Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Fiche

DESCRIPTION

Dénomination : tribune

Localisation : chœur, mur nord.

Structure et formes : tribune portée par une voussure en arc-de-cercle ; garde-corps composé de quatorze panneaux rectangulaires séparés par des pilastres plats ; aux extrémités, deux panneaux étroits (le premier et le dernier pilastre sont sculptés sur ce panneau et bordés par une partie lisse). Au-dessous et au-dessus des panneaux, deux bandeaux plat encadrés de moulures (le bandeau supérieur présente un ressaut au-dessus des pilastres n° 1, 4, 12 et 15). Une main courante. Élévation droite.

Matériaux et techniques : garde-corps en noyer, doré à l'extérieur ; décor des panneaux sculpté dans la masse en bas-relief, sur fond guil­loché ; bases et chapiteaux des pilastres rapportés (collés ou cloués) décor des bandeaux gravé dans l'apprêt, sur fond guilloché. Intérieur : coupes carrées chevillées (les ressauts extérieurs du bandeau supérieur correspondent aux assemblages des montants et des traverses tous les trois panneaux (4 chevilles) ; panneaux arasés ; un panneau à plates­ bandes inclinées. Les panneaux 2, 3, 12 et 13 sont élargis par l'adjonc­tion d'une bande verticale de 3, 3 à 4, 3 cm de large. Main courante chevillée (présence de deux assemblages en sifflet renforcés par une écharpe sur le dessus). Quatre pattes de fer soutiennent le plancher.

Iconographie et décor : les panneaux sculptés, identiques deux à deux, sauf le premier et le dernier, sont disposés symétriquement par rapport au centre de la tribune. Ils ont tous une composition à base de cuirs enroulés stylisés et de feuillages, sur fond de guillochis osier (sur les panneaux 2, 3, 12 et 13, une bande verticale est simplement guil­lochée) :

- panneau 1 : dans une niche en plein cintre, une femme (la Force ?) vêtue à l'antique, tient un tronçon de colonnette sous le bras gauche et un objet non identifié dans la main droite. Dans le bas du panneau, deux têtes de lion (?) coiffées d'un diadème (de plumes ?) ; dans le haut, deux pattes d'animal. Sous la niche, trois bouquets de fruits et de fleurs liés par un linge.

- panneaux 2 et 13 : cabochon ovale à bordure festonnée ; deux rameaux d'olivier ; deux petitses de fleurs. deux

- panneaux 3 et 12 : tête d'ange ; ailes, fleurs à graines et feuil­lages, dans le bas ; chutes de fleurs et fruits, dans le haut.

- panneaux 4 et 11 : tête coiffée d'un diadème de fleurs et de feuil­les (?),reliée à la composition ornementale par deux draperies et surmontée par un bouquet de feuilles ; au-dessous, trois fleurs ; deux petits pinacles au sommet de la composition.

- panneaux 5 et 10 : un trophée d'instruments de musique, différents sur les deux panneaux, mais dans un encadrement identique : viole de gambe et son archet, harpe, bombarde et hautbois, sur le panneau 5 hautbois, serpent et manche de luth sur le panneau 10.

- panneaux 6 et 9 : écu à cuirs enroulés, portant un blason, sous une mitre.

- panneaux 7 et 8 : tête d'ange et volutes végétales.

- panneau 14 : la composition centrée autour d'une niche en plein cintre reprend celle du panneau 1, mais les motifs d'encadrement sont différents : deux faunes de profil. Au centre, la Justice : femme aux yeux bandés, tenant une épée et une balance. Les panneaux sont séparés par des pilastres cannelés à chapiteau toscan. Les pilastres 1 et 15, à quatre cannelures, sont plus larges que leurs bases et leurs chapi­teaux. Les pilastres 3 et 13 ont cinq cannelures coupées au ras de la base et du chapiteau, comme ceux de la tribune (1). Le pilastre 12 comporte seulement trois cannelures, que l'on retrouve au-dessus, sur le bandeau. Les autres pilastres présentent quatre cannelures, aux extrémités adoucies.

Bandeau inférieur : rinceau fleuri sur guillochis osier ; bandeau supérieur : rinceau végétal, encadré par deux fleurs, au-dessus des pilastres 1 et 15 ; au-dessus du pilastre 12, le rinceau est gravé par dessus des cannelures .

Sur la voussure peinte : rinceaux végétaux entourant un cartouche orné d'un vase de fleurs.

Dimensions : H. tot. 165 cm, La. 698 cm ; garde-corps : H. 111 cm ; panneaux : H. 78 cm, La. 35 ou 35, 5 cm ; pilastres : La. 11, 5 cm, sauf les pilastres n° 1 et 15 : La. 14 cm.

