Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
église paroissiale Saint-Martin

Retable et tableau d'autel : saint Jean et saint André accompagnés de la sainte Trinité

Dossier IM04002712 réalisé en 2010

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
Dénominations retable, tableau d'autel
Titres saint Jean et saint André accompagnés de la sainte Trinité
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Allos-Colmars
Adresse Commune : Colmars
Lieu-dit : Adresse : place de l' Eglise
Emplacement dans l'édifice Bas-côté sud, mur sud, troisième travée.

Un tableau présentant la même iconographie est mentionné dans la visite pastorale de 1700 : "dans la confrérie de saint Jean et saint André à la seconde chapelle [dans l'église paroissiale] nous avons vu un tableau des deux saints avec un cadre de plâtre assez joli". Dans la visite de 1746, l'emplacement du retable est précisé : dans la petite nef, après l'autel du saint Rosaire (le plus proche de la sacristie) en allant vers l'ouest, sans doute donc au même emplacement qu'aujourd'hui.

Cependant il ne s'agit pas du tableau visible aujourd'hui : celui-ci est daté de 1785 et signé par Jean Baptiste Viotty. Il se trouve que bien des similitudes sont visibles avec le tableau de Gilles Garcin "saint Blaise et le miracle de l'enfant étouffé", conservé dans l'église Saint-Jean-de-Malte d'Aix-en-Provence. Saint André a une posture particulière, très proche de celle du saint Blaise de Garcin, on retrouve également dans les deux petits angelots a senestre, ceux peints a dextre du tableau de Garcin. Ce peintre, Gilles Garcin pourrait être l'auteur de la Donation du Rosaire [Référence IM04002715]. Il aurait ainsi pu également réaliser un autre tableau pour la confrérie de saint Jean et saint André... peut-être remplacé par une copie de Jean-Baptiste Viotty en 1785 ?

Le retable est visiblement un remontage : le cadre à proprement parler ainsi que les parties monochromes vert bronze et doré, de style Rocaille, sont probablement contemporains du tableau mais les parties de retable sur le pourtour sont peut-être plus anciennes.

Période(s) Principale : 2e moitié 17e siècle , (?)
Principale : 4e quart 18e siècle , porte la date
Dates 1785, porte la date
Stade de création copie partielle de peinture
Auteur(s) Auteur : Viotty Jean-Baptiste, peintre, signature
Auteur de la source figurée : Garcin Gilles,
Gilles Garcin (1647 - 1702)

Peintre d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), actif entre 1670 et 1702 à Aix mais aussi dans le Vaucluse et Alpes-de-Haute-Provence.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, attribution par analyse stylistique

Toile rectangulaire verticale, en trois lés horizontaux.

Cadre rapporté en bois taillé doré à la feuille.

Retable à ailerons de petites dimensions, en bois doré et peint monochrome vert ; la lunette porte une représentation peinte.

Catégories sculpture, peinture
Structures rectangulaire vertical
Matériaux bois, peint, monochrome, doré à la feuille, décor en bas relief, chantourné
toile, support, en 3 lés, peinture à l'huile
Précision dimensions

Dimension approximative du jour du cadre : h = 265.

Précision représentations

Le tableau présente une composition pyramidale. Au sommet est figurée la sainte Trinité : dans des nuées, le Christ assis tenant la croix, fait face à Dieu le Père également assis, entre eux, la colombe du saint Esprit. A gauche de la composition, saint Jean, assis sur un rocher, tient une plume dans la main droite et le Livre dans la main gauche, ses yeux sont levés vers le ciel. Derrière lui, son symbole, l'aigle, est chevauché par un ange. A droite, saint André lui fait face, sensiblement dans la même position, il tient sa croix sur son bras gauche, à côté de lui, deux angelots dont un tient un poisson.

Le cadre du tableau est orné d'une tresse de feuilles d'olivier.

Le retable est constitué de pilastres à branches d'olivier au premier registre puis de branches de vigne portant des pampres ; ces pilastres sont surmontés de chapiteaux ioniques puis d'un petit entablement lisse.

De part et d'autre des pilastres, le retable, étroit mais très orné, présente de petits ailerons avec volutes et branches de grenade, surmontés d'une chute de trois fleurons d'acanthe tombant sous des chérubins. Le couronnement présente un médaillon quadrilobé où est figuré le Baptême du Christ, médaillon reposant sur deux palmes ; des feuilles d'acanthe forment également le contour chantourné du couronnement.

Inscriptions & marques inscription, peint, sur l'oeuvre
signature, peint, sur l'oeuvre
date, peint, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

Transcription (inscription peinte sur le livre tenu par saint jean) : A~P~/ JEAN . B~/ Viotty . 1785.

États conservations oeuvre composite
mauvais état
Précision état de conservation

La toile est en mauvais état : lacunes importantes de la couche picturale, dans le bas du tableau surtout ; toile distendue, encrassée.

L'aileron gauche du retable a une partie brisée.

1986/12/16 : inscrit au titre objet

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections inscrit au titre objet, 1986/12/16

Annexes

  • L'emplacement des autels dans l'église paroissiale Saint-Martin de Colmars

    Le maître-autel actuel date de 1869 mais sa position dans le choeur demeure constante au cours du temps puisqu'à plusieurs reprise les évêques le décrive comme "éloigné de la muraille en sorte que l'on puisse passer derrière" (visite de 1748).

    La visite pastorale de 1745 permet d'être la source d'une reconstitution des emplacements : jusque là les évêques mentionnaient les chapellenies et le mobilier associé, ici il procède à une description non seulement des autels mais de leur emplacement dans l'église, en voici la liste selon un parcours topographique dans l'édifice, en partant des emplacements actuels.

