rouge et un manteau royal bleu fleurdelysé
    Statut :
    propriété de la commune
    États conservations :
    Les extémitiés des pouces et index de la main droite ont été brisés. Légères lacunes de la
  • Cadre et tableau : Marie-Madeleine et le Christ au repas chez Simon
    Cadre et tableau : Marie-Madeleine et le Christ au repas chez Simon Colmars - Clignon-Haut - en écart - Cadastre : 2012 B1 95
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Dans la visite pastorale de 1858, un tableau est mentionné, en très mauvais état, qui doit être remplacé ; dans celle de 1865, il l'a visiblement été puisque le tableau est qualifié de "très bien". Le inversée (le Christ bénit de la main gauche) d'un tableau de Pierre Subleyras, Le repas chez Simon, peint et tabernacle du maître-autel. Le tableau est mentionné à cet emplacement dans l'inventaire de 1906.
    Référence documentaire :
    et Entrevaux, 1840 - 1879. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 l'article 3 de la loi du 9 décembre 1905. 1906. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne 1865 Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne, doyennés de Castellane, Colmars, Digne Inventaire des biens dépendant de la fabrique paroissiale de Clignon, 5 février 1906. Inventaires des biens des fabriques des paroisses de l'arrondissement de Castellane dressés en exécution de
    Représentations :
    moment où, ayant oint les pieds de Jésus avec des onguents, Marie-Madeleine les essuie de ses cheveux. Le Christ est assis, il la bénit de la main gauche (sans doute une erreur du peintre recopiant et inversant un original). Des têtes de chérubins ornent le cadre.
    Statut :
    propriété de la commune
    Stade de création :
    copie inversée de peinture copie partielle de peinture
    Description :
    Toile en un seul lé, de format carré. Le cadre est rapporté ; en bois peint, polychrome, doré ; il
  • Verrière à personnage : Vierge dite de l'Immaculée conception, Christ dit du Sacré-Coeur
    Verrière à personnage : Vierge dite de l'Immaculée conception, Christ dit du Sacré-Coeur Colmars - place de l' Eglise - en village
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Transcription (inscription concernant l'iconographie, en bas du vitrail, juste sous les pieds de la angles inférieurs du vitrail) : LV GESTA DE TOULOUSE.
    Historique :
    Dans la visite pastorale de 1876, il est indiqué qu'"en 1874 un beau vitrail représentant le buste du Sacré Coeur de Jésus et l'Immaculé Conception a été placé à la fenêtre du fond du choeur". Il a été réalisé par Louis-Victor Gesta, peintre-verrier de Toulouse.
    Référence documentaire :
    Castellane, Colmars, Digne et Entrevaux, 1840 - 1879. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence Visite du 12 octobre 1876. Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne, doyennés de
    Représentations :
    Vierge de l'Immaculée Conception : Vierge debout, nimbée, les paumes tournées vers l'avant. Christ du Sacré-Coeur en buste : Christ avec un nimbe crucifère, désignant de la main gauche le Sacré coeur enflammé et ceint de la couronne d'épines qu'il porte sur la poitrine. Ornementation : à feuilles d'acanthe enroulées, à trèfles, à fleurs de tournesol, à rinceaux de feuilles d'acanthe (pour le fond bleu à l'arrière
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Colmars - place de l' Eglise - en village
    Titre courant :
    Verrière à personnage : Vierge dite de l'Immaculée conception, Christ dit du Sacré-Coeur
    Appellations :
    dite de l'Immaculée Conception
1 2 3 4 Suivant