Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • fort dit Fort Carré
    fort dit Fort Carré Antibes
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    l’ingénieur du roi en Provence et Dauphiné Raymond de Bonnefons, et continué par son fils et successeur Jean actif en Provence à ses côtés vers 1635-1640. On ne connaît pas la date de construction des bâtiments Le programme de fortification royale aurait commencé selon les sources en 1550, ou en avril 1548 , par le lancement du chantier de la tour Saint-Laurent sur la presqu’île formant éminence rocheuse face une trentaine d’années plus tard dans le Fort Carré actuel. Si l'auteur de la grosse tour Saint -Laurent peut être identifié comme Jean de Saint-Rémy, la construction du fort à système bastionné, entre 1565 et 1585, est largement postérieure à sa disparition en 1557. A partir de 1603, un programme de construction d'une enceinte à redans et front de terre bastionné autour du fort est mis en oeuvre par de Bonnefons. Vers 1635-1640 une fausse braie avec redan en épi face à chaque courtine enveloppe le fort et un ouvrage à corne constitue une amorce de front de terre pour une enceinte basse. La fausse
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Référence documentaire :
    historique de Provence, t. XIX, 1936 Projet de fortification bastionnée pour la ville d’Antibes. / Dessin, par Ascanio Vitozzi, 1589 [Série de plans de la fin du XVIe siècle à la fin du XVIIe siècle (issus en partie des collections Marolles et Gaignières)]. Bibliothèque Nationale de France, Paris : Estampes série Va – Topographie de la France, Alpes-Maritimes, Antibes. [Plan et vue cavalière de projet pour les fortifications d’Antibes, incluant le Fort Carré Nationale de France, Paris : Estampes : Va topo France, 06, t. I, mc. 109379 et 109384. BOISSIER J. Antibes et le fort Carré. Dans : Revue historique de l’armée, 1958, 14e année, n°4. p. 39 CHARNIER, H. Notes sur les origines du génie, du Moyen Âge à l’organisation de l’an VIII . Dans : Vauban et ses successeurs dans les Alpes-Maritimes - Paris : Association Vauban, 2004
    Représentations :
    Décor peint de la chapelle : plinthe imitant une menuiserie à panneaux peints, niche d’autel encadrée de deux motifs peints simulant des ailerons de retable baroque, puis de deux panneaux figurant un vase de fleurs, au-dessus d’un motif de rameaux croisés noués. Entre le berceau de la voûte, le dessus de la niche et des deux panneaux floraux, des rinceaux symétriques se développent à partir d’un
    Description :
    angles de bastions dont l’angle de capitale, très aigu, portait une guérite cylindrique ou échauguette en encorbellement, qui a disparu. Le volume creux cylindrique, à l’intérieur de ce corps central carré, contient un bâtiment annulaire adossé, élevé de trois niveaux dont le dernier règne au-dessus de la plate-forme du fort . La porte d’entrée du fort, à pont-levis, est de plain-pied avec la cour intérieure. Elle est percée à l’extrémité de la courtine 37-38, Cette porte est desservie par une longue volée unique d’escalier en pierre légèrement incurvée aboutissant au revers de l’orillon de ce flanc. Cette porte dessert un couloir axial bâtiment annulaire. Ce couloir d’entrée dessert un autre segment de couloir divergent qui communique aux casemates abritées à ce niveau dans le bastion de Corse. Depuis l’intérieur de travées du bâtiment annulaire sur cour, trois autres branches de couloir traversent la forte épaisseur murale des angles du corps central pour desservir les casemates des bastions d’Antibes, de France et de Nice. Les bastions n’ont
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Saint-Rémy de Jean [ingénieur] Bonnefons Jean de [ingénieur] Besançon de Charles-Bernard [ingénieur militaire] Le Prestre de Vauban Sébastien
    Aires d'études :
    Alpes-Maritimes
    Texte libre :