État de conservation : bois fortement vermoulu, main-courante très dégradée ; dorure usée et localement écaillée. Certains panneaux présentent une bande verticale non sculptée, mais guillochée (n° 2, 3, 12, 13) : sont-ce des remplois, élargis pour pouvoir s'intégrer à la balustrade ? (les panneaux similaires de la tribune (1) présentent le même défaut). En revanche, le panneau 14 a été rétréci sur les côtés et probablement dans le bas. Quant au panneau 1, la bizarrerie de sa composition s'explique par des modifications de proportions (évidentes sur les côtés).

Polychromie de la voussure usée.

Inscriptions, marques : les panneaux 6 et 9 portent le blason de l'évê­que Fabrice de la Bourdaisière : écu ovale parti - en 1 coupé, en 1 d'or à un dextrochère de gueules tenant un rameau de vesce de sino­ple ; en 2, parti de sinople à un pal d'argent et de gueules à un pal d'argent ; - en 2, d'azur à deux serpents entrelacés d'or, à la bordure engrelée d'argent et de gueules.

HISTORIQUE

La tribune porte les armoiries de Fabrice de la Bourdaisière, évêque de 1624 à 1646, qui indique dans un rapport sur l'église de Cavaillon, dressé en 1631, qu'il avait fait décorer deux tribunes en bois déjà construites, dont l'une pour les orgues et les musiciens (A.D. 84, IV G5, f0 1053). L'existence d'une tribune est attestée en 1609 dans un mémoire de l'architecte Martellange concernant des travaux dans l'église (A.D. 84, IV G 38, f0 99-100, 28 mars 1608).

Les panneaux à grotesques (1 et 14) semblent du XVIe siècle.

Comme la tribune (1), celle-ci fut dorée de 1682 à 1685, par Jean Gleize et Michel Blanc (A.D. 84, 3 E 33/824, f0 239, prix-fait du 14 décembre 1682 ; IV G 32, p. 57 et suivantes, du 23 janvier 1683 au 2 mai 1685).

NOTE DE SYNTHÈSE

Les panneaux 1 et 14 sont en remploi, comme les panneaux correspondant de la tribune (1). Si l'on compare les panneaux 5 et 10 des deux tri­bunes (instruments de musique) on voit que ceux de la tribune (2) copient les autres, avec des incompréhensions. Le sculpteur a schématisé ce qu'il ne connaissait pas bien ou ne comprenait pas : la viole, la flûte réduite à un cylindre sans trous, les partitions (transformées en un petit livre raide). Cette impression de "mauvaise copie" est aussi valable pour les panneaux 4 et 11, représentant des visages féminins coiffés d'un diadème noué de draperies. Si les panneaux 3 et 12 reprennent assez fidèlement le décor de ceux de la tribune (1), il faut remarquer la différence de taille et de traitement des angelots des panneaux 7 et 8, qui devraient leur être semblables.

Dans l'ensemble, la qualité de la sculpture est nettement moins bonne sur la tribune (2). Les pilastres ne sont pas homogènes ; la plupart comportent quatre cannelures terminées en congé, à l'exception des pilas­tres 3 et 13, qui ont cinq cannelures terminées à cru et le pilastre 12, qui n'en comporte que trois, prolongées sur la traverse supérieure ; quant aux pilastres 1 et 15, qui ont bien quatre cannelures, ils sont plus larges que leurs bases et chapiteaux et les cannelures sont à cru.

Tout comme la tribune (1), la tribune (2) semble réutiliser des éléments préexistants, tout en copiant la plus ancienne pour les autres panneaux.

Dénominations tribune d'orgue
Numérotation artificielle 2
Aire d'étude et canton Cavaillon
Adresse Commune : Cavaillon
Adresse : place Voltaire
Emplacement dans l'édifice choeur
côté nord

La tribune porte les armoiries de l'évêque de la Bourdaisière (1624-1646) qui indique dans un rapport daté de 1631 qu'il a fait décorer deux tribunes en bois déjà construites, l'une pour les orgues et les musiciens et l'autre pour le public. En 1626, le fustier François Laugier avait reçu 200 livres pour un "balustre" de noyer pour une tribune (non localisée). Les panneaux 1 et 14 semblent dater du dernier quart du 16e siècle. La présence de remplois et les similitudes avec le panneau des stalles daté de 1585 nous incitent à émettre l'hypothèse de la réutilisation de panneaux de ces stalles dont on sait que la disposition initiale fut modifiée dès 1607 (notice IM84001189). Les autres panneaux copient ceux de la tribune No 1, plutôt maladroitement en ce qui concerne les instruments de musique. La tribune fut dorée par Jean Gleize et Michel Blanc, qui réalisèrent également la peinture de la voussure, de 1682 à 1685.

