Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 18 sur 18 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • hôtel de voyageurs dit Hôtel de l'Estérel, puis Pavillon de l'Estérel
    hôtel de voyageurs dit Hôtel de l'Estérel, puis Pavillon de l'Estérel Cannes - 40 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 23
    Historique :
    Hôtel de voyageurs construit en 1870 sur un terrain acheté en 1868 à la Société PLM par Georges Gougoltz, hôtelier suisse, également propriétaire de l'Hôtel Beau Site voisin (IA06000183) . il a été vers 1941 sous le nom de Pavillon de l'Estérel.
    Parties constituantes non étudiées :
    avenue de jardin
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Description :
    Hôtel constitué par la juxtaposition de 2 corps de bâtiments ayant respectivement 2 et 3 étages carrés, flanqués à l'est d'un oriel polygonal couvert en terrasse et d'une aile en rez-de-chaussée couverte en terrasse d'agrément avec balustrade. Les élévations sont très simples, scandées de balcons sur l'édifice. Au sud une terrasse en terre-plein borde la façade de l'hôtel, le reste, encore planté de nombreux phoenix canariensis, est traversé par l'avenue sinueuse qui conduit à l'arrière de l'édifice. Au
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Cannes - 40 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 23
    Titre courant :
    hôtel de voyageurs dit Hôtel de l'Estérel, puis Pavillon de l'Estérel
    Appellations :
    Hôtel de l'Estérel, puis Pavillon de l'Estérel
  • hôtels de voyageurs
    hôtels de voyageurs Cannes
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Description :
    vestibule central et un couloir axial à chaque étage. Ils s'apparentent aux couvents cannois de la même succession de corps de bâtiments symétriques, d'ailes couvertes en pavillon et corps axial avec un dôme. La apparences des immeubles. Au 20e siècle, la structure se diversifie tout en se simplifiant. Les palaces de la réduit à l'extrême. Les hôtels de moindre importance restent proches de la structure des immeubles qui
    Titre courant :
    hôtels de voyageurs
    Illustration :
    Hôtel de la Terrasse, puis Hôtel Canisy et villa Albert. 4, 6, Docteur Raymond Picaud (avenue de Hôtel Métropole. The drive. [vue en perspective de la façade] IVR93_19960600278XB
  • jardin d'agrément jardin de la Villa Eléonore-Louise
    jardin d'agrément jardin de la Villa Eléonore-Louise Cannes - 24 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 35 à 40, 45, 48 à 51, 53 à 60, 71 à 75, 132
    Historique :
    C'est le 1er jardin de villégiature de Cannes, aménagé à partir de 1836 pour Henry Peter Brougham and Vaux, lord chancelier d'Angleterre, qui avait acquit en 1835 pour 13500 F un terrain s'étendant de la mer à la colline de la Croix des Gardes. Gilbert Nabonnand, plus tard horticulteur et paysagiste à Golfe-Juan, y crée un parc arboré en 1855. Vers 1860 le bord de mer est loti par Lord Woolfield (IA06000588). Après la mort de sir Henry en 1868 le reste du domaine est partagé. En 1883 il subsiste un jardin de 4 ha, agrandi de 8000 m2 en 1895 avec le terrain de la villa Gourjault. Il est entretenu au , délaissée vers 1937 mais conservant de beaux rosiers, dont la folette créée ici-même, garde une superficie de 2,2 ha en 1947 que le projet de lotissement pour Louis Dieu en 1949 a fait en partie disparaître.
