Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

usine textile dite draperie Giraud puis hôtel de voyageurs Alp-Hôtel

Dossier IA04000470 réalisé en 2006

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations draperie Giraud , Alp-Hôtel
Dénominations usine textile, hôtel de voyageurs
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Allos-Colmars
Hydrographies Verdon le
Adresse Commune : Beauvezer
Lieu-dit : le Coulet
Cadastre : 1983 C2 722, 723, 726, 1112, 1315, 1316, 1317, 1318

Le 12 avril 1838, André Giraud, tisserand à Beauvezer, achète avec son fils Dominique pour la somme de trois cents francs un terrain à Jean-Baptiste Peyron pour y construire deux foulons dans un premier temps et rapidement une "fabrique à draps par mécanique". L'acte de vente stipule en outre qu'une fois la fabrique en fonction, l'acquéreur s'engage à donner chaque année au vendeur deux pièces de draps ordinaires de Beauvezer, d'une longueur d'environ 20 m, et que de son côté, le vendeur s'engage à fournir à l'acquéreur la laine et l'huile nécessaires à la fabrication de ces deux draps. L'usine est créée en 1842. Elle a fonctionné au moins jusqu'aux années 1882-1883. Les statistiques industrielles dressées par les préfectures indiquent que la draperie Giraud a employé des années 1840 aux années 1880, de 8 à 16 ouvriers. Aux début du 20e siècle, elle est transformée en hôtel, sous le nom d'Alp-Hôtel (voir dossier IA04002365), établissement de prestige pour le tourisme en développement. Le bâtiment est agrandi vers l'est, ce qui double son emprise au sol. Le foulon, qui avait été transformé en garage, a été détruit par les allemands en 1944 après avoir été utilisé par la Résistance. L'Alp-Hôtel a fermé ses portes à la fin du 20e siècle.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle
Dates 1842, daté par source

Située à la rupture de pente, mais construite sur une zone plane, l'ancienne draperie Giraud présente un plan rectangulaire sur un rez-de-chaussée et trois étages carrés. Sa façade, percée sur les trois niveaux de sept travées, est ornée d'un cadran solaire. Sa couverture a été récemment refaite en ardoise. La fosse maçonnée dans laquelle se trouvait la roue hydraulique verticale est toujours visible au pied du mur-pignon ouest. L'extension du début du 20e siècle, prolongeant cette construction vers l'est, a plus que doublé la surface bâtie. Son emprise au sol est légèrement plus large que celle de la draperie, et son faîtage légèrement plus haut. Cette partie a adopté un style volontiers plus montagnard, avec ses combles percés de lucarnes et son toit à demie-croupe brisée perpendiculaire à l'axe principal du bâtiment, à la jonction de l'ancienne et de la nouvelle partie. Au sud-ouest de cet ensemble, au pied du relief sur lequel s'appuie le mur-pignon de la draperie, les ruines de l'ancien foulon sont toujours là.

Murs moellon sans chaîne en pierre de taille
galet
Toit ardoise, ciment amiante en couverture
Étages 3 étages carrés
Couvrements
Couvertures toit à longs pans croupe brisée
Énergies énergie hydraulique
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Buffa Géraud