Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 393 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • ferme Le Château Vert
    ferme Le Château Vert Cavaillon - Plan du Roulet - en écart - Cadastre : 1832 A4 1982 BM 146
    Historique :
    le rhabillage total des façades vers 1900, qui revêtent un aspect néo-renaissance. Le château est caractéristiques du 19e siècle mais le bâtiment est peut-être plus ancien. Un autre logis, sans parties agricoles
    Description :
    Le château est situé à proximité du canal Saint-Julien qui limite la propriété. L'ensemble se présente comme un alignement composé de trois corps de bâtiments accolés : de gauche à droite le château , la ferme et un troisième logis précédé d'une terrasse. Le château est en blocage enduit avec un sont de plan rectangulaire. Le château a deux étages carrés, les autres bâtiments n'ont d'un étage. Le meneau au premier, surmontées d'un larmier courant tout le long de la façade, petite fenêtres géminées à couloir. Plafonds portant des moulures assez simples. A droite, le bâtiment de la ferme est accompagné des dépendances habituelles : logis sous le même toit que la remise et fenil à l'étage.
    Typologies :
    domaine, maison de maître mitoyenne avec les bâtiments d'exploitation et le logis des fermiers
    Titre courant :
    ferme Le Château Vert
    Appellations :
    Le Château Vert
    Texte libre :
    -être est-ce lui, ou son fils qui était donné comme un personnage original, qui a fait réaliser le rhabillage décoratif qui lui donne son aspect actuel. Le "château" est actuellement en très mauvais état et première demeure "le château", la ferme et un troisième logis précédé d'une terrasse. Matériaux Château corps de bâtiment sont de plan rectangulaire. Le "château" a deux étages carrés, les autres bâtiments creuses, à deux rangs de génoise. Distribution intérieure Seul le château a été visité. Au rez-de-chaussée ). C'est elle qui doit porter le toponyme de "Château Verd" sur la carte de Cassini. Elle devait être 19ème siècle mais le bâtiment est peut-être plus ancien. Elle est de type habituel : un logis accompagné sous le même toit d'une remise et d'un fenil. Un autre logis, sans parties agricoles, de type un peu . Type A2 c (domaine, maison de maître mitoyenne avec les bâtiments d'exploitation et le logis des
  • ferme Le Petit Roulet
    ferme Le Petit Roulet Cavaillon - Plan du Roulet - en écart - Cadastre : 1832 A3 297 1982 BL 6, 37
    Historique :
    Le Petit Roulet porte la date de 1663 sur une croisée d'ogives située au rez-de-chaussée de l'aile l'architecture aristocratique médiévale ou renaissance (présence du grand degré défini par Viollet-le-Duc comme une cour centrale ; l'accès sur le cadastre de 1832 se faisait au sud, vraisemblablement par une porte dont on voit encore des arrachements sous la forme entre autres d'un départ d'arc, existait sur le cadastre de 1832 de même qu'un four à pain qui faisait saillie sur le mur nord (arrachement de la voûte en roche réfractaire). A cette époque le Petit Roulet appartenait à un certain Martinel. L'aile occidentale
    Description :
    piles de section carrée. Le fenil, occupant à l'étage le même volume que l'écurie est fractionné par d'arrachement correspondant à un petit édifice existant sur le cadastre de 1832. Hangar moderne construit contre
    Typologies :
    domaine, maison de maître mitoyenne avec les bâtiments d'exploitation et le logis des fermiers
    Titre courant :
    ferme Le Petit Roulet
    Appellations :
    Le Petit Roulet
    Texte libre :
    HISTORIQUE Le Petit Roulet porte la date de 1663 sur une croisée d'ogives située au rez-de , existait sur le cadastre de 1832 de même qu'un four à pain qui faisait saillie sur le mur nord de l'aile nord (l'arrachement de la voûte en roche réfractaire est visible). A cette époque, le Petit Roulet centrale dont l'accès, sur le cadastre de 1832 se faisait au sud, vraisemblablement par une porte piles de section carrée. Le fenil, occupant à l'étage le même volume que l'écurie, est fractionné par un petit édifice existant sur le cadastre de 1832. Élévation est : presque entièrement masquée par un ailes nord et est. Dans le même angle, canon de gouttière monolithe. Façade nord : à l'extrémité ouest s'enfonce dans le mur lors de l'ouverture. A l'étage, fenils et granges avaient été recoupés par des murs de jour. Marches monolithes. CONCLUSION Le Petit Roulet est un des rares exemples de fermes installées présence de ce grand degré tel que l'a défini Violet-le-Duc dans son dictionnaire d'architecture comme