Période(s) Principale : 4e quart 16e siècle
Principale : 1ère moitié 17e siècle
Principale : 4e quart 17e siècle
Stade de création copie
Auteur(s) Auteur : Laugier François, menuisier
Auteur : Gleize Jean, doreur
Auteur : Blanc Michel, doreur
Personnalité : Bourdaisière Fabrice de la, commanditaire

La tribune est portée par une voussure en arc-de-cercle, en bois peint. Le garde-corps en noyer comporte quatorze panneaux, séparés par des pilastres cannelés à chapiteau toscan. Les bases et les chapiteaux des pilastres sont rapportés et cloués. A l'intérieur, les montants et les traverses sont assemblés par des coupes carrées chevillées et les panneaux sont arasés. Les panneaux 2, 3, 12 et 13 sont élargis sur 3 à 4 cm par une planche, les autres sont monoxyles. La main-courante est chevillée (deux assemblages en sifflet renforcés par une écharpe, sur le dessus). Quatre pattes de fer forgé soutiennent le plancher de la tribune. Les reliefs se détachent sur un fond gravé. La façade est dorée.

Catégories menuiserie, sculpture, peinture
Structures suspendu
Matériaux noyer, taillé, décor en demi relief, décor dans la masse, apprêt gravé, doré
bois, peint
Précision dimensions

h = 165 ; la = 698 ; dimensions totales. Garde-corps : h = 111 (ext.), h = 61 (int). Panneaux : h = 78, la = 35 ou 35,5. Pilastres : la = 11,5, sauf les pilastres 1 et 15 : la = 14.

Iconographies cuir découpé, feuille
allégorie : Force, chute végétale : fruit, fleur, patte, tête : lion
rameau d'olivier, à cabochon, vase, fleur
angelot, chute végétale : fruit, fleur
tête : femme
trophée : instrument de musique
angelot, fleur, feuille
allégorie : Justice
rinceau : feuille
Précision représentations

Les panneaux sont identiques deux à deux et symétriques à partir du centre du garde-corps, sauf les panneaux 1 et 14. L'iconographie est placée dans des compositions de cuirs enroulés stylisés et de feuillages, sur fond imitant un tressage d'osier. Panneau 1: dans une niche en plein cintre, une statue de femme vêtue à l'antique, tenant un tronçon de colonne sous le bras gauche et une massue (?) dans la main droite ; elle pourrait représenter la Force. Deux têtes de lions coiffés de plumes, deux pattes d'animal et des bouquets noués de draperies peuplent les cuirs de l'encadrement. Panneaux 2 et 13 : deux rameaux d'olivier, un cabochon ovale à bordure festonnée et deux petits vases fleuris. Panneaux 3 et 12 : angelot, ailes et fleurs à graines dans le bas, chute de fruits au-dessus. Panneaux 4 et 11: tête féminine, avec diadème de fleurs et de plumes noué de draperies ; deux fleurs en bas, deux pinacles en haut. Panneaux 5 et 10 : trophée d'instruments de musique. Sur le panneau 5 : une viole de gambe et son archet, une harpe, une bombarde et un hautbois. Sur le panneau 10 : un hautbois, un serpent et un manche de luth. Panneaux 6 et 9 : armoiries. Panneaux 7 et 8 : tête d'ange et volutes végétales. Panneau 14 : Dans une niche identique à celle du panneau 1, la Justice : statue féminine aux yeux bandés, tenant une balance et une épée ; la niche est flanqué de deux faunes reliés par des draperies à un bouquet de fruits et de fleurs. Sur la voussure : cartouche ovale portant un vase de fleurs, rinceaux végétaux.

Inscriptions & marques armoiries, sculpté, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

Les armoiries de l'évêque Fabrice de la Bourdaisière (1624-1646) sont sculptées sur les panneaux 6 et 9.

États conservations remontage
partie en remploi (?)
Précision état de conservation

Etat de conservation médiocre. Bois très vermoulu, main-courante très dégradée. Dorure usée et localement écaillée. Peinture de la voussure usée. Les panneaux 1 et 14 semblent être des remplois ; ils ont été rétrécis sur tous les côtés. La présence d'une bande sans décor sculpté, ajoutée sur les panneaux 2, 3, 12 et 13 suggère également l'hypothèse de remplois. Les pilastres 1 et 15 sont plus larges que leur base et leur chapiteau. Le pilastre 12 comporte seulement trois cannelures, que l'on retrouve au-dessus, sur le bandeau, sous le décor gravé de l'apprêt.

Statut de la propriété propriété publique
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre immeuble, 1840

Références documentaires

Documents d'archives
  • Mémoire de l'architecte Martellange. 28 mars 1608. Archives départementales de Vaucluse, Avignon : 4 G 38.

    f°99-100
  • Rapport de l'évêque Fabrice de la Bourdaisière. 1631. Archives départementales de Vaucluse, Avignon : 4 G 5.

    f°1053
  • Prix-fait concernant la dorure des tribunes, stalles et buffet d'orgue n°1 par Jean Gleize et Michel Blanc. 14 décembre 1682. Archives départementales de Vaucluse, Avignon : 3 E 33/824.

    f°239
  • Quittances (?) de la dorure de la tribune par Jean Gleize et Michel Blanc. 23 janvier 1683 - 2 mai 1685. Archives départementales de Vaucluse, Avignon : 4 G 39.

    p.57 et suivantes
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Reynier Françoise