    Parties constituantes non étudiées :
    avenue de jardin
    Description :
    On ne connaît de l'état d'origine que l'allée régulière unissant le portail du bord de mer à la . Vers 1900, le jardin était constitué pour 2 tiers de 2 terres-pleins en pente douce ondulés et gazonnés avec des bouquets de cocotiers, pritchardias, dattiers et des ginko biloba, eucalyptus, brahea nitida , magnolias, pêchers du Japon et autres phoenix isolés et que traversaient l'avenue bordée de groupes de plantations de fleurs saisonnières. Des rideaux de bambous géants et des groupes d'arbres masquaient les limites de la propriété. La villa revêtue de bougainvillées et de rosiers s'élève sur une terrasse dont la qui se détachait sur le fond d'un jardin sauvage avec un sous-bois de fleurs de printemps. De part et d'autre, des allées couvertes de tonnelles de glycines et de rosiers marquaient la limite du terre-plein de la villa. Au-delà, des sentiers escarpés ombragés par les chênes-lièges et les mimosas
    Jardins :
    parterre de gazon
    Localisation :
    Cannes - 24 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 35 à 40, 45, 48 à 51
    Titre courant :
    jardin d'agrément jardin de la Villa Eléonore-Louise
    Appellations :
    jardin de la Villa Eléonore-Louise
    Illustration :
    Vue aérienne de l'ensemble du site prise du sud-ouest. IVR93_19930600791XA Vue aérienne de l'ensemble du site prise du sud-ouest. IVR93_19930600790XA
  • église paroissiale Notre-Dame-de-Bon-Voyage ; monument Napoléon
    église paroissiale Notre-Dame-de-Bon-Voyage ; monument Napoléon Cannes - 2 bis rue Buttura - en ville - Cadastre : 1981 BT 230
    Historique :
    Le 25 décembre 1865 le conseil municipal en accord avec l'archevêché donne l'autorisation de remplacer l'ancienne chapelle de Bon Voyage qui ne comporte qu'une nef par une nouvelle église plus grande . En 1868 la chapelle est détruite. On pose la 1ère pierre le 15 décembre de l'édifice dessiné par l'architecte Laurent Vianay et inauguré en 1869. Vers 1900 on est obligé de supprimer les 2 clochers et l'on consolide la tribune de l'orgue en 1920, sur les plans de Laurent Vianay. A cause de l'affluence le dimanche commémorant le retour de l'île d'Elbe a été apposé sur la façade nord de l'église le 1er juillet 1932, Jean Gazagnaire étant maire, par les architectes M. Mayère et Raymond Morillon. Il est réalisé par le sculpteur
    Murs :
    pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La chapelle avait initialement une nef de 3 travées à laquelle semble s'être ajoutée une travée actuelle de style néo-roman, de plan en croix latine avec une nef encadrée de collatéraux, un transept et un choeur voûtés d'ogives.Ses élévations sont parementées en petit appareil de calcaire, avec prolongent par une partie tronquée de plan octogonal. Portail en plein-cintre couronné par une claire-voie et par une rosace. Le monument est accolé à l'élévation nord sous la forme d'une grande stèle de pierre
    Auteur :
    [architecte] Morillon Raymond [entrepreneur de maçonnerie] Patras L. [entrepreneur de maçonnerie] Patras E.
    Titre courant :
    église paroissiale Notre-Dame-de-Bon-Voyage ; monument Napoléon
    Vocables :
    Notre-Dame-de-Bon-Voyage
  • fort Royal ou fort Sainte-Marguerite
    fort Royal ou fort Sainte-Marguerite Cannes - Ile-Sainte-Marguerite
    Historique :
    plus tard, entre 1624 à 1627, peut-être sous la direction de Jean de Bonnefons. La première attestation défensif construit par Jean de Bellon après 1618. Les travaux de fortification n’auraient été réalisés que de l'existence d'un fort remonte à 1634. En 1635 l'île tombe aux mains des espagnols. Entre 1635 et ) Honofa Ant(oni)o Giralso. Après la reprise de l'île par la France en 1637, plusieurs réalisations se d'Etat. Une aile de cellules est construite sous la direction de du Cayron par les entrepreneurs d’Antibes Honoré Allègre et Antoine Courmes entre 1689 et 1691. Après un 1er projet de 1682, non réalisé , Vauban propose un ensemble d'améliorations en 1692, puis de nouveau en 1700. Certaines sont réalisées sous la direction de Niquet, entre 1693 et 1700 : nouveau magasin à poudre, amélioration du chemin couvert, achèvement de la partie supérieure de la porte Royale, avec à l’étage un pavillon couvert d’un toit, servant de corps de garde. Au début du18e siècle, l'intérêt stratégique du fort est contestée
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Référence documentaire :