  • ferme Le Château Blanc
    ferme Le Château Blanc Cavaillon - Plan des Vignères - en écart - Cadastre : 1832 A4 1982 AD 79
    Représentations :
    Gypseries au plafond de l'escalier, au-dessus de la cheminée en marbre, sur le trumeau au-dessus de
    Description :
    centre, le château, précédé d'une terrasse cimentée, agrémentée d'un cyprès et de deux platanes, close d'un mur surmonté de grilles et accessible par un portail à eux piliers. A l'est, le château donne sur un parc arboré. A gauche, le logis des fermiers, l'écurie et son fenil, une remise et un poulailler -loge à cochons ; à droite, accolé à l'angle arrière, des dépendances et un hangar. Le logis des
    Titre courant :
    ferme Le Château Blanc
    Appellations :
    Le Château Blanc
    Texte libre :
    manière irrégulière. Au centre, le "château", précédé d'une terrasse cimentée, agrémentée d'un cyprès et l'est, le château donne sur un parc arboré. A l'ouest, le logis des fermiers, l'écurie et son fenil, une . Matériaux Le logis des fermiers, en cours de réfection, laisse apparaître des murs en moellons assisés gypseries au-dessus de la cheminée en marbre rouge, sur le trumeau et au-dessus de la porte. Dans ce dernier , maison de maître mitoyenne avec les bâtiments d'exploitation et le logis des fermiers, située en milieu
  • Le mobilier de la synagogue
    Le mobilier de la synagogue Cavaillon - rue Hébraïque
    Titre courant :
    Le mobilier de la synagogue
  • tableau : Le Triomphe du Saint-Sacrement
    tableau : Le Triomphe du Saint-Sacrement Cavaillon - place Voltaire
    Représentations :
    chevaux qui tirent le char. Le char roule sur un homme à terre, tandis qu'une femme tient une coupelle au souffle dans une trompette et porte un bouclier précède le cortège.
    Titre courant :
    tableau : Le Triomphe du Saint-Sacrement
    Dimension :
    h = 208 ; la = 156 ; dimensions à l' intérieur du cadre. inférieur : la = 103.
    Texte libre :
    DESCRIPTION Dénomination : tableaux . Appellation : en pendant. Titre : la Cène ; le Triomphe du ; d'épaisseur moyenne, de texture serrée, en deux lés horizontaux ( inférieur : H. 103 cm ). Techniques : pas lequel vole la colombe ; un ange tient une tiare au-dessus de sa tête. Sur l'un des chevaux tirant le souffle dans une trompette. Le char roule sur un homme à terre, tandis qu'une femme tient une coupelle au été réalisés en 1690 par Louis Parrocel. Celui-ci signe à Avignon, le 29 novembre 1690, un reçu pour le paiement de deux pistoles par la confrérie du Saint-Sacrement. (A.D. 84, E confréries, n° 76, f °1225), NOTE DE SYNTHÈSE Le Triomphe du Saint-Sacrement ressemble fortement au Triomphe de auguste sacrifice et sacrement de l'Eucharistie " (1601), auquel collabora le graveur anversois Charles de
  • ferme et moulin le Grand Roulet
    ferme et moulin le Grand Roulet Cavaillon - Plan du Roulet - en écart - Cadastre : 1832 A4 1982 BM 48
    Historique :
    Le Grand Roulet date vraisemblablement du 16e siècle et constitue l'un des rares exemples de fermes isolées dans le terroir antérieures au 18e siècle. C'était à l'origine également un moulin sur le cours du
    Description :
    La ferme est située sur le cours du canal Saint-Julien. L'ensemble se composait à l'origine d'une . Escalier en vis, à noyau et marches pleins ; la porte de communication avec le grenier à foin a été
    Titre courant :
    ferme et moulin le Grand Roulet
    Appellations :
    Le Grand Roulet
    Texte libre :