    Nef, deuxième travée, mur nord :

    Il commence par l'autel des Ames du Purgatoire qui se trouve "du côté de l'Evangile", soit au nord. C'est la première fois qu'il est mentionné dans une visite. Il est sans doute au même emplacement qu'aujourd'hui, soit dans la deuxième travée de la nef.

    Nef, quatrième travée, mur nord :

    Il poursuit par la "chapelle du st Rosaire" : cette chapelle contient autel, gradin, retable (datant du 1er quart du 18e siècle, mentionnés dans la visite de 1712) et tableau d'autel (commandé en 1641). Cette chapelle est, en 1745, localisée "dans la petite nef, près de la sacristie", soit dans la quatrième travée du bas-côté sud. Cet ensemble a par la suite été "transféré de la nef latérale à [la nef principale, à] côté de la chaire pour le garantir de l'humidité" (visite de 1876). Se trouve donc aujourd'hui à son ancien emplacement le retable de sainte Catherine, sainte Barbe et saint Blaise (IM04002713) dont nous parlons plus loin.

    Bas-côté sud, troisième travée, mur sud :

    "Plus bas dans la même nef", soit dans la troisième travée du bas-côté sud, se trouve "l'autel de saint jean l'Evangéliste" avec autel, gradins et retable. Le retable et tableau d'autel sont ceux conservés aujourd'hui au même endroit, figurant saint et saint André, mentionnés pour la première fois dans la visite de 1700.

    Au côté de cet autel, se trouve une niche où est conservé un buste de saint Jean-Baptiste.

    Bas-côté sud, deuxième travée, mur sud :

    Toujours "plus bas dans la même nef", soit cette fois dans la deuxième travée du bas-côté sud, se trouve l'autel de saint Yves et saint Fortunat. Cette titulature est aujourd'hui totalement absente des autels de l'église paroissiale, mais elle est mentionnée dès la visite de 1700, au même endroit : "dans la confrérie de saint Yves à la 3me chapelle nous avons vu un tableau représentant ce saint et st Fortunat avec une bordure de bois argenté et des armoiries au bas". Dans la visite de 1718, l'évêque mentionne toujours, dans la chapelle de saint Yves, un tableau du saint, un cadre de bois argenté. En 1745, se trouvent autel, gradins, tableau et retable "argentés". En 1768, l'évêque écrit qu'il est "en très mauvais état", que déjà son prédécesseur l'avait l'interdit, "nous avons exhorté et fortement recommandé à M le Maire et consuls ici présents de faire procéder à la réparation de l'autel de st Yves ; nous avons chargé le Sr Prieur d'y tenir la main et de nous donner conoissance de lad. réparation pour lever l'interdit quand elle sera faite". Il est toujours dans le même état en 1775. Dans la visite de 1785 cependant, l'évêque écrit que l'"on a commencé de [le] reparer, il reste encore sous l'interdit mais nous avons la confiance qu'il sera mis incessamment dans un état de décence, pour qu'il ne dépare plus la dignité de cette église".

    Cette travée est aujourd'hui occupée par l'autel secondaire du Baptême du Christ (IM04002725) dont l'autel date du 3e quart du 19e siècle mais le retable sans doute du 4e quart du 18e siècle, et le tableau peut-être de la 1ère moitié du 19e siècle.

    Bas-côté sud, première travée, mur sud :

    Dans la première travée du bas-côté sud, "le dernier de cette petite nef", se trouve, en 1745, l'autel de sainte Catherine. Le tableau et retable (IM04002713) sont ceux qui se trouvent aujourd'hui dans la quatrième travée du bas-côté ; ils datent sans doute du 4e quart du 17e siècle et sont mentionnés dès la visite de 1700. Aujourd'hui, l'emplacement est occupé par l'autel secondaire de Notre-Dame-des-Grâces et de la sainte Trinité (IM04002730). A noter cependant que cet ensemble est hétérogène : le tableau est moderne (1937), il a pris la place du retable de sainte Catherine, mais son couronnement est sans doute celui de ce dernier dont les éléments iconographiques et les dimensions correspondent. De plus, dans la visite de 1748, l'évêque préconise des modifications à l'autel qui doit "être retranché et mis de même largeur que celui du Rosaire", or l'autel date bien de 1777, il s'agit probablement de l'autel qui accompagnait de le retable de sainte Catherine, du moins à partir de 1777.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez. 1697-1707. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 17.

    Visite de 1700
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez, 1745-1753, 1764 à 1768, 1775, 1779 à 1781, 1785 à 1788. Registre tenu successivement par Louis Jacques François de Vocance (évêque de Senez de 1741 à1756), Antoine-Joseph D'Amat de Volx (évêque de Senez de 1757 à 1771), Étienne François Xavier des Michels de Champorcin (évêque de Senez de 1771 à 1773), Jean-Baptiste Charles Marie de Beauvais (évêque de Senez de 1774 à 1783), Sixte-Louis-Constance Ruffo (Roux) de Bonneval (évêque de Senez de 1783 à 1784), Jean-Joseph-Victor de Castellane-Adhémar (évêque de Senez de 1784 à 1788). Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 19

    Visite de 1746
Bibliographie
  • LACROIX, Jean-Bernard. Trésors d'art. Dans : Annales de Haute-Provence ; Le Haut-Verdon, n° 306, 2e trimestre 1988.

    p. 278.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Masson-Lautier Maïna