Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Aires d'études Grand Projet de Ville, l'Estaque-les Riaux
Dénominations tuilerie
Adresse Commune : Marseille 16e arrondissement
Lieu-dit : L'Estaque

L'histoire des tuileries de l'Estaque s'inscrit dans le contexte plus large des tuileries du bassin de Séon, dont le secteur de l'Estaque est la partie septentrionale. En 1805, vingt-et-une tuileries-briqueteries, employant en tout quarante-cinq ouvriers, existaient dans le bassin de Séon (l'Estaque, Saint-Henri, Saint-André). Le cadastre de 1819 mentionne vingt-sept tuileries, appartenant en 1827 à une douzaine de propriétaires, parmi lesquelles apparaissent les noms de Fenouil, Icard, Sacoman, Tamisier, Fareine. Ces petites tuileries artisanales sont toutes en piémont de colline, souvent en bord de mer, dans les quartiers de l'Estaque, de la Fontaine-des-Tuiles, de la tour Saumaty (quartier Saumaty) et des Guérites (quartier de l'Estaque-Gare). Sans doute sont-elles situées au plus près des poches d'argile qu'elles exploitent et n'ont-elles qu'une activité saisonnière.

Le milieu du 19e siècle est un moment de développement de l'activité, favorisée par une conjonction de facteurs : la découverte de grandes carrières d'argile lors du percement de la voie ferrée Avignon-Marseille, la nécessité de fabriquer des briques pour le tunnel ferroviaire de la Nerthe, l'arrivée des eaux du canal de Marseille dans le bassin de Séon qui pallie la pénurie d'eau. La voie ferrée permet l'approvisionnement en charbon. Les innovations techniques (invention du four continu Hoffmann et de la tuile plate à emboîtement) vont de pair avec l'ouverture d'un marché local avec le développement urbain de la ville, et d'un marché mondial avec le développement de la navigation maritime et l'expansion coloniale, les productions céramiques constituant un fret retour.

Dans la seconde moitié du 19e siècle, des tuileries du début 19e siècle disparaissent, d'autres plus importantes sont construites et la façade maritime de l'Estaque se hérisse d'embarcadère de tuileries. Ces tuileries se concentrent sur des parties des quartiers de la Fontaine-des-Tuiles, de l'Estaque-Gare et surtout dans le quartier Saumaty. Occupant le bord de mer ou les abords immédiats de la gare, les principales tuileries étaient celles des familles Roux, Sacoman, Fenouil et Pierre. Elles se regroupent en société à partir de la fin du 19e siècle. Ce sont les seules qui continuent à fonctionner dans l'entre-deux-guerres, les tuileries artisanales qui ont pu subsister jusqu'à la fin du 19e siècle ayant disparu. En 1946, en dehors du quartier Saumaty où se regroupent les grandes tuileries, ne subsistent que la tuilerie Pierre au quartier de la Fontaine-des-Tuiles et la tuilerie de la Plata et la Grande Tuilerie à l'Estaque-Gare. L'activite céramique s'arrête complètement dans les années 1970. Aucune tuilerie ne subsiste sur l'étendue du secteur de l'Estaque-Les Riaux. Le seul vestige architectural de toutes ces tuileries est un bâtiment qui faisait partie de la tuilerie Sacoman (construite en 1865, reconstruite en 1883, démolie en 1947 - quartier de la Fontaine-des-Tuiles, parcelle I 68). Cependant les tuiliers ont laissé d'autres traces, dans la toponymie, dans la construction de logements (par exemple des constructions réalisées par les Sacoman : Références IA13000907, IA13001325, IA13001326), voire dans la topographie très chahutée de la zone de piémont où les trous d'exploitation d'argile et les dépotoirs de tuiles participent au relief du secteur de l'Estaque-Eglise, de l'Estaque-Gare et de la Fontaine-des-Tuiles.