    d’archives des travaux royaux de fortification en Provence au XVIe siècle, il faut se contenter des données ingénieur du roi en Provence sous François Ier, maître d’œuvre de l’enceinte bastionnée de la place forte de François Ier et Henri II en Provence, notamment en 1546. Ce Jean de Saint-Remy, personnage important, se Provence, mort au siège de Saint-Quentin en 1557 et inhumé dans la collégiale Saint-Martin de Saint-Rémy de Provence. A propos d’un projet du sieur de Saint-Remy, assurément Jean de Saint-Remy, pour la fortification de Toulon, en 1552, l’historien ancien de la Provence Honoré Bouche (1598-1671) le qualifie de Provence de 1546 précisent à Saint-Remy « que n’y pourrions envoyer personnage qui soyt pour mieux réparation des fortifications de plusieurs places de Provence, au nombre desquelles sont citées Arles sur les chantiers de fortification bastionnée français du sud des Alpes dans les années 1580. On Ercole Negro (ou Nigra) de Sanfront, qui œuvra en 1580 sur plusieurs chantiers des Alpes du sud (Gap, La
    Illustration :
    Vue générale, côté bastion de France. IVR93_20060600202XE Bastion de Nice. IVR93_20060600211XE Cour centrale, pavement et puits de la citerne. IVR93_20060600214XE Escalier reliant la cour au chemin de ronde. IVR93_20060600215XE Bâtiment annulaire, travée en rez-de-cour, ancien logement. IVR93_20060600218XE Intérieur de la chapelle, niche et autel. IVR93_20060600220XE Bastion de Corse, intérieur d'une casemate avec restes de décor mural. IVR93_20060600221XE Une des chambres voûtées ou casemates radiantes de l'avant-corps : issue en direction de la cour Bastion de Nice, vue intérieure du parapet, embrasures à canon. IVR93_20060600228XE Cour, puits central de la citerne. IVR93_20060600230XE
  • fortification d'agglomération
    fortification d'agglomération Antibes
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Place royale, Antibes est frontalière entre France et duché de Savoie. Jusqu'au milieu du 16e 1552 , une première campagne de construction de défense moderne est initiée par Henri II. Sont construits la tour Saint-Jaume et l'embryon du futur Fort Carré, tous deux attribuables à l'ingénieur Jean de Saint-Rémy. A la fin du 16e siècle, une première enceinte existe. De 1603 à 1611 Raymond et Jean de et la mer par Jean et Pierre de Bonnefons . Le port est creusé en 1680-1683, sur un projet d'Antoine Niquet. En 1682, premier projet de Vauban pour le port et son système de défense : construction du bastion de grand môle sur l'ex îlot Saint-Jaume destiné à abriter le chantier naval. Plusieurs projets de Vauban et Niquet pour l'achèvement des fortifications et du port se succèdent. Des retouches au front de terre et des compléments de l'enceinte sont réalisés en 1693 par l'entrepreneur Honoré d'Allègre . Nouveaux projets de Vauban en 1697 et 1700. Après la mort de Vauban, des retouches ponctuelles sont
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Référence documentaire :
    isles de Provence. / Christophe Tassin, vers 1635, pl. 24. Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence : Ms Plan de la ville et citadelle et port et fort d'Antibes en Provence en l'estat qu'il estoit en 1700 [Dossier des fortifications d'Antibes]. Service historique de la Défense, Vincennes : Archives du Marchés de travaux du port et des fortifications passés aux entrepreneurs, 18e siècle. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 37 J 14 ; 3 E 27 et 3 E 81 d'oiseau du port d'Antibes]. / Dessin à la plume et encre de Chine, rehauts d'aquarelle, 16e siècle ; 46,5 x 63 cm. Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EST RESERVE VE-26 Projet de fortification bastionnée pour la ville d’Antibes. / Dessin, par Ascanio Vitozzi, 1589 [Vue cavalière de la prise d’Antibes par les troupes de Charles-Emmanuel, duc de Savoie, le 30 . III, fol. 31 ; copie aux archives départementales des Alpes-Maritimes, série Fi.