    Archives du Génie, Antibes. Service Historique de la Défense, Vincennes : Art. 8, section 1. costes et isles de Provence" / Christophe Tassin, vers 1635, pl. 23. Bibliothèque Méjanes, Aix-en Cap de la Croix. / Dessin à la plume. Dans : "Description générale et particulière des costes et isles de Provence" / Christophe Tassin, vers 1635, pl. 21. Topographie de la France. Série de cartes gravées des XVIIe et XVIIIe siècles issues en partie des collections Marolles et Gaignières. Bibliothèque nationale de France, Paris : Va. Département des Estampes et de la Photographie. [18e siècle]. Service Historique de la Défense, Vincennes : Fonds du Génie, article 8, section 1 [Plans des 2 forts de Sainte-Marguerite]. Archivo general, Simancas : mapas, planos y dibujos, n Environ de Cannes. Ile Ste Marguerite, la prison du Masque de Fer. [Vue d'ensemble prise du nord
    Murs :
    calcaire pierre de taille grès pierre de taille
    Auteur :
    [] Bonnefons Jean de [] Le Prestre de Vauban Sébastien [entrepreneur de maçonnerie] Allègre d' Honoré [entrepreneur de maçonnerie] Courmes Antoine
    Texte libre :
    prononce contre le projet défendu par l’ingénieur militaire territorial Raymond de Bonnefons pour Antibes royal ; celle de Jean de Bonnefons, alors habitant d’Antibes, paraît au moins plausible. Ce premier comme Jean de Beins, François Martelleur ou Honoré de Bonnefons. Tassin a fait graver en 1634 deux Sisteron, achevée en 1611 par Jean de Bonnefons. Un témoignage, postérieur d’un peu moins d’un siècle tient conférence avec ses collègues ingénieurs royaux Jean de Bonnefons et Pierre d’Argencourt sur la Étude historique L’île Sainte Marguerite de Lérins offre un cas de place forte française littorale d’époque moderne concentrée non sur une ville portuaire de la côte, rôle qu’aurait pu tenir en l’occurrence Cannes, mais sur un fort insulaire important, siège du gouvernement militaire de la place. Ce fort, qui , serait assimilable à une citadelle s’il était associé à une agglomération susceptible de former une ville , comme les places fortes du Château-d’Oléron et de Saint-Martin-de-Ré, ou encore celle de Belle-Ile-en
    Illustration :
    Cap de la Croix. Vers 1635. IVR93_20000600368XAB Carte des îles de Sainte-Marguerite et Saint-Honorat. 18e siècle. IVR93_19930600005ZA Environ de Cannes. Ile Ste Marguerite, la prison du Masque de Fer. [Vue d'ensemble prise du nord La porte Marine N vue de l'intérieur ; voûte du passage d'entrée et rampes. IVR93_20060600260XE Rampe de la porte Marine, bâtiments o-e et amorce du bâtiment n-d. IVR93_20060600261XE Le puits-citerne (i), avec son édicule de couvrement et ses citerneaux. IVR93_20060600262XE Côté sud de la place d'armes et corps de casernes. IVR93_20060600263XE Côté ouest de la place d'armes et corps de casernes. IVR93_20060600264XE Côté sud du château A avec tour, vu du rempart de la courtine est (D). IVR93_20060600265XE Allée médiane entre les corps de casernes jumeaux S-T, vers l'ouest. IVR93_20060600266XE
  • maison dite Villa Belle Rive
    maison dite Villa Belle Rive Cannes - 95 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AR 82
    Description :
    Maison formant à l'origine un bloc simple encadré de 2 portiques remplacés par des ailes en rez-de . Les élévations principales sont ordonnancées avec une loggia ouvrant au sud de l'étage de chaque aile . Un décor de céramique vernissée est appliqué sur les façades principales. Un parapet crénelé couronne les ailes, une crête dentelée, le corps central. Le jardin est mi-paysager au nord de la maison, mi -régulier au sud, avec un parterre de pièces coupées centré sur un bassin festonné inscrit dans une margelle
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Cannes - 95 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AR 82
    Élévations extérieures :
    jardin de niveau
  • maison dite chalet Ligne
    maison dite chalet Ligne Cannes - 99 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AR 283
    Parties constituantes non étudiées :
    fabrique de jardin clôture de jardin
    Description :
    Maison comprenant un rez-de-chaussée surélevé sur un sous-sol, un étage carré et un étage de comble aménagé dans une charpente aiguë couverte de tuiles plates et dont les avant-toits sont ornés de pièces de bois découpé. La toiture fait un retour en pignon sur les façades nord et sud. L'agrandissement de la maison a placé ces pignons au centre de chacune de ces élévations. Les baies du rez-de-chaussée et du 1er étage sont bordées de balcons continus. Le jardin a une partie d'accueil paysagère au nord de la maison , et une partie régulière au sud, avec un parterre de gazon traversé par une allée de front encadrée d'une alternance de camoerops et d'arbustes.