    HISTORIQUE Le Grand Roulet date vraisemblablement du 16ème siècle et constitue un des rares exemples de fermes isolées dans le terroir, antérieures au 18ème siècle. C'était à l'origine également un moulin sur le cours du canal Saint-Julien qui passait alors sous la construction. On voit encore sur la -ouest de la commune. Sur le cours du canal Saint-Julien. Au milieu de champs cultivés, de vergers et de vignes. Composition d'ensemble L'ensemble se composait à l'origine d'une ferme et d'un moulin. Dans le bouchées. La porte de communication avec le grenier à foin a été récemment réouverte. La dernière volée . CONCLUSIONS Type Cl a (un seul logis, développement latéral, un seul toit pour le logis et les bâtiments
  • tableau : Saint Véran enchaînant le dragon
    tableau : Saint Véran enchaînant le dragon Cavaillon - place Voltaire
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le lieu d'exécution peint sur l'oeuvre
    Représentations :
    Au centre, saint Véran évêque maintient un dragon enchaîné et le bénit. Une procession assiste au
    Titre courant :
    tableau : Saint Véran enchaînant le dragon
  • Le mobilier de la cathédrale Saint-Véran
    Le mobilier de la cathédrale Saint-Véran Cavaillon - place Voltaire
    Titre courant :
    Le mobilier de la cathédrale Saint-Véran
    Annexe :
    , 68, H. 0, 91. Inscription gravée en capitales romaines sur seize lignes (la première sur le cadre sa piété, Jean-Francois de Pérussis, seigneur du Baron, a élevé ce monu­ment commémorant le mérite sans égal de son oncle, décédé dans sa 75e année, le 28 avril 1612. PLAQUE COMMÉMORATIVE (2 rectangulaire encastrée dans le mur ; calcaire blanc à grain fin ; L. 1, 03, H. 0, 72. Inscription gravée en capitales romaines, sur six lignes inégales, dis­posées symétriquement, le tout souligné en bas d'un rinceau s'efface pas le souvenir d'un homme d'une inté­grité et d'une sagesse hors du commun, Jérôme Centelles, de (vestibule), première travée, mur ouest, à 1, 60 m du sol. Plaque rectangulaire encastrée dans le mur rouge, sur qua­torze lignes inégales, disposées symétriquement, le tout entouré d'un cadre mouluré épais ses écrits, qui fut l'ami de saint Vincent de Paul, le confident des souvenirs pontifes et le censeur intraitable des Jansénistes, décédé à Cavaillon le 23 juillet 1659. PLAQUE COMMÉMORATIVE (4) Quatrième
    Illustration :
    Statue : saint Jacques avec âme de bois soutenant le carton-pâte. IVR93_19898400943ZA
  • Le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption
    Le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption Cavaillon - les Vignères
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption
  • ensemble de 2 tableaux et de 2 cadres : L'Assomption, Le Christ aux outrages
    ensemble de 2 tableaux et de 2 cadres : L'Assomption, Le Christ aux outrages Cavaillon - place Voltaire
    Description :
    l'extérieur et circulaire à l'intérieur. Bois doré, sculpté en haut relief dans la masse, sauf le décor des
    Titre courant :
    ensemble de 2 tableaux et de 2 cadres : L'Assomption, Le Christ aux outrages
    Dimension :
    d = 165 ; dimensions totales à l' intérieur du cadre. inférieur de la première toile : h = 70 . inférieur de la seconde toile : h = 90. Cadre : la = 65 (max), la = 25 (min).
    États conservations :
    Le tableau du Christ aux outrages a été agrandi dans le bas pour être placé dans ce cadre.
    Texte libre :
    circulaire (diam. 165 cm), d'épaisseur moyenne et de texture serrée, composée de deux lés horizontaux ( : Blason dans la partie gauche, à demi caché par le cadre : écu d'or à un coq de sable crêté de gueules, au le bas. Le blason est à demi caché par le cadre. Peut-être y a t-il des repeints dans la partie , composée de deux lés horizontaux ( inférieur : H. 90 cm). Techniques : couche picturale mince et feuillages dans les écoinçons. État de conservation : Le tableau n'était pas dans ce cadre à l'origine : bande ajoutée dans la partie inférieure, pied du bourreau masqué par le cadre. Toile très sale
  • ensemble de 2 chapiteaux : Les saintes femmes au Sépulcre, Le Christ ressuscitant la fille de Jaïre
    ensemble de 2 chapiteaux : Les saintes femmes au Sépulcre, Le Christ ressuscitant la fille de Jaïre Cavaillon - place Voltaire
    Historique :
    , le 29 juillet 1865. Joseph de Terris en est le commanditaire.
