Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Quartier du Parc forestier du Mont-Boron

Dossier IA06003122 réalisé en 2017

Fiche

Appellations Parc forestier du Mont-Boron
Parties constituantes non étudiées terrasse agricole
Dénominations quartier
Aire d'étude et canton Nice - Nice
Adresse Commune : Nice
Lieu-dit : Mont-Boron
Adresse : route forestière
Cadastre : 2017 KC ; 2017 KD ; 2017 KE

En 1863 le sous-inspecteur Prosper Demontzey est nommé à Nice chef de la commission de reboisement et de la conservation. Il reboise les 60 hectares du Mont-Boron en y plantant notamment des pins d'Alep. Après le reboisement une vaste partie de ce parc, situé entre la route forestière et Villefranche sur Mer à l'est et jusqu'à l'ancien domaine du Château de la Paix à l'ouest, est consacrée à la culture en terrasses des fleurs. Le cadastre de 1872 indique l'existence de quelques maisons avec des terres agricoles. En l'état actuel des recherches nous ne savons pas à quelle date une partie de ces anciennes terres agricoles a été transformée en terrasses agricoles afin d'y cultiver des fleurs. Une campagne de photographies aériennes IGN datant de 1920 puis de 1934 montre ces cultures en terrasses. La photographie aérienne d'une collection privée de 1957 confirme l'existence de ces terrasses jusqu'à cette date. Peu à peu les maisons originelles ont été agrandies, d'autres se sont édifiées et les restanques ont été aplanies pour devenir jardins d'agrément. En 2017, seules demeurent quelques propriétés agricoles en restanques.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle

Les terrains sont aménagés en restanques de pierres sèches épousant le relief et aménagées afin d'y cultiver des fleurs (terre rouge agricole sur le rocher). Des bassins d'eau parsèment les terrains. De petites maisons carrées (de style liguro-niçois) servent aux horticulteurs. D'après le témoignage de la fille d'un horticulteur (interviewée en 2017), toutes les maisons avaient des décors peints dont des frises de fleurs sous-toiture. Ces maisons se situent en général en bout de parcelle, laissant le plus de place possible aux cultures. En 2017 une seule maison présente une frise sous-toiture (datation incertaine). Les terrains agricoles ont peu à peu été vendus à des particuliers et les maisons transformées en maisons d'habitation. Quelques-unes ont conservé leur simplicité et leur caractère liguro-niçois, d'autres ont été totalement transformées. Certaines ont un style éclectique, d'autres art-déco provençal. D'autres constructions plus récentes se sont rajoutées.

Murs pierre
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Fonds des cartes postales. Archives communales, Nice : 10 Fi

    10 FI 479
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général ; (c) Ville de Nice - Hérault Marie
Marie Hérault

Architecte diplômée d’État. Historienne des jardins et du paysage. Doctorante en histoire de l'art.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Dallo Roberte
Roberte Dallo , né(e) Dallo (18/03/1972 - )

Historienne de formation, elle travaille depuis 15 ans sur le patrimoine architectural. Son sujet de prédilection concerne les matériaux des façades. Elle a contribué au Guide du Ravalement de la Ville de Nice et poursuivi ses recherches au sein de l'association Gloria Mansion dont elle est présidente. Elle est l'auteure de l'ouvrage Art déco, une méditerranée heureuse, éd. Gilletta, 2015 ainsi que de quelques articles de l'ouvrage Les 75 monuments historiques de Nice, éd. Mémoires millénaires, 2017. Elle a publié un article dans la revue ANABF "Le béton coloré : un patrimoine Art déco, un matériau d'avenir". Elle participe régulièrement au Salon International du Patrimoine Culturel à Paris et à co-organisé le séminaire "Façades en ciments colorés, une identité niçoise à valoriser" en 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.