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Localisation :
    Cannes - 99 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AR 283
    Élévations extérieures :
    jardin de niveau
  • maison dite Villa Hollandia
    maison dite Villa Hollandia Cannes - quartier Anglais - 16 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 46
    Parties constituantes non étudiées :
    fabrique de treillage clôture de jardin
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Maison d'un seul étage carré de plan rectangulaire régulier couverte en terrasse. Entrée à l'est sous un porche couvert en terrasse d'agrément couronné de balustrades. Deux oriels couverts en terrasse d'agrément encadrent le premier niveau de la façade sud. Des balustrades couronnent l'ensemble des élévations l'ouest une aire de jeu trop petite pour être un tennis. Il est resté paysager au sud de la maison, mais avec un plan simplifié et une plate-bande potagère tout au-long de la clôture sur l'avenue. Une allée de cyprès remplace l'aire de jeu. Un jardin régulier avec bassin polylobé et allées couvertes de berceaux de verdure s'étend au nord en bordure du secteur des semis.
    Typologies :
    balustrade de couronnement
    Localisation :
    Cannes - quartier Anglais - 16 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 46
    Élévations extérieures :
    jardin de niveau
  • maison dite La Ruche, puis L'Oasis
    maison dite La Ruche, puis L'Oasis Cannes - 42 boulevard d' Alsace - en ville - Cadastre : 1981 CO 85
    Historique :
    -mêmes avec l'entreprise de maçonnerie cannoise Caisson et Raymond, les menuisier Roquebrune et Bertrand , le sculpteur cannois Vidal, le sculpteur de staff cannois Ernest Pellegrini et le ferronnier cannois
    Parties constituantes non étudiées :
    clôture de jardin entrée de jardin
    Représentations :
    : ornement végétal, support ferronneries de la porte d'entrée et des portails du jardin
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Maison de plan et de volumétrie composites dissymétriques avec perrons à parapet de tuile et porche d'entrée ouvrant directement sur la cage de l'escalier en bois placée en angle. Les étages sont hiérarchisés, le rez-de-chaussée abrite les locaux de l'agence. La logette en bois du salon porte un des balcons de l'étage. Au sud-est, pavillon de 2 étages avec balcon, couvert d'un toit en pavillon. Les élévations sont animées de membres sculptés, larmiers des baies, ruche dans un médaillon carré sur la pointe , colonnes corinthiennes sur des culots en forme de masques et soutenant les aisseliers de l'avant-toit. Les baies ont des arcs en plein-cintre en brique. Le volume de l'entrée est séparé de la cage d'escalier par un élément de charpente ouvragée soutenant le plafond. Les murs y sont peints de motifs décoratifs végétaux. Dans le salon, un lourd décor de staff de style art nouveau orne plafond, corniche et dessus-de -porte. Il en est de même dans la salle à manger qui a une cheminée de même style. Le jardin paysager
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Caisson F. et Raymond
    Élévations extérieures :
    jardin de niveau
    Illustration :
    Vue de détail du nom de la villa situé sur le portail IVR93_19930600774XA Vue de détail du portail IVR93_19930600773XA
  • immeuble dit Palais des Pins
    immeuble dit Palais des Pins Cannes - 41 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 85
    Historique :
    plans datés de 1926 et 1927 des architectes parisiens Charavel et Robert Enault et l'architecte cannois Mélendès pour la Société Paris-Cannes (Paris). Le 1er étage de la 1ère tranche (est) réalisée avait été de Bozas avec des plans particuliers.