    Représentations :
    Sur la face antérieure du chapiteau placé à l'est : Marie-Madeleine debout devant le tombeau et deux anges ; sur la face gauche, une femme appuyée sur une pelle ; sur la face droite, le Golgotha. Sur
    Titre courant :
    ensemble de 2 chapiteaux : Les saintes femmes au Sépulcre, Le Christ ressuscitant la fille de Jaïre
    Texte libre :
    DESCRIPTION Dénomination : chapiteau . Titre : les saintes femmes au Sépulcre le Christ devant. Face latérale gauche : femme appuyée sur une pelle. Face laté­rale droite : le Golgotha et les trois croix. - Chapiteau ouest : face antérieure : le Christ ressuscite la fille de Jaire, devant ses palais, encadrée de tourelles. HISTORIQUE Ces deux chapiteaux furent réalisés par le sculpteur ). NOTE DE SYNTHÈSE L'iconographie de ces deux chapiteaux, les saintes femmes au Sépulcre et le Christ
    Illustration :
    Chapiteau du mur est : les saintes femmes au Sépulcre : Marie-Madeleine devant le tombeau Chapiteau du mur ouest : le Christ ressuscitant la fille de Jaïre. IVR93_19898400239X
  • ensemble de 12 culots : L'expulsion des marchands du temple, Le Christ donnant la communion, Le Christ enseignant, Le Christ bénissant le pain et le vin, Uzza touchant l'arche d'alliance et frappé de mort, Elie nourri par un ange, Moïse présentant les tables de la Loi aux Hébreux, Abraham et Melchisédech, Ezéchiel voyant les ossements desséchés, La lamentation de Jérémie sur la ruine de Jérusalem, Isaïe prédisant la naissance du Christ, Daniel nourri par l'ange
    ensemble de 12 culots : L'expulsion des marchands du temple, Le Christ donnant la communion, Le Christ enseignant, Le Christ bénissant le pain et le vin, Uzza touchant l'arche d'alliance et frappé de mort, Elie nourri par un ange, Moïse présentant les tables de la Loi aux Hébreux, Abraham et Melchisédech, Ezéchiel voyant les ossements desséchés, La lamentation de Jérémie sur la ruine de Jérusalem, Isaïe prédisant la naissance du Christ, Daniel nourri par l'ange Cavaillon - place Voltaire
    Historique :
    Le devis du curé Terris pour les travaux de décoration, établi le 27 octobre 1860, mentionne la "sculpture en plâtre parisien de quatre grands pendentifs dans le sanctuaire et huit plus petits dans la nef
    Représentations :
    Le programme iconographique établit des correspondances entre l'Ancien et le Nouveau Testament. La plupart sont classiques : Moïse et le Christ enseignant, Abraham et Melchisedech préfigurant l'Eucharistie . D'autres sont moins évidentes : l'expulsion des marchands du temple et le châtiment d'Uzza. Dans la mesure deuxième scène le symbole de l'Eucharistie donnée à l'Eglise ? Rinceau de feuilles d'acanthes dans la
    Description :
    Plâtre "parisien". Le tailloir galbé et la partie supérieure des culots portent un décor en demi
    Titre courant :
    ensemble de 12 culots : L'expulsion des marchands du temple, Le Christ donnant la communion, Le Christ enseignant, Le Christ bénissant le pain et le vin, Uzza touchant l'arche d'alliance et frappé de
    Texte libre :
    : le Christ expulsant les marchands du temple - troisième pile : le Christ donnant la communion - quatrième pile : le Christ enseignant - cinquième pile : le Christ bénissant le pain et le vin Nef, côté sud : - deuxième pile : Uzza tendant l'Arche d'Alliance et frappé de mort. le châtiment d'Uzza pendant le transport de l'Arche d'Alliance (?) - troisième pile : (le prophète) Élie nourri par un ange (dans le désert) - quatrième pile : Moïse présentant les Tables de la Loi aux Hébreux - cinquième pile s'épanouira au sommet . - pile est : le prophète Daniel (?) et un ange . Description matérielle : Plâtre : H. 120 à 140 cm, La. 65 cm ; dans le chœur : H. 130 cm, La. 120 cm et 65 cm. État de conservation styli­sés peints en vert, bleu et doré. Iconographie : nef, côté nord : - Le Christ lève un chat à neuf ocre, serre un mouton dans ses bras . - Le Christ, en robe rose sous un manteau doré à fleurs bleues ocre (symbole de l'église ?) . - Le Christ, en robe rouge et écharpe blanche, debout entre deux petits
    Illustration :
    Le Christ donnant la communion. IVR93_19898400769XA Le Christ enseignant. IVR93_19898400772XA Le Christ bénissant le pain et le vin. IVR93_19898400773XA
  • ensemble de 2 statues (grandeur nature) : Saint Jacques le Majeur, Saint Véran évêque, 2 consoles, 2 hauts-reliefs
    ensemble de 2 statues (grandeur nature) : Saint Jacques le Majeur, Saint Véran évêque, 2 consoles, 2 hauts-reliefs Cavaillon - place Voltaire
    Historique :
    à laquelle elles sont dorées par César Romain, Gilles et François Charpentier. Le prix-fait de la faire l'objet d'un prix-fait verbal. Jacques Bernus et le sculpteur Aubert, à qui l'on doit le devant
    Représentations :
    saint Jacques le Majeur : pèlerin, en pied, livre Côté ouest : saint Jacques le Majeur, tenant un livre dans la main droite ; côté est : saint Véran
    Description :
    masse appliqué contre le lambris.