Période(s) Principale : 1ère moitié 19e siècle , (détruit)
Principale : 2e moitié 19e siècle , (détruit)
Principale : 1er quart 20e siècle , (détruit)
Principale : 2e quart 20e siècle , (détruit)
Principale : 2e moitié 20e siècle
Auteur(s) Auteur : ,
Décompte des œuvres repérées 35
étudiée 0

Références documentaires

Documents d'archives
  • Convention privée de André Gues tuillier à l'Estaque en faveur des prud'hommes qui désirent faire réparer le molle de l'Estaque (1740). Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 250 E 32

  • Autorisation d'installation accordée. Briqueteries-tuileries. 1808-1920. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 5 M 295

    Les dossiers, très succints, ne permettent que rarement de localiser les tuileries (le partage entre Saint-Henri et l'Estaque est difficile à faire car au 19e siècle, les secteurs de Saumaty, les Guérites relèvent plutôt de Saint-Henri que de l'Estaque) et ne contiennent que très rarement des documents figurés
  • Inventaire de la succession de Joseph Gaspard Ginac au requête de ses héritiers (à l'Estaque, Marseille), 1816. (notaire JPons Jean-Baptiste). Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 367 E 365

    nventaire détaillé du mobilier dont celui de la fabrique de briques de l'Estaque. Inventaire détaillé des papiers. Parmi eux, des actes d'achat de tuileries à Séon dès 1670
  • Lettre du commissaire de l'arrondissement du nord sur un conflit d'usage de l'eau du puits de Fontaine Verte (Estaque, Marseille), 1818. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 M 521

    conflit entre les habitants et le fermier exploitant la fabrique de tuiles et moelons Niel
  • Chemin vicinal de l'Estaque, |litiges entre deux tuiliers pour l'utilisation des eaux pluviales], 1829. Archives communales, Marseille : 42 O 19

    Lettre de Joseph Sacoman, propriétaire tuilier au maire demandant l'autorisation d'établir une barbacane afin de récupérer les eaux pluviales du chemin pour alimenter les citernes nécessaires à sa tuileries. Lantelme, un propriétaire situé plus haut proteste contre cette tentative de détourner les eaux dont lui-même se sert pour ses deux tuileries
  • Rapport d'expertise - Tribunal de grande instance de Marseille.(Rapport d'expert sur la vente aux enchères des biens de Philippe Joseph Edouard Farrenc, 1841). Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 410 U 65 bis.

    description des fabriques de tuiles et tomette
  • Rapport d'expertise - Tribunal de grande instance de Marseille.(Rapport d'expert sur un conflit Rolland/Arnaud portant sur l'affaissement du terrain dû au comblement inadéquat d'un trou d'argile) à Saint henry, 1873. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 410 U 130

    Les propriétés Arnaud et Rolland, mitoyennes, jouxtent le chemin des Treize Vents. Le rapport comporte plusieurs plans et coupes aquarellés.
  • Autorisation d'installation accordée. Machines à vapeur. 1881. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 5 M 445

    Autorisation d'installer des machines à vapeur en 1881 dans des tuileries-briqueteries : Noël Fenouil, quartier Saint-Henri et Pierre Saccoman, quartier de l'Estaque-Gare
  • Rapport d'expertise - Tribunal de grande instance de Marseille.(Rapport d'expert sur un conflit Tamisier frères/Benoit, Jourdan) à l'Estaque, 1885. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 410 U 160

  • Autorisation d'installation accordée. Machines à vapeur. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 5 M 446

    Autorisation machines à vapeur pour tuilerie-briqueterie : Pierre Amédée, quartier de l'Estaque (1882) ; Roux frères, quartier de Saint-Henri (1882) ; Guichard frères, quartier de Saint-Henri (1883)
  • Autorisation d'installation accordée. Machines à vapeur. Pierre Frères, quartier de l'Estaque à Marseille : briqueterie-tuilerie, 1904. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 5 M 447

Documents figurés
  • Plan, Coupe [des bassins de lavage d'argile de la tuilerie d'André Giraud à l'Estaque, Marseille], 1885 /Dessin à l'encre sur papier, 1885. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 147 U 160

  • Plan du trou à argile Arnaud (à Saint-Henry, Marseille). Coupe suivant AB, 1873./Dessin aquarellé. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 410 U 130

  • [Plan partiel de la propriété Arnaud mentionnant les carrières d'argiles et le mur mitoyen avec la propriété Rolland. à Saint Henry, Marseille],1873 / Dessin aquarellé, Dessin à l'échelle 0,0025 par mètre ; coupe à l'échelle 0,01 par mètre. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 410 U 130