    Parties constituantes non étudiées :
    entrée de jardin
    Représentations :
    sujet : baigneuses, support : bas-relief de la façade et du portail
    Description :
    accessibles par une rampe descendant de l'avenue du Docteur-Raymond-Picaud et desservis par les ascenseurs. Le Immeuble de 7 étages comprenant 3 cages d'escaliers tournant autour d'un ascenseur et desservant à chaque palier 2 appartements de 3 et 5 pièces chacun. Les 2 appartements réservés connus du 1er et du 3e étage prennent la place de 3 de ces appartements standard sur une surface de 340 m2. Ils contiennent un aussi un fumoir, 2 salles de bain pour 3 chambres de maîtres et une salle de bain pour 3 chambres de domestiques. Celui du 3e étage possède un petit salon, une 4e chambre de maître et une 4e chambre de cour. Le 7e étage en retrait était prévu pour des chambres de domestiques ouvrant sur une terrasse en bas-relief représentent des baigneuses. l'un d'eux accompagne le nom de l'immeuble. Le sous-sol en partie couvert au nord par une terrasse d'agrément contient 14 chambres de domestiques et les garages portail de la cour d'entrée au sud est constitué par une arche en plein-cintre en béton dont la clé est
    Localisation :
    Cannes - 41 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 85
  • jardin d'agrément du Château Sainte-Ursule, puis Château des Tours
    jardin d'agrément du Château Sainte-Ursule, puis Château des Tours Cannes - quartier Anglais - 10 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AW 17, 26, 27, 173, 202 à 204, 245, 267 à 270
    Historique :
    Londesborough à l'instigation de Sir Thomas Robinson Woolfield. C'est le chef-jardinier Opoix qui en a dirigé apporté quelques innovations. En 1858 le marquis de Conyngham, neveu de Lord Londesborough et pair d'Angleterre, vend la propriété pour 180000 F à Richard Manca, duc de Vallombrosa qui agrandit et enrichit le jardin, alors sous la responsabilité du jardinier Dughera, puis il cède des parcelles à partir de 1886 de voyageurs par l'architecte cannois Laurent Vianay qui modifie aussi le jardin, dont une partie est revendue avant 1895. En l'état, il reste un des beaux jardins anciens de Cannes.
    Parties constituantes non étudiées :
    avenue de jardin
    Description :
    Sur près de 3 ha, le jardin possède une partie en pente douce au sud du château, plus escarpé au nord, avec des pentes assez fortes à l'est. L'ensemble a été organisé en jardin paysager, avec de nombreuses allées, quelques-une couvertes de berceaux de rosiers, côtoyant bassins, enrochements pittoresques exotique qui accompagne d'abord l'avenue avec de nombreux palmiers de toutes sortes, sur un fond de bambous variés, et forme, avec ses sous-bois, de belles scènes, tantôt fleuries, tantôt verdoyantes. Au sud du château, une partie est plantée de plusieurs espèces d'agrumes. Des plantes sarmenteuses tapissent la grande terrasse et le château. Au nord de celui-ci, les pentes ont gardé leur végétation naturelle de pins et de bruyères qu'on a enrichie de cèdres, mimosas, eucalyptus. Au sommet de cette partie se tient le réservoir d'une capacité de 300 m3. S'y trouvait aussi une installation zoologique peuplée de daims et de moufflons. La cession de multiples parcelles péripériques et l'ouverture d'un portail à
    Jardins :
    bocage de jardin
    Localisation :
    Cannes - quartier Anglais - 10 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AW 17
  • immeuble dit Villa La Brise
    immeuble dit Villa La Brise Cannes - 9 rue Edith-Cavell - en ville - Cadastre : 1981 BL 92
    Historique :
    . Caisson et Raymond pour la maçonnerie, Chabert pour la serrurerie, Savone et Politis pour les peintures et l'ornementation. L'immeuble borde la voie ferrée que la ville avait alors en projet de couvrir par un square.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Immeuble d'angle de plan à peu près carré construit en bout d'îlot à l'angle de 3 rues. L'entrée zénithale. Il dessert au rez-de-chaussée et à chaque étage 2 appartements contenant une salle de bain pour 2 et 3 chambres au sud. Les pièces de séjour, salon et salle à manger, sont soit au nord soit à l'ouest forme d'une frise sculptée de branches de laurier épousant les ondulations de la corniche qui sert de garde-corps à la terrasse de couverture. Les retombées de ce décor simulent en creux des médaillons. Les travée de même nature. Les balcons au centre de l'élévation ouest ont une balustrade. L'élévation nord est plus sobre. Les allèges des baies y sont parementées de brique. La structure de l'immeuble est en béton armé revêtu de pierre de taille et d'un enduit façonné. Au nord et au sud, l'immeuble est bordé
