Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Village

Dossier IA00124722 réalisé en 1972

Fiche

HISTORIQUE

Aucun auteur ne mentionne l'apparition du nom d'Abriès dans un texte avant 1259.

Au XIIIe siècle Abriès était un village assez important qui à partir de 1259 tenait un marché tous les mercredis, et à partir de 1298 deux foires annuelles : l'une le 1er juin, l'autre à la Saint-Michel. C'était alors le centre d'un commerce actif avec les localités piémontaises du Val Pellice, du Val Saint-Martin et de la haute vallée du Pô avec lesquelles la commune communique par les cols de Saint-Martin, de Malaure et d'Urine et la vallée de Ristolas.

- Projet d'enceinte entourant le village à la fin du XIIIe siècle.

- Aux XIVe et XVe siècles le village semble avoir été très touché par les "mortalités" et les inondations (en 1408 inondation catastrophique où 70 maisons sont submergées, nouvelles inondations en 1430).

- Témoin du XVIe siècle : l'église paroissiale Saint-Pierre, Saint-Paul et Saint-Antoine : très modifiée par la suite.

- Témoins du XVIIe siècle : la halle datée de 1609, quelques inscriptions remployées dans des reconstructions postérieures.

- En 1690 le village est incendié par les "barbès" au cours des luttes religieuses qui ravagent la vallée. Au bourg ne subsistent que l'église et 6 maisons, à l'adroit une seule maison 1.

Vers 1780 le village d'Abriès comptait 140 maisons et autant de familles (Curé Albert, p. 336-338). Sur le cadastre de 1820 on compte 107 parcelles bâties au bourg, 123 à l'adroit. Mais ce chiffre ne correspond sans doute pas aux unités d'habitation : dans cette période de surpopulation, un certain nombre de maisons ont pu être divisées entre plusieurs héritiers.

A la fin du XIXe siècle Abriès était l'un des centres d'excursion les plus prisés du Queyras. En 1894 fut construit à l'Adroit le Grand Hôtel.

De 1890 à 1910 des habitants du bourg émigrés en Piémont, en Provence ou en Amérique du sud et enrichis dans le commerce firent construire en bordure du Bouchet et à l'Adroit "de jolies villas modernes".

- En 1921 un incendie accidentel ravage le bourg. 55 maisons disparaissent.

- Bombardement en 1944 qui semble en particulier avoir affecté l'Adroit. Puis incendie quelques jours plus tard.

Le bâti actuel ne correspond pratiquement plus à celui du cadastre napoléonien. Il ne subsiste que quelques rares constructions d'aspect traditionnel : bâtiments de la fin du XIXe en bordure du Bouchet, maisons de la reconstruction à l'adroit, construction des années 1950 ou 1970 au bourg.

DESCRIPTION

1. Site et situation

Le chef-lieu de la commune d'Abriès est situé à la confluence du Guil et du torrent du Bouchet à 1538 m d'altitude. Le Bouchet le divise en deux quartiers : sur la rive droite l'Adroit, dont les maisons s'étagent sur la pente ; sur la rive gauche le Bourg ou la Ville construit dans un endroit plan.

Avant la construction des digues actuelles sur le Bouchet et le Guil, le village a très souvent été victime des inondations.

2. Equipement

- Edifices religieux

Une église paroissiale

4 chapelles dont une chapelle de pénitents

Oratoires.

- Edifices publics civils

Mairie, poste, office du tourisme construits sur l'ancienne halle, école, différents monuments commémoratifs.

- Nombreux établissements commerciaux et hôtels.

1Thivollier, Jean, Isnel, Pierre. Le Queyras. Gap : imprimerie Louis-Jean, 1938 ; Réédition Marseille : Jeanne Laffitte, 1985; Tome 1, p. 95-104.,
Dénominations village
Aire d'étude et canton Aiguilles
Adresse Commune : Abriès
Cadastre : 1825 D3 ; 1969 D3

Le village d'Abriès n'apparaît dans les textes qu'en 1259 mais existait probablement avant cette date ; au 13e siècle c'était un bourg important qui tenait un marché hebdomadaire et 2 foires annuelles ; il fut ravagé en 1690 par les troupes du duc de Savoie ; en 1780, le village comptait 140 maisons et autant de familles ; il fut très touché par l'émigration de la 2e moitié du 19e siècle ; en 1921 un incendie détruisit 55 maisons au bourg ; en 1945 l'adroit fut bombardé par l'armée d'occupation ; Abriès fut le 1er pôle touristique du Queyras.

Période(s) Principale : Moyen Age
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Le village est constitué par 2 quartiers séparés par le torrent du Bouchet : le bourg et l'adroit.

Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents figurés
  • Vallée du Queyras. Abriès. Place du Glacis, départ du courrier. Carte postale, V. Fournier éditeur à Gap.

  • L'Adroit, vue partielle prise de l'ouest, et la chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs. Carte postale ancienne.

  • Plan du village d'Abriès, XVIIIe siècle ? Vincennes, Service Historique de la Défense. Archives du Génie. Article 8. Section 1, carton 1 (Château-Queyras), pièce 14.

  • Abriès (1547 m). Pont Soubairan. Carte postale ancienne. V. Fournier, édit., Gap.

  • Saint Véran. Les maisons sont étagées de 1900 m à 2050 m d'altitude. C'est le plus haut village habité de l'Europe. [Vue générale prise du sud-est]. Carte postale ancienne.

  • Abriès (1547 m). Vue générale prise du sud. Carte postale ancienne. Louis Bonnet, édit., Gap.

  • Abriès (1547 m) et la vallée du Viso. Au fond,le Pic du Rondet (2843 m). Carte postale ancienne. Melle Joubert, éditeur, Gap.

  • Abriès (1547 m). Une rue du Village. Carte postale ancienne. Cliché L. Dupuis. V. Fournier, édit. Gap.

  • Abriès. Quartier de l'Adroit et le Guil. Carte postale ancienne. Melle Joubert, éditeur, Gap.

  • Abriès (1547 m). La Place du Glacis. Carte postale ancienne. Mlle Joubert, éditeur, Gap.

  • Abriès. [L'Adroit, vue partielle prise du sud-est]. Centre d'excursions de la Vallée, au confluent du Guil et du torrent de Valpréveyre. Carte postale ancienne, collection les Alpes Pittoresques n° 277, éditée vers 1900 par C. Artige à Aubenas (Ardèche).

  • Abriès (1547 m). Vue générale. Carte postale.

Bibliographie
  • ALBERT, Antoine. Histoire géographique, naturelle, ecclésiastique et civile du diocèse d'Embrun. Embrun : Pierre-François Moyse, 1783 [1786], 2 tomes, VI-501 p. Edition 1959.

    P. 336-338.
  • TIVOLLIER, Jean, ISNEL, Pierre. Le Queyras (Hautes-Alpes), 2 vol. Marseille : Laffitte Reprints, 1985.

    P. 95-104.
  • FERRAND, Henri. Le pays briançonnais : de Briançon au Viso, la vallée de Névache et le Queyras. Grenoble,1909.

    P. 68-72.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mallé Marie-Pascale