  • Chemin de fer de Paris Lyon et à la Méditerrrannée, ligne de la Joliette à l'Estaque. Commune de Marseille. Extrait du plan parcellaire dressé par l'ingénieur en chef soussigné (illisible) le 3 février 1876 [Plan de la gare de l'Estaque à Saint Henry, montrant notamment la partie de propriété de Sacoman Pierre dit l'Abbé aux Guérites, à exproprier pour l'élargissement de la voie et les tuileries Blanc Icard coté Estaque et celles de Sacoman, Arnaud, Rolland, Tamisier côté St Henry] /tirage de Dessin, échelle 1/1000e. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 9 S 6/2

  • Tuilerie Saint-Henri vers l'Estaque. [A l'arrière, Château Bovis]. Photographie ancienne, non datée. Musée d'histoire de la ville de Marseille : Boite Tuileries, tirage de contretypes A 23626

  • Tuilerie - Mourepiane - Usine Guichard frères./Photographie ancienne,. Musée d'histoire de la ville de Marseille : Boite Tuileries, tirage de contretypes A 23628.

  • Etablissement d'un embarcadère en charpente. Renouvellement d'autorisation Carvin fils, pétitionnaire. [Plan du bord de mer entre la tuilerie Tamisier et la tuilerie Veuve Roux, de part et d'autre du confluent du ruisseau de Ferrin - actuel ruisseau du Marinier - : cinq embarcadères en épis appartenant à des industriels] , 1881./Dessin à l'encre sur calque, 32X 31 cm, échelle = 1/500e, 1881. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 2 Q 108.

  • Usine Guichar (sic) Carvin et compagnie[Tuilerie la Sacomanne, à l'arrière la cheminée blanche est celle de la tuilerie La Plata.] /Photographie ancienne. Musée d'histoire de la ville de Marseille : Boite Tuileries, tirage de contretypes A 23624

  • Tour Saumati (Estaque, Marseille), 1906, Musée des photographies documentaire de Provence/fichier numérique. Bibliothèque communale, Marseille : 2.53.2 A3142.

  • Usine Guichar (sic) Carvin et Compagnie, début 20è siècle. [Tuilerie]./Photographie ancienne 12 X 16,5 cm collé sur un carton 23 X 31,5 cm. Musée d'histoire de la ville de Marseille : Boite Tuilerie, tirage de contretype, 200378.

  • Les cent actes divers de la céramique en Provence. Constant Vautravers. Dans Connaissance des céramiques en Provence. Construction - Equipement - Décoration -. D J.P. Costamagna dir., s.l. : éditions Editels, [1974], n.p.

Bibliographie
  • RATIER, Yves. La terre de Marseille. tuiles, briques et carreaux. Marseille : Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille, 1989.

    p. 12-16
  • RATIER, Yves. La terre de Marseille. tuiles, briques et carreaux. Marseille : Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille, 1989.

    p. 17-19 : description des procédés de fabrication.
  • VAUTRAVERS, Constant. Les cent actes divers de la céramique en Provence. Dans : Connaissance des céramiques en Provence. Construction - Equipement - Décoration. JP Costamagna dir. s.l. : Editions Editel, 1974, n.p.

    L'article présente des reproductions de pages de catalogue de tuileries avec des objets manufacturés, des marques de fabriques etc
  • VERANY, Félix. Notice historique sur l'Estaque. Marseille : Boy-Estellan et V. Boy fils, 1874, 39p.

    p.32 -Mention à l'usine de La Plata "de construction fort coquette, coupée par des lignes de briques rouges d'un effet charmant"
  • VILLENEUVE (Comte de) - Statistique du département des Bouches-du-Rhône. Marseille : Antoine Ricard, 1824, 4 vol.

    p.548-559 - Description de la fabrication des tuiles, des briques et tomettes
  • GHEYSSENS, André - Les tuileries de Marseille. 1990. Musée d'histoire de la ville de Marseille : boite tuilerie

    1820 : le bassin de Séon compte 19 tuileries qui emploient une centaine d'ouvriers et 16 briquetteries qui en emploient soixante-dix. 1842 : le début de la construction de la voie ferrée met à jour des gisements d'argiles. La construction des ouvrages d'art nécessite des quantités de briques fabriquées sur place par des ouvriers belges qui construisent leur propre four
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Brunet Marceline - Gontier Claudie