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Caisson F. et Raymond
    Élévations extérieures :
    jardin de niveau
  • lotissement concerté Woolfield
    lotissement concerté Woolfield Cannes - 9 à 29 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 81, 128 AW 152, 153, 154, 156, 157, 160, 162, 163, 164, 177, 199, 211, 215, 266
    Historique :
    Lotissement créé vers 1860 par Sir Thomas Robinson Woolfield sur les terrains de sa propriété contigus à sa villa Victoria. Il divisa l'ensemble en une vingtaine de lots qu'il fit aménager en jardins future construction. Ce lotissement coïncide avec la création de la ligne de chemin de fer de Marseille à Nice qui longe l'ensemble des lots et les sépare du bord de mer. L'architecte cannois Charles Baron a
    Description :
    Le lotissement est une succession de parcelles assez régulières juxtaposées sur la rive sud de l'avenue, ancienne route de Fréjus, alors à l'entrée de la ville. La voie ferrée les borde au sud et les parcelles à proximité immédiate de l'avenue, les autres au centre de celles-ci.
    Localisation :
    Cannes - 9 à 29 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 81, 128 AW 152
    Élévations extérieures :
    jardin de niveau
    Illustration :
    Villa Saint-Honoré et villa Ferdinand Moreau. Vue aérienne prise de l'est. IVR93_19880600235X
  • maison dite Villa Victoria
    maison dite Villa Victoria Cannes - quartier Anglais - 7 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AW 140
    Historique :
    Maison construite en 1853 par l'architecte anglais Thomas Smith et l'entrepreneur de maçonnerie par Sir Charles Murray, ancien vice-roi des Indes. Dans l'attente de l'achèvement de sa villa Marie -Thérèse (IA06000232) la baronne douairière James de Rothschild habite dans l'hiver 1880-1881 la maison qui
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    La maison se compose d'un grand corps de bâtiment encadré de 2 ailes en retour sur ses façades nord et sud et couvertes de hauts toits également en retour couverts de tuiles plates. Un porche couvert en terrasse d'agrément entre les 2 ailes dotées d'oriels. Les murs sont parementés de moellons de grès rose de l'Estérel jointoyés avec les chambranles des baies en brique recouverte d'enduit façonné . En 1919 le rez-de-chaussée comptait une enfilade de 4 salons, une bibliothèque et un boudoir. Il y avait aussi 3 chambres de maîtres. Au 1er étage, un bureau, un salon, une lingerie, 2 salles de bain et un cabinet de toilette pour 5 chambres de maîtres et 2 chambres de domestiques. A l'étage de comble , 2 débarras et 5 chambres de domestiques.
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Pulhan Odadhia [habitant célèbre] Rothschild de James
    Typologies :
    plan tripartite avec axe de symétrie traversant
    Localisation :
    Cannes - quartier Anglais - 7 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AW 140
    Illustration :
    Vue partielle de la façade IVR93_19930600726XA
  • maison dite Villa Philip, puis Villa Montrant
    maison dite Villa Philip, puis Villa Montrant Cannes - quartier Anglais - 66 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AS 80
    Parties constituantes non étudiées :
    avenue de jardin
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Maison de plan et de volumétrie composites avec 2 escaliers tournants de même conception. La chaînages et chambranles en pierre de taille et le nu des murs en moellons polygonaux apparents. Le balcon de bois de l'état d'origine a été supprimé au profit de oriels. Le jardin paysager étroit est composé de terrasses successives, celle qui possède une aire de jeu s'appuyant sur des rochers artificiels . Des escaliers droits s'alignent contre la clôture est. Près de la maison, un escalier en fer-à-cheval aujourd'hui réduit de moitié.