    Précisions sur la protection :
    Le fronton de la Porte de la Marine : inscription par arrêté du 31 mars 1928. Remparts et demi
    Murs :
    pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune propriété de l'Etat Remparts et demi-bastion 17 dit Fort Saint-André : propriété de l'Etat
    Description :
    L'enceinte d'Antibes comportait 3 fronts : Le front de mer à l'est avec 4 ouvrages très peu saillants, plates-formes pour batteries de côte. Le front du port ou de la Marine avec un bastion médian , dit de la Marine, encadré de 2 courtines rectilignes. La Porte Marine est située à son extrémité est . Le front de terre bastionné, avec fossé et dehors, se composait de 3 courtines et 4 bastions à orillons et flancs : bastions Rosny, de Guise, du Roi et du Dauphin. Il était percé de la deuxième porte de l'enceinte : la Porte Royale ou de France. Un front détaché prolongeait le front de mer, pour abriter le port . Construit sur le grand môle, il comprenait un grand bastion occupant l'îlot Saint-Jaume et un chemin de ronde continu. L'essentiel de l'enceinte du front de terre a disparu. Sont conservés : - la Porte Royale dont le pavillon en pierre de taille et toit couvert en tuiles creuses a été transformé en villa en blocage de moellons, avec voûte en berceau en briques. - la courtine du front de mer et ses
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Saint-Rémy de Jean [ingénieur militaire] Bonnefons Jean de [ingénieur militaire] Bonnefons Raymond de [ingénieur militaire] Bonnefons de Pierre [ingénieur militaire] Le Prestre de Vauban Sébastien [entrepreneur de maçonnerie] Allègre d' Honoré
    Aires d'études :
    Alpes-Maritimes
    Texte libre :
    Bourgogne et en Provence, dans ce dernier cas vers 1546. Antibes faisant partie des places que Jean de Saint , l’ingénieur au service du duc Charles-Emmanuel de Savoie pour la conquête de la Provence, Ascanio Vitozzi , « surintendant général des forteresses de Provence » pour le duc, durant la seconde occupation savoyarde de la dont fut chargé Raymond de Bonnefons, alors "ingénieur pour le roy en Provence, Daulphiné et Bresse conseiller du roi Guillaume du Vair, président du parlement de Provence. Le projet initial, réalisé avec de Guise, lieutenant général de Provence depuis 1595 (Guise), et au futur Louis XIII, né en 1601 fortifications ". Promu en juillet, après la mort accidentelle de son père, ingénieur du roi en Provence et en fortification. Une enquête sur la situation des ports et places fortes des côtes de Provence confiée par Richelieu en 1632 et 1633 à Henri de Séguiran, président de la cour des comptes de Provence, conclut à , l’ingénieur Jean-Louis du Cayron, commis aux fortifications des places de Provence sous la direction de
    Illustration :
    Plan de la ville et citadelle et port et fort d'Antibes en Provence en l'estat qu'il estoit en 1700 Plan de situation de la Porte marine sur fonds cadastral, 2016 IVR93_20160600250NUC1A Façade de deux travées de casemates de la courtine de la Marine 29-1. IVR93_20060600172XE Ancienne porte Royale (7), porte de la villa. IVR93_20060600174XE Ancienne porte Royale (7), porte de la villa. IVR93_20060600175XE Le demi-bastion Saint-André (17) et l'enfilade du front de mer vus du sud. IVR93_20060600178XE Flanc et face droite des bastions 18 et 20-21 du front de mer, vue prise du sud Détail de l'angle arrondi face-flanc du demi-bastion Saint-André (17) ; embrasures Mur de gorge du demi-bastion Saint-André et rampe de sa plate-forme d'artillerie Courtine 22 du front de mer et flanc droit du bastion 23, devant le château. IVR93_20060600184XE
  • batterie du Graillon