    Titre courant :
    ensemble de 2 statues (grandeur nature) : Saint Jacques le Majeur, Saint Véran évêque, 2 consoles
    Texte libre :
    dans la tête. Saint Véran : avant-bras fixés par tourrillons ; le dragon semble mono­lithe, à
    Illustration :
    Vue générale de saint jacques le Majeur IVR93_19898400983ZA Détail : le dragon aux pieds de saint Véran. IVR93_19898400647X
  • église Saint-Pierre
    église Saint-Pierre Cavaillon - place Voltaire - en ville - Cadastre : 1832 G1 651 1982 CK 711
    Historique :
    , située au sud du cloître. On sait tout juste qu'elle était dédiée à saint Pierre et gérée par le chapitre assisés avec chaîne d'angle en grand appareil, probablement couverte en charpente, bâtie dans le 2e quart du 11e siècle ; dans le 1er quart du 12e siècle, voûtement de cette nef par un berceau posé sur disparu dans les démolitions du 1er tiers du 19e siècle si le mur nord de l'église n'avait servi d'appui à
    Précisions sur la protection :
    Vestiges classés avec le cloître en 1862.
    Texte libre :
    indice ne suggère que le pilier 4 comportait à l'origine un angle sud-est. La face orientale du pilier d'angle (dont la face 22 nord est visiblement conservée dans le mur sud du cloître). Là le chaînage 22 est , de ressaut en ressaut ; le layage des pierres est fait avec des joints de mortier fins. La finition qui sont dressées dans le parement comme des dalles de revêtement pour le blocage interne de la différence se voit par exemple dans le petit appareil qui ressemble à des moellons bien taillés et qui est les faiblesses de la construction des parements en moyen appareil. Le dosseret de devant au pilier 1 après coup au mur occidental de l'église au-dessus le dosseret est adossé au mur. Le dosseret central du pilier 2 et celui du pilier 3 ont été suppri­més. Le souvenir de ces dosserets est conservé aux moyen appareil, au-dessus de l'écoinçon droit de l'arc 2 et au-dessus de l'arc 3. Le mur enveloppe nord de l'église, comme le mur ouest et le pilier oriental, apparaît être parementé avec des moellons
  • ferme
    ferme Cavaillon - Prévieux - en écart - Cadastre : 1832 A1 9 1982 AC 41, 42, 44
    Description :
    d'une terrasse cimentée et protégée par un treillard reposant sur un muret en pierre, le logis des fermiers et l'ancienne cave vinicole avec des écuries. La maison de maître et le logis des fermiers, qui sont sous le même toit, sont séparés par un mur avec une porte de communication. Au sud un autre logis repose sur un muret en brique. La porte porte le monogramme C.M. Blocage enduit avec faux appareil au fer
    Typologies :
    domaine avec maison de maître et logis des fermiers sous le même toit
    Texte libre :
    . DESCRIPTION Situation Le domaine se situe au lieu-dit Prévieux qui constitue une excroissance de la commune de pierre, le logis des fermiers et l'ancienne cave vinicole avec des écuries. La maison de maître et le logis des fermiers qui sont sous le même toit, sont séparés par un mur avec une porte de communication structure en fer forgé repose sur un muret en brique. La porte, à deux vantaux, porte le monogramme C M la façade arrière aussi bien sur la maison de maître que sur le logis des fermiers. Distribution avec maison de maître et logis des fermiers sous le même toit).