    Étages :
    étage de soubassement
    Typologies :
    parapet de couronnement
    Localisation :
    Cannes - quartier Anglais - 66 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AS 80
  • maison dite Château Saint-Georges, puis Villa la Rochefoucauld
    maison dite Château Saint-Georges, puis Villa la Rochefoucauld Cannes - quartier Anglais - 47 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 138
    Historique :
    l'entrepreneur de maçonnerie Joseph Laugier pour Sir Herbert Taylor, lieutenant général de l'armée britannique et d'entreprendre celle de sa villa Victoria. En 1856 Jacques Louis Courant, gendre de Woolfield, achète la propriété. En 1861 Joseph Grandval, ancien chambellan de Napoléon Ier et raffineur de sucre marseillais , acquiert le domaine que ses enfants rachètent aux enchères en 1873 et qu'ils louent au duc Robert de Bourbon Parme. La duchesse de Boudanville est peut-être responsable de la construction dans le parc vers 1875 de la villa des Pins, étudiée séparément. En 1886 la famille de la Rochefoucauld donne son nom au château que Finck et Châteauvieux transforment en 1926 en un hôtel de 45 chambres partagé en copropriété
    Représentations :
    sujet : ordre dorique, support : portique de la façade antérieure
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    autres. Un 3e étage ajouté supprima les balustrades de couronnement. Façade antérieure sud ordonnancée avec un portique dorique couvert en terrasse d'agrément. La travée axiale est ornée au 2e niveau de 2 paires de colonnes doriques soutenant le balcon du 3e niveau. D'autres balcons ont été ajoutés.
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Laugier [commanditaire] Boudanville hesse, de
    Typologies :
    plan tripartite avec axe de symétrie balustrade de couronnement
    Localisation :
    Cannes - quartier Anglais - 47 avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 138
  • maison dite Villa Eléonore-Louise
    maison dite Villa Eléonore-Louise Cannes - quartier Anglais - 24 1ère maison avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre : 1981 AV 53
    Historique :
    C'est la 1ère maison de villégiature construite à Cannes en 1836 par l'architecte et ingénieur Vaux, lord chancelier d'Angleterre, qui avait acquit en 1835 pour 13500F un terrain s'étendant de la mer à la colline de la Croix des Gardes. Vers 1850 il fait ajouter les 2 ailes latérales et le portique. Après sa mort dans cette maison le 7 mai 1868 à l'âge de 90 ans, le domaine est loti en plusieurs étapes. Un nouveau Lord Brougham vend la maison en 1924. La propriété a encore une surface de 22000 m2 en 1947. Projet de transformation en copropriété pour Louis Dieu en 1949 et lotissement du reste du jardin.
    Représentations :
    sujet : ordre dorique, support : portique de la façade antérieure ; sujet : ornement végétal ; blason, support ; 3e niveau de la façade antérieure
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Maison de plan tripartite de 2 étages carrés entre 2 ailes étroites en avant-corps légèrement plus hautes avec axe de symétrie sur le porche dorique à fronton et l'escalier principal symétrique. 2 ailes épouse les décrochements de l'ensemble et remplace le porche. Vestibule axial ouvrant sur un escalier à l'étage 7 chambres des maîtres avec 3 salles de bains et 2 chambres de domestiques. D'autres chambres au 2e étage. Balustrades de couronnement sur l'ensemble des élévations. Des balcons ont été ajoutés sur
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Fleury Guichard Frères
    Typologies :
    plan tripartite avec axe de symétrie traversant balustrade de couronnement
    Localisation :
    Cannes - quartier Anglais - 24 1ère maison avenue du Docteur-Raymond-Picaud - en ville - Cadastre
    Illustration :
    Vue en perspective de la façade. IVR93_19930600214VA Vue d'ensemble de la façade IVR93_19930600215XA
  • fontaine Rivoire
    fontaine Rivoire Cannes - 2e fontaine square Reynaldo-Hahn - en ville - Cadastre : 1981 DM 9
    Description :
    Statue en bronze de jeune homme nu tenant en laisse la tête d'un cheval marin placée au centre du bassin ovale carrelé de bleu.
    Auteur :
    [sculpteur] Rivoire Raymond-Léon
1