    batterie du Graillon Antibes - Batterie du Graillon - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    Provence d'Henri de Séguiran. La première batterie du Graillon est en place en l’an 3 de la République A l’origine de la batterie du Graillon est une tour de défense et de surveillance côtière dont la suite de la remise à Richelieu du rapport sur la situation des ports et places fortes des côtes de banquette et parapet de plan en demi-cercle face à la mer, et mur de fermeture à la gorge ; elle est complètement indépendante de la vieille tour ronde en place un peu au-dessus. Plusieurs projet de reconstruction de la batterie, prévoyant la destruction de la tour ronde, se succèdent au 19e siècle, sans amorce de réalisation. Le projet finalement réalisé en 1862, établi par l’officier du génie Argellier , s’éloigne nettement des modèles type en vigueur : il combine la construction d’un corps de garde non fortifié avec le choix rétrograde d’une tour réduit de plan circulaire réemployant le soubassement de la tour ruinée du temps de Richelieu. Les deux éléments projetés sont juxtaposés et pourvus chacun d’un
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Référence documentaire :
    Mémoire raisonné de l’état de situation de la côte de la sous-direction d’Antibes 24 sept 1799 , signé Léon. Service historique de la Défense, Vincennes : Archives du génie, Art. 8, section 1, Antibes
    Description :
    L’enceinte de la batterie comporte deux longs murs rectilignes peu élevés, percés à intervalles réguliers de créneaux de fusillade. Ils convergent jusqu’à la tour circulaire et se referment sur un corps de garde. Le rempart ou terrasse de la batterie, limité vers l’intérieur de l’enceinte par un mur de soutènement, a perdu l’organisation défensive de sa banquette et de son parapet de terre. Un petit saillant que forme le revêtement extérieur de la terrasse porte un emplacement de tir formant tourelle en interne de la batterie a été adossé après coup à ce mur de soutènement. Le volume de la tour, plus large que haut, forme un tronc de cône assis sur le soubassement dérasé à l’horizontale de la tour du 17e voûte en pénétration. L’accès à la plate-forme supérieure de la tour est assuré par un escalier curviligne voûté, rampant dans l’épaisseur du mur à partir du couloir d’entrée. Le parapet de la plate-forme de la tour, aussi épais que le mur d’enceinte de la batterie, est percé d’une série de créneaux de
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Aires d'études :
    Alpes-Maritimes
    Texte libre :
    des côtes de Provence rendu à Richelieu en 1632 et 1633 par Henri de Séguiran, président de la cour des comptes de Provence. Une autre tour du même type, avait été construite aussi sous l’administration batterie haute ou réduit formé d’un rempart à redans de plan étoilé, en plus de la batterie principale, qui décaissement du terrain, et délimitée vers la partie haute du site par un mur de soutènement discontinu. Un Sainte-Marguerite de Lérins, à 4 km d’Antibes, la batterie du Graillon est la seule conservée des batteries de côte importantes des abords de la place forte d’Antibes. A l’origine de la batterie du Graillon est une tour de défense et de surveillance côtière dont la construction initiale n’est pas documentée typologique. Il s’agissait d’une tour circulaire d’un peu plus de 16m de diamètre hors œuvre à la base, avec fruit, sa salle basse voûtée au mur épais de plus 3m étant équipée d’embrasures. Cet édifice présentait donc une très nette parenté avec plusieurs tours défendant les îles d’Hyères, celles de Port-Man, du
    Illustration :
    Mur de clôture crénelé de l'enceinte chemisant le pied de la tour. IVR93_20060600243XE Mur de clôture latéral crénelé de l'enceinte, vu de la batterie côtière. IVR93_20060600244XE Emplacement de tir formant tourelle sur la batterie côtière. IVR93_20060600245XE Face intérieure de la porte principale, avec escalier montant vers la tour. IVR93_20060600246XE Bloc de défense interne à l'enceinte, pour fusil mitrailleur. IVR93_20060600247XE Mur de clôture crénelé de l'enceinte et chemin de ronde montant vers la tour. IVR93_20060600248XE Raccord du mur crénelé chemisant la tour et du mur pignon du corps de garde. IVR93_20060600249XE Détail de la porte de la tour, vue de l'extérieur. IVR93_20060600250XE La porte de la tour surmontée d'un jour et d'une bretèche, en contre-plongée. IVR93_20060600251XE La tour enveloppée de son mur de chemise quadrangulaire. IVR93_20060600252XE
  • coopérative agricole (coopérative d'approvisionnement)
    coopérative agricole (coopérative d'approvisionnement) Antibes - 947 avenue Jules-Grec - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Historique :
    une partie de ses bâtiments à Groupama.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale coopératives agricoles de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Description :
    L'ensemble comprend 2 entrepôts contigüs servant de magasins couverts de tôle et un bâtiment de plan rectangulaire couvert d'un toit plat sur 1 étage carré ; le rez-de-chaussée est occupé dans sa
    Aires d'études :
    Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Texte libre :
    périphérique. En 1980, elle s'agrandit de 2 hangars de libre-service. La coopérative regroupe actuellement 862 adhérents, dont 400 actifs environ. Elle loue une partie de ses bâtiments à GROUPAMA. État actuel : bon isolés de la rue par un petit parking. Ils forment la partie est de l'ensemble. Le grand local de la coopérative est plus à l'ouest et isolé de la rue par un grand espace de circulation. Matériaux : béton et menuiserie d'aluminium. Préfabriqués de tôle pour les libre-services. Structure : outre les deux hangars accolés qui servent de magasins et deux petites maisons individuelles actuellement louées, l'ensemble comprend un grand bâtiment rectangulaire à deux étages. Le rez-de-chaussée présente trois portes d'entrée en façade sud, dont deux sont réservées à GROUPAMA, qui occupe un quart de ce niveau. Élévations extérieures Élévation sud : cette façade est à deux étages, surmontée de deux cheminées. Le rez-de-chaussée deux portes et une fenêtre surmontées de l'enseigne : GROUPAMA. L'étage est percé d'une série de quatre
  • Ports et aménagements portuaires de la commune d'Antibes
    Ports et aménagements portuaires de la commune d'Antibes Antibes - en ville - Cadastre :
    Copyrights :
    (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine portuaire en Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Référence documentaire :
    Plan de la ville et citadelle et port et fort d'Antibes en Provence en l'estat qu'il estoit en 1700 Le petit atlas maritime, recueil de cartes et plans des quatre parties du monde. En cinq volumes . Par ordre de M. le duc de Choiseul,... Cinquième volume contenant les côtes de France et les places maritimes sur l'océan et sur la méditerranée. [s.n.] (Paris) 1764. Bibliothèque nationale de France Antibes Cent Ans d’Expansion Urbaine 1860-1960. Catalogue de l'exposition tenue du 21 septembre au
    Titre courant :
    Ports et aménagements portuaires de la commune d'Antibes
    Aires d'études :
    Alpes-Maritimes
    Texte libre :
    Juan-les-Pins. Le site de port Vauban est aménagé pour l'accueil de bâtiments de haute-plaisance en militaire des Alpes-Maritimes (IA06000008). Pour Antibes le dossier de fortification d'agglomération .. L'emplacement du château Grimaldi correspondant à l'acropole de la ville grecque. Sous l'Empire romain, Antibes est l'arsenal de la colonie de Cimiez. L'activité commerciale du port est attestée depuis l'Antiquité : Pline cite Antipolis comme un lieux de production de saumures et de fabrication du garum. Au Moyen-Age , l'évêque d'Antibes fortifie la ville. Les tours carrées (tour de la cathédrale et tour du château) édifiées la fortification de la ville et du port à partir de la construction du fort Carré et de la tour Saint pour établir une place de guerre, première défense rencontrée après la frontière avec les états de Savoie que matérialise par le Var. L'enceinte bastionnée de la ville et le fort Carré qui la protège sont prend fin avec le rattachement du comté de Nice à la France en 1860. Un chantier de construction pour
    Illustration :
    Plan de la ville et citadelle et fort et port d'Antibes en Provence en l'estat qu'il était en 1700 Repérage du patrimoine portuaire de la commune d'Antibes, planche 1 : plan général Repérage du patrimoine portuaire de la commune d'Antibes, planche 2 : Port Vauban Antibes. Tiré de : Plans des ports de France,1777. IVR93_20160600255NUC1A Plan de l'anse Saint-Roch à Antibes vers 1962. IVR93_20160600246NUC1A Dessin paysager du front de mer d'Antibes, 2015. IVR93_20150600153NUC2A
1