  • autel et retable du maître-autel, corniche, cadres, tableaux, niches, statues
    autel et retable du maître-autel, corniche, cadres, tableaux, niches, statues Cavaillon - place Voltaire
    Inscriptions & marques :
    , placées sous le retable.
    Historique :
    L'autel et le retable en pierre du choeur sont commandé au sculpteur Claude Furet le 20 mai 1601 s'agit d'ailleurs davantage de réaliser un décor complet pour le choeur qu'un simple retable. Des , que le sculpteur doit blanchir et canneler. D'autres colonnes sont tronquées. Il faut aussi prolonger pierre de Velleron, placés de part et d'autre des fenêtres qui encadrent le retable, sont destinés à disposés entre les fenêtres et le retable. Une grande fenêtre doit être percée juste au-dessus du retable le fauteuil épiscopal (voir notice IM84001189). Les travaux sont bien avancés le 13 août 1606 , le 28 mars 1609, l'architecte Etienne Martellange dresse un rapport d'expertise sur ceux restant à Claude Furet en 1609. Le peintre Raphaël Le François reçoit en mai 1614 la somme de 21 écus et demi pour le retable du grand autel. Des tableaux du même peintre sont installés dans le choeur en 1618, mais retable fut détruit en décembre 1642 par l'effondrement du cul-de-four, affaibli par le percement
    Représentations :
    Le "plafond" du retable était orné de roses et trois pommes disposées au-dessus du fronton. Les reliefs de saint Véran. Le tableau central devait également représenter saint Véran. Des "chérubins " ornaient le dessus des deux fenêtres encadrant le retable, des statues de saints étaient placées dans les
    Description :
    Pierre de Velleron (Vaucluse) pour l'autel, le retable et les cadres et pierre blanche d'Orgon (idem) pour la corniche ; huit pièces de marbre et de l'ardoise. D'après le dessin et le prix-fait, ce cadres étaient disposés entre le retable et les deux fenêtres du choeur ; deux autres cadres, à
    Auteur :
    [peintre] Le François Raphaël
  • calice No 3
    calice No 3 Cavaillon - place Voltaire
    Inscriptions & marques :
    départements 1838, insculpés sur le pied, la coupe et la fausse-coupe.
    Historique :
    Le calice est l'oeuvre de Favier Frères, après 1838. Les médaillons de la fausse-coupe ressemblent
    Représentations :
    Deux angelots entre des rinceaux d'acanthes sur le bord du pied. L'Adoration des bergers, le
    États conservations :
    Le noeud manque.
    Texte libre :
    repercée. Trois médaillons trapézoïdaux sur le pied ; trois médaillons ovales sur la fausse-coupe . Dimensions : H. 21 cm, H. pied 11, 5 cm, H. coupe 8 cm, diam. coupe 9, 2 cm. État de conservation : le nœud garantie et titre argent après 1838 (garantie gros ouvrages 1er titre département), sur le bord du pied
    Illustration :
    Vue générale. Le noeud manque. IVR93_19898400893ZA
  • reliquaire (vitrine) de saint Benoît, chevalier romain
    reliquaire (vitrine) de saint Benoît, chevalier romain Cavaillon - place Voltaire
    Historique :
    Le reliquaire aurait été mis en place après la Révolution, lorsque les reliques furent déplacées du
    Représentations :
    Les battants et le papier peint sont ornés de rinceaux fleuris.
    Description :
    Le reliquaire est constitué par un bâti en bois, de plan et d'élévation rectangulaires, encastré
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le lambris du choeur sous le tableau central du retable
    Texte libre :
    applications de fils roses, jaunes et verts ; sur la poitrine et sur le ventre : application de fins rubans dorés ; épée couverte de tissu d'or. Urne en verre de Venise contenant le sang du martyr. Dimensions iconographique et formelle : Saint Benoît, vêtu en chevalier, est allongé sur le côté droit, la tête appuyée sur mention­ne "le corps de St Benoît, chevalier romain martyr, donné par le pape Benoît XIII à Mgr Jh. de Guyon
  • statue (figure vêtue), costume de statue et urne funéraire de saint Benoît, chevalier romain
    statue (figure vêtue), costume de statue et urne funéraire de saint Benoît, chevalier romain Cavaillon - place Voltaire
    Historique :
    l'évêque Guyon de Crochans (entre 1724 et 1730) et disposées dans le reliquaire après la Révolution . L'inventaire mobilier dressé en 1867 mentionne : "le corps de St Benoît, chevalier romain martyr, donné par le
    Représentations :
    martyre. Sur sa tunique : le Chrisme, un bouquet de lis et de palmes. Les tissus sont ornés de rinceaux
    Description :
    La statue se compose d'un squelette humain (relique) recouvert de gaze reconstituant le modelé des chairs. Le visage est réalisé en gaze peinte de couleur ocre, les mains sont couvertes de gants en argent, avec application de fins rubans dorés sur le devant de la tunique. Les manches et le bas de la , jaunes et verts. Le pommeau de l'épée en bois doré est recouvert de tissu doré. Des fleurs artificielles remplacent les cheveux. Le sang du martyr est conservé dans une urne en verre de Venise rouge.
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le lambris du choeur sous le tableau central du retable
  • fermes
    fermes Cavaillon
    Historique :
    Jusqu'au 18e siècle, les fermes isolées sont rares : en 1414, on compte 10 manses sur le terroir ; les cadastres de 1580 et 1617 indiquent des bastides dispersées dans le territoire au milieu des . Pour le début du 19e siècle, on remarque la quasi-absence de constructions dans tout l'ouest et une bonne répartition dans le reste, poursuite d'un mouvement enclenché au 18e siècle. Après 1832, la répartition est très diffuse, avec une absence dans certaines zones (Cabedan et Cabedan-Vieux), le début du constructions se répandent partout : sous la forme de lotissements continus dans le prolongement des faubourgs siècle, 134 du 18e siècle, 96 du 19e siècle avant 1832, 201 pour le reste du 19e siècle, 272 du 20e
    Référence documentaire :
    VOVELLE, Michel. Société et économie dans le Bas-Comtat et la Moyenne Durance à la fin de l'Ancien ZERNER, M. Mise en valeur des terres et population dans le Midi à la fin du Moyen Âge : comparaison avec le XVIIIème siècle, d'après les cadastres de Cavaillon et sa région. Dans : Provence Historique
    Description :
    Le milieu cultivé est composé de champs ou de vergers cloisonnés par des haies de cyprès, de , tilleuls, etc. Elles sont toutes orientées au sud, situées le long des grands axes de circulation ou gabarits, accolés par le pignon. Ce sont des plans allongés avec des ressauts en façade ou des retraits sur à la fin du 19e siècle, surtout dans le nord de la commune ; quelques exceptions sont plus anciennes statut social. Le module de base se compose de l'habitation complétée par l'écurie surmontée du fenil. La remise est dans un autre volume. L'alignement se termine très souvent par un bâtiment accolé, le cochonnier et la basse-cour. Le puits, autre élément constitutif, était fréquemment situé sur la terrasse
    Texte libre :
    HISTORIQUE Nous avons vu dans le dossier ville (Cf. IA84000556) comment se caractérise et se sur le maraîchage et la petite propriété en faire valoir-direct. La "maison maraîchère" est apparue " dispersées dans le terroir au milieu des jardins. Dans le secteur étudié, nous n'avons repéré que cinq fermes antérieures au 18e siècle, toutes situées au nord de la commune. Deux (le Grand Roulet et les parcelles107-109 , lieu-dit les Plantiers) présentent des tours d'escaliers et sont peut-être du 16e siècle. Le Petit d'une fenêtre chanfreinée et une autre porte chanfreinée. Dans le même quartier, la ferme située Basses-Vautes et Hautes-Vautes à l'est), voisinage immédiat de la route de Saint-Saturnin-les-Avignon (le sont plus faiblement représentées, entre autres dans le nord-est et dans toute la zone au bord de la Durance à l'est. En ce qui concerne le début du 19e siècle (avant 1832, date d'élaboration du cadastre dans le reste avec peut-être une concentration plus marquée dans les zones qui étaient déjà
    Illustration :
    Section BN. Parcelle 46. Hangar en retour sur le logis abritant le puits et le lavoir
1 2 3 4 